• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > The long and winding road to decency and justice...

The long and winding road to decency and justice...

        "The identification of women with the prey is partly connected with the beginnings of the sex struggle, which may be described as the first class struggle of history. 

The sexuel act and the piercing of the prey, the bleeding woman and the bleeding animal, merged in the imagination of primitive man

                     Ernst Fischer - The necessité of Art  - a marxist approach  : analyse touchant la période mésolithique

bleeding : saignement, saigner (sang) / struggle : lutte / prey : proie

/ piercing : transpercer 

***

      Il est clair que la cérémonie des César ne pouvait pas ne pas faire l'objet d'une contestation bruyante de la part de celles (et ceux - manifestement moins nombreux) qui n'acceptent plus cette complaisance scandaleuse à propos du silence qui a trop longtemps accompagné des comportements délictueux (chantage sexuel, harcèlement) et les crimes commis (le viol n'est pas un délit mais un crime) au sein de l'industrie cinématographique, sans oublier la parole des victimes moquée ou bien remise en cause. 

Avec le renoncement du réalisateur Polanski qui s'avère avoir été des années durant un violeur multi-récidiviste d'ados et de jeunes femmes (quatorze témoignages l'attestent), à honorer ou à déshonorer la cérémonie des César de sa présence, l'essentiel a été obtenu : Polanski a renoncé enfin à parader même s'il a fallu lui expliquer cent fois la raison. 

Aujourd’hui encore, sa lettre de renoncement prouve une fois de plus qu'il n'a toujours pas compris. Il faut dire qu'il y a autour de lui une telle complaisance à son égard... son positionnement victimaire (typique des hommes en faute) explique bien des choses : cet homme n'a tout simplement pas idée !.... Idée de ce qui se fait et de ce qui ne se fait pas.

Quant au soutien majoritairement féminin dont Polanski bénéficie, reconnaissons ce qui suit : nous les hommes avons toujours su, tout en le regrettant, qu'il n'y a pas mieux qu'une femme pour cracher au visage d'une autre femme ! Cracher sur l'agression sexuelle dont elle a pu être la victime... 

Voyez toutes ces actrices (et acteurs) qui refusent de se prononcer ou qui soutiennent ouvertement Polanski : Deneuve, Ardant, Huppert (elle déclarera : "J'ai pas suivi cette affaire !"), Kiberlain et combien d'autres... 

weinstein,polanski,balance-ton-porc

         Les faits sont têtus... plus on les nie plus ils vous éclaboussent... moralement...

Force est de constater qu'il y a vraiment quelque chose de pourri dans cette industrie... car le chantage sexuel, le harcèlement et le viol n'auraient pas pu être si longtemps recouverts d'un voile tout en bénéficiant d'un silence honteux sans la complicité de tous : acteurs, actrices, producteurs, réalisateurs.

      Sur les réseaux sociaux, c'est la presse de droite - Atlantico, Figaro, Le Point - et d'extrême droite - Causeur (les mêmes qui sont pourtant d'une intransigeance sans limite à propos des accusations portées contre Tariq Ramadan soutiennent Polanski et dénoncent un lynchage du réalisateur) - qui accueille et recueille les commentaires de soutien au réalisateur et à celles et ceux qui dénoncent le lynchage dont Polanski serait la victime... les femmes en priorité. 

Sans doute est-ce là un phénomène générationnel : ce soutien massif féminin semblent concerner les femmes de plus de 60 ans (si tant est que l'on puisse en juger à partir de leur prénom) qui s'expriment sur les pages FB de médias situés à droite.

Des femmes, une génération en particulier donc, qui n'ont sans doute jamais appris à dire "Non" car... il faut leur rappeler à toutes qu'il y a harcèlement, il y a chantage sexuel, il y a viol quand on dit "Non !".... 

On notera aussi un soutien d'une nature communautaire : sur leurs sites à tous (sites de la communauté juive), on observe 99% de soutien en faveur de Polanski et de ceux et celles qui le défendent ou font l'autruche...

Autant pour la République et la capacité de l'être humain de se libérer d'un réflexe communautaire dont il ne sortira que trop rarement grandi, plus encore quand il est question de justice et de morale. 

***

       Voilà donc l'état des lieux que l'on peut présenter en toute impartialité...



       Le combat de ces femmes qui militent sans relâche pour le droit qui est le leur de dire "Non !" sans que leur carrière à toutes soit ruinée (actrices, journalistes femmes, mannequins, animatrices de télé, femmes employées et cadres dans des centaines d'entreprises) est loin d'être gagné (1). 

Qu'elles sachent toutefois qu'une majorité d'hommes les soutiennent sans réserve.

 

1 - Sur les réseaux sociaux, 80% des commentaires qui concernent l'affaire Polanski sont publiés par des femmes ; 80% de ces commentaires sont défavorables à celles qui refusent de se taire à propos des délits et des crimes commis dans l'industrie cinématographique ; 100% de ces commentaires-là sont publiés sur les pages FB d'une presse de droite (Atlantico, Figaro, Marianne - et pour l'extrême droite : Causeur). 

 

PS  - 

Faut-il dissocier l'homme écrivain, l'artiste... de son oeuvre ?

Sans doute car on ne compte plus les artistes, les écrivains les plus brillants avec lesquels on aurait beaucoup de mal à échanger ne serait-ce qu'une poignée de main (quand ils sont encore de ce monde) sans avoir le sentiment de se salir. 

L'indifférence méprisante de Polanski à la racine de laquelle on trouvera la recherche systématique d'une impunité qui défie le droit et la morale, la nature du soutien dont il bénéficie, la complaisance d'une arrogance inacceptable qui accompagne chaque intervention de ses soutiens... interdit, hélas, cette dissociation. 

Artistes, écrivains… une fois trépassés, cela peut et doit changer sensiblement la donne à condition toutefois que de leur vivant, aucune complaisance, voire une complicité, n’ait accompagné leurs délits ou leurs crimes (le viol est un crime !).

Or, encore une fois : Polanski a bénéficié des années durant, et aujourd’hui encore, d’une complaisance aussi honteuse qu’impardonnable. 

Notez au passage que tous les films de Polanski, les meilleurs de ses films, ne parlent que de ça : trouble de la personnalité, ligne rouge franchie sous l’emprise de pulsions aussi opportunistes qu'irrépressibles ; pensez à Chinatown et la confession du personnage joué par « John Huston » qui, soit dit en passant, vole la vedette à tous les acteurs masculins de la distribution. Confession comme suit : « Peu d’hommes, au cours de leur vie, seront amenés à réaliser que dans certaines circonstances, on peut commettre le pire des outrages  » - référence à l’inceste et au viol en ce qui concerne Chinatown. Voyez Le locataire, Répulsion, Tess (encore le viol), La Jeune Fille et la Mort - confession du violeur : « J’ai aimé violer et le faire avec ces femmes terrorisées »...

Comme quoi, quand on ne veut pas voir... ni établir un lien entre l'œuvre et le comportement tel qu'il nous est révélé, de l'artiste...


Moyenne des avis sur cet article :  2.97/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • raymond 7 mars 18:15

    ah ! si adolf avait été bon peintre, on en parlerait encore....


    • Xenozoid Xenozoid 7 mars 18:17

      @raymond

      oui je vois bien les légendes et le prix....le peintre dictateur,ses aquarelles ne sont pas mauvaises


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 7 mars 22:00
      L’auteur du présent article est un moraliste d’une grande probité. Ses indignations ne supportent pas la moindre contradiction. A la suite d’un autre article récent d’Agoravox titré "Ça mérite une balle dans le cervelet" : Pascal Praud menacé de mort dans un clip de rap, il a posté ce commentaire :

      « Ne rêvons pas, ne rêvons... d’autant plus que l’assassinat est un crime puni par loi. 

      Aussi, ça ne se fait pas. 

      Et puis dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas, ça ne se fait pas non plus. »


      • uleskiserge uleskiserge 8 mars 09:44

        @Pierre Régnier

        Moraliste je sais pas mais je sais identifier le fort, le faible et qui fait quoi, à qui, où, comment, pourquoi et pour le compte de qui.

        Précision supplémentaire : si on n’a pas la morale ( cette morale qui semble en indisposer plus d’un sur Agoravox) on aura les camps. Cela semble vous avoir échappé... 


      • Aimable 7 mars 23:35

        Le showbiz existait avant polanski , pour réussir , il est entré , comme tant d’autres dans ce moule qui lui a permis de briller pour satisfaire ses vices .


        • papat 8 mars 05:47

          en taule un « pointeur » se fait casser la gueule tous les jours !

          y aurait il plus de « droiture » chez les taulards que dans cette poubelle subventionnée qu’est le cinéma français ?

          toute cette petite famille s’entend très bien pour faire des films de m...e et toucher les subventions !

          eh oui la communauté juive défend les violeurs et touche la monnaie !


          • rita rita 8 mars 07:07

            Introduction dans l’art, fait moi une pipe !

            Pédophile, une névrose courante chez la classe moyenne et supérieure !

            Plus l’intellect est développé, plus les chances de trouver des « malades » sont nombreuses !

             smiley


            • rita rita 8 mars 09:34

              @rita
              Un ouvrier qui turbine 10 heures par jours sur une machine, n’à pas le temps de penser à ces conneries !
              Un intellectuel qui fréquente les salons Parisiens ne pense qu’à çà !
               smiley


            • @rita
               Bien nommer les chose. Un pédophile n’est pas un névrosé (qui a des problèmes de conscience), mais un pervers. 


            • rita rita 8 mars 10:23

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.  « un père-vert »
               smiley
              Bonjour,
              Vous savez moi et les couleurs ?


            • moderatus moderatus 8 mars 09:03


              Bonjour

              Chasse à l’homme contre Polansky, ces féministes extrémistes pourraient le pendre au premier lampadaire venu, comme cela se faisait dans les far west autrefois, elles le feraient.

              Loin de moi l’idée de défendre ce bonhomme. On peut écrire, dénoncer ses horreurs, ne pas aller voir ses films, dire de lui pis que pendre, mais cet acharnement en meute, cette croyance selon laquelle derrière chaque homme, se cache un satyre , un pervers ou pire un violeur est insupportable.

              Ces nouvelles amazones, qui veulent effacer l’homme de leur vie vont arriver à me rendent misogyne.


              • samy Levrai samy Levrai 8 mars 10:54

                @moderatus
                Je suis d’accord que la gente féminine n’est pas en danger d’extinction à cause des vilains mâles... et qu’elle n’a que peu de leçon de morale à nous donner. 
                mais nous parlons ici de viol d’enfants et d’impunité et protection parce qu’appartenant à la caste médiatique. Nous ne parlons pas de meutes se jetant sur l’agneau tout blanc mais de justice inopérante pour certaines catégories et surperformante pour d’autres.


              • Elliot Elliot 9 mars 15:23

                @moderatus

                Je ne pense que pas plus que n’importe qui l’homme Polanski mérite d’être chassé en meute mais le meilleur moyen d’éviter tous ces excès aurait été de ne pas le consacrer pour un film qui, d’ouï dire car je ne l’ai pas vu, n’est pas bon au point de mériter cette cascade de nominations dont je me demande si elles n’étaient pas le fruit d’une volonté de transgresser les pressions exercées par les mouvements féministes.

                On est alors là dans une provocation qui a suscité cette levée de boucliers ( pas tellement dans le milieu du cinéma où l’entre-soi fonctionne à merveille ) dont Adèle Haenel en laissant éclater sa colère n’a été que la manifestation la plus médiatisée.

                On parle beaucoup de la nécessité de séparer l’œuvre de son créateur avec à l’appui l’exemple du grand Céline qui cultivait un antisémitisme autant virulent que partagé par une bonne partie de l’élite de l’époque. Que ce fut dans l’air du temps n’excuse rien mais l’écrivain n’est, à ma connaissance, pas responsable direct de voie de faits sur des israélites.

                Il conviendrait d’analyser les fondements de cet antisémitisme politique ( l’ostracisme date de la nuit des temps ) car tout n’est pas blanc ou noir et on peut s’interroger sur les racines de cet antijudaïsme que l’on retrouve d’ailleurs aujourd’hui à des degrés divers dans les strates de la population qui ne peuvent se résoudre au sort infâme réservé aux Palestiniens animalisés par certains Israéliens comme si ces derniers prenaient une revanche sur une longue histoire dans laquelle les malheureux lampistes palestiniens n’ont rien à voir mais qui, spoliés de leurs terres, en paient le prix.


                Polanski a eu le toupet d’établir un parallèle entre sa situation de prédateur pervers et l’injustice faite à Dreyfus pour de fausses accusations ( même si d’aucuns aujourd’hui essayent de nouveau d’en faire un traître injustement blanchi )

                Rien que pour cette outrecuidance de son auteur son film n’aurait jamais dû faire l’objet de nominations et encore moins recevoir la récompense suprême.


              • uleskiserge uleskiserge 10 mars 09:49

                @Elliot

                Merci pour votre commentaire qui ré-hausse le niveau du débat sur ce fil...

                Si Polanski en appelle à l’innocence de Dreyfus c’est qu’il se sait coupable ; et puis aussi, et puis surtout, il rappelle qu’il est juif et que toute attaque contre un juif peut être... doit être assimilée à de l’anti-sémitisme selon le mode suivant « Je suis innocent car je suis juif ».

                L’innocence de l’un n’a pas besoin de l’innocence de l’autre... à moins d’être coupable.

                Je pense qu’avec Polanski, aussi talentueux soit-il ( son cinéma c’est quand même autre chose que celui de Eastwood ou de Scorsese, tous deux encensés par la critique française) on est en présence d’un être profondément lâche.

                Céline, immense auteur, lui n’a jamais été célébré à cause de ses écrits antisémites sincères ou opportunistes.

                Séparer l’oeuvre de son auteur, le débat a été tranché il y a longtemps déjà par des hommes de bon sens et pas trop bêtes : cette séparation est nécessaire.

                A ce sujet, la question est bien plutôt : pourquoi, dans le cas de Polanski, cette séparation n’est pas, n’est plus possible depuis quelques années maintenant.
                 
                J’ai en partie répondu à cette question d’autant plus que toute l’oeuvre de Polanski le désigne ; il est donc doublement concernées à propos des accusations qui sont portées contre lui. 

                Quant à analyser les fondements de l’antisémite ( à dissocier d’une condamnation d’un Etat voyou, sans morale et sans loi, nommé Israël ; condamnation d’une nécessité absolue pour les hommes et les femmes d’une gauche ( la vraie) anti-colonialiste, anti-nationaliste, anti-raciste et anti-impérialiste), il suffit de lire les auteurs juifs qui se sont penchés sur cette question en toute honnêteté sans craindre une vérité dérangeante : Marx, Lazare, Shahak, Shlomo Sand... 

                ------------


                Revenez quand vous voulez...Elliot...

              • uleskiserge uleskiserge 8 mars 09:37

                « Ces nouvelles amazones, qui veulent effacer l’homme de leur vie vont arriver à me rendent misogyne. »


                C’est le harcèlement, le chantage sexuels et le viols dont elles veulent effacer les risques...

                Vous n’avez pas de fille, d’épouse... comment ne pas souhaiter pour elles, un environnement tout autre dans les entreprises et les sorties du samedi soir ?




                • Cadoudal Cadoudal 8 mars 09:50

                  @uleskiserge

                  En seulement un an les autorités locales avaient identifié près de 19 000 enfants présumées victimes d’exploitation sexuelle, ce qui a suscité de nouveaux appels à des efforts pour la prévention.

                  « On entend toujours dire « nous allons faire ceci, faire cela », et quand on est censé y arriver, il n’y a rien. Ce sont toujours des promesses vides. »

                  Une autre femme, qui avait également été violentée sexuellement par un gang de prédateurs sexuels à Rotherham et qui souhaitait rester anonyme, a déclaré qu’elle était « déçue et frustrée » par la décision de ne pas publier le rapport.

                  https://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/grooming-gang-rotherham-review-home-office-findings-a9344896.html


                • uleskiserge uleskiserge 8 mars 09:59

                  @Cadoudal

                  Bon. C’est dit.


                • Cadoudal Cadoudal 8 mars 10:20

                  @uleskiserge
                  « Censure est devenu l’antonyme de liberté d’opinion et d’expression, et l’une des modalités de l’intolérance. »

                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Censure


                • uleskiserge uleskiserge 8 mars 10:30

                  @Cadoudal
                  Votre commentaire est hors sujet... arrêtez avec les Pakistanés et les Musulmans ... faut vous calmer ! Vous avez publié un billet à ce sujet... sur lequel j’ai posté un commentaire ou deux... intervenez sur votre billet... 


                • moderatus moderatus 9 mars 10:03

                  @uleskiserge

                  Vous n’avez pas de fille, d’épouse... comment ne pas souhaiter pour elles, un environnement tout autre dans les entreprises et les sorties du samedi soir ?

                   ===============================================================

                  Bonjour, 
                  Allons uleski, pas ce type d’ardemment, vous en avez de plus pertinents à me servir

                  Bien sur, que j’ai des enfants , une femme, et bien sur qu’il faut condamner toute agression envers les femmes, et surtout les enfants, mais il ne faut pas se voiler la face sur le délitement des mœurs dans nos sociétés où la devise est « fais ce que voudras » comme disait Rabelais.


                  Quand j’avais entre 15 et 20 ans, les parents surveillaient les enfants, les conseillaient, et nous les jeunes mâles on draguait timidement, on essayait de flirter, mais la gamines savaient se protéger, et limiter les avances.

                  Et si un gugus avait brutalisé ou dépassé la mesure avec une jeune fille ; il y avait le père, le frère , le cousin, ou l’ami qui lui faisait comprendre et regretter son erreur.

                  Mon corps m’appartient, je fais un bébé toute seule, il est interdit d’interdire, ont créé une société sans respect ni valeurs. Une liberté tous azimuts , sans règles ni valeurs, la sexualité sans entraves mène à nombres de dérives.

                  Ne nous plaignons pas de conséquences dont les dérives sociétales que nous avons mises en place. sont en grande partie la cause.

                  Cela mériterait de longues discussions.


                • Dans cette affaire, je préfère rester neutre et me méfie un peu des donneurs de leçons. Combien de pédophiles dans la marche blanche ? Je pense à Isabelle Huppert dans l’excellent film : Elle. Le femme persécutée décide d’affronter son violeur. Ce film démontre de manière magistrale que nous attirons inconsciemment ceux qui vont nous agresser. Dans le film, elle règle elle-même son propre problème qui remonte dans son passé....à elle....


                  • uleskiserge uleskiserge 8 mars 10:35

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                    Vous dites rester neutre... mais vous prenez sournoisement le parti de ceux qui pensent au fond, tout au fond, qu’une femme agressée l’a bien cherché quand même !

                    Une question : vous n’avez pas de fille, d’épouse... comment ne pas souhaiter pour elles, un environnement tout autre dans les entreprises et les sorties du samedi soir ?



                  • JL JL 8 mars 10:39

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                     
                     c’est un peu ce que disait Dolto, non ?


                  • @uleskiserge j’élève une fille et lui explique comment fonctionne les hommes et qu’elle doit apprendre à se défendre, mais aussi prendre le « risque » d’aimer. Si ça tourne mal, on est là pour en parler.


                  • @JL C’est complexe. Mais sachez que je n’aime pas Dolto parce qu’elle a dit beaucoup de bêtises.


                  • JL JL 8 mars 10:52

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                     
                     ’’ je n’aime pas Dolto parce qu’elle a dit beaucoup de bêtises.’’
                     
                    J’imagine assez bien ce qu’elle dirait de vous.


                  • @uleskiserge Vous ne changerez pas les femmes.Dans le fond, elles préfèrent les « bad boys » aux "gentils (Raphaël ou le débauché). Alors autant armer les jeunes filles,... 


                  • JL JL 8 mars 10:55

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                     
                     ’’ j’élève une fille et lui explique comment fonctionne les hommes ’’
                     
                     Vous devriez plutôt dire comment vous les avez fait fonctionner."
                     
                     Pour ce qui concerne une explication objective, on trouve ça dans les bons manuels d’anatomie.


                  • uleskiserge uleskiserge 8 mars 13:03

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                    Trouvez-vous un autre billet et site sur lesquels déverser votre bêtise et votre solitude... sans femme ni relations. 

                    Dans le cas contraire, personne ne s’exprimerait comme vous le faites...


                  • L’homme est une loup pour l’homme et les ambiances sur les plateaux de cinéma sont souvent exécrables ce qui rend le film d’autant meilleurs )rappelons-nous : Noces blanches). Monsieur Uleski jetez toutes vos vidéos et gardez les bisounours. Bah ! peut-être que ce sont dés pédophiles qui ont imaginé le scénario,...


                    • uleskiserge uleskiserge 8 mars 10:35

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                      Et ben voilà, vous voyez quand vous voulez, vous savez baisser le masque :

                      Vous dites rester neutre... mais vous prenez sournoisement le parti de ceux qui pensent au fond, tout au fond, qu’une femme agressée l’a bien cherché quand même !

                      Une question : vous n’avez pas de fille, d’épouse... comment ne pas souhaiter pour elles, un environnement tout autre dans les entreprises et les sorties du samedi soir ?


                    • JL JL 8 mars 10:36

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                       
                       ’’Noces blanches’’
                       
                       C’est un gars, il est maso, il dit : « fais moi mal »
                       Et l’autre, sadique, il répond : « noooon ! »


                    • Zolko Zolko 9 mars 10:41

                      Force est de constater qu’il y a vraiment quelque chose de pourri dans cette industrie

                       

                      ah bon ? Que des jeunes femmes couchent avec des vieux messieurs pour avoir un rôle de potiche vous choque ? Car là, fôt pas vouloir nous la faire à l’envers : les jeunes femmes « victimes » sont des cruches sans cervelle qui voulaient se servir de leur corps pour être célèbre et faire fortune facilement. J’ai peu de compassion pour elles.

                      Cela-dit, qu’y a-t-il en commun entre Strauss-Kahn, Epstein, Weinstein, Polanski, Woody Allen ... C’est peut-être plus dans cette direction qu’il faudrait creuser l’indignation.


                      • Gasty Gasty 9 mars 13:04

                        Avoir été désigné meilleur réalisateur ne représente pas un acquittement pour les faits qui lui sont reproché.

                        Un appel au boycott de la 42e Cérémonie avait été lancé, je me demande ce que faisait Adele Haenel et Florence Foresti dans la salle ? Ce n’était pas la salle d’audience d’un tribunal.

                        Alors tout le monde à sa place !


                        • JL JL 9 mars 13:29

                          @Gasty
                           
                           ’’que faisait Adele Haenel et Florence Foresti dans la salle ? ’’
                           
                           Du ’en même temps’ peut-être ? C’est très mode en ce moment.
                           
                           Hier, à la manif de la Journée de la femme, j’ai entendu ou lu un slogan que je n’ai pas trop aimé : « NI patrie ni patriarcat »
                           
                           La patrie c’est le seul bien des pauvre, disait Jaurès. Sans patrie, pas d’État, sans État, pas de sécurité. Pardonnez leur, car elles ne savent pas ce qu’elles font. Des femmes comme Foresti et Haenel s’en foutent.Mais tout le monde n’est pas actrice grassement payée.


                        • JL JL 10 mars 19:25

                          Pour être juste, je dois vous entretenir d’une histoire vécue : il y a plus de 50 ans, je connaissais une jeune fille belle, sportive, sérieuse et ingénue qui, dans la foulée de son Certificat d’études, avait réussi les épreuves du concours d’entrée à l’École normale d’instituteurs. Elle avait alors quinze ans.

                           

                           Il y avait à la clé, un contrôle médical. L’aréopage de médecins et inspecteurs, subodorant on se demande sur quelles bases ? une scoliose, l’a faite déshabiller entièrement

                          et marcher totalement nue devant eux, pour assurer leur diagnostic. Je pense qu’il n’étaient pas tous du même avis ! De fait, cette jeune file n’a jamais de sa vie, eu à souffrir d’une quelconque scoliose..

                           

                          Ces belles personnes ont fait preuve d’un courage exemplaire en lui refusant ce certificat d’aptitude physique, donc l’accès à l’École normale.

                           

                           Appelez ça comme vous voulez. Moi j’appelle ça un viol en réunion.

                           

                          Je suis d’accord avec mes manifestantes de samedi, quand elles dénoncent le patriarcat. Pas quand elles refusent la patrie.


                        • capobianco 9 mars 14:52

                          Blanche Gardin, courte analyse du problème polanski :

                          https://www.youtube.com/watch?v=fxdROcLj0Ww

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès