• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Thierry Solère mis en examen pour fraude fiscale

Thierry Solère mis en examen pour fraude fiscale

Ce vendredi 11 Octobre, le député LREM des Hauts-de-Seine, Thierry Solère a été mis en examen par les juges financiers de Nanterre pour de multiples infractions. Accusé de fraude fiscale, l’élu est également confronté à d’autres charges : détournement de fonds publics et trafic d'influence.

Le marathon judiciaire de l’élu de Boulogne

L’enquête visant le député de la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, a démarré en 2016. Thierry Solère, ex porte-parole de François Fillon et nouvelle figure incarnant l’ouverture des Républicains à la Macronie est d’abord exposé par Le Canard Enchaîné et Mediapart qui révèlent le contenu d’une enquête en cours, ouverte en 2016 par l’OCLCIFF (Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales). Les soupçons qui pèsent sur lui sont très lourds : «  trafic d’influence, corruption, abus de biens sociaux, financement illicite de dépenses électorales et manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique  ».

Il est placé en garde à vue dès la levée de son immunité parlementaire et libéré après 37 heures, suite à un malaise et grâce à des avis médicaux.

D’une part, Thierry Solère est accusé de ne pas avoir payé ses impôts entre 2010 et 2013. Un fait qu’il réfute formellement. Sur ouest France, il reconnaissait avoir subi une «  retenue-salaire  » parce qu’il avait tout simplement oublié de déclarer une partie de ses impôts.

D’autre part, La justice s’intéresse à ce proche du Premier ministre Edouard Philippe, quant à ses activités de conseil dans le privé. Selon les juges cités par le Monde, il aurait « usé de sa position d'élu pour favoriser certaines sociétés pour lesquelles il travaillait, afin qu'elles obtiennent des contrats publics ». Notons qu’entre 2012 et 2015, Thierry Solère qui siégeait à la commission du développement durable de l’Assemblée nationale aurait signé un amendement visant à exonérer de taxes les véhicules de collecte de déchets industriels dangereux et d’huiles usagées. Or, il avait occupé le poste de PDG du groupe Chimirec payé à 12.000 euros de salaire mensuel, groupe largement bénéficiaire de cet amendement. La société de conseil de son épouse, n’était pas en marge de toutes ces accusations. Karine Theet-Solère, toujours selon le Canard Enchainé, aurait occupé le poste d’attachée parlementaire de son époux. Un emploi pour lequel, elle aurait encaissé un salaire de 4.400 euros net mensuels sur le premier semestre de 2012. Au même moment, elle aurait eu une activité de conseil au sein de la société Lerins Communication (tâche non déclarée par son époux).

Une autre embauche de l'épouse d'un ancien dirigeant d'une des sociétés mises en cause, en tant qu'assistante parlementaire est un énième élément qui vient renforcer les soupçons des enquêteurs.

Par ailleurs, Thierry Solère est soupçonné d'avoir acquis des biens immobiliers avec de faux crédits bancaires. Il s’est aussi rendu coupable du « recel de violation du secret professionnel » lorsque les policiers effectuant une perquisition à son domicile, avaient découvert dans son téléphone, la fiche de la Direction des Affaires Criminelles et des Grâces, concernant cette même enquête préliminaire ouverte au parquet de Nanterre. Elle lui avait été transmise par Jean Jacques Urvoas. L’ancien garde des Sceaux cité dans cette affaire a été condamné en septembre dernier, à un mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende pour « violation du secret professionnel » par la Cour de justice de la République (CJR).

« Cette affaire est délirante »

Si le député des Hauts-de-Seine nie l’ensemble des faits qui lui sont reprochés, il n’avait apporté qu’un démenti formel au sujet des prêts immobiliers fictifs et les avait justifiés. A ce sujet, il avait même porté plainte contre des magistrats pour la demande de levée de son immunité basée sur « des informations complètement fausses ».

 L’élu de Boulogne s'est expliqué pendant cinq jours auprès de trois juges d'instruction du pôle économique et financier de Nanterre. Il demeure ferme sur ses positions et réfute l'ensemble du dossier. « Je conteste formellement l'intégralité des accusations. Cette affaire est délirante », dénonce-t-il sur Le Parisien.

Toutefois, cette mise en examen présente un avantage pour la défense. Elle permet à Thierry Solère d’accéder au dossier d'instruction : « Maintenant que c'est le cas, enfin, au bout de trois ans, je vais pouvoir en faire la démonstration », poursuit-il.

L’homme acculé par ses ennuis judiciaires voit ses ambitions politiques et sa réputation « irréprochable » ironiquement contrariées. Celui qui naguère donnait des leçons d’intégrité à ses confrères réussira-t-il à prouver la sienne à la justice ? « C'est un animal politique, il rebondira comme il l'a déjà fait », assure confiant un autre élu, dans Le Parisien.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 octobre 08:27

    La formule originale de Monsieur Propre, de couleur verte, était à base d’ammoniac et de ce fait ne dégageait pas une bonne odeur ; la formule « après examen » va adopter la « fraîcheur citron ».


    • nono le simplet nono le simplet 14 octobre 09:26

      comme dit Séraphin, encore un père la vertu pris les mains dans le pot de confiture ... qui s’ajoute à la longue liste ... Barre, Cahuzac, Fillon ...

      outre les sanctions pénales il faudra bien un jour se décider à rajouter une sanction administrative d’inéligibilité DÉFINITIVE ( et non de cinq ans ) !


      • kimonovert 14 octobre 11:24

        @nono le simplet

        Mais pourquoi ? Je cultive une certaine naïveté me poussant à penser que les électeurs devraient être assez grands pour comprendre !


      • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 09:50

        Il est placé en garde à vue dès la levée de son immunité parlementaire et libéré après 37 heures, suite à un malaise et grâce à des avis médicaux.

        il a du craquer les biftons pour être libéré ou c’est Buzyn qui a donné l’avis médical .....


        • Michel DROUET Michel DROUET 14 octobre 10:08

          « Je me félicite de cette mise en examen qui va me permettre d’avoir accès au dossier. Je vais pouvoir enfin me défendre et je fais confiance à la justice de mon pays »

          A chaque fois qu’un homme politique en vue est mis en examen, il prononce immanquablement ces phrases.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 octobre 10:20

            @Michel DROUET

            ça doit être dans un cours de l’ENA et faire l’objet d’un QCM d’évaluation.


          • Michel DROUET Michel DROUET 14 octobre 11:54

            @Séraphin Lampion
            Oui, et de stages de remise à niveau avec des coachs lorsque ça commence à sentir le roussi.
            Il existe également le coaching pour les gardes à vue...


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 14 octobre 12:18

            @Michel DROUET

            c’est confié à des ophtalmos ou à des orthoptistes ?


          • Michel DROUET Michel DROUET 14 octobre 22:34

            @Séraphin Lampion
            A des tireurs de LBD...



            • zygzornifle zygzornifle 15 octobre 07:36

              « Je me félicite de cette mise en examen qui va me permettre d’avoir accès au dossier. Je vais pouvoir enfin me défendre et je fais confiance à la justice de mon pays »

              Si celui qui a pondu cette phrase en premier l’aurait fait brevetée avec les droits d’auteur sa fortune aurait été assurée .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès