• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tout commence dans les petites classes

Tout commence dans les petites classes

De ces échecs répétés on peut tirer un enseignement. À chaque fois la défaite a été annoncée et organisée par la division syndicale. Elle est depuis 40 ans le premier soutien de tous les gouvernements dans les mauvais coups portés aux services publics

 

Un jeune instituteur de la couronne parisienne nous dit ce qu'il faut attendre des réformes qu'on lui impose.

Des réformes inadaptées qui détruisent ce qu'elles prétendent améliorer.

La routine …

Depuis 40 ans rien de neuf.

Pas nouveau non plus le désintérêt des grandes centrales syndicales tout occupées au pantouflage de leurs dirigeants. Qui se rappelle que la dernière grève 9 Février dernier ? Certainement pas eux.

.

Et pourtant !

Pourtant on masque soigneusement dans les media bavards les vraies menaces qui planent au dessus de l'avenir de nos enfants

 

1-Evoquons la première d'entre elles : la carte scolaire.

Elle s'articule, pour le Val-de-Marne autour d'un plan de fermeture de cent quatre-vingts classes dans les écoles. Ce qui inquiète le plus les professeurs, ce sont les classes de « CP 100 % réussite ».

Une même mesure sournoise sous plusieurs apparences :

  • soit des classes à douze, quatorze ou seize élèves, mais aussi deux classes avec deux professeurs... dans la même salle  !

  • Soit de retirer les profs d'une classe pour les mettre ailleurs

Non seulement on manque de salles, on manque de nouvelles écoles, et ce système ne prévoit pas de création de postes supplémentaires : il s'agit de retirer des professeurs aux autres classes, dans un contexte où il n'y a déjà pas assez de professeurs.

 

Il y a par exemple des écoles comptant actuellement quatre CP qui devraient passer à six, mais toujours sans augmentation des effectifs de professeurs. C'est également un système fourbe où l'on perd sur le remplacement des enseignants absents, partis par exemple en journée de formation : d'ordinaire, c'est toujours le même remplaçant qui vient. On peut même voir des cas dans une école deux professeurs de CP à douze élèves étaient remplacés par une seule personne.

La réalité de cette politique de gribouille ou de poudre aux yeux apparaît cruellement quand on sait que le nombre de places au concours a été réduit à 1 450 postes.

 

2- Des postes non pouvus

Par ailleurs, ces postes ne sont jamais pourvus, en raison de la faiblesse du niveau des candidats. Il faudrait rendre l'académie de Créteil plus attractive et que les requis de la formation remis en cause. Ainsi, les syndicats demandent depuis longtemps des effectifs de deux mille professeurs supplémentaires dans le département. La situation est telle que l'académie organise désormais un « concours exceptionnel » ouvert nationalement.

Cette année, l’Éducation Nationale a recouru à l'exceptionnel pour la troisième fois et le procédé s'est étendu de l'académie de Créteil à celle de Versailles.

On observe une souffrance des enseignants : on leur en demande beaucoup alors qu'ils ne sont pas encore formés.

 

3- Les stagiaires bouche-trous

A peine le concours réussi, on les envoie tenir une classe. La place des stagiaires est en soi source d'inquiétude : les stagiaires travaillent à mi-temps. D'ordinaire, la règle voulait qu'ils soient en binôme avec un enseignant titulaire.

En fait que voit-on ? Le basculement vers des classes tenues uniquement par des stagiaires a déjà commencé depuis l'année dernière, a été étendu cette année, doit s'amplifier l'année prochaine...

On voit des stagiaires démissionner, condamnant à chaque fois le second à rester seul en poste fixe,

 

4- La circulation alternée, jours avec et jours sans

Pendant un mois, toujours à mi-temps :

les mêmes élèves avaient donc classe avec leur professeur habituel à mi-temps eux aussi et le reste du temps, des remplaçants défilaient dans la classe.

 

5- Et pendant ce temps là on dit que les fonctionnaires sont des privilégiés

 

Le 9 février, il y avait quand même cent soixante écoles complètement fermées dans le département ! Et des grévistes dans toutes les autres ! A l'assemblée générale convoquée juste après la grève du 9 et le comité technique spécial départemental, on a décidé de refuser de siéger au conseil départemental de l'éducation nationale du 12, pour protester contre la carte scolaire actuelle. Il a donc été reporté au vendredi 16 : tous les syndicats sauf un ont refusé d'y siéger.

La mobilisation ne faiblit pas

Toutefois, les enseignants hésitent......... et même si ils se sentent concernés Ils ne voient pas comment les grèves à répétition pourraient aboutir. Le pouvoir le sait et c'est ainsi que depuis 40 ans les réformes ont été imposées à une population qui hésite elle aussi.

De ces échecs répétés on peut tirer un enseignement . À chaque fois la défaite a été annoncée et organisée par la division syndicale. Elle est depuis 40 ans le premier soutien de tous les gouvernements dans les mauvais coups portés aux services publics

 

 

D'autres menaces planent sur le corps des enseignants

  • territorialisation

  • programmes différenciés par région

  • suppression de 120 000 postes de fonctionnaires

  • et avouons-le la déqualification orchestrée par la baisse des exigences du recrutement et l'embauche contractuelle au déni des diplômes nationaux.

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 23 février 08:36

    60 postes d’instituteurs supprimés rien que dans la Somme, 4 écoles du Gers ferment à cause du seuil de 25, des trajets de 1h30 pour les enfants pas assez de la « diversité » .
    Mais classes de 15 de « chances pour la France » chéris du système, de l’UE, du Medef, de la finance.
    Vivement que l’école soit privatisée.


    • Montdragon Montdragon 23 février 17:31

      Mais quel tissu de conneries, on n’avancera jamais !
      Hier, Macrotte promet des aides aux jeunes cultos, version 4ème république !
      La France en marche à reculons oui.
      Là on nous propose de relire le même texte hallucinant sur l’échec scolaire.
      Intéressez-vous aux enfants d’immigrés ayant réussi, vous comprendrez vite, et oubliez Merieu.


      • Nolimasse Nolimasse 23 février 18:09

        On dirait que les commentateurs n’ont pas lu le même article.


        • Le421 Le421 23 février 20:24

          @Nolimasse
          Opinions toutes faites sans aucune importance.

          Je peux, de façon tout à fait gratuite, dire que votre article, c’est de la merde.
          Comme ça, pour « rire ».

          Mon opinion serait-elle plus valable ?
          Non, vous le comprenez bien.

          Alors ?
          Le chien aboie, la caravane passe.
          Merci de participer au débat sur Agoravox.


        •  C BARRATIER C BARRATIER 23 février 19:39

          L’échec des formations élémentaires malgré des reformes sucessives , la suivante annulant parfois la première, continuera avec Blanquer, les syndicats n’ont jamais réclamé
          - l’étalement des heures de classe (maximum 4 h par jour de classe au lieu de 6) en diminuant la durée des vcances
          - l’absence de suppressions d’heures de classe pour la formation continue des enseignants, c’est la maitre habituel qui doit accompagner chaque élève tout le temps

          Les salariés de base chez Renault, PSA, etc....n’ont pas pour rôle de réformer la fabrication, le look, la performance des voitures de la chaîne. Les syndicats de professeurs ne sauraient reformer l’école, ce n’est pas leur compétence. Les enseignants individuellement ou en équipe améliorent parfois leur pédgogie, Les pédagogies FREINET OU MONTESSORI ne doivent rien aux syndicats, et on ne peut pas le reprocher aux syndicats, qui ont leur propre boulot à faire.

          Un Ministre doit s’appuyer sur des analyses précises, et s’il réforme, il doit prévoir dès le départ comment s’effectuera l’évaluation des changements. Le Ministre actuel de l’éducation nationale a lancé des reformes partiellement positives mais s’il a bien pointé les manques, il n’apporte pas toujours lma bonne solution, de mon point de vue de pédagogue.

          Voir en table alphabétique des news :

          Ecole,projets reforme Blanquer examen critique http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=296

          • Le421 Le421 23 février 20:30

            Mon avis maintenant...

            Je pense - c’est sûrement « complotiste » - que depuis des dizaines d’années, les grands de ce monde ont parié sur une sélection par la paupérisation intellectuelle.
            Les puissants sont persuadés que la connerie s’apprend. Alors qu’elle est plutôt génétique.
            La misère intellectuelle entretenue crée des générations de bulots, bien ancrés dans leurs écrans de toutes dimensions, parfaitement incapables de trier le vrai du faux.
            De parfaits électeurs qui votent avec leur pieds.
            La plus parfaite façon de détourner la démocratie.
            Pour moi, c’est totalement volontaire.
            Les Ministres de l’Education Nationale font le concours du plus débilitant possible...
            Le dernier est très bien placé pour le concours du plus toxique.


            • nemuyoake nemuyoake 24 février 02:24

              @Le421
              Je pense aussi que c’est fait exprès. A ce point là, de façon systématique comme c’est le cas, ça ne peut pas être du hasard.


            • Le421 Le421 24 février 08:38

              @nemuyoake
              7 réactions à l’article. Tout l’intérêt pour les problèmes de nos enfants se résume à ça.
              Si Rosemar avait écrit le texte, la rafale de bas-du-plafond serait accourue avec ses réactions débiles.
              Agoravox s’approche du niveau de l’équipe de France de rugby. Encore qu’il paraît qu’ils ont battu l’Italie !! Combien ils ont versé ??  smiley


            • Ouam Ouam 25 février 17:30

              @Le421
              ce qui m’épates en fait ..
              c’est que vous avez tous l’air d’etre étonnés par le résultat des conséquences d’un système auquel vous avez adhéré (pas toi mais bcp)
              c’est ... la cause des causes.
              ou dieu rit (etc....) qui est la meme définition.

              je parles des classes & des enfants, le rugby rien à....


            • Nolimasse Nolimasse 25 février 17:43

              @Le421
              3 commentaires d’une ébouriffante perspicacité 


            • pemile pemile 25 février 18:07

              @Le421 « Les puissants sont persuadés que la connerie s’apprend. Alors qu’elle est plutôt génétique. »

              C’est en contradiction totale avec le reste de ton argumentation !! (une mise en place volontaire de l’abrutissement)


            • JL JL 25 février 18:24

              @Le421
               
              ’’Les puissants sont persuadés que la connerie s’apprend. Alors qu’elle est plutôt génétique.’’
               
               Non, elle n’est pas génétique ; elle s’apprend, à coups de triques.


            • alain_àààé 24 février 14:34

              je ne suis pas du tout daccord avec l auteur.cela fais des mois pour ne pas dire plus.je si l on retirait les fainéants de prof du ministére de l éducation ainsi que ceux qui sont planqués dans les rectorats on pourrait comblé les postes ou ils manquent de prof.j ajouterais que sous mitterand fabuis a augmenté le nombre de parlementaires pour faire plaisir aux prof.voila la situation actuelle.commantaire écri par un syndicaliste depuis 45 ans


              • oncle archibald 25 février 17:54

                Un coup de téléphone de l’instit aux parents : votre petit François a fait 11 fautes à sa dictée, pendant quelques temps je vais le garder le soir une demi heure de plus pour essayer d’arranger ça.

                Bon c’était dans les années 50, et à l’époque 11 fautes c’était énorme, à ce jour avec 11 fautes dans une dictée de 10 lignes on est largement au dessus de la moyenne de la classe ....

                C’est curieux mais à ma connaissance cette brave femme n’a pas demandé qu’on réduise de moitié les effectifs de sa classe, ni qu’on lui paie en heures sup la demi heure qu’elle consacrait chaque soir pour faire progresser en orthographe quelques élèves rétifs !


                • Nolimasse Nolimasse 25 février 18:21

                  @ oncle archibald
                  -
                  Le primaire des années 50 ( début)
                   Le tarif était en CM1 et 2 => 5 fautes : zéro.
                  Officiellement les études du soir étaient payantes..
                  Mais l’instit décidait seul de se faire payer ou pas.
                  J’ai vécu l’heureuse époque où l’instit décidait souverainement de présenter ou pas les élèves en « fin d’études » au certificat du même métal...
                  Et il ne venait à personne l’idée de protester.
                  Une époque bénie où le passage en classe supérieure n’était pas l’objet d’une négociation pourrie comme de nos jours.
                  Les politiques ne sont pas seuls responsables de la dégradation destruction que nous connaissons aujourd’hui mais aussi les parents à qui on a tendu le miroir aux alouettes de l’entrée dans les conseils d’école , de classe, d’administration....commission machin ou truc....

                  Qui se mêlent de tout et pourrissent la vie des profs en concert avec l’administration....
                  .
                  La mode est à la remise en cause générale des enseignants...Ça passe mieux à la télé


                  • oncle archibald 25 février 18:33

                    @Nolimasse : CM1 et 2 ? Vous vouliez dire en 8eme et en 7 eme je pense .... Tiens je me souviens du nom de celle qui m’a appris à lire en ... 10 eme, Mademoiselle Lion elle s’appelait, c’était facile à retenir. Elle était vieille grande et maigre, très gentille, j’imagine avec le recul que nous étions les enfants de substitution de cette « vieille demoiselle ». Même en colère elle ne rugissait pas !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès