• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tous les cinq ans, la politique éducative change...

Tous les cinq ans, la politique éducative change...

JPEG

On a connu Luc Chatel et ses suppressions de postes de fonctionnaires, mal réparties, mal pensées, on a connu Vincent Peillon et sa réforme chaotique des rythmes scolaires, on a connu Najat Vallaud-Belkacem et sa réforme désastreuse du collège...

 

Et voilà que Jean-Michel Blanquer nous promet une école de la confiance... Certes, il semble vouloir donner la priorité à l'école primaire, mais sa réforme du lycée et du baccalauréat se présente comme un véritable casse-tête : très complexe, elle sera difficile à mettre en place.

Certes, Jean-Michel Blanquer est un bon communicant mais ce n'est pas suffisant pour mener une bonne politique éducative, il faut aussi être à l'écoute des enseignants et comprendre leurs difficultés.

 

Face à toutes ces réformes qui se succèdent, se contredisent, les enseignants se retrouvent bien seuls et bien démunis.

Il serait temps de fixer une politique éducative à long terme, sur laquelle les différents partis se mettraient d'accord et qui pourrait être appliquée, quel que soit le gouvernement qui arrive au pouvoir.

Les enseignants ne sont pas des girouettes et on ne peut, ainsi, sans arrêt perturber leur travail si complexe.

Dans un domaine aussi important que l'Education, tant d'expérimentations hâtives sont intolérables.

 

Nous le savons tous : le métier d'enseignant s'est considérablement dégradé...

Le ministère peine à trouver des candidats pour les concours d'enseignement : dans un pays qui connaît un nombre conséquent de chômeurs, c'est tout de même révélateur.

Ce métier de transmission n'attire plus les vocations.

Comment pourrait-il en être autrement ?

Les enseignants sont sans cesse remis en cause, déconsidérés, méprisés, dépréciés par les politiques publiques, moqués pour leurs prétendus privilèges...

Leur pouvoir d'achat s'est effondré... la figure du professeur s'est banalisée, elle a moins de prestige, les conditions d'exercice du métier se sont dégradées, avec des situations très brutales dans certains collèges ou lycées...

Ce métier où on apprend tous les jours peut être passionnant, mais il a perdu, hélas, beaucoup de son attractivité.

Les problèmes existent dans de nombreux établissements : il faut en parler, et refuser l'omerta imposée par l'administration.

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2019/04/tous-les-cinq-ans-la-politique-educative-change.html

 

Source :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/sois-prof-et-tais-toi

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Désintox Désintox 29 avril 19:00

    Bonsoir Rosemar,

    Je ne sais pas si les concepteurs de la réforme des lycées ont vraiment pensé à la difficulté de faire les emploi du temps...


    • rosemar rosemar 29 avril 19:29

      @Désintox

      En effet, un vrai casse-tête... mais les ministres sont bien loin des réalités du terrain...


    • Raymond75 29 avril 20:01

      « Il serait temps de fixer une politique éducative à long terme », c’est vrai pour l’enseignement mais aussi pour toutes les composantes de la société, mais malheureusement le long terme n’existe plus de nos jours : en économie, seul le profit à court terme existe, et dans une démocratie où il y a quasiment tous les ans des élections où l’opposition (quelle qu’elle soit) critique la majorité (quelle qu’elle soit) et promet ’du changement’ le long terme dure quelques mois, au mieux deux ou trois ans. De plus l’Union Européenne et la mondialisation dans son ensemble crée des contraintes difficiles à gérer au niveau national.

      En fait, il ne reste plus que deux niveaux où devraient se prendre les décision : le local (commune, région, et entre autre enseignement professionnel de qualité), et le niveau européen, pour des axes de développement dont l’éducation. Tout le reste n’est qu’agitation.

      A la limite, nous aurions besoin d’un dictateur éclairé, vraiment éclairé ...


      • rosemar rosemar 29 avril 22:48

        @Raymond75

        En effet, le court terme s’impose partout : c’est le règne du changement permanent...


      • Agorage-Vox Agorage-Vox 29 avril 20:34

         

        Devant le spectacle lamentable de l’ÉducNat et des élèves réduits à l’état de chochotes, je pense avec nostalgie à Descartes, au collège de La Flèche où, eu égard à sa « constitution fragile », on lui permettait d’assister aux cours à six heures du matin — au lieu de cinq heures, pour les autres élèves. « Mais ça, c’était avant ».

         

        Il est vrai aussi qu’il avait une chambre individuelle et des serviteurs.

         


        • mmbbb 29 avril 21:24

          Mme Rosemar , Mme la Professeur e . , d apres les récentes conclusions des compagnons de France , il manquerait plusieurs dizaines de tailleurs de pierre de charpentiers etc afin de reconstruire la cathedrale . Drole de pays qui ne veut pas payer décemment ceux qui travaillent Votre tres grande institution classe d office les metiers manuels pour les dégénéres , J avais fait le salon des meilleurs ouvriers de France En effet un des patrons avait du mal a recruter . Un long apprentissage rigoureux , un metier d excellence mal paye . Il vaut mieux etre un ROM , on a plus d avantage en ne foutant rien et en vivant d expédients et en benéficiant de l AME. Drole de pays ou l un des premiers postes budgétaires est justement l education nationale. Le classement PISA n est pas tres honorable. Nous sommes vraiment un pays de merde avec une mentalite de merde . . Nous devrions plutot construire un immense mur des lamentations tant le credo des francais est devenu le lamento .


          • tuxuhikewi 30 avril 12:31

            <b>Amendement :</b>
            <i>
            Cet amendement est adressé a la représentation nationale via l’ou pci sur agoravox, via l’ou PLI sur contrepoint via l’ou RSA sur avenoel. Merci de contribuer dans la mesure de vos capacités.</i>

            <b>Les directeurs d’établissement scolaire serons désormais élus</b>, conjointement aux maires et aux commissaires lors du scrutin a liste municipal. 

            <b>Le ministére de l’éducation et les académies sont dissoutes. </b>Leurs employés serons réembauchés au cas par cas par les directeurs d’établissement élus.

            <b>L’école est gratuite, publique et obligatoire pour tous.</b> Les collèges et écoles primaires privés sont fermés sur le champ, jusqu’à mise en conformité.

            En cas de manque transitoire de professeurs, de locaux, de transports, de cuisiniers... Le chef d’établissement élu circonscrira et réquisitionnera au besoins.

            <b>L’enseignement supérieur est gratuit. Seul les université d’état sont autorisé a remettre des diplômes,</b> notement aux candidats libres, autodidacte ou du privé.

            <b>La gratuité obligatoire de l’enseignement est étendue a toute les obligations liés. </b>Cantines, materiel et transport scolaires.

            Toute demande d’argent a un mineur, tout chantage éducatif contre l’enfant a l’argent parental ou tutoral sera réprimée au pénal par tonte intégrale.

            <b>Le programme scolaire portera désormais sur la moitié de l’enseignement horaire.</b> L’autre moitié et laissé a la liberté d’enseigner des professeurs.
            <b>
            Le programme scolaire commun sera rédigé par une commission parlementaire spécialisé </b>au sein de la représentation nationale et validée par le peuple.

            La commission parlementaire de rédaction du programme scolaire pourra demander la participation des directeurs d’établissement élus a son travail.

            Vive la Patrie et vive le Peuple.


            • tuxuhikewi 30 avril 12:32

              putain c’est de [] sur agoravox pas des <> u_u


              • popov 1er mai 16:39

                @rosemar

                Bonjour

                Toutes ces réformes posent évidemment des problèmes aux enseignants, mais aussi, il ne faut pas l’oublier, aux enfants qui sont considérés comme des cobayes par ces « pédagogistes ».


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er mai 16:59

                  @popov

                  Considérés comme des cobayes...oui mais faut pas s’inquiéter pour les leurs qu’ils mettent à l’abri. Si j’avais a nouveau un gosse aujourd’hui ce serait direct dans le privé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès