• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > U.R.S.S. – Le temps de l’hallali…

U.R.S.S. – Le temps de l’hallali…

Du point de vue de la politique extérieure, et de ce qu’il en avait coûté à l’Union soviétique pour résister aux assauts d’Adolf Hitler, il nous faut admettre, avec Andreï Gratchev, que tout s’était décidément effondré rien que comme un vulgaire château de cartes…

JPEG

« En novembre 1990, lors de la signature à Paris du traité sur les forces conventionnelles en Europe, Dimitri Iazov, ministre soviétique de la Défense présent à la cérémonie, était furieux au point de perdre toute réserve et de dire aux autres membres de la délégation soviétique : « Ce traité signifie que nous avons perdu la troisième guerre mondiale sans qu’un seul coup de feu ait été tiré.  » » (Idem, page 222.)

Du passé, voilà que le capitalisme avait su faire table rase… Pouvait-on, cependant, en être si sûr ? Et le nouveau tsar suffirait-il à enfoncer le clou de la libre entreprise dans la chair d’une population qu’il était occupé à livrer pieds et poings liés aux anciens ennemis de son pays ? Autrement dit : ce tsar-là était-il autre chose qu’un tigre de papier ? Mais, non, bien sûr… C’est tout au moins ce dont Andreï Gratchev pense pouvoir nous donner la preuve :
« […] dès l’été 1990, l’Administration Bush avait commencé à déceler d’autres dirigeants politiques en mesure de succéder à Gorbatchev en URSS. » (Idem, page 238.)

Ici surgit la fascination qu’un semblant d’or peut exercer sur Gorby… C’est-à-dire les sommes en quoi paraît consister la valeur d’échange, alors que, pour qu’elle puisse se manifester sous la forme de capital, il lui faut revêtir un tout autre costume qui exige, pour prendre la valeur que cette sorte d’or paraît d’abord receler en tant qu’il brille, toute une série de conditions dont Gorbatchev n’a manifestement aucune idée… Elles comportent, en particulier, la soumission des classes travailleuses aux classes qui investissent… Voilà qui ne correspond pas vraiment à l’aumône que le nouveau tsar prétendait recevoir rien que pour nourrir la population d’un pays qu’il avait réussi à mettre sens dessus-dessous. Andreï Gratchev écrit :
« À la fin du mois d’avril 1991, Gorbatchev, certain que le Congrès américain allait vraisemblablement ratifier l’accord commercial, envoya à Bush une lettre lui demandant un prêt immédiat d’un milliard et demi de dollars pour financer l’achat de céréales américaines sur le marché mondial. La requête de Gorbatchev atterrit sur le bureau de Bush peu de temps après l’annonce, par le Président américain, de la victoire dans la guerre du Golfe ; ceci signifiait qu’il ne se souciait plus d’obtenir le soutien des Soviétiques aux Nations Unies. » (Idem, page 240.)

Mieux, nous dit-on…
« Il est sûr qu’à ce moment-là, Gorbatchev ne pouvait pas savoir que l’émissaire d’EltsineAndreï Kozyrev, qui avait rendu visite en mai à la Maison-Blanche pour le compte de son patron, avait pressé l’Administration américaine de n’accorder aucun subside au gouvernement central de Moscou, arguant du fait que ces crédits ne seraient pas utilisés efficacement. » (Idem, page 240.)

Ceux-là savaient bien que l’exploitation de l’être humain par l’être humain ne peut pas se réduire à un petit dialogue du type : « Passe-moi le sel, je te passerai la moutarde ! »

Tournons-nous maintenant vers Gorbatchev lui-même pour trouver une éventuelle confirmation de sa volonté de circonvenir le système soviétique en brisant tout lien avec les plus importants représentants, au sommet de la structure, de la masse du prolétariat ouvrier et paysan rassemblé dans le parti communiste lui-même pour conduire la dynamique d’ensemble d’extinction de l’exploitation de l’être humain par l’être humain…

Effectivement, et il ne s’en cache pas le moins du monde. Enfin désigné comme secrétaire général du P.C.U.S. (Parti Communiste d’Union Soviétique)…
« Dès mon entrée en fonctions, je pris pour ligne de conduite de ne pas me limiter au parti pour les décisions les plus importantes. En 1984, comme quinze ans plus tôt, le Politburo avait remis sine die un plénum du CC [Comité central] consacré au progrès scientifique et technique. Conscients de la complexité du problème et du besoin d’échanger librement des idées, nous nous mîmes d’accord pour abandonner l’idée d’un plénum et réunir plutôt une conférence pansoviétique, à condition de la préparer sérieusement. Le premier pas en ce sens a été la rencontre au CC avec des économistes, des scientifiques et des dirigeants du parti.  » (Mikhaïl GorbatchevMémoires, Éditions du Rocher 1997, page 227)

Il n’y a décidément pas à s’y tromper : ce qui va échapper à la classe ouvrière glissera du côté de la classe moyenne intellectuelle, mais aussi de la classe moyenne politique… puisque c’est bien de cette dernière façon qu’il faut qualifier les renégats communistes qui se décaleront très vite jusqu’à déboucher dans un arrivisme économique destiné à offrir aux pires d’entre eux les portes d’une oligarchie qu’on verra ensuite se répandre un peu partout dans le monde occidental avec les richesses captées dans l’ex-Union soviétique…

Comment Gorbatchev aura-t-il obtenu ce résultat ? Prenons tout d’abord cette question du côté de sa seule personne… et de ce qu’il croyait savoir du processus dont il se faisait l’instrument…


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • San Jose 19 novembre 14:54

    L’URSS a perdu la guerre mondiale mais la Russie la gagnera ! 


    • Spartacus Spartacus 19 novembre 16:54

      L’oubli le plus important est la visite de Eltsine aux USA en 1989.

      Suite a une visite pour visiter les installations Américaines de l’Espace, sur le chemin du retour, il y a un arrêt imprévu au supermarché.

      Il découvre stupéfait un vulgaire supermarché de Houston avec des milliers de références, de choix, et découvre comment le communisme ment.

      Il est émerveillé par les allées de nourriture et les étagères approvisionnées, contrastant avec la gestion communiste habitué aux rayons vides de Russie et typique des régimes communistes qui détruisent les motivations a bien fournir son prochain.


      Comme ici un exemple communiste :

      https://www.youtube.com/watch?v=k3fmWNx4ylM




      Une petite photo de Boris quand il découvre le capitalisme et sera le point de départ de sa remise en question qui changera le monde ?.........

      https://www.reddit.com/r/france/comments/6uvf6e/boris_elstine_d%C3%A9couvre_les_joies_du_capitalisme/


      Eltsine pose une question au responsable du rayon fromage qui présente des dizaines de choix concurrentiels capitalistes :

      « Est-ce que tous les magasins américains sont comme ça ? »

      Le vendeur répond en s’excusant « oui, mais ici on est une succursale, le choix est limité, on a pas le choix de nos hypermarchés ».


      • Spartacus Spartacus 19 novembre 16:59

        L’expérience de Eltsine ce jour-là allait à l’encontre de tout ce qu’il savait. 

        Eltsine a appris comme tous les bolchéviques à maintes reprises que le socialisme n’est pas simplement plus équitable, mais plus efficace.

        Ses yeux s’ouvrirent ce jour-là et la révélation laissa le futur président russe se sentir malade.

        « Quand j’ai vu ces étagères remplies de centaines, de milliers de canettes, de cartons et de marchandises de toutes sortes, je me suis sentie pour la première fois très désespérée du désespoir à l’ égard du peuple soviétique », écrit dans son autobiographie, «  Qu’un pays aussi super riche que le nôtre a été amené à un tel état de pauvreté ! C’est terrible d’y penser. »

        *Quand on penses aux Bolchéviques Français, qui encensent le communisme, un détour à Cuba ou Venezuela ou Coréee du Nord.

        La réalité ferait peut être entendre la raison a ces endoctrinés pathétiques.


      • Spartacus Spartacus 19 novembre 17:06

        Eltsin, parcourait les allées du supermarché Randall en hochant la tête avec étonnement« . Il a déclaré à ses compatriotes russes de son entourage que si leur peuple, qui devait souvent attendre la plupart des marchandises, voyait les conditions de vie des supermarchés américains, »il y aurait une révolution".

        « Même le Politburo n’a pas ce choix. Pas même M. Gorbatchev ».

        Et y’a des gens qui s’étonnent de la fin du communisme...

        Tristesse d’absence intellectuelle....


      • foufouille foufouille 19 novembre 17:30

        @Spartacus

        « les installations Américaines de l’Espace »

        c’est quoi ce truc sans 10l de vin dans le nez ?


      • kimonovert 19 novembre 18:14

        @Spartacus

        Salut, Alors les amours avec Christelle c’est tient ! Il faut (elle m’a viré au premier hic) lui expliquer que les coupés collés c’est un travail de fainéant comme le fait Néant ! Revenons à nos moutons, citez moi un bien de consommation courante, hors un char Armata, un sous marin Borei, un missile Boulava, une batterie S400, un Soukhoi 57 qu’on puisse s’offrir à Noël ?


      • kimonovert 19 novembre 18:15

        @Spartacus

        Boris faisait d’une bière deux coups !


      • Spartacus Spartacus 20 novembre 01:57

        @kimonovert

        Même en Vodka, je préfère la vodka Ukrainienne.  smiley
        La russe est aussi pourrie que les copiés collés des articles écrits par les services de propagande à Moscou des idiots utiles d’Agoravox.


      • Fanny 21 novembre 19:37

        @kimonovert
        Un petit morceau de Sibérie. C’est pas cher et avec le réchauffement, ça sera bien utile un jour prochain.
        Sinon un Spoutnik avec Gagarine déguisé en Père Noël (modèle réduit).
        Ceci dit, les biens de consommation courante sont d’intérêt limité au pays des joueurs de balalaïka, des buveurs de vodka et des Cosaques ...


      • alexis42 alexis42 19 novembre 16:54

        « les plus importants représentants, au sommet de la structure, de la masse du prolétariat ouvrier et paysan rassemblé dans le parti communiste »

        Vous avez raison : c’est scandaleux de s’attaquer à la « démocratie » soviétique quand on voit les résultats des élections de 1984 :

        Voix favorables au candidat sélectionné
        Soviet de l’Union : 99,94 %
        Soviet des nationalités : 99,95 %

        J’espère que les candidats opposés au Grand PCUS ont été envoyés au Goulag !


        • alexis42 alexis42 19 novembre 17:14

          @alexis42
          Mouarf ! Un vote négatif venant forcément d’un Kâpitaliss. Le Grand Historien ne s’abaisserait pas à une telle action, d’autant que je souligne ce qu’a pu être une vraie démocratie.
           smiley


        • kimonovert 19 novembre 18:00

          Quel style ! « C’est-à-dire les sommes en quoi paraît consister la valeur d’échange, alors que, pour qu’elle puisse se manifester sous la forme de capital, il lui faut revêtir un tout autre costume qui exige, pour prendre la valeur que cette sorte d’or paraît d’abord receler en tant qu’il brille, toute une série de conditions dont Gorbatchev n’a manifestement aucune idée… » Ouf !


          • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 20 novembre 12:46

            @kimonovert
             smiley
            Une telle phrase n’aurait pas pu emprunter le pont de Mirepoix.


          • kimonovert 19 novembre 18:04

            « il nous faut admettre, avec Andreï Gratchev, que tout s’était décidément effondré rien que comme un vulgaire château de cartes… » D’ abord c’est qui Gratchev ? rien que comme ! Y a un truc en trop... Et en plus, bourrique comme je suis, je n’admets jamais rien...à la rigueur, je considère...et encore sous la torture !


            • JP94 19 novembre 20:28

              @kimonovert
              A ma connaissance, il était le conseiller de Gorbatchev, mais le bateau Gorbatchev ayant coulé — le conseiller a pris le large. Il faut relativiser ses propos, à mon avis. Je connais de nombreux Russes : ils honnissent tous Gorbatchev, et pour des raisons tout à fait compréhensibles : pillage de toutes leurs économies ( ils avaient beaucoup d’épargne), destruction de leurs droits ( travail, logement, éducation, santé, prestige du pays, souveraineté, confiance en l’avenir, culture ...( les Soviétiques avaient en moyenne par foyer 4 abonnements à des revues de qualité  scientifiques et autres  on n’est pas dans les revues de mode ou people )

              Bref ... mais je conseillerai un livre de chez Delga sur le sujet , qui est la traduction de : Roger Keeran et un autre auteur, The collapse of the USSR . Ecrit par un historien et un économiste. 
              Une étude avec des statistiques, qui prouve  et c’est l’avis de 90% des ex-Soviétiques , que la désintégration de l’URSS n’avait rien d’inéluctable : sinon, pourquoi, alors l’économie a plongé durant la phase capitaliste qui dure depuis 30 ans, le pays, le pays n’a-t-il pas basculé vers le socialisme ? puisque la crise est sans comparaison ? ( chute de l’espérance de vie, chômage endémique).
              Le socialisme avait réussi, lui, après 7 ans de guerre, une invasion, de 1921 à 1927 à revenir à l’indice 100 de production de 1913, à alphabétiser 95 à 98% de la population suivant les régions, moins dans la partie d’Asie centrale mais 80% environ...Et après la destruction et tous les morts de la dernière guerre, en 30 ans, avait atteint les 2/3 du ¨PIB des Etats-Unis, lancer le Spoutnik être le leader en mathématiques et aux échecs, en physique aussi ... etc etc 


            • Spartacus Spartacus 20 novembre 08:24

              @JP94
              Fumeux, cette pensée qui n’évolue pas et fait passer ses fantasmes idéologiques devant les faits.
              « Le socialisme avait réussi »......  smiley
              On voit la différence entre URSS et Danemark, Allemagne de l’Est, Allemagne de l’Ouest, Corée du Nord Corée du Sud.
              Curieux cette réussite qui pousse les gens a fuir le socialisme dans un sens et pas dans l’autre.

              Laogais, Goulags, terreur de masse et écocides de leurs propre population, quelle réussite « oubliée »

              Je me souvient encore dans ma ville coco qui avait organisé lorsque j’avais 16ans un « voyage en Allemagne de l’Est » pour voir la « réussite socialiste »
              Aucun magasin pour ramener un simple souvenir à mes parents.
              Tout était merdique.
              Les gens a pied des hôtels qui cherchaient des devises, la misère sociale. Le sous développement.

              Et ces cons de cocos dans le bus du retour qui conditionnaient les gens pour dire d’expliquer aux familles la « réussite du socialisme »....
              Excellente expérience qui montrait comment les cocos refusaient de voir la réalité et niait la réalité et faisait passer leur idéologie et leur fantasme au delà du réel.

              Aujourd’hui ils ne sont pas encore guérit. Pas de séjour au Venezuela dans les villes cocos, pour voir la « réussite » du socialisme ?


            • nemo3637 nemo3637 20 novembre 18:29

              @JP94
              Ayant une partie de ma famille vivant en Russie, je suis d’accord avec vous pour dire qu’il y a eu une « certaine réussite du socialisme » en Urss. Les chiffres que vous donnez sont éloquents même si la société soviétique a du subir de sacrées tuiles« comme la grande famine en Ukraine (ma mère, enfant, s’en trouvait épargnée en Crimée. On oublie souvent qu’une partie de l’Europe notamment l’Allemagne, subissait la misère due à la crise de 1929.
              Après le congrès de 1956, Kroutchev y croyait encore.
              Cela a vraiment »merdé« avec le temps, les »mauvaises« habitudes, à cause de l’irresponsabilité entretenue. Personne ne voulait prendre de responsabilités (c’est le chef ou le Parti qui décide...) et on avait pris l’habitude de truquer toutes les données et bilans (pour faire plaisir au secrétaire et se faire bien voir) de sorte que l’on n’arrivait plus à organiser quoique ce soit, surtout les transports. Quelle était l’état de la production dans telle région ? Où étaient les trains pour transporter les pièces qu’on avait fabriquées ? Les gens étaient travailleurs et solidaires mais n’avaient plus aucune confiance en l’Etat. Cette société où une nomenclature pouvait vivre sur le dos de la majorité, n’avait rien de socialiste, ressemblait plutôt à un bazar de pénurie. Remarquez aussi qu’il n’y a pas que dans ce genre de capitalisme d’état qu’il y a la pagaille mais aussi dans des pays »libres" (Brésil, Zaïre...)


            • kimonovert 21 novembre 08:15

              @Spartacus

              Les Oasis étaient aveugles et masos, qui de 1961 à 1989, voulaient faire le mur pour fuir le Paradis...Victimes de la sale propagande capitaliste de Free Europ ! Au moins 130 y ont laissé leur vie ! Les plus objectifs diront qu’ils voulaient aller en Corée du Nord....


            • kimonovert 21 novembre 08:33

              @nemo3637

              « Personne ne voulait prendre de responsabilités (c’est le chef ou le Parti qui décide...) et on avait pris l’habitude de truquer toutes les données et bilans (pour faire plaisir au secrétaire et se faire bien voir) »

              Est-ce toujours le cas ? Cet état de fait s’est ressenti lors de l’accident du Koursk, impossible d’annoncer au chef qu’il y avait des problèmes...


            • nemo3637 nemo3637 21 novembre 16:04

              Ayant pris l’habitude de ne pas prendre de responsabilités, il est difficile de trouver aujourd’hui en Russie sur qui compter pour une gestion correcte. Contrarier Poutine ou ses affidés ? Ce n’est plus le socialisme mais dès qu’on cultive son petit jardin, on risque de se faire racketter....

              Remarquez en France, on a aussi nos godillots et carriéristes. Les béni oui oui macronistes prêts à vous conduire dans l’impasse du moment qu’ils tirent leur épingle du jeu...

              De plus nous n’avons pas de goulags enfin pas encore... et donc peu de risques pour ceux qui « s’en foutent jusque là ».

              J’avais pensé pour ma part réquisitionner Saint-Barth’, l’isoler pour en faire une sorte de « Ko-Lanta »... Et puis après on pourrait filmer in vivo

              Je ne sais ce que vous en pensez...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès