• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Syndicats : d’après nos médias, ils ne servent à rien (...)

Syndicats : d’après nos médias, ils ne servent à rien !

C’est vrai que lors des dernières manifestations et autres mouvement sociaux, il n’y a pas eu beaucoup de monde pour soutenir les luttes des prolétaires contre les injustices sociales, pour soutenir le monde du travail. Alors, les quotidiens néolibéraux, comme le Monde, le Figaro, l’Express, etc, … font leur Une en posant comme question : “A quoi servent les syndicats ?”, ou « A quoi sert le 1er Mai ? ». Plus généralement, insidieusement, ils sous entendent : « A quoi sert la lutte des travailleurs, des salariés, des exploités ? », « A quoi sert de lutter, de résister ? ». Alors, Je pose la question suivante, pourquoi les capitalistes et leurs médias posent cette question ? Pourquoi cherchent-ils à décourager encore davantage les travailleurs, les salariés, qui sont en majorité soumis au capital et au système rétrograde et dépassé du capitalisme ? Une démocratie d’opérette qui opère un coup à droite par des néolibéraux déchainés et décomplexés tels des Bush, Sarkozy et Thatcher et un autre coup par les néolibéraux du parti concurrent, tels des Hollande, Clinton ou Blair, encore plus dévastatrice pour les salariés et les travailleurs.

Nos médias aiment bien les chiffres et les statistiques, surtout lorsqu’il s’agit de discréditer les syndicats qui selon eux n’arrivent pas à mobiliser ou ne seraient pas représentatifs. Nos médias, si friands d’analyses à deux balles et à répétition, oublient consciencieusement certaines données, alors je leur soumets quelques pistes de réflexions :

  • En quoi les syndicats seraient-ils moins représentatifs que les partis qui nous dirigent alors que le nombre total d’encartés dans ces partis politiques est moins important que celui de la seule CGT ?
  • La représentativité se mesure aussi au nombre de votants aux diverses consultations, et là non plus il n’y a pas photo ; alors qu’aux élections « politiques » il y a en moyenne moins d’un électeur sur deux qui vote, aux élections professionnelles les travailleurs, eux, participent massivement, alors qui est le plus représentatif ?
  • Certes on peut regretter le nombre trop faible d’adhérents dans les syndicats, mais ces plumitifs aux ordres qui versent des larmes de crocodiles sur le syndicalisme français, connaissent les causes de cette relative désaffection mais ne le dénoncent jamais : le chômage, la désindustrialisation, la répression, la division syndicale entretenue par le pouvoir et le patronat …
  • Et pour changer de registre, ils pourraient par exemple se demander : « A quoi sert un capitaliste ? »

La meilleure façon de défendre et renforcer le syndicalisme c’est en toute circonstance défendre les intérêts de classe des travailleurs dans le respect de la démocratie syndicale et ouvrière, en recherchant l’unité la plus large avec les travailleurs. Les peuples occidentaux hypnotisés par les propagandes et la domination culturelle du capital, oublient le chômage, les injustices sociales, les guerres continues des armées impériales sur d’autres continents, sont sagement assis devant leur télé, jouant docilement avec leurs I ’i phones ! En d’autres termes, les représentants culturels et politiques de la classe dirigeante et de l’idéologie dominante ont gagné la bataille idéologique. Bien sûr cela ne signifie pas que cette domination soit absolue, car cela va aussi faire naître la nécessité d’un nouveau travail pour identifier les faiblesses du capital et les points d’appui des exploités.

Chez Gramsci, la phase hégémonique du capitalisme correspond à un moment historique où la bourgeoisie ne domine pas parce qu’elle détient la direction politique, mais parce qu’il y a un consentement actif de ceux qu’elle domine : « S’il y a un affaiblissement des syndicats de classes, s’il n’y a pas beaucoup de monde pour soutenir les luttes des prolétaires, des salariés, contre les injustices sociales, c’est qu’il y a un consentement volontaire des exploités en Europe. Autrement dit malgré des intérêts contradictoires de l’ensemble des citoyens, qui vivent de leur force de travail et de ceux qui vivent de leur capital ,malgré des crises profondes, des inégalités croissantes, de surveillance généralisée et de guerres continues, l’idéologie du capital domine . »

C’est contre cette hégémonie qu’il faut se battre, seuls des choix économiques, sociaux, démocratiques et écologiste, porteurs de justice sociale, d’égalité et de solidarité peuvent sauver l’humanité. C’est la seule voie d’avenir. C’est l’heure de la faire entendre.

Jo en baladant sur Bellaciao

« Si tu ne participes pas à la lutte, tu participes à la défaite » B.BRECH

Et pour continuer sur le sujet...


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • meyves 2 juin 2015 20:17

    Je suis d’accord avec vous. Ce qui est ennuyeux, c’est que la plupart des secrétaires généraux des grandes centrales syndicales, sont « de connivence ?  » avec le gouvernement pour le moins... http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicole_Notat&nbsp ; ou bien http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Ch%C3%A9r%C3%A8que il faut dire que ce dernier n’était plus très apprécié par la base. http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=55786
     Reste les déclarations de Gautier-Sauvagnac qui fluidifiait les relations sociale http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/10/proces-de-l-uimm-denis-gautier-sauvagnac-condamne-a-un-an-ferme_4363379_3224.html
     Alors à part tout casser et refaire je ne vois pas d’issue.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 juin 2015 07:50

      Les salariés ont bon dos... Les 6 grandes centrales syndicales sont affiliées à la Confédération européenne des syndicats, financée par Bruxelles. La CES adhère totalement à la construction européenne.


      Elles sont devenues des collabos de l’ Empire. Pourquoi les salariés leur feraient-ils confiance, alors que les buts de l’UE sont d’en finir avec le droit du travail et le modèle social français ??

      De plus, leurs dirigeants sont corrompus et se comportent parfois avec des adhérents comme les pires des patrons. Le harcèlement moral auprès des lanceurs d’alerte est monnaie courante.
      Tout cela est résumé dans un livre enquête :
      « Pour la défense du syndicalisme - Syndicats, corruption, dérives et trahisons » de Lenglet &Touly.

      Ce qui a donné le jour au rapport Perruchot, qui moisit au fond d’un tiroir.
      La neutralisation des syndicats convient aussi bien aux Gouvernements, qu’aux organisations patronales qui financent l’essentiel des budgets syndicaux.
      Circulez, ya rien à voir...

      Le syndicalisme indépendant est à reconstruire. par Asselineau.


      • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 3 juin 2015 13:38

        @Fifi Brind_acier

        De plus, leurs dirigeants sont corrompus et se comportent parfois avec des adhérents comme les pires des patrons. Le harcèlement moral auprès des lanceurs d’alerte est monnaie courante.

        Mais c’est comme cela que fonctionne la secte du Maître. Continuez à réfléchir vous allez vous libérer. Mais vous avez eu le tort de l’écrire et de le publier. Le Maître le sait. Cela va chauffer pour votre matricule.


      • mmbbb 3 juin 2015 14:22

        @Fifi Brind_acier 

        J’adhere a votre propos R GIL pond ses articles comme des tracs syndicaux justement Le syndicalisme est devenu une machine a recycler les petits copains Chereque a ete promu a un comite theodule a la tete «  d’un observatoire » sur la misere en France De la grosse couillonnade comme si en France le Credoc et L’INSEE ne suffisaient pas. Quant au patron de la CGT ayant fait des depenses somptuaires Lepaon a 100 000 € il se recyclera Blondel dut passe au Prud’ homme . Ce syndicalisme GIL je n’en veux pas

         


      • malitourne malitourne 4 juin 2015 14:11

        @Appolonius de Zante
        Les sectes aiment l’ombre. L’UPR, au contraire, veut de la lumière.


      • Le p’tit Charles 3 juin 2015 07:51

        Ils servent leur plan de carrière quand même...ce n’est pas rien de nos jours d’avoir un boulot avec un bon salaire.. ?


        • aimable 3 juin 2015 07:57

          supprimer les syndicats , c’est condamner a mort le code du travail
          le patronat s"empressera de lui faire la peau , depuis le temps qu’il en rêve !
          les syndicats et le code du travail , c’est comme un vieux couple , quand l’ un disparait l’autre ne lui survit pas
          les syndicats sont indispensables pour la classe ouvrière ,car elle ne peut compter sur les politiques qui sont a la gamelle chez le patronat !


          • Le p’tit Charles 3 juin 2015 08:23

            @aimable...Bonjour..Le code du travail est mit à mal tous les jours avec l’accord des syndicats...vous semblez l’oublier.. ?


          • Spartacus Spartacus 3 juin 2015 10:42

            @Le p’tit Charles

            Quelle horreur plus de code du travail........

            Mince le Danemark l’Allemagne qui n’en ont pas ne doivent pas avoir de syndicats.....

            Ah bah non ! En plus les syndicats ont plus d’adhérents dans ces pays. 
            Va comprendre germaine !

          • Le p’tit Charles 3 juin 2015 10:46

            @Spartacus...Bonjour..dans ces deux pays..les syndicats ont un poids...chez nous ce sont des bouffons payés pour dire oui a la casse des gouvernants..la différence saute aux yeux non.. ?


          • Spartacus Spartacus 3 juin 2015 12:35

            @Le p’tit Charles


            Supprimez les subventions, cela leur supprimera leur besoin de faire des pipes aux gouvernants.

            Pour ces pays
            Dans les 2 cas les syndicats ne sont pas la défense de la corporations des nantis du social.
            Les intouchables fonctionnaires, à l’emploi à vie et aux privilèges sociaux différenciés comme en France n’existent pas.

            Il faut dire que dans ces pays les fonctionnaires sont des gens licenciables, ne phagocytent pas les syndicats et défendent des droits identiques pour tous et pas la lutte pour préserver des droits zzzzaquiiiiis de corporation qui se gave de la redistribution à charge de la société.µ


            En Italie ce sont les syndicats qui ont lutté pour la fin des statuts dans la fonction publique car ils trouvaient indécent que certains aient plus de droits que les autres.

            Impossible en France, remplis d’égoïstes fonctionnaires qui bouffent à la gamelle de l’état, les syndicats adorent que le secteur marchand remplisse leur gamelle. Qu’importe la charge de cette gamelle soit à charge des ouvriers qu’ils seraient censés défendre...


          • soi même 3 juin 2015 10:55

            aSur un certain point de vue, c’est vrai les syndicats defendent leurs motte de beurre .
            A qui la fauite et bien un peut à tous le monde dans cette histoire, d’une certaine façon l’organition autoritariste de l’Etat n’a pas facilité les chôses, le choix d’une écomonie qui priviligie les rentiers et un patronat obcurentiste et des syndiqués un peut con, qui pensent plus en droit en devoir.
            En même temps vemant de la part des médais cette critique, cela cefa ne fait pas non plus très objectif, Si ils attaquent le sujet c’est qu(il nous prèpare un coup jambon .


            • jef88 jef88 3 juin 2015 11:53

              Je suis un « vieux con » ....
              J’ai commencé à travailler en 1962 ....
              A l’époque, même si tous les salariés n’étaient pas syndiqués, ils étaient attentifs aux réactions des syndicats et les interpelaient en cas de problème.
              Le problème se réglait généralement à l’amiable par un tête à tête entre le syndicaliste et la direction ...
              Un virage a été pris après 1968 ! Les syndicats sont devenus les bras armés de partis politiques : exemple CGT=PC, CFDT=PS .......
              L’action syndicale est devenue une action de masse et les problèmes particuliers ont été purement et simplement zappés.
              Donc le personnel a délaissé les syndicats qui ne servaient plus à rien dans la vie quotidienne ...
              Je me souviens dans les années 80, d’élections au comité d’entreprise ou personne ne se présentait au premier tour (il fallait représenter un syndicat) et ou il y avait pléthore de candidats au second tour !
              Résultat, les syndicats ont laissé tomber les PME pour se concentrer sur les grosses boites et la fonction publique !
              S’ils avaient fait leur travail, représenter et défendre les travailleurs, la situation aurait évolué différemment et il auraient une toute autre assise ....................................


              • jaja jaja 3 juin 2015 12:40

                @jef88

                Bof...loin de moi l’idée de défendre les dirigeants confédéraux dont certains sont de véritables crapules. Cependant je note que les salariés des PME, au moindre problème rencontré, se ruent sur les Union locales CGT, ou SUD pour être défendus... Souvent les militants de ces UL (dont beaucoup de retraités) sont débordés par la demande...

                D’autre part dans les PME il existe partout une répression anti-syndicale qui fait que peu ont le courage de faire acte de candidature aux élections de délégués du personnel. Surtout si la direction fait pression pour que personne ne se présente au premier tour afin de placer ses pions au second...

                Par ailleurs (mais c’est anecdotique) le PC a perdu son influence sur la CGT après 1968, contrairement à ce que vous affirmez... Des Philippe Poutou, Jean-Pierre Mercier, Xavier Mathieu, par exemple, tous délégués CGT en sont la meilleure preuve ! Avant 1968 ils auraient été éjectés fissa du syndicat étroitement tenu par le PCF....


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 juin 2015 19:10

                @jaja
                Il ne s’agit pas de remettre en cause les syndicalistes de base, qui font un travail indispensable avec souvent beaucoup de risques pour eux -mêmes, alors qu’il y a une union sacrée entre le patronat, les gouvernements et les dirigeants syndicaux. Ils ont bien du mérite de se dévouer dans ces conditions !
                « L’argent caché des syndicats »


              • totor101 totor101 3 juin 2015 19:31

                @jaja
                Je ne fais pas de théorie, je me contente de raconter mon vécu .....
                j’étais au Havre entre 71 et 74 , la CGT était une succursale du PC d’ailleurs les délégués étaient au PC.
                La perte d’influence du PC sur la CGT a plutôt eut lieu après 1981 ......
                On pourrait écrire des pages sur le sujet, mais c’est assez ....


              • hunter hunter 3 juin 2015 12:16

                Par rapport au titre du papier, les médias n’ont comme d’habitude rien compris, et marquent encore plus leur nullité crasse !

                Les syndicats sont très utiles : ils canalisent la colère du populo ! Régulièrement, il emmènent le populo en ballade dans Paris (bon c’est toujours grosso modo le même parcours...), mais à grands renforts de chansons débiles, de bruits de trompettes et de vuvuzelas, ponctués de slogans infantilisants et d’une marche bien crevante, ils arrivent à fatiguer le mougeon, qui après la manif’, est ravi de rentrer chez lui retrouver bobonne et TF1 !

                Et ça calme ses ardeurs pour quelques mois, et quand les syndicats sentent que la grogne monte à nouveau, allez hop, on remet ça, et c’est reparti pour un tour !

                Du temps de B Thibault, après la manif’, pendant que le camarade de base retournait vendre son cerveau à TF1, lui il allit fumer un cohiba avec Sarko !

                C’est ainsi que nous en déduisons que le syndicat français, est un auxilliare du pouvoir politico-économique, qui ballade le con-citoyen, pour le distraire !

                Oui le syndicat est utile.....mais pas à ceux auxquels il devrait l’être ......

                Adishatz

                H/


                • rocla+ rocla+ 3 juin 2015 12:23

                  Les syndicats c’ est bien pour les marchands de chaussures qui défilent 

                  République -Nation et Nation -République .


                  • hunter hunter 3 juin 2015 12:43

                    Oui Cap’tain, et donc nous pouvons aussi dire, que le !e syndicat français est un allié des fabriquant de chaussures chinois !

                    S’ils avaient fait plus de manifs du temps où l’industrie de la godasse était encore sur notre sol, peut-être qu’on aurait pas été obligé de tout délocaliser chez les chinois !

                    syndicats, socio-traîtres !!!!

                     smiley)

                    Adishatz

                    H/


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 juin 2015 19:17

                      @hunter
                      C’est la fin du contrôle des mouvements de capitaux ( Traité de Maastritch 1992), par l’article 63 du TFUE, qui a permis à Mittal d’acheter Arcelor.
                      Et aux entreprises de sortir leurs capitaux pour aller investir sous des cieux où les salaires sont 10 ou 20 fois plus bas. D’où les délocalisations.


                      Avant Maastritch, il fallait l’accord du Ministre des Finances et de la Direction du Trésor. Ce n’était pas interdit, mais limité et régulé.

                    • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 3 juin 2015 20:08


                      Allez encore un coup de pub pour le Maître d’Un Pitoyable Ridicule. Votre quota est de combien par jour ?


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 juin 2015 07:19

                      @Appolonius de Zante
                      Et vous ?


                    • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 4 juin 2015 13:05

                      @Fifi Brind_acier

                      Tenez là vous avez pu repasser le plat. Pensez à ma petite commission. Tout travail mérite salaire.


                    • malitourne malitourne 4 juin 2015 14:04

                      @Appolonius de Zante
                      Pour la grosse commission c’est au bout du couloir. Laisse l’endroit aussi propre que tu l’as trouvé


                    • mario mario 3 juin 2015 14:24

                      peut etre que les medias font une différence entre les syndicats et les syndiqués........


                      • Trelawney Trelawney 3 juin 2015 14:47

                        « A quoi sert la lutte des travailleurs, des salariés, des exploités ? »

                        Pour les travailleurs et les salariés, j’ai effectivement du mal à comprendre. Pour les exploités je suis solidaire avec leur lutte.

                        Mais quand je vois les Instituteurs, la SNCF, la RATP ou France Inter qui défile, j’ai beau y mettre de la bonne volonté, je n’arriverais jamais à les cataloguer « d’exploités »


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 juin 2015 19:34

                          @Trelawney
                          Contrairement aux vases communicants, ce que perdent les uns ne se retrouve pas chez les autres...
                          Chaque recul syndical permet de faire sauter d’autres protections dans d’autres professions.


                          Si vous êtes envieux des avantages de certaines catégories, battez -vous pour les avoir, car leur disparition ne vous ajoutera rien. Contrairement aux promesses des européistes, l’UE n’est pas un nivellement par le haut, mais par le bas.

                          C’est en lisant les 2 Traités, celui de Maastritch et de Lisbonne, que j’ai compris.
                          Il n’y avait pas une ligne sur l’alignement des salaires vers le haut, ni des acquis sociaux, et pas une ligne non plus sur un alignement fiscal.

                          D’où les paradis fiscaux,le dumping social et fiscal que nous constatons maintenant. « Comparatif des salaires & revenus européens. » Les entreprises qui délocalisent dans les anciens pays de l’ Est, ont le tiers monde à portée de main.

                        • Werner Laferier Werner Laferier 3 juin 2015 15:57

                          Effectivement, je l’avais dit hier dans un de mes commentaires.
                          Les grèves de syndicats et autres imbécilités doivent être considérées illégales dans un état de droit et sévèrement traquées, afin d’être durement punis pour leurs fautes.
                          Les syndicats paralysent et ralentissent un pays, son économie, les Soviétiques ont créé et développé les syndicats à travers les partis communistes en Europe, afin de ralentir l’Europe tandis que les Russes progressent. Les USA et l’Angleterre ont vu justes en interdisant ces troubles grâce à l’action du président Reagan et de Mme Thatcher.
                          Afin que le pouvoir d’achat augmente, il faut interdire les syndicats et mettre dans un centre approprié ces individus afin de les traiter.
                          En fin de mandat de Reagan le chômage était à 5% aux USA., de par ce chiffre révélateur, on comprend tout, et on sait ou se situe le problème.
                          Reagan fait partie de la dynastie des prophètes, des hommes providentiels venus au monde dans le seul but d’aider ses concitoyens à réussir et faire progresser son pays et l’économie mondiale.


                          • hunter hunter 3 juin 2015 18:40

                            Werner, vous avez oublié de dire que les grévistes, doivent être internés dans des camps, afin d’être rééduqués par tous moyens, à adorer leurs exploiteurs !

                            Pour ceux qu’on arrivera pas à convertir, vous avez oublié de mentionner que dans ce cas, en fonction de la gravité du cas d’insoumission, plusieurs camps type Guantanamo seront ouverts, où alors les non-conformes seront simplement éliminés par injection létale !

                            Leurs corps seront à disposition des différentes multinationales intéressées : revente d’organes sains (ben oui, faut pas gâcher), et ensuite méthanisation du reste, au profit de producteurs de courant greenwashés !

                            Avez-vous aussi pensé à l’enlèvement des enfants des contradicteurs, pour faire pression sur eux, c’est pas mal ça aussi !

                            Enlèvement fait par des sociétés privées bien entendu, faisant bosser des mercenaires, enfermés dans des camps privés, et torturés par des docteurs free lance, jadis interdits d’exercer !

                            Bon allez, j’arrête de dire des conneries, vous allez dire que j’ai de bonnes idées !

                            H/


                            • ZenZoe ZenZoe 4 juin 2015 09:30

                              Il faut se demander aussi pourquoi on en est arrivés à se poser l’utilité des syndicats quand même !!
                              Bien sûr qu’il faut un contrepoids aux patrons, bien sûr qu’il faut que les salariés aient une représentation, personne ne conteste ça.
                              Le problème vient bien des syndicats eux-mêmes, qui renvoient une drôle d’image.
                              La balle est dans leur camp, c’est à eux de se remettre en cause et d’améliorer cette image. Quand ça sera fait, eh bien, les salariés réfractaires reverront sans doute leur position.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès