• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sur une autre garde à vue

Sur une autre garde à vue

Si l’attentat de Trèbes a remis au premier plan la notion d’héroïsme, elle pose aussi la question des limites de la liberté d’expression dans notre pays

 Au départ, il y a le geste admirable d’un homme de 45 ans, Arnaud Beltrame, officier de gendarmerie de son état, qui s’offre en otage à la place d’une caissière effarée par la soudaineté de cette nouvelle attaque terroriste. En face de lui, dans ce supermarché, il y a un homme jeune, déterminé, violent, aux marges de la raison. Un de ces êtres immatures qui semblent n’être venus au monde que pour causer la souffrance et la mort des autres, gens de peu n’aspirant qu’à une vie simple et tranquille. Un candidat déclaré au martyre et un fonctionnaire généreux, qui va pousser le sens du devoir jusqu’au sacrifice, deux heures plus tard, de sa propre vie - pas de définition plus juste de l’héroïsme. Son assassin sera abattu, guère après : gageons que s’il y a un paradis au-delà de cette vie, ce n’est pas lui qui y entrera le premier. Ici bas, dans cette paisible commune du Sud-ouest puis dans tout le pays, c’est la consternation. Encore des morts et des blessés qui s’ajoutent à la liste déjà longue des victimes du terrorisme depuis six ans maintenant. Des vies fauchées pour rien dans cette guerre asymétrique contre l’ordre du monde ; une lutte du passé contre le présent – de la transcendance contre l’immanence, dirait Georges Bataille –, une lutte perdue d’avance pour ceux qui nous l’ont déclarée.

 Le lendemain, alors que la France entière est sous le coup de l’émotion, c’est le tweet odieux d’un homme – un Français bon teint – qui fait polémique sur le Net, ajoutant de l’indignation à la colère. Comment, en effet, peut-on se réjouir de la mort d’un homme au motif qu’il était gendarme et que certains de ses collègues ont commis l’irréparable, voici quelques années à Sivens, contre Rémi Fraisse, un jeune militant écologiste de 21 ans ? L’amalgame est grossier, stupide, ignoble. Il appelle sans nul doute une réfutation énergique sur ces mêmes réseaux sociaux qui l’ont véhiculé. Mais une arrestation et une garde à vue ? C’est pourtant ce qui va arriver, quelques heures plus tard, à l’auteur de cette parole provocatrice – par ailleurs militant d’une formation politique de gauche. Du coup, la perplexité et l’indignation changent de camp. 

Le motif invoqué par les autorités est « apologie du terrorisme ». Ce tweet, nous l’avons lu et, sincèrement, nous n’y avons trouvé que de la haine pour les gendarmes, pas de la sympathie pour le terroriste ou la justification idéologique de son crime. Ce serait pourtant ce genre de propos qui pourrait tomber sous ce chef d’accusation. Là, on a simplement affaire à un rebelle, quelqu’un qui ne s’aligne pas sur l’opinion partagée par l’immense majorité des Français, mélange d’admiration et de compassion pour le gendarme assassiné ; quelqu’un dont la parole fait dissensus mais qui n’est pas impliqué, de près ou de loin, dans cet horrible attentat. Depuis quand est-ce condamnable en démocratie ? Et quid de la liberté d’expression si chère aux fondateurs de notre république ? Tout se passe comme si un processus de sacralisation de l’état s’opérait à travers la personne d’un de ses représentants. Dans une troublante mise en abîme avec ceux qui, sur notre territoire, réclament la condamnation de tel ou tel dessinateur pour blasphème envers leur prophète, au mépris du principe de laïcité, pourtant l’un des piliers de notre république.

Cette affaire et ses conséquences méritent d’être sérieusement méditées. Elle confirme l’inquiétante régression des libertés publiques à laquelle nous assistons depuis quelques années, sous couvert de l’état d’urgence et autres mesures de coercition. Elle confirme le contrôle et l’emprise, de plus en plus grands, de l’état sur les propos des simples citoyens au motif de la sécurité générale. N’est-ce pas les méthodes de ces états autoritaires – de plus en plus nombreux autour de nous – que nos dirigeants reprennent progressivement à leur compte ?

 

Jacques LUCCHESI


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • gueule de bois 27 mars 2018 09:45

    Bien que désapprouvant complètement le twitt, le jugeant stupide, inapproprié, insultant pour le corps des gendarmes et la famille du disparu, je suis de l’avis de l’auteur.
    Il n’y a pas matière à sanctionner, il n’y a pas « d’apologie du terrorisme », il y a la haine exprimée d’un corps constitué. Cela ne mérite pas la prison.
    Aurait-on emprisonné Georges Brassens pour ’Le Marché de Brive La Gaillarde’ ?


    • ZenZoe ZenZoe 27 mars 2018 09:56

      Je suis bien contente que quelqu’un écrive un article à ce sujet dont j’approuve complètement le propos. L’abjection n’est pas un délit.

      Et c’est marrant comme on trouve toujours des raisons pour ne pas emprisonner les fichés S qui crient leur haine de la France, mais on trouve de quoi le faire pour un simple con et lâche de surcroit. Et personne ne voit où est le problème !


      • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 27 mars 2018 10:03

        @ZenZoe

        D’accord avec vous et avec l’auteur de l’article, je pense que le battage fait vise essentiellement à montrer du doigt un parti politique qui n’a pas encore été éliminé et qui ne sert pas les oligarques.


      • MERLIN MERLIN 27 mars 2018 20:34

        @bob14
        Vous ne l’êtes pas « gouverné », vivez vous hors de France ? Ceci dit on est en accord, j’ajouterais que leurs « bras cassés » le sont volontairement, la politique du chaos, diviser pour mieux régner, le choc des civilisations etc etc.......


      • leypanou 27 mars 2018 10:04

        quelqu’un dont la parole fait dissensus mais qui n’est pas impliqué, de près ou de loin, dans cet horrible attentat. Depuis quand est-ce condamnable en démocratie ?  : parce que dans cette démocratie là, on doit tous avoir le même sentiment sur les évènements.

        Je dirais même plus : sur certains sujets, on doit être comme tout le monde, par exemple le réchauffement climatique, les vaccins, la Syrie, la Russie, l’Iran, la-seule-démocratie-au-proche-orient, etc, etc. Pour le moment, ce n’est pas condamné juridiquement, mais avec la loi que concocte le gouvernement sur les fake news, il risque d’en être autrement. Et Google, Facebook et Youtube sont en train de préparer tout ce qu’on pourra voir, entendre et lire (cf aussi M Le Pen sur la publication d’images violentes ou quelque de ce genre).

        Aux États-Unis, ils ont le 1er amendement, nous, on a la loi Gayssot.


        • Trelawney Trelawney 27 mars 2018 10:28

          Je vous rejoints dans votre article.

          Que cet abruti écrive un commentaire insultant, sur la mort de ce gendarme et que la vindicte populaire le condamne devrait suffire. Après tout le pilori est une punition suffisante ;
          Qu’on le mette en garde à vous pour certainement une comparution immédiate devant les tribunaux et la peine de prison qui va avec, laisse plus à penser que l’état et sa justice s’acharnent sur cet idiot du village pour masquer leurs carences dans d’autres domaines.

          Un peu avant le commentaire de cet ahuri, une autre ahurie et pas des moindre puisque journaliste au Figaro et accessoirement compagne de bistro de d’Élisabeth Lévy s’était fendue de ceci
          « Ne jugeons pas trop vite cet homme en héros, il a peut-être mis des mains aux fesses à Saint-Cyr »

          Elle n’a pas été inquiétée le moins du monde. Est-ce que la parole d’un "journaliste serait plus protégée que celle d’un citoyen ? Il semble que oui !

          • Julien30 Julien30 27 mars 2018 13:29

            @Trelawney
            Pas grand chose à voir entre les deux commentaires, celui de Bastié était ironique et ne se réjouissait pas de la mort du gendarme, et contrairement à l’autre dégénéré elle s’en est excusée.


          • Trelawney Trelawney 27 mars 2018 14:03

            @Julien30
            Chacun ses valeurs, mais coté intellect je les place au même niveau


          • Julien30 Julien30 27 mars 2018 14:09

            @Trelawney
            Vous avez apparemment de grandes difficultés de discernement.


          • tinga 27 mars 2018 11:55

            Monsieur « al nostra fait du bon boulot » n’a pas été poursuivi pour apologie du terrorisme, certains prétendent même qu’il serait président du conseil constitutionnel, encore une théorie complotiste.



            • Christian Labrune Christian Labrune 27 mars 2018 12:07

              à l’auteur,
              Sans les collabos de l’islamo-gauchisme, on n’en serait probablement pas là. Si les jihadistes n’avaient pas pu compter sur la complicité d’irresponsables dans les media et le soutien des municipalités « de gauche » dans les banlieues, complicité que dénonçait très bien un bouquin de Cécile Pina (Silence coupable), les islamistes n’auraient jamais pu déverser une propagande destinée à radicaliser efficacement les imbéciles et dont on voit aujourd’hui les beaux résultats.

              On est dans une espèce de guerre, il y a eu des morts. Il y a un ennemi déclaré dont on connaît les objectifs et la stratégie : celle-ci est très clairement définie dans les écrits de Hassan el-Banna et de Sayyied Qutb. Des gouvernements relativement impuissants, au lieu de prendre des mesures efficaces, préfèrent prévenir la population que cela ne va pas s’arrêter là, qu’il y aura d’autres attentats et d’autres morts.

              Des imbéciles français se réjouissent de ces massacres. Du parti de Mélenchon, après les égorgements de marseille, étaient déjà sortis, sur Twitter, des propos infects propres à encourager d’autres amateurs du travail au couteau de cuisine. Je trouve que cela a assez duré. L’imbécillité est tolérable quand elle n’est préjudiciable qu’à l’imbécile. Dans le cas qui nous occupe, elle devient criminelle et doit donc être traitée en conséquence.


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 mars 2018 12:14

                @Christian Labrune

                Parfaitement analysé :

                Sans les collabos de l’islamo-gauchisme, on n’en serait probablement pas là. Si les jihadistes n’avaient pas pu compter sur la complicité d’irresponsables dans les media et le soutien des municipalités « de gauche » dans les banlieues, complicité que dénonçait très bien un bouquin de Cécile Pina (Silence coupable), les islamistes n’auraient jamais pu déverser une propagande destinée à radicaliser efficacement les imbéciles et dont on voit aujourd’hui les beaux résultats.

                On est dans une espèce de guerre, il y a eu des morts. Il y a un ennemi déclaré dont on connaît les objectifs et la stratégie : celle-ci est très clairement définie dans les écrits de Hassan el-Banna et de Sayyied Qutb. Des gouvernements relativement impuissants, au lieu de prendre des mesures efficaces, préfèrent prévenir la population que cela ne va pas s’arrêter là, qu’il y aura d’autres attentats et d’autres morts.

                Des imbéciles français se réjouissent de ces massacres. Du parti de Mélenchon, après les égorgements de Marseille, étaient déjà sortis, sur Twitter, des propos infects propres à encourager d’autres amateurs du travail au couteau de cuisine.

                Je trouve que cela a assez duré.

                L’imbécillité est tolérable quand elle n’est préjudiciable qu’à l’imbécile.

                Dans le cas qui nous occupe, elle devient criminelle et doit donc être traitée en conséquence."

                Bien vu.
                Renaud Bouchard


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 27 mars 2018 12:11

                A l’auteur.

                Analyse intéressante mais il me semble que face à un tel abruti vos propos demeureraient incompris.
                Pareil minus habens étant probablement incapable de discerner ce que vous décrivez avec raison, il n’en demeure pas moins que seul un rappel à la loi (c’est d’ailleurs sa fonction) est à même de recadrer les idées.

                On ne se réjouit pas de la mort d’un soldat même si l’on éprouve un rejet de l’institution militaire, policière ou autre.

                Un mort, quatre morts en l’espèce, resteront toujours quatre morts de trop, même pour le triste assassin au cerveau obscurci par une théophanie dévoyée.

                Je pense à une autre abrutie qui, elle aussi, a sans doute perdu une excellente occasion de se taire en salissant la mémoire du malheureux père Jacques Hamel assassiné dans son église :

                https://www.closermag.fr/politique/une-elue-ps-se-moque-de-la-mort-du-pere-jacques-hamel-et-s-attire-les-foudres-de-twitter-645952

                Dans le cas que vous évoquez je ne suis pas sûr qu’un « lynchage » à base de réseaux sociaux soit non plus l’idéal.

                La loi me semble plus adéquate et l’on peut souhaiter que,soit par admonestation, soit par amende, l’intéressé rencontrera un juge qui lui expliquera le pourquoi du comment et le calmera pour l’avenir.

                Quant aux cris d’indignation de la représentation politique dont il se réclamait et qui a proprement renié (avec raison) son sympathisant, on aimerait qu’il en soit de même avec ce député qui semble avoir trouvé normal la tenue d’un happening au sein de la basilique Saint-Denis.

                Pas un pour racheter l’autre, manifestement.

                Bien à vous,

                Renaud Bouchard


                • magma magma 27 mars 2018 15:32

                  l’auteur : j’aimerais vous poser une question. Que pensez vous de Marine le pen et Collard mis en examen pour apologie de terrorisme. Idem pour Zemmour ?


                  • eddofr eddofr 27 mars 2018 16:58

                    @magma


                    J’en pense que c’est absurde.

                    Autant je les crois légalement condamnables, pour incitation à la haine (raciale et religieuse). 
                    Leur but était clairement de provoquer la haine des musulmans en mettant en avant les actes des islamistes.

                    Autant on ne peut les accuser de faire l’apologie du terrorisme islamiste.

                  • V_Parlier V_Parlier 27 mars 2018 17:45

                    @magma
                    Je pense que s’en prendre pour ces motifs à ces gens relève du comble de l’hypocrisie quand on voit que les mêmes accusateurs soutiennent ce gars là : https://www.youtube.com/watch?v=Kafv1JXsOQE . Il y a un moment où il faut savoir ce qu’on veut.


                  • magma magma 27 mars 2018 18:59

                    @eddofr
                    je me fais l’avocat du diable, on ne peut pas a chaque fois qu’on s’oppose a l’islam, et ces actes ne sont pas inventée, prétexter l’incitation au racisme, mais c’était un peu pour dire que c’est du même tonneau, et on prend les gens pour des idiots. de même tous ces procès pour calomnie qui encombrent la justice dès qu’un homme politique reçoit un quolibet.

                    il est logique que l’état réagisse car c’est tout de même scandaleux, de la part d’un politique reconnu, ce genre de propos. Toutefois me semble plus inquiétant la volonté de museler toute personne qui ne sera pas dans le giron de ce qui doit être. Prenons la loi sur les fakenews, qui me parait extrêmement dangereuse car elle coupera court à dévoiler certaines informations. Imaginons par exemple qu’un soir je vois Philippe boxer une femme dans la rue. Je révèle cette information, par contre je suis incapable de le prouver. Avec une loi anti fakenews, je peux préparer ma batterie d’avocat. Dans la mesure ou Mr macron a si bien controlé les médias lors de son élection, puis après, on sent que l’outil de communication est l’un des vecteurs fondamental de la vitrine macron, et l’on peut s’inquiéter a juste raison de l’arsenal juridique agrémenté d’ordonnance de museler la contradiction ou dans un sens plus large ce qui ne va pas dans le sens de ce gouvernement, suffit de voir le ravissement quotidien sans contradiction des médias.


                  • zygzornifle zygzornifle 27 mars 2018 17:22

                    des limites de la liberté d’expression dans notre pays.


                    Sarko l’avait déjà bien égratigné , Hollande avait continué et maintenant Macron va lui mettre le coup de grâce ....
                    Maintenant il y a un radar mouchard pour chaque mot de prononcé ....

                    • zygzornifle zygzornifle 27 mars 2018 17:24

                      en tout cas ces crimes odieux servent indirectement le gouvernement passant sous silence la grogne des cheminots des avocats et autres sujet de mécontentement


                      • L'Astronome L’Astronome 28 mars 2018 09:53

                         
                        « Otage » vient du mot « hôte », et désignait en vieux français « la personne qu’on remet à un général avec qui l’on traite pour assurer l’exécution d’un traité ». La personne courait des risques, mais pas forcément, et surtout elle était volontaire. Les otages étant généralement logés chez celui auprès de qui ils étaient envoyés, le mot a été pris comme désignation de la personne, après avoir signifié : logement, demeure ; le changement de sens a pu se produire notamment dans les expressions comme : « prendre, laisser en ostage ».
                         
                        Dans l’affaire de l’assassinat de Trèbes, on a affaire au vrai sens du mot « otage », et non à celui que nous rabâchent stupidement les médias : « les passagers ont été pris en otages par les grévistes ».
                         


                        • xana 29 mars 2018 00:47

                          Merci Jacques Luccesi pour ce point de vue qui me semble beaucoup plus raisonnable que l’hystérie ambiante.
                          J’imagine que je peux comprendre POURQUOI ce type s’est réjoui de la mort d’un gendarme, ayant été jeune et m’étant frotté parfois aux gardes mobiles. Cela n’excuse pas son intervention parfaitement déplacée - surtout dans le cas précis d’un gendarme qui a risqué sa vie pour autrui. De là à le mettre en taule, effectivement le parquet devrait demander qu’on déterre aussi les restes de Georges Brassens qui lui non plus n’aimait pas les flics et n’hésitait pas à le dire.

                          Pour ce brave gendarme, je dirais que ce n’était pas nécessairement un héros dans la vie de tous les jours, même si tout le monde l’encense aujourd’hui. Il a cédé à un bon mouvement, bravo, vous en auriez peut-être fait autant sans être nécessairement gendarme : Il existe encore des gens capables d’un beau geste, et ce gendarme l’a fait. Il s’en est peut-être mordu les doigts ensuite, se traitant de tous les noms, qui sait. Mais l’important c’est qu’il l’ait fait, spontanément, sans réfléchir.

                          Je lui tire volontiers mon chapeau, mais je ne le tire pas à la horde des thuriféraires professionnels qui clament ses louanges à longueur d’articles. Je trouve indécent de faire de la pige avec la mort d’autrui. Dans la société merchandisée on n’a pas le rouge au front facilement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès