• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sur les écrans plats nos vies modernes

Sur les écrans plats nos vies modernes

Ma correctrice habituelle m'avait sermonné largement. Je calais tout le temps dans mes articles mon dégoût absolu de l'usage des « smartphones ». Elle était exigeante, quand je me laissais aller à mon « gimmick », je me faisais bien enguirlander. Mais cependant, je crois que de temps en temps, pour résister à la tentation, il est plus simple d'y céder. Je vais me gêner ! dans ce petit texte, je vais en parler en long, en large et en travers. C'est un sujet qui vous préoccupe tous les instants pourtant, il va intéresser les lecteurs. Ou pas.

Je lui en demande pardon par avance à ma correctrice et lui dédie les quelques paragraphes suivants...

...Et pourtant nous passions des heures au téléphone. Mais elle et moi ce n'était pas pareil que vous.

Nous vivons à une époque où les moyens de communication n'ont jamais été aussi nombreux, jamais été aussi efficaces également. Certains se demandent comment on faisait pour vivre sans il y a peine vingt ans. Ce temps où poutr téléphoner il fallait trouver une cabine publique et où l'on ne se réunissait pas virtuellement mais dans un endroit maintenant méconnu par les adolescents qui le méprisent, le dédaignant s'il n'y a pas la « wifi ». C'est le plus important, on paye un « coca » pour trois et on « textotte » et on « essèmesse », et on « maile »...

Les plus jeunes ne se posent d'ailleurs même pas la question, le « smartphone » a toujours fait partie de leur vie, il définit pour les plus « addicts » leur dignité sociale. Et l'appareil est comme greffé à leur paume en attendant de pouvoir en disposer sous la peau vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Dans la rue, dans les transports en commun, dans les musées, au cinéma, au théâtre, au concert, c'est automatique, chacun ou presque a les yeux rivés sur son plus ou moins minuscule écran. Dés que l'on se sent incommodé par le regard de l'autre, dés que l'on veut reprendre contenance, on sort nerveusement le téléphone de sa poche tel le « junkie » cherchant sa « dose » nerveusement. Il y a quelques années un sondage affirmait que plus de la moitié des utilisateurs donnant l'impression d'avoir une conversation animée dans la rue faisaient semblant plus ou moins adroitement pour avoir la paix.

Qui ne s'est jamais posé la question sur ces petits téléphonistes que l'on croise ?

J'oublierai la technique du « SMS » urgent pour éviter toute interaction sociale...

Les amoureux ne se parlent plus les yeux dans les yeux, ils s'échangent des photos sur « Instagram » ou « Facebook » et ils s'amusent en regardant des vidéos de petits chatons ou d'ados bourrés. Un peu partout on voit de ces couples n'échangeant que quelques borborygmes d'appréciation ou de dénégation, à peine un mot parfois quand c'est vraiment indispensable, quand il n'y a pas d'alternatives. Voilà qui réduit un peu le « vocabulaire du tendre », et sa carte.

La plupart reconnaîssent leur addiction grave au « smartphone » mais eux c'est pas pareil que les autres usagers, eux ils contrôlent même si comme tout le monde ils ne l'éteignent jamais. Ils prétendent qu'ils en ont besoin pour leur travail, ils ont un réseau tellement important que cela nécessite un outil technique de pointe, ou alors l'argument le moins fatiguant, de toutes façons tout le monde en a un. C'est un peu comme les automobilistes parlant des mauvais conducteurs, le mauvais, le pas doué c'est toujours l'autre. C'est comparable également aux fumeurs « accros » au tabac, celui qui est incapable de se libérer c'est encore l'autre fumeur.

Je vais devoir couper court à cet article, j'ai une alerte, un « SMS » urgent...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury – Grandgil

illustration empruntée ici


Moyenne des avis sur cet article :  1.9/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Buzzcocks 28 juin 11:42

    Je vous mets un like ?


    • poussière 28 juin 15:20

      Le smartphone est devenu est un véritable greffon ! Il y a quelques temps virtuels j’ai lu un excellent article sur le blog de passager 120 aujourd’hui disparu. J’ai retrouvé cet article par ailleurs : 


      L’enfantement des écrans (de Mathias Demain)

      « Les écrans portent bien leur nom. Ils font écran à la conscience pleine de l’existence et nous font perdre la notion du temps.

      Les écrans absorbent jusqu’à la presque totalité de notre existence, ils nous attirent sans cesse car ils répondent à nos désirs immédiatement.

      Répondre à nos désirs immédiats, n’est-ce pas se révéler enfant à jamais ? Les écrans seraient donc le vecteur d’une forme d’immaturité collective.

      Mais les écrans sont ambivalents : d’un côté, ils se révèlent être des outils d’une efficacité redoutable ; de l’autre, une source intarissable de divertissements. L’ampleur considérable du divertissement se cache derrière sa petite fonction d’outil, ainsi l’honneur est sauf donc. Pourtant, la culture véritable, bien souvent, s’en est allée.

      L’immaturité et l’impulsivité du « no limit » vont pouvoir donc régner à échelle civilisationnelle, comme un nouvel art de vivre.

      Nous ne parlerons pas des adultes dans cet article mais juste des enfants.

      .........

      L’instantanéité semble devenir la règle de vie, et les plaisirs comme les désirs désorganisent des liens sociaux et les font disparaître dans la grande soupe du virtuel. Nos relations deviennent conditionnelles et mécaniques, filtrées par nos écrans de smartphones. Sous couvert de nous rapprocher, les écrans nous ont éloignés les uns des autres, et plus encore de nous-même ainsi que du monde réel de la vie. »

      L’article entier ici


      • Armelle Armelle 30 juin 10:01

        Bonjour Monsieur Grandgil,
        Tout cela est bien factuel, mais néanmoins s’inscrit dans un contexte intergénérationnel, lequel à travers l’impensable évolution des technologies fait que la génération des plus âgés ne percevront que les mauvais aspects pour celle des plus jeunes qui elle dépassera forcément l’objectif initial...
        Sans doute nos enfants s’offusqueront quand ils feront dans 30 ans les mêmes constats quant aux moyens qu’utiliseront leurs petits enfants...
        Finalement le vrai sujet n’est peut être pas le téléphone ou tout nouvel objet de communication et d’information mais tout simplement l’humain lui même et son comportement à l’égard de la technologie. Einstein n’a pas inventé la bombe atomique, ou bien l’argent n’est pas mauvais (comme certains le prétendent), c’est ce qu’on en fait qui peut être mauvais, ou bien encore la télévision qui, utilisée avec intelligence peut être un formidable outil d’information mais peut aussi en revanche devenir un véritable outil abêtissant ou un exécrable support de propagande...
        Et à travers votre article (tout à fait objectif dans les faits cependant), on peut percevoir une culpabilisation de « l’outil », moi je pencherait plutôt et de façon générale sur la non responsabilité individuelle de l’utilisateur car pour pousser au bout la démarche, nous devrions alors retirer de toutes les cuisines, tous les couteaux de bouchers qui parfois finissent leur vie dans la poitrine de gens indésirables pour d’autres...
        Je trouve que l’humain est pourvu d’une déconcertante facilité à toujours chercher un coupable autre que lui-même, et si c’est ce message que vous aurez voulu faire passer, et bien pardonnez-moi, je ne l’aurai pas perçu !!! J’aurai davantage perçu la critique à l’égard de l’outil dont la forme de l’utilisation n’est initiée QUE PAR L’UTILISATEUR...comme la plupart de ce qui nous entoure
        Et c’est bien là le problème de nos sociétés qui, plutôt que de tenter élaborer un environnement et une éducation favorable à la construction d’esprits sains et responsables, optent plutôt pour la construction d’un cadre en oubliant totalement une caractéristique fondamentale propre à l’humain qu’est la prédisposition à la transgression...

         


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 30 juin 11:00

          @Armelle
          Ah, vous réduisez cela à un texte de vieux con... ?

          Non, le smartphone a des conséquences dommageables et d’ailleurs pas seulement sur les jeunes loin de là. Je ne les limite d’ailleurs pas aux jeunes.
          Un outil implique forcément des usages voire un détournement des usages prévus (relisez Michel de Certeau sur le sujet), en lui-même le smartphone reste objectivement inutile.

        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 30 juin 11:01

          @Armelle
          Je rajouterai que des nos jours les personnes ne veulent surtout que l’on critique, que l’on analyse leurs pratiques même s’ils savent qu’elles sont mauvaises.


        • Armelle Armelle 30 juin 15:10

          @Amaury Grandgil
          Vous me faites rire Monsieur Grandgil,

          « Un outil implique forcément des usages voire un détournement des usages prévus »

          C’est juste ce que j’écris mais bon ! s’il vous plaît de recopier sous une autre forme tout en me contredisant, et bien à votre aise cher Monsieur.
          Et ne vous en déplaise, à la question, le smartphone a t’il des conséquences dommageables, la réponse est bien évidemment NON !!! c’est son utilisation détournée et abusive qui est mauvaise, et que de dire que celui-ci est inutile est oublier quand même sa fonction 1ère, car au cas où vous auriez oublié, on peut même appeler qqu’un avec dites donc !!! C’est chouette non ?
          En suivant votre démarche intellectuelle, le billard est dangereux, on peut avaler une boule et s’étouffer !!! le chocolat aussi si en mange un kilo par jour !!!
          ...mon dieu quelle misère !!!
          On fait preuve de si peu de discernement dans l’enseignement ?
          ...Et c’est moi qui réduit cela à un texte de vieux con ? C’est tout simplement risible

          Et puis je n’ai nullement besoin des écrits de Michel de Certeau pour analyser et définir un principe qui pour bcp s’impose comme une évidence... même si je respecte le travail de ce Monsieur. Votre problème à vous, enseignants, c’est que vous devenez si peu crédibles au fil du temps que vous vous sentez toujours obligés d’adosser vos propos à d’ illustres références... Et ;; ; penser par vous même, ça vous arrive


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er juillet 10:26

          @Armelle
          Plutôt que d’avoir la prétention grotesque de croire que ce que je pense naît ex nihilo je préfère convoquer un auteur qui a déjà étudié le sujet mieux que je ne le ferais.
          Pour appeler et recevoir des appels et textoter un smartphone sophistiqué est inutile, un petit téléphone , comme le mien d’ailleurs, suffit largement.
          Les matériaux composant smartphone sont produits par des ouvriers, comme en chine, surexploités et exposés à des boues rares nocives donc oui en tant que tel l’objet est dangereux, au moins pour eux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès