• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sources de l’antisémitisme nazi : le christianisme, le paganisme, les (...)

Sources de l’antisémitisme nazi : le christianisme, le paganisme, les Lumières ?

Jean-Paul II : "La Shoah fut l’œuvre d’un régime néo-païen moderne typique. Son antisémitisme puisait ses racines hors du christianisme" (Nous nous souvenons : une réflexion sur la Shoah, Jean-Paul II, 12.03.1998)

Mgr. Etchegaray : "Le néo-paganisme [serait la] racine profonde de tout antisémitisme." Conférence donnée par, intitulée Est-ce que le christianisme a besoin du judaïsme ?, prononcée, le 8 septembre 1997 au centre Rocca di Papa, au cours d’un colloque organisé par I’"lnternational Council of Christians and Jews".

Mgr. Lustiger : "Je crois que l’antisémitisme d'Hitler relève de l’antisémitisme des Lumières et non de l’antisémitisme chrétien" Le choix de Dieu, Mgr. Lustiger, De Fallois 1987.

Didier Long sur son blog le 7.11.2012 : "Volksgeist …un courant né au XIXème siècle foncièrement antisémite, s'appuyant sur un passé germanique mythique et occultiste … la barbarie païenne nazie… "

Il est vrai quelques uns, des proches d'Hitler, en particulier Himmler, Rosenberg Bormann, tentèrent de promouvoir des doctrines ésotériques développées en Allemagne à partir du début du XIXe siècle. Mais Hitler découragea ces tentatives, et finit par interdire tous les groupes néo-païens. (Ces doctrines ésotériques ou occultistes n'avaient d'ailleurs guère de rapport avec la religion des Grecs, mais bien plutôt avec le romantisme et le pangermanisme du XIXème siècle. "Les néopaïens d'aujourd'hui n'ont pas grand-chose à voir avec les païens antiques […] , ils sont seulement postchrétiens et en général totalement ignorants des cultures païennes, à commencer par celles de l'Antiquité." Camille Tarot, historien catholique des religions).

Hitler et ses épigones étaient pour la plupart chrétiens : d'origine, d'éducation, d'appartenance. Hitler non seulement s'afficha toujours comme chrétien (par exemple son discours à Munich du 12.4.1022.), mais il revendiqua le christianisme comme base de la morale allemande (par exemple dans son discours à la nation allemande du 1.2.1933). Le programme officiel du NSDP(1920) stipulait que "le parti en tant que tel défend le point de vue d'un christianisme positif, sans se lier à une confession précise." Hitler alla jusqu'à s'afficher en parrain de la fille de Göring à son baptême à l'Eglise.

Les racines de l'antisémitisme européen des XIX et XXèmes siècles étaient bien antérieures au XIXème siècle, et chrétiennes : les persécutions contre les Juifs, ce n'est ni Hitler, ni les théories racistes du XIXème siècle qui les ont inventées, mais bien l'Eglise depuis ses origines, à partir de la notion de "peuple déicide" issue des Evangiles, voire de certains écrits de Paul (cf. par exemple I Thess.2,14-15) ou de certains passages des Evangiles (Lc 15, Mt 20,1-16, Lc 16,1-8, Mt 21,33-46, Mt 22 1-14). L'élection du Juif en stéréotype de l'ennemi social fut inventée par l'Eglise de la Réforme grégorienne (cf. The formation of a Persecuting Society, Authority and Deviance in Western Europe, 950-1250, R. I. Moore, John Wiley & Sons, 2007) . Hitler reprendra contre les Juifs le terme même du Concile de Trente contre tous les hérétiques : l'extirpation (Ausschrottung) [1]. Au fil des siècles des motifs supplémentaires comme l'argent, le nationalisme, le racisme[2], vinrent alimenter l'antisémitisme originel chrétien, sans lequel ils n'auraient conduit qu'à des haines sociales ordinaires, dispersées. Les massacres de Juifs et la ghettoïsation sont répertoriés en Allemagne dès la Ière Croisade.[3] Les nazis eux-mêmes se réclamèrent de Adversus Judaeos de Jean Chrysostome (IVème siècle) et de Des Juifs et leurs mensonges de Martin Luther (1543) .

Ce n'est pas l'habillage pseudo-scientifique des théories raciales du XIXème qui explique pourquoi "la race juive" fut considérée comme inférieure, usurière, traitresse, mais la stigmatisation chrétienne du Juif[4].

C'est d'ailleurs en dehors d'Allemagne et de son soi-disant néo-paganisme que la plupart des théories antisémites émergèrent au XIXème siècle, et c'est par la revue jésuite La Civiltà Cattolica qu'elles furent diffusées dans toute l'Europe [5]. En Allemagne un pasteur, Adolf Stöcker, fondateur du Parti ouvrier chrétien-social, eut un rôle moteur dans la reprise de l'antisémitisme à la fin du XIXème siècle. "Les préjugés religieux [chrétiens] revêtaient une importance capitale car ils fournissaient l'explication philosophique de l'antisémitisme avant l'introduction des théories raciales « scientifiques  ». Avec le mouvement völkisch [...] cet antisémitisme religieux connut une recrudescence [...] Il demeura un élément indispensable du racisme." (George L. Mosse) "Soutenir qu'il n'y aurait absolument pas eu de continuité dans l'antisémitisme est encore moins tolérable que de poser sa permanence comme un absolu." (Nationalismus, Antisemitismus und die deutsche Geschichtsschreibung, Shulamit Volkov)

Pendant le nazisme le Vatican fut mobilisé par une cause à ses yeux infiniment plus importante que l'antisémitisme : le communisme athée, contre lequel  le régime hitlérien lui apparut comme le complice le plus efficace, complicité attestée par des acteurs comme von Papen, le cardinal Bertram, l’évêque Alois Hudal, et par des actes comme l'appui du Zentrum de von Papen à la prise de pouvoir d'Hitler, le Concordat et le serment de fidélité du clergé à Hitler, les lettres pastorales des évêques allemands, les réseaux d'exfiltration nazis (les "ratlines").

Himmler, Rosenberg, Bormann apparaissent aujourd'hui comme des comparses utiles pour accréditer la thèse d'une origine païenne à l'antisémitisme nazi. Les dieux grecs en seraient les premiers surpris ! Cette tentative de l'Eglise de renvoyer la responsabilité de l'antisémitisme sur le "paganisme" rejoint d'ailleurs la condamnation du polythéisme depuis les Pères de l'Eglise comme foyer de toutes les débauches.


[1] Le nazisme entendait construire une race pure, et à cette fin extirper l'impur (d'après Nazisme et Barbarie, Lionel Richard). On peut ajouter que la loi nazie interdisant les mariages mixtes (première loi de Nürnberg) est à rapprocher de Exode 34,16 Cf. aussi Le Couple interdit : entretiens sur le racisme : la dialectique de l'altérité socioculturelle et la sexualité : actes du colloque tenu en mai 1977 au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, Léon Poliakov, Mouton, 1980.

[2] La confusion entre antijudaïsme religieux et antisémitisme raciste a été alimentée par la confusion entre linguistique et biologie (de Gobineau, Marr, etc.), ainsi que par la l'identification par Fichte entre nation et langue allemandes. Cf. Encyclopaedia universalis, L’antisémitisme, 1er juin 2005.

A noter qu'Hitler n'était pas dupe de l'habillage racial de l'antisémitisme : " Nous parlons de race juive par commodité de langage, car il n’y a pas à proprement parler, et du point de vue de la génétique, de race juive […] La race juive est avant tout une race mentale." Citation rapportée par P.-A. Taguieff, La Force du préjugé.

[3] Comme historiens affirmant l'origine chrétienne de l'antisémitisme nazi on peut citer, outre Jules Isaac et Lionel Richard, la sioniste Lucy Dawidowicz (The War Against the Jews, 1933-1945, Bantam edition, 1986), et le catholique José M. Sánchez (Pius XII and the Holocaust ; Understanding the Controversy, Washington, D.C : Catholic University of American Press, 2002),

[4] George L. Mosse, op. cit., p 158, confirme d'ailleurs : "La pensée raciale vint au secours de l'antisémitisme religieux."

[5] Cette revue publia en particulier de 1890 à 1937 une série d'articles sur la question juive rédigés par des auteurs antisémites notoires, dont Léon de Poncins, Gougenot des Mousseaux, et Édouard Drumont dénommé « le pape de l’antisémitisme ». Dès 1898, cette revue dénonça le Premier congrès sioniste comme étant un « complot sioniste mondial ». Cf. aussi Les dilemmes et les silences de Pie XII : Vatican, Seconde guerre mondiale et Shoah, Giovanni Miccoli, Editions Complexe, 2005.


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

189 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 9 novembre 2012 08:03

    Plutot qu’un enième article sur un thème ultra débattu et largement fantasmé, il nous faudrait des articles sur l’anti-goïsme. Ca changerait. smiley


    • King Al Batar King Al Batar 9 novembre 2012 11:38

      Moi je pense que plutot que de faire un article sur les anti, ce serait mieux de faire un article sur les philo... voyez vous...
      Sur ces chretiens et ces juifs qui s’entendent. Sur ces juifs et ces musulmans qui sont amis. Ou même sur ceux qui se sont marriés...
      Ca changerait de parler d’amour et de paix plutot que d’attiser la haine.
      Car voyez vous, l’argument le plus courant des racistes, c’est de justifier leur haine de l’autre par une juste conséquence de la haine qu’il percoit à son encontre. Les islamophobe vont dire que tous les musulmans sont racistes. Les antisémites vont justiier leur haine par un anti goïsme, les anticléricaux vont dire que l’église est antisémite....
      Et ainsi de suite.

      Si vous ne vous élever pas un peu intellictuellement, et passez votre vie à repondre à la connerie par une connerie, vous resterez au point au vous en êtes aujourd’hui...
      Celui de la position victimaire, qui engendrera forcément de la haine...
      Elevez vous un peu, sortez, parlez aux gens plutot que de lire internet, et vous verrez que les rapports humains sont nettement differents que des lettres sur du papiers ou sur un ecran.


    • Talion Talion 9 novembre 2012 11:52

      Je suis assez d’accord avec King sur ce coup là... Il y en a marre des article qui appuient sur les côtés négatifs de telle ou telle communauté et qui ne participent à creuser encore un peu plus les tranchées de la prochaine guerre civile.


    • La mouche du coche La mouche du coche 9 novembre 2012 12:49

      King et talion, je suis d’accord avec vous mais vous êtes chiants. Comprenez que si on n’a pas d’ennemis, on s’ennuie. Les juifs ont besoin de penser que l’antisémitisme existe pour exister eux-même sinon à quoi sert-il qu’ils soient juifs ? Et les autres religions sont pareilles, construites contre le paganisme. Le problème aujourd’hui est qu’il n’y a jamais d’article parlant du racisme des juifs et c’est ce déséquilibre qui est gênant. Sinon tout va bien. La terre tourne.


    • King Al Batar King Al Batar 9 novembre 2012 12:56

      Salut La mouche,
      Ouais j’avoue j’ai été un peu grossier et chiant je veux bien l’admettre, mais c’est parce qu’effectivement je trouve qu’on fait trop d’article pour que les uns pointent du doigt les autres.
      Sur ce que tu dis sur les juifs, c’est vrai dans la grande presse, mais je ne le constate pas spécialement sur Agoravox, et encore moins sur Agoravox Tv, ou les juifs en ont quand plutot pour leur compte. Du moins autant que les autres...
      Après, comme je te dis, je trouve qu’il n’y a pour le coup ici, aucun article qui cause de l’amour qui peut exister entre les peuples, ou plutot entre les individus...
      A titre personnel, mes parents sont juifs, ma femme est chretienne et Antillaise, et mon gosse va au catéchisme... Et je me sens bien dans mon pays, la France dont j’aime les valeurs, et suit très fier d’être Parisien (et du PSG aussi).
      Bon je ne serais jamais d’un genre à écrire un article pour raconter ma life, mais je trouve qu’on parle que de tension, et jamais d’appaisement.


    • geziret geziret 9 novembre 2012 14:42

      "Largement minoritaire mais très actif, Ze’ev Jabotinsky voulait convaincre les juifs de faire leur Alyah. Les sionistes travaillèrent, infatigablement, à « rééduquer » les juifs allemands. « Il y eu une pression considérable pour qu’ils cessent de s’identifier aux Allemands et pour éveiller, en eux, une nouvelle identité nationale juive. » A l’avènement d’Adolf Hitler en 1933, La fédération sioniste d’Allemagne adressa un mémorandum de soutien au parti national-socialiste dans lequel il était notamment écrit : « Depuis que la fondation du nouvel Etat (germanique) a proclamé le principe de race, nous souhaitons adapter notre communauté à ces nouvelles structures. » Et plus loin : « Nous aussi, nous sommes contre les mariages mixtes et désireux de maintenir la pureté du groupe juif. » 

      « Il est impossible à un homme de s’assimiler à un peuple dont le sang est différent du sien. Pour être assimilé, il faudrait qu’on change son corps, il doit devenir leur par son sang. Il ne peut y avoir d’assimilation. Nous n’autoriserons pas des choses du genre des mariages mixtes parce que la préservation de notre intégrité nationale est impossible autrement que par le maintien de la pureté de la race et, pour ce faire, nous aurons ce territoire dont notre peuple constituera la population racialement pure. » Ces propos (de Jabotinsky) expliquent, sans doute, pourquoi le Betar, principal mouvement de jeunesse fondé par Jabotinsky, fut autorisé à défiler en uniforme dans les rues de Berlin, dans les mois suivant l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler. 

      « Un jeune rabbin de Berlin, Joachim Prinz, affirmait à la même époque que la révolution nationale-socialiste allemande signifiait « la judaïté pour les juifs ». Pour lui, « aucun subterfuge ne peut sauver (les juifs) à présent. A la place de l’assimilation, nous désirons un nouveau concept : la reconnaissance de la nation juive et de la race juive. » Cette vision raciale reçut le soutien effectif et total de certains dirigeants hitlériens. Ainsi Reinhart Heydrich, chef de la sécurité SS, écrivit en 1935 : « Nous devons séparer les juifs en deux catégories : les sionistes et les partisans de l’assimilation. Les sionistes professent une conception purement raciale et, par l’émigration en Palestine, ils aident à bâtir leur propre Etat juif. » Alfred Rosenberg, principal théoricien du IIIe Reich, alla, lui, jusqu’à affirmer : « Le sionisme doit être vigoureusement soutenu afin qu’un contingent annuel de juifs allemands soit transporté en Palestine. » Une des plus importantes compagnies maritimes allemandes ouvrit une ligne directe entre Hambourg et Haïfa, en octobre 1933, fournissant sur ses bateaux de la nourriture strictement kasher, sous la supervision du rabbinat de Hambourg. 

      De quoi méditer…Je laisse le soin aux lecteurs, après la lecture des commentaires ci-dessus, de saisir la véritable nature du sionisme, et des desseins qui s’offrent à l’humanité sachant que les partisans du sionisme sont ceux qui dirigent le monde. 

      Et surtout les commentaires ci-dessus confirment la version d’Eustace Meulllins qui affirme que (N)(A)(ZI)= (N)ational Socialisme (A)llemand + (ZI)onism. 

       Et aussi que les victimes juives du nazisme étaient des partisans de l’assimilation, donc indésirables aux yeux des sionistes !! 

      A la lumière des commentaires précédent, il est possible, finalement, d’affirmer que les NAZI ont gagné la seconde guerre mondiale. Sa vous en bouche un coin ?  


    • geziret geziret 9 novembre 2012 14:42

      « Quand Rothschild déclare qu’il a accumulé suffisamment d’argent, et de pouvoir, pour ne plus attendre Israël de Dieu, mais se l’acheter lui même. Avec le ralliement progressif des juifs religieux au sionisme, on passe d’un peuple craignant Dieu et essayant de l’élever à l’exigence de sa promesse à un peuple se prenant pour Dieu, sombrant dans le narcissisme et le racialisme...Ainsi le juif pieux et traditionnel savait que sa souffrance était une punition divine, tandis que le juif moderne accuse partout le goy de sa souffrance et se croit le droit moral de déverser partout sa haine de l’autre pour son insoumission à sa volonté inextinguible de domination. » 

      1984…Dans son célèbre roman, Georges Orwell décortique une certaine version du cauchemar totalitaire.

      Nos démocraties contemporaines constituent apparemment l’exact opposé de la dictature orwellienne. Mais peut-être n’est-ce là que la surface trompeuse d’une eau pure, sous laquelle gît une boue infâme.

      Et si au contraire, nos sociétés ne se distinguaient des totalitarismes passés que par la perfection méthodologique de l’oppression ?

      La perfection de ce système d’oppression, c’est son ignorance par lui-même. Dans la logique du despotisme, l’ignorance, c’est la force. Donc ignorer qu’on a intériorisé cette maxime, c’est l’avoir poussé à ses plus extrêmes implications. Là réside la supériorité du totalitarisme de marché : pas ou peu de violences sur les corps, mais une insidieuse violence faite aux esprits. La quantité de violence n’a jamais été aussi grande, mais elle reste invisible.

      C’est la plus grande mystification de l’histoire : l’Occident prétendument démocratique est devenu une dictature parfaite, le premier totalitarisme viable.

      Un totalitarisme où le bon sens est considéré comme subversif, où l’évidence est déclarée extrémiste. Un totalitarisme où le Bien est le Mal et le Mal est le Bien, où l’annexe devient le principal et le principal devient l’annexe, où la vacuité triomphe pendant que l’intelligence est traquée.

      Un totalitarisme où, enfin, l’esprit public est constamment égaré, détourné des vraies questions et plongé dans les fausses. Un totalitarisme où les citoyens sont écrasés par le mal identifié par Simone Weil derrière le totalitarisme : le déracinement. 

       

      « à qui doit s’adresser la propagande ? aux intellectuels ou à la masse moins instruite ? Elle doit toujours s’adresser uniquement à la masse ! La tâche de la propagande consiste non à instruire scientifiquement l’individu isolé, mais à attirer l’attention des masses sur des faits, évènements, nécessités, etc., déterminés. Ici l’art consiste à procéder d’une façon tellement supérieure qu’il en résulte une conviction générale. Son action doit toujours faire appel au sentiment et très peu à la raison. Toute propagande doit être populaire et placer son niveau spirituel dans la limite des facultés d’assimilation du plus borné parmi ceux auxquels elle doit s’adresser. Dans ces conditions, son niveau spirituel doit être situé d’autant plus bas que la masse des hommes à atteindre est plus nombreuse. La faculté d’assimilation de la grande masse n’est que très restreinte, son entendement petit ; par contre, son manque de mémoire est grand. Donc toute propagande efficace doit se limiter à des points fort peu nombreux et lesfaire valoir à coups de formules stéréotypées aussi longtemps qu’il le faudra pour que le dernier des auditeurs soit à même de saisir l’idée. » mein kampf, pp 180-182 

      Les ultra-sionistes en Israël oeuvrent pour que soit érigé une statue en l’honneur de Hitler à Tel Aviv !!

      Netanyahu à dit lors d’une commémoration de la SHOAH que cette dernière devait arriver, puisque la SHOAH fait partie du scénario qui amènes les juifs sionistes à soumettre tous les GOY et aussi c’est une condition de l’arrivée du messie attendu par les juifs sionistes. Comme l’échange du 1 contre 1000, cf. sodat Shalit. Un rabbin ultra sioniste, guide et inspirateur de netanyahu, à dit que l’attaque contre l’IRAN serait la dernière étape avent l’arrivé du MACHIAH.

      Le moyen orient est unique en son genre…

      Entre l’entité sioniste qui prétend reconstituer le véritable Saint Israël de David et Salomon, alors que c’est une imposture d’Israël (seul pays au monde à ne pas définir ses frontières), menteur, manipulateur, qui commet les crimes les plus horribles et atroces qui soient, depuis sa création jusqu’à nos jours…possédé par le démon…

      Et l’Arabie Saoudite, seul pays au monde qui porte le nom d’une dynastie, et qui prétend être le garant et l’héritier d’un islam authentique sur les terres saintes de l’islam, alors qu’il en est rien du tout, et surtout tout le contraire…les saouds ont salis et violés les terres saintes de l’islam…et sont les alliés du sionisme dans leurs desseins… 


    • geziret geziret 9 novembre 2012 14:58

      Theodor Herzl (1860-1904), le fondateur du sionisme moderne, reconnut que l’antisémitisme promouvrait sa cause, la création d’un état séparé pour les juifs. Pour résoudre la Question Juive, il maintenait « devoir faire d’elle, surtout, une question de politique internationale. » Herzl écrivit que le sionisme offrait au monde « une bienvenue solution finale de la question juive. » Dans ses « Journaux intimes », page 19, « Herzl déclara que les antisémites deviendront nos plus sûrs amis, les pays antisémites nos alliés. » Hitler et les sionistes avaient un but commun.

      Le sionisme fut soutenu par les SS et la Gestapo allemands. Hitler lui-même a personnellement soutenu le sionisme. Pendant les années 30, en coopération avec les autorités allemandes, les groupes sionistes organisèrent un réseau d’environ 40 camps sur l’ensemble de l’Allemagne, où les éventuels colons furent formés à leurs nouvelles vies en Palestine. Jusqu’en 1942 les Sionistes exploitèrent au moins un de ces derniers « Kibboutz » officiellement autorisé comme camps d’entraînement sur lequel flottait la bannière bleue et blanche qui deviendra un jour le drapeau national « d’Israël ».

      Analyse de la géopolitique par le prisme des monothéismes :

      Il n’y a que l’islam et son prophète qui explique cette toute puissance du sionisme. Le scénario de l’islam va se réaliser soyez en certain, Israël va devenir la première puissance mondiale et soumettre tous les Etats. On y est presque pour ne pas dire on y est, voyez comment nos dirigeants sont soumis aux volontés du gouvernement israélien. Manque plus qu’à Israël de préparer l’opinion publique occidentale à une attaque généralisée sur les arabes, d’ailleurs ce travail de préparation de l’opinion publique est en phase très avancée et la mise en place des gouvernements islamistes dans les pays du printemps arabe par l’intelligence sioniste fait partie de leurs plans diaboliques pour l’instauration du grand Israël et la sortie du messie imposteur. Les sionistes créés les conditions de la sortie du messie imposteur pour que celui-ci règne enfin sur le monde depuis Jérusalem. Tout ceci augure que le retour de jésus sera imminent, et qu’il rétablira enfin la vérité ainsi que le sceau des prophètes que l’homme a brisé. Jésus rétablira le saint état d’Israël et le monde connaitra un nouvel age d’or. Mais avant sa, préparons nous à souffrir et à laisser notre vie. Croyez vous qu’un saint état d’Israël puisse s’établir sur le mensonge, la tromperie, la manipulation, le massacre, le nettoyage ethnique, la déportation, la colonisation ? Moi non. Cet Israël là subira le pire des châtiments de toute l’histoire de l’humanité. La justice de Dieu est infaillible. Le dernier prophète a annoncé qu’un temps arrivera où "l’islam n’existera que par son nom", et aujourd’hui on y est. Le plus grand ennemi de l’islam aujourd’hui n’est pas Israël, c’est l’Arabie saoudite et leur dynastie au pouvoir qui ont souillé les terres saintes de l’islam authentique et original. Les « frères musulmans, toutes filiales confondues » qui se sont alliés à l’axe judéo-christiano-arabo-turko-sionniste, sont les ennemis de l’islam. La haute instance de l’islam sunnite a plié et complètement rompu face au plan satanique des sionistes. L’islam chiite tient encore tête avec l’Iran et la Syrie, mais pour combien de temps avant le feu d’artifice ultime ? L’heure est grave, très grave car le plan satanique des sionistes commandité par la force obscure du messie imposteur est proche de son dénouement. Ceux qui vivront assez longtemps pour voir la sortie et la venue du messie imposteur dans notre espace spatio-temporel, succomberont certainement aux charmes et à la beauté de cet homme, qui représente la plus grande menace que l’humanité n’est jamais connue.  


    • geziret geziret 9 novembre 2012 15:01

      “Cependant, je crois que l’antisémitisme, qui représente parmi les masses un courant puissant et inconscient, ne portera pas tort aux Juifs. Je le tiens même pour un mouvement utile du point de vue de la formation du caractère des Juifs. Il constitue l’éducation d’un groupe par les masses et conduira peut-être à son absorbtion. C’est à force de se durcir qu’on est éduqué.”
      Théodore Herzl, Journal 1895 – 1904, le fondateur du sionisme parle

      « Chasser la population pauvre (les arabes) au-delà de la frontière en lui refusant du travail. Le processus d’expropriation et de déplacement des pauvres doit être mené discrètement et avec circonspection ».

      Théodore Herzl, fondateur de l’Organisation sioniste mondiale, note du 12 juin 1895.

      " J’ai eu une idée formidable : attirer des antisémites honnêtes et les inciter à détruire les propriétés juives." (Extrait du journal de Herzl, Journal 1, page 68) 


    • geziret geziret 9 novembre 2012 15:05

      En 2010, dans un discours prononcé à l’occasion d’une commémoration de la libération du camp d’Auschwitz, Benjamin Netanyahu avait annoncé que la prophétie du chapitre 37 d’Ézéchiel, « Les ossements desséchés », était accomplie.

      Dans cette logique eschatologique, les prophéties des chapitres 38 et 39 restent à réaliser. Israël devra participer à une immense bataille, où les pertes seront lourdes de chaque côté, mais au cours de laquelle Dieu interviendra et sauvera le « Peuple élu ». Pour cette secte, une guerre de grande ampleur contre l’Iran est une étape indispensable à la manifestation du Messie.

      Pour Yuval Diskin et ses collègues, cette croyance serait le seul mobile poussant Benjamin Netanyahu et Ehud Barak à tenter depuis des années de provoquer une guerre avec l’Iran. 


    • geziret geziret 9 novembre 2012 15:11

      Le Livre d’Esther est un récit biblique qui sert de fondement

      à la fête de Pourim, laquelle est probablement la plus joyeuse

      des festivités juives. Ce livre relate une tentative de judéocide,

      mais il raconte aussi une histoire dans laquelle des juifs

      réussissent à modifier le sort qui leur est destiné. Dans ce livre,

      les juifs réussissent non seulement à se sauver, mais même à

      se venger.

       

      […..]

       

      La morale de cette histoire est très claire : si les juifs veulent

      survivre, ils ont intérêt à infiltrer les arcanes du pouvoir. À

      la lumière du Livre d’Esther, de Mardochée et de Pourim,

      l’AIPAC et la notion de « pouvoir juif » semblent l’incarnation

      d’une idéologie profondément biblique et culturelle.

      Il est intéressant de relever que le Livre d’Esther (dans la

      version hébraïque de la Bible, en tous les cas, puisqu’en effet,

      six chapitres ont été ajoutés à la traduction grecque) est l’un des

      deux seuls livres de la Bible à ne pas mentionner directement

      Dieu (l’autre est le Cantique des Cantiques). Comme dans la

      religion de l’Holocauste, dans le Livre d’Esther, ce sont les

      juifs qui croient en eux-mêmes, en leur propre puissance, en

      leur unicité, en leur sophistication, en leur habileté à conspirer

      et à prendre le contrôle de royaumes entiers, en leur capacité de

      se sauver eux-mêmes. Dans le Livre d’Esther, il n’est question

      d’autre chose que de la prise du pouvoir ; ce livre exprime bien

      l’essence et la métaphysique du pouvoir juif. 


    • King Al Batar King Al Batar 9 novembre 2012 15:17

      Dis moi plutot que de nous faire chier avec tes 28 posts, tu veux pas nous écrire un article ce serait plus simple.
      La on comprends rien, c’est long , fastidieux et chiant.
      Ou alors post nous un résumé de ta demonstration stp...
      Parce que pour l’instant j’ai lu et je vois ou tu veux en venir, m’enfin t’es long pour rien.


    • geziret geziret 9 novembre 2012 18:54

      Certes c’est long, mais sa vaut le détour, que sa fâche les uns ou que sa consolide la pensée des autres...


    • Phaeton 9 novembre 2012 20:42

      Bonjour,

      Je pense qu’il ne faut pas chercher à comprendre, dans sa successions de posts, autre chose que la haine de geziret pour les juifs.
      Je ferai la conclusion qu’il n’a pas le cran de faire : « Ne plaignons pas les juifs car ils sont à la fois responsables, planificateurs, exécutants et complices du génocide qu’ils ont soi-disant subi. »

      Mais pour la blague je vais qd même résumer chaque post :

      1- Les vrais nazis racistes étaient juifs et ils ont gagné la seconde guerre mondiale

      2- La démocratie occidentale est la pire des dictatures, initiée et dirigée par les juifs.
      - La shoah est l’instrument juif conçu pour dominer les goys, et les israéliens s’en vanteraient ^^
      3-Les juifs sont complices du génocide, car ce dernier rend possible un établissement en Israel.
      - Les juifs sont actuellement responsables de toutes les révolutions, guerres et agitations actuels du monde arabe. Mais ils le paieront car Allah est certes plus balèze^^

      4-Les juifs étaient déjà cruels avec les arabes avant la shoah

      5-La shoah fait partie d’une prophétie juive, sa continuation contemporaine c’est la future guerre contre l’Iran

      6-Le génocide juif est prophétique, la parade « judaique » pour le contrer, c’est de dominer les goys.

      En tout cas merci pour la barre de rire, geziret, l’antisémitisme est rarement aussi tordant ^^


    • geziret geziret 9 novembre 2012 21:35

      Remplacer JUIF par SIONISTE, et votre commentaire est une bonne synthèse de tous mes commentaires.


      Merci pour votre esprit de synthèse !! Je valide !!

    • geziret geziret 9 novembre 2012 21:39

      Vous n’arrivez pas à prendre mes commentaires au sérieux...il devrait être facile pour vous de faire une démonstration qui prouve que mes commentaires ne sont que calomnies. 


      J’attends votre lumière...

    • geziret geziret 9 novembre 2012 21:45

      La dérision, comme vous le faites à merveille, est un des meilleurs moyens de ne faire pas face à ce qui nous gêne et pour lequel on a aucun argument infaillible. 


      Comme dire à quelqu’un qui a des problèmes d’haleine...et qu’il te réponde que c’est pour faire fuir la gente féminine et que c’est mieux comme sa....au lieu de faire face à son problème d’haleine et d’y remédier. 

    • geziret geziret 9 novembre 2012 22:09

      Et comment qualifiez-vous tous les auteurs juifs ou de culture juive…d’où je retire quasiment toutes les citations que vous pouvez retrouver à travers mes commentaires…où sinon d’universitaires renommés américains, européens et même israéliens…se sont des enseignants-chercheurs financés par le salafo-wahabo-sionisme c’est sa ? 


    • geziret geziret 9 novembre 2012 22:24

      On se rend compte qu’en plus d’être pollué par les sayanims, les agents du sionisme, partout dans les mass-médias, même ici sur agoravox il faut que de ses agents viennent crier comme des hystériques à l’antisémitisme quand les propos les dérangent. Et surtout qu’ils n’ont aucun argument pour faire face. 


    • Phaeton 10 novembre 2012 15:04

      Bonjour Geziret,

      Tout doux  ! Votre impatience et cette frénésie de posts montre bien que vous brûlez d’un quelque chose qui pour moi est la haine que j’ai décris...

      Pour moi vous dépassez le cadre de l’antisionisme dès lors que vous colportez des légendes sans sources visant à faire croire que les juifs sont planificateurs et/où complices de la shoah.
      Pour moi ces mensonges sont à rapprocher du « protocole » et des faux versets du talmud, c’est de la littérature de pogrom, dont le but est de nier nier l’existence de l’autre.
      Le sionisme est né de l’antisémitisme, ce n’est donc pas au nom du sionisme que s’est déroulé la shoah, et ce même si le sionisme est antérieur au génocide.
      Un enfant de 10 ans peut comprendre que si nazisme et sionisme étaient complices, alors les Allemands pouvaient se débarrasser des juifs en les déportant en Palestine ou ailleurs plutôt que de se salir les mains et l’âme...

      C’est donc plutôt à vous de nous apporter des références sur les fadaises que vous avez posté non sourcées, de nous documenter sur les fameux camps sionistes dont vous parlez en Allemagne pour commencer...

      La connerie avec les antisémites c’est qu’au final ils décrédibilisent la cause palestinienne.

      Je hais le conspirationnisme mais si je devais succomber, je crois que je pourrai me mettre à penser que des geziret auraient pour but de rendre l’amalgame antisionisme/antisémitisme possible, dans le but d’associer le racisme à la défense de la cause palestinienne....
      Mais bon je sais pertinemment que c’est bien plus simple que ça, l’antisonisme sert de cache-sexe à tout un tas d’antisémites qu’importe les palestiniens....

      Question geziret, quelle est votre solution à ce conflit israelo-palestinien ?

      PS : Sayanim ?!? Mouahah, j’en ris encore, preuve finale et décisive pour moi de votre « perchage » ?


    • BlackListed Talon 10 novembre 2012 15:28

      Parlons franchement, sans cache sexe !


      Les palestiniens, tout le monde s’en fout, les pays du golf, l’Iran, l’Europe, les USA, la Jordanie, le Liban, la Syrie, l’Egypte. Et puis personne n’en veut chez eux, ils foutent le bordel partout où ils vont (souvenez vous de septembre noir).

      Bon, maintenant que c’est dit, ils nous sont utiles pour détruite l’entité sioniste, ils sont braves et n’ont rien à perdre on leur lave le cerveau et on en fait des auteurs d’attentats mais surtout ils n’hésitent pas à sacrifier leurs enfants ce qui est très photogénique et crée le buzz. 

      Donc cette invention de « peuple palestinien » est une idée géniale et puis sans l’existence de l’UNWRA, il n’y aurait pas des « réfugiés » depuis plus de trois générations, il n’y aurait pas de « réfugiés » dont le nombre s’est multiplié par dix en soixante ans.

      Donc, je disais il est profitable de soutenir la cause de ces éleveurs de moutons pour saboter le projet sioniste. Lorsque l’Iran aura sa bombe nucléaire, la donne risque de changer car on aura la capacité de détruite l’entité sioniste au risque d’un grand sacrifice palestinien car la bombe ne fait pas dans le détail.

      Mais la priorité est la lutte anti-sioniste.




    • geziret geziret 10 novembre 2012 16:12

      Théodore Herzl, Journal 1895 – 1904, le fondateur du sionisme parle

      Benjamin Netanyahu avait annoncé que la prophétie du chapitre 37 d’Ézéchiel, « Les ossements desséchés », était accomplie.

       (Extrait du journal de Herzl, Journal 1, page 68)

      Joachim Prinz, Wir Juden (Nous, les juifs), 1934

      à phaeton, vous voulez des sources :

      Das Schwarze Korps, hebdomadaire officiel SS

      Der Angriff,quotidien Berlinois, douze articles illustrés sous le titre « Voyage d’un NAZI en Palestine »

      Francis Nicosia, (écrivain américain), The Third Reich and The Palestine Question (Le troisième Reich et la question de la Palestine), University of Texas Press, 1985

      Lire aussi Wall Street et l’ascension de Hitler, et Wall Street et la révolution Bochévic de Anthony c Sutton


    • Phaeton 11 novembre 2012 02:53

      Gérziret,

      Nous ne nous sommes pas compris, je ne demande jamais de bibliographie à une personne sur internet dont je sais pertinemment qu’elle n’en a pas lu les ouvrages. Je vous ai demandé vos sources, ou l’origine de vos copier/coller si vous préférez.

      Repérer le site source d’articles remettant en cause les faits établis à propos de sujets aussi sensibles que le nazisme et la shoah est primordial pour présumer de la crédibilité des infos colportées.

      Je vais vous donner un exemple saignant de ce que j’avance :

      Votre premier post sur la série, celui qui commence par « Largement minoritaires » et bien le site source de 95% du copié/collé provient initialement d’un site...néo-nazi !!!

      http://library.flawlesslogic.com/zionism_fr.htm

      En fouillant un peu, voila ce que le genre d’égout, que vous avez surement visité, peut produire :

      http://library.flawlesslogic.com/

      http://library.flawlesslogic.com/1a.htm

      http://library.flawlesslogic.com/owens_fr.htm

      http://library.flawlesslogic.com/call.htm

      Voila pourquoi je me permets de vous traiter d’antisémite et d’affirmer que les racistes dans votre genre sont préjudiciables aux palestiniens...


    • geziret geziret 11 novembre 2012 09:21

      Vous calomniez sur ma personne, vous me dénigrez et prétendez que mes sources ne sont pas fiables alors qu’elles ne proviennent que d’universitaires sérieux et respectés, qu’ils soient américains, européens, et même israéliens et aussi surtout d’auteur juifs ou de culture juive comme Atzmon, Cohen, Finkelstein, Brauman ou d’autres...comment qualifiez-vous tous ces gens ? 


    • geziret geziret 11 novembre 2012 09:24

      Je vous invite à lire les travaux Jabotinski et de Herzl, qui sont des sources directs et que vous ne pourrez contester.


    • geziret geziret 11 novembre 2012 09:33

      Le régime sioniste n’existe et se réalise qu’à travers l’antisémitisme, sans celui-ci il ne serait jamais devenu aussi puissant qu’il l’est aujourd’hui. D’ailleurs Jabotinsky et Herzl insistent sur les bienfaits de l’antisémitisme et que la flamme de l’antisémitisme doit être ravivé chaque fois que nécessaire. Un régime capable de balancer du phosphore blanc sur des civils, qui plus est des femmes, des enfants et des personnes en âges avancées (taper phosphore blanc gaza sur google image), ce régime sera capable de bien pire encore, même provoquer une guerre régional qui risque de se transformer en guerre internationale. 


    • Rounga Roungalashinga 9 novembre 2012 08:38

      Hitler chrétien ? J’ai copié les passages suivants de Hitler M’a dit, de Hermann Rauschning. Il s’agit d’une compilation de ce que Hitler racontait « en off ».

      « Les religions ? Toutes se valent. Elles n’ont plus, l’une ou l’autre, aucun avenir. Pour les Allemands tout au moins. Le fascisme peut s’il le veut, faire sa paix avec l’Eglise. Je ferai de même. Pourquoi pas ? Cela ne m’empêchera nullement d’extirper le christianisme de l’Allemagne.

      [...]Pour notre peuple, au contraire, la religion est affaire capitale. Tout dépend de savoir s’il restera fidèle à la religion judéo-chrétienne et à la morale servile de la pitié, ou s’il aura une foi nouvelle, forte, héroïque, en un Dieu immanent dans la nature, en un Dieu immanent dans la nation même, en un Dieu indiscernable de son destin et de son sang.

      [...]Laissons de côté les subtilités. Qu’il s’agisse de l’Ancien Testament ou du Nouveau, ou des seules paroles du Christ[...], tout cela n’est qu’un seul et même bluff judaïque. Une Eglise allemande ! Un christianisme allemand ? Quelle blague ! On est ou bien chrétien ou bien allemand, mais on ne peut pas être les deux à la fois. Vous pourrez rejeter Paul l’épileptique de la chrétienté. D’autres l’ont déjà fait. On peut faire de Jésus une noble figure et nier en même temps sa divinité. On l’a fait de tous temps. Je crois même qu’il existe en Amérique et en Angleterre, encore aujourd’hui, des chrétiens de cet acabit, qu’on nomme des »unitaires« ou quelque chose de ce goût-là. Toute cette exégèse ne sert exactement à rien. On n’arrivera pas ainsi à se délivrer de cet esprit chrétien que nous voulons détruire. Nous ne voulons plus d’hommes qui louchent vers »l’au-delà« . Nous voulons des hommes libres, qui savent et qui sentent que Dieu est en eux. »

      Je me réjouis d’entendre d’ici les plus acharnés anti-chrétiens de ce site se retenir d’applaudir.

      La suite plus tard, j’en ai encore sous le coude.


      • Rounga Roungalashinga 9 novembre 2012 08:47

        Toujours tiré du même ouvrage :

        « Ce que nous ferons ? Je vais vous le dire : nous empêcherons que les Eglises fassent autre chose que ce qu’elles font à présent, c’est-à-dire perdre tous les jours un peu de terrain. Croyez-vous, par hasard, que les masses redeviendront jamais chrétiennes ? Stupidité !Jamais plus. Le film est terminé, plus personne n’entrera dans la salle, et nous y veillerons. Les curés devront creuser leur propre tombe. Ils nous vendront d’eux-mêmes leur bon Dieu ! Pour conserver leurs fonctions et leur misérable traitement, ils consentiront à tout.

        Et nous, quel programme allons-nous imposer ? Exactementcelui de l’Eglise catholique, lorsqu’elle a imposé sa religion aux païens : conserver ce qu’on peut conserver et réformer le reste. Par exemple, Pâques ne sera plus la Résurrection, mais l’éternelle rénovation de notre peuple. Noël sera la naissance de notre sauveur, c’est-à-dire d l’esprit d’héroïsme et d’affranchissement. »


      • Deneb Deneb 9 novembre 2012 08:59

        Rounga : tout faux. Noël marque le solstice d’hiver, l’arrêt du progrès de l’obscurité. Et Paques l’équinoxe de printemps, où le jour finalement gagne sur la nuit, bref, la fin de l’hiver, la saison la plus rude. La signification qui leur a été donné par les chrétiens il y a moins de 2000 ans est une appropriation politicarde de ces jubilations ancestrales.


      • Rounga Roungalashinga 9 novembre 2012 09:28

        Noël marque le solstice d’hiver, l’arrêt du progrès de l’obscurité. Et Paques l’équinoxe de printemps, où le jour finalement gagne sur la nuit, bref, la fin de l’hiver, la saison la plus rude. La signification qui leur a été donné par les chrétiens il y a moins de 2000 ans est une appropriation politicarde de ces jubilations ancestrales.

        C’est exactement ce qu’Hitler dit dans le dernier paragraphe.


      • Deneb Deneb 9 novembre 2012 09:40

        Que cette évidence soit peut-être remarqué par Hitler (source, lien ?), ce n’est pas un argument pertinent. Si Adolf dit que la terre est ronde, on ne va quand même pas à tout prix vouloir soutenir le contraire...


      • Rounga Roungalashinga 9 novembre 2012 09:44

        Deneb,
        As-tu compris que l’ensemble de mes deux commentaires n’étaient que des citations d’Hitler, mises à part les deux premières et les deux dernières lignes du premier commentaire, et la première ligne du second commentaire ?


      • jean-pierre castel 9 novembre 2012 10:04

        Mais précisément ce ne sont pas des paroles d’Hitler, mais des paroles des antichrétiens autour d’Hitler, Bormann, Rosenberg, Himmler, qu’Hitler, qui ont voulu accréditer l’idée qu’Hiler lui-même l’était. Hitler voulait bien s’attaquer aux « non aryens », mais n’allait pas s’attaquer à une foi partagée par 90% des « bons allemands ». Hitler était un politique, avec des passions : la grandeur de la race allemande, la haine des Juifs ,des Slaves et des minorités, mais pas de la chrétienté, ou du moins pas d’envie de s’y attaquer à la principale croyance des « bons allemands », à l’inventeur de l’antisémitisme !. Certes il a cherché à briser le pouvoir des églises, mais en dictateur qui ne tolère aucun contre-pouvoir, pas en idéologue anti-chrétien.

        Les seul problème de ces discours complaisamment diffusés par les chrétiens est la crédibilité de leurs sources : en particulier Hermann Rauschning, Bormann, Himmler

        L’historien britannique Ian Kershaw, auteur d’ouvrages sur les nazisme qui font autorité, écrit : « I have on no single occasion cited Hermann Rauschning’s ’Hitler Speaks’, a work now regarded to have so little authenticity that it is best to disregard it altogether. » L’Encyclopedia of the Third Reich : »The research of the Swiss educator Wolfgang Hänel has made it clear that the Conversations were mostly free inventions. » Bormann était l’un des antichrétiens virulents de l’entourage d’Hitler, mais Hitler ne donna jamais suite aux ardeurs antichrétiennes et néo-païennes des Bormann, Himmler, Rosenberg.

        Donc quelles sources préférez-vous : des nazis comme Himmler, Bormann, Rauschning, Baldur von Schirach , des chrétiens militants comme John S Conway, ou Richard Bonney, prêtre, transcripteur et commentateur du Nazi Master Plan, ou des historiens réputés comme Kershaw et Lionel Richard, qui dénoncent ce procès en antichristianisme d’Hitler, dont les motifs sont transparents, exonérer le christianisme de toute filiation avec l’antisémitisme nazi  ?

        ">

      • Rounga Roungalashinga 9 novembre 2012 14:28

        Effectivement, comme c’est du « off », il est tout à fait légitime de ne pas prendre cela pour argent comptant.


      • ffi ffi 10 novembre 2012 19:27

        N’empêche que si Hitler avait été chrétien, il aurait pris pour emblème le christ en croix, et pas une croix gammée.
         
        Il est flagrant de constater que la croix gammée est un symbole de la théosophie, un courant qui voulait réaliser le syncrétisme de toute les religions, avec des vues panthéistes (c’est du paganisme).
         
        Il est amusant de voir cette insistance à faire d’Hitler un chrétien...

        S’il l’avait été, nous ne manquerions pas d’image de ses pèlerinages ni de ses dévotions aux reliques dans les églises. Nous aurions nombre de ses discours fait à la Gloire du Christ.

        Or, cela nous manque, il n’y a aucune de ses démonstrations dans les archives historiques, ce qui est totalement irréaliste si il fût chrétien fervent.

        Donc, il faut bien se rendre aux évidences : Hitler n’était pas chrétien. Il a composé avec cette religion uniquement parce qu’elle était la religion majoritaire en Allemagne.
         
        Hitler croyait à la science.
        Il croyait en l’évolution de Darwin.
        C’était un socialiste patriote. (Et on comprend le lien avec la théosophie d’Annie besant)
        Comme tout bon socialiste, il était athée, tendance panthéiste.
         
        Je sais, cela ne fait pas plaisirs aux gauchistes tendance new-age, mais Hitler, c’est un des leurs. C’est écrit sur l’étiquette, et en plus tout le montre.


      • jean-pierre castel 11 novembre 2012 00:38

        @ffi
        Les socialistes apprécieront !
        Mais encore une fois, je ne veux pas dire qu’Hitler était un chrétien exemplaire, mais que le discours chrétien attribuant le mal hitlérien au paganisme ou à l’athéisme ne tient pas, est une manœuvre de diversion, de désinformation.
        Tant le totalitarisme que l’antisémitisme trouvent des antécédents dans le monothéisme, et non pas dans le paganisme. C’est là mon message.
        Une évidence disent certains. Mais ce n’est une évidence que pour une minorité, et ce qui me désole, c’est qu’aucune grande voix publique ne réagit contre sa négation, sinon des acteurs classés à l’extrême droite . A quand une voix de gauche ou centriste pour réaffirmer cette évidence ? J’avais par exemple espéré E. Badinter iorsqu’elle a lâché que seule l’extrême droite se battait pour la laïcité, mais elle en est restée là


      • philouie 9 novembre 2012 09:18

        On ne peut penser le nazisme sans observer la place qui y occupait l’esprit scientifique.

        La notion de race, par exemple, qui est absente de la pensée religieuse, est issue d’une réflexion scientifique.

        Darwinisme, eugénisme, pureté etc... découle d’une vision de l’homme issue de la pensée médicale.
        Ce n’est pas pour rien que des médecins nazi mesuraient la taille des cranes. Il fallait valider scientifiquement la nécessité d’éliminer les faibles pour laisser la place à la seule race forte capable de survivre et d’évoluer.

        Le nazisme, c’est l’esprit de la science conduit à son extrémité.


        • Deneb Deneb 9 novembre 2012 09:50

          Appliquer les lois de la nature à la société humaine, c’est effectivement aberrant. Mais ce n’est pas pour cela qu’il faille nier les évidences scientifiques. Par cette logique, le plus grand génocidaire c’est Newton, combien de morts dus aux chutes à cause de la gravité dont il a exposé des principes ?


        • jean-pierre castel 9 novembre 2012 10:15

          « Le nazisme, c’est l’esprit de la science conduit à son extrémité. » C’est faire beaucoup d’honneur au nazisme et de déshonneur à la science ! Pour vous, les théories racialistes d’un Gobineau sont de la science, ou une parodie de science ?

          « La notion de race, par exemple, qui est absente de la pensée religieuse, est issue d’une réflexion scientifique. ». Parce qu’à votre avis la notion de peuple élu l’interdiction des mariages mixtes, jusqu’à Esdras ordonnant aux Hébreux restés en Israël pendant que l’élite était déportée à Babylone, de répudier les femmes non juives qu’ils avaient prises et leurs enfants , n’a aucun rapport avec le racisme ? Ce n’était en tout cas pas l’avis d’Hitler, qui a repris pour le peuple allemand l’expression d « peuple élu ».

          Le nazisme a habillé son discours antisémite, antislave, anti minorités d’un vernis pseudo-scientifique développé par les théoriciens racialistes du XIX. 1) ce n’était pas plus (voire moins) scientifique que par exemple le marxisme, 2) ce n’était qu’un habillage verbal moderniste pour recouvrir des réalités beaucoup plus anciennes, les haines ancestrales anti juif, anti slave, anti minorités. La haine des juifs et des homosexuels a des racines évidentes dans le christianisme. La haine des slaves plonge dans l’histoire allemande du Drang nach Osten.

          Ne pas confondre le discours et les réalités sociologiques historiques. Il faut avoir une solide haine de la science pour attribuer à la science l’antisémitisme d’Hitler. J’avoue que je n’avais jamais rien entendu de tel.


        • King Al Batar King Al Batar 9 novembre 2012 11:28

          Je crois qu’il a aussi cherché à deporter des tziganes, gitans e manouche, pourtant une grosse partie de cette communauté est chrétienne...

          Je suis assez d’accord avec Philouie, sur sa manière de concevoir le nazisme.

          Les idées nauseabondes du nazisme ne peuvent venir que d’une morale humaine (mais déshumanisée) et non religieuse. Je ne penses pas que le nazisme concoive qu’il y a quelque chose de supérieur à l’Arien.

          La ou aujourd’hui les religions reviennent en force et risque d’être l’outil de manipulation privilégié de ceux qui ont leur interet dans la guerre. Le 20ème siècle a justement été le siecle ou les peuples occidentaux ont cherché à faire se démarquer le plus les peuples de leur tradition.
          Que ce soit avec le nazisme, mais aussi le communisme, en Russie, comme en Chine. Etc...
          Pas étonnant que ce soit le siècle ou il y a eu certainement le plus grand nombre de morts, massacre etc...
          Laisser le monde au mains des religion seules est très dangereux. Mais le laisser aux mains des hommes seules, et de leur propre morale l’est encore plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès