• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ukraine : Hystérie occidentale et arbitrage défaillant de l’OSCE

Ukraine : Hystérie occidentale et arbitrage défaillant de l’OSCE

Nous sommes tous surpris et inquiets du nouveau climat d'hostilité qui domine aujourd'hui les relations internationales.

Un vaste mouvement de contestation, déclenché après la suspension d'un accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne, a provoqué la chute de son président Viktor Ianoukovytch, le 22 février 2014 et fait sombrer le pays dans la guerre civile.

Au sommet de Minsk du 11 février 2015, les dirigeants d'Ukraine, Russie, France et Allemagne ont convenu un ensemble de mesures visant à atténuer la guerre dans la région du Donbass.

Cependant, si le cesser-le-feu Minsk-2 semble respecté sur le terrain, c'est d'avantage sur le plan diplomatique que se poursuit la crise et l'escalade des provocations.

Alors que les Etats-Unis planifient l'acheminement de troupes et de matériel pour rétablir le dispositif militaire ukrainien bousculé par les forces des républiques de Donestk et Lugansk, un concert tonitruant d'accusations et de menaces s'élève à l'encontre de la Russie.

Dans cette confusion il y a une voix que l'on entend pas. Ou plutôt deux. D'abord celle de l'OSCE : Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe née depuis 1975 à la signature de l'Acte final d’Helsinki et ayant pour but de favoriser le dialogue et la négociation entre l’Est et l’Ouest. Ensuite celle de Ban Ki-Moon, secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.

Hystérie occidentale

Ce Mardi 3 Mars 2015 nous recevions cette nouvelle :

"Barack Obama, François Hollande et Angela Merkel ont promis mardi une « réaction forte » de l’Occident en cas de « rupture majeure » du cessez-le-feu dans l’Est rebelle prorusse de l’Ukraine et appelé à renforcer le rôle de l’OSCE pour surveiller cette trêve.

Cette position a été convenue à l’issue d’entretiens téléphoniques entre les présidents français et américain et la chancelière allemande, mais aussi avec les Premiers ministres britannique, David Cameron, italien Matteo Renzi et le président du Conseil européen, Donald Tusk, a annoncé l’Elysée.

« Ils sont convenus qu’une réaction forte de la communauté internationale serait nécessaire en cas de rupture majeure dans le processus de mise en œuvre » des accords de paix de Minsk 2 conclus le 12 février dans la capitale bélarusse, précise un communiqué de la présidence française.

Sans la mentionner directement, cette menace est clairement adressée à la Russie, accusée par Kiev et les Occidentaux d’armer les rebelles et de déployer des forces régulières en Ukraine" [1]

Pour résumer l'affaire il s'agit d'une déclaration conjointe de pays occidentaux souvent désignés comme "communauté internationale". Elle contient comme le souligne le journaliste "une menace clairement adressée à la Russie". Cette menace de "réaction forte" se trouve conditionnée au respect d'un cesser-le-feu entre des tiers, soit entre les forces armées du Donbass et les forces gouvernementales dont des milices indisciplinées et extrémistes.

Or, loin de considérer cet accord de cesser-le-feu pour ce qu'il est, c'est a dire une suspension des hostilités conditionnée par le respect d'engagements réciproques entre les forces en présence, donc relatif et fragile. On considère abusivement cette trève comme règlement définitif du conflit dont la violation engagerait la responsabilité unilatérale de la Russie. Mais que dire de la responsabilité de l'Ukraine, de la France ou de l'Allemagne qui y ont pourtant contribué et n'en sont ni plus, ni moins garants ?

Outre cette disposition abusive les dégageant de toute responsabilité en cas de reprise des hostilités et cette imputation a priori de la Russie à laquelle est liée une menace grave, ces pays "occidentaux" entendent "renforcer le rôle de l’OSCE pour surveiller cette trêve". C'est là que nous sommes curieux d'apprendre l'origine de cette démonstration d'une si haute tenue et dont la cohérence nous semble familière. Peut-être s'imagine t-on quelque part que l'OSCE doit se contenter de jouer le rôle subalterne d'observateur d'une stratégie de la tension et d'escalade ? Et ce sans s'écarter de sa mission fondamentale "de favoriser le dialogue et la négociation entre l’Est et l’Ouest" ?

L'arbitrage défaillant de l'OSCE

M. Lamberto Zannier, un diplomate italien, ancien réprésentant spécial pour les Nations-Unies au Kosovo entre juin 2008 et juin 2001, est actuellement Secrétaire Général de l'OSCE. Il répond aux questions de Judy Dempsey [2] une journaliste de Carnégie-Europe, fondation dédiée "à la coopération interétatique et à la promotion des intérêts des États-Unis sur la scène internationale" [3]. Il faut souligner ce passage.

Question : "Comment est l'ambiance à l'intérieur de l'Organisation (OSCE) ? Réponse : Il n'y a aucun doute de la part des pays membres orientaux ou occidentaux pour renouveler le mandat de surveillance de l'OSCE. Je pense que tout le monde soutient le rôle de l'organisation. Mais l'atmosphère à Vienne, siège de l'OSCE — reste compliquée. C'est lourd et tendu."

Dans l'ensemble cet entretien n'a qu'un intérêt limité. Il est pourtant révélateur d'un certain climat d'oppression. Ceci transpire jusque dans cet échange, tant par les questions biaisées que les réponses insignifiantes. Par exemple la journaliste fait allusion à une "invasion de l'Ukraine orientale" sans que son interlocuteur ne signale un évènement non-vérifié, une information contraire aux rapports des observateurs OSCE sur le terrain depuis 2014. Comment s'étonner du titre "Mission quasi-impossible de l'OSCE en Ukraine" quand le Secretaire-Général de l'OSCE n'ose plus contredire une simple employée de Carnégie-Europe ? Comment trouver une issue à ce conflit lorsque l'instance d'arbitrage OSCE ne joue plus son rôle et semble paralysée par des considérations étrangères aux principes du droit international ?

Pour revenir à cette nouvelle : "l’Occident menace Moscou de « réaction forte » en cas de rupture de la trêve" ; posons-nous une simple question. L'OSCE en tant qu'arbitre impartial peut-il intervenir à ce moment pour interdire ces propos menaçants qui franchissent un nouveau degré de gravité ? La réponse est aussi simple, elle est inscrite noir sur blanc dans l'Acte final de la conférence d'Helsinki, ainsi que dans la Charte des Nations-Unies :

« Les Etats participants s’abstiennent dans leurs relations mutuelles, ainsi que dans leurs relations internationales en général, de recourir à la menace [...]. Aucune considération ne peut être invoquée pour servir à justifier le recours à la menace [...] en violation de ce principe. »

Deuxième principe primordial « Non-recours à la menace ou à l’emploi de la force » Helsinki 1975  [4]

« Les Membres de l'Organisation s'abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l'emploi de la force, soit contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies. »

Article 2.4 Chatre des Nations-Unies 1945 [5]

L'utilité de ces articles est manifeste. Leur respect devrait être aussi scrupuleusement observé et leur violation être aussi fermement condamnée par l'OSCE ou l'ONU que l'infraction de n'importe laquelle des autres règles du droit international. En effet le règlement pacifique des différents exige un climat d'entente et de respect mutuel incompatible avec l'usage destructeur d'accusations infondées, de chantages, ultimatum, "ligne rouge" et autres menaces. Il s'agit d'ailleurs d'un autre principe primordial inscrit dans l'Acte final d'Helsinki :

Les Etats participants règlent les différends entre eux par des moyens pacifiques demanière à ne pas mettre en danger la paix et la sécurité internationales et la justice.
Ils s'efforcent, de bonne foi et dans un esprit de coopération, d'aboutir à une solution rapide et équitable, sur la base du droit international.

A cette fin, ils ont recours à des moyens telsque la négociation, l'enquête, la médiation, la conciliation, l'arbitrage, le règlement judiciaire ou à d'autres moyens pacifiques de leur choix, y compris toute procédure de règlement convenue préalablement aux différends auxquels ils sont parties.

Au cas où elles ne parviennent pas à une solution par l'un des moyens pacifiques ci-dessus, les parties à un différend continuent de rechercher un moyen, convenu mutuellement, de résoudre pacifiquement le différend.
Les Etats participants, parties à un différend entre eux, ainsi que les autres Etats participants, s'abstiennent de tout acte qui pourrait aggraver la situation au point de mettre en danger le maintien de la paix et de la sécurité internationales et rendre ainsi plus difficile le règlement pacifique du différend.
Principe primordial V. Règlement pacifique des différends Helsinki 1975

Il résulte de ces quelques éléments que le réglement de la crise ukrainienne est une question plus vaste que celle du simple respect d'un cesser-le-feu ou de l'envoi d'un nombre supplémentaire d'observateurs [6]. Se focaliser sur ces questions est une erreur et n'aboutirait qu'à un enlisement du conflit ou à créer une zone de tension permanente. En rester là ne ferait encore qu'affaiblir la mission généraliste de l'OSCE d'instance de dialogue Est-Ouest fonctionnant sur le mode du consensus. Au lieu de maintenir cette institution dans son rôle premier de veiller à l'application de tous les principes d'Helsinki on avalise son abaissement dans un rôle d'agent subalterne.

Conclusion

Pour conclure brievement il faut rappeller que ce n'est pas la première fois que l'OSCE déçoit ceux qui ont cru à cet engagement de bonne foi des signataires en faveur de la Sécurité et la Coopération en Europe. 

En Yougoslavie de nombreux principes d'Helsinki ont été bafoués sans que l'OSCE ne trouve beaucoup à redire. Notamment en ce qui concerne l'ingérence de puissances occidentales telle que l'Allemagne dont les services et autres officines ont pu librement jouer la déstabilisation sans souci de non-ingérence ou d'inviolabilité des frontières. [7]

Lors du référendum de 2005 sur le Traité européen, l'OSCE n'a pas émis un seul rapport ni une seule note concernant la conformité des nouvelle normes européennes avec le droit international et les principes énoncés dans l'Acte final de 1975. Or il semble que de nombreuses dispositions du Traité de Lisbonne de 2007 - directement copiées dans le Traité de 2005 - soient en conflit direct avec Helsinki et même la Charte des Nations-Unies, surtout sur les questions de souveraineté, du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ou de non-ingérence dans les affaires intérieures. [8] Qui donc peut mieux comprendre que nous qui en subissons la tyranie, le refus d'autres de voir leur pays entrer dans le carcan de l'Union européenne ?

De même l'implication Etatsunienne dans la subversion de l'hiver 2013-2014 à Kiev n'a pas été éclaircie. L'OSCE tarde beaucoup trop à rappeler au respect du droit international le plus élémentaire, une puissance entrainée dans une course sans frein à l'ingérence et à la provocation. Un bellicisme pourtant dénoncé par Jack Matlock, ancien ambassadeur US auprès du Kremlin. [9]

Avec ce recul bien des illusions sont tombées et il est plus facile de comprendre ce propos de M. Poutine en 2007 :

« On tente de banaliser l'OSCE pour en faire un instrument au service d'un groupe de pays au détriment d'un autre », a déclaré le président russe. « Telle est la tâche poursuivie par l'appareil bureaucratique de l'OSCE, qui n'a absolument aucun lien avec les pays fondateurs, par ce que l'on appelle les organisations non-gouvernementales, formellement indépendantes mais en réalité financées et, par conséquent, contrôlées », a souligné le chef de l'État russe. « On veut banaliser l'OSCE et en faire un instrument au service d'un groupe de pays ». [10]

N'est-il pas temps de revenir à l'essentiel des principes d'Helsinki - avec ou sans OSCE - et de renouer avec la bonne foi et la cordialité dans les relations internationales ?

------------------------------------------------***-------------------------------------------------

[1] Ukraine : l’Occident menace Moscou de « réaction forte » en cas de rupture de la trêve Journal Libération 3/03/2015 http://www.liberation.fr/monde/2015/03/03/ukraine-l-occident-menace-moscou-de-reaction-forte-en-cas-de-rupture-de-la-treve_1213562

[2] The OSCE’s Near-Impossible Mission in Ukraine 5 mars 2015 http://carnegieeurope.eu/strategiceurope/?fa=59264

[3] Fondation Carnégie pour la paix internationale Wikipédia 2015 http://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_Carnegie_pour_la_paix_internationale

[4] http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/Helsinki-accord.htm

[5] Charte des Nations-Unies Chap. I Buts et principes https://www.un.org/fr/documents/charter/chap1.shtml

[6] "Le déploiement d'observateurs de l'OSCE sur les actuels points chauds de l'est de l'Ukraine demandera un nouveau mandat, a réagi mardi l'organisation après une annonce en ce sens de Kiev. "Pour qu'il y ait plus d'observateurs, et pour qu'il y ait un changement substantiel des lieux où ils sont basés, il faudrait un changement du mandat", a déclaré à l'AFP le porte-parole Michael Bociurkiw, qui s'exprimait au téléphone depuis l'Ukraine." Ukraine : déployer plus d'observateurs requiert un nouveau mandat selon l'OSCE http://www.lepopulaire.fr/france-monde/actualites/a-la-une/international/2015/03/03/ukraine-deployer-plus-d-observateurs-requiert-un-nouveau-mandat-selon-l-osce_11349552.html

[7] "La République fédérale d'Allemagne a fortement poussé à la scission du Kosovo depuis le milieu des années 1990 (voir les informations à ce sujet de german-foreign-policy.com [3]). Elle renoue ainsi avec sa politique à long terme d'affaiblissement et d'émiettement de la Yougoslavie, dont on peut remonter le cours jusqu'aux années 1960. Quand le gouvernement de la République fédérale a remarqué en 1962 un nationalisme croissant dans la république constituante yougoslave de Croatie, le service de renseignements fédéral allemand (BND) a établi des contacts avec le groupe des fascistes oustachis au sein des organisations yougoslaves en exil. A partir de 1966, le service allemand d'espionnage à l'étranger a considérablement augmenté le nombre de ses agents en Yougoslavie.[4] A partir de 1971, face aux manifestations de masse nationalistes en Croatie, le BND a misé sur des mesures actives pour déstabiliser l'Etat yougoslave. A partir de 1980 enfin, sous l'autorité du président du BND et futur ministre des Affaires étrangères Klaus Kinkel, le démembrement de la Yougoslavie a été accéléré, avec tous les moyens dont dispose un service de renseignements.

Parallèlement, le ministre-président de Bavière Franz-Josef Strauss a été l'initiateur de mesures destinées à détacher économiquement la Slovénie et la Croatie de la république fédérative de Yougoslavie. On s'est servi du "groupe de travail Alpen-Adria" créé à la fin des années 1970, dont le but était de rapprocher de l'Allemagne du sud, par une politique d'"organisation de l'espace", d'anciennes provinces de l'Empire austro-hongrois, dont des Bundesländer autrichiens et le nord de l'Italie (Bolzano-Alto Adige/"Südtirol"). Des représentants des parlements régionaux de Slovénie et de Croatie - les deux régions avaient elles aussi fait partie de l'Empire austro-hongrois - ont participé dès le début aux réunions de l'organisation Alpen-Adria. Un Français avait critiqué cette coopération, "officiellement subventionnée à des fins culturelles par des crédits bavarois" pour "aider, en Slovénie et en Croatie, des groupes qui se détournaient de tout ce qui était serbe" : "C'est ainsi que la séparation a été préparée psychologiquement."

L'Allemagne de l'Ouest a encouragé de plus en plus ouvertement les gouvernements régionaux de Ljubljana et de Zagreb à faire sécession, quand la Yougoslavie, en 1987, s'est trouvée au bord de la faillite à cause d'une crise de paiement des dettes, et qu'elle a dû se soumettre à un sévère programme d'adaptation des structures du Fonds monétaire international (FMI).[6] L'argument de Bonn a été que la Slovénie et la Croatie n'auraient une chance d'être admises dans l'Union européenne que si elles se séparaient du Sud pauvre de la Yougoslavie. Fortes de ce soutien, la Slovénie et la Croatie ont déclaré leur indépendance en juin 1991, en violation de la Constitution yougoslave. La première guerre de sécession en Yougoslavie s'en est suivie. Tout d'abord, mis à part l'Allemagne, l'Autriche et le Vatican, aucun Etat n'était prêt à donner son accord pour un démembrement du pays. Aussi le gouvernement fédéral a-t-il brusqué, début décembre 1991, ses alliés de l'UE et de l'Otan, ainsi que ceux de l'ONU, menaçant pour la première fois depuis 1945 d'un cavalier seul de l'Allemagne sur la scène internationale : l'Allemagne annonça que même si aucun autre Etat ne la rejoindrait, elle allait reconnaître fin 1991 l'indépendance nationale des deux républiques sécessionnistes.

Washington, Londres et le secrétaire général de l'ONU Perez de Cuellar ont alors exprimé leur inquiétude. Ils ont demandé à Bonn de renoncer purement et simplement à la reconnaissance unilatérale des deux Etats, et ils ont mis en garde contre la guerre que provoquerait en Bosnie-Herzégovine la sécession de la Slovénie et de la Croatie. Le secrétaire général de l'ONU Perez de Cuellar a textuellement écrit ceci au ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher : "J'espère que vous avez pris connaissance de la grande inquiétude des présidents de la Bosnie-Herzégovine et de la Macédoine, et de beaucoup d'autres personnes, qui considèrent qu'une reconnaissance sélective prématurée pourrait entraîner l'extension du conflit actuel aux régions politiquement très sensibles. Une telle évolution pourrait avoir de graves conséquences pour l'ensemble des Balkans."[7] A nouveau, des voix s'élèvent aujourd'hui pour des mises en garde analogues, face à la sécession imminente du Kosovo.

Pas plus qu'il ne l'a fait hier, le gouvernement fédéral ne s'en formalise aujourd'hui. Lors d'une séance de nuit à Bruxelles, le 15 décembre 1991, en faisant des concessions d'ordre économique et politique dans d'autres domaines, Hans-Dietrich Genscher a pressé ses homologues de l'UE de prendre une décision, par laquelle l'UE en son entier reconnaissait la sécession de la Slovénie et de la Croatie pour janvier 1992. Peu de temps après, en avril 1992, la guerre se déclencha en Bosnie-Herzégovine. Déjà, la presse française avait décrit avec clairvoyance la politique allemande dans l'Europe de l'Est et du Sud-est : "L'Allemagne réunifiée pourrait être tentée de jouer de nouveau un rôle dominant dans cette partie de l'Europe, et, pour y parvenir, d'attiser des conflits en jetant de l'huile sur le feu." http://www.german-foreign-policy.com/fr/fulltext/55951

[8] "Cependant il faudrait savoir si cette mise au placard d’Helsinki n’est pas délibérée puisqu’il existait une Organisation chargée de promouvoir les principes de sécurité et de coopération en Europe (OSCE). Or cet OSCE semble se faire fort de ne jamais faire parler d’elle. Lui a t’on seulement demandé de rendre son avis sur le
texte du TCE ?" TCE de Giscard : la trahison d’Helsinki 21 mai 2005 http://www.monde-solidaire.org/spip/spip.php?article2100

[9] Ukraine : le bellicisme d’Obama dénoncé par d’anciens ambassadeurs américains http://re-informe.com/ukraine-le-bellicisme-dobama-denonce-par-danciens-ambassadeurs-americains/

[10] Munich, 10 février 2007 http://fr.sputniknews.com/international/20070210/60512380.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion P-Troll 7 mars 2015 08:52

    l’ONU est aussi inconsistante que l’était la SDN

    ces vitrines ne servent qu’à l’affichage des explications officilles
    les enjeux et le pouvoir sont ailleurs

    • Paul Leleu 7 mars 2015 18:59

      @P-Troll


      Tout à fait d’accord. Cette guerre en Ukraine n’est qu’une diversion pour faire oublier l’invasion de l’Etat islamique. 

      L’islam est devenu le vrai complot mondial. Pendant que les nazis de l’Etat islamique continuent leur invasion et leur génocide, l’Arabie Saoudite prend des sanctions économiques contre les USA.

      En effet, les USA ont voulu s’émanciper de la tutelle arabe, en produisant du pétrole de schiste. C’est chose faite. Et bing ! L’Arabie-Saoudite fait plonger les cours du pétrole. Ainsi, le schiste américain devient un gouffre financier. Et les USA se retrouvent à nouveau sous l’emprise arabe. 

      Dans le même temps, en offrant des conférences à Sarkozy, le Quatar a obtenu une défiscalisation spéciale pour étendre son influence en France, et tout racheter. Valls a prolongé cet exonération fiscale pro-islamique. D’ailleurs le Quatar a même racheté le PSG et les droits de la ligue 1 !!

      Pendant ce temps là, la Turquie, le Maroc, le Pakistan et l’Algérie agitent leurs ouailles en Europe (Allemagne, Angleterre, France). Pour créer du communautarisme, et diviser la rébellion populaire. Après avoir dissolu le PCF et Charlie Hebdo, les entristes islamistes s’attaquent au FN (il n’y a qu’à voir les maneuvres de Dieudonné, qui a réussi à infiltré la famille Le Pen, alors qu’il était à Dreux en 1983, contre les Le Pen ! ... dieudonné est financé par l’Iran islamique... CQFD). Aymeric Chauprade vient d’être remercié du FN. Preuve que le FN est infiltré. 

      Tout est en place. Les USA, l’OTAN et l’UE sont sous l’influence islamique. L’extrême-droite islamique a mis la main sur l’EMPIRE mondial. Associé aux néo-nazis ukrainiens, le complot islamo-capitaliste essaye de déclencher une guerre artificielle contre la Russie. Et en plus, ça permet à l’islam/USA de poursuivre sa guerre contre la Russie après l’Afghanistan. 

      Le but : affaiblir les européens, affaiblir la puissance russe, et profiter de cette diversion pour rapprocher leurs bases de nos frontières (ils sont en Lybie et menacent déjà Rome). Ainsi, quand nous nous rendrons compte, il sera trop tard. L’Europe sera tombée sous le joug de l’impérialisme musulman. 

      C’est une vieille histoire. Les impérialistes musulmans ont toujours voulu conquérir et soumettre l’Europe (Espagne, Poitiers, Vienne, Balkans, Chypre). L’histoire est en marche. 
      L’islam et le capitalisme marchent main dans la main, pour soumettre le monde. Prochaine étape, l’Europe de l’Ouest. 

    • Allexandre 8 mars 2015 18:11

      @Paul Leleu
      Comment peut-on écrire de telles âneries ? Quoi qu’il en soit, pour l’heure et depuis plus d’un siècle, ce sont les musulmans qui sont sous l’emprise des Occidentaux ! Quant aux références historiques que vous citez, elles prouvent surtout que vous ne comprenez pas grand chose à l’Histoire. Le seul fil rouge de votre intervention est votre obsession et votre haine des musulmans, en bon FN que vous êtes. C’est avec des gens comme vous, qu’un nouveau génocide se prépare. L’inculture est mère de toutes les stupidités !


    • Martha 7 mars 2015 09:31


       Ce conflit préparé et déclenché ostensiblement par ceux qui tiennent le pouvoir aux Etats-Unis, en profitant des faiblesses de l’Ukraine, toujours pas adulte 23 ans après la chute de l’Empire soviétique (8 décembre 1991), est un cas d’école.

       On ne peut rester là, abreuvé des mensonges médiatiques et de ceux d’Obama, sans chercher d’autres sources d’informations : internet nous apporte cette possibilité.
       Ne pas chercher à savoir et laisser ces menteurs officiels nous bourrer le crâne de leur propagande de guerre est irresponsable, extrêmement dangereux et même criminel : ne rien dire c’est aussi participer à leur projet diabolique.
       Chercher la vérité et la dire, c’est un devoir civique.

       Les sources ne manquent pas : Allain Jules Ukraine, Les-crises de O. Berrurier, La voix de la Russie devenu sputnik france, (la Russie à choisi la voix de la vérité pour s’exprimer, elle à bien raison, face à la voix du mensonge), E&R, Agoravox, comité Valmy, Voltairenet, réseau international, dedefensa, le blog de jacques tourtaux.

       Cette affaire est scandaleuse d’un bout à l’autre* et nos décideurs s’écrasent. C’est honteux.

       Le dernier espoir est que François H. et Angela M. tiennent bon, contre vents et marées et menacent les U.S. de rupture s’ils continuent à attiser le feu. Il doivent CLAIREMENT dire que si cela continue c’est la rupture sans concession.

       Si cela est bien clair les U.S. et les G.B. se dégonfleront.

       
      * Putsch pendant les jeux olympiques d’Hiver. Le MH17 abattu, attentat faussement attribué aux Russes. Attaque au gros calibre terrestre et aérienne des villes de l’Est de l’Ukraine, la vie des civils, ça ne compte pas, au contraire semble-t-il, plus il y en a plus cela convient à ces fous terroristes. Des fausses trêves. Mensonges en tout genre. La liste est longue.


      • Martha 7 mars 2015 10:00

        @Martha,

         PS :

         Ecouter la conférence de F.Asselineau sur le site upr.fr : « L’influence Américaine dans les organisations internationales »

         C’est assez long, Asselineau est un excellent conférencier et il tient à aller au fond des choses pour que son travail serve de référence. Donc, pourquoi ne pas prendre le temps pour bien le dire ?
         C’est ancré solidement et ça tient !

         A ce sujet, il est important, par nos prochains votes, de donner à ce parti l’importance qu’il doit prendre. C’est le seul qui peut rassembler les Français dans un projet d’avenir.
         Ce parti est la seule alternative fiable face aux FNUMPPS qui se complaisent dans leur souille, pour sortir, enfin, de la mouise ambiante.


      • Martha 7 mars 2015 10:15

        @Martha

         suite,

         En écoutant cette conférence on se rend compte à quel point le cancer est généralisé.
         
         et pourtant...

         Il suffit de le dénoncer et de retrouver notre liberté Nationale pour s’en guérir.
         Et c’est assez simple :
         sortir le l’Europe (des Européistes) (application art 50 du TUE) - sortir de l’Euro - sortir de l’OTAN.

         Retrouver les principes qui ont « fait la France ».


      • elpepe elpepe 7 mars 2015 14:46

        @Martha
        Bonjour
        En vous citant :
        Le dernier espoir est que François H. et Angela M. tiennent bon

        Au vue des reactions de ses derniers, vous croyez vraiment ce que vous dites ?
        Il semblerait que Mm Merkel commence a reflechir et inflechir sa position mais Mr Hollande, apres Jefferson il est encore la tête dans les étoiles, du drapeau Américain bien sur
        cdlt


      • izarn izarn 7 mars 2015 16:12

        @elpepe
        Que le hollandais rampant et la Merkel U-boot tiennent bon c’est un pari digne de la fete de la bière à Berlin...Un concours d’avaleur de saucisse...
        Aprés on dégueule...


      • izarn izarn 7 mars 2015 16:17

        @Martha
        Je rajoute le saker français :
        http://lesakerfrancophone.net/


      • Daniel Roux Daniel Roux 7 mars 2015 09:56

        Nous, citoyens, ne devons pas nous laisser berner par les manœuvres des grandes puissances. Le seul parti à prendre est celui du respect de la vie.

        Toutes les guerres européennes auraient pu être évitée si l’intérêt des peuples avaient été la priorité des dirigeants mais ce n’est pas le cas.

        Les grandes puissances n’ont que faire des traités et du droit des peuples. Pour elles, seuls compte les rapports de force.

        Si le monde était juste, Israël serait sous embargo jusqu’à la restitution des terres volées, la fin de la théocratie et de l’apartheid des palestiniens. Les dirigeants US seraient condamnés pour crimes de guerre. Un président français ne pourrait pas envoyer nos soldats hors d’Europe, etc.. (la liste est infinie).

        N’est-il pas évident que les US, la Russie, la Chine, la France, l’Allemagne, la GB, etc... sont gouvernés par une oligarchie dont les hommes politiques sont les représentants quand ils n’en font pas partie ?

        N’est-il pas évident que la Russie encourage et arme les séparatistes et pratique l’ingérence contre ses voisins les plus faibles ?

        N’est-il pas évident que les US et l’UE ont provoqué la chute d’un président élu en finançant la subversion, pour affaiblir la Russie et conquérir de nouveaux marchés ?

        N’est-il pas évident que les élections sont manipulées dans tous ces pays, que les candidats sont imposés, que la corruption des élus et de la justice par l’oligarchie est la norme ?


        • wesson wesson 7 mars 2015 13:13

          Bonjour l’auteur, 


          sur l’Ukraine effectivement l’hystérie occidentale il n’est pas la peine d’expliquer tant la presse mainstream en général se montre absolument grotesque sur le sujet.

          Avec une mention spéciale à la presse Française, qui non seulement produit des articles d’opinion qui ne sont que des brûlots haineux et indignes, mais imprime tout un tas d’informations qui sont factuellement fausse, et ne publie même pas de rectificatif lorsque la supercherie est évidente et démontrée. 

          Je n’y reviens pas, fauteurs de guerre, ils ne sont pas plus libre que la presse en Corée du Nord.

          Par contre, sur l’OSCE, ils ne sont évidemment pas compétent pour servir d’arbitre dans un conflit. Mais ils sont là parce que c’est la seule organisation que peut mandater l’Europe sans avoir à demander l’avis des USA. Car en définitive les rôles sont maintenant bien établi : L’Europe a jeté l’éponge tandis que les USA veulent continuer le conflit en Ukraine. 

          La force d’interposition qui serait pertinente, c’est les casques bleues, ce qui signifierai probablement qu’il faille les prendre hors Europe et USA, donc chez les Asiatiques, notamment en Chine. Et ça évidemment ce serait perdre la face pour le monde anglo-saxon, et pour le bloc atlantique occidental en général. 

          Quelque chose que les USA refuseront de faire, même si pour cela ils doivent tuer le dernier Ukrainien pour entretenir cette guerre civile.


          Un espoir - mesuré - tout de même, l’Europe en as vraiment marre, et commence à prendre peur des zozos qu’ils ont soutenus en Ukraine. L’Allemagne est je pense sur le point de rompre parce que tout de même, la question du nazisme a une signification toute particulière chez eux, et ils commencent à bien se rendre compte le prix à payer pour avoir repeint d’authentiques néo-nazis Ukrainiens en « gentil inoffensifs nationalistes ».

          • izarn izarn 7 mars 2015 16:08

            @wesson
            L’OSCE c’est bon pour faire les marioles en Afrique, ou je ne sais ou, mais face à la Russie, c’est de la rigolade ! C’est drolement objectif !
            Donc l’OSCE c’est de la merde.
            Voila c’est dit.


          • elpepe elpepe 7 mars 2015 13:28

            réponse OSCE  : Il n’y a aucun doute de la part des pays membres orientaux ou occidentaux pour renouveler le mandat de surveillance de l’OSCE. Je pense que tout le monde soutient le rôle de l’organisation. Mais l’atmosphère à Vienne, siège de l’OSCE — reste compliquée. C’est lourd et tendu."

            Décryptage - l’essentiel est que nos salaires primes et tutti quanti soient maintenus. Maintenant l’atmosphère est un peu lourde a Vienne car l OTAN et les Etats Unis par le biais des autres rigolos des gouvernements Européens, nous demandent de revêtir la tenue de Mickey Mouse, mais pour l’argent on est prêt a tous les compromis, comme on l’a si bien prouve au Kosovo

            AH AH AH AH AH


            • christophe nicolas christophe nicolas 7 mars 2015 14:00

              Ce n’est plus de la diplomatie mais du harcèlement ou de la logique d’un joueur d’échec qui joue pour gagner. C’est complètement irresponsable à ce niveau.


              L’hypocrisie transpire et la Chine regarde ce qui va conditionner son attitude. On ne peut gagner la Russie comme on gagne l’Ukraine, s’ils refont le coup de la révolution orange, au premier hivers, ils dégageront le pantin et personne ne pourra intervenir. Après, l’Europe aura créé un pouvoir ennemi qui lui en voudra.

              Le jour où la Chine décide de mettre la pression aux USA, ils ne feront plus le poids. Ni les USA, ni personne ne dominera le monde alors tout cela est pure énergie perdue.

              Je vais vous donner un exemple de harcèlement. Lisez un résumé de la version officielle de l’accident de Tchernobyl, on conclut qu’on a affaire à des débiles mentaux qui collectionnent les erreurs. Les Russes sont incompétents, etc...

              Lisez le début de ce rapport de Georges Lochak, Président de la fondation Louis De Brooglie et vous verrez que la version officielle est un tissu d’âneries pour rassurer le badaud sur notre technologie. J’ai analysé leur accident et ils n’ont pas fait d’erreur, aucune erreur hormis de croire que la première réactivité négative est une faute de l’opérateur pilote alors que ce n’est pas le cas et qu’ils auraient dus stopper l’essai. Au contraire, l’accident est dû à un excès de prudence mais ils ne pouvaient pas comprendre, ils n’ont pas eu de chance mais leurs réactions étaient logiques même s’ils se mettent en sûreté dégradée mais l’essai doit durer 40s alors que des centrales nucléaires ont eu des arrêts de refroidissement plus long, 22 mn en Suède en 2006, frôlant l’accident.

              La seule erreur est d’avoir fait confiance à la science au lieu du bonhomme. Superphénix a eu 4 fois ce problème et Dieu merci, les gars ont été prudents car c’était tout de même un surgénérateur expérimental. Ce sont les mêmes soucis et ils n’ont pas été résolus d’où son arrêt. L’explication est un phénomène inconnu des ingénieurs qu’ils ne peuvent donc prévoir.

              Le CEA a fait signer le Président Hollande pour ASTRID en douce 6 semaines après l’élection à la barbe des verts. C’est un surgénérateur pour Marcoule bourré de plutonium et près d’une usine de Mox. Comme pour ITER, ASTRID devra être stoppé ou s’en est fini de la Provence.

              Comme vous pouvez le voir, il y a deux poids, deux mesures... C’est du harcèlement d’état anti-Russe, ils sont bizarres nos politiques, ils se comportent comme des petites voleuses.



              • Xenozoid 7 mars 2015 14:07

                @christophe nicolas
                la chine silencieuse la turquie chercheuse, israel dans le bac a sable,la surinformation la misinformation,les secret et complots ,la guerre des boutons,la maldone,le capital ,l’esclavage, la domestication,et la peur


              • izarn izarn 7 mars 2015 16:01

                @christophe nicolas
                C’est vraiment comique cette supériorité du CEA vis à vis des russes, quand on sait que le succés de la premiere bombe A française (70kt) est du à une fuite providentielle des russes (Une compression pyrotechnique plus importante augmentant le rendement de la bombe). La bombinette ridicule prévue par les ricains est devenue crédible. En effet le missile sous les Mirage IV faisait 60 kilotonnes.
                Mais les ricains qui avait déja lancé leur propagande on continué sur la « bombinette »...Ridicules eux-meme !


              • izarn izarn 7 mars 2015 15:42

                L’hysterie de l’UE contre la Russie n’est que preuve absolue de leur impuissance manifeste.
                Je le redis : L’Ukraine en réalité n’existe plus. Plus d’armée crédible, plus de finance plus rien. Plus de gaz...
                Echec total de l’Ouest. Tellement énorme que Poutine essaie d’éviter l’amour propre vengeur de l’OTAN.
                L’UE n’a aucun moyen militaire valable contre la Russie. Des tests, simulations ont eu lieu en Inde.
                80 % des avions US (F/A 18, F15) abattus contre 5% de Su-30...

                "The Sukhoi-30 Flanker is simply the most formidable fighter out there. In every war game and mock combat exercise that it has come up against western aircraft, the Flanker has emerged victorious.

                It is a measure of the potency of Flanker series aircraft that not even the super expensive stealth fighters are safe. In 2008, a US air warfare simulation pitting F-35s versus the Su-35 (the latest version of the Flanker) resulted in a clear victory for the Russians."

                Inutile de parler des missiles russes, qui fichent la trouille au Pentagone.
                Assez de propagande débile. Si la Russie décide d’envahir l’Ukraine pour de bon, Mélenchon a raison ; une semaine, et pire, un général allemand dit : 48 heures !
                Et personne ne pourra les déloger, sauf menace nucléaire. Sauf que la Russie possede 2000 tetes nucléaires(2000 megatonnes minimum), probablement beaucoup plus.
                Alors que les idiots piaillent comme de poules dans la basse-cours...
                Moi ça me fait rigoler !
                La Russie ne veut envahir personne, et veux la paix. Rien à craindre si on ne l’agresse pas.


                • SEPH SEPH 7 mars 2015 16:11

                  Le déploiement en Ukraine de plusieurs centaines de tueurs de la 173ème brigade aéroportée de l’US Army devrait être achevé dans quelques jours . C’est un déploiement dont la portée symbolique est énorme.
                  En effet, cela signifie que les USA sont désormais militairement engagés dans la guerre qu’ils ont déclenchée en Europe avec le coup d’Etat de Maïdan, en février 2014.

                   A Washington, l’envoi d’armes à la junte de Kiev est à nouveau sur la table, réclamé aujourd’hui à cor et à cri par Kiev.

                  Les Etats-Unis et Wall Street veulent s’emparer des réserves de gaz et des plaines à blé de l’Ukraine.

                  Plus rien n’empêche l’impérialisme US qui est le pays le plus terroriste de l’histoire. Mais pour les merdias, c’est la faute à Poutine, c’est un foutage de gueule classique en occident qui inverse l’agresseur et l’agressé ( comme d’habitude )

                  Obama veut une guerre rampante en Europe, pour isoler la Russie et la couper de l’U.E.. Ainsi, font-ils d’une pierre deux coups en faisant main basse sur les richesses de l’Ukraine, et en torpillant la volonté d’indépendance de la Russie par rapport à l’OTAN et de ses prétentions à se développer économiquement.

                  Cette guerre rampante en Europe n’est pas sans danger, du fait  des provocations à répétition contre la Russie. Obama et ses néo-cons n’ont pas de limite.


                  • coinfinger 8 mars 2015 00:21

                    Le mot hystérie est trop faible . Ils s’acheminent vers la transe mystique . Bientot on va voir ces malades entrer en crise comme Hitler du temps de ses discours .
                    Dans les danses Shivaites , où le principe thérapeutique est inversé , savoir que dans l’age noir , le bien n’atteint plus les malades , il faut donc utiliser le mal contre le mal , le Dieu doit rester impassible , imperturbable , quel que soit le paroxisme des participants .
                    Je me demande si Poutine n’a pas été initié au shivaisme . ( Dieu de la ’guerre’ aussi , de la destruction régénératrice ) .


                    • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 8 mars 2015 12:14

                      Un bon article de ce site :


                      Moscou dit à l’Occident : "Cela suffit !


                      • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 8 mars 2015 12:15

                        Un autre :


                        Ukraine : l’Europe paie le prix de la mégalomanie américaine

                         http://fr.sputniknews.com/international/20150222/1014846283.html#ixzz3Tn9IyqYp



                        • wesson wesson 8 mars 2015 22:07

                          Dans la série « l’Europe a une idée », aujourd’hui Juncker a dit qu’il faudrait créer une force militaire Européenne capable de résister à un assaut Russe, et les députés Allemands sont d’accord.



                          Réarmer l’Allemagne en pleine reconstruction de son empire Germanique, en voilà une idée merveilleuse !

                          • J.MAY MAIBORODA 9 mars 2015 09:36
                            APPROBATION TOTALE !

                            Jean-jacques Rousseau me permettra-t-il de reproduire cet article sur mon blog personnel « u zinu » ?

                            A défaut de pouvoir le faire sur site de l’Association CORSE-UKRAINE-RUSSIE, sur lequel la pluralité idéologique des adhérents ne permet pas la parution d’articles « engagés » dans un sens ou dans l’autre.

                            • jean-jacques rousseau 9 mars 2015 13:12

                              @MAIBORODA

                              Affirmatif
                              Il y a certaines coquilles à corriger ex : "M. Lamberto Zannier, un diplomate italien, ancien réprésentant spécial pour les Nations-Unies au Kosovo entre juin 2008 et juin 2011"
                              voir : http://democratie-directe.blogspot.fr/2015/03/ukraine-hysterie-occidentale-et.html


                            • soi même 9 mars 2015 11:05


                              Les grandes institutions issues de la Guerre de 14-18 et de son corollaire de en 45 n’a jamais été fait pour organisé la Paix dans le Monde, c’est un marché de dupe cette affaire, un scène de théâtre, pour les acteurs qui non pas comprit que c’est le même scénario quand Constantin le Grand a convoqué le premier concile de Nicée, en gros voila comment cela c’est déroulé.
                              Tous les Prélats ont pue débattre de leur désaccord (L’empereur romain Constantin Ier convoque le concile. Il vient en effet de réunir l’Empire romain après avoir vaincu Licinius à la bataille d’Andrinople le 3 juillet 324. Se rendant en Orient, il constate vite le très grand nombre des dissensions au sein du christianisme. Afin de rétablir la paix religieuse et de construire l’unité de l’Église, et sans doute aussi de parvenir à ses fins politiquement, il décide de réunir un concile. Celui-ci réunit des représentants de presque toutes les tendances du christianisme, peu après la fin des persécutions (celles lancées par Dioclétien durent jusqu’en 313, et certains évêques portent encore les traces des tortures infligées à cette occasion).

                              Après plusieurs mois au cours desquels les évêques ne parvinrent pas à se mettre d’accord sur un texte décidant de la nature de la relation du Christ au Père, l’empereur menace les quatorze récalcitrants. Trois restent fidèles à leurs conceptions, dont Arius, et sont excommuniés. ) 

                              https://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_concile_de_Nic%C3%A9e

                              L’ONU, l’OSCE , et tous les satellites qui y gravitent le FMI par exemple, sont les formes modernes de Concile où c’est un grand Monarque invisible qui a en faite le dernier mot , c’est pour cela entre les intention affiché, et le résultat il aura toujours un flou artistique qui seront en contradiction flagrante avec ce qui est officiellement annoncer et attendue, une impartialité objective ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès