• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Travaillez ! Cotisez ! Puis crevez !
#35 des Tendances

Travaillez ! Cotisez ! Puis crevez !

Travaillez ! Travaillez ! TRAVAILLEZ plus longtemps ! Martèle le Premier ministre aux « séniors » qui s’approchent de l’âge de la retraite. Ils voudraient bien les « séniors » s’ils ne sont pas trop cassés par des quarante ans et plus de boulots harassants, dans des conditions souvent déplorables. Mais IL N’Y A PAS de boulots pour eux ! Pour le Medef, passé quarante-cinq vendanges, vous êtes bons pour la casse !

Qui dit ça ? Pas le Premier ministre bien sûr, il n’est que La voix de son maître qui, lui, roule pour les « premiers de cordées », les pleins de thunes, ceux « qui ont réussi », pour les multinationales, pour les banques et la mafia financière dont il est issu, pas pour les sans-dents, les misérables, les derniers de la cordée. Ceux-là, ils peuvent crever la gueule ouverte, ça ne va pas lui gâcher sa digestion de homard.

Non, ça vient de ces empêcheurs de « réformer » en rond, les fouille-merde de la Cour des comptes : « Pour les 60-64 ans, le taux d’emploi est tombé à 32,2 % en France et le RSA a bondi de + 157 % en dix ans…/… Si les réformes des retraites successives ont contribué à retarder l’âge moyen de départ à la retraite des Français, cela s’est souvent soldé par une hausse du chômage chez les seniors. Le taux d’emploi des 60-64 ans atteint ainsi 32,2 % en France, contre 45 % dans l’Union européenne, et le nombre de chômeurs de plus de 50 ans a été multiplié par trois depuis 2008 pour atteindre plus de 916 000 personnes chez Pôle emploi en 2019 ! Pis, les chances de retrouver un job chutent brutalement après 52 ans. Si le taux de retour à l’emploi est proche des 50 % à 50 ans, il n’est plus que de 30 % à 58 ans et de 20 % à 60 ans. Les chômeurs de plus de 50 ans passent en moyenne 673 jours au chômage, contre 388 jours pour l’ensemble des chômeurs.…/…Si le recul de l’âge de départ à la retraite à 62 ans a dégagé quelque 13 milliards d’euros d’économies sur les dépenses de retraite, il s’est traduit par de nouvelles dépenses d’allocations-chômage et de minimums sociaux. L’enveloppe de l’allocation pour les chômeurs en fin de droits de 60-64 ans a ainsi bondi de 75 % depuis 2010 et les montants de RSA versés aux 60-64 ans ont explosé de 157 % ! »

Calcul imbécile puisque ce qu’on « économise » en pensions de retraite, on le redépense en allocations-chômage. Ce sont là les mystères de l’Enarquie macronienne…

L’idéal pour ces parasites ultralibéraux, ce sont des salariés qui cotisent le plus longtemps possible pour des prestations retraites les plus bases possible et versés le moins longtemps possible. C’est de la simple logique financière, la seule compréhensible par cette caste de parasites cyniques. Rappelons-nous que c’est le chancelier teuton Bismarck qui a instauré la retraite à 60 ans en Allemagne à la fin du XIXe siècle contre l’avis des capitalistes, en les convaincants de l’accorder avec cet argument totalement cynique : « L’espérance de vie des ouvriers est de 60 ans, donc très peu la toucheront ! » Les têtes d’œuf qui conseillent nos dirigeants calculent l’âge où logiquement un salarié « d’en bas » devraient aller fumer les pissenlits par la racine et mettent en branle cette « réforme systémique » comme ils disent dans leur novlangue pour qu’ils bénéficient le moins longtemps possible de leur toujours plus maigre pension. Au plus grand bénéfice des pleins de thunes, des cadres et dirigeants qui, eux, n’ont pas trop sué dans leur vie et pourront bénéficier longtemps de retraites grasses, en partie avec les cotisations des manards, des sans-dents qui libèrent le territoire juste au moment de leur accession à la retraite. Cette horreur évidemment soigneusement camouflée derrière des mots dont ils changent le sens : ces reculades, ces régressions sociales devient des « réformes » ! Salauds de pauvres.

Comme si ça ne suffisait pas, le sinistre de l’économie, le ci-devant Le Maire Bruno, a mis à exécution ses menaces sur l’épargne des manants : le taux de rémunération du Livret A passe de 0,75 à 0,5 %. Chaque année, avec le différentiel avec l’inflation, il nous pique donc au moins 1 % de nos éconocroques. Les têtes d’œuf de Bercy ont mis au point méthode de calcul qui ne garantit plus à l’épargnant un rendement automatiquement égal, voire supérieur, à l’inflation ! Voilà l’arnaque : « manants, placer vos quelques éconocroques sur les produits des banques, en particulier sur des « épargne retraite » pour engraisser les fonds de pension étasuniens – on l’a promis à Cirelly, le « légionnaire honorable », patron de BlackRock France - car sur le Livre A, on fait en sorte que vous bouffiez du pognon ! »

Ce qui se planque derrière cette énième arnaque, c’est de pousser les épargnants à sortir leur fric du Livret A – peu rémunéré mais sûr et exempté d’impôts – pour le placer sur des produits à risques. « Pour dynamiser l’économie et lutter contre le chômage » qu’ils disent. Et surtout refiler ce fric aux banques pour qu’elles spéculent.

Comment veux-tu… Comment veux-tu…

Tè ! Je crois que je vais sortir mon gilet jaune cette fois.

Photo X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 16 janvier 16:23

    ’’Calcul imbécile puisque ce qu’on « économise » en pensions de retraite, on le redépense en allocations-chômage.’’

     

    Pas tant que ça, puisque l’essentiel des jeunes qu’on n’embauche pas (alors qu’ils pourraient prendre la place de ces vieux-plus-bons-à-rien et du coup, cotiser pour les retraites de ces vieux soit-disant inutiles) en sont généralement privés de ces allocations-chômage.

     

    Finalement tout bénéf...

    Et plus pourri que ça, tu meurs !

     


    • zygzornifle zygzornifle 16 janvier 16:32

      Ce sont toujours ceux qui n’ont jamais vraiment travaillés qui incitent les autres a le faire , ce sont toujours ceux qui gagnent 10 000 € par mois qui raclent le dos des RSA, des smicards et des petits retraités , ce sont ceux qui ont des fortunes de planqués a l’étranger qui vont passer le livret A de 0,75 a 0,50% ....


      • alinea alinea 16 janvier 16:36

        C’est une bonne idée ! de plus en plus de gens comprennent que les Gilets Jaunes ne sont pas les malfrats que l’on dit ! même certains instits leur causent, c’est dire !

        Sinon, je propose à la cantonade de trouver une autre manière de démontrer l’absurdité de cette politique mortifère ; beaucoup de gens ont été moulés dans le mépris du peuple ( dont ils venaient) et dans le rêve de grandeur des rois, des puissants...que l’on imite, que l’on rêve d’épouser... alors il ne faut plus être misérabilistes quand on parle des travailleurs, leurs peines leurs pauvres joies !!

        Non, savoir-faire, culture, valeurs, créativité (les nantis ne sont jamais créateurs, et cela se conçoit bien), bref donnons envie aux pauvres traîtres à leur origine de nous rejoindre.... smiley


        • Buzzcocks 16 janvier 16:55

          Faut peut être rappeler à quoi sert le livret A.... il sert à financer la construction de logement. Or l’état emprunte à 0% voire moins, en ce moment. Donc pourquoi irait il payer pour de l’argent qu’il peut avoir gratuitement ailleurs ? Juste pour faire plaisir ? 

          Il faut dénoncer surtout la politique des taux nuls ou négatifs.

          L’épargne, à l’origine, c’est prêter de l’argent à un tiers qui vous remboursera, plus tard, avec un taux fonction du risque encouru. Là, on vous paie pour emprunter, ce qui veut dire que le futur incertain, est plus sur que le présent connu. C’est de la science fiction le système économique actuelle.

          Et si vous avez peur pour votre livret A, que dire des assurances vie en bons du trésor. Là encore, on vous vend des produits avec des taux négatifs. On devrait vous ponctionner pour vous rembourser.

          Aberrant.

          Actuellement, le mieux est de tout craquer, voire d’emprunter également et de vous endetter pour de l’argent que vous ne rembourserez peut être jamais quand tout va exploser. Mais au moins, en empruntant pour acheter de l’immobilier ou des vacances, au moins, il vous restera un château ou des souvenirs de vacances.


          • Parrhesia Parrhesia 16 janvier 16:56

            Salut Victor !

            Et il y a pire ! ils vont leur donner quoi à faire aux Français, pour les faire travailler plus ???

            La macronie et consort mondialiste continue à faire faire le travail en Chine et partout ailleurs faute de protectionnisme régulateur, et ses têtes d’œufs continue à juste titre à anticiper la réalisation de ce qui restera par la robotique et grâce à l’I.A. !!!

            Et personne dans la classe des journaleux verbeux pour rappeler sur nos petite lucarnes, cette contradiction aux politiciens verbeux !!!


            • Parrhesia Parrhesia 16 janvier 17:03

              @Parrhesia
              Je voulais écrire « petites lucarnes »....
              Mille pardons.


            • Trelawney Trelawney 16 janvier 17:06

              Le gouvernement décide de réformer les retraites en installant une retraite universelle (plus de régime spéciaux) et une retraite par points calculée sur la totalité du temps de travail.

              L’avantages pour l’universalité du régime est que durant votre carrière (salarié, chef d’entreprise, artisan etc.) vous aurez le même système qui sera calculé tout le temps que vous travaillerez.

              L’inconvénient étant qu’un calcul de retraite sur la totalité du temps de travail (précarité comprise) au lieu de 25 meilleures années ou des 6 derniers mois est forcément pénalisant pour ce calcul des pensions.

              Mais alors que vient faire l’âge pivot dans tout cela ?

              La France dépenses 14% de son PIB pour le paiement des pensions qui se répartie à 80% pour les cotisations sociales et patronales et 20% pour le financement par l’état (fonctionnaires, cheminots, etc.). Ca a toujours été comme cela et ça sera toujours comme cela. Comme on arrive à la fin du baby-boom, le montant de ces cotisations reste stable et restera stable (il n’y aura pas de déficit). Le régime de retraite à la française n’est pas en danger pour les années avenir et si la réforme entre en application ça ne touchera que ceux qui partent en 2037.

              Seulement une retraite par point, voulu par le gouvernement mais aussi par la CFDT, l’UNSA et d’autres implique une gestion comptable du montant des pensions et donc tient compte des aléas éventuelles si jamais la conjoncture économique implique une augmentation des cotisations et donc des points. En effet, imaginons que pour les dix ans avenir ce soit le plein emploi. On cotise beaucoup, on a beaucoup de points et 30 ans plus tard au moment de partir, c’est la crise et il n’y a plus d’argent dans les caisses pour payer ceux qui partent avec beaucoup de points. Pour remédier à cela il y a un artifice comptable qui se nomme : âge pivot. L’état pourra à tout moment équilibrer ses comptes en pénalisant ceux qui partent avant cet âge pivot.

              Vous comprenez que l’âge pivot est indissociable de la retraite par point. Ceux qui comme Berger de la CFDT sont pour la retraite par point et contre l’âge pivot ne sont que des escrocs intellectuels.


              • Emohtaryp Emohtaryp 17 janvier 01:09

                @Trelawney

                Ceux qui comme Berger de la CFDT sont pour la retraite par point et contre l’âge pivot ne sont que des escrocs intellectuels.

                Pauvre Berger, il a perdu tous ces derniers moutons sur ce coup......Déjà qu’il en avait pas beaucoup ! smiley

                In fine, c’est lui qui va se faire tondre.....


              • Zozo canal histrionique 17 janvier 01:14

                @Emohtaryp

                Qui Victoriaville verra !


              • Zozo canal histrionique 17 janvier 01:21

                @Emohtaryp

                Qui vivra Victoriaville verra !

                Tschuss


              • prong prong 17 janvier 01:24

                @Zozo canal histrionique

                Sois prudent avant de chevaucher miss monde .
                d’ un autre coté ca ou rien parfois faut oser :)

                TCHUSSS


              • bebert 17 janvier 16:35

                @Emohtaryp
                « In fine, c’est lui qui va se faire tondre..... »
                J’aimerai bien me faire tondre comme un Berger m’est avis qu’il lui restera pas mal de laine sur le dos à lui...


              • Zozo canal histrionique 17 janvier 16:43

                @prong

                Miss Monde commence à avoir de la bouteille déjà ! smiley


              • prong prong 18 janvier 17:21

                @Zozo canal histrionique

                les xenobots nous construiront de belle caverne bio-organique ...
                A moins bien sur que leur biome dirige les xeno-biote contre nous :)


              • zygzornifle zygzornifle 17 janvier 10:49

                On peut prendre de l’avance , crever dès sa naissance pour éviter de travailler et de cotiser ....



                • BA 17 janvier 11:04

                  A 2 minutes 55 secondes, on apprend le vrai visage de François Baroin :


                  François Baroin cumule cinq salaires :


                  - Maire de Troyes

                  - Avocat

                  - Banquier (« External Senior Advisor » de la banque d’affaires Barclays)

                  - Administrateur de trois entreprises portuaires

                  - Président de l’Association des Maires de France


                  https://www.youtube.com/watch?v=cO4KBsQl_2Y&feature=emb_logo




                  • Buzzcocks 17 janvier 11:12

                    @BA

                    Le but étant la réélection de Macron, on va apprendre dans les mois qui viennent, que Baroin a 5 jobs, Royal est folle à lier et mange les enfants, Asselineau est membre du klu klux klan, Charles Gave est antisémite, Xavier Bertrand a été lieutenant dans la Wermacht etc...
                    Et donc pas d’alternative, votez Macron.


                  • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 17 janvier 12:04

                    Le problème de fond de ces débats sur la réforme des retraites vient du fait que l’on fait comme s’il s’agissait d’une lutte entre Macron et le peuple. Or, on peut reprocher à Macron bien des erreurs mais ce n’est pas lui qui va payer de sa poche les retraites de demain, il s’agit avant tout un conflit entre Français, entre fonctionnaires et secteur privé, entre jeunes et personnes âgées avec aujourd’hui 1,7 actifs pour financer un retraite contre 4 pour 1 il y a quelques décennies. En fait, l’hypocrisie et les arrières pensées dominent ce conflit.


                    • eddofr eddofr 17 janvier 15:04

                      @Bernard Mitjavile

                      Si seulement vous aviez raison !!!

                      Pour régler le problème des retraites, et le problème du chômage il suffit de taxer les produits provenant de pays où les cotisation sociales sont inférieures aux nôtres pour les mettre à égalité de prix ... et cette taxe on l’affecte exclusivement au chômage et aux retraites ... Comme ça les petits chinois financeront nos retraites au lieu de servir aux nantis à nous bouffer nos salaires et nos retraites en délocalisant pour plus de dividendes ! 


                    • darkjack 17 janvier 16:14

                      @Bernard Mitjavile
                      Le premier problème de fond est la question : doit on tout gérer dans un état comme une entreprise du cac40 ?
                      Le deuxième problème de fond est la fraude fiscale des multinationales et puissants de ce pays : avec 100 milliards par an, on pourrait éviter de faire crever les CHU, financer quelques déficits par ci ou par là.
                      Les problèmes de fond que vous évoquez, ne sont que le discours de nos élites pour braquer une partie du peuple contre une autre : diviser pour mieux régner, cela fait longtemps que cela fonctionne. Renseigner vous un peu sur l’avis d’une multitude d’économistes qui disent clairement que le discours LAREM est de l’enfumage.


                    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 17 janvier 17:55

                      @darkjack Vos solutions se ramènent au protectionnisme et à faire payer les multinationales sans tenir compte des mesures de rétorsion qui ne manqueraient pas à l’égard de la France et des produits français. C’est plus facile à dire qu’à faire. En attendant, on augmente les prélèvements sociaux et on arrive au plus haut taux de prélèvements obligatoires au monde. Ce n’est pas simple de faire payer les multinationales. Mitterrand en son temps disait qu’il allait le faire, tout ce qu’il a fait, c’est faire payer aux français de coûteuses nationalisations et denationalisations. Hollande déclarait « Mon ennemi, c’est la finance » et n’a rien fait non plus.


                    • ribouldingue ribouldingue 17 janvier 15:36

                      Dès son intronisation le petit roi (dagobert) le mac rond 1er se prenait pour keynes avec sa politique de relance.
                      Il commença son quinquennat par d’interminables débats en langue de bois devant un parterre d’élus médusés par tant de bagous et émerveillés par ce petit dhomme qui se racontait comme un livre.
                      Comme disait l’autre d’avant. La croissance j’irai la chercher avec les dents s’il le faut. Ça c’était en 2007. Entre temps la crise de 2008 est passée par là avec le remboursement des dettes des pauvres banquiers qui ont spéculés sur le dos de la bête dont il a fallu renflouer les coffres forts avec l’argent public. En clair, avec nos impôts . Et pour que ces ordures puissent recommencer à spéculer. Pour couronner le tout, les guerres contre le terrorisme se sont invitées à notre table pour venir se greffer au budget de la France comme une sangsue, et qui coûte un pognon de dingue. L’Europe du fric, c’est bien pour certains, une armée européenne ce serait mieux pour nous. On comprend mieux pourquoi le brexit. La lâcheté et le fric que ça aurait coûté à l’UK sûrement. Par contre, concernant les dépenses de la muette (l’armée françaises et toutes sa quincaillerie), qui porte bien son surnom, motus et bouche cousue sur les dépenses journalières de ces guerres. On ne va pas se fâcher avec les lobbys des marchands de canons. Et puis après tout, il faut être pragmatique, les guerres sont l’hygiène du monde. Pensez vous ma bonne dame, comment voulez vous verser une retraite à 7 milliards de pues la sueur ? Si on fabrique des armes, ce n’est quand même pas par snobisme, ça se saurait. On fabrique des armes pour se protéger et s’en servir contre les méchants et surtout pour les vendre à des gentils criminels qui s’en serviront plus tard contre nous. Et la boucle est bouclée. Ces français ne comprennent rien à l’économie. Il faut tout leur expliquer...
                      Donc, voici le programme de dagobert lorsqu’il brayait comme un âne la tête et les bras levés au ciel ; c’essssssssssssst noooooooooooooootre projeeeeeeeeeeeeeeeeeeeet !
                       L’économie française, pour se relancer, a besoin d’investissements. C’est le diagnostic d’Emmanuel Macron et de son Premier ministre Edouard Philippe qui dévoile un plan de relance d’une portée de 57 milliards d’euros sur cinq ans.avec une dette du PIB à 104% en 2020 soit un déficit publique de plus de 3000 milliards d’euros. Macron, l’homme que l’on surnomme le magicien d’OZ sortir des milliards fictifs de son chapeau.
                      Transports, santé, action publique...Des volets concernant la modernisation des transports, des services de santé, de l’action publique et de l’agriculture sont prévus. Grande inconnue jusque là, le financement de ce plan a été précisé par le chef du gouvernement : celui-ci le sera grâce à « la mobilisation des budgets des ministères qui vont accorder plus de priorités à ces dépenses d’investissement, grâce au financement du troisième programme pour les investissements d’avenir (dit PIA3) et grâce à la mobilisation exceptionnelle de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et de la Banque européenne d’investissement (BEI)
                      On allait voir ce que l’on allait voir. On voit que dalle ! A part du vent et du pipeau.
                      D’abord keynes en verlan ça veut dire niquer.


                      • Areole 18 janvier 08:59

                        @ VICTOR Ayoli

                        Sur la photo on dirait la rue de Jeanne d’Arc à Orléans ??? Vous ne savez plus faire de photo en Provence ?


                        • Robert GIL Robert GIL 19 janvier 08:25

                          c’est pourquoi il est temps de penser a une nouvelle gestin de la société, l’article que je vous propose lance le debat :

                          http://2ccr.unblog.fr/2020/01/18/socialisons-les-biens-communs/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès