• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > TAXES, MENSONGES et IDÉAUX : réchauffement climatique, une arnaque bien (...)

TAXES, MENSONGES et IDÉAUX : réchauffement climatique, une arnaque bien orchestrée

« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

 

La révélation

Lorsqu’on a conclu péremptoirement à la responsabilité de l’homme dans le domaine du réchauffement climatique, on a également implicitement annoncé une avancée scientifique de taille, qui n’a pas reçu l’attention qu’elle aurait méritée : l’homme était déclaré capable de maîtriser les éléments de la nature. Rien de moins.

Cette certitude soutenue par un milieu scientifique (reconnu ?) est une avancée formidable dans l’histoire de l’humanité.

On n’était plus dans les conséquences ordinaires d’une action banalement irresponsable (pollution de rivière, océan, air, déforestations sauvages) ou d’aménagement (percement d’un tunnel ou d’un canal, aplanissement d’une colline, construction d’un pont, autoroute, chemin de fer ou autre) mais bel et bien dans le domaine du contrôle climatique de la planète.

Et on s’est mis du coup à rêver que, en y mettant les moyens et le temps pour développer les méthodes adéquates, on était littéralement capable de faire la pluie et le beau temps.

Et d’échafauder les scenarii les plus osés sur les possibilités futures d’une telle découverte.

Hélas, le rationnel reprenant le dessus sur l’émotionnel, à ce rêve les yeux ouverts il a suivi le désenchantement d’une réalité on ne peut plus banale.

Et de s’en vouloir d’avoir aussi vite donné foi à une idée uniquement parce qu’elle nous séduisait autant.

Mais il n’y a pas eu que nous.

Que dire de tous ces politiciens, de n’importe quel tendance, gauche, droite, blanc, rouge, noir, vert, tous réunis dans un bel ensemble, qui pour une fois dans leur vie ont osé lever leur regard un peu plus haut de l’horizon de la prochaine échéance électorale, et se sont mobilisés avec désintéressement (quel retour immédiat peuvent-ils espérer si tous ont le même programme ?) pour une cause dont les effets ne se feront sentir, au mieux, alors que leurs noms auront bien plus de chance de figurer sur un stèle au cimetière plutôt que dans un livre d’histoire ?

Quel gâchis ! Quelle désolation !! Quelle tristesse !!!

Et quod de ce pauvre Laurent Fabius, la Fée Clochette de la Cop21, qui grâce à son rôle dans ce raout aurait aimé recevoir le Prix Nobel de la Paix, comme jadis en 2007 son homologue Al Gore, cet autre faux expert climatologique (autoproclamé) et vrai diffuseurs de thèses alarmistes tellement abracadabrantes qu’il a été contredit (conjointement à ses acolytes du GIEC) même par son propre camp, Green Peace en tête ?

Le genre humain et la Terre

L’homme n’est pas indispensable à la planète bleue. Il peut disparaître, comme autrefois les dinosaures, sans créer des dommages collatéraux. L’écosystème n’en serait nullement perturbé. Le contraire n’est pas vrai.

On a beau se proclamer les fils de Dieu, nous ne sommes rien de plus qu’une colonie d’insectes, une petite entité négligeable et pour tout dire insignifiante. Et moins nécessaire à la planète que les lombrics.

Bien sûr, nous sommes actuellement 7 milliards d’individus. Mais nous comptons pour beurre.

Vous en voulez la preuve ?

Repérez sur une mappemonde ce petit point bleu si minuscule qui indique le lac Léman, le plus grand lac d’Europe que la France partage avec la Suisse.

Et bien, si on y submergeait d’un seul coup l’humanité entière, donc 7 milliards de personnes, sa masse s'accroîtrait de 0,2%. Et personne ne s’en apercevrait.

Et ce lac a une superficie de moins de 6% de celle de la plus grande ferme australienne.

Alors, importants quantitativement les 7 milliards d’individus ou entité ridicule ?

Cela redimensionne grandement notre ego.

Le prétexte

Le réchauffement climatique que nous vivons actuellement est une vérité incontestable.

Nul de sensé pourrait le remettre en doute.

Cela dépend uniquement de l’activité solaire, cet astre dont la Terre tire toutes ses sources d’énergie et de vie, qui a une taille de 1300'000 fois plus grand qu’elle.

L’activité solaire détermine, depuis toujours, des cycles de réchauffement ou de refroidissement de la planète à un rythme imprévisible (début, fin, ampleur). Ces cycles sont historiquement recensés Tout le monde peut le contrôler.

Alors pourquoi en accuser l’humanité ?

Pour toujours la même raison : l’Argent. Notre Argent.

Pour nous ponctionner d’une nouvelle taxe tout en nous culpabilisant pour nous la faire accepter sans trop rechigner.

Puis, puisque si on était les seuls à la payer il y aurait une distorsion de la concurrence, on essaie d’obliger les autres Pays, un peu ou beaucoup réticents, à l’adopter également. D’où les COP. L’important pour notre économie est que cette taxe soit universelle, les engagements à réduire les émissions de gaz à effets de serre et leur respect étant accessoires.

Beaucoup de Pays du Tiers Monde ont signé uniquement parce qu’on leur a promis de l’argent, qu’ils ne verront jamais.

A quelques exceptions près. Car on a également instauré un système qui permet aux pays les plus développés d’acheter le droit de polluer (le droit carbone) aux pays sous-développés.

Sans, étonnamment, susciter les foudres d’aucun des mouvements altermondialistes toujours prêts à dénoncer ces-salauds-de-capitalistes-qui-avec-leurs-dollars-acquis-par-l’exploitation-de-la-classe-ouvrière-entretiennent-dans-le-sous-développement-les-pays-du-tiers-monde.

Mais passons.

Résultat de ce marché de dupes : l’Etat français a dû rembourser à des escrocs (procès en cours, condamnations probables, recouvrements illusoires) la bagatelle d’un milliard d’euros à titre de remboursement d’une TVA jamais versée sur des transactions imaginaires de « droits carbone ». Bercy, ne sachant plus comment s’en sortir, a fini par exonérer ces droits d’une quelconque taxe.

La méthode

Nos gouvernements (G7) ont été vraiment capables ne concevoir et mettre sur pied et de réussir du premier coup un tel scénario si machiavélique ?

Et bien, en réalité non. C’est un remake.

On a rejoué un scénario que des laboratoires chimiques avaient utilisé avec succès fin 70 début 80.

Petit rappel :

Fin des années 70 une information avait commencé timidement à circuler, d’abord dans des journaux scientifiques, puis de plus en plus fort dans tous les medias, jusqu’au paroxysme, dans un crescendo rappelant la tirade rossinienne sur la calomnie du Barbier de Séville. Objet : un soi-disant trou d’ozone, aux conséquences évidemment catastrophiques, provoqué par le CFC, ce gaz utilisé dans nos sprays de l’époque.

Dans une atmosphère obsessionnelle, digne des meilleurs Hitchcock , tous les médias relayent la nouvelle en boucle, soutenue par des interviews de spécialistes.

Le résultat de cette peur panique inculquée dans l’opinion mondiale a débouché immédiatement par l’interdiction dudit gaz.

Pour s’apercevoir après coup que toute cette campagne avait été orchestrée de main de maitre par des agences de com’ mandatées par les laboratoires propriétaires du brevet du CFC, qui venait à échéance justement cette année là (la protection d’un brevet dure 20 ans), et qui redoutaient la concurrence orientale si le CFC tombait dans le domaine public.

Bien entendu aucun media n’a fait son mea culpa pour s’être fait manipuler, le trou d’ozone scruté tous les jours à la loupe a disparu immédiatement de tous les radars, les experts partis en vacances avec leurs confortables honoraires, les agences de com’ dûment rétribuées.

Il faut reconnaître le grand professionnalisme de ces agences ; et regretter en passant que dans d’autres domaines on ne fasse pas preuve d’une si grande compétence.

On a donc remplacé le trou d’ozone par les émissions de CO2 et on nous a rejoué la même partition. Succès escompté.

Les moyens

L’idée de réutiliser le même scénario est surgie immédiatement après le cas « trou d’ozone » mais, comme toute initiative politique, il a fallu quelque temps pour la mettre en place.

Le G7 (groupe des 7 pays les plus riches, soit USA, Japon, Allemagne, France, Grand Bretagne, Canada, Italie) a décidé en 1988 de mettre en place par l’Onu le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat).

Alors que jusque là, cette évolution n’intéressait que les météorologues.

Comme toute institution onusienne le Giec n’est pas une association de personnes physiques mais de Pays. Et comme toute institution onusienne fortement politisée.

Il ne s’agit donc pas d’un laboratoire de recherche, mais d’un organisme qui effectue une évaluation et une synthèse de ces travaux menés dans les laboratoires du monde entier, genre revue de presse. 

Aucun individu – et en particulier aucun chercheur – ne peut être directement membre du GIEC : les personnes qui siègent aux assemblées du GIEC ne font que représenter les pays membres.

Et surtout leurs intérêts. Et c’est ici que le bât blesse.

Car à lire les rapports du GIEC on dirait que tous les experts du monde entier sont unanimes. Ce qui est loin d’être le cas.

Donc on nous soumet des conclusions hautement tendancieuses – donc mensongères.

Par ailleurs admettre que le réchauffement climatique est la responsabilité de l’homme uniquement parce que des experts ou le Giec l’affirment se serait comme admettre l’existence de Dieu par le seul fait que tous les théologiens (qui prêchent, c’est le cas de dire, pour leur paroisse) le soutiennent.

Les experts étant donc désignés (le Giec), on passe aux agences de Com’.

Qui ont concocté une campagne avec des images et de mots forts aptes à conditionner la cible (nous).

Détricotement des termes

Gaz à effet de serre  : (au fait composés à 90% par la vapeur d’eau, voir détail complet plus loin) : l’appellation est bien choisie car parlante.

A ses simples mots on s’imagine à l’intérieur d’une serre en plein soleil où l’atmosphère est moite et étouffante.

A regarder de plus près, la définition officielle des gaz à effet de serre est bien plus soft : les GES empêchent par leur couverture la terre de se refroidir.

Première contre-vérité : les gaz à effet de serre (couverture nuageuse) empêchent en effet la terre de se refroidir LA NUIT.

Tout le monde sait qu’une nuit étoilée est bien plus froide qu’une nuit nuageuse. Même les déserts ont réputation d’être glaciaux la nuit.

Mais cette même couverture nuageuse, qui n’a pas les prérogatives d’une glace sans tain, et qui donc fait pareillement écran dans les deux sens, empêche tout aussi efficacement le terre de se réchauffer la journée. Et puisque la source solaire émet plus de chaleur que la terre, les GES empêchent surtout la terre de se réchauffer.

Pour s’en convaincre il suffit de grimper sur le sommet d’une colline juste au dessus des nuages et comparer la différence de température par rapport au juste dessous.

En réalité donc une hypothétique augmentation des GES serait plutôt positive pour lutter contre le réchauffement climatique.

Climato sceptiques : de nouveau un terme très bien choisi car on traite de ce nom les opposants à la thèse officielle en faisant croire qu’ils nient le réchauffement en cours, alors qu’ils ne sont contraires qu’à l’idée de la responsabilité humaine.

Les thèses opposées

On a donc d’un coté le Giec qui soutient la théorie officielle et en face des cabinets mandatés par des climato-sceptiques pour prouver le contraire.

Et là il y encore une magnifique arnaque dans l’arnaque.

Car ces cabinets, aux honoraires milliardaires (que nous payons aussi d’une manière ou d’une autre), ne veulent surtout pas prouver la thèse pour laquelle ils sont mandatés, car ils perdraient du coup leurs clients et leurs revenus. Conflit d’intérêts. Alors ils se limitent à publier des graphiques, des avis d’experts truffés d’inexactitudes et ils font tout pour entretenir le doute.

La vérité alors ?

En réalité très simple et facile à prouver.

Indiquez les données à votre enfant de niveau de CM2 ou supérieur et il vous fournira la bonne réponse en utilisant simplement la règle de 3.

Calculs

Les données scientifiques admises par tout le monde (partisans et adversaires) indiquent que la concentration des GES dans l’atmosphère est représentée par 3000 parts de vapeur d’eau par million et de 396 parts de CO2, plus quelques autres gaz en proportion plus que négligeable.

Rappelons que le CO2 c’est de l’anhydride carbonique, soit le produit de nos expirations ; elle n’a rien de toxique. Et est soluble dans l’eau.

Cette concentration et répartition des GES sont considérées stables tous les jours de l’année.

Les parts de CO2 étaient de 280 au début de l’ère industrielle (1800) où les habitants de la terre étaient évalués au maximum à un milliard d’unités.

On est 7 milliards aujourd’hui soit une augmentation de 6 milliards pour 116 parts de CO2. Ce qui rapporté aux 7 milliards au total indiquent une valeur de 135 parts dont est responsables l’humanité pour ses 7 milliards d’habitants et ses 200 milliards d’animaux d’élevage - plus toutes ses activités (industries, voitures, avions, chauffage, bateaux etc.)

Les 261 parts restantes étant émises par la nature (arbres, montagnes, volcans, océans, rivières, glaciers, animaux sauvages etc.).

On est donc responsable de seulement 34% des émissions totales de CO2.

Une autre donnée incontestée est que la vapeur d’eau s’épuise et se reconstruit en 14 jours au maximum.

Pour faire compte rond prenons 15 jours, ce qui fait que chaque jours se détruisent et se recomposent 200 parts.

Le CO2, lui s’épuise et se recompose en un siècle.

Donc prenons les 135 parts émis par la présence et activités humaines et divisons la par 36524,25 jours (soit un siècle) : ce qui donne arrondi une émission de 0.0037 parts par jour soit, et au grand maximum, 18 millionièmes des émissions totales journalières de GES (0,0037/200,0037x100).

Quelle personne saine d’esprit pourrait concevoir que cette proportion ait une quelconque influence sur quoi que ce soit ?

Et là où ça devient franchement ridicule ce qu’on voudrait réduire cette émission journalière de 2% je ne sais plus à quel horizon.

Au fait ça fait combien 2% de 18 millionièmes ?

Question subsidiaire

Cette nouvelle taxe sert à nous faire payer l’air qu’on respire (on paye à la sortie) ou parce que on est des c..s ?

J’entends une voix qui susurre : « les 2 mon général !!! »

 

 

Données officielles des GES - facilement contrôlables 

_________________________________________

Concentrations atmosphériques en volume par million, durée de séjour et potentiel de réchauffement des principaux gaz à effet de serre

Gaz  Formule Concentration durée séjour PRG

  préind act.

Vapeur eau H2O 3000 3000 2 semaines —

Dioxyde carbone CO2 280 396 100 ans 1

Méthane CH4 0.7 1.8 12 25

 

A noter que, régulièrement, on entend des voix qui voudraient qu’on élargisse le traitement qu’on impose au CO2 au gaz méthane (produit entre autres par les flatulences des vaches). Thèse contestée âprement par tous les milieux Giec y compris.

Si la thèse officielle du CO2 était vraie, considérant que, depuis l’époque préindustrielle, le gaz méthane à augmenté de 258%, compte tenu de son potentiel de réchauffement (25 x celui du CO2) et de son facteur de 8.33 de séjour par rapport au même CO2 , cela ne tarderait pas à être vrai également. CQFD.

Pour conclure

Si la lecture de ces propos vous laisse perplexe, dubitatif, incrédule, ironique ou carrément opposé, je vous propose d'aller consulter la définition scientifique des GES. Mais si vous pensez qu'une journée sous les nuages est plus chaude qu'une journée sous le soleil, je n'aurais plus qu'une ultime requête à vous adresser : le numéro de téléphone de votre fournisseur, car manifestement il vous refile du tout bon.

Dernier détail : les rayons infra-rouge n'influent nullement sur la température de l'air.

 Merci à tous


Moyenne des avis sur cet article :  3.07/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

185 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 16 août 10:24

    Donc selon vous l’homme n’influe pas sur la température de son environnement ?


    Alors faites une expérience : prenez un thermomètre, allez dans un sous bois à la campagne. Puis allez en ville. Vous verrez facilement 5°C de différence.

    L’humain défriche 15 millions d’hectares chaque année. 0,3% des forêts qui part en fumée chaque année. Toujours aucune influence sur notre environnement ?

    Quand à l’activité solaire, elle est en chute libre depuis 2005. Depuis 2005, les températures n’ont jamais été aussi chaudes. Aucune corrélation donc entre les cycles solaires et l’élévation de température au niveau mondial. Je vous invite à aller voir cette image. En rouge, la température, en bleu l’activité solaire. Rien à voir.

    Pour la proportion du CO2, plus personne ne nie une corrélation en réchauffement et concentration. Mais corrélation ne veut effectivement pas dire implication. Des simulations numériques laissent à penser que le CO2 pourrait être en partie responsable de l’élévation des températures. Ca ne prouve rien du tout, étant donné la complexité du climat terrestre. 

    Le problème, c’est que vous mêlez mensonges éhontés, propagante anti réchauffistes et arguments scientifiques valides. Donc votre discours, c’est de la m*rde.

    • francois 16 août 11:17

      @bibou1324
      bibou1324

       +1


    • barbarossa 16 août 13:23

      @bibou1324

      Donc selon vous l’homme n’influe pas sur la température de son environnement ?

      Alors faites une expérience : prenez un thermomètre, allez dans un sous bois à la campagne. Puis allez en ville. Vous verrez facilement 5°C de différence.

      L’homme influe certainement sur la température de son environnement immédiat. (Manquerait plus que ça au prix où est le chauffage). Immédiat, mais pas plus loin.
      Par ailleurs il y a aussi vos 5° de différence entre un sous-bois et une plage déserte juste à coté. 

      Par ailleurs ce qui fait débat c’est l’implication de l’homme dans le réchauffement climatique universel et pour cela le Giec indique que c’est l’effet des GES.
      Soit la couverture nuageuse.
      Et leur définition (donnée par e Giec) est : empêchent la terre de se refroidir. Ce qui est vrai mais incomplet ; car et surtout empêchent également la terre de se réchauffer, ce qui est encore plus vrai.

      On peut ensuite discuter à perpète sur la composition, la nocivité, la persistance de chaque composant.
      Mais on ne peut pas contester qu’il fait plus chaud durant une journée ensoleillé que sous les nuages.

      Ou alors ...

    • spearit 16 août 13:58

      @bibou132
      On parle ici de climat pas de météo, alors les +5°C des villes c’est quoi météo, climato ???

      L’homme influe sur son environnement, pourquoi rajouter le mot « température » ???
      On vous l’a dit, chercher plutôt du côté du soleil pour comprendre les cycles du climat et arrête d’avoir la prétention de croire pouvoir influencer le climat


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 août 16:27

      @bibou1324. De mon vivant, je n’ai rien défriché du tout. Donc je suis coupable quand même , puisque je suis de l’espèce que tu exècres, l’espèce humaine.

       
      Je te rappelle que quatorze jours après, tu n’as toujours exhibé aucune preuve expérimentale à l’appui de ta propagande carbocentrique éhontée :

    • Pascal L 16 août 16:50

      @spearit
      C’est l’absorption de la chaleur par l’évaporation de la végétation. J’habite dans une commune de taille moyenne juste à côté d’un bois. Je n’observe pas 5°, mais j’ai facilement 2° en été entre chez moi et le centre ville qui n’est qu’à 1 km. En hiver l’écart est plus faible, mais est principalement lié au faible ensoleillement hivernal du vallon dans lequel je me situe.

      Le Giec ne valide que les mesures de températures données par le réseau de thermomètres et refuse les mesures par satellite qui montrent un réchauffement plus faible. On peut légitimement se poser la question de l’emplacement moyen des stations de mesure. L’augmentation de la taille des villes fait que ces thermomètres se retrouvent maintenant beaucoup plus en ville qu’à l’extérieur. Par ailleurs, les zones tropicales possédaient un faible réseau de stations qui s’est complété avec le temps. Qu’elle est l’influence de ces changements sur la valeur moyenne ? Quel est le sens d’une valeur moyenne ? Pourquoi les modèles du Giec ne valident pas les températures observées dans la haute atmosphère ? Beaucoup de questions qui, il me semble, restent sans réponse.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 août 18:31

      @Pascal L
      Les Australiens ont trouvé un moyen de faire monter les températures, ils évitent de compter celles qui descendent en dessous de - 10°...


    • mmbbb 16 août 21:58

      @barbarossa j adore votre argumentation specieuse " Et bien, si on y submergeait d’un seul coup l’humanité entière, donc 7 milliards de personnes, sa masse s’accroîtrait de 0,2%. Et personne ne s’en apercevrait. " et alors avant de les plonger dans le lac leman vous avez momifiez ces êtres humains. Ces 7 milliards ont besoin notamment d energie de nourriture d infrastructures et surtout rejettent beaucoup de dechets des tonnes un exemple significatif http://www.lefigaro.fr/international/2016/08/30/01003-20160830ARTFIG00241-au-liban-beyrouth-replonge-dans-une-nouvelle-crise-des-ordures.php
      J ai eu une âpre discussion avec Lavaud , les theories du GIEC sont fausses donc retenons la votre et apres ? Pendant que vous discutez sur le sexe des anges ou querelles byzantines, le monde tourne et les problemes majeurs ne sont pas abordes en particulier la pollution systémiques des ecosystemes la destruction rapide des biotopes et l effondrement des populations des especes animales et vegetales ( etude d un professeur de Stanford : Rodolfo Dirzo ) ,Donc demain avec pres de 10 milliards d huamains en 2050, et conjugue a l inertie des etats à apporter des solutions, ce rechauffement climatique anthropocène ou pas se conjuguera a ces problemes deja aigus .


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 août 22:13

      @mmbbb :« ce rechauffement climatique anthropocène ou pas se conjuguera a ces problemes ». Tout faux.

      Ce qui est réel est que la pénurie en dioxyde de carbone atmosphérique s’atténue ; toute la végétation terrestre en profitera. Donc la pédogenèse s’améliorera, donc la retenue des eaux de pluies. Donc le recyclage de ces pluies en humidité atmosphérique, et précipitations sur les reliefs.
      Pas sûr pour autant que la température augmentera ni qu’elle baissera : les facteurs que le GIEC néglige volontairement sont en réalité dominants, et largement imprévisibles.


    • mmbbb 16 août 23:04

      @JC_Lavau le probleme n est pas la : c est la pollution systemique des ecosytemes et la destruction des biotopes, l effondrement des populations animales et vegetales dans les 30 ans a venir .Les scientifiques tirent la sonnette depuis fort longtemps. CO2 ou pas ces problemes deviendront de plus en plus aigus Ce que je regrette est que ce probleme de CO2 est toujours mis en avant alors qu il s agit d un probleme parmi d autres ! Je ne rejette pas vos prises de position a priori Vous ne pouvez pas nier par exemple que l ocean est devenu un cloaca maxima ! Nous arrivons pas a modeliser correctement le climat , je vous défie de modeliser la croissance d une foret en entrant tous les parametres c est impossible En 2000 il eut une entreprise americaine finançant un projet Sphère 2 000 . Les « spheronautes » enfermes devaient vivre pendant 1 an dans cette sphere en se nourrissant de leurs produits . Au bout de quelques semaines l experience prit fin . Un escargot se developpa et devint envahissant , les scientifiques n avaient pas pris aussi suffisant en compte l activite microbienne des sols . La nature est beaucoup plus complique que ce nous croyons . Nous avons un déterminisme réducteur du fonctionnement des ecosytemes Moi je suis encore d une generation intermediaire ,Ce seront les generations futures qui vivront ces changements profonds . La question : vivront ils ( vos enfants petits enfants ) dans un environnement viable ? 


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 août 23:34

      @mmbbb. Le CO_2 n’est pas un problème, mais une solution. L’escroquerie dominante a toujours grand prise sur vous.

      Le climat n’est pas un problème dont nous ayons les clés, ni même un problème tout court tant qu’il ne se refroidit pas. Sous le mini-âge glaciaire, les règnes de Louis XIII et de Louis XIV furent atroces pour les paysans et les pauvres.
       
      Alors laissez tomber ces trucs de la propagande hégémonique, et concentrez-vous sur les vrais problèmes. Ils ne manquent pas.

    • JC_Lavau JC_Lavau 18 août 08:02

      mmbbb me jetait dernièrement ce lien à la figure :
      @mmbbb : « Il vise, par ailleurs, à faire avancer les connaissances scientifiques sur le carbone forestier ».http://www.ffem.fr/accueil-FFEM/News-medias/Videos/projects/madagascar-programme-holistique-de-conservation-des-forets_1 
       

      Très léger détail : les végétaux n’absorbent pas d’hydrates de carbone par les racines.
       
      Les champignons par leurs membranes si, et ils les oxydent grâce au dioxygène atmosphérique.
       
      Les champignons font partie de la faune et microflore qui minéralise les débris végétaux en litière. Parmi ces minéraux libérés, le dioxyde de carbone atmosphérique dans le sous-bois, qui ensuite est absorbé par les feuilles via leurs stomates, pour être recyclé par voie photosynthétique.
       
      C’est à ce genre d’inexactitudes grossières que l’on voit que ce genre de média se contrefout de la réalité ni de la méthode scientifique, ne s’occupe que de politique et de subventions.
       
      Pas de molécules organiques dans les sols ? Mais si ! Les acides fulviques qui attaquent la roche du sous-sol, les macromolécules humiques, notamment celles qui sont passées par le système digestif des lombrics, et les complexes argilo-humiques. Les beaux et les plus célèbres sont ceux des tchérnozioms.
       
      Tous ces polymères humiques sont d’excellents échangeurs d’anions et de cations, et rétenteurs d’eau, pas de sol performant sans eux.

    • JC_Lavau JC_Lavau 18 août 18:23

      @bibou1324. Dix-sept jours plus tard, jamais bibou1324 n’a justifié par des faits expérimentaux ses affirmations délirantes empruntées à la propagande carbocentrique.

      http://www.agoravox.fr/commentaire4965257


    • Daniel Roux Daniel Roux 16 août 10:41

      L’auteur exprime une opinion fondée sur des calculs arithmétiques que chacun est à même de vérifier, hypothèses et conclusions.

      Prétendre que l’homme " peut disparaître, comme autrefois les dinosaures, sans créer des dommages collatéraux. L’écosystème n’en serait nullement perturbé."

      est exagéré.

      L’écosystème c’est de l’écologie. La disparition accélérée de la bio diversité, c’est à dire en claire l’élimination massive d’espèces animales et végétales, par les hommes, n’est pas un simple dommage collatéral.

      Il en est de même pour l’empoisonnement incontestable de l’eau, de l’air et des terres par les mêmes.

      A cette aune, rien n’a d’importance puisque la vie sur terre peut se réduire aux micro-organismes comme pendant les 3 premiers milliards d’années.

      L’article suivant, de haute qualité, d’un excellent auteur, remettra les pendules à l’heure.

      http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/quotas-et-taxe-carbone-pour-le-67035


      • barbarossa 16 août 11:35

        @Daniel Roux
        Bonjour,et merci pour votre intérêt. J’apprécie énormément.

        L’article, que vous indiquez, excellent et bien documenté corrobore mes propos.

        Par ailleurs il y a une notion que j’ai voulu expliquer et qui visiblement passe mal : la différence entre environnement, c’est à dire le milieu dans lequel on vit et auquel on peut infliger des dégâts - comme vous dites empoissonnement de l’eau, de l’air et des terres et autres - et les forces de la nature qui nous imposent leurs lois et envers lesquelles nous sommes, et nous serons toujours impuissants.
        C’est sur cette amalgame qu’on a construit les bases du mensonge : puisque nous pouvons polluer l’air, l’eau, les terres, nous sommes aussi capable d’influencer le climat. Il y a là une nuance de taille mais pas immédiatement perceptible.

        Si l’homme disparaissait de la terre, elle s’en remettrait soyez en sûr.

      • Daniel Roux Daniel Roux 16 août 15:06

        @barbarossa

        La phrase citée évoque l’écosystème. C’est ce que je commente.

        Si l’homme disparaissait de la Terre, l’écosystème s’en porterait beaucoup mieux et la vie exploserait de nouveau.

        D’un autre côté si nous savons que la vie existe sur terre, nous n’avons aucune preuve qu’elle existe ailleurs. La disparition de la vie sur terre serait peut-être la disparition de la vie tout court.

        L’homme porte donc un lourde responsabilité philosophique.

        Ce qui est paradoxale est que seul l’homme est en mesure de s’émouvoir de ce qui est.

        A part lui, qui cela intéresse t-il qu’il y ait quelque chose - l’Univers - plutôt que rien - le Néant ?


      • JC_Lavau JC_Lavau 16 août 16:36

        @Daniel Roux. Très léger détail : ton ignorance en sciences fait de toi le gogo parfait pour la propagande hégémonique.


      • mmbbb 16 août 23:20

        @barbarossa il est evident qu une forte éruption volcanique comme celle du Laki en 1 783 mettrait un terme a ce debat GIEC anti GIEC concernant les effets du CO2 et surtout ses causes . En l occurrence il s agirait du SO 2. .Désormais l Europe ayant une forte concentration humaine les dégats seraient ravageurs et immédiats . Nous apprendrions certainement et rapidement l art de la consommation utile .


      • JC_Lavau JC_Lavau 16 août 23:35

        @mmbbb. Tu n’as oublié que le fluor, F_2.


      • mmbbb 16 août 23:47

        @JC_Lavau et d autres trucs je n ai pas tout en tete .


      • francois 16 août 11:15

        encore ue article compotiste d’un septique. Il suffit pourtant de regarder en arrière, de lire un discour de L Johnson en 1965 pour ce rendre compte que tout était su depuis le début des années 60.

        On nous a caché sciament le changement de climat à venir. Là est le complot.


        • baldis30 16 août 14:26

          @francois
          bonjour,

          « encore ue article compotiste d’un septique »

           au moins étant « septique » il ne risque pas de vous contaminer ... ;


        • JC_Lavau JC_Lavau 16 août 16:40

          @francois.  LBJ, le grand physicien de l’atmosphère, le grand océanographe, le grand vulcanologue, le grand physiologiste du règne végétal, le grand pédologue, le grand sédimentologiste, le grand paléoclimatologue, et j’en passe...

          Lui au moins comprenait sûrement un traître mot à ce qu’il dégoisait.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 août 18:40

          @francois
          Vous avez raison ! Dans les années 70, les climatologues annonçaient un refroidissement de la planète ... .
          C’était avant le GIEC financé par la mère Tchatcher !


          Alors, réchauffement ou refroidissement ? Allez savoir !
          Les médias deviennent prudents, ils parlent « de changement climatique »...
          Et comme des changements climatiques, la terre n’a connu que ça ... , nous v’là bien avancés ...


        • mmbbb 16 août 23:38

          @Fifi Brind_acier et oui vous ouvrez une porte ouverte ! mais il me semble tout de meme c est la rapidite de phénomene qui importe. Votre schéma a une echelle de 11 000 années  ! Il aurait fallu donner une autre echelle non ? Comme l a dit ce scientifique de renom Allegre, l homme a toujours su s ’adapter, certes ,Mais il oublie tout de meme que nous sommes 7 milliards, donc on ne reglera pas ce probleme comme dans les siecles precedents ou l humanite comptait quelques millions d habitants ( a peine 2 milliards lorsque Levis Strauss naquit ) .Moi je suis un sot et je m en contrefouds de recevoir des quolibets mais je m en tape completement quoique je reponds aussi Ces scientifiques si brillants affirmant sans coup férir des arguments a l emporte piece alors la je tire ma reverence. Chapeau C est Poutine qui va recevoir ses migrants climatiques puisque la Russie est le plus vaste pays Je doute ! 


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 août 07:03

          @mmbbb
          Vous ne m’aidez pas ..., ça se réchauffe ou ça refroidit ??


        • JC_Lavau JC_Lavau 17 août 09:35

          @Fifi Brind_acier. La réplique est géniale.

           smiley
           
          Ces télévidiots sont dressés depuis l’enfance à ne raisonner qu’à l’émotion et à l’insulte. Ils sont nuls et en grand pétard dès que les circonstances demandent un minimum d’esprit analytique. Là ils sont prêts à tuer, pour éradiquer tout esprit analytique, qui fait tant d’ombrage à leur idiotie télécommandée. Ils ne seront jamais adultes.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 août 20:10

          @JC_Lavau
          Ma foi, je n’ai pas vos connaissances scientifiques, mais j’essaye d’être logique.
          Si les scientifiques nous annoncent un refroidissement, et 10 ans après, un réchauffement, c’est qu’ils se sont gourés quelque part ... Il ne s’agit pas de modifications à la marge, mais d’un virage à 180° ! La question est de savoir quand ils mentent ?


        • JC_Lavau JC_Lavau 17 août 21:25

          @Fifi Brind_acier. Ce qui est toujours accessible au grand public, c’est d’apprécier la moralité et la déontologie. Toujours valides, les critères donnés par Mario Bunge pour démarquer la science de la pseudo science, première version en anglais en 1982, version française à 
           http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article695


           Le grand public peut apprécier leur attitude devant l’opposition, devant les preuves de leurs erreurs, voire pis, de leurs tricheries. 
           
          Les flots d’insultes de Bard, Delaygue, Pierrehumbert, etc. contre Vincent Courtillot sont un symptôme sans appel : ils sont paranoïaques parce qu’ils ont énormément d’inavouable à celer.
           
           Voir aussi les menaces directes par Marc Dubois dit « mad » contre celui qu’il présumait être Sylvain Delzon : 
          Vous trouverez sur mes forums et sur mon site personnel ma lettre ouverte à Sylvain Delzon, à qui Marc Dubois adressait à l’aveuglette des menaces inadmissibles :
          « 1) soit tu es Sylvain Delzon, auquel cas tu as cosigné plusieurs articles mentionnant explicitement la réalité du changement climatique actuel, et dans ce cas, je trouve que tu envoies des messages contradictoires sur le forum en donnant des exemples stupides qui font passer les climatologues pour des clowns. Ce serait soit maladroit, soit irresponsable, et en tous cas peu digne d’un chercheur ... »
          Fin de citation.
          Militant, Marc Dubois n’en a rien à foutre de l’exactitude scientifique, seule compte pour lui l’efficacité médiatique de la propagande R.C.A.
          Lien :
          http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,61332.0.html
          Comme à la Légion Etrangère : « V’z’avez signé ! ».
          Ou chantage façon Mafia ou manipulation de traîtres : « Ah mais maintenant que tu as touché l’argent du R.C.A., il est trop tard pour reculer ! Tu es compromis jusqu’à l’os ! Ta seule issue est de fuir en avant avec nous, sous notre direction ! »

        • HELIOS HELIOS 16 août 11:42

          allez, juste une question pour ceux qui voient avec le CO2 (et donc les activité humaine) le rechauffement climatique du a l’effet de serre :


          Quelle temperature ferait il s’il n’y avait QUE du CO2 dans l’atmosphere ?

          et avec cela, une image : vous avez soif, vous remplissez completement un verre d’eau de 25cc (une biere) pour le boire... vous buvez !
          mais vous avez trop soif, alors, avant de boire vous en voulez plus, vous versez de l’eau, encore et encore dans un verre qui déborde et vous buvez ! combien ? 25 cc evidement, c’est a dire rien de plus, l’exces d’eau s’est répandu ailleurs et sert a autre chose.

          L’atmosphere c’est pareil, pour le CO2, le verre est plein, vous pouvez bruler tout ce qui est possible, la temperature dûe au CO2 ne s’elevera pas plus. 
          Seule l’elimination des arbres et une couche d’huile sur toutes les mers et les oceans, filtrant les UV peut diminuer l’efficacité des absorbeurs de carbone et provoquer quelques tres tres faibles variations dans le taux ce CO2, même si ceux-ci est cumulé avec les masses de petrole utilisé pour la combustion (transport, chauffage). tout cela c’est l’activité humaine directe et indirecte.

          Le rechauffement de la planete ne provient pas de l’efficacité de l’effet de serre, quelle que soit sa composition, mais des apports energetiques.... surtout par les mouvements telluriques et les apports solaires dans une moindre proportion.

          Quand aux effet catastrophiques - secheresse, innondation - il s’agit de phenomenes meteorologiques, et non pas climatiques, perturbant tres momentanement la stabilité qu’on croit acquise lorsqu’on ne regarde pas la réalité sur une echelle de temps suffisante. Par exemple, la tendance au rechauffement climatique de l’Afrique, a commencé il y a plus de 10 000 ans lorsque elle est passé de foret primaire au desert que nous connaissons actuellement. Y avait il pas assez ou trop de CO2 il y a 10 000 ans ?

          S’il fallait maitriser quelque chose, c’est la pollution que nous infligeons a notre planete.... je ne vous citerai pas les origines de cette pollution, vous les connaissez tous.
          Le reste, c’est de la basse politique... nous n’allons pas laisser la piétaille profiter de tout,non ?


          • Alcyon 18 août 02:49

            @HELIOS : Vénus te dit bonjour et rejette ton incompréhension, ton ignorance et ton incrédulité.


          • JC_Lavau JC_Lavau 18 août 05:58

            @Alcon. Nul de chez nul, Alcon a encore oublié et Mars, et la compression adiabatique !


          • Alcyon 18 août 11:26

            @JC_Lavau toi tu n’auras que 3 questions, ça fait des semaines que tu m’insultes et évites les maths et la physique. Pauvre type.

            1) Forçage radiatif supplémentaire d’un doublement du CO2. Je veux un chiffre, en watts PAR METRE CARRE, avec des équations et une explication au pourquoi le chiffre officiel est fauxSi tu ne produis pas ça, évite de répondre car je te reposerai simplement la question. C’est la base pour nier le réchauffement climatique anthropomorphique, amener « ce qui se passe vraiment ». Je le répète : si tu ne fournis pas de chiffre avec équation, ton commentaire sera nul et non avenu.

            2) Appliquer ce nombre à Stefan-Boltzmann. Si tu refuses, ton commentaire sera nul et non avenu.

            3) Expliquer en quoi les rétroactions positives ne vont pas l’emporter, avec équations et calculs. Pas de « ouais mais peut-être on sait pas ». Des maths, de la physique et rien d’autre.


          • adrien50 adrien50 18 août 15:16

            @Alcyon
            Désolé de vous faire redescendre sur Terre, mais ici sur Agoravox ce n’est pas vous qui décidez si un commentaire est oui ou non nul et non avenu.
            D’ailleurs si on suit votre logique, votre commentaire n’explique rien du tout, ne fournit aucun chiffre aucune équation. Il est donc selon votre propre délire nul et non avenu.


          • Alcyon 18 août 20:46

            @adrien50

            Je l’ai fait il y a quelques semaines. Mais les 3 ont décidé de dire « OLOL C’EST FAUX TU CROIS LE GIEC/IPPC/COMPLOT VERT/ILLUMINATIS OLOL ». Et donc je leur demande de me filer de la science, des arguments quantitatifs. Ce qu’ils ne font pas.

            Et si je n’ai pas le droit de décider que leurs réponses sont nulles et non avenues, tu n’as pas le droit de décider quelque chose de similaire. Le serpent qui se mord la queue, en fait.

          • Alcyon 18 août 21:03

            @Alcyon
            je viens de remarquer que c’était sur un autre fil, donc je comprends ton incompréhension mais j’ai la flemme de retaper. Surtout que je l’ai fait en partie ici même.


          • Homme de Boutx Homme de Boutx 28 août 14:11

            @Alcyon
            pour doubler le CO2, il faudrait que la nature se laisse faire ou que tu réchauffe les océans qui le stocke à raison de 3 kg par m3 à 4° !



            par contre si tu réfléchis, la transformation « C+O2 => CO2+chaleur » étant réversible, le CO2 ajouté va vite être retransformé par photosynthèse en refroidissant la planète !


            mais si la nature peut dissocier une molécule de CO2 par photosynthèse en lui fournissant de l’énergie (donc refroidissant la planète) elle ne sait pas reconstituer une molécule d’U235 dont l’énergie de fission est disséminée sur la planète où elle est piégée par les nuages car pour 1° d’augmentation de température, le rayonnement augmente de 1,4% mais le taux d’humidité de l’air de 6% au sol donc les nuages, sur une planète recouverte à 75% d’eau !

            et si tu n’es pas convaincu, tu peux vérifier que l’énergie nucléaire primaire suffit à réchauffer l’atmosphère de 0,02° par an (3300 TWh électrique*4 (rendement pourri du nuc) surface de la terre .. et 1,25 kWh par m2 pour chauffer au sol de 1°, avec ton bepc ça doit le faire !

          • Alcyon 29 août 14:47

            @Homme de Boutx
            alors tu ne réponds pas à la question et tu bottes en touche, tu n’amènes aucune info sourcée et, qui plus est, forment un argument d’incrédulité. Et le summum est la photosynthèse, pense à t’instruire que diable.


            Dis, tu as passé ton bac ?

          • Homme de Boutx Homme de Boutx 30 août 18:51

            @Alcyon
            t’as encore oublié tes devoirs de vacances et tu veux faire professeur ! le foot, c’est à la mode et comme tu renvoie bien les balles..


          • Alcyon 31 août 11:52

            @Homme de Boutx : quand on n’arrive même pas à un niveau de lycéen, on évite de l’ouvrir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

barbarossa


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès