• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Triste France

Triste France

La situation désastreuse que connaît la France aujourd'hui est l'expression de la déroute économique, sanitaire et morale d'un pouvoir quasi monarchique.

Totalement étranger à ses concitoyens, Macron et les siens restent indifférents à leurs souffrances dont ils sont largement responsables. Ils ne voient dans les classes populaires qu’une masse infâme, des êtres sans dignité et déshumanisés.

Sans projet pour le pays, Macron tourne sans cesse sur lui-même et sur son seul et unique objectif : rester « quoi qu'il en coûte » au pouvoir.

Il est en campagne électorale alors même qu'il n'a ni vision ni perspective d'avenir à part celle de servir encore et toujours les plus riches.

Il a pour lui les puissants, les médias, les instituts de sondages, l'armée, la police etc.Victor Hugo disait de Napoléon le petit  : « M. Louis Bonaparte a réussi. Il a pour lui désormais l’argent, l’agio, la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort, et tous ces hommes qui passent si facilement d’un bord à l’autre quand il n’y a à enjamber que de la honte » (1).

Macron n'invoque les valeurs de la République que pour mieux les ignorer, les mépriser, les fouler aux pieds. Sa rhétorique sur l’État de droit, la séparation des pouvoirs, la liberté d'expression, de manifestation etc. n’a de sens que dans le contexte d'une intense propagande, futile et cynique. En dehors de ce cadre, elle ressemble à des sons vides de tout sens. Son discours démagogique n'a d'égal que le vide de son programme politique.

Il invente des ennemis et montre du doigt les jeunes des quartiers populaires, les musulmans, les islamogauchistes, les séparatistes etc. comme responsables de tous les maux et de tous les malheurs de la France. « Notre pays est malade. Il est malade d’un séparatisme dont le premier, le séparatisme islamiste, gangrène l’unité nationale » (2) disait son ministre de l'intérieur Gérald Darmanin lui-même accusé de viol par deux femmes. C'est un complot politico-religieux répond Macron : « Le problème, c’est le séparatisme islamiste. Ce projet conscient, théorisé, politico-religieux, qui se concrétise par des écarts répétés avec les valeurs de la République » (3).

Cette fabrication de boucs émissaires permet aussi de décharger la colère populaire sur les victimes de la crise tout en épargnant ses véritables responsables dont il fait partie.

Paradoxalement, Macron puise sa force dans sa faiblesse. Il se nourrit des drames de la misère et des frustrations d'une partie de la population, hélas, de plus en plus importante. Car la misère matérielle et morale, le délitement des rapports sociaux, engendrent souvent désespoir et résignation.

Macron est nourri par la puissance de l'argent qui le protège et le maintient à la tête de l'Etat. Elle met à sa disposition des armes redoutables : les grands médias et les instituts de sondages qui jouent un rôle déterminant dans le maintien et la reproduction de cette situation. Pour eux, Macron est déjà président avant même le premier tour !

La propagande, la manipulation et l’endoctrinement permanents remplacent l’information, le faux devient vrai, les apparences se confondent avec la réalité et la différence entre ce qui est juste et ce qui est erroné reste difficile à établir. Les intérêts d'une classe, la bourgeoisie, deviennent ceux de toutes les classes ! Les opprimés ainsi conditionnés sont amenés à choisir « librement et démocratiquement » leurs oppresseurs.

Ainsi, les moyens de communication de masse demeurent l’instrument le plus efficace pour anesthésier une population déjà traumatisée, démoralisée et démobilisée par une politique de misère sociale et par une gestion chaotique et criminelle de la pandémie. Pire, les mensonges véhiculés et répétés inlassablement par les médias sont parfois acceptés et intériorisés par les plus démunis. Le contenu mensonger de cette intense propagande idéologique, bien qu'il soit contredit quotidiennement par les faits, s'efface pour ainsi dire totalement. Les dominés participent ainsi, sans vraiment le vouloir, au maintien de leur propre servitude.

La mission fondamentale de Macron est de servir les puissants. C'est sa raison d'être. Pour les plus démunis, pour les travailleurs, il n'a absolument rien à offrir à part les mensonges, les illusions et la répression sauvage en cas de résistance et de révolte. Le Mouvement des Gilets jaunes est un exemple éloquent à cet égard.

La démocratie bourgeoise, même si elle reste utile pour arracher quelques avancées économiques et sociales, ne peut pour ainsi dire jamais traduire la volonté réelle et les aspirations profondes de la majorité des travailleurs et des salariés en général. Elle permet surtout de perpétuer les intérêts de la classe dominante en donnant l'illusion qu'elle est la seule et l'unique possibilité du changement.

Mais la crise du capitalisme qui produit une telle pourriture au niveau politique, engendre en même temps les conditions matérielles de résistance et de lutte pour briser les chaînes de cette servitude.

 

Mohamed Belaali

https://www.belaali.com/

---------------------------------

(1)Victor Hugo « Napoléon le Petit ». Editions l'Escalier (2013), page 42.

(2)https://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2020-2021/20210144.asp

(3)MACRON, Emmanuel, “Discours du président de la République sur la lutte contre les séparatismes : https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/10/02/la-republique-en-actes-discours-du-president-de-la-republique-sur-le-theme-de-la-lutte-contre-les-separatismes

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Schrek 4 février 08:31

    « Mais la crise du capitalisme qui produit une telle pourriture au niveau politique, engendre en même temps les conditions matérielles de résistance et de lutte pour briser les chaînes de cette servitude. »

    Prévenez moi quand ça commencera : je ne voudrais pas louper cet épisode.


    • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 4 février 10:17

      @Schrek

      « Mais la crise du capitalisme qui produit une telle pourriture au niveau politique, engendre en même temps les conditions matérielles de résistance et de lutte pour briser les chaînes de cette servitude. »

      "[Prévenez moi quand ça commencera : je ne voudrais pas louper cet épisode.]

      "

      La rédaction est peut-être un peu maladroite, laissant entendre à qui ne prend guère le temps de s’interroger, un possible enchaînement mécanique de l’oppression et de sa liquidation par les résistances des millions d’opprimés qu’elle génère et qui sont susceptibles de se retourner contre elle, sans parler d’autres contradictions qui amènent le capital à détruire lui même les moyens de production indispensables à l’engrangement des profits acquis à travers l’exploitation de la force de travail des salariés,
      mais elle est foncièrement exacte.

      Il ne suffit pas que les conditions objectives d’une révolution existent pour qu’elle se déclenche, l’auteur en conviendra volontiers et ce n’est pas ce qu’il dit.

      C’est pourquoi les travailleurs ont besoin d’une organisation politique capable de les aider à se forger une bonne compréhension de la situation, de ses causes, de ses conséquences, et des leviers dont il est nécessaire de prendre le contrôle, sur lesquels il faut s’appuyer pour casser les chaînes qui entravent la société. Une telle organisation a aussi pour rôle d’aider à la conduite des luttes et à la conquête du pouvoir politique sans lequel la classe ouvrière et le peuple restent désarmés et à la merci des politiciens véreux qui servent le pouvoir en place en faisant les promesses qu’il faut à qui veut bien les croire.

      C’est là où nous en sommes aujourd’hui en France après cinq décennies de mensonges et d’incurie de la droite, de la gauche, du centre et des écolos, sans parler des rigolos qui se sont succédé au pouvoir en nous promettant la lune.

      C’est pourquoi de nombreux militants ont choisi de retrousser leurs manches pour reconstruire le parti authentiquement communiste qui fait cruellement défaut à notre pays depuis que le PCF s’est englué de la tête aux pieds dans l’européisme = dans le soutien à l’enfermement de la France dans l’Union Européenne, l’euro et l’Otan mis en place par l’oligarchie pour désarmer les peuples et mieux les asservir pour préserver et accroître ses privilèges.

      Cordialement

      GJ


    • Séraphin Lampion Schrek 4 février 10:38

      @cettegrenouille-là

      Merci pour ces précisions dont je partage la reneur.

      Je sais qu’il n’est pas très malin de tirer dans les buts de son propre camp, et je regrette de l’avoir fait : il m’arrive d’agir sous le coup de l’impulsion, sans trop réfléchir.

      Mais, voyez-vous, j’ai tellement entendu de discours proches de celui de l’auteur et d’explications proches des vôtres depuis un nombre d’années que la décence m’interdit de préciser, que parfois je m’impatiente. J’ai l’impression d’entendre une sempiternelle ouverture d’opéra sans que jamais le rideau ne se lève pour le début du commencement du premier acte, et avec le goût amr de l’anccien accessoiriste qui n’a plus accès aux coulisses et ne peut plus échanger avec les acteurs e,fermés dans leurs loges.


    • Séraphin Lampion Schrek 4 février 10:38

      @Schrek

      teneur


    • Parrhesia Parrhesia 4 février 09:01

      à l’auteur.

      Je vous cite :

      >>> ...l’expression de la déroute économique, sanitaire et morale d’un pouvoir quasi monarchique. <<<

      Il faudrait un peu nuancer...

      Mis à part votre constat exact sur l’état du pays, il ne s’agit pas, dans les restes de la Douce France, d’un pouvoir quasi monarchique.
      Il s’agit plus précisément du pouvoir d’une République qui fut probablement la meilleure qui ait jamais existé sur les territoires de l’ancienne Gaulle .

      Ce fut, du moins, le cas aussi longtemps qu’elle resta sous l’autorité, puis sous l’influence d’un Français de qualité : le président Charles de Gaulle.

      Malheureusement, elle est tombée depuis sous l’autorité et l’influence de sbires du nouvel ordre mondial, qui l’ont transformée en « foutoir emmondialisté ».

      Or un « foutoir emmondialisté » n’a jamais eu quoi que ce soit de commun avec un pouvoir monarchique classique.



      • xana 4 février 09:46

        @Parrhesia

        Encore un nostalgique de l’ancien régime ?

        C’est vrai que faute d’être capable d’imaginer une société nouvelle, on a tendance à rechercher les vieilles recettes aussi éculées soient-elles.

        La « démocratie représentative » est une tromperie mise au point par l’abbé Siéyes pour gruger les révolutionnaires. Mais ça ne veut pas dire qu’une autre sorte de démocratie serait nuisible. Bon, c’est vrai, le monde est toujours dirigé par les égoïstes et les brutaux. Et il le sera tant qu’on n’aura pas SU inventer quelque-chose de mieux.

        Et c’est clair que ce n’est pas les royalistes nostalgiques qui seront capables d’inventer quoi que ce soit.


      • Sergio Sergio 4 février 10:07

        D’accord pour mettre beaucoup de négatif au crédit du Président Macron, mais pourriez-vous dire ce qu’il aura fait de bien, allez un petit effort !

        https://pbs.twimg.com/media/EPnHxyBX4AAg2-2.jpg


        • sylvain sylvain 4 février 12:27

          t@Sergio
          ah oui je me rappelle la foi ou il a dit que le plus important, c’était d’être gentil C’était tellement mignon, bizarre mais mignon .Bizarrement mignon peut être, un peu comme staline qui cuisinerait une brioche ou un truc comme ça


        • charlyposte charlyposte 4 février 12:55

          @Sergio
          Bien vu smiley



        • wagos wagos 4 février 10:18

          J’ajoute que si ce qui fut la jeunesse devenue à peu près adulte actuellement avait pensé par elle même, au lieu de se bercer d’illusion avec la télé, les séries imbéciles et orientées genre Plus belle la vie et autres idioties du même cru....

          De croire que tout allait être facile, que le pognon allait tomber du ciel sans rien foutre , que les gouvernements socialos de l’époque voulaient l’égalité des chances , " les chances pour la France également, et toutes les sornettes du même acabit....

          De fil en aiguille, ça nous a mené dans cette pétaudière dans laquelle, nous pataugeons et qui nous propulse vers pire avec ce gouvernement actuel qui ne fait qu’improviser ! 

          On récolte à la longue ce que l’on a semé auparavant .


          • mmbbb 4 février 11:47

            @wagos Je suis comme vous , j ai passe mon enfance à la campagne et les hobereaux cathos n avaient rien à foutre de la jeunesse . Cette région est peuplée par des Turcs 
            Quant aux bourgeois en général , ils en avaient rien à cirer du peuple .
            Il est aussi vrai que la droite et la gauche se sont appliqués à casser le système éducatif .
            Ne me faites pas croire que le travail paie , cela se saurait et nous n aurions pas eu tant de spéculations notamment dans l immobilier .
            Si nous sommes dans ce merdier , c est que les politiques n ont pas su fédérer ce peuple si prompt à la discorde et à la division .
            Une démocratie aboutie la Suisse !


          • sylvain sylvain 4 février 12:50

            @mmbbb
            le travail ne paie pas, mais il fait la grandeur d’une nation .Il ne saurait faire les deux a a fois .Qui se sacrifiera pour la France ?? Ceux qui n’auront pas le choix et les fous, comme toujours


          • charlyposte charlyposte 4 février 12:54

            @wagos
            Exact smiley... tristement ainsi.


          • mmbbb 4 février 14:12

            @sylvain J ai vu des travailleurs turbiner comme des malades , et se faire bercer pas cette douce morale alors que les patrons engrangeaient les bénéfices .
            les travailleurs manuels étaient cuits à 55 ans 
            je connais assez la problématique . 
            Un patron qui a suivi la doctrine sociale de De Gaule, M Dassault a appliqué la participation .
            De surcroît depuis la mondialisation , la financiarisation de l economie a accentué cette ligne de fracture .


          • sylvain sylvain 4 février 14:48

            @mmbbb
            oui, et ce qui crée une nouvelle ligne de fracture, c’est que l’élite se met sérieusement a penser qu’elle n’a plus besoin de toute cette masse laborieuse qu’elle a crée


          • sylvain sylvain 4 février 12:36

            Taper sur Macron est un exercice de santé publique, je soutiens .Mais bon on peut quand même pas lui mettre tout sur la gueule, tant il est évident que tous nos maux étaient déja présents avant lui .

            en termes d’origine, on peut toujours remonter plus loin, jusqu’à ce qu’on ne connaisse plus rien et que dieu intervienne .Pour ce qui est de notre dérive actuelle, je mettrais une origine en1973, quand nos élites se sont vendues aux élites anglo saxonne dans l’espoir d’enfin être débarassés de ce peuple, ou aux années 80, quand ce même peuple a commencé a se vautrer dans le néo libéralisme et son consumérisme avide, mais ce n’est qu’un avis


            • mmbbb 4 février 14:19

              @sylvain les années 1980 correspondent aussi au changement doctrinal de l economie chinoise initié par Deng XIA PING . Celui ci a converti la Chine a l economie de marche 
              L Europe a aussi été un leurre , ce sont les allemands qui ont su le mieux tires les marrons du feu de cette mondialisation nouvelle .
              Conjointement ; nous n avons pas su maitriser les flux migratoire , la France a ete dominé par les doctrinaires , les chantres de cette mondialisation heureuse ou les capitaux les humains ne devaient plus avoir de frontiere . Il est aussi a noter l abaissement de nos institutions et l effacement de la France en europe 
              Pendant que nous apprenons la théorie du genre ,et d autres conneries , la Chine mise sur la recherche la science . 


            • sylvain sylvain 4 février 14:45

              @mmbbb
              eh oui de 45 a nos jours, on a vu les EU, l’allemagne et le japon devenir les 3 premières puissances mondiales .Ce qui en fait certainement les vainqueurs de cette guerre, contrairement aux apparences .Il faut dire qu’à la « libération », les EU ont le choix entre la France qui se la pète et les allemands qui feront tout ce qu’on leur dit au vu de leur situation, le choix était vite fait


            • Aristide Aristide 4 février 12:46

              Rien de bien nouveau à l’est !


              • charlyposte charlyposte 4 février 12:51

                @Aristide
                Hum.... sachant que NY est à l’est, j’ai comme un doute ! smiley


              • zygzornifle zygzornifle 4 février 14:43

                Pour battre Macron il faut un battant et le seul que je connaisse c’est celui de mes toilettes ....


                • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 4 février 16:23

                  Macron attend que la pandémie soit enrayé avant de présenter sa candidature.

                  Il entretient le suspense jusqu’au bout avant de se présenter. 

                  Les réseaux sociaux ne savent pas attendre.

                  Le problème de la France, c’est qu’il y a plusieurs France et donc plusieurs types de Français.


                  • agent ananas agent ananas 4 février 22:59

                    "Totalement étranger à ses concitoyens, Macron et les siens restent indifférents à leurs souffrances dont ils sont largement responsables".

                    Et le pire, c’est que les français pourraient le reconduire pour autre quinquennat ...


                    • zygzornifle zygzornifle 5 février 08:41

                      Sous Macron la France a perdue son F, elle est devenue la Rance tellement elle pue ..... 


                      • Abolab 5 février 10:17

                        @zygzornifle
                        Je ne vous le fait pas dire... Joséphine en est morte, pendant la pandémie. Les agriculteurs bretons ont profité du confinement pour mettre les bouchées doubles sur les épandages de lisier en toute impunité et avec l’aval des préfectures !


                      • zygzornifle zygzornifle 5 février 08:42
                        N’attendez pas la solution de vos problèmes des hommes politiques puisque ce sont eux qui en sont la cause !
                        (Alain Madelin)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité