• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Syrie : Bachar al-Jaafari répond à Washington, Londres, Paris et Staffan de (...)

Syrie : Bachar al-Jaafari répond à Washington, Londres, Paris et Staffan de Mistura

PNG

Ce 14 février s’est tenue une énième réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Syrie.

M. Staffan de Mistura, envoyé spécial de l’ONU en Syrie, a fait état d’une escalade dangereuse du conflit, devenu transfrontalier à Afrin, et a longuement parlé d’un « Comité constitutionnel » pour lequel un mandat aurait été donné à l’ONU au Congrès du dialogue national syrien réuni à Sotchi le 30 janvier dernier, afin d’établir un processus pour la rédaction d’une « nouvelle constitution » syrienne.

Sans surprise, Mme Nikki Haley, déléguée des États-Unis s’en est pris à l’Iran, au Hezbollah et au Président syrien, soutenant que les États-Unis et Israël avaient le droit de se défendre contre leur terrorisme… [de la 17ème à la 24ème  minute ;[1] ]. Elle a réclamé l’application de la résolution 2254(2015) en affirmant que, moyennant quelques modifications, le processus de Genève restait le seul cadre politique légitime pour la recherche de la paix en Syrie. Concernant le Comité constitutionnel, tel que présenté par M. de Mistura, elle a déclaré que nul ne devait disposer d’un droit de veto sur la décision de l’ONU.

Or, la Déclaration finale du Congrès de Sotchi conçue en conformité avec la résolution 2254 (2015), adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité, stipule que ce processus est l’affaire des Syriens et ne délègue pas à une tierce partie le droit de se substituer aux institutions syriennes, de rédiger une nouvelle Constitution ou d’amender la Constitution actuelle, en vigueur depuis 2012.

En revanche, nul n’a évoqué le fameux document du « Quintet de Washington » [2] [États-Unis, Royaume-Uni, France, Arabie saoudite, Jordanie], distribué aux participants de la dernière réunion à Vienne le 26 janvier 2018.

Un document cherchant clairement à mettre la Syrie sous la tutelle des Nations Unies et jugé par le Dr Bachar al-Jaafari en ces termes : « … c’est là une tentative vouée à l’échec. Son but est de torpiller les pourparlers de Genève, le Congrès de Sotchi et toute perspective de solution politique en Syrie, car c’est en accord avec leurs politiques destructrices dans la région ».

Bien que vouée à l’échec, la tentative de mise sous tutelle de la Syrie a-t-elle été abandonnée ? Rien n’est moins sûr. [NdT]

______________________________________

Monsieur le Président,

L'article 2 de la Charte des Nations Unies stipule, dans ses paragraphes 1, 4 et 7, le respect de l’égalité souveraine de tous ses Membres ; que les États Membres s'abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l'emploi de la force contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout État ; et qu’aucune de ses dispositions n'autorise les Nations Unies à intervenir dans des affaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d'un État.

De plus, les 29 résolutions relatives à la Syrie, adoptées par ce respecté conseil, ont toutes affirmé le ferme engagement à respecter la souveraineté, l'indépendance, l'unité, l'intégrité territoriale de la République arabe syrienne, ainsi que les buts et les principes de la Charte des Nations Unies.

Aujourd'hui, comme tous les peuples qui croient en la Charte des Nations Unies, nous sommes en droit de nous interroger sur ce que le Conseil de sécurité a fait pour assurer le respect de ses buts et principes tels qu’ils ont été formulés par la sagesse des pères fondateurs dans leur recherche de la paix, de la sécurité et de la prospérité en ce monde, après en avoir constaté toutes les guerres et les catastrophes.

En Syrie, nous sommes conscients que notre pays n'est pas la première victime des violations de la Charte des Nations Unies et du droit international par certains États Membres du Conseil de sécurité, mais que les souffrances qu’il endure sont la conséquence de la cécité volontaire face à toutes les violations de ces dernières décennies.

Qu’a fait le Conseil de sécurité tout au début de sa création lorsque des États Membres ont sapé les dispositions de cette Charte en privant le peuple palestinien de son droit d'établir son État indépendant avec Jérusalem pour capitale ?

Qu'a fait le Conseil de sécurité lorsque ces mêmes États Membres ont sapé les dispositions de cette Charte en envahissant l'Irak… en détruisant la Libye… en alimentant le terrorisme international désigné par « mouvement jihadiste »… en s’ingérant d’une manière flagrante dans les affaires intérieures d’États Membres et en pillant leurs richesses comme c’est le cas dans nombre de pays africains ?

Le dévergondage de certains envers la Syrie est le résultat de la suprématie arrogante accordée au principe de la loi du plus fort sur le principe de la force du droit, doublé de leur mépris des buts et des principes de la Charte des Nations Unies en l’absence de sanction envers celui qui puise sa force en adoptant la loi de la jungle pour enfreindre le droit.

Permettez, Mesdames et Messieurs, que je vous résume ce qu’a vécu mon pays durant bientôt sept années d’une guerre mondiale terroriste, sans précédent, à l’ombre du silence des uns et de la complicité ou de l’indifférence des autres ; certains États Membres de ce Conseil - je parle des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France- ayant consacré toute leur énergie à détruire sa terre, son peuple, son positionnement politique, et à régler leurs vieux comptes avec lui :

I. Ces États ont manipulé les principes de la Charte des Nations Unies et ont violé ses dispositions pour mettre en œuvre leur propre agenda d’ingérence, au détriment du sang du peuple syrien, de son potentiel et de l'avenir de ses enfants.

Pour cela, ils ont mobilisé leurs machines médiatiques et, à notre grand regret, certains fonctionnaires des Nations Unies, pour déformer la réalité de ce qui se passe en Syrie et induire en erreur, « humainement parlant, comme ils disent », l'opinion publique internationale sur les souffrances infligées aux civils par les groupes armés terroristes qui n’ont cessé de les utiliser, depuis sept ans, comme boucliers humains dans les zones sous leur contrôle.

Zones dans lesquelles ils se sont approprié les hôpitaux et les écoles pour les transformer en centres militaires et lieux de détention de leurs kidnappés. Et zones à partir desquelles ils ont lancé leurs projectiles de haine à tout va.

Ainsi, ces 20 derniers jours, Monsieur le Président, Damas, à elle seule, a été bombardée par 1000 obus…1000 obus !

II. Ces États ont manipulé les principes de la Charte des Nations Unies et ont violé ses dispositions lorsqu’ils ont suggéré à tous leurs instrumentés régionaux de consacrer toutes leurs ressources matérielles et médiatiques pour soutenir les groupes terroristes armés par des fatwas wahhabites, takfiristes, justifiant l’effusion du sang syrien ; lorsqu’ils ont ouvert leurs frontières afin de faciliter le transit de dizaines de milliers de mercenaires terroristes, venus en Syrie de plus de 100 pays membres de cette Organisation [l’ONU] ; et lorsqu’ils ont mis en place des camps d'entraînement pour terroristes dans les pays voisins de la Syrie en les présentant comme une « opposition syrienne modérée ».

Car, aujourd’hui encore, le terrorisme international qui nous arrive de 100 États Membres de cette Organisation est qualifié d’« opposition syrienne modérée », une opposition génétiquement modifiée pour qu’elle mute en opposition strictement syrienne !

[Mon collègue me dit que la traductrice a parlé de seulement 20 obus qui auraient frappé Damas. Non ! Je répète : ces 20 derniers jours, Damas a été bombardée par 1000 roquettes et obus de mortiers].

Je ne divulguerai pas un secret, Monsieur le Président, en disant que ce soutien leur a coûté 137 milliards de dollars selon les aveux de l’ex-ministre qatari des Affaires étrangères ; comme je ne divulguerai pas un secret en disant que l’ex-ambassadeur des États-Unis en Syrie a déclaré que son pays a dépensé 12 milliards de dollars en 4 ans, de 2014 jusque 2017, dans le but de « changer le pouvoir » en Syrie.

Le pouvoir en Syrie ne plaît pas à ces Messieurs à Washington. Ils veulent le changer. Ils le changent à Bagdad. Ils le changent en Libye. Ils le changent au Venezuela, en Iran… Le droit n’existe pas !

Quand aux documents de WikiLeaks, ils ont mis en évidence les politiques des administrations américaines successives hostiles à la Syrie, depuis l'invasion américano-britannique de l'Irak.

III. Ces États ont manipulé les principes de la Charte des Nations Unies et ont violé ses dispositions lorsqu’ils ont fourni ou facilité la possession de produits chimiques toxiques à utiliser contre les civils innocents, pour ensuite jouer sur le lieu de leur usage et fabriquer des informations ainsi que des faux témoignages auprès d’un mécanisme d’enquête de crédibilité et d’impartialité douteuses, afin d’accuser le gouvernement syrien et s’en servir de prétexte pour lancer une agression contre lui.

Voici, Monsieur le Président, un épais dossier de 136 courriers adressés par le Gouvernement syrien à votre Conseil. Des informations très importantes concernant l'usage et l'importation, par les terroristes, de produits chimiques venus de l’extérieur de la Syrie, destinés à être utilisés en Syrie et qui ont été utilisés.

136 courriers concernant exclusivement « le sujet du chimique », lesquels ont été distribués en tant que documents officiels à vous tous. Mais personne ne se soucie de ces courriers. Personne ne lit ces informations sauf, peut-être, certains spécialistes.

Pourtant, l’un des plus importants magazines américains, le Newsweek, a publié ce 8 février un article du journaliste Ian Wilkie intitulé : « Now Mattis Admits There Was No Evidence Assad Used Poison Gas on His People. Un article où il est écrit que le ministre américain de la Défense admet qu’il n’y a pas de preuve quant à l’usage, par le Gouvernement syrien, de gaz toxique contre son peuple, ni à Khan Cheihkhoun ni dans la Ghouta en 2013 [3].

De son côté, la ministre française de la Défense, Florence Parly, est allée dans le sens de son homologue américain en concédant que la France n’avait pas de « confirmation absolue » quant à l’utilisation de chlore par le Gouvernement syrien [4]. Déclaration de la ministre française qui n’a pas empêché le Président français de tracer des lignes de toutes les couleurs de l’arc en ciel [5] et de menacer d’attaquer mon pays, comme l’avait fait le précédent gouvernement américain avant lui.

IV. Ces États ont manipulé les principes de la Charte des Nations Unies et ont violé ses dispositions lorsqu’ils tenté de légitimer les attaques répétées perpétrées par ladite Coalition internationale menée par les États-Unis ; la dernière agression de cette coalition illégitime ayant eu lieu le 8 février courant dans le Rif nord-est de Deir ez-Zor contre les forces populaires syriennes confrontées à l’organisation terroriste Daech [6].

Ce que je viens de dire est d’une grande importance : les forces populaires syriennes attaquaient l’organisation terroriste Daech dans une zone sous protection américaine au nord-est de Deir ez-Zor lorsqu’elles ont été attaquées par les forces aériennes américaines.

Les forces populaires syriennes attaquaient Daech que nous avons éjecté de Deir ez-Zor et d’Abou Kamal et qui s’est replié, sous la protection des forces américaines, dans cette zone de 30 Kms de large sur 60 Kms de long, située à la frontière syro-irakienne.

Un fait qui révèle, une fois de plus et sans aucun doute possible, la véritable fonction de cette Coalition et le rôle de Washington dans le soutien de Daech, comme ce fut le cas le 17 septembre 2016, lorsque ses forces aériennes ont attaqué les positions l'Armée arabe syrienne sur le Mont al-Tharda, toujours près de Deir ez-Zor, permettant ainsi à l’organisation terroriste d’avancer et d’occuper ces mêmes positions.

Ceci, sans parler de la destruction délibérée de 90% de la ville syrienne de Raqqa par les forces aériennes de la Coalition et du manquement à ses engagements d’éliminer les dizaines de milliers de mines posées dans la ville par Daech avant son retrait ; lequel retrait fut suivi de son passage au service de deux bannières : la bannière américaine à l’Est de l’Euphrate et la bannière turque à l’Ouest de l’Euphrate.

À ce propos, il est très regrettable que dans son exposé, que j’ai écouté avec beaucoup d’attention, Monsieur l’Envoyé spécial de l’ONU n'ait absolument pas mentionné la réalité d'une occupation américaine de certaines parties de mon pays et d’une occupation turque d’autres parties. Monsieur l’Envoyé spécial de l’ONU a juste parlé d’un conflit transfrontalier à Afrin, non de l’irruption illégitime de la Turquie dans mon pays et de l’agression d’une ville syrienne nommée Afrin.

V. Ces États ont manipulé les principes de la Charte des Nations Unies et ont violé ses dispositions lorsqu’ils se sont tus, tout autant que la direction des opérations de maintien de la paix, sur les agressions répétées des forces d'occupation israéliennes, la dernière en date ayant eu lieu ce 10 février 2018.

Cette agression que ma collègue déléguée des États-Unis a tenté de justifier en disant qu’elle est venue en réponse à l’envoi d’un drone, par l’Iran, sur le territoire de la Palestine occupée ; ce qui est faux, mensonger et trompeur.

Ce n’est pas la première fois qu’Israël viole la souveraineté de mon pays. Comme vous le savez tous, Israël n’a cessé de ce faire jusqu’à ce que son avion de guerre ait été récemment abattu au dessus de la Palestine occupée par un missile syrien.

Autant d’informations que nous portons à votre attention et à l’attention de la direction des opérations de maintien de la paix.

VI. Ces États ont manipulé les principes de la Charte des Nations Unies et ont violé ses dispositions lorsqu’ils ont empêché le Conseil de sécurité d’émettre des communiqués condamnant les attaques des organisations terroristes ainsi que le lancement de plus de 1000 obus et roquettes ces derniers jours sur les quartiers, les banlieues résidentielles, les missions diplomatiques, les églises de Damas et d'autres villes où ils ont fait des dizaines de martyrs et des centaines de blessés, principalement des femmes et des enfants.

VII. Ces États ont manipulé les principes de la Charte des Nations Unies et ont violé ses dispositions lorsqu’ils ont promu l’expression « régions assiégées » en parlant de la situation dans la Ghouta orientale des environs de Damas, négligeant le fait que les habitants étaient assiégés de l’intérieur par diverses organisations terroristes qui sévissent dans cette région et exploitent les civils en les utilisant comme boucliers humains, en détournant les aides humanitaires soit pour eux-mêmes, soit pour les distribuer à leurs partisans, soit pour les vendre aux nécessiteux à des prix exorbitants, comme cela s'est passé dans les quartiers est d'Alep, si vous vous en souvenez.

Monsieur le Président,

Lorsque les États-Unis décidèrent unilatéralement et illégitimement d’intervenir militairement dans mon pays, Washington déclara qu’ils intervenaient pour combattre Daech. Ensuite, ils se ravisèrent en disant qu’ils venaient pour construire des bases militaires permanentes afin d’assurer leur sécurité stratégique et celle de leurs alliés. Puis, ils se ravisèrent encore en expliquant qu’ils restaient en Syrie pour créer des milices armées rebelles à la souveraineté syrienne, lesquelles contrôleraient les ressources pétrolières, gazières et hydriques ; autrement dit, pour créer un mini-État par la force.

Mais, ils se ravisèrent une fois de plus pour annoncer : « Nous resterons en Syrie même si Daech est défait » ; les mêmes propos tenus sur l’Irak afin de justifier la présence pérenne de leurs forces armées dans le pays.

Et, ils se ravisèrent encore pour prétendre : « Nous ne quitterons pas la Syrie tant qu’un règlement politique n’est pas mis en place et que la sécurité de nos alliés dans la région n’est pas garantie » ; leur dernière sortie brillante étant : « En Syrie, nous combattons l’Iran, le Hezbollah et la Russie ».

Entretemps, ils auraient modifié leur stratégie nucléaire, puisqu’il semble que ces Messieurs songent à utiliser leurs armes nucléaires et qu’il n’est pas loin le jour où ils nous diront : « Nous sommes en Syrie pour combattre les extra-terrestres venus du fin fond de la voie lactée ».

Monsieur le Président,

Le gouvernement de mon pays félicite et salue les efforts de la Fédération de Russie, notamment le Président Vladimir Poutine, pour avoir organisé et accueilli le « Congrès du dialogue national syrien » dans la ville de Sotchi.

Un congrès qui a prouvé, encore une fois, que le processus politique en Syrie ne peut commencer et se poursuivre que sous direction syrienne et sans aucune ingérence étrangère, vu que les participants représentant les diverses composantes politique, sociale, culturelle, économique et autres de la société syrienne ont adopté à une écrasante majorité deux documents importants : le premier étant la Déclaration finale, le second étant la Commission pour discussion de la Constitution.

Ici, je vous prie de m’accorder votre attention afin d’éviter les manipulations ou les mésinterprétations de ce qui est sorti de Sotchi.

Monsieur le Président,

La « Déclaration finale » qui a été amendée sur nombre de points par les participants syriens avant d’être soumise au vote et adoptée à la majorité, c'est-à-dire par un vote démocratique selon les règles et les procédures convenues, est l’élément essentiel et la base solide sur lesquels repose dorénavant tout dialogue, ou toute discussion, puisque la solution sera inter-syrienne, sous direction syrienne et sans ingérence étrangère, comme précisé dans le texte de cette déclaration.

De ce fait, cette déclaration constitue le point de départ unique et la base légitime de tout processus politique, d’autant plus qu’elle souligne des constantes nationales et incontestables pour tous les Syriens : la préservation de la souveraineté et de l’unité syriennes, le droit exclusif du peuple syrien à décider de son régime politique, et le maintien de l’Armée et des Forces armées.

Partant du principe que les Syriens sont les seuls à pouvoir décider de leur avenir et de leur Constitution, les participants au Congrès de Sotchi ont adopté une décision définissant la composition et les missions de la Commission chargée de discuter de la Constitution. Cette commission devra donc être conforme à leur décision, en sachant qu’ils n’ont accordé aucune tutelle, aucun mandat ou pouvoir à l’envoyé spécial de l’ONU.

Par conséquent, en Syrie, nous nous sommes engagés à respecter le vote des participants à ce Congrès, mais nous ne sommes absolument pas concernés par une quelconque commission formée par n’importe quelle partie tierce et nous ne discuterons pas de ses conclusions quelles qu’elles soient. La Constitution est une question de souveraineté et s’applique à vous tous.

Le Gouvernement de la République arabe syrienne est toujours favorable à n’importe quel processus politique qui stopperait l’effusion du sang syrien, maintiendrait l'unité et l'indépendance du pays, assurerait l'inviolabilité de sa souveraineté, garantirait le principe selon lequel le peuple syrien est le seul à pouvoir décider de l'avenir de son pays à travers le dialogue national ; principe constant réaffirmé par toutes les résolutions du Conseil de sécurité en rapport avec la crise en Syrie.

Pour finir, je reviens sur les propos de ma collègue déléguée des États-Unis qui affirme qu’elle est pour la paix en Syrie et qu’elle veut l’application de la résolution 2254. Bien. Mais cette résolution affirme préserver la souveraineté, l’indépendance, et l’intégrité territoriale de mon pays. Dans ce cas et étant donné que la délégation de Washington a voté en faveur de cette résolution, que font donc les forces américaines dans certaines régions de mon pays ? Les USA ne violent-ils pas cette résolution adoptée à l’unanimité par ce Conseil ?

Merci Monsieur le Présiedent

Dr Bachar al-Jaafari

Envoyé permanent de la Syrie auprès des Nations Unies

14/02/2018

Transcription et traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

 

Source : Vidéo / Al-Ikhbariya TV (Syrie)

https://www.youtube.com/watch?v=7zWkLFf0i6Y

Notes :

[1] The Situation in the Middle East (Syria) - Security Council, 8181th meeting

14 Feb 2018 - The situation in the Middle East.

http://webtv.un.org/watch/the-situation-in-the-middle-east-syria-security-council-8181th-meeting/5733883888001/

[2] Syrie / Vienne 3 : La vaine stratégie du quintet de Washington

https://www.mondialisation.ca/syrie-vienne-3-la-vaine-strategie-du-quintet-de-washington/5622659

[3] Now Mattis Admits There Was No Evidence Assad Used Poison Gas on His People. By Ian Wilkie

http://www.newsweek.com/now-mattis-admits-there-was-no-evidence-assad-using-poison-gas-his-people-801542

[4] Armes chimiques en Syrie : à ce stade la ligne rouge fixée par Paris n'est pas franchie

http://www.europe1.fr/international/armes-chimiques-en-syrie-a-ce-stade-la-ligne-rouge-fixee-par-paris-nest-pas-franchie-3569825

[5] Mais en quoi consiste la « ligne rouge » d'Emmanuel Macron sur les armes chimiques en Syrie ? (VIDEO)

https://francais.rt.com/international/48113-mais-quoi-consiste-ligne-rouge-syrie-macron

[6]La Syrie qualifie de « crime de guerre » des frappes de la coalition contre des forces pro-Damas

https://mirastnews.net/2018/02/08/la-syrie-qualifie-de-crime-de-guerre-des-frappes-de-la-coalition-contre-des-forces-pro-damas/

 

***


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 19 février 10:43

    Propagande absolument infecte en faveur des pires états voyous du Moyen-Orient.
    Très rigolo que la Syrie veuille affirmer, contre les Etats occidentaux qui prétendraient s’occuper de ses affaires, le principe de sa souveraineté !

    La Syrie n’existe plus. Elle est, comme le Liban et l’Irak, peut-être bientôt le Yémen, à la botte de la dictature iranienne. Toutes les puissances se disputent sa dépouille, et si les Américains y sont encore aussi, c’est pour empêcher autant que possible le massacre des Kurdes.

    Si on ne veut pas avoir demain une guerre dans la région qui puisse devenir mondiale, l’objectif de tous les états civilisés serait de faire tomber le plus rapidement possible, et par tous les moyens, le régime des ayatollahs qui est en fin de course et n’est plus soutenu que par une très faible partie de la population. Peut-être 10%, pas plus.

    Aucune paix ne sera possible dans la région avant la disparition de ce régime islamo-nazi.
     


    • Hetadame Hetadame 19 février 10:58

      @Christian Labrune : je ne vois pas en quoi, cet article argumenté de manière précise et factuel puisse être considéré comme de la propagande ! Seriez vous a cours d’arguments pour crier au loup de la sorte ??? La médiocrité de votre réponse, par le le manque criard d’arguments sérieux pour étayer vos propos en est bien la preuve ! J’ai eu l’impression de lire et relire (malheureusement), la presse « bien pensante » que l’on peut lire sur le sujet ... ! MDR !!!


    • Ben Schott 19 février 11:47

      @Hetadame
       

      Labrune semble être un illuminé obsessionnel délirant, mais il est en réalité parfaitement aligné sur le calendrier antlanto-sioniste. La Syrie, c’est fait (croit-il), passons au suivant : l’Iran.
       
      C’est un sayan, peut-être bénévole...
       


    • Christian Labrune Christian Labrune 19 février 11:51

      @Hetadame
      Parce que la Syrie serait encore un état souverain ?
      Parce qu’il n’y aurait aucune tentation hégémonique de l’Iran ?
      Que fait l’Iran au Liban ? En Syrie ? En Iraq ? au Yémen ?

      Si vous pouviez nous démontrer la souveraineté de la Syrie et le rôle pacificateur de l’Iran dans la région sans recourir à la propagande imbécile des ayatollahs et de leurs collabos européens, ce serait bien.

      Mais je crains que pour n’être pas « bien pensant » dans les années 40, vous auriez probablement insisté sur le rôle pacificateur de l’Allemagne nazie dans tous les pays qu’elle avait occupés, et même en Russie à partir du plan Barbarossa.


    •  BENALLAL Mohamed BENALLAL Mohamed 19 février 12:25

      @Christian Labrune vous le dite tres bien l’Allemagne nazi avait un rôle pacificateur comme aujourd’hui le sionisme et l impérialisme qui ne différent pas de l’Allemagne d’Hitler.

       l Iran n’a jamais agressé un pays c’est vos vassaux comme l arabie saoudite qui massacre le Yémen avec la complicité de la dite communauté international e sans que personne ne bouge le petit doigt pour dire basta ! ! enfin quand l’arabie préside la commission des droits de l homme labrune devenant son SG il faut s’attendre au malheur car se sont des assassins qui tuent des enfants et des femmes
       l’axe iran syrie liban irak et yemen ne font que defendre la juste cause et Israël qui a expropriée la palestine devrait quitter le bleb tot ou tard  le grand israel se ceinture derriere les murs en beton et sans l’impérialisme le sionisme n’a plus droit d’exister

    • Hetadame Hetadame 19 février 12:41

      @Christian Labrune : 


      - Sauf erreur de ma part, la Syrie est un état souverain , dont la souveraineté EST reconnue sur la scène internationale ...que vous le vouliez ou pas... que cela vous plaise ou pas  ! 

      -Sauf erreur, il est représenté comme tous les pays de la planète a l’ONU ... et comme aussi pas mal de « dictateurs » en place .... malheureusement ! Je pense que cela ne vous a pas échappé ... !
       
      - Sauf erreur, Chirac aurait il invité le Président de ce pays souverain au défile du 14 juillet 2008 si ce pays n’était pas considéré comme tel ... ! L’auriez vous déjà oublié ?

      - Sauf erreur, Bachar El Assad a été élu démocratiquement suite a une élection qui n’a jamais été remis en question par quiconque ! Je vous le rappelle ! 

      - Sauf erreur, TOUT pays souverain a le droit (que cela vous plaise ou pas) de demander de l’aide à un autre pays en cas de besoin pour sécuriser son espace intérieur souverain en cas d’ingérence de forces extérieures... que cela plaise ou pas ... a d’autres ... ! Mais ça ...vous le savez aussi ! 

      Quand au soi disant « role pacificateur de l’Allemagne nazi », cela fait partie de l’histoire qui est juste hors sujet concernant cet article ! Argument qui montre bien la pauvreté de votre argumentation ! 

    • Martha 19 février 12:50

      @Christian Labrune

       Relisez ce texte calmement, il est excellent et dit le fond des choses au mieux, en gardant le meilleur pour la fin.
       La Syrie dont le président, élu démocratiquement le 3 juin 2014, est Bachar el-Assad, est un état souverain, reconnu par l’ONU, comme le souligne parfaitement ce texte.
       Cette souveraineté est reconnue de tous, sauf des menteurs.
       L’armée Syrienne est, comme l’était l’armée Française, nationale, laïque et républicaine.
       Cela vous dérange peut-être mais c’est une réalité et il faut vous y faire.
       
       Ce qui est bien dommage, c’est que notre armée, elle, a perdu son indépendance et se trouve maintenant sous le « gouvernement intégré » de l’OTAN.
      Notre pays n’est plus libre de ses choix et cela nous le devons à la gouvernance de N.Sarkosy.

       Ce texte fait bien sentir ce que cela signifie et le poids des choix lamentables qui ont été faits.


    • symbiosis symbiosis 19 février 13:28

      @Christian Labrune
      Que fait l’Iran au Liban ? En Syrie ? En Iraq ? au Yémen ?


      Il aide ces pays à se sortir de l’infâme ingérence coloniale.
      Ça t’emmerde ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 février 14:35

      Toutes ces vraies fausses alliances, et tous ces faux vrais ennemis (Iran, USA, Israël, Turquie, Russie...) c’est bien trop compliqué pour ceux qui n’ont pour toute doctrine que « USA = caca boudin ».

      Ils ont déjà été « déçus » par Trump, les pôôôvres. smiley


    • Ben Schott 19 février 17:44

      @Christian Labrune
       

      Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais tout le monde vous a démasqué !
       
      Fumiste.
       


    • Ouallonsnous ? 19 février 19:01

      @Christian Labrune

      Eh, Ducon, que font les USA et leurs léches bottes de l’UE/OTAN au moyen orient sinon le boulot du sionisme international ?

      Heureusement que des états souverains ont les « couilles » de faire respecter leur souveraineté !


    • doctorix doctorix 19 février 19:56

      Labrune est fidèle à sa nature : c’est une véritable ordure même pas recyclable.

      Je pense qu’il n’y a pas une seule trace de contre-vérité dans le discours d’Al Jafaari, et qu’il a fait là un compte-rendu parfait et impartial de tout ce qui s’est passé depuis 7 ans en Syrie.
      Je pense aussi qu’à la suite d’autres présidents criminels de guerre, macron est à la recherche d’une caution internationale (mais surement pas onusienne) pour faire ce qu’on fait d’autres criminels de guerre avant lui, Bush en Irak, sarkozy en Syrie, Hollande en Syrie, Trump en Syrie l’année dernière, tous agissant en dehors d’un mandat de l’ONU et tous également criminels.
      A croire que ce petit crétin prétentieux ne saurait marquer l’histoire (qui autrement l’oubliera bien vite), que par un acte criminel à la mesure de son ego démesuré. Méfions-nous de cette ligne rouge, c’est la ligne de départ de macron, où il installe ses starting-blocks.
      C’est une ligne rouge sang.

    • eau-du-robinet eau-du-robinet 19 février 20:04

      @Christian Labrune
      .
      Le secrétaire US à la Défense, le général Jim Mattis, réfute les « Fake News » d’Israël et de l’Otan
      Voilà des années que la presse atlantiste l’affirme : le président Bachar el-Assad utiliserait des armes chimiques contre son propre peuple. Sauf que, selon le secrétaire US à la Défense, le général Jim Mattis, il s’agit d’une fake news. Comme les armes chimiques de Saddam Hussein, cette histoire qui remplit les colonnes des journaux depuis cinq ans est de la pure propagande de guerre.
      .
      Pour la première fois, un secrétaire à la Défense en exercice a dénoncé les mensonges en cours d’Israël, de sa propre administration et de l’Otan. Bien qu’il ait pris soin de se présenter comme convaincu de la culpabilité syrienne, sa déclaration réfute les justifications des bombardements israéliens en Syrie, prétendument pour détruire des armes chimiques. Elle est sans appel pour ses collègues Rex Tilleron et Nikki Haley. Elle sonne comme un avertissement aux 23 ministres des Affaires étrangères qui, le 23 janvier, ont à nouveau accusé la Syrie d’emploi d’armes chimiques [6] ; des ministres qui se sont prononcés pour la « démocratie » au Levant… à la seule condition que Bachar el-Assad ne puisse pas se présenter à l’élection présidentielle et la gagner.
      source est suite : http://www.voltairenet.org/article199693.html
      .
      Un ambassadeur US confirme que des milliards ont été dépensés pour provoquer un changement de régime en Syrie
      Publié le 9 Février 2018 sous le titre US Ambassador Confirms Billions Spent On Regime Change in Syria, Debunking ‘Obama Did Nothing’Myth
      .
      Les États-Unis ont déboursé au moins 12 milliards de $ en dépenses militaires et civiles pour intervenir en Syrie, sur les quatre ans qui vont de 2014 à 2017, selon l’ancien ambassadeur US dans ce pays.
      .
      Des milliards dépensés pour les opérations de la CIA en Syrie
      .
      Joshua Landis, expert universitaire de pointe sur la Syrie, suppose que le chiffre de 12 milliards de $ ne comprend probablement pas les dépenses de la CIA.
      .
      Le New York Times a noté que le programme de la CIA en Syrie était « un des efforts les plus coûteux de l’Agence pour armer et entraîner des rebelles (les terroristes) depuis son programme d’armement des moudjahidines en Afghanistan dans les années 1980 » qui a donné naissance à Al Qaeda et aux talibans
      https://arretsurinfo.ch/un-ambassadeur-us-confirme-que-des-milliards-ont-ete-depenses-pour-provoquer-un-changement-de-regime-en-syrie/
      .


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 08:30

      @Christian Labrune
      Haley, déléguée des États-Unis s’en est pris à l’Iran, au Hezbollah et au Président syrien, soutenant que les États-Unis et Israël avaient le droit de se défendre contre leur terrorisme…

      Il faudrait peut-être commencer à atterrir ? Qui a créé Daesh et Al Qaïda ? Les USA. Vidéo où Hillary Clinton explique que ce sont les USA qui ont financé les Talibans et créé Daesh !


      Quant à l’ Islamisme dans le monde entier, ce sont les Saoudiens, amis d’Israël et des USA, qui l’ont financé. La pseudo « lutte contre les terroristes » a bon dos !

      La vraie raison ne serait pas que l’Iran ne veut plus vendre son pétrole en dollars, mais en Yuans chinois ? « PétroYuan : la fin de l’Empire américain » . Le Yuan permet à la Russie, à l’Iran, et au Venezuela de vendre leur pétrole à la Chine, sans passer par le $, et de contourner ainsi les sanctions ...

    • Eric F Eric F 20 février 10:27

      @eau-du-robinet
      Les déclarations du Secrétaire d’Etat à la Défense rappellent le mea culpa tardif de GWB qui a reconnu ultérieurement que les Armes de Destruction Massives en Irak étaient un fake.
      Bachar n’est certainement pas un ange de la paix, mais du moins il a le soutien des différentes minorités de son pays, notamment les chrétiens que les USA prétendent défendre. Il ne menace pas le monde, contrairement aux rebelles terroristes qui ont même réussi à implanter un pseudo état entre Irak et Syrie pendant plusieurs années. Donc si les USA veulent lutter contre le terrorisme international, ce n’est pas contre Bachar qu’ils doivent se battre.
      L’intérêt d’Israël est qu’il y ait la discorde dans les pays voisins, donc le chaos en Syrie fait son affaire. Sauf qu’il s’allie pour ça aux propagateurs de l’intégrisme et financiers du jihadisme (et par ailleurs du Hamas). Comme pour les USA le 11 Septembre, cela finira par se retourner contre lui.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 février 11:04

      Un sacré pied de nez de l’Histoire :

      Comme la jamayria de Khadafi, la « République arabe syrienne » a toujours considéré que ses propres frontières étaient une hérésie occidentale, le Liban, un État à peine plus légitime que « l’entité sioniste ».

      Et bien oui, finalement on y vient quand même, les frontières des « méchants colonisateurs français », on va les garder quand même....

      Donc je suis bien d’accord, qu’ils se démerdent entre eux, et s’entretuent autant que possible.

      PS : l’armée turque, elle est aussi invitée par Damas ?


      • Pere Plexe Pere Plexe 19 février 18:50

        @Olivier Perriet
        Pied de nez ?

        Et le fait que les USA en soit réduit à soutenir des marxistes, vous en pensez quoi ?
        Et évoquer le terrorisme pour soutenir une armée irrégulière d’un pays imaginaire qui combat contre une armée régulière d’un pays reconnu ?

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 février 19:45

        @Pere Plexe
        une armée irrégulière d’un pays imaginaire qui combat contre une armée régulière d’un pays reconnu ?

        Je ne vous suis plus très bien, quand vous parlez d’une armée irrégulière d’un pays imaginaire, vous voulez parler du Hezbollah au Liban ?! smiley

        Voir le dernier de la dynastie des Assad et du nationalisme pan-arabe venir soutenir, contraint et forcé, en faisant plein de grimaces, le principe nationaliste, imposé par les méchants franco-anglais, c’est assez drôle.

        Vous croyez que parce que les USA soutiennent les Kurdes ça va les pousser à l’indépendance ? Je ne crois pas, sauf si Assad est assez arrogant pour les mépriser, ce qu’il a commencé à faire en laissant Erdogan les bombarder.


      • eau-du-robinet eau-du-robinet 19 février 20:19

        @Olivier Perriet
        .
        Le plan israélien de remodelage du Proche Orient.
        Le plan Oded Yinon (analyste du ministère israélien des Affaires étrangères) préconisait, en 1982, le démantèlement pur et simple des Etats arabes ! Le plan passe en revue dix-neuf Etats arabes en répertoriant leurs principaux facteurs centrifuges, annonciateurs de désintégration. Après une ultime recommandation qui invite Israël à « agir directement ou indirectement pour reprendre le Sinaï en tant que réserve stratégique, économique et énergétique  », Oded Yinon conclut : « La décomposition du Liban en cinq provinces préfigure le sort qui attend le monde arabe tout entier, y compris l’Egypte, la Syrie, l’Irak et toute la péninsule arabe. Au Liban, c’est déjà un fait accompli. La désintégration de la Syrie et de l’Iraq en provinces ethniquement ou religieusement homogènes, comme au Liban, est l’objectif prioritaire d’Israël sur son front Est. A court terme, l’objectif est la dissolution militaire de ces Etats. La Syrie va se diviser en plusieurs Etats, suivant les communautés ethniques, de telle sorte que la côte deviendra un Etat alaouite chiite ; la région d’Alep, un Etat sunnite ; à Damas, un autre Etat sunnite hostile à son voisin du nord verra le jour ; les Druzes constitueront leur propre Etat, qui s’étendra sur notre Golan, dans le Hourane et en Jordanie du Nord  ».
        http://www.politique-actu.com/debat/moyen-orient-plan-americano-israelien/514643/
        .
        Après la chute du bloc de l’Est, Zbigniew Brzezinski réactualise sa théorie en s’inspirant du principe de l’« arc de crise » (zone géopolitique allant de l’Egypte au Pakistan) de l’islamologue britannique juif et sioniste, Bernard Lewis. Il préconise une stratégie « islamiste » dans la zone d’influence russe allant de la Turquie à l’Afghanistan, proposant de « balkaniser » le Moyen-Orient musulman pour créer des mini Etats pétroliers plus faciles à contrôler que les Etats souverains à forte identité. De la même manière, établir des régimes islamistes en Afrique du Nord permettrait d’ériger un autre rempart entre l’Europe d’une part, et l’Afrique-Asie de l’autre. Cerise sur le gâteau, des régimes pro-terroristes aux flancs de l’Europe, de la Russie, de la Chine et de l’Inde ne peuvent qu’affaiblir ces grands concurrents des USA.
        http://www.politique-actu.com/debat/moyen-orient-plan-americano-israelien/514643/
        .
        « Eretz Israël » – le funeste « Plan Oded Yinon »
        http://www.cercledesvolontaires.fr/2015/11/13/eretz-israel-le-funeste-plan-oded-yinon/
        .
        Le « plan Oded Yinon » Pour La décomposition Des Etats du Proche Orient
        https://www.youtube.com/watch?v=SdEMzKT9oTU


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 février 10:50

        @eau-du-robinet

        blablabla, blablabla, voici des nouvelles fraîches de.....1982.
         smiley
        Vous pouvez mieux faire, j’en suis sûr.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 20:26

        @Olivier Perriet
        On peut faire mieux, vous avez raison !
        En 2013, le New York Times publiait la nouvelle carte du Moyen Orient.

        "Les Etats-Unis d’Amérique réapprennent aux peuples du Moyen Orient la nouvelle géographie de leur région en publiant dans les colonnes de New York Times une « nouvelle carte de la région » !! Le Moyen Orient rêvé par les Etats Unis est composé de 14 pays issus de la dislocation de 5 pays le composant à l’origine !! (...)


        Le plan est clair, on détruit 5 pays souverains pour créer 14 petits califats bien soumis. Diviser pour mieux régner, génial !
        Mais le New York Times est sûrement un journal complotiste, non ?

      • Dom66 Dom66 19 février 12:25

        Merci l’auteur pour l’article, un jour viendra où les amersloques(humaines) paieront pour tout leurs crimes...la roue tourne toujours.


        • Eric F Eric F 20 février 10:31

          @Vraidrapo
          je partage votre constat, tous les partis politique et les politiciens ce réclament du général de Gaulle, mais ils prennent le contrepied de ses principes et actions.


        • leypanou 19 février 12:43

          En revanche, nul n’a évoqué le fameux document du « Quintet de Washington » [2] [États-Unis, Royaume-Uni, France, Arabie saoudite, Jordanie] : ce qui est extraordinaire avec les médias français c’est que l’extrême absurdité de certaines situations qu’ils ignorent.

          Comment en effet accepter que l’un des états les plus obscurantistes et rétrogrades du monde, à savoir l’Arabie Saoudite, puisse faire partie d’un groupe pour une transition démocratique en Syrie ? Comment accepter qu’un royaume, la Jordanie, puisse aussi faire partie de ce groupe ?

          Il y a quelques jours, l’OSDH, toujours la même, a prétendu que des armes chimiques ont été utilisées par l’Armée Syrienne ; tout de suite après, avant toute enquête, le gouvernement français a pris des sanctions contre une vingtaines d’industriels prétendûment impliqués dans cette attaque. Maintenant, la même OSDH a prétendu que la Turquie a fait pareil sur les Kurdes : rien ; pire, les États-Unis ont même prétendu que c’est « hautement improbable ».

          Autrement dit, quand c’est la Syrie est prétendûment impliquée, c’est probablement vrai, quand c’est un allié de l’axe du Bien, la Turquie, c’est probablement faux.


          • doctorix doctorix 19 février 20:43

            @leypanou
            L’OSDH c’est un escroc londonien solitaire qui a enfumé toutes les agences de presse et même l’ONU, qui reprenait ses dires comme si c’était l’évangile, pendant sept ans.

            J’espère qu’un jour les syriens l’exécuteront pour ses crimes.

          • QAmonBra QAmonBra 19 février 13:25

            Merci @ l’auteure pour la partage.


            Excellente initiative de transmettre les propos du chef de la diplomatie syrienne, car il ne faut pas compter sur nos merdias pour cela.

            Malgré la guerre contre un terrorisme international alimentée par $ion et, de ce fait, un pays en partie en ruines, la République arabe syrienne est toujours et demeure un état souverain, ce que la république française n’est formellement plus ! (*)

            Ce qui n’empêche pas certains prétendus français de se mêler de ce qui ne les regarde pas, plutôt que de se préoccuper de notre pays qui va à veau l’eau, mais il est vrai que ces individus ont d’autres priorités : (. . .) « Si on n’est pas sioniste dans notre pays aujourd’hui - et je le suis autant qu’on peut l’être - c’est qu’on n’est pas français. »(. . .)




            (*) Une nation, a fortiori une république prétendument démocratique, dont le Peuple n’a plus son mot à dire en matière d’économie, monnaie, législation, territoire et défense, peut elle prétendre à une quelconque souveraineté ? 


            • doctorix doctorix 19 février 21:02

              @QAmonBra
              Vous avez tout à fait raison de comparer la situation en Syrie avec la notre. La différence, c’est que le gouvernement syrien refuse l’ingérence des USA et d’Israël dans ses affaires, tandis que nos dirigeants l’appellent de leurs voeux, par l’intermédiaire des commissaires de Bruxelles et de présidents successifs issus des young leaders et complètement inféodés au CRIF.

              Je voudrais un peuple français animé de la même détermination à éliminer les parasites que le peuple syrien.
              Mais on ne fait pas des taureaux furieux avec des veaux. 

            • symbiosis symbiosis 19 février 13:48

              Le fanatique labrune intervient systématiquement sur les articles relatifs à la résistance au néo colonialisme.

              C’est obsessionnel chez lui avec des arguments caricaturaux d’une haine coloniale qui met toujours, c’est lassant, dos à dos les pays résistants avec le nazisme.
              C’est à se demander si le fou labrune ne vit pas dans un remord familial qui pèse lourdement sur sa conscience. 
              Ou alors, que vient faire le nazisme dans la résistance anti colonialiste des pays qui subissent la violence du colon occidental ?

              • Croa Croa 19 février 18:33

                À symbiosis,
                Il en faut smiley Les lecteurs ne sont pas des imbéciles. Ceux qui ne sont là que pour polluer le débat en seront pour leur frais et c’est très bien.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 09:43

                @symbiosis
                Il faut comprendre Labrune, il est encore largement soutenu par toute une brochette de menteurs patentés !

                - Les médias mentent sur la Syrie depuis 2011. Il n’y a jamais de révolte de l’opposition syrienne, ce sont les USA qui ont dépensé 12 milliards de $ pour mettre le boxon en Syrie !


                - Sarkozy & Juppé mentent : il n’y a jamais eu « de révoltes populaires », ils ont signé les accords de Lancaster House avec Cameron pour envahir la Libye et la Syrie.

                - Hollande & Fabius ont pris la suite, et mentent aussi.
                Hollande a livré des armes aux gentils égorgeurs modérément modérés...

                - L’Europe est soumise à l’ OTAN , Bruxelles ment itou. Ils dépensent des fortunes pour faire taire les mécontents, qu’ils traitent de « nationalistes » et « autres fachos », alors qu’ils soutiennent les néo nazis à Kiev , et refusent de condamner la glorification du nazisme à l’ ONU !

              • Eric F Eric F 20 février 10:40

                @Fifi Brind_acier
                il est en effet significatif que désormais les grands média relaient unanimement la ligne diplomatique officielle, et paradoxalement plus encore les média privés (maintenant aux mains des affairistes) que publiques. Et les gouvernants s’étonnent ensuite que l’opinion publique cherche des informations alternatives -lesquelles, il faut le reconnaitre, sont parfois elles aussi manipulés par des intérêts antagoniques- . S’il y avait comme jadis un véritable pluralisme dans l’information grand public, celle-ci aurait conservé une certaine crédibilité, mais désormais la méfiance se généralise.


              • karibo karibo 20 février 15:35

                @Fifi Brind_acier

                Bonsoir , vous avez parfaitement raison , comme eau du robinet, en plus il y a ce gazoduc sur lequel les sionistes et ricains veulent faire main basse , kadafi a payé pour voir .
                @ l’ auteur, merci pour cet article des plus clair ,édifiant , tout simplement scandaleux ! 
                 no more comment !

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 20:34

                @karibo
                J’ai oublié de montrer ce que les pays européens et Bruxelles tolèrent :
                le défilé annuel des anciens Waffen SS à Riga, en Lettonie, pays de l’UE.



                Et les néo nazis de Kiev, soutenus par l’ UE.


              • HELIOS HELIOS 19 février 14:31

                ... le sujet est complexe, mais les manipulations sont identiques des 2 cotés...


                Le rôle de l’arbitre, ce n’est pas de se mettre devant le joueur pour empêcher le ballon de passer, mais de regarder si les joueurs respectent la règle.

                Aujourd’hui, il n’y a pas d’arbitre et ceux qui aspirent a l’être ou le devenir s’interposent...


                Note : j’aime bien la note de QAmonBra (13:25)

                • QAmonBra QAmonBra 19 février 15:44

                  @HELIOS

                  Salut et merci !

                  (. . .) « Aujourd’hui, il n’y a pas d’arbitre et ceux qui aspirent a l’être ou le devenir s’interposent... » (. . .)

                  J’espère me tromper, mais ce discours historique du diplomate syrien aux « nations unies » me rappelle furieusement celui tenu par Haïlé Sélassié, à la tribune de l’organisation ancêtre de l’ONU le 30/06/1936 à Genève.


                  Les nazis et fascistes de ce XXI siècle n’ont apparemment aucune ressemblance physique avec leur prédécesseurs, normal, ce serait trop facile. . .

                • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 février 16:17

                  @HELIOS

                  Moi aussi j’aime bien la note d’Amon Braquemart ( smiley ), à la différence près qu’il n’y a pas des milliers de morts et des millions d’exilés en France


                • QAmonBra QAmonBra 19 février 18:03

                  @Olivier Perriet


                  (. . .) « à la différence près qu’il n’y a pas des milliers de morts et des millions d’exilés en France » (. . .)

                  Pour le moment, mais certains, se prenant pour ce qu’ils ne sont pas, n’ont jamais été et doctorants en zizanie, y travaillent méthodiquement dans l’ombre, aidés en cela par des ignares de tous bords brûlant d’envie d’exprimer physiquement leur haine de l’autre, alors patience, tant la cruche va à l’eau (ou le lait) qu’elle se brise Pierrette ! Et ne croyez pas que nos actuels et prétendus dirigeants s’en lavent les mains. . .

                • Christian Labrune Christian Labrune 19 février 18:26

                  à la différence près qu’il n’y a pas des milliers de morts et des millions d’exilés en France
                  ...................................................................... .............
                  @Olivier Perriet
                  Là, je crois que vous poussez quand même un peu loin le bouchon, et vous allez mécontenter tous ces braves gens ! Vous n’iriez quand même pas jusqu’à prétendre, j’espère, qu’on vivrait mieux et plus libre en France ou aux Etats-Unis qu’en Turquie, en Iran, ou dans n’importe laquelle des cinq colonies de la République islamique !!!

                  A Belleville, il est bien rare que je puisse aller jusqu’au tabac du coin sans avoir à enjamber deux ou trois corps de ces militants de la liberté qui n’hésitent jamais - et ils viennent encore de nous en administrer la preuve-, à s’opposer à la tyrannie capitaliste et se font descendre en masse durant la nuit par les services secrets. Mais cela arrive dans quelques coins de Paris, en particulier entre Ménilmontant et le Colonel Fabien. Jamais ailleurs, d’où les illusions que se font encore beaucoup de Français.

                   Faut-il vous rappeler que la plupart des journaux, en France, se sont dès longtemps convertis au macronisme comme ils se sont convertis en Turquie à l’erdoganisme radical. En Turquie au moins, il y a une certaine franchise du régime : les journalistes dissidents, on les licencie et on les envoie en cabane (on parle de rétablir la peine de mort. On y aura mis le temps !). En France, on n’a même pas ce courage et on essaie de sauver les apparences d’une démocratie minimale. Mais c’est pire, cent fois pire ! Qui serait fou au point de ne pas préférer une bonne dictature bien sanguinaire, où on n’hésite pas à torturer et pendre les opposants, comme en Iran, à un hypocrite semblant de démocratie ?

                  Beaucoup d’intervenants, sur cette page, préfèreraient évidemment, quand il y a des manifestations de la CGT ou de tout autre syndicat opposé à la sale tyrannie capitaliste, que la police tirât dans le tas. Au moins, ce serait beaucoup plus clair, on aurait des martyrs à exhiber, au lieu de ces simples faux-culs que sont tous les râleurs chroniques. Plus un état est sanguinaire - et tous ceux qui se sont exprimés sur cette page le savent bien - et plus il est authentiquement démocratique. C’est un paradoxe, mais il n’empêche qu’il s’accorde avec la vérité. A tous ceux qui se sont émus de mon intervention en haut de la page, je peux donc dire à bon droit « Je vous ai compris ! ». Et Il me semble que je viens d’en donner la preuve.

                  Vive Erdogan ! Vive Bachar el-Assad ! Vive Saint-Poutine ! Vive Rohani ! Vive Khamenei !


                • symbiosis symbiosis 19 février 19:19

                  Labrune n’arrive plus à rassembler et coordonner ses idées.

                  Pauvre Labrune nous fait une dépression.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès