• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sur l’art d’être politiquement correct

Sur l’art d’être politiquement correct

Quelqu’un qui veut être politiquement correct ressemble à un chef-cuisinier qui, pour que personne ne se sente insulté, met dans son plat un peu de chaque ingrédient connu, après quoi il fait bouillir, puis cuire son plat avant de le faire passer par le four et le micro-ondes. Et si après et malgré tout cela une langue sensible arrive à retrouver dans le plat une trace homéopathique de goût, ceci sera dû à la pincée de démagogie qu’on lui a ajoutée pour le pimenter un peu.

Dans un film américain politiquement correct, nous verrons trois policiers – homme blanc, homme noir et femme d’apparence asiatique (qui est la chef de l’équipe, vous l’avez deviné)– qui ont pris en chasse un gang au sein duquel se mélangent avec le sens de l’harmonie sexes et nuances de la peau. Au cours du film nous apprendrons que la policière et un des bandits sont d’orientation sexuelle non traditionnelle.

On ne peut que rester incompréhensif comment les Grecs anciens dont la mythologie ne connaît point ce que c’est d’être politiquement correct ont réussi (souvent par l’intermédiaire des Romains) à peupler le ciel par des noms de planètes et de constellations et notre culture générale par des critères d’être cultivé. Leurs dieux se donnent des coups bas à gauche et à droite et néanmoins on dit que Pythagore, pour les remercier de lui avoir soufflé son théorème bien-connu, leur a sacrifié cent bœufs (c’est-à-dire a fait une hécatombe). C’est comme si les Grecs, à travers les siècles, essayaent de nous dire :”Que faire, nous sommes comme ça. C’est pourquoi nos dieux sont aussi comme ça.”

Pourtant, ils seraient bien etonnés d’apprendre que nous, qui vivons avec le sentiment que notre Dieu est plus humaniste, nous sentons souvent mal à l’aise de le montrer. Dans une ville scandinave, par exemple, la mairie peut décider de ne pas mettre un sapin de Noël à la place publique pour ne pas heurter les sentiments religieux de la minorité dont la religion a été fondée plusieurs siècles après Jésus Christ. Voilà ce qu’on appelle être politiquement correct ! Jusqu’à quand les cinq pays scandinaves continueront à brandir la croix chrétienne sur leurs drapeaux – il vaut mieux laisser cette question comme ouverte.

En Allemagne voisine, à Wuppertal, en 2014, des représentants de cette même minorité ont organisé une police de charia qui essayait de persuader les passants de ne pas boire de l’alcool, de ne pas écouter de la musique et (indépendamment de leur confession religieuse) d’aller à la mosquée. C’est ainsi que certains membres de cette minorité ont montré que, s’ils le pouvaient, ils tourneraient le dos aux lois laïques du pays pour embrasser celles de la charia.

Ces questions sont particulièrement aigües sur le fond de la vague migratoire de ces dernières années. Il y a des leaders politiques influents qui essaient de convaincre les électeurs que c’est une chance d’avoir un tel flux de gens doués qui arrivent pile-poil à temps pour nous aider à résoudre le problème du vieillissement de la population du vieux continent. Que parmi eux il y a sûrement pas mal de ceux qui rêvent de charia, ceci est mentionné bien moins souvent.

Dans les pays occidentaux, la télévision préfère nous montrer sans cesse des exemples de migrants qui se sont heureusement intégrés. Elle essaie ainsi de nous inspirer l’idée que, quitte à multiplier ces exemples, disons, par mille, et voilà, le problème des migrants sera résolu. Rappelons donc certaines vérités sans nous soucier si elles sont politiquement correctes ou non.

Dans le passé, quand la grande majorité des étrangers, qui s’etablissaient en Europe Occidentale, arrivait par voie légale (c’est-à-dire avec un visa), les pays occidentaux choisissaient eux-mêmes (en accord avec leur législation) qui ils acceptaient et qui non, en se dirigeant par la réponse à la question qui leur pouvait être utile et en quoi. Quand il s’agit de la vague migratoire actuelle, personne n’a eu la possibilité de faire des études sociologiques sur les masses qui arrivent. Qu’à leur sein il y ait plus de gens doués qu’ailleurs dans le monde, il est fortement probable que ceci nous semble douteux. Ce qui est certain c’est qu’arrivent des gens prêts à courir des risques et désirants arranger leur vie en Europe. Et qui, passé un certain temps, essayeront d’amener ici soit un petit frère, soit une petite sœur. De leurs villages natals, encouragés et inspirés par leur exemple, partiront de nouveaux et nouveaux migrants.

Sur le fond de cette migration des peuples qui ne semble pas vouloir s’arrêter toute seule, se dressent deux approches opposées dans le monde politique. Les politiquement corrects essaient de plaider, en utilisant des arguments émotionnels, pour la necessité d’ouvrir nos cœurs et de ne voir qu’un côté de la question, celui du besoin de résoudre les problèmes de ceux qui ont traversé la Méditerranée. L’autre approche est celle des leaders politiques de certains pays d’Europe Centrale et récemment de l’Italie. Ces derniers se rappellent surtout trois choses. Primo – qu’ils ont été élus pour résoudre surtout les problèmes de leurs compatriotes. Secundo – que le territoire d’une nation lui est accordé pour que celle-ci se réalise dans ses frontières dans le plan matériel, culturel, spirituel et tout autre. C’est pourquoi la nation doit décider elle-même quel étranger peut avoir le droit de venir sur son territoire. Europe unie existe depuis quelques décennies tandis que la nation a traversé des siècles de lutte pour son affirmation, avec des triomphes et des chutes. Et, enfin, tertio – qu’être politiquement responsable signifie de se poser les questions concernant les conséquences de ce que tu fais et de ne pas éviter les réponses qui fâchent. Et voici quelques-unes d’entre elles.

En Europe, il n’existe pas de sytème développé et sciemment conçu pour l’accueil organisé de telles masses de personnes et pour leur intégration. Il est clair qu’une bonne partie d’entre elles restera pour toujours. Il serait naturel que cette dernière se joigne aux communautés ethno-religieuses déjà existantes. Si en Europe il y a des prêtres salafistes, il ne faudra pas s’étonner quand dans les banlieues germeront de nouveaux îlots dans lesquels on ne vit pas selon les lois laïques mais en suivant les prescriptions de la police de charia mentionnée ci-haut. Comme ça le territoire effectif pour la réalisation de la nation rétrécira comme une peau de chagrin.

S’il y a de l’extrémisme religieux, il y aura du terrorisme aussi. Comme on le sait bien, certains des auteurs des derniers attentats sont venus de la Syrie en passant par la Grèce. Si on admet qu’en moyenne, il y a un terroriste sur 10 000 migrants, un terroriste qui arrive à commetre un attentat (contre, bien évidemment, la population locale), est-ce que les hommes politiques politiquement corrects oseront dire aux familles des victimes que leurs proches devaient être sacrifiés pour que l’on puisse résoudre les problèmes des autres 9 999 migrants ?

Meme si on laisse le problème du terrorisme à côté, avons-nous le droit ou non de nous poser la question à quoi mène ce changement forcé du visage de la nation qui consiste à lui apporter de grandes doses de population qui n’acceptera pas positivement ses racines chrétiennes et qui ne partagera pas ses valeurs laïques ? Et dans quel monde vivront (si les choses continuent comme ça) nos enfants et petits-enfants ?

Voici une partie des questions que le citoyen qui veut rester politiquement correct ne doit pas se poser. Peu importe qu’il paie des impôts et, donc, a crée une ne serait-ce que très petite partie de la prosperité matérielle de son pays. Et s’il s’agit pas d’un citoyen ordinaire mais d’un homme politique, ce dernier, avant de dire quoi que soit sur ces questions, doit d’abord être certain qu’il ne se fera pas des reproches que sont discours ressemble à celui de tel et tel leader de partie de l’extrême droite.

La necessité d’être politiquement correct se transforme souvent en sterilité qui paralyse les tentatives de dire les choses telles qu’elles sont. C’est un cauchemar pour chaque homme politique de ne faire que des rêves politiquement corrects. Vous imaginez ça – meme dans ses rêves, qu’il ne puisse pas dire ce qu’il pense ?

Et “une blague politiquement correcte” – c’est une blague.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • lala rhetorique lala rhetorique 29 septembre 16:02

    A noter qu’en allemagne, on n’est pas, à proprement parler, dans un pays laïque, car comme chez nous en Lorraine, les cultes sont clairement représentés et sur les salaires un pourcentage ponctionné pour le culte..... Donc on ne peut pas comparer l’allemagne et la france sur ce point ! sauf si on ne prend en france que les régions encore sous concordat


    • Le421 Le421 29 septembre 19:31

      @lala rhetorique
      Ouhlaà !! Votre réflexion, exacte au demeurant, gène les adeptes du politiquement incorrect orienté...


    • OMAR 29 septembre 18:56

      Omar9

      .

      Bonjour @Vladimir.

      .

      Quand Eric Zemmour déclare à Hapsatou Sy que son prénom est une insulte à la France, c’est très politiquement correcte.

       ;

      Mais que son nom est d’origine Amazigh (Maghrébine) et qu’il devrait s’appelait plutôt Gargamelle, est très incorrecte.

      .

      Et pour rester politiquement correcte, votre article est très correctement et politiquement rigolo.

       


      • popov 30 septembre 02:40

        @OMAR

         
        Tiens, notre vieil ami Omar n’est pas capable faire la différence entre un prénom et un patronyme, et cela après avoir vécu de nombreuses années en France.
         
        Ou serait-ce tout simplement de la mauvaise foi ?

      • OMAR 30 septembre 16:45

        Omar9

        .

        @popov

        .

        §ª§Õ§Ú §ß§Ñ§á§Ú§Ó§Ñ§Û§ã§ñ §Ó§à§Õ§Ü§à§Û.


      • popov 1er octobre 11:21

        @OMAR

         
        Appelez le samu, Omar s’étrangle !

      • popov 30 septembre 02:37

        @Vladimir Kostov

         
        Bonjour
         
        Article qui pose les bonnes questions, mais en termes encore timides.
         
        Je vais donc les reformuler :
         
        1 Pourquoi importer en masse des gens qui ne sont capables de faire que les boulots que les Français refusent alors qu’il suffirait d’augmenter les salaires de ces boulots provisoirement pour les rendre plus attractifs aux Français, en attendant qu’on puisse les confier à des robots.
         
        2 La compétitivité économique d’un pays dépend de plus en plus du savoir faire de sa population, c’est à dire de son niveau de formation professionnelle. Les populations européennes de souche ont un QI moyen d’environ 100 alors que les populations importées en masse de pays islamiques ont un QI moyen inférieur ou égal à 84. Un tel QI, qui est du en grande partie aux mariages consanguins pratiqués sur 50 générations est ABSOLUMENT INCOMPATIBLE avec la civilisation telle que nous la connaissons. Importer en masse des populations à QI moyen de tarés, c’est compromettre la place de l’Europe dans le monde pour les futures générations.
         
        3 En plus d’avoir un QI moyen très bas, les populations importées en masse amènent une religion barbare et arriérée qui n’a jamais rien fait d’autre que de détruire les cultures des pays où elle s’est incrustée, pour les plonger dans un long comas intellectuel. Après s’être émancipés du joug du Vatican sur la vie publique, les Européens ont-ils vraiment besoin qu’on leur ramène cette religion de Bédouins d’un autre âge qui rêve d’instaurer la charia en Europe ? 
        Ouvrez le coran et vous y découvrirez la grotesque idole des Bédouins, fabriquée à l’image du petit chef de brigands du désert : narcissique, jaloux, sanguinaire.
        Ouvrez les hadiths et vous découvrirez que les islamiques se sont donné comme « prophète » et exemple à suivre un parfait trou de balle.

        • Attila Attila 30 septembre 13:43
          « Et dans quel monde vivront (si les choses continuent comme ça) nos enfants et petits-enfants ? »
          Visiblement, cette question n’a pas l’air de préoccuper les électeurs. Pourtant, ce sont les électeurs d’aujourd’hui qui sont responsables de la situation de demain.

          .

          • Christian Labrune Christian Labrune 1er octobre 00:21
            à l’auteur,

            Je me fous complètement du politiquement correct. Il suffit d’appeler un chat un chat et de savoir dire que le roi est nu quand il est à poil.

            l’immigration ne poserait aucun problème si ceux qui viennent s’installer en France souhaitaient s’y intégrer et partager notre mode de vie. J’habite dans un quartier « chinois » où je vois plus de gens venus d’Extrême Orient que d’Européens, et c’est fort agréable. Un Chinois s’était fait massacrer à Aubervilliers, il y a deux ans. J’avais manifesté avec eux de la République à la Bastille. Ils chantaient la Marseillaise, arboraient des milliers de petits drapeaux tricolores et ils avaient hurlé pendant deux heures la devise de la République. Des démonstrations de nationalisme que les Français n’oseraient plus, et je me suis dit ce jour-là qu’ils étaient décidément plus français et patriotes que nous ne le sommes. C’est que nous sommes nés par hasard ici, mais eux savent très bien que s’ils sont venus en France, c’était pour fuir des régimes totalitaires, et par amour d’une certaine idée la liberté qu’on a longtemps associée à la France. Je me demande tout de même, à voir ces politiciens qui crachent sur leur propre pays et font tout pour l’abaisser, si cette réputation est encore méritée.

            Les imbéciles qui considéraient les attentats en Israël avaient coutume d’expliquer ça en récitant la fable d’une « occupations de territoires ». Mais il y aura eu plus d’assassinats en France ces dernières années, et bien plus massifs, qu’en Israël dans la même période. Où sont les « territoires occupés », en France qui expliqueraient ce phénomène ? Les seuls territoires occupés sont les territoires perdus de la République, et c’est l’islamisme le plus obscurantiste qui en a pris possession, avec la complicité de pas mal de politiciens locaux devenus de parfaits collabos du totalitarisme islamique.

            Sur AgoraVox, les défenseurs de l’islamisme le plus immonde sont nombreux. Ils sont nos ennemis déclarés et il n’y ont pas leur place. Il serait temps de considérer qu’il n’y a pas à discuter les conneries qu’on peut lire et qu’il n’y a pas à perdre du temps à argumenter avec des imbéciles irrécupérables. Qu’ils dégagent. 

            • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 1er octobre 14:08
              Il n’y a pas de problème de migrants insurmontable. L’intégration puis la totale,, harmonieuse et enrichissante pour la France assimilation de la première vague de« boat people », venue du Vietnam en est la preuve.
              Le principal problème, mais de taille vient du, fait que à 98% les migrants actuels sont musulmans. (Voir plus haut le commentaire de Popov pour comprendre pourquoi).

              • JL JL 1er octobre 14:43

                @VICTOR Ayoli
                 

                ’’ Il n’y a pas de problème de migrants insurmontable. L’intégration puis la totale,, harmonieuse et enrichissante pour la France assimilation de la première vague de« boat people », venue du Vietnam en est la preuve.’’
                 
                Sauf que, sur les boat-people, il y avait surtout des ressortissants des classes moyennes et supérieures, les privilégiés du temps de la colonisation, en quelque sorte, les classes compradores. 
                 
                Nuance, donc. 
                 
                Les boat-people (terme construit à partir des mots anglais « bateau » et « gens ») sont à l’origine des migrants qui fuyaient le Viêt Nam principalement dans les années 1980 par voie de mer, pays à économie dirigée et interdisant la liberté du commerce et la liberté d’opinion.

              • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 1er octobre 15:00

                @JL
                Ce que vous dites ’est pas faux concernant les Vietnamiens. Mais cette partie de mon commentaire n’est qu’une illustration, l’essentiel est là : "Le principal problème, mais de taille vient du fait que 98% les migrants actuels sont musulmans. (Voir plus haut le commentaire de Popov pour comprendre pourquoi).


              • Christian Labrune Christian Labrune 2 octobre 15:47
                Le principal problème, mais de taille vient du fait que 98% les migrants actuels sont musulmans.
                ...................................................................... .......
                @VICTOR Ayoli

                L’objectif des Frères musulmans - et avec l’UOIF, ils ont pignon sur rue en France - n’a pas varié depuis Hassan al-Banna, c’est la création d’un califat mondial qui imposera partout l’islam. En cela, ils ne diffèrent en rien, du point de vue des ambitions, des djihadistes de l’état coranique à Raqqa. Leur stratégie est seulement différente, et le seul reproche qu’ils fassent aux petits soldats d’Abu Bakr el-Baghdadi c’est seulement d’avoir voulu aller trop vite et d’avoir mis la charrue avant les boeufs pour le résultat que l’on sait. Il leur semble en effet infiniment plus efficace ce prendre le temps qu’il faut pour s’infiltrer dans les associations des municipalités où ils ont des adeptes afin de pouvoir s’y imposer peu à peu et, de proche en proche, d’y faire passer dans les faits les principes de la charia. Quelques provocations calculées : collégiennes portant foulard, burkini, cantines halal, piscines réservées aux femmes, jouant sur la corde des libertés démocratiques ont eu tôt fait de troubler les imbéciles qui ne comprennent rien à cette stratégie insidieuse et perverse.
                Il semble qu’il y ait eu aujourd’hui, dans le nord de la France, une grande opération contre des réseaux islamistes liés directement au terrorisme. On parle de plusieurs centaines de policiers engagés, de perquisitions et d’arrestations. Ce n’est pas trop tôt, mais cela vient quand même un peu tard : il y a déjà trop longtemps que le ver est dans le fruit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Vladimir Kostov


Voir ses articles







Palmarès