• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tuchel, le DRH et le « ALT+0183 »

Tuchel, le DRH et le « ALT+0183 »

Je suis comme tout le monde : j’écoute la radio. Et j’y entends des choses qui m’atterrent. Plus que le fond, c’est la forme qui me rend mélancolique. Je regrette cette douce période qu’on appelait la civilisation, durant laquelle le français était une langue respectée et y disposait d’une place enviée : celle de l’exactitude, de la beauté et de la noblesse.

J’ai donc appris par la radio que le club de football de Paris avait un nouvel entraîneur : on dit un « coach » dans le parler moderne. Cet entraîneur répond au nom de « tourel ». J’ai pensé à un espagnol, ou à un natif de l’Amérique du sud. Il n’en est rien. « Tourel » est un Allemand, dont le nom s’écrit Tuchel. Je suppose que dire tu-chel fait trop franchouillard pour les nobles journalistes sportifs (qui sont devenus l’élite des journalistes). Ainsi et après « anrel » Di Maria, voici la « tourel », notons tout de même que par bonheur et grâce aux « transferts de joueurs », nos oreilles ne seront plus agressées par le fameux (g)ravier Pastoré. J’étudie la maladie de la « tourel » (mais sans pouvoir y mettre un nom, jusqu’à ce week-end donc) depuis une dizaine d’année. Il me semble qu’elle a son origine dans Roger Federer que les journalistes s’échinèrent à appeler « rodgeur », alors même que le prénom si français de Roger n’a pas d’existence en anglais. En entendant « tourel » à tour de bras, j’ai donc pu mettre un nom sur un symptôme. Néanmoins, je ne lasse pas d’en comprendre l’origine : comment en sommess-nous arrivés à ces monstruosités, à cette haine de notre propre âme qui git, tout entière, dans notre langue ?

J’eus, j’ose le dire, la révélation ce matin sur France Culture durant l’émission appelée « les matins d’été ». La présentatrice sous neuroleptique y accueillait le chef du personnel du ministère de l’Education Nationale, autrement appelé « DRH » selon les canons de l’époque. Ecoutant cette émission, j’oscillais entre le rire le plus profond et l’amertume la plus grande.

Le rire car ce fut un moment particulièrement divertissant. Pour ce charmant monsieur, les cours sont devenus des « face à face élève » (il a bien dû utiliser l’expression dix fois), les visites des inspecteurs d’académie des « rendez-vous sémaphoriques », expression qui m’a laissé sans voix (je n’ai d’ailleurs toujours pas compris de quoi il s’agissait), puis vint, entre autres perles, la découverte du « distanciel ». Les cours étaient bien devenus des « cours en présentiel » (ou comment combiner l’horreur grammaticale et le pléonasme), mais il manquait un mot pour qualifier l’enseignement à distance voici que ce brave énarque l’a découvert :« un cours en distanciel ». Je vous incite à réécouter l’émission. Cet homme est un collier de perles de « culture » à lui tout seul.

Finalement, ce fut malgré tout l’amertume qui l’emporta. Notre brave chef du personnel (il faut dire « DRH des personnels ») est donc la cause principale de notre malaise. Lui et tous ses semblables. Ces traîtres qui ne supportent plus le français.

Que leur importe notre langue ? Que leur importent, à ces collaborateurs du franglais, de savoir qu’il y a plus d’enseignes en anglais dans Paris aujourd’hui qu’il n’y en avait en Allemand durant la seconde guerre mondiale ? Pourvu qu’ils aient l’assurance de montrer leur belle âme. Laquelle s’offusque que la Constitution contienne le mot « race » (qui est insupportable à leurs chastes oreilles, d’ailleurs : qu’attend-on pour le faire sortir du dictionnaire ?), pourvu qu’en ajoutant un « point e » à toutes les phrases (aucune langue ne connait cette aberration qu’est l’écriture inclusive en dehors du français), ils aient l’impression de mieux traiter les femmes, et enfin pourvu que les grabataires deviennent des personnes âgées dépendantes, le monde est sauf et ils se sentent plus humains.

On imagine le sort qui serait réservé à Guy de Maupassant si une harpie découvrait sa préface à Manon Lescaut (mais cela n’arrivera pas : plus personne ne lit aujourd’hui, à part Philippe, l’homme qui lit au lit) qui commence ainsi :

« Malgré l'expérience des siècles qui ont prouvé que la femme, sans exception, est incapable de tout travail vraiment artiste ou vraiment scientifique, on s'efforce aujourd'hui de nous imposer la femme médecin et la femme politique.

La tentative est inutile, puisque nous n'avons pas encore la femme peintre ou la femme musicienne, malgré les efforts acharnés de toutes les filles de concierges et toutes les filles à marier en général qui étudient le piano et même la composition avec une persévérance digne d'un meilleur succès, ou qui gâchent de la couleur à l'huile et de la couleur à l'eau, travaillent la bosse et même le nu sans parvenir à peindre autre chose que des éventails, des fleurs, des fonds d'assiette ou des portraits médiocres. ».

Ribambelle de « hashtag », compte « floodé » par l’indignation populaire, Twitter qui tweete et retweete plus vite que ses paquets IP, vindicte jusqu’à l’assemblée nationale où la ministre-écrivain ratés s’acharne contre le « mansplaining » de cet horrible personnage : elle qui prouve qu’on peut être mère, ministre, femme et écri-vaine. Tollé général chez Blanquer (de veau), même de Rugy s’en mêle (« il fait ch… lui). La décision tombe : fini d’étudier les contes de la Bécasse à l’école. Terminé ces petites nouvelles qui enchantaient tant les écoliers paresseux, lesquels voyaient la lecture suivie se limiter à quinze pages. Remplacé ce triste sire. Bienvenue à l’étude, Ô combien plus réjouissante et riche d’enseignement, de Vernon Subutex ou de Testo-Junkie dès le primaire. Voilà qui réjouit notre époque qui bombe le torse et se gargarise de « ces expériences de lectures dues au travail acharné des écrivaines qui nous ouvrent aux potentialités de l’humanité, lesquelles ne peuvent pas être ignorées, et ce dès le plus jeune âge, car c’est là que se joue l’ouverture aux autres et qu’on lutte contre tous les racismes et les populismes ».

Un mot sur les présentateurs radio. A un moment donné (après l’épisode des « face à face élèves »), la présentatrice interrompt le ci-devant fonctionnaire et lui tint à peu près ce langage : « vous parlez de face à face élève, de distanciel, c’est un langage… ». Je m’attendais avec stupeur et bonheur, vu son ton léthargique, à ce qu’elle osa dire ses quatre vérités à cet odieux bonhomme, et lui asséna quelque chose comme « qui ne veut rien dire ». Il n’en fut rien, l’envoi fut le suivant :« …de DRH » ! L’expression peut faire florès : désormais quand on me parlera un tel sabir, un amphigouri incompréhensible, un langage barbare qui a autant de rapport avec le français que le Mac Donald avec la gastronomie, je répondrais ingénument « c’est un langage de DRH » ! Ce sabir sert en tout cas à maquiller le prêt à penser libéral de nos gouvernants car, sur le fond, quelques minutes plus tôt le ci-devant DRH avait avoué (du bout des lèvres il est vrai) que les instituts de formation des maîtres d’écoles (répondant au doux nom de « IUFM ») allaient renaître de leurs cendres encore chaudes, mais aux frais des étudiants cette fois-ci, lesquels après avoir réussi le concours, paieraient leurs frais de scolarité deux ans encore avant de pouvoir enseigner en tant que fonctionnaire.

Je mets un point médian à cette chronique des horreurs (ou pour être plus à la page un « ALT+0183 »), tout en regrettant que le français soit devenu cet infâme brouet, et, partageant l’avis du grand professeur Choron : Si quelqu'un trempe son cul dans la soupe, ne lui demande pas de bouillon, je continuerais à me garder d’en boire et écrirait à ma façon, laquelle peut au moins se vanter d’exister depuis mille deux cents ans environ.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Chourave Dr Faustroll 6 août 15:22
    Siglaison-acronymie et néologie lexicale sont des maladies contagieuses présentes sur tous les continents et sous toutes les latitudes.

    • Sébastien A. 6 août 15:29

      @Dr Faustroll
      Je me moque des latitudes dans de grandes longitudes.


    • zzz'z zzz’z 6 août 15:26

      Vous écoutez France Q, lisez des tartes et utilisez Windows ; encore une fashion victim !


      • Sébastien A. 6 août 23:34

        @zzz’z

        Non je lis des livres et mange des tartes.


      • Chourave Dr Faustroll 6 août 15:30
        «  le prénom si français de Roger n’a pas d’existence en anglais »

        Hola bijou, doucement !

        Le prénom Roger a pour origine« hrodgar » dont les éléments hrod et gar signifient « gloire » et « lance » en ancien germanique. Très répandu dans toute l’Europe occidentale du Moyen Âge, en particulier en Italie, en Angleterre et en Allemagne, le prénom Roger était devenu démodé à partir de la renaissance mais connu un renouveau à l’époque romantique, au XIXe siècle. En France, de 1900 à 1940, Roger figurait au palmarès des dix prénoms masculins les plus attribués, rivalisant avec René et Robert.

        • bibou1324 bibou1324 6 août 15:33

          « Ué, a chaq foi ke je vé sur Twitter ya plein 2 fôte d’ortograff !! »


          Si la forme véhiculée par un média ne vous sied point, il y a fort à parier que vous ne vous intéressez pas au bon média. La radio, pas plus que la télévision, n’ont pour vocation d’offrir un contenu exempt de fautes de français, mais à divertir le badaud, lui faire croire qu’il s’instruit en inondant son subconscient de publicités.

          Ne blâmez pas votre station préférée pour sa quête d’audimat, sa survie en dépend. Quand au français moderne avec lequel vous vous exprimez, il n’existe que depuis les années 1800. C’est si triste de voir quelqu’un jouer au puriste alors qu’il n’a pas la moindre connaissance de sa propre langue.

          • Sébastien A. 6 août 16:51

            @bibou1324
            Wikipédia ou le miroir du savoir des hommes actuels...

            Savez-vous qu’avant le XIXème siècle, il y eut de nombreux autres siècles ? Que l’Académie a été fondée par Richelieu en 1635 et que la première édition du dictionnaire de l’Académie date de 1694 ? Qu’auparavant encore, le roi François Ier prit l’ordonnance de Villers-Cotterêts (très connue des juristes) ; et encore avant elle, Charles VII celle de Montils-lès-Tours (connue des historiens du droit) qui prescrit que les actes juridiques fussent rédigés en français (vous qui connaissez l’histoire, vous devez trouver cela cocasse non) ? Et qu’on fait même remonter la création du français au serment de Strasbourg dans lesquels Charles le Chauve et Louis le Germanique se liguaient contre Lothaire ? (wikipédia va chauffer). Raison pour laquelle, je termine en disant que cela fait mille deux cents ans qu’on parle français, mais vous aviez sûrement noté.

            Le français est une langue qui s’est unifiée au cours des siècles, mais selon un usage et des règles qui lui furent propres (comme les autres langues d’ailleurs), ce que nous vivons aujourd’hui est une colonisation des esprits par une tentative de nous imposer une langue qui n’est plus la nôtre. Vous pouvez vous en réjouir, comme je peux m’en attrister.

            Une anecdote qui pourra vous amuser : à la cour de Louis le grand, puis du bien aimé, on disait « Bouquinquan » pour parler du palais de Buckhingam. Tout l’inverse de la maladie que je qualifie de « Tourel ».


          • Jeekes Jeekes 6 août 15:43
            ’’Notre brave chef du personnel (il faut dire « DRH des personnels »)’’
             
             
            Absolument pas !
            Il faut dire Directeur des Ressources Humaines.
            Et c’est suffisamment parlant, des ressources humaines...
            C’est dire à quel niveau ces pourritures là situent les Personnels qui, finalement, bossent pour leur gagner leur croûte...
             
             
            ’’les visites des inspecteurs d’académie des « rendez-vous sémaphoriques », expression qui m’a laissé sans voix (je n’ai d’ailleurs toujours pas compris de quoi il s’agissait)’’
             
             
            Une piste ?
            A quoi pensait Georges lorsqu’il chantait :
             
            ’’Et quand ils étaient en détresse,
            Qu’leurs bras lançaient des SOS,
            On aurait dit des sémaphores,
            Les copains d’abord.’’
             
            Faisait-il référence à une grande panique ?
            Un peu comme celle générée par une visite d’inspection dans une classe de quasi bons-à-rien, limite analphabètes et globalement incultes qui ne pourrait, in fine, que démontrer l’inadéquation d’un système débile ajoutée à l’incompétence crasse de celui qui est chargé de le transmettre à la génération future ?
             
            Allo ? Y’aurait pas un psy dans la salle ?
            Histoire de compliquer encore plus les choses !
             
            Vous voyez comme j’suis taquin...
             

             


            • Jeekes Jeekes 6 août 15:56

              @Jeekes

               
              ’’Un mot sur les présentateurs radio.’’
               
               
              Pourquoi seulement radio ?
              Vous ne trouvez pas que l’ensemble des ’’présentateurs’’ fussent-ils de radio, de télé, ou de quoi que ce soit d’autre sont également nuls à chier ?
               
              Ne pensez-vous pas que l’ensemble de cette caste de lèches-fions que sont les soit-disant journalistes sont tous plus minables les uns que les autres ?
               
              Croyez bien qu’il n’y a aucune volonté délibérée de leur part derrière tout ça. Non, ils sont seulement tellement cons qu’ils pensent qu’ils se ’’la pètent’’ en employant des termes débiles (et souvent inappropriés), juste parce que ça ’’sonne’’ angliche... Pour eux, c’est le summum, le fin du fin, le ’’meuste’’ !
               
              D’ailleurs personnellement, j’attribuerais la palme d’or à la spécialité ’’commentateur sportif.’’ Là c’est du grand art, on touche au sublime.
              Non seulement ils sont en général cons comme des valises, mais en plus ils sont également incapables de suivre leurs propres discours. Des pitoyables diarrhées verbales sans queue ni tête.
              A ce stade, une lobotomie s’impose et rendrait un grand service à l’humanité !
               



            • Sébastien A. 6 août 16:02

              @Jeekes
              Vous êtes décidément en colère !


            • Chourave Dr Faustroll 6 août 16:24

              @Sébastien A.

              oh, oui
              définitivement,
              n’est-il pas ?

            • Jeekes Jeekes 6 août 16:26

              @Sébastien A.

               
              Même pas, j’ai passé l’âge...
               
               smiley
               


            • lloreen 6 août 22:45
              @Jeekes

              « Vous ne trouvez pas que l’ensemble des ’’présentateurs’ ».

              Il faudrait peut-être opter pour présentoirs de camelote.

            • waymel bernard waymel bernard 6 août 20:50

              A l’Éducation nationale il n’y a rien de plus con qu’un fonctionnaire improductif (celui qui ne se trouve pas dans une classe face à des élèves).


              • Sébastien A. 6 août 23:32

                @waymel bernard

                La profondeur du commentaire... Vous etes aussi intelligent que la photo de votre pseudonyme anonyme est belle. Changez rien.


              • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 7 août 10:49

                @waymel bernard


                Vous êtes ce Waymer bernard ?
                Votre remarque serait alors d’auto-contrition ?

              • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 7 août 10:40

                @Sébastien A.

                Merci Monsieur A. pour ce grand moment de littérature !

                Mon fils m’a fait découvrir Virginie Despentes à travers la trilogie Vernon Subutex.
                Hormis le fait que j’ai dû relire presque chaque phrase, j’ai eu très peur car au train où notre langue évolue je suis certain de ne plus la comprendre dans 20 ans.

                J’ajouterai que, sans être complotiste, cette évolution est une façon magnifique d’enterrer nos générations antérieures de grands penseurs qui ne seront plus compréhensibles par cette nouvelle génération déformée par exemple par l’écriture inclusive -et c’en est que le moindre mal.
                Bref aparté : il serait très intéressant de voir comment les Turcs ont vécu le passage de leur écriture en 1928 de l’alphabet arabe à l’alphabet latin. Y’a t-il eu perte d’identité, de repères en matière littéraire ?

                J’ai déjà fait l’essai de lire un texte en langage inclusif et j’ai eu du mal. J’imagine que l’inverse sera tout aussi vrai pour la nouvelle génération. Elle sera alors idéalement prête à tout nouveau formatage idéologique venant de qui saura profiter de cette occasion en or.

                Bien à vous.

                • Sébastien A. 7 août 14:00

                  @Michael Gulaputih
                  Merci pour votre commentaire. Je partage votre avis. Tuer notre langue, c’est tuer notre âme que l’on est en train de remplacer par une nouvelle âme qui ne me plaît guère.
                  Bien à vous,
                  Sébastien A.


                • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 7 août 10:40

                  @Sébastien A.

                  Merci Monsieur A. pour ce grand moment de littérature !

                  Mon fils m’a fait découvrir Virginie Despentes à travers la trilogie Vernon Subutex.
                  Hormis le fait que j’ai dû relire presque chaque phrase, j’ai eu très peur car au train où notre langue évolue je suis certain de ne plus la comprendre dans 20 ans.

                  J’ajouterai que, sans être complotiste, cette évolution est une façon magnifique d’enterrer nos générations antérieures de grands penseurs qui ne seront plus compréhensibles par cette nouvelle génération déformée par exemple par l’écriture inclusive -et c’en est que le moindre mal.
                  Bref aparté : il serait très intéressant de voir comment les Turcs ont vécu le passage de leur écriture en 1928 de l’alphabet arabe à l’alphabet latin. Y’a t-il eu perte d’identité, de repères en matière littéraire ?

                  J’ai déjà fait l’essai de lire un texte en langage inclusif et j’ai eu du mal. J’imagine que l’inverse sera tout aussi vrai pour la nouvelle génération. Elle sera alors idéalement prête à tout nouveau formatage idéologique venant de qui saura profiter de cette occasion en or.

                  Bien à vous.

                  • zygzornifle zygzornifle 7 août 10:52

                    Le DRH c’est bien souvent la Gestapo dans l’entreprise .....


                    • UnLorrain 7 août 12:48

                      @ Jeekes

                      Je ne dirais pas mieux que vous « de la diarrhée verbale » ( verbiageuse est peut être possible ? ? ☺ )

                      Quelques perles proférées sur radios « Poutine invente une nouvelle disciplines olympique. ..le tir sur avion civil » ( abjecte celle ci non ? )

                      Hauts niveaux de débilités dites avec fort accent québécois ... « 15 000 kilogrammes d’explosif trouvé dans un pickup » ( 15 tonnes dans un VL oufff ) « 1000 mms de pluie en un orage » « 4 cms de verglas sur tarmac aéroport nos avions décollent et atterrissent sans problèmes  » ( a moins d’une piscine en lieu d’aéroport je ne vois pas comment 4 cms d’épaisseur de verglas peut se former ...)


                      • JC_Lavau JC_Lavau 7 août 12:54

                        Ah ? Tu supportes encore la radio, toi ?


                        • Croa Croa 7 août 13:51

                          Merde alors, le point au milieu existe déjà ? Ils n’ont pas perdu de temps ! « Alt+0183 » c’est pour Windaube je pense... Serais-je donc sauvé ? Hé bien non ! Sur mon système c’est « Alt-gr+Maj+ ; » ce qui me donne bien un « ⋅ » .
                          Ils sont forts les lobbies du féminisme extrême !  Cette place aurait été plus utile à un caractère vraiment utile n’existant sur aucun clavier français, par exemple l’oméga (abréviation de l’Ohm). 


                          • wasp 7 août 14:22
                            Content de lire ce que je pense, mais ne sais l’ écrire !

                            Je serais tolérant envers ces « Torelistes » s’il prononçaient le Chinois, le Portugais ou le Swahili, bref, toutes les langues de la planète avec leur bonne prononciation... et encore...
                            ma grand-mère comprend de quoi je parle quand je prononce édin’bourg... pas si j’essaye de dire édin’bre.

                            Et que dire des politiciens fraichement élus, qui se mettent subitement à prononcer les « t » des fins de mot, histoire de mettre un peu d’enluminure à leurs discours en bois ?



                            • hunter hunter 7 août 14:51
                              Bonjour Sébastien A

                              Excellent papier, j’apprécie beaucoup ! Un bon humour, un bon descriptif de la chienlit journalistique...

                              A propos de l’émission de France Q évoquée, vous souvenez-vous que le « docte DRH », à un moment, est interpellé par Julie Gacon, à propos du très célèbre « référentiel bondissant » ; évoqué dans les textes des pédagogues, pour évoquer...un ballon !

                              Et que répond-t-il le pédant.... « non j’appelle un ballon, un ballon ! »

                              Aj j’étais mdr, comme disent les smartophoneés....après le coup du distanceil, Mopnsieur faisait l’humble....

                               smiley

                              Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais j’écoute France Q depuis très longtemps, et je trouve qu’il y a de jours en jours, une baisse de niveau considérable, en langue française nien entendu, mais aussi en ce qui concerne les sujets traités !

                              En tout cas merci pour le papier, j’ai super apprécié et rigloé !

                              Bon allez, je dois y aller.

                              Adishatz


                              H/



                              • Sébastien A. 7 août 15:33

                                @hunter
                                Merci bien pour votre commentaire et vos encouragements.

                                Oui, j’ai entendu le référentiel bondissant, suivi, si m’en souviens bien du « corps plongé en position horizontale dans un milieu aquatique » pour dire nager.

                                Je partage votre avis sur France Culture, mais que voulez-vous : en allant au travail, il faut bien écouter quelque chose ? En plus c’est une source inépuisable d’inspiration lorsque des pédants sont invités (ce qui arrive de plus en plus effectivement).

                                Bien à vous,
                                Sébastien A.


                              • hunter hunter 7 août 18:18

                                @Sébastien A.


                                Oui, étant donné que je suis allergique à la Réclame, il ne reste plus que France culture....

                                On arrive parfois à avoir quelques émissions pas trop pédantes, intéressantes....enfin de moins en moins !

                                Merci à vous et au plaisir de vous lire.

                                Adishatz

                                H/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Sébastien A.


Voir ses articles







Palmarès