• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > TRUMP au Moyen orient, tel un éléphant dans un magasin de porcelaine. (...)

TRUMP au Moyen orient, tel un éléphant dans un magasin de porcelaine. Attention aux débris !

Quelques rappels, car les « soulèvements » dans les pays du moyen orient pour "dégager" les régimes en place ne sont pas le fait spontané des peuples, mais une préparation de longue date orchestrée par les USA leurs fidèles alliés et serviteurs Israélo-Européens

Le plan israélien de remodelage du Proche Orient, dit : plan Oded YINON (https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_Yinon), nom de l’analyste du ministère israélien des Affaires étrangères, préconisait, en 1982, le démantèlement pur et simple des Etats arabes. Le plan passe en revue dix-neuf Etats arabes en répertoriant leurs principaux facteurs centrifuges, annonciateurs de désintégration. Après une ultime recommandation qui invite Israël à « agir directement ou indirectement pour reprendre le Sinaï en tant que réserve stratégique, économique et énergétique », YINON concluait : « La décomposition du Liban en cinq provinces préfigure le sort qui attend le monde arabe tout entier, y compris l’Egypte, la Syrie, l’Irak et toute la péninsule arabe. Au Liban, c’est déjà un fait accompli. La désintégration de la Syrie et de l’Irak en provinces ethniquement ou religieusement homogènes, comme au Liban, est l’objectif prioritaire d’Israël sur son front Est. A court terme, l’objectif est la dissolution militaire de ces Etats. Avec la chute du régime de EL ASSAD et sous la pression Américaine, La Syrie va inévitablement se diviser en plusieurs Etats, suivant les communautés ethniques, de telle sorte que la côte deviendra un Etat alaouite chiite ; la région d’Alep, un Etat sunnite ; à Damas, un autre Etat sunnite hostile à son voisin du nord verra le jour ; les Druzes constitueront leur propre Etat, qui s’étendra sur notre Golan, dans le Hourane et en Jordanie du Nord  ». 

Il ne faut pas s’y tromper, et ne cesser de rappeler à une opinion publique totalement manipulée que la prétendue « révolution du jasmin » ou celles des « printemps Arabes, ainsi que l’instrumentalisation des groupe terroristes islamistes, dont Al Quaïda et Daech pour détruire les régimes politiques au moyen orient qui étaient peu favorables aux USA, fut un scénario écrit depuis longtemps, conforme aux objectifs du plan Oded YINON. Il suffit de se réfère à un membre influent des proches de BUSH en 2002 : …« D’abord nous devons en finir avec les régimes terroristes, à commencer par les trois grands : Iran, Irak et Syrie. Puis nous nous occuperons de l’Arabie saoudite …Nous ne voulons de stabilité ni en Irak, ni en Syrie, ni au Liban, ni en Iran ou en Arabie saoudite. Nous voulons que les choses changent. La question n’est pas de savoir s’il faut déstabiliser mais comment le faire.  » (The War against the Terror Masters (Guerre contre les maîtres de la terreur), Sept 2002, de Michael LEDEEN, membre du groupe des néo conservateurs de Georges Bush.)

TRUMP, comme avec ses prédécesseurs, toujours le même objectif Américain

L’objectif Américain, au travers de l’alibi Israélien et de sa protection, est bien de parvenir à atomiser tous les Etats du Moyen Orient au profit de micro-califats en conflits permanents. Il vise également l’élimination de l'arc chiite Hezbollah libanais-Iran, dont l’objectif passe par la destruction de l'Etat Syrien avec en perspectives celui de l’Iran.

 Comme on peut le déplorer aujourd’hui avec les récents attentats en Egypte qui ont fait plusieurs centaines de morts chez les chrétiens et les musulmans Soufistes et Chiites. Les Kurdes, Musulmans Chiites de Syrie et les derniers chrétiens du Moyen Orient sont et seront les victimes d’un terrorisme islamiste sunnite qui arrange bien les intérêts de l’Arabie Saoudite grand allié des Américains. Malgré les dérives autoritaires du régime d’ERDOGAN, la Turquie en fidèle allié des USA se poserait en qualité de protecteur des intérêts Américains, ce qui lui permettrait de se retrouver ainsi avec une emprise sur les territoires moyen orientaux de son ancien empire.

Périodiquement, le spectre d’un nouveau « SYKES-PICOT » ou partage du Proche-Orient imposé de l’extérieur resurgit. La prétention occidentale d’une supériorité morale fondée sur l’application de la démocratie et du libéralisme apparaît alors comme une sinistre mystification. C’est peut-être la conséquence la plus néfaste des choix de la période 1916-1920, régulièrement renouvelés depuis.

Par rapport au morcellement de territoires dans la région la France ne fut pas en reste Au lendemain de la guerre, elle fait partie des gagnants et elle tente alors de s’imposer en Syrie en essayant pendant près de deux ans, entre octobre 1918 et juin 1920, de trouver un arrangement avec les nationalistes arabistes syriens en leur proposant de soutenir les intérêts syriens et notamment leur volonté d’unification des provinces syriennes. Cependant, les nationalistes syriens refusent toute remise en cause de la souveraineté de la Syrie qu’ils veulent alors instaurer. Or la France a besoin d’alliés locaux pour maintenir et renforcer son pouvoir dans la région. Elle se « rabat » alors sur les Libanais (habitants du Mont-Liban) et les libanistes (les partisans d’un projet politique articulé autour du Mont-Liban). Le projet politique des libanistes autour du Liban correspond en fait à l’émancipation des chrétiens du Proche-Orient. Ils acceptent de demander le mandat français en échange de la réalisation de leur projet politique par la France. Le Grand Liban voit donc le jour alors qu’il faudra attendre plusieurs années avant qu’un véritable Etat syrien apparaisse, puisque la France morcelle cette région en de multiples entités.

Sans oublier qu’aujourd’hui avec une ceinture d’Etats en califats Islamiques radicaux plus ou moins atomisés fidèles alliés aux intérêts Américains au Sud de la Méditerranée, il y aurait incontestablement des impacts sur les pays du sud de l’Europe, dont la France. Dans une économie qui se joue sur le plan intercontinental, c’est aussi affaiblir la concurrence Euro - Asiatique au bénéfice des USA qui aujourd’hui souffrent d’une concurrence économique de la part de l’Union Européenne, de la Chine et de la Russie. Le problème pour les stratèges politiques Américains c’est qu’ils avaient sous estimé les groupes islamistes qui, tel Ben LADEN, se sont retournés contre leurs manipulateurs au point de menacer par l’islamisation terroriste l’ensemble des sociétés Occidentales, mais pas seulement.

La France, sous les Présidences SARKOZY et HOLLANDE, en servant de serpillère aux USA a une lourde part de responsabilité dans la politique de déstabilisation au moyen Orient

On pouvait ne pas avoir une sympathie particulière pour Saddam HUSSEIN, KADHAFI, ou ne pas en avoir pour Bachar Al-ASSAD, mais on ne pouvait que s’inquiéter et s’opposer avec force à la politique Américaine, ou ceux, qui chaussaient ses bottes, telle la France de SARKOZY en Libye, les Britanniques en Irak lorsqu’ils allaient renverser leur régime, ou François HOLLANDE en Syrie qui n’a pas hésité à apporter un soutien Français aux « terroristes islamistes » d’Al-Qaïda, au prétexte « qu’ils sont efficaces contre Bachar AL-ASSAD » comme l’avait justifié Mr. FABIUS alors Ministre des affaires étrangères. Les soutiens Français aux islamistes Syrien avec les armes distribuées au Front Al-Nosra (Al-Qaïda) ont surtout servi les intérêts criminels des égorgeurs de Daech … https://chouard.org/blog/2016/08/29/honte-a-nos-representants-qui-nous-jettent-a-nouveau-dans-la-guerre-comment-loccident-a-contribue-a-creer-letat-islamique/

Par ailleurs, comment François HOLLANDE ne pouvait-il pas imaginer qu’abattre AL-ASSAD et son régime ce serait une manière d’ouvrir un boulevard à Daech, Al Quaïda et consort en direction de tous les pays du Nord de l’Afrique, via le Liban qui est le maillon le plus faible, les territoires Palestiniens, mais aussi Israël ? Il est évident que les Islamistes de tout poil, Frères Musulmans, Salafistes, Wahabistes et terroristes Islamistes d’Al-Qaïda, Daech, Boko- Aram et d’autres sont en embuscade, prêts à confisquer toute évolution démocratique et des Droits de l’homme à leur profit, dès que les régimes laïcs, ou apparentés comme tels tombent. On peut actuellement mesurer les effets catastrophiques en Lybie, avec le chaos qui règne dans ce pays, ainsi que l’ignominieuse résurgence de la traite négrière… Avec des attentats parfois quotidiens, l’Irak n’est d’ailleurs pas en reste.

Bien qu’exprimant peu de sympathie pour du Président Syrien, Emmanuel MACRON semble faire preuve de plus de réalisme politique à son égard. Il apparait aussi comme voulant se donner une autre dimension aux questions internationales par rapport à ses deux prédécesseurs. Avec l’exfiltration de Saad HARIRI d'Arabie-Saoudite, bien que salué par tous les observateurs de la politique internationale, cette opération qui tire surtout une épine du pied de Riyad, risque toutefois de provoquer des retours de bâton contre les intérêts français. 

Comme de nombreux spécialiste de politique internationale concernant le moyen Orient, le soulignent : la situation au Proche et Moyen-Orient dépasse très largement la personne de Saad HARIRI qui apparaît comme l'otage de multiples forces géostratégiques antagonistes entre l'Arabie Saoudite qui accuse l'Iran de pousser ses pions partout dans la région et l’Iran, dont cette présence n'est pas inexacte, sauf au Yemen, mais qui est aussi le résultat des politiques d’enjeux géo-énergétiques de Riyad et de Washington depuis plus d'une décennie, surtout en Irak et en Syrie.

Quand TRUMP signe des contrats et encourage l’Arabie Saoudite contre l’Iran, la France ne semble pas vouloir être en reste, mais Attention !

Lorsque le Président Américain TRUMP se rend en Arabie Saoudite et signe des contrats de ventes d’armements d’une valeur de 110 milliards de dollars (soit 98 milliards d’euros) à l’Arabie Saoudite en échange d’un encouragement guerrier par un discours « musclé » à l’égard de l’Iran, oubliant au passage que ce pays combat le terrorisme islamiste sunnite, dont il est aussi une victime et fait partie de la coalition contre Daech, il encourage l’émergence de nouveaux conflits, dont la France et l’Europe subiront les effets collatéraux.

Si on se réfère également aux termes du contrat, celui-ci inclut des missiles fabriqués par la société Raytheon. Or, ce type d’armes est utilisé par l’Arabie Saoudite au Yémen, un pays traversé par près de deux ans de guerre où, selon les Nations Unies, au moins 10 000 personnes ont péri depuis le début du conflit, il y a près de dix-huit mois. Par ailleurs, l’Arabie Saoudite n’envisage t- elle pas une alliance avec Israël contre l'Iran avec le soutien de TRUMP ?... Le grand mufti d'Arabie Saoudite Abdelaziz AL-CHEIKH a d'ailleurs lancé une fatwa appelant « les musulmans à s’allier avec les Juifs pour combattre le Hamas et le Hezbollah », il est évident que c'est l'Iran qui est visé.

Dans ces conditions, lorsque Riyad « démissionne » Saad HARIRI, c'est avant tout le Hezbollah qui est visé, lequel, de plus, est la bête noire des Israéliens. Le risque est majeur pour la stabilité du Liban, car le mouvement chiite libanais, l’un des cinq principaux partis politiques au parlement dispose d'au moins 60 000 miliciens armés et aguerris par leur lutte contre Daech au coté de la Syrie de Bachar AL-ASSAD, toute attaque contre lui peut provoquer la reprise de la guerre civile au Liban.

Au fond, la politique Américaine de Mr. TRUMP au moyen orient est un peu celle d’un éléphant qui entrerait dans un magasin de porcelaine, au risque que les bris nous entrainent dans des conflits de manière aujourd’hui insoupçonnable. Nul doute qu’un conflit entre Arabie Saoudite et Iran, outre leurs alliés respectif dans la région, cela impliquerait inévitablement les USA et leurs alliés Européens, dont la France…

Les déclarations pour le moins surprenantes du Ministre LE DRIAN à Ryad pour des caresses inappropriées à l’Arabie Saoudite

Contrairement aux déclarations des plus optimistes sur les contrats commerciaux avec l’Arabie Saoudite, la marginalisation de la France n'a jamais semblé aussi forte dans le royaume wahhabite, où la lune de miel diplomatique entre les deux pays n’a pas débouché sur les contrats mirobolants tant attendus par Paris. Au contraire, la France semble en voie de marginalisation avancée, dans le civil comme dans le militaire. Quand à grands renforts médiatiques on nous annonce que la France a signé pour 36 milliards d'euros de contrats avec l'Arabie saoudite depuis 2012, la liste est une sorte d'inventaire à la Prévert, mêlant de simples lettres d'intentions, des contrats finalement non signés. Mais la réalité est plus cruelle : selon la direction du Trésor, la France n'était en 2015 que le 10ème partenaire du royaume, avec 2,39% de part de marché, loin derrière la Chine, les Etats-Unis, l'Allemagne, et même l'Italie, l'Inde et la Turquie. Voir Challenges du 03/07/2017 ( https://www.challenges.fr/entreprise/defense/les-mauvais-comptes-de-la-france-en-arabie-saoudite_484209 ) ou plus récemment : https://francais.rt.com/economie/45706-drian-invite-prince-heritier-saoudien

Alors que la marginalisation de la France n'a jamais semblé aussi forte dans le royaume wahhabite. On peut comprendre que sa mission pour obtenir l’exfiltration de Saad HARIRI et essayer de ‘gratter quelques contrats n’était pas facile. Mais les déclarations du ministre Français des affaires étrangère, pour le moins surprenante de Mr. LE DRIAN à Riyad selon lesquelles la France est « inquiète » de la « tentation hégémonique » de l'Iran au Moyen-Orient est de nature à entraîner Paris dans un conflit où il n'y a que des coups à prendre. L’Iran est incontournable pour la stabilité de la région et c'est aussi pour les entreprises Française un marché particulièrement motivant. Ce qui a probablement « motivé » le Président de la République Emmanuel MACRON à se démarquer de TRUMP après que le président américain ait annoncé qu'il ne certifiait pas l'accord international sur le nucléaire iranien. Emmanuel MACRON avait jugé "mauvaise", la méthode de Donald TRUMP et déclarait qu’il se rendra en Iran "au moment voulu"

Concernant par ailleurs l’Arabie Saoudite, la France devrait aussi s'interroger sur les conséquences pour nos entreprises de la volonté du Prince héritier de lutter contre la corruption, une noble cause... Pierre CONESA, très bon connaisseur de l'Arabie Saoudite, souligne à raison les risques de la purge engagée par Ben SALMANE SAOUD pour les entreprises européennes, dont les affaires ont largement prospéré grâce à quelques princes compréhensifs, aujourd'hui en disgrâce... A lire également : http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/macron-le-golfe-et-l-impossible-diplomatie-de-l-quilibre-365546760

Par rapport au problème récurrent Israélo-Palestinien, la situation écologique va bouleverser et aggraver les données du problème.

Une bombe démographique. La population de l’actuelle Palestine (territoire Palestiniens plus Israël) compte plus de 12 millions de personnes. Il y a cent ans, le 2 Novembre, lord Arthur BALFOUR, alors ministre des Affaires étrangères Britannique s'engagea à ce que la puissance mandataire appuie de « tous ses efforts » la création d'un foyer national juif en Palestine. Cette lettre est considérée comme la pierre fondatrice sur laquelle l'État d'Israël fut édifié trente et un ans plus tard. Lors de la déclaration BALFOUR en 1917 il y avait 55 000 Juifs pour 560 000 Arabes c’est passé à 600 000 Juifs pour 1 200 000 Arabes en 1948. D'après le recensement, à la fin 2015, le nombre total de Palestiniens en « Palestine Historique », à savoir la Cisjordanie occupée, Jérusalem Est, la Bande de Gaza et Israël, était de 6,22 millions, contre 6,32 millions de juifs. Non seulement en Palestine historique, le recensement a également inclus la diaspora palestinienne et rapporte que sur les 12,37 millions de Palestiniens dans le monde, environ la moitié vit en dehors de la Palestine historique.

Qui pourrait croire que les ressources propres de ce territoire puissent nourrir une telle population qui continue de croitre. De plus il y a le grave problème de l’eau. D’après la plateforme des ONG pour la Palestine, la répartition entre Israéliens et Palestiniens est extrêmement inégale. Les premiers contrôlent l’ensemble des ressources en eau (aussi bien souterraines que de surface) et ne laissent aux seconds que des quantités marginales. En moyenne annuelle, chaque Israélien disposait en 2008 (tous secteurs confondus : agriculture, industrie, consommation domestique) de 282 m3 (nettement plus dans les colonies) et chaque Palestinien de 79 m3, soit 3 fois et demi moins. De ce fait, les Palestiniens utilisent la majorité de l’eau qui leur est laissée par Israël pour satisfaire leurs besoins domestiques et ne peuvent irriguer qu’une toute petite partie de leurs terres agricoles (10 000 hectares en Cisjordanie, soit 6% des superficies cultivées, à peine plus à Gaza). Inversement, Israël irrigue près de 200 000 hectares, soit 40% de la superficie cultivée et 60% dans les colonies).

En ce qui concerne l’assainissement, la situation en Palestine est tout aussi dramatique : les stations d’épuration des eaux usées sont peu nombreuses, aussi bien en Cisjordanie qu’à Gaza (ou plusieurs ont été détruites lors de l’agression israélienne de 2008-2009) et Israël n’autorise que très rarement l’importation des matériels nécessaires à la réparation ou à la construction des stations d’épuration.

Pour conclure

Pour ce qui est de l’histoire politique du conflit palestinien qui dure donc depuis près d’un siècle, on peut également se référer à Gaston BOUTHOUL, à défaut de la Fontaine : la raison du plus fort est toujours la meilleure. Aujourd’hui les populations tant palestiniennes qu’israéliennes sont prêtes à s’exterminer mutuellement, alors qu’elles sont en fait les otages des conflits locaux générés par des intérêts géo- stratégiques et économico- politiques mondiaux orchestrés par les TRUMP et ses alliés Arabo- Européens. Malgré ses alliances avec les USA, la seule attitude raisonnable serait que la France consacre tous ses efforts à diminuer dans la mesure du possible les tensions. 

Documents joints à cet article

TRUMP au Moyen orient, tel un éléphant dans un magasin de porcelaine. Attention aux débris !

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 novembre 2017 13:52


    Nous avons donc bien compris que tout ce qui se passe au Moyen Orient n’est pas une volonté endogènes, mais une sombre manipulation des puissances du Mal.


    • OMAR 27 novembre 2017 17:41

      Omar9

      @Olivier Perriet
      .

      Vous avez vite et très bien compris...
      .
      Sauf que vous avez mis du temps à comprendre, car cela dure de puis 1948..
      Le temps nécessaire pour que cela devienne irrémédiable et irréversible.
      .

      C’est cela la stratégie sioniste....


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 novembre 2017 19:10

      @OMAR

      C’était au 2e degré, vous l’aurez compris :

      sauf à donner raison aux méchants colonisateurs, qui estimaient qu’il y avait des races supérieures et des races inférieures, j’ai du mal à imaginer que tout ce beau monde du Moyen Orient soit manipulé intégralement par des forces du Mal extérieures à eux.

      Et vous n’êtes pas favorable à la colonisation, rassurez - moi ? smiley smiley


    • Christian Labrune Christian Labrune 28 novembre 2017 11:59

      @Olivier Perriet
      C’est que vous ignorez probablement un certain nombre de choses !

      1- Le Chamelier de la Mecque était l’agent d’un équivalent du Mossad au VIIe siècle. En imposant aux bédouins une religion particulièrement mortifère et bornée, il les condamnait à rester éternellement incapables d’évoluer. La réussite aura été parfaite puisque le monde islamique est en retard d’à peu près quatre siècles sur une civilisation planétaire fort développée qui est à peu près la même de la Californie au Japon en passant par Israël. Je suppose que c’est le Mossad (ou son équivalent) qui aura aussi favorisé -l’auteur doit être plus informé que moi là-dessus - la division entre sunnites et chiites, de manière à produire des siècles et des siècles plus tard le gros conflit qui se prépare entre ces deux blocs antagonistes.

      2-J’ai lu sur une autre page où l’on pleurait sur ce qui vient d’arriver à des soufis dans une mosquée égyptienne, que l’attentat avait été organisé par Israël. Jamais en effet on n’a vu des musulmans tuer d’autres musulmans, c’est impossible. L’article en haut de cette page ne va pas jusque là, mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin !

      3-J’ai lu récemment aussi, et c’était peut-être bien sur la même page où il m’est désormais interdit d’intervenir parce que j’avais dit ses quatre vérités à l’auteur, que Khamenei était un agent d’Israël.

      4-Cet article rend l’état d’Israël extrêmement sympathique. C’est la seule démocratie de la région, mais accusée de tous les maux, et visée depuis 48 par des centaines de résolutions de l’ONU, ce qui n’est évidemment pas le cas de la Syrie d’el-Assad ni des abominables dictatures que son devenues la Turquie et l’Iran,  Je me demande donc si l’auteur de l’article ne travaille pas pour des services secrets israéliens - ils sont partout - en vue de corriger une image fausse et conspirationniste constamment véhiculée par les media français. Le lecteur intelligent, même peu informé sur la région, se dira nécessairement : trop, c’est trop.

      Je garde une copie de cette intervention. Ce que je ne fais pas toujours, mais l’islamo-gauchisme, incapable de répondre en argumentant, a de plus en plus recours à une censure dont la modération se fait complice au lieu de lutter contre les abominations de l’antisémitisme.


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 novembre 2017 12:04

      @Christian Labrune. Je rappelle que la Mecque n’était pas encore fondée du vivant de celui actuellement surnommé « Muhammad ». Qui était syrien et judéo-nazaréen.


    • Christian Labrune Christian Labrune 28 novembre 2017 12:19

       Je rappelle que la Mecque n’était pas encore fondée du vivant de celui actuellement surnommé « Muhammad ». Qui était syrien et judéo-nazaréen.

      ------------------------------------------------------------

      @JC-Lavau

      Ah bon ? Muhammad serait donc né dans une ville qui n’existait pas ? Il faudra probablement corriger l’article que Wikipedia consacre à La Mecque, où je lis ceci, qui concerne en même temps sa fondation supposée selon la tradition islamique :

      Lieu de naissance, selon la tradition islamique, du prophète de l’islam Mahomet à la fin du VIe siècle2, elle abrite la Kaaba au cœur de la mosquée Masjid Al-Haram (« La Mosquée sacrée ») et la tradition musulmane a lié sa fondation à Ibrahim (Abraham), ce qui en fait la ville sainte la plus sacrée de l’islam. L’accès est interdit aux personnes qui ne sont pas de confession musulmane ainsi qu’aux femmes seules, même musulmanes3.

      L’histoire pré-islamique de la ville est assez obscure et difficilement accessible. C’est annuellement et depuis le VIIe siècle le lieu du pèlerinage de La Mecque (hajj) qui rassemble, depuis la fin du XXe siècle, des millions de fidèles des différentes confessions de l’islam, venus du monde entier. C’est également le lieu vers lequel se tournent pour leurs prières quotidiennes les croyants musulmans4.


    • OMAR 28 novembre 2017 16:07

      Omar9

      Encore ces idiots-psychopathes de nazisionistes qui viennent vomir leur fiel anti-Islam et anti-musulman dés qu’ils entendent Coran, Moyen-Prient, Islam, Prophète ou Palestine.
      .
      Mais qu’est-ce-qu’ils puent !!!!!!!


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 novembre 2017 18:06

      @Christian Labrune. Dans les cartes de 1920 figuraient encore les ruines du caravansérail des Quraish, d’où un militant judéo-nazaréen, dont nous ignorons encore le nom réel à l’époque, et quelques un de ses compagnons de guerre, a été banni le temps de calmer l’armée byzantine. Il est allé en Arabie à Yathrib, continuer de recruter des supplétifs arabes pour reprendre Jérusalem. C’est ça al Hijrah. Il est devenu dictateur de Yathrib. Mais il a échoué à reprendre Jérusalem.

      Ces ruines de Quraish sont à présent sous les eaux du lac Tishreen, inaccessibles. Mais la chaîne de montagne à son Est est toujours nommée Djebel Ansarieh : le mont des Nazaréens. 
      La Mecque a été fondée vers 670 sous les ordres du khalife Muawiya. De cette époque datent aussi le plus gros des réécritures des lectionnaires, dits qur’an.

    • robert robert 27 novembre 2017 14:34

      les vrais terroristes ne sont pas sunnites : les terroristes sont joints en photos en haut et en bas de votre article

      les sunnites, les chrétiens les juifs, les chiites vivaient en paix jusqu’à ce début de 21ème siècle qui vit se développer l’idéologie WAHHABITE grâce aux pétrodollars ; ces wahhabites considèrent même que les sunnites ne sont pas musulmans et que leur sang est licite ; il ne faut donc pas confondre sunnisme et wahhabisme ; j’espère que vous ne le faite pas sciemment sinon vous êtes un agent de cette « communauté internationale » qui veut tuer l’islam de l’intérieur


      • popov 28 novembre 2017 01:37

        @robert

        Il y aurait donc une communauté internationale qui veut tuer l’islam de l’intérieur ?

        Où peut-on s’y inscrire ?


      • Christian Labrune Christian Labrune 28 novembre 2017 12:09

        es sunnites, les chrétiens les juifs, les chiites vivaient en paix jusqu’à ce début de 21ème siècle

        @robert

        Vision un peu irénique des choses, comme celle qui présente l’Andalousie à l’époque de l’occupation arabe comme une terre de parfaite tolérance. Légende à laquelle un certain nombre de travaux universitaires viennent de tordre le cou.
        Depuis 48, plus de huit cent mille juifs ont dû quitter les pays arabes où leurs plus anciens ancêtres étaient installés quelquefois des siècles avant la naissance du chamelier analphabète. S’ils y avaient vécu « en paix », ils ne seraient pas partis. Ils étaient 230 mille au Maroc en 45, il n’en reste plus cinq mille aujourd’hui, et plus un seul en Algérie. Pourquoi ?


      • Massada Massada 28 novembre 2017 07:29

        « Aujourd’hui les populations tant palestiniennes qu’israéliennes sont prêtes à s’exterminer mutuellement »
         
        Non, c’est un conflit de basse intensité qui a fait très peu de morts comparé aux autres conflits dans le monde. Il est simplement fort médiatisé, c’est tout.
         
        Le monde arabe est disposé à abandonner la « cause palestinienne » pour d’autres intérêts plus stratégique. La « cause palestinienne » avait uniquement pour objectif la destruction d’Israël, mais maintenant la destruction d’Israël n’est plus à l’ordre du jour, c’est l’alliance avec Israël qui est devenu important pour le monde arabe.


        • OMAR 28 novembre 2017 09:55

          Omar9

          @Massacrada : « c’est un conflit de basse intensité qui a fait très peu de morts... ».
          .
          Sauf qu’il a fait de millions de déplacés.
          .
          Des millions de khazars venus prendre les maisons et les terres de ces pauvres millions de palestiniens que vous avez chassés, et qui vivent apatrides, dans des camps de refugiés :
          http://chroniquepalestine.com/palestiniens-refugies-faits-chiffres/
          .
          Et malgré cela, de temps à autre, vous allez les bombarder, histoire de leur faire comprendre que jamais ils ne retrouveront leur patrie.
          Ah, la stratégie diabolique des sionistes...


        • zygzornifle zygzornifle 28 novembre 2017 12:38

          Et Macron en Afrique ? il va faire l’assistante sociale .....


          • Le Panda Le Panda 28 novembre 2017 13:24

            La qualité des explications et je dis merci ne coupe rien à la valeur, de sortir du virtuel. Jamais moi qui suit tout ce qu’il a de plus autant anti Macron, je n’ai apprécié son discours celui qu’il fait en ce moment. Il reprend à quelques mots proches l’ensemble de mon article sur le besoin de donner aux femmes le besoin d’être elle-même. Nous sous la dictature d’un pouvoir ou des hommes. Dans mon article en modération sur l’Egypte, je suis fier d’être le seul à avoir écrit u article, qui n’arrive pas à sortir, malgré un plus 7. Être Charlie à un moment de deuil de la France et de ses enfants, tués assassinés par des fanatiques. Ne doit pas nous faire perdre le sens que les femmes les familles d’Egypte sont touchés dans leur foi. Alors parler d’égalité oui, mais pas à sens unique, ni en fonction de religion, ou de couleur de peau. C’est mon message que chacun fasse le sien. Merci à Macron pour une fois ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès