• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tunis, enquête judiciaire ouverte contre le Président

Tunis, enquête judiciaire ouverte contre le Président

Le ministère public a ordonné, vendredi, à Tunis l’ouverture d’une enquête pour affaire criminelle contre le président provisoire actuel Moncef Marzouki, candidat à sa succession lors du deuxième tour des élections présidentielles. Son directeur de cabinet, Adnèn Manser est également poursuivi pour le même motif.

L’enquête, citée vendredi, par le site tunisien Tunisie Numérique a été ordonnée sur « … la tentative d’assassinat présumée contre le président de Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi, il y a plusieurs jours » Le fils de celui-ci avait été informé du projet lors d’une réunion avec le directeur du cabinet présidentiel. Les deux dirigeants poursuivis sont inculpés « de rétention d’informations en vertu de l’article 18 de la loi anti-terroriste. »

Beji Essebssi, dont le parti qu’il dirige, Nida Tounès, (centre droit) avait remporté les élections législatives, a terminé en tête du premier tour des présidentielles. Soutenu par le Front populaire (gauche) et plusieurs autres formations de moindre importance, il sera l’adversaire de l’actuel Président sortant. Ce dernier chahuté au cours de toutes ses réunions publiques, ne semble plus devoir avoir, comme au premier tour, le soutien massif du parti islamiste dur Ennhada dont la direction vient de subir un sérieux revers avec la démission de son secrétaire général, l’un des fondateurs de la branche tunisienne des « Frères musulmans ».

Toujours selon les sites tunisiens Kapitalis et Tunisie Numérique, le gouvernement actuel (il sera démissionné après l’élection présidentielle) a fait rapidement voter le budget de la Tunisie pour l’année 2015 par l’asemblée des élus du peuple nouvellement installés. Deux axes inédits dans ce budget. Tout d’abord environ 68 secteurs seront exclus, dès début 2015, du régime fiscal forfaitaire affiliés (60% des contribuables), qui ne contribue que de 0,2% aux recettes de la fiscalité du pays. « Parmi ces secteurs figurent le prêt-à-porter, les produits de textile, la parfumerie et produits de beauté, les articles de bijouteries, les équipements médicaux et scientifiques, le commerce des lunettes optiques, les produits paramédicaux, la vente des motos, le commerce du bois et dérivés, les meubles et ameublement, les activités de thermalisme (stations thermales), la location de voitures et l’exploitation des salles de fêtes. »

D’autre part, l’’impôt (10%) sur les sociétés off-shore en 2015, le ministre de l’Economie et des Finances, a annoncé, jeudi 11 décembre 2014, « que le taux d’imposition de 10%, qui va entrer en vigueur l’année prochaine, est « provisoire,car, explique-t-il, on va aller vers une convergence » entre les régimes off-shore et on-shore. »

« Dans trois ou quatre ans, vous serez amenés à payer le même impôt que les sociétés locales », a-t-il dit aux responsables de sociétés off-shore françaises lors d’un déjeuner-débat. Il passerait ainsi au cours de quelques années à 20%.Il se situerait ainsi au niveau de celui des sociétés locales (30%, l’impôt sur les sociétés locales étant appelé à baisser au cours du même calendrier.

Il faut noter que les sociétés françaises sont très nombreuses dans le pays, dont certaines de dimension internationale, bénéficiant jusque d’une exonération fiscale totale et d’une main d’œuvre à très bon marché.

Sur le plan sécuritaire cette fois, une importante cellule terroriste a été a été mise hors de nuire à Kasserine par la Garde Nationale et l’armée. Dans ce groupe de dix hommes, trois d’entre eux étaient chargés de récolter des fonds dans la région, trois autres s’étaient spécialisés dans le recrutement pour le jihad en Syrie et l’Irak, les autres s’apprêtant à rejoindre leurs combattant toujours terrés dans les montagnes proches de la frontière algérienne.

Enfin toute une filière de contrebandiers qui introduisaient de l’essence algérienne et libyenne (toutes deux d’un prix très bas) pour les revendre en Tunisie avec un très large bénéfice, a été complètement démantelée. Cette contrebande aurait coûté plus d’un milliard de dinars (près de 500 millions d’euros) au trésor tunisien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 15 décembre 2014 09:10
    SCANDALEUX : Marzouki nous coûte 417 Mille Dinars (200 Mille Euros) par jour !!
    Savez-vous que le président provisoire de la république tunisienne dispose d’un budget officiel de 80 millions de dinars (1 Dinars = moins de 0,5 Euro ) et d’un autre officieux de 70 millions de dinars ?...Ce qui veut dire que Marzouki dépense en un an 150 Millions de Dinars, soit 416.667 Dinars par jour. Il dépense par jour ce que dépensent, en moyenne, 30.000 Tunisiens.

    http://numidia-liberum.blogspot.com/2014/12/largent-de-poche-de-marzouki.html

    Le salaire moyen du Tunisien de la classe moyenne est de 800 DT, soit moins de 400 Euros.

    Marzouki s’accroche au pouvoir pour pouvoir dépenser sans limite et accumuler une fortune colossale . Et dire que ce sinistre personnage a été reçu par le parlement européen !! Vous me direz qu’Obama a reçu aussi le Prix Nobel de la Paix !!


    • Alain 14 janvier 2015 15:58

      Ami kelibien de Monsieur Henri Diacono, j’ai la triste mission d’informer ses fidèles lecteurs qu’il nous a quittés à la toute fin du mois de décembre. Il avait évoqué sa maladie dans des articles. Je l’ai rencontré juste avant qu’il ne publie ce dernier article du 13 décembre. Il était disert et lucide comme toujours, drôle et plein d’humanité. Nos pensées vont à sa femme et sa famille.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès