• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tous à Zanzibar ! Tous à Paris ! Encore un effort pour offrir au monde (...)

Tous à Zanzibar ! Tous à Paris ! Encore un effort pour offrir au monde entier la chance de devenir Français !

 

« Je viens offrir de grandes idées : on les écoutera, elles seront réfléchies ; si toutes ne plaisent pas, au moins en restera-t-il quelques-unes ; j'aurai contribué en quelque chose au progrès des lumières, et j'en serai content. Je ne le cache point, c'est avec peine que je vois la lenteur avec laquelle nous tâchons d'arriver au but ; c'est avec inquiétude que je sens que nous sommes à la veille de le manquer encore une fois. Croit-on que ce but sera atteint quand on nous aura donné des lois ? Qu'on ne l'imagine pas. Que ferions-nous de lois, sans religion ? Il nous faut un culte et un culte fait pour le caractère d'un républicain, bien éloigné de jamais pouvoir reprendre celui de Rome. »

D.A.F. Marquis de Sade, La Philosophie dans le boudoir, 1795 (Tome II, p. 70-172).[i]

 

« Un pauvre aigri, aigri vain, bien entendu, a eu l’idée que si on donnait à chaque mec et minette de cette terre un espace vital de trente centimètres sur soixante, ils pourraient tous tenir debout sur les mille six cent soixante-quatre kilomètres carrés de l’île de Zanzibar. »

John Brunner, Tous à Zanzibar (titre original : Stand on Zanzibar) John Brunner (1969)[ii]

JPEG Français, encore un effort si vous voulez être républicains est un extrait de La Philosophie dans le boudoir, ensemble de dialogues publiés anonymement en 1795. S’il n’est pas une œuvre à part entière, c’est un manifeste politique inséré dans le Cinquième dialogue.

Français, encore un effort pour offrir au monde entier la chance de devenir Français !

Tous Français ! Tous à Zanzibar !

Conformément à l’engagement pris par Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la citoyenneté, de faciliter la naturalisation des travailleurs étrangers en première ligne face à la crise sanitaire, 2 890 demandes ont donc été déposées en préfecture sur l’ensemble du territoire indique un communiqué.

"Professionnels de santé, femmes de ménage, garde d’enfants, caissiers… Ils ont prouvé leur attachement à la nation, c’est désormais à la République de faire un pas vers eux" indique le ministre qui précise que 74 personnes ont acquis la nationalité française de cette manière et 693 sont en passe de l’obtenir[iii].

Nation, nationalité française, attachement, République…

A quand l’inauguration d’un groupe statuaire allégorique montrant « La République ouvrant les bras au Monde entier et offrant sa poitrine généreuse et fertile à ses Enfants francophones » ?

Beau comme l’Antique[iv] !

Pourquoi la nationalité française ? A la rigueur, pourquoi ne pas plutôt donner un permis de travail et de résidence temporaire - ce qui serait déjà beaucoup - à des gens qui, de toute façon, pour beaucoup d'entre-eux, sont entrés et résident sur le territoire de manière illégale et n'ont ni autorisation ni vocation à y vivre et encore moins à y travailler ?

Et qu’en est-il de tous ces autres professionnels de santé, femmes de ménage, garde d’enfants, caissiers, livreurs, chauffeurs, réellement Français, ceux-là, est-il besoin de le préciser ? …qui eux aussi ont prouvé et continuent de prouver leur attachement à la nation - et à leur pays, la France -, en luttant plus que courageusement contre la pandémie du (de la, des) Covid-19 (et bientôt 2020 et 2021...) et les conséquences humaines et financières de sa gestion désastreuse ?

Comment la République décidera-t-elle de faire un pas vers eux ? En évitant de les ruiner, par exemple ? En les confrontant à une main d’œuvre de remplacement subitement devenue "Française", population qui finira par les priver de leurs emplois déjà fragiles, précaires, en sursis, et qui les précipitera définitivement dans la misère ?

Sachant qu’il doit être parfaitement compris et établi que des pans entiers de toutes ces activités professionnelles qui disparaissent ne reviendront plus jamais.

Mais qu’à cela ne tienne ! Ouvrons-nous au monde ! Le Pacte de Marrakech, déjà oublié, entre en régime de croisière[v]. Nous n'avons encore rien vu. Pourquoi ne pas persévérer ? Soyons "woke" ! http://www.autochtonisme.com/2020/07/guerre-civile-les-usa-notre-canari-dans-la-mine.html

N'y a-t-il pas quelques conseillers dans l'entourage du ministre ou au sein même du gouvernement pour simplement jeter un coup d'oeil aux indicateurs que publie l'INSEE et que l'on peut lire en détail ci-après ? https://www.insee.fr/fr/statistiques/4930129

"Au troisième trimestre 2020, le nombre de chômeurs au sens du BIT atteint 2,7 millions de personnes en France (hors Mayotte), en hausse de 628 000 personnes. Sur le trimestre, le taux de chômage au sens du BIT bondit de 1,9 point, à 9,0 % de la population active , après une baisse de 0,7 point le trimestre précédent. Il se situe 0,9 point au-dessus de son niveau d'avant-crise sanitaire au quatrième trimestre 2019.

Aux premier et deuxième trimestres, la baisse du chômage au sens du BIT était "en trompe-l'oeil". Du fait du confinement, un grand nombre de personnes sans emploi, même souhaitant travailler, n'avaient notamment pas effectué de démarche de recherche active d'emploi et donc ne vérifiaient pas les critères du BIT pour être comptabilisées comme chômeurs. Le troisième trimestre marque un retour à la normale concernant les comportements de recherche et enregistre, de ce fait, une forte augmentation du chômage. Le rebond du chômage sur le trimestre est d'une ampleur inédite depuis que l'Insee le mesure (1975) mais est en partie mécanique, par contrecoup de la baisse en trompe-l'oeil liée au confinement. Sa hausse par rapport à fin 2019 ou sur un an (+0,6 point) témoigne bien toutefois d'une nette dégradation du marché du travail.

La hausse du taux de chômage est plus prononcée pour les 25-49 ans (+2,1 points) et les 50 ans et plus (+1,7 point) que chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans (+0,9 point). Mais le taux de chômage des jeunes avait déjà augmenté au trimestre précédent, contrairement à celui de leurs aînés. Au total, sur un an, le taux de chômage progresse davantage pour les jeunes (+2,6 points) que pour les autres classes d'âge.

Le taux de chômage des femmes avait plus fortement baissé au premier semestre (–1,2 point) que celui des hommes (–0,8 point). Il rebondit plus fortement pour les femmes au troisième trimestre si bien qu'au total, les taux de chômage des hommes et des femmes sont à nouveau quasiment égaux au troisième trimestre, comme c'était le cas avant-crise."

Quant à la pauvreté en France,  le tableau de bord de l’Observatoire des inégalités, extrait du Rapport sur la pauvreté en France, édition 2020-2021, est éloquent, qui montre que 5,3 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté de 50 % du niveau de vie médian en 2018, dernière année pour laquelle les données des revenus sont actuellement disponibles. Ce chiffre est en hausse de près de 350 000 personnes en cinq ans. On rappellera que Le niveau de vie correspond aux revenus après impôts et prestations sociales, pour une personne seule. La valeur médiane est celle qui partage la population en deux : la moitié gagne moins, l’autre plus.

Que l'on comprenne bien ce dont il s'agit car il est désormais établi que nous avons tous, dans notre entourage, de près ou de loi, quelqu'un qui est soit déjà pauvre, soit en train de le devenir.

La France compte 5,3 millions de pauvres si l’on fixe le seuil de pauvreté à 50% du niveau de vie médian et 9,3 millions si l’on utilise le seuil de 60%, selon les données 2018, dernière année rendue disponible par l’Insee. On considère une personne comme pauvre lorsque ses revenus sont inférieurs à un certain pourcentage du niveau de vie médian (qui partage la population en deux groupes égaux). Alors qu'il était plutôt fixé à 50% jusqu'en 2008, le seuil de 60% du revenu médian est aujourd'hui le plus utilisé.

12% des 18-29 ans

La pauvreté augmente chez les plus jeunes, mais n’épargne pas les plus âgés, note l'Observatoire des inégalités. Le nombre d’enfants de foyers pauvres et de jeunes adultes modestes a globalement augmenté de 42% depuis le début du siècle. Cette progression est de 50% pour les jeunes adultes

Moins de 1 063 euros par mois, seuil "officiel" de pauvreté en France 

Là encore, le pourcentage choisi change la donne. Mais il est considéré qu'en dessous de 885 à 1 063 euros de revenus par mois, une personne seule franchit le seuil de pauvreté. Évidemment, ce chiffre évolue selon la composition du foyer.

9 euros par jour pour les bénéficiaires du Secours catholique

Une fois les dépenses contraintes déduites (loyer, factures d'eau, d'énergie, assurances, etc.) la moitié des personnes aidées par le Secours catholique vivent avec, en moyenne, moins de 9 euros par jour. Ce "reste pour vivre" doit financer la nourriture, les vêtements, les produits d'hygiène et certaines familles sont face à des "choix impossibles" alerte le dernier rapport de l'association, qui porte sur ses chiffres 2019, soit avant la pandémie et la crise économique qu'elle entraine. L'an dernier, l'association a aidé en 2019 1,4 million de personnes, dont plus de 650 000 enfants. Le niveau de vie médian de ces personnes s'élève à 537 euros, bien en-dessous du seuil de pauvreté fixé en 2018 à 1 063 euros.

9% de bénéficiaires du RSA en 2020

Conséquence de la crise sanitaire, le gouvernement s'attend à une hausse moyenne de 8,7% des bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) en 2020, comme l'a indiqué fin octobre le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt. Une déclaration faite à l'Assemblée, lors d'un débat technique sur les ressources des départements, sur lesquels pèse la charge du RSA. Ce chiffre cache d'importantes disparités puisque ces hausses peuvent être minimes comme massives selon les départements. 

Près de 20% des Français vivent à découvert

18% des Français ne peuvent pas boucler leur budget sans être à découvert à la fin du mois, dont 8% craignent de basculer dans la précarité, selon le dernier baromètre réalisé par Ipsos pour le compte du Secours populaire. Au sein de ce même panel représentatif, près d'un interrogé sur trois rencontre des difficultés à régler ses dépenses d'énergie (électricité, chauffage). 40% des Français, dont 64% des plus modestes se restreignent sur la qualité de leur alimentation pour une question d'argent. Certains vont même jusqu'à restreindre les quantités ou sauter des repas (14% des interrogés).

Restos du cœur : 30% de repas servis en 10 ans

Entre 1986 et aujourd’hui, le nombre de repas servis par les Restos du cœur a été multiplié par 16. Et ce chiffre, après une petite chute en 2016, ne cesse d’augmenter depuis 2017. Actuellement, l’association, fondée par Coluche, sert plus de 136 millions de repas (c’était le chiffre en 2019), c'est 30% de plus qu'au début de la décennie. La moitié des personnes qui accèdent à l’aide des Restos a moins de 25 ans, alertait l'association mi-octobre.

Avec le confinement, de façon générale, le recours à l’aide alimentaire aurait augmenté de "plus de 30%" dans les grandes métropoles, d'après un responsable des Restos du coeur à franceinfo. On estime qu'au moins huit millions de personnes bénéficient, en France, de l'aide alimentaire.

Au moins 300 000 sans domiciles 

Alors que la dernière enquête officielle de l’Insee date de 2012, la Fondation Abbé-Pierre a récemment tenté d’actualiser les chiffres du nombre de sans-abris. Dans une note publiée mi-novembre, l’association comptabilise au moins 300 000 personnes sans domicile, soit plus du double des 143 000 comptabilisés dans la dernière enquête de l’Insee en 2012.

Dans le détail, l’association compte 185 000 personnes qui vivent en centres d'hébergement, 100 000 dans des lieux d'accueil pour demandeurs d'asile, 16 000 dans des bidonvilles et au moins 27 000 personnes sans abri, auxquelles la Fondation additionne celles et ceux que certaines municipalités comptabilisent en organisant des “Nuits de la solidarité” : 3600 à Paris, 1600 à Montpellier, 1 000 à Rennes. Les personnes sans domicile sont souvent des hommes seuls, avec une forte proportion d'étrangers, note l’association. Mais la part des femmes et des familles ne cesse d'augmenter.

Covid-19 et pauvreté : un Français sur trois dit avoir perdu des revenus"

hoisir entre se chauffer ou se nourrir" : le Secours Catholique alerte sur l'explosion de la pauvreté

Précarité étudiante : la moitié des bénéficiaires des Restos du cœur a moins de 26 ans

https://www.inegalites.fr/Le-tableau-de-bord-de-la-pauvrete-en-France-2020

Mais tout va bien : les indicateurs économiques sont au beau fixe, l'économie est florissante, la stabilité politique solidement établie, la situation sociale est saine, la confiance de la population dans les mesures gouvernementales est sans faille, en sorte que la France, sûre de ses atouts, peut aller de l'avant, n(est-ce pas ?

 

I- La population du monde francophone dépasse les 500 millions d’habitants[vi] !

 

J’ai donc une idée pour Mme Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la citoyenneté : offrons la nationalité française au monde francophone qui aura de facto et de jure le droit de venir en France, y séjourner, y habiter, y vivre, y faire souche, y prospérer.

Tousse ensemble !

Au moins résoudra-t-on une bonne fois pour toutes les questions d’immigration illégale, de « mineurs non accompagnés » (des vagabonds internationaux, en langage réel), des réfugiés etc. ou encore la question du « changement de peuple » et celle du « Grand Remplacement » dont tous ceux qui en dénient l’existence apprécieront et vérifieront tous les avantages à la puissance maximum.

Il n’y a plus en effet qu’à franciser 8 à 9 millions de personnes pour commencer, qui vivent sur le territoire, et permettre à 416 millions d’habitants de devenir français !

Pourquoi pas ? La France n’est-elle pas vaste, belle, accueillante, généreuse, riche, ouverte au monde, à l’Univers ?

N’est-elle pas le phare du monde, avec ses institutions aux poches généreuses et sans fond ? Ne dispose-t-elle pas d’une population dure au labeur, heureuse de travailler silencieusement au bien commun et à la prospérité de ceux qui viennent lui demander aide, abri, couvert, santé, éducation ?

La progression démographique du monde francophone résulte essentiellement du dynamisme de l’Afrique francophone, qui croît actuellement à un rythme de 2,6 % par an (2,9 % pour sa partie subsaharienne). Ce vaste ensemble de 25 pays rassemble désormais 416 millions d’habitants (ou 81,6 % de la population de l’espace francophone) contre seulement 74 millions en 1950, soit à peu près autant que l’Allemagne seule, à ce moment-là (69,5 millions). Cette même année, la population du monde francophone était d’ailleurs estimée à seulement 128 millions d’habitants, soit quatre fois moins qu’aujourd’hui.[vii]

La France compte, depuis le 1er janvier 2019, 66,9 millions d'habitants. Selon les derniers chiffres de l'Insee, 6,5 millions d'immigrés vivaient en France en 2018, soit 9,7 % de la population totale. Un chiffre en progression depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale (5 % en 1946, 7,4 % en 1975). Parmi eux, 2,4 millions ont acquis la nationalité française par décret ou par mariage, (dont 110 014 l'an dernier).

La population étrangère vivant en France s'élevait donc en 2018 à 4,8 millions de personnes (7,1 % de la population totale). Elle se composait de 4,1 millions d'immigrés n'ayant pas acquis la nationalité française et de 0,7 million de personnes nées en France de nationalité étrangère.

1,7 million de personnes étaient nées de nationalité française à l'étranger. Avec les 6,5 millions de personnes immigrées, au total, 8,2 millions de personnes vivant en France étaient donc nées à l'étranger, soit 12,3 % de la population.

 

II- 123 625 demandes d’asile en 2018, 33 330 " accordées"

Selon le gouvernement, toujours en 2018, 255 956 titres de séjour ont été délivrés aux étrangers majeurs à la suite d'une première demande (+ 3,4 % par rapport à 2017, + 24,6 % par rapport à 2013), parmi lesquels un peu plus de 83 000 pour des étudiants – un nouveau record – , 90 074 pour des motifs familiaux et 33 502 pour des motifs professionnels.

Sont également inclus dans ces 255 956 premiers titres de séjour les 33 330 décisions accordant un statut de protection (réfugié ou protection subsidiaire) délivrées par l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) sur les 123 625 demandes d'asile reçues de pays d'avenir indiscutable (principalement d'Afghanistan, de Guinée, d'Albanie, de Géorgie, de Côte d'Ivoire et du Soudan). Des demandes en hausse de 22,7 % par rapport à 2017 et de 47 % par rapport à 2014. Parmi les nationalités concernées, les Afghans ou les Syriens ont presque tous obtenu le statut de réfugiés, alors qu'il a été refusé à la plupart des Albanais ou des Algériens, qui immigrent plus fréquemment pour des motifs économiques.

Quant aux demandeurs déboutés du droit d'asile, en 2018, seulement 12,4 % des obligations de quitter le territoire français ont été exécutées, soit 15 677 cas sur 90 000, les recalés restant pour la plupart en France. A titre d'exemple, un tiers seulement des mesures de renvoi prononcées à l'encontre des Albanais et des Géorgiens ont été suivies d'effet.

Autre source d'immigration irrégulière, dont le total est là encore difficilement mesurable : certaines personnes venues en visa de court séjour et qui ont ensuite choisi en toute impunité de rester en France. Par amour pour le pays, assurément. Qui pourrait en douter ?

S'il est officiellement impossible de pointer avec précision le nombre de clandestins vivant sur le territoire français (il n'existe pas de chiffres officiels publiés), on peut se faire une idée en se fiant au nombre de bénéficiaires de l'Aide médicale d'état (AME), cette prestation sociale principalement destinée à prendre en charge les dépenses médicales des étrangers en situation irrégulière. Ainsi étaient-ils au moins 313 293 au 31 mars 2018 (contre 75 000 en 2000), un chiffre qui pourrait toutefois être inférieur à la réalité, tous ne bénéficiant pas de cette couverture médicale soumise à conditions (résider en France de manière ininterrompue depuis plus de trois mois, et disposer de ressources inférieures à 8 644 euros annuels pour une personne seule ou 12 967 euros annuels pour deux personnes).

Près d'un milliard d'euros pour l'accès aux soins des étrangers en situation irrégulière en 2021

Le projet de budget pour l'année prochaine prévoyait 990 millions d'euros pour l'aide médicale d'État (AME), soit 97 millions de plus que l'an dernier.L'Aide médicale d'État (AME) devrait en réalité connaître une hausse de 140 millions d'euros entre le budget 2020 et 2021, selon les prévisions du Sénat dans son projet de loi de finances pour 2021. ... En 2021, l'AME devrait représenter un coût de 1,06 milliard d'euros.

https://www.senat.fr/rap/a19-143-6/a19-143-65.html

Dans son dernier avis sur le volet « asile, immigration, intégration et nationalité » du projet de loi de finances pour 2021, la commission des lois du Sénat précise que « l’aide médicale d’État permet une première approche statistique du nombre de personnes en situation irrégulière sur le territoire, puisqu’elle autorise un accès gratuit aux soins médicaux et hospitaliers spécifique en faveur de ces étrangers ». Elle ajoute que « 334.546 personnes en bénéficiaient au 31 décembre 2019, soit une hausse de 5% par rapport à la même date l’an passé (318.106 bénéficiaires) et un doublement en quinze ans ».

La réalité, pour dire les choses simplement, est que ces chiffres seront revus à la hausse.

Autre indicateur, la régularisation par le travail, prévue dans une circulaire dite Valls, a permis à 33 257 personnes d'obtenir en 2018 une « admission exceptionnelle au séjour ». Un rythme régulier chaque année depuis la création de la procédure en 2012.

Finalement, le solde migratoire (différence entre les entrées et les sorties durable du territoire, qu'il s'agisse de Français ou d'étrangers) évolue peu depuis une trentaine d'années, oscillant entre 50 000 et 100 000 personnes (+ 58 000 en 2018). [viii]

 

III- 41, 6 % sont nés en Afrique

L'étude des flux d'arrivée des immigrés sur le territoire français montre que les frontières de notre pays sont franchies en premier lieu, par des « nationaux » : en 2018, les personnes nées en France (ou de nationalité française nées à l'étranger), qui reviennent vivre au pays, représentent à eux seuls 29 % des « entrées ». Parmi les autres arrivants, les plus nombreux sont les Africains (46,1 %), devant les citoyens des autres pays de l'Union européenne (33,5 %), les Asiatiques (14 %), puis les Américains et Océaniens (6 %).

Aujourd'hui, 46,1 % des immigrés résidant en France sont nés en Afrique, contre 33,5 % en Europe. Les pays de naissance les plus fréquents des immigrés sont l'Algérie (13 %), le Maroc (11,9 %), le Portugal (9,2 %), la Tunisie (4,4 %), l'Italie (4,3 %), la Turquie (3,8 %) et l'Espagne (3,7 %), la moitié des immigrés étant originaires d'un de ces sept pays (50,3 %).

La population étrangère vivant en France s'élevait donc en 2018 à 4,8 millions de personnes (7,1 % de la population totale). Elle se composait de 4,1 millions d'immigrés n'ayant pas acquis la nationalité française et de 0,7 million de personnes nées en France de nationalité étrangère.

1,7 million de personnes étaient nées de nationalité française à l'étranger. Avec les 6,5 millions de personnes immigrées, au total, 8,2 millions de personnes vivant en France étaient donc nées à l'étranger, soit 12,3 % de la population.

 

1795-2020, 2021 et ensuite, jusqu’à quand ?

Jusqu'à ce que le processus en marche accélérée vers le désastre social, la ruine financière, le suicide démographique et civilisationnel, devienne tellement visible et insupportable que la réaction se produira. Violente, très probablement.

 « Français vous êtes trop éclairés pour ne pas sentir qu’un nouveau gouvernement va nécessiter de nouvelles mœurs, il est impossible que le citoyen d’un état libre se conduise comme l’esclave d’un roi despote, ces différences de leurs intérêts, de leurs devoirs, de leurs relations entr’eux, déterminent essentiellement une manière toute autre de se comporter dans le monde ; une foule de petites erreurs de petits délits sociaux considérés comme très-essentiels sous le gouvernement des rois, qui devoient exiger d’autant plus, qu’ils avoient plus besoin d’imposer des freins pour se rendre respectables ou inabordables à leurs sujets, vont devenir nuls ici ; d’autres forfaits connus sous les noms de régicide et de sacrilège, sous un gouvernement qui ne connoît plus ni rois ni religion, doivent s’anéantir de même dans un état républicain. En accordant la liberté de conscience et celle de la presse, songez citoyens, qu’à bien peu de chose près, on doit accorder celle d’agir, et qu’excepté ce qui choque directement les bases du gouvernement, il vous reste on ne sauroit moins de crimes à punir, parce que dans le fait, il est fort peu d’actions criminelles dans une société dont la liberté et l’égalité ſont les bases, et qu’à bien peser et bien examiner les choses, il n’y a vraiment de criminel que ce que réprouve la loi, car la nature nous dictant également des vices et des vertus, en raison de notre organisation, ou plus philosophiquement encore en raison du besoin qu’elle a de l’un ou de l’autre, ce qu’elle nous inspire deviendroit une mesure très-incertaine pour régler avec précision ce qui est bien ou ce qui est mal. »[ix]

(Point d’erreurs de grammaire, syntaxe ou conjugaison : il ne s’agit que du texte original)

 

 

Notes et sources :

 

[i] Français, encore un effort si vous voulez être républicains est un extrait de La Philosophie dans le boudoir, ensemble de dialogues publiés anonymement en 1795. S’il n’est pas une œuvre à part entière, c’est un manifeste politique inséré dans le Cinquième dialogue. Source : Cultura, mai 2016, in, https://www.cultura.com/francais-encore-un-effort-si-vous-voulez-etre-republicains-tea-9782759901067.html

[ii] Tous à Zanzibar (titre original : Stand on Zanzibar) est un roman de science-fiction, dystopie, écrit par l'écrivain britannique John Brunner. Edition française, traduction de Didier Pemerle, 1972. Ci-après, notice Wikipedia résumé :

« En 2010, le nombre d'êtres humains est tel que, s'ils se tenaient au coude à coude sur l'île de Zanzibar, ils la recouvriraient en entier. La surpopulation entraîne la disparition de toute sphère privée, un contrôle génétique draconien et une anarchie urbaine généralisée. La pollution fait qu'à New York, des distributeurs d'oxygène sont à la disposition de ceux qui ont besoin de faire le plein avant de traverser les rues. La consommation de tranquillisants, pour limiter les nécessaires tensions sociales dues à la promiscuité et les velléités révolutionnaires, s'est généralisée. Les radiations ont entrainé l'augmentation du taux des maladies héréditaires à un tel point que des mesures draconiennes sont prises : les individus porteurs sont automatiquement stérilisés et seuls se reproduisent ceux qui ont des caryotypes sains. L'eugénisme est développé. Évidemment, la liberté individuelle est résolument refusée. À New York, Norman, un jeune Afro-Américain, travaille pour la toute-puissante General Technic Corporation dont le superordinateur Shalmaneser organise l'achat pur et simple d'un pays africain. Son compagnon d'appartement, Donald, apparemment un simple étudiant, est en fait recruté par les services secrets qui l'envoient s'emparer de la découverte d'un généticien d'un pays du tiers monde qui ferait de tous les nouveau-nés des génies prédéterminés. »

[iv] « Beau comme l’Antique », la formule est du peintre Jacques-Louis David, contemporain de Lemot et partisan du retour à des formes, des décors, des figures et des récits de l’Antiquité à la fin du XVIIIe siècle. Au-delà de Lemot et de David, l’Antique fascine et inspire, durant des siècles, des générations d’artistes. Au gré des époques, l’héritage antique s’est exprimé de manière différente, en fonction des découvertes de l’archéologie mais aussi et surtout au regard de la société, de ses goûts et de ses valeurs.

https://grand-patrimoine.loire-atlantique.fr/jcms/l-agenda/les-expositions/expositions-passees/expositions-au-domaine-de-la-garenne-lemot/2018-beau-comme-l-antique-fr-p1_310764

[v] https://www.gouvernement.fr/pacte-de-marrakech-que-dit-reellement-le-texte

Cf. aussi : Fleury Graff Thibaut, « Les deux pactes mondiaux sur les réfugiés et les migrations : forces et faiblesses d’une nouvelle coopération internationale », Revue européenne des migrations internationales, 2018/4 (Vol. 34), p. 223-230. DOI : 10.4000/remi.12112. URL : https://www.cairn.info/revue-europeenne-des-migrations-internationales-2018-4-page-223.htm

[vi]Ilyes Zouari, La population du monde francophone dépasse les 500 millions d’habitants, Contrepoints, Afrique, 5 février 2019, https://www.contrepoints.org/2019/02/05/336434-la-population-du-monde-francophone-depasse-les-500-millions-dhabitants

[viii] Le propos est discuté mais fera l’objet d’une précision ultérieurement.

[ix] D.A.F. de Sade, Op.Cit. p.93

 

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4.19/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Yann Esteveny 24 décembre 2020 11:03

    Message à Monsieur Renaud Bouchard,

    Je vous félicite pour votre article riche en références, qui a dû vous demander beaucoup de travail et qui plus est sur un sujet important.

    Je cite un passage de votre article : « Le nombre de chômeurs au sens du BIT atteint 2,7 millions de personnes en France (hors Mayotte) »

    Pourquoi Mayotte devrait être exclu des statistiques ? Ses habitants ne sont ils pas des français de choix ? A contrario de ceux qui rêvaient d’indépendance pour se retrouver à la merci des financiers apatrides, les mahorais ont préféré poursuivre une construction rattachée au destin de la France. Il y a un siècle les français partaient construire des pays lointains. Aujourd’hui des populations lointaines viennent détruire le nôtre. Vous avez bien mis le doigt en introduction de votre article sur la philosophie dégénérée à l’origine de ce Mal.
    Mayotte subit le destin de la France en accéléré (invasion de masse, destruction de la culture locale, population et administration débordée,...). Sa proximité avec Zanzibar rend le sujet encore plus frappant !

    Je vous souhaite un Joyeux Noël !

    Respectueusement


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 décembre 2020 11:50

      @Yann Esteveny
      Bonjour et merci autant pour votre visite que pour votre commentaire et votre délicate attention que je partage en vous souhaitant à mon tour, ainsi qu’à tous les autres lecteurs, un Joyeux Noël ou encore de bons et agréables moments avec familles et amis.

      Mayotte est devenue un point aveugle et un chancre mou de l’immigration internationale.
      https://www.liberation.fr/planete/2019/08/15/migrants-africains-passer-par-mayotte-c-est-eviter-beaucoup-de-risques_1745477
      Le problème est déjà très ancien et parfaitement connu dans toutes ses dimensions et implications :
      https://www.senat.fr/rap/r07-461/r07-4615.html
      https://www.vie-publique.fr/rapport/28251-situation-de-immigration-mayotte

      L’île française de Mayotte, située dans l’Océan indien, connait depuis plusieurs années une augmentation du nombre d’arrivées de migrants. Mais l’année 2019 atteint un record, avec une hausse de 110% par rapport à l’an dernier à la même période. Si les Comoriens sont toujours nombreux à gagner le territoire mahorais, de plus en plus de ressortissants d’Afrique subsaharienne rejoignent également le petit département français.

      « Les demandeurs d’asile souffrent à Mayotte ». Ces mots sont ceux d’Amadou*, un migrant congolais de 29 ans présent dans le département français d’outre-mer depuis la mi-août 2019. Comme Amadou, de nombreux Africains subsahariens débarquent quotidiennement sur le territoire mahorais, porte d’entrée vers le continent européen au milieu de l’Océan indien. Une nouveauté dans ce territoire, l’un des plus pauvres de l’Union européenne.

      "Il y a toujours eu une forte immigration des Comoriens [des îles voisines] jusqu’à Mayotte mais ces dernières années ils sont rejoints pas les ressortissants de RDC, du Rwanda, du Burundi...", explique Romain Reille, directeur de l’association Solidarité Mayotte. "On voit également arriver de plus en plus de personnes originaires d’Afrique de l’ouest".

      L’île abrite plus de 30 nationalités

      Les équipes de Médecins du monde et de Solidarité Mayotte s’inquiètent. Le nombre d’arrivées en 2019 a doublé par rapport à 2018 à la même période. « On constate une augmentation de 110% cette année », précise encore Romain Reille.

      Comme Amadou, les migrants passent le plus souvent par la Tanzanie, puis prennent un bateau pour les Comores d’où ils embarquent à bord d’un kwassa-kwassa (canots de pêche comoriens) en direction de Mayotte.

      https://www.infomigrants.net/fr/post/19766/a-mayotte-les-arrivees-de-migrants-ont-augmente-de-110-cette-annee

      >> À lire sur InfoMigrants : Mayotte : nouvelle route migratoire pour rejoindre l’Europe ?

      La situation, devenue ingérable pour les Mahorais en premier lieu, ne peut trouver d’issue que de deux manières :

      -Tarissement immédiat de toutes les aides et de tous les avantages financiers qui servent de phare dans l’Océan Indien et l’Afrique pour attirer toute la misère avec l’espoir d’une voie d’entrée vers la France et l’Europe, ce qui requiert la séparation d’avec la France tant il est vrai que pareille exceptionnalité (bancale au regard du droit international avec le reste de l’archipel des Comores) se doit aussi de privilégier l’intérêt géopolitique et géostratégique avec l’entrisme de l’Inde et de la Chine (Madagascar et Afrique de l’Est).

      -Constitution d’une place financière locale (sorte de Singapour), à ceci près que la réalité de la population en interdit l’idée même d’autant plus que Maurice et la Réunion sont ou seraient mieux placées (avec des problèmes identiques mais à un degré moindre car les kwassa-kwassa ne sont pas taillés pour l’Océan).

      Cordialement,

      Renaud Bouchard


    • Samson Samson 24 décembre 2020 13:14

      « En les confrontant à une main d’œuvre de remplacement subitement devenue »Française« , population qui finira par les priver de leurs emplois déjà fragiles, précaires, en sursis, et qui les précipitera définitivement dans la misère ? »

      Quand, multipliant les bénéfices de leurs seuls actionnaires, des machines se substituent déjà très avantageusement au travail humain, nul besoin de main d’œuvre de remplacement pour nous précipiter définitivement dans la misère ! Et pour info, ce sont maintenant les classes moyennes (médecins, avocats, ingénieurs, ...) que leurs algorithmes ambitionnent de remplacer : même les développeurs informatiques sont maintenant menacés par les algorithmes qu’ils ont créé pour se substituer à eux.

      Depuis le temps que le slogan du plein emploi et de la lutte contre le chômage ne sert que de leurre à la planification de la précarisation massive d’une immense majorité de nos citoyens par l’€urocratie et ses donneurs d’ordre transnationaux - soit une nouvelle aristocratie mondialiste s’étant déjà accaparé à elle seule plus de la moitié de la richesse planétaire -, peut-être serait-il temps d’enfin ouvrir les yeux ?

      Opposer précarités citoyenne et d’« importation » ne m’apparaît jamais qu’une des manières d’occulter encore et toujours le fond du problème ! Et si même il en limite l’ampleur, le fait d’être coutumier de la dèche dès la deuxième semaine du mois ne suffit à éteindre ni ma fraternité citoyenne, ni ma solidarité humaine !

      Mais au delà des vaines querelles portant sur l’abstraction de chiffres sans âme et plutôt que d’oiseuses considérations sur l’insondable sottise de Mme Schiappa et autres managers en Marche vers Nulle Part, je préfère soumettre à votre considération la sobriété de ce jeune homme dans sa dignité face aux aléas du destin. Ne la jugez-vous pleinement digne d’honorer la citoyenneté républicaine ???

      Je vous souhaite ainsi qu’aux lecteurs d’AV un très joyeux Noël et vous présente mes meilleurs vœux de bonheur, santé et prospérité pour l’An neuf ! smiley


      • jakem jakem 24 décembre 2020 15:44

        @Samson
        J’ai regardé la vidéo et ce jeune homme me semble en pleine forme. Sans doute parce qu’il vit chez nous, en France. Qui lui paye ses cours de boxe.

        Je ne pense pas qu’il ait été victime d’une « boucherie » comme on l’affirme, mais d’un malheureux concours de circonstances qui n’aurait pas eu lieu s’il ne s’était pas aventuré là où il n’aurait pas dû.
        Il a certainement été soigné avec tous les égards habituels.

        Le plein emploi ( et donc la lutte contre le chômage) a été dévoyé par les gauchistes, la gauche dite de gvnt et des gens de droite dont les esprits étaient soumis aux diktats idéologiques des premiers. Ceux qui ont proposé autre chose étaient interdits d’antenne, hués, placardisés, moqués, insultés...

        Quant à l’opposition entre « les précarités citoyenne et d’importation » , elle est malheureusement réelle dans les esprits car elle s’impose comme une évidence dans beaucoup d’endroits.
        Et si elle existe, c’est parce qu’on l’a créée et qu’on continue à la favoriser.
        Selon la décision des « donneurs d’ordres internationaux » ? j’en sais rien, je n’en ai pas la preuve, et j’en doute plutôt.

        Je pense que c’est avant tout dû à l’idéologie droit-de-l’hommiste et à cette espèce de socialisme dévoyé qui s’est imposé dans les esprits dès les années 70.
        Et qui est magistralement représenté par le sidi von Mélenchovski de nos jours.
        En voilà un qui aura réussi à être bien entretenu par l’Etat qu’il dénonce pendant 1/2 siècle sans rien faire de concret et de bénéfique, en particulier pour éviter cette opposition entre pauvres et miséreux d’ici et d’ailleurs.


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 décembre 2020 16:30

        @jakem et Samson
        Bonjour et merci pour vos commentaires.

        On peut, et il est aussi bon qu’honorable et altruiste, de partager une solidarité humaniste et humanitaire avec nos pareils et ceux qui souffrent.
        Rien ne permet pour autant de céder à la naïveté et à l’irénisme face à des gens qui, pour leur part, ne partagent aucunement la générosité qui leur est prodiguée.
        La CAF et L’AME seraient en vigueur en Arabie Saoudite, nul doute que les flux migratoires iraient vers l’ex-opulent royaume...
        Nul doute encore, pour tous ceux qu’agite un tropisme tiers-mondiste, que pour la plupart d’entre-eux ils ne vivraient pas ou ne survivraient pas plus de 15 jours dans ces villes,ces campagnes où la vie d’un pauvre, d’un faible, d’un malade, d’un enfant, d’une femme ne vaut rien.
        Il n’est qu’à écouter les chrétiens d’Orient et leurs prêtres qui sont les seuls à prendre en compte les souffrances de leurs coreligionnaires et compatriotes pour comprendre la profondeur de l’abîme.
        Tout ne peut pas être univoque et reposer sur des flux et des avantages financiers que l’Europe et la France sont seules à prodiguer sans compter, avec vos impôts, alors que l’on assiste par ailleurs à des débauches et des gaspillages insensés.
        https://edition.cnn.com/travel/article/saudi-visit-indonesia/index.html

        Quant à « sidi von Mélenchovski », "en voilà un qui aura effectivement réussi (il n’est pas le seul parasite politicard) à être bien entretenu par l’Etat qu’il dénonce pendant 1/2 siècle sans rien faire de concret et de bénéfique, en particulier pour éviter cette opposition entre pauvres et miséreux d’ici et d’ailleurs« et surtout en se servant du nouveau prolétariat musulman et islamique beaucoup plus »porteur" que l’ancien.

        Bien à vous et surtout une parenthèse de calme avant la célébration pour ceux qui y sont sensibles, de la Nuit de la Nativité Covid-19.

        Renaud Bouchard


      • Samson Samson 24 décembre 2020 18:58

        @Renaud Bouchard
        « La CAF et L’AME seraient en vigueur en Arabie Saoudite, nul doute que les flux migratoires iraient vers l’ex-opulent royaume... »

        Je crois me souvenir qu’avant que les amis de Monsieur Laurent Fabius et ses alliés occidentaux n’y fassent dans le fort louable but de rétablir la « démocratie » leur « bon » et combien remarquable « travail », la République Laïque de Syrie était une une nation relativement prospère et multi-confessionnelle où les besoins de base de la population (logement, alimentation, eau, éducation, soins de santés, infrastructures énergétiques et routières, commerce, industries, ...) étaient comme en Libye assurés. Faute de disposer des chiffres, j’imagine même que les sdf s’y faisaient si possible plus rares qu’en notre belle République.

        La vassalité européenne à Washington a ainsi sans broncher toléré et très activement soutenu la « stratégie du chaos » mise en œuvre au Proche-Orient et en Afrikanistan par l’OTAN aux frontières mêmes de l’Union €uropéenne, sans même anticiper la fuite et l’exil de ces millions de gens qui ne demandaient qu’à prospérer et vivre en paix chez eux, sans même évoquer l’enfer, la servitude jihadiste ou la mort des moins « chanceux ».

        Sans intervention de l’Occident en Irak et en Syrie, ce jeune homme vivrait probablement encore avec ses parents dans la prospère ville d’Alep, maintenant réduite à champ de ruines par la barbarie qui s’y est avec la bénédiction de la France et des autres déchaînée jusqu’à ce que le tyran russe, allié du sanguinaire dictateur local, se résolve à enfin y mettre terme. Ne vous souvenez-vous des larmes de crocodiles versées par tous nos éditocrates à la perspective de la « chute d’Alep » ?

        Et il n’aurait eu la « malchance » de croiser en rentrant dans son nouveau foyer un projectile destiné à l’exemplarité mutilatoire maintenant de rigueur en start-up « France » pour mâter Gaulois réfractaires et autres gens qui ne sont rien, et mieux ainsi leur enseigner toute la vertu de son excellence managériale.

        Bien sûr, ce jeune homme et sa famille ont eu bien de la chance d’arriver jusqu’en France, et il en semble malgré la perte de son œil le premier conscient. Bien plus nombreux sont les réfugiés peuplant des camps au Liban ou encore recrutés pour les guerres du Sultan. Quant aux survivants d’Alep à la férule islamiste, il ne leur reste guère plus que leur vie pour tout bien.

        Et j’entends bien que la France ne peut « accueillir toute la misère du monde » ! S’abstiendrait-elle déjà de participer avec ses alliés à la répandre et l’amplifier, ce jeune homme disposerait probablement toujours de ses deux yeux pour admirer toute la splendeur des filles dans son pays natal !


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 25 décembre 2020 11:00

        @Samson
        Bonjour et merci pour votre analyse à laquelle je souscris pleinement.
        je regrette infiniment, croyez-le, les circonstances qui ont conduit ce jeune homme à être aujourd’hui aveugle, privé de voir la beauté des jeunes filles, d’où qu’elles viennent.
        Syrie et Libye étaient des pays splendides, offrant pour le touriste qui avait la possibilité et les moyens financiers de les visiter, une infinité de paysages, monuments et sites exceptionnels, qu’il s’agisse de damas, Alep, Palmyre, Apamée, Leptis-Magna et toute la Cyrénaïque.
        Réelle et immense souffrance que de voir ce que ce tas d’abrutis a pu faire de leurs pays respectifs.
        https://www.nonfiction.fr/article-9663-chroniques-syriennes-les-villes-dans-la-tourmente.htm
        https://www.nouvelobs.com/monde/guerre-en-syrie/20161214.OBS2652/avant-apres-le-terrible-panorama-en-photos-des-destructions-a-alep.html

        Certes, ordre et sécurité régnaient aussi bien en Syrie qu’en Libye.
        Fort niveau de vie en Libye, sous la férule plutôt efficace du Colonel, ordre et sécurité et prospérité pour ceux qui avaient la chance d’être fortunés, obéissants et dans le bon camp en Syrie (voyez le résultat de la destruction de Hama en 1982 par Hafez al-Assad https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/fr/document/le-massacre-de-hama-fa-vrier-1982.html). Le filigrane de toutes ces horreurs est toujours le même : les « Frères » musulmans, alors en lutte contre le parti Ba’th. Vous savez d’ailleurs, comme je l’imagine, ce qu’il en est réellement de la réalité de la « prospérité » syrienne : un coup d’œil sur l’œuvre picturale remarquable de Riad Sattouf montre amplement (au travers de souvenirs d’une enfance particulièrement attentive) ,la réalité de « l’Arabe du Futur », entre Libye et Syrie, précisément, https://www.allary-editions.fr/publication/larabe-du-futur-5/ telle que la rêvaient les thuriféraires du baasisme qui n’ont eu qu’à se battre contre l’obscurantisme de leurs adversaires, pressés de retourner aux heures glorieuses d’un islam conquérant d’ailleurs détruit par les Mongols : https://www.youtube.com/watch?v=zT3oaTek6O8

        Parlant de ce juene homme, j’évoque aussi tous ceux qui ont eus aussi eu la réelle malchance de se faire estropier et mutiler, en France, simplement parce qu’ils ont osé (avec des degrés différents) dire leur angoisse et leur refus de voir leurs « fins de mois se terminer le 10 ou le 15 ».

        Eux non plus n’auraient jamais dû avoir eu la « malchance » de croiser en sortant de leurs foyer "un projectile destiné à l’exemplarité mutilatoire maintenant de rigueur en start-up « France » pour mâter Gaulois réfractaires et autres gens qui ne sont rien, et mieux ainsi leur enseigner toute la vertu de son excellence managériale."

        "Bien sûr, ce jeune homme et sa famille ont eu bien de la chance d’arriver jusqu’en France, et il en semble malgré la perte de son œil le premier conscient. Bien plus nombreux sont les réfugiés peuplant des camps au Liban ou encore recrutés pour les guerres du Sultan. Quant aux survivants d’Alep à la férule islamiste, il ne leur reste guère plus que leur vie pour tout bien."

        "Et j’entends bien, ajoutes-vous, que la France ne peut « accueillir toute la misère du monde » ! S’abstiendrait-elle déjà de participer avec ses alliés à la répandre et l’amplifier, ce jeune homme disposerait probablement toujours de ses deux yeux pour admirer toute la splendeur des filles dans son pays natal !« 

        Nous sommes amplement d’accord, à ceci près que, personnellement, je ne souhaite pas qu’un pouvoir et un exécutif aussi cyniques et imbéciles que ceux qui prétendent encore »diriger" la France, continuent de noyer sous la misère réelle d’un monde extérieur la misère intérieure de nos compatriotes.

        Relisez, voyez les indicateurs de pauvreté et de chômage et comprenez soyez-en sûr-,qu’il ne me faudrait que très peu de temps pour y remédier.

        Propos exagéré ? Nullement.

        Bien à vous,

        Renaud Bouchard


      • sirocco sirocco 24 décembre 2020 14:51

        @ l’auteur

        Merci pour votre important travail de compilation qui vous permet de nous donner une image saisissante de la France sociale.

        Et encore, vous êtes resté très modéré en vous en tenant aux chiffres officiels disponibles dans ces domaines !


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 décembre 2020 16:33

          @sirocco

          « Image saisissante de la France sociale », effectivement, « et encore, dites-vous,vous êtes resté très modéré en vous en tenant aux chiffres officiels disponibles dans ces domaines. »

          Mais ne capitulons surtout pas.

          Ces maux qui ne sont que des déséquilibres sont curables.

          Bien à vous et Joyeux Noël :

          Renaud Bouchard


        • jakem jakem 24 décembre 2020 15:54

          Merci beaucoup, Monsieur Bouchard, pour cet article bien documenté et clair.

          Je me permets d’y ajouter / suggérer une suite traitant des clandestins ( « des étrangers aux droits incomplets » en novlangue ) et du « pognon de dingue » dilapidé pour un résultat vraiment médiocre en terme de réussite :

          « Ce grand dérangement ; l’immigration en face » de Didier Leschi.

          J’ai pris l’habitude depuis longtemps de ... proférer en toute liberté et en premier ce souhait tombé en désuétude : « Joyeux Noël ! » que je vous adresse cordialement.


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 décembre 2020 16:34

            @jakem

            Joyeux Noël aussi, pour vous, vos proches et tous ceux qui vous sont chers !

            https://www.youtube.com/watch?v=MLMfDBCd1bQ&list=RDMLMfDBCd1bQ&start_radio=1


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 25 décembre 2020 11:15

            @jakem
            Bonjour et merci pour votre commentaire auquel je réponds ici très précisément, dussé-je vous surprendre...

            L’ouvrage de Didier Leschi vient fort à propos. Le lecteur en trouvera ci-après une restitution par son éditeur.

            "Ce n’est pas trahir ses convictions humanistes que de faire le départ entre le réel et l’utopie ; ce n’est pas renoncer à ses idéaux que de prendre en compte ce qui est possible et ce qui ne l’est pas », écrit Didier Leschi.

            Mais la réalité est toute autre et je prends ici la liberté de vous renvoyer à la lecture d’un papier rédigé voici quelques temps qui permet de relativiser, si je puis encore me le permettre, les « messages » des Lettres Encycliques de Fratelli Tutti et de Laudato Si’.

            Bien à vous,
            Renaud Bouchard

            Richard Millet :
            http://richardmillet.wix.com/siteofficiel# !Du-pape/c1q8z/574be80e0cf2755d8442dc86

            Du pape

             

            "Dans une France où tous les regards sont tournés vers la moustache d’un certain Philippe Martinez qui semble le fruit d’un coït entre Joseph Staline et Francisco Franco, on n’a prêté nulle attention à l’entretien que le pape a donné au journal post-chrétien La Croix, dont la fadeur politiquement correcte est propre à convertir au bouddhisme ou à « Nuit debout » tous les bande mou et les demi-vierges, ménopausées ou en âge de procréer, qui le lisent.

              Il est toujours douloureux de s’opposer au pape, pour un catholique qui n’appartient pas à la répugnante race des cathos de gauche. Celui qui est venu d’Argentine pour transformer le trône de saint Pierre en fauteuil de talk show télévisuel a été élu, on le sait, pour faire oublier Benoît XVI, admirable théologien et pianiste de goût. Le pape François, lui, préfère le football à Bach et à Mozart : le pays d’où il vient et dont il voudrait nous faire croire qu’il fait cohabiter de façon exemplaire les chrétiens et les musulmans, dit-il dans cet entretien, est pourtant moins celui de Maradona que celui de Borges et de Cortazar. S’exprimant sur la dimension chrétienne des « racines » de l’Europe, le pape déclare redouter « la tonalité qui peut être triomphaliste ou vengeresse » d’une telle expression. Faut-il rappeler à Sa Sainteté qu’en face on ne redoute nullement ce caractère et qu’une des causes du terrorisme islamique est justement dans la réduction du christianisme à l’idéologie des droits de l’homme qui fait de l’Europe le ventre mou du monde occidental ? N’est-ce pas, d’ailleurs, parce que la déchristianisation est en marche que l’Etat islamique et ses alliés ciblent l’Europe et particulièrement l’ex-fille aînée de l’Eglise, devenue la maquerelle en chef de la tolérance multiculturelle ?

            Le passage le plus douteux de la déclaration papale mérite d’être cité comme il faut : « Il faut parler de racines au pluriel car il y en a tant. En ce sens quand j’entends parler des racines chrétiennes de l’Europe, j’en redoute parfois la tonalité qui peut être triomphaliste ou vengeresse. Cela devient alors du colonialisme. Jean-Paul II en parlait avec une tonalité tranquille. L’Europe, oui, a des racines chrétiennes. Le christianisme a pour devoir de les arroser, mais dans un esprit de service, comme pour le lavement des pieds. Le devoir du christianisme pour l’Europe, c’est le service. » Quel devrait être un  service, sinon spirituel ? Car pour le service auquel il est fait allusion, il y a belle lurette que l’humanitaire a remplacé les catholiques. Voilà en tout cas qui fait du pape un fourrier de l’aveuglement post-historique qui a abandonné au libéralisme mondialisé toute visée profondément politique pour se cantonner au domaine simplement éthique. Le pape parle comme n’importe quel commissaire européen à la culture ou comme un secrétaire d’Etat aux relations communautaires ; et cela nous est insupportable, à nous qui avons soif d’entendre parler d’Origène, de saint Augustin, de Pascal, de Thérèse d’Avila, de Simone Weil, et non pas d’un alignement sur le conglomérat dirigé par un Juncker dont la tête fatiguée dit assez le degré d’avilissement auquel le dispose sa fonction, voire sa nature.

              Parler de pluralité de racines, c’est donc ouvrir toute grande l’Eglise au politiquement correct, aux migrants, à l’islam, bientôt au mariage homosexuel. On a vu comment le pape a blessé les chrétiens, notamment ceux d’Orient, en ramenant de Lesbos trois familles musulmanes, l’idée de tolérance se mesurant exclusivement à la jauge musulmane, ainsi qu’il est précisé dans la suite de l’entretien : « Chacun doit avoir la liberté d’extérioriser sa propre foi. Si une femme musulmane veut porter le voile, elle doit pouvoir le faire. De même, si un catholique veut porter une croix. » A ce compte-là, le pape François est un des plus sûrs soutiens du multiculturalisme effréné de Justin Trudeau, d’Obama ou de Cameron, autrement dit du cancer qui ronge l’Europe et qui consiste à faire accepter par les peuples de souche des cellules qui détruisent leurs racines chrétiennes.

              Que faire donc ? Il est certain qu’il me devient de plus en plus difficile de supporter la messe post Vatican II, avec ses prêches fades, ses chants niais, ses fidèles tendant le cou au couteau islamiste et à l’invasion migratoire, et que je rechercherai davantage les messes traditionnalistes. Mais pour le reste ? Que restera-t-il de l’Eglise après le pontificat de ce jésuite argentin ? Comment confier mon destin spirituel à un homme qui refuse de désigner l’ennemi pour ce qu’il est ? Notre solitude s’accroît. L’Eglise devient une partie de notre désert et son discours officiel dresse notre croix sur un ciel déjà tourmenté par la guerre, la déchéance morale, la catastrophe écologique, la ruine des nations. Il faut donc vivre cela comme une épreuve qui entre dans le combat politique, puisque c’est aussi en tant que chef d’Etat que parle le pape, en jouant sur les deux tableaux, mais surtout en jouant l’ « éthique » mondialiste contre la dimension spirituelle et judéo-chrétienne de nos racines, qu’il néglige superbement."

            Ce grand dérangement
            . L’immigration en face
            Collection Tracts (n° 22),

            Gallimard

            Parution : 19-11-2020

            Il n’est pas de jour qu’un sinistre événement, une image bouleversante, une crise internationale ne nous le rappelle : la question du sort réservé aux migrants est cruciale. Il y a ceux pour qui la France devient une passoire exposée à l’invasion d’étrangers indésirables et qui veulent « suspendre l’immigration » ; et il y a ceux, moins nombreux, pour qui notre pays devient, comme l’Europe elle-même, une « forteresse », manquant à tout devoir d’humanité. C’est à ces deux tendances opposées que s’adresse tour à tour la présente mise au point de Didier Leschi, directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, en plaçant chacun devant la réalité des faits et des pratiques – sans pour autant mettre au même plan ce qui relève de la démagogie, et parfois de la haine de l’autre, et ce qui témoigne, à la manière du Fratelli tutti du pape François, d’une noblesse d’âme et d’un haut sentiment de la fraternité humaine.




          • cettegrenouilleci 27 décembre 2020 09:10

            @Renaud Bouchard

            Bonjour

            Nouvel article en modération à +2


          • GoldoBlack 25 décembre 2020 15:09

            Mois y en a pas vouloir être Français.

            Moi y en a vouloir être Breton !

            Droit à l’autodétermination !

            On ne veut pas de cet état moisi et pourri.

            Vive l’indépendance ! Vive la Bretagne !


            • Odin Odin 25 décembre 2020 16:54

              Bonjour,

              Article très précis et détaillé sur l’immigration en France.

              Que faire pour inverser cette situation ?

              N’est-il pas déjà bien trop tard ?

              Après l’accordéoniste avec le gouvernement Chirac pour le regroupement familial en 1976, la majorité des français sont-ils conscients du problème en ayant envoyé la marionnette de chez Rothschild à l’Elysée ?

              Cette immigration résulte d’une stratégie élaborée en 1922 par Richard Coudenhove Kalergi (mouvement « Paneuropéen ») et jour après jour, elle se concrétise pour devenir aujourd’hui quasi irréversible à cause d’un peuple devenu aveugle et lobotomisé par les médias. 

              https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-plan-kalergi-genocide-des-172751


              • sirocco sirocco 26 décembre 2020 14:30

                @Odin

                Merci pour ce lien vers l’excellent article de dadoux (2015). Quand on le relit, on s’aperçoit que la catastrophe qui s’abat sur nos vieilles nations européennes correspond exactement à ce qui était annoncé.

                 
                Le plan Coudenhove-Kalergi pourrait apparaître comme un vieux scénario poussiéreux. Il n’en est rien ! Ce plan a été repris par le sionisme qui, lui, est bien réel et bien actuel. Le sionisme, appliqué avec zèle par la Commission européenne, aurait été taxé il y a quelques décennies d’« impérialisme de conquête ». Nous sommes en plein dedans...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité