• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ukraine : sous les négociations, le gouffre

Ukraine : sous les négociations, le gouffre

« Je veux lancer un appel au peuple ukrainien, aux mères, aux pères, aux sœurs et aux grands-parents : cessez d’envoyer vos fils et frères au massacre, un massacre inutile et sans merci. Les intérêts du gouvernement ukrainien ne sont pas les vôtres. Je vous en supplie : reprenez vos esprits. Vous n’êtes pas obligés d’arroser les champs du Donbass avec le sang ukrainien. Ça n’en vaut pas la peine ». Alexander Zakharchenko, Premier ministre de la République populaire de Donetsk.

Faut-il encore parler de l’Ukraine ? Et que dire ? Que la guerre fait rage ? C’est un fait et une évidence. Un état de fait que les journalistes semblent découvrir maintenant, très tard, alors que n’importe qui pouvait le constater depuis des mois… mais pas les grands professionnels de la gens médiatique. Ne glosons donc pas sur les mensonges par omission dont nous sommes silencieusement et quotidiennement abreuvés. Ni sur la bêtise crasse d’une profession engluée dans la paresse intellectuelle et un conformisme pathologique, car tout a déjà été dit sur la question. Grâce au ciel, seuls les « vieux » regardent encore les lucarnes télévisuelles, les jeunes générations préférant de loin, la Toile. Ce qui limite le pouvoir de nuisance de ceux qui, la bouche en cul de poule - tout en roulant des yeux de merlans frits - découvrent midi à dix-neuf heure… ceux-là commencent à serrer les fesses parce que l’orage se rapproche de la Ligne bleu des Vosges, semant la mort au Donbass avec son cortège de cadavres et de misères (1). Ici également l’on risque de récolter ce que nous avons semé pour avoir écouté ces prophètes de malheur, experts dans l’art de faire se battre les montagnes qui, tels Alexandre Adler (2), prêchent une haine atavique, mais feutrée, à l’égard de la Russie et de ses dirigeants… des gens qui sèment l’éternelle zizanie et soufflent inlassablement sur les braises. Images qui ne sont pas rhétoriques mais s’actualisent ici et maintenant à l’Est de l’Ukraine, aux marches de la Russie et de l’Europe, sous forme de ruines fumantes… et de corps disloqués aux membres arrachés jonchant les rues.

Pendant l’entracte, la guerre se poursuit

En tout cas les préparatifs de conflit se poursuivent. Kiev a décrété la mobilisation de 100 000 hommes de 18 à 45 ans. Environ 78 000 sont déjà sous les drapeaux et 46 000 sont en route vers le Donbass. Reste que les désertions flambent… comme en Transcarpathie où 80 % des appelés ne se présenteraient pas aux commissions d’incorporation. Aussi les procédures se multiplient-elles contre ceux, toujours plus nombreux, qui osent dire « Je ne suis pas Charlie » et franchissent les frontières russes, polonaises ou roumaines. Simultanément l’Otan, c’est-à-dire le Pentagone, n’exclut pas le recours à la force… pour ramener la paix dans le Donbass… « L’Occident ne doit pas exclure la possibilité d’un règlement militaire du conflit en Ukraine » nous a averti le général Breedlove, alias docteur Folamour et commandant en chef des forces de l’Otan en Europe. C’était à Munich, le 7 février à l’occasion de la 45e Conférence sur la sécurité collective (3). Une conférence qui a réuni treize chefs d’État et une cinquantaine de ministres supposés établir les voies et moyens utiles à prévenir la « destruction de l’ordre mondial actuel »… notamment eu égard à la guerre de l’Est de l’Ukraine et de l’expansion de l’État islamique en Irak et en Syrie.

Washington n’a cure des négociations cosmétiques

Prudent cependant, le Dr. Breedlove tint à nous prévenir que l’Alliance ne s’engagerait en aucun cas dans une « opération au sol ». Oui da, car pour ce faire encore faut-il disposer d’effectifs, ce qui n’est pas le cas de l’Otan… qui au mieux pourrait disposer de 25 000 hommes et seulement 5 000 dans une conjoncture d’urgence. Une indigence qui n’est pas forcément rassurante pour autant. Parce nous ne sommes définitivement plus dans le cas de figure d’une guerre aérienne à outrance comme en 1999 contre la Serbie (Fédération yougoslave). Les appareils et les missiles de croisière de l’Otan doivent s’attendre à franchir un redoutable barrage de S-300 PMU2 sol-air volant à mach 6,5… Et pourquoi avant d’essuyer des tirs antiforces au moyen de vecteurs sol-sol Iskander (Alexandre), également hypervéloces (Mac 7) et porteurs, le cas échéant, de têtes nucléaires tactiques. Ceci n’étant pas tout à fait une hypothèse d’école sachant que le proconsul Breedlove a qualifié de « complètement inacceptable » le plan avancé par le président Poutine pour le règlement du conflit de l’Est de l’Ukraine (4).

Autant dire que les bons offices du duo Merkel-Hollande sont considérés Outre-Atlantique comme nuls et non avenus. Cette déclaration du commandant en chef des forces alliées en Europe constitue de la part de Washington une sorte de fin de non-recevoir a priori quant aux résultats de la rencontre tripartite, Russie, Allemagne, France, du vendredi 16 février au Kremlin (5) . Plan qui pourtant, en principe, doit être avalisé le 10 février par les quatre parties concernées : Ukraine, Russie, Allemagne, France.

Faut-il en conclure que la négociation « de la dernière chance » n’était destinée qu’à donner le change ? Qu’au mieux elle permettra à Kiev de restructurer son dispositif et de se réarmer grâce aux euratlantiste ? Le ministre des Affaires du Royaume-Uni ne vient-il pas de qualifier le président russe de « tyran ». Or, que fait-on avec les tyrans ? On les abat ! Ce pourquoi, mis au parfum des intentions réelles des maîtres du jeu, le sieur Hollande, aussi inconscient que fier-à-bras, s’est autorisé à déclarer le lendemain des pourparlers de Moscou, le 7 février à Tulle, que ces échanges constituaient l’une des dernières chances d’éviter la guerre. « Je pense que c’est une des dernières chances… Si nous ne parvenons pas à trouver, non pas un compromis, mais un accord durable de paix, eh bien nous connaissons parfaitement le scénario : il a un nom, il s’appelle la guerre ».

Les jeux sont faits

Au demeurant que demande M. Poutine pour fermer sa frontière aux matériels et aux hommes qui, à titre individuels, viennent au secours du Donbass assiégé par les troupes gouvernementales ? L’assurance que l’Ukraine ne rejoindra pas l’Otan. Que cette « Marche » au sens étymologique du nom « Ukraine », restera neutre comme le fut la Finlande au cours de la Guerre Froide. Le terme en resté depuis : finlandisation, terme inventé par le ministre autrichien Kar Gruber en 1953. Un gel (6) des positions qui eut dû accompagner la dissolution unilatérale du Pacte de Varsovie intervenue à Prague le 1er juillet 1991. En outre, le président Russe veut la levée des sanctions qui épuisent son économie et font fuir investisseurs et capitaux. Est-ce la mer à boire ? Non, mais M. Hollande n’est pas un homme libre. Pas plus que Mme Merkel. Les intérêts que lui et Frau Kartoffel défendent ne sont pas de chez nous, ce ne sont pas ceux du Vieux Monde ni ceux de la stabilité internationale. Les rives de Manhattan sont loin et les vétérotestamentaires judéo-protestants n’ont pas connu les désastres de la guerre depuis Lincoln. Donc peu leur chaut que l’Europe puisse à nouveau devenir, potentiellement, le « champ de bataille » où l’Est et l’Ouest mesurerons leurs forces et leur détermination.

Hollande bafouille mais veut passer à la postérité

M. Hollande radote. Mais croit mordicus qu’il restera dans l’histoire comme l’homme du 11 Janvier et celui qui aura tout tenté pour éviter une nouvelle conflagration européenne. Car cela fait au moins six semaines qu’il nous parle bonnassement, sur le ton de la bagatelle, des guerres imminentes, guerre avec Damas sous couvert d’éreinter l’État islamique, guerre ouverte avec la Russie souverainiste et orthodoxe sans complexe, alliée de Damas.

Sombres perspectives qui ne semblent pas vraiment l’émouvoir ni le concerner, comme s’il était un simple spectateur mais pas plus que ça. Comme s’il s’agissait d’une fatale fatalité. Il est vrai qu’il ne s’agit que du sang des autres. Le sang de tous ceux des deux bords qui sont voués au sacrifice pour que triomphe l’idéologie euratlantiste du libre marché, de l’endettement universel… la dette des personnes et des États, forme moderne du servage sans limites temporelles ni frontières physique. Servitude par la dette que le christianisme et l’islam avaient bannie. Raison pour laquelle le Meilleur des mondes d’iniquité ne peut se bâtir que sur les décombres des grandes religions, ces « idolâtries » ennemies de ce Molochisme moderne qu’est le monothéisme du Marché (7). Gardons toujours à l’esprit cette ordonnance du « dieu des batailles » : « Les dieux des autres peuples sont des fantômes, des idoles et des démons » (8)…« Aux serviteurs des idoles, il faut livrer une guerre d’extermination » (9).

 

Notes

(1) Nombre de morts en dix mois au Donbass : 5 500 selon la grande presse. En France la DGSE et la DRM avancent les chiffres suivants comme ordre de grandeur : 3 500 civils ; 4 000 volontaires républicains ; 16 000 soldats ukrainiens et mercenaires de l’Otan. Soit un total de 23 500 en février 2015.

(2) Cdansl’air/5e/6fév15

(3) sputniknews.com7fév15

(4) Reuters7fév15

(5) Le président François Hollande, précédé d’Angela Merkel, est arrivé vendredi peu après 16 heure à Moscou pour y rencontrer le président Poutine et lui faire avaliser « leur » plan de retour à la normalité dans le Donbass. L’initiative franco-allemande, soutenue – au moins pour la forme - par Washington, Bruxelles et l’Otan, est considérée par tous comme la médiation de la dernière chance au terme de dix mois de combats qui ont conduit le monde occidental au bord d’un conflit ouvert avec la Fédération de Russie… « Les négociations entre M. Poutine, M. Hollande et Mme Merkel ont commencé à trois vers 17h30 - heure de Paris - sans leurs délégations respectives ». Elles auront duré au final près de cinq heures [leparisien.fr6fév15].

(6) En février 1990, le Secrétaire d’État James Baker, au cours d’un entretien avec le syndic de liquidation de l’Empire soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, prend l’engagement qu’en contrepartie de l’intégration de l’Allemagne réunifiée dans l’Otan, cette dernière ne s’étendrait pas au-delà vers l’Est. L’ancien président Démocrate William Clinton confirme dans des mémoires qu’en 1997 Boris Eltsine avait réitérée cette demande afin que l’extension à l’Est de l’Otan exclut les pays Baltes et l’Ukraine, anciens pays membres de l’Union soviétique. Au lieu de quoi en 1999, l’allié serbe est écrasé sous les bombes du Pacte atlantique alors que les Polonais, les Tchèques et les Hongrois rejoignent l’Otan qui de défensive se fait ouvertement offensive. À ce titre une force de réaction rapide est créée à Prague en 2002, puis en 2004, l’Otan accueille sept nouveaux États : l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie… tandis que se poursuit en Pologne, en Tchéquie et sur la Mer Baltique l’installation d’un « bouclier anti-missiles » censé intercepter – sans rire – des vecteurs balistiques tirés depuis l’Iran ou la Corée du Nord. (Cf. sputniknews.com2fév15)

(7) Voir la Déclaration « Solidaires de la Russie » à l’heure de la tragédie ukrainienne [russkymost.net] « Devant l’aggravation des tensions, dans le Donbass comme dans les relations internationales, une conclusion s’impose : l’hostilité agressive déployée aujourd’hui contre la Russie n’a rien de rationnel. La politique du « deux poids, deux mesures » a dépassé toutes les bornes. La Russie est accusée de tous les crimes, sans preuve, coupable a priori… [Comment] tolérer le honteux silence officiel et médiatique des pays européens sur les terribles bombardements de populations et d’infrastructures civiles effectués par l’armée ukrainienne dans le Donbass ?… Ce silence, pour les autorités de Kiev, équivaut à un véritable permis d’exterminer. Depuis des mois, des enfants et des vieillards meurent ou sont gravement blessés, des prisonniers sont torturés. Voilà maintenant que le gouvernement de Kiev a décrété un blocus intégral - gaz, électricité, trains, administrations et hôpitaux, retraites, salaires, médicaments - pour mieux anéantir une région dont il proclame pourtant qu’elle fait partie intégrante de son territoire. Et comment ne pas dénoncer les violences commises par les partisans de Kiev contre l’Église orthodoxe russe en Ukraine ? Des prêtres menacés, contraints à la fuite ou même tués, une cinquantaine d’églises bombardées dont vingt entièrement détruites, des fidèles persécutés… ». Donbass, Damas, même combat. De ce point de vue les fanatiques de Kiev, de Bruxelles et de Washington ou de Paris ne valent guère mieux que les salafo-wahhabites de Daech.

(8) Deutéronome, 32/17

(9) Deutéronome, 13/16-18)


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 19 février 2015 10:06

    MESDAMES MESSIEURS LES COMPLOTISTES
    vous prétendiez que poutine était un ange et les ukrainiens des diables

    CONSTATEZ DONC QUE CE SONT LES TROUPES PRO RUSSES OU MI-RUSSES QUI ENVAHISSENT L UKRAINE ET NON LE CONTRAIRE et de plus 24 heures après la signature
    d’un cessez le« feu »

    ARRETEZ DE VOIR UNE POUTRE DANS LES YEUX DES UKRAINIENS ET I
    UNE FICELLE DE CRIN noyee dans de la « MERDE » DANS LES VOTRES !!!!!!!!!!VOUS RELEVEZ TOUS DE lA PSYCHIATRIE !!!!!!!!!!!!!!! COMME VOTRE GRAND AMI NAZI POUTINE


    • Gieller Gieller 19 février 2015 10:51

      @Cassino
      Cela ne sert à rien de répondre à de tels messages.
      A l’heure qu’il est seuls ceux qui ne veulent ni voir, ni savoir, ni comprendre imaginent encore que les chars de l’armée rouge sont à nos portes. Leur mettre le nez dans le caca qu’ils vous diraient encore que ça sent la rose.


    • Pere Plexe Pere Plexe 19 février 2015 16:50

      LES TROUPES PRO RUSSES OU MI-RUSSES QUI ENVAHISSENT L UKRAINE...ou ils vivent depuis toujours !
      Il est question d’une partition pas d’une invasion !
      Quand à ce point on ne comprend rien il vaut mieux faire profil bas.


    • Laurent 47 19 février 2015 16:56

      @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE
      Pauvre type ! Si tu ne parles pas allemand, c’est parce que 27.000.000 de russes sont morts pour anéantir le nazisme dans toute l’Europe ! Et c’est précisément pour ne pas le voir revenir que l’Est de l’Ukraine s’est soulevé ! Ils ne voulaient pas revoir les massacres de juifs ukrainiens que ces miliciens nazis avaient perpétré en 39-45 ! Je te rappelle que ce sont tes copains les nazis qui dirigent l’Ukraine actuellement, ça n’est pas Poutine. Mais les nazillons de Kiev ne représentent pas tout l’Ukraine, heureusement !

      Renseigne-toi sur Pravy Sektor, Svoboda, Stepan Bandera, le bataillon Azov, ces sbires du pouvoir !
      Ce nazi de Poutine a déposé à l’ONU une résolution demandant la condamnation de la résurgence du nazisme en Europe ! La résolution a été largement adoptée par la communauté internationale, malgré 55 abstentions ( les lavettes européennes ), et 3 votes contre : les Etats-Unis, le Canada, et Israël !
      Alors ? Qui c’est-y qu’il est le plus nazi des deux ?

    • Dom66 Dom66 19 février 2015 19:18

      @Laurent 47

      Bien « parlé » + 1


    • Laurent 47 3 mars 2015 20:16

      @Gieller
      Et encore ! On ne sait pas tout ! Il paraît que les russes mangent les petits enfants et violent les grands-mères ! Si ! Si ! c’est vrai ! Puisque les américains l’ont dit aux médias français, qui l’ont diffusé à la télé...pour les sans cervelles qui apparemment sont de plus en plus nombreux dans notre beau pays ! Au fait ? C’est toujours Lénine qui dirige l’URSS, ou c’est encore le tsar ? Je demande, car il semble que certains ont un problème avec leur logiciel cérébral !


    • cathy30 cathy30 19 février 2015 10:15

      Bientôt les tapis de prière vont être orientés vers Moscou ?


      • doslu doslu 20 février 2015 01:56

        @cathy30
        tant que c’est pas vers ta chatte conasse


      • Le p’tit Charles 19 février 2015 10:32

        Poutine attend que le fruit lui tombe dans la main...et c’est pour bientôt.. !


        • Pere Plexe Pere Plexe 19 février 2015 17:05

          la victoire militaire ne fait aucun doute.
          Reste que le « fruit » est salement amoché,qui n’intéresse pas grand monde en l’état.
          Ni la Russie ni l’UE ne sont pressés de prendre en charge le fardeau. 
          L’Ukraine est vaincue mais surtout elle est ruinée.
          Sans la moindre perspective,tant elle est dépendante de Moscou avec qui elle à durablement rompu les ponts
          Le problème grec est ridiculement modeste comparé à celui de l’Ukraine est de sa population 4 fois plus importante !


        • doctorix doctorix 19 février 2015 17:39

          Pour comprendre les enjeux actuels, prenez le temps de lire ces documents.

          Je vous préviens, c’est long.
          Mais digeste.
          Vous y apprendrez de la plume de Larchmonter 445 via Le Saker comment la Chine et la Russie nous préparent un nouveau monde, plutôt sympathique.
          A nous de savoir si nous voulons y participer.
          Mais une révolution en douceur se prépare :

        • Dom66 Dom66 19 février 2015 19:24

          @Pere Plexe

          Le FMI de C « Lagarde ».donne 1,7 Milliard de $ à Kiev.

          Pour quoi faire.. ???    


        • Gieller Gieller 19 février 2015 10:35

          J’aurai plutôt tendance à être optimiste en ce moment...
          Le pourquoi en 10 points :

          1) Le cessez le feu a l’air d’être respecté, sauf dans le chaudron mais comme Kiev vient d’en partir (sur la ferme invitation des rebelles) je ne doute pas que les armes s’y sont également tues.

          2) Les rebelles viennent de retirer leurs armes lourdes sur tout le long de la ligne de front malgré les provocations sur l’aéroport de Donetsk.

          3) Poroshenko demande désormais ni plus ni moins que la même chose que Poutine, à savoir une force d’interposition entre les deux camps, le hic étant que Poroshenko verrait plutôt une force UE alors que poutine serait plutôt OSCE (neutralité oblige).

          4) La France se désolidarise de plus en plus du discours de Washington, causant la colère d’Obama et de Biden. Ces derniers ne se privent plus d’accuser l’union européenne de tas de noms d’oiseaux, et n’hésitant pas à rappeler que les US tordent les bras des pays qui ne font pas ce que l’US leur demande de faire.

          5) Les ventes de Rafales à l’Egypte augure là aussi une politique commerciale allant à l’encontre des US. D’autres pays du moyen orient emboitent le pas à l’Egypte et annoncent d’ores et déjà qu’ils sont intéressés par l’achat de ces avions.

          6) Chypre, la Grèce et la Turquie (membre de l’OTAN) tournent le dos aux US et n’hésitent pas à entamer un rapprochement vers l’EST. Si la Grèce sort de l’Euro je ne doute pas que certains pays lui emboitent le pas (PIGS). Rajoutons à cela Israel et les diverses monarchies du golfe qui semblent eux aussi en désaccord profond avec les US à propos de l’Iran.

          7) De plus en plus de voix hauts placées se font entendre en europe pour que cesse cette propagande anti russe et que l’on arrête les sanctions.

          9) Les US ont compris qu’ils n’arriveraient à rien en Ukraine, la pression a chuté et Poroshenko a bien compris que les seules aides qu’il pourrait obtenir seront des prêts alourdissant encore plus la dette de l’Ukraine. Les US sont désormais occupés à plein temps par le moyen orient et savoir comment faire pour en tirer le meilleur parti tout en évitant que le monde ne comprenne que Daesh c’est eux (l’Irak vient de porter plainte car les US parachutent des armes et de la logistique directement sur les armées de l’état islamique).

           10) Les banques centrales refont le plein en matières précieuse et si jamais ça pète économiquement la France n’est pas la plus mal placée en terme de stock d’or, malgré que Sarkozy ait réussi à en vendre une partie sous la pression des US certainement. On n’aura alors pas d’autre choix que de voir en la Russie un allié et un partenaire.


          • Jelena 19 février 2015 10:53

            @Gieller >> La France se désolidarise de plus en plus du discours de Washington
             
            Si Washington livre des armes à Kiev, il y a « des bruits de couloir » disant que Moscou interviendrait directement en Ukraine.... Et ce serait la raison pour laquelle Paris-Berlin prennent des distances vis-à-vis des amerloques.


          • Gieller Gieller 19 février 2015 10:57

            @Jelena
            Ils ont déjà livré des armes (certaines ont été retrouvées à l’aéroport de Donetsk), mais si le dernier accord Minsk 2 est appliqué à la lettre ce sera beaucoup plus difficile de le faire silencieusement étant donné que tous les militaires étrangers seront tenus de quitter le territoire Ukrainien, y compris les milices de mercenaires otanesques... smiley


          • Jelena 19 février 2015 12:31

            @Gieller La livraison d’armes ne devait pas être très importante, car lors des derniers conflits, Kiev avait ressorti quelques vieux chars datant de l’URSS... Ou tout comme.
             
            Toujours est-il que suite à la défaite de Debaltsevo, Kiev est à genoux, ce qui fait que tout comme vous, je suis plutôt confiante pour la suite.


          • soi même 19 février 2015 14:42

            @Gieller, au vue de l’accort signé, il ne peut avoir que cette alternative, elle est d’autant plus logique, que je croie même si j’en ai pas la preuve Poutine leur a fait un sourire qui a effrayer le pauvre Hollande et sa dame Merkel ....

            Où est passé le baron de Münchhausen ?

            http://www.realpolitik.tv/2014/02/bhl-a-kiev/


          • esote esote 19 février 2015 18:01

            @Gieller
            En ces temps d’incertitude, la moindre étincelle d’espoir est bonne à prendre et à entendre. Je prends, donc.
            Concernant le point 5, le Réseau Voltaire vient de proposer une analyse originale du contrat des Rafales égyptiens, où les US sont (hélas !) encore au centre de l’affaire, et leurs intérêts, finalement servis... L’article démontre une logique troublante tant elle est « tordue »...
            Voici le lien :
            http://www.voltairenet.org/article186743.html
            Qu’en pensez-vous ?


          • Gieller Gieller 19 février 2015 20:41

            @esote
            Ce sont des raisonnements qui sont hélas hors de ma portée...
            Avec mes connaissances j’ai du mal à comprendre pourquoi l’Égypte n’aurait pas pu commander des Sukhoï (Les russes s’entendent très bien avec Israël et avec l’Egypte) ou des eurofighters, bien moins chers que les rafales....
            Juste pour bombarder des islamistes je ne vois pas pourquoi dépenser des fortunes dans des rafales... Là je sèche et je trouve que l’article de Meyssan n’est pas non plus très clair.


          • urigan 19 février 2015 21:27

            @Gieller

            Au contraire, il est très clair :
            Pour compenser financièrement la non livraison de « mistral » payés par la russie, Obama autorise la France à vendre des rafales aux égiptiens, que les saoudiens payeront (ou pas), car l’emprunt étant garanti par notre gouvernement, en cas de non payement, se seront les contribuables français qu pieront (comme toujours) la note.

            Eléméntaire.


          • izarn izarn 19 février 2015 23:12

            @Gieller
            Bravo !
            Quand allons nous livrer les Mistral à la Russie ?
            La question qui tue...


          • esote esote 20 février 2015 08:40

            @Gieller
            Merci pour la réponse.
            Je n’avais pas envisagé de lien avec les « Mistrals ». Mais, après tout, cela ne ferait qu’un étage supplémentaire à ce millefeuille indigeste . Quant à la garantie de l’état, apporté au contrat « Rafales » en Egypte, elle aussi se surajoute à celle qui interviendra, le cas échéant, pour les « Mistrals », auprès de la DNCS. Tout ça va finir par représenter un paquet d’argent... On est pas sortis de la crise de la dette !...


          • Gieller Gieller 20 février 2015 20:41

            @esote
            On peut rajouter d’autres points...
            Par exemple Gerard Larcher, le président du sénat, se rend en visite à Moscou afin de normaliser les relations avec l’homologue russe du sénat. smiley


          • Daniel Roux Daniel Roux 19 février 2015 10:56

            Les US sont un pays criminels, en faillite, dont les élus corrompus sont totalement aux ordres des multinationales formant le congloméra militaro-industriel. Les US sont dans une mauvaise passe, ils luttent pour leur survie et celle-ci passe par l’hégémonie du dollars qui leurs permettent d’acquérir les richesses du monde au prix du papier imprimé.

            La Russie et la Chine en entrepris la dé-dolarisation du monde, c’est à dire ont organisé des échanges commerciaux dans leurs monnaies respectives. Pour les US, c’est un calus-belli.

            Rappelons nous que l’Irak et l’Iran avait tenté la même chose en voulant vendre leur pétrole en euro ou contre de l’or. Nous savons ce qu’il est arrivé à ces deux pays.

            De plus, l’immense Sibérie et l’arctique russe recèle d’immense gisements de pétrole, de gaz et autres matières premières. L’évolution climatique rend ces gisements exploitables et libère le passage maritime arctique. Un démantèlement de la Russie laisserait le champ libre aux multinationales, véritables maîtresses des l’empire transatlantiques et de ses dirigeants, tout en verrouillant la frontière nord de la Chine.

            Il s’agit d’un programme à long terme qui passe par l’affaiblissement de la puissance russe. Les sanctions économiques dont les buts sont la ruine de l’économie russe et des désordres intérieurs, avaient besoin d’un prétexte. Ce prétexte, c’est l’Ukraine.

            Les US ont clairement provoqué la guerre civile ukrainienne. Poutine a réagit comme prévu, comme il l’avait déjà fait en Géorgie, en créant militairement un territoire russe autonome. Ce territoire et la Crimée serviront dorénavant de prétexte permanent aux sanctions et à leur durcissement progressif.

            Le risque est le déclenchement d’une guerre nucléaire par l’un ou l’autre camp, chacun se persuadant de sa possibilité d’intercepter les missiles de l’autre. Le bouclier anti missile US est à ce titre une terrible erreur dans la mesure qu’il peut faire croire à une relative protection.

            La seule voie pour éviter la poursuite du dangereux plan US serait une opposition franche et massive de l’Union européenne. C’est peu probable dans la mesure où l’UE est assujettie aux US, c’est à dire que les dirigeants actuels de l’UE sont des collaborateurs des US.

            Hollande et Merkel ne veulent évidemment pas d’une guerre dont l’Europe serait la première victime.

            Ils vont devoir choisir leur camp et vite. 


            • soi même 19 février 2015 15:09

              @Daniel Roux

              (La seule voie pour éviter la poursuite du dangereux plan US serait une opposition franche et massive de l’Union européenne. C’est peu probable dans la mesure où l’UE est assujettie aux US, c’est à dire que les dirigeants actuels de l’UE sont des collaborateurs des US.

              Hollande et Merkel ne veulent évidemment pas d’une guerre dont l’Europe serait la première victime.

              Ils vont devoir choisir leur camp et vite.) 

              A ce demandez si l’Ukraine n’est pas le pas de travers qui va faire éclaté l’UE, il y a noté plusieurs pays de l’Europe de l’Est s’opposent de plus en ouvertement aux sanctions contre la Russie, et le composite qu’est l’UE vit peut être ses dernières heures de gloire et que il n’est pas exclut de vivre prochainement un retournement d’alliance de grande envergure en Europe par l’éclatement de l’UE qui de plus en plus mal supporté par à peut près tous le monde !


            • Daniel Roux Daniel Roux 19 février 2015 18:39

              @soi même

              L’UE est fragile. Il s’agit d’un assemblage hétéroclite, mal ficelé dès le départ et auquel une poignée de décideurs non élus ont ajouté d’autres pièces comme un puzzle impossible.

              L’UE n’agit qu’en fonction des intérêts des multinationales et contre celui des peuples. L’UE est l’ennemie des nations et de la démocratie comme le montre les décisions autoritaires de ses dirigeants, le rejet du vote grec et comme l’ont montré les rejets des référendums français, hollandais et irlandais.

              L’UE est une colonie US, empire fasciste et criminel, voulue et promue par ses agents-taupes, les « pères de l’Europe », comme l’ont montré les documents déclassifiés de la CIA.

              Ce n’est pas un hasard si le traité transatlantique est « négocié » dans le secret, c’est une nécessité tant les termes de ce traités sont destructeurs pour les nations et les citoyens européens ou plus exactement pour les colonies et les « sujets » européens.

              Cette Union là, effectivement, éclatera un jour ou l’autre.


            • izarn izarn 19 février 2015 23:22

              @Daniel Roux
              Rassurez vous...Votre cerveau est encore lobotomisé par hollywood cheuwing gom
              Cette fois-ci...Les USA n’ont aucune chance de vaincre.
              Si vous n’etes pas aveugle, vous avez pu voir le résultat des milliers de « conseillers » amerloques en ukraine...
              Ouvrez les yeux...Novorussia est 3 fois plus efficace.
              Nous avons de la chance que Poutine soit pacifiste...
              That’s the reality...


            • MagicBuster 19 février 2015 10:56

              Je recherche, mais je ne crois pas que les russes aient jamais perdu un conflit ...
              Les Nazis s’y sont cassés les dents !!!

              Avec plus de 20 millions de morts, l’Union soviétique paya le tribut humain le plus élevé de la Seconde Guerre mondiale (>3 Shoah)


              • Daniel Roux Daniel Roux 19 février 2015 11:01

                @MagicBuster

                La chute de l’URss est une défaite russe. Les « élites » US sont très fières de cette victoire qu’elles s’attribuent et elles comptent bien la renouveler avec le démantèlement de la Russie.

                Même un empire peut devenir fou.


              • JL JL 19 février 2015 11:31

                @MagicBuster

                ’’Je recherche, mais je ne crois pas que les russes aient jamais perdu un conflit’

                C’est toute la différence entre celui qui est fort de son bon droit et l’intrus : c’est une loi de la nature.


              • antyreac 19 février 2015 12:53

                Pour la paix mondiale il serait en effet bon que la russe éclate en plusieurs morceaux...


              • Laurent 47 19 février 2015 16:20

                @antyreac
                Pour la sérénité des débats, il serait bon que toi, tu éclates en plusieurs morceaux !

                Et surveille ton orthographe, c’est comme ça qu’on détecte la maladie d’Alzheimer !

              • Hermes Hermes 19 février 2015 16:25

                @antyreac

                Oui, et pas seulement la Russie, dissolution de tous les états, de toutes les religions, de toutes les multinationales, de tous les instruments de pouvoir, car ce sont les seuls à souhaiter des guerres. Les pauvres gens eux n’en n’ont jamais voulu.

                Antyreac, je vous embrasse pour cette idée géniale smiley et ho combien facilement applicable ! (je plaisante bien sûr)

                Apprendre à se connaître soi-même pour ne pas avoir à déléguer la gestion de sa propre vie permettra de ne plus dépendre d’un pouvoir.
                En effet la soumission n’est que la rançon de la peur, l’ignorance la source de la peur, et la non-présence à soi-même la source de l’ignorance.

                Le cercle se referme quand on comprend que la dépendance et l’identificattion à l’extérieur (pouvoir, objet, idée ou croyance) est la source de la non présence. Franchir cette étape c’est témoigner d’une réelle honnêteté.

                Si on parvient à comprendre dans son propre corps que ce cercle vicieux est une sensation réelle liée à la souffrance et au plaisir, et que le choix de la lâcher ne dépend que de soi-même alors on comprend que sa propre libération n’a pas besoin d’attendre celle des autres dans l’espoir d’une utopie lointaine ou d’un paradis lointain illusoires. Franchir cette étape c’est témoigner d’une réelle humilté.

                C’est la clé d’une vraie révolution pour l’homme, et elle est totalement pacifique.

                La guerre avec ses souffrances et ses passions ne permet pas d’avancer d’un pouce et s’inscrit seulement dans une cyclicité à l’échelle des pays et des civilisations, qui reflète l’emprisonnement des psychismes dans leurs cercles vicieux et leurs illusions, et cette énergie destructrice participe au renforcement des cycles.

                Alors il n’y a rien à faire ? Si, bien sûr, informer pour voir les illusions poursuivies sans se laisser fasciner par les idées qui émergent sur le chemin, et éventuellement donner autour de soi la possibilité de voir l’enchaînement et de voir ce que le choix de la présence apporte. Bien sûr le faire pour soi-même, car « charté ordonnée commence par soi-même » . Le présent n’attend pas, la paix se construit instant après instant, avec nos proches. Soyons y attentif dans notre corps.

                Etre vraiment là pour faire ce qu’on a à y faire. Bonne soirée à tous smiley


              • Dom66 Dom66 19 février 2015 19:30

                @JL

                Si Une bataille navale contre les Japs   La bataille de Tsushima en 1905

                   La guerre russo-japonaise s’est déroulée du 8 février 1904 au 5 septembre1905. Elle opposa l’Empire russe à l’Empire du Japon, lequel, victorieux, en tira par le traité de Portsmouth une petite partie du sud de la Mandchourie et la moitié de l’île de Sakhaline


              • urigan 19 février 2015 21:30

                @Dom66

                Gagnée, oui, grace aux britishs.


              • izarn izarn 19 février 2015 23:41

                @Hermes
                Si la guerre ne fait rien avancer...Pourquoi l’humanité fait la guerre ?
                Alors il faut con-céder que nous sommes génétiquement cons...
                Que les cons nous gouvernent, ça je suis d’accord.
                Bon. Mais qui les a élu ou plébicité ?
                Toi.
                Crétin.


              • izarn izarn 19 février 2015 23:42

                @izarn
                Meuuu non je t’en veux pas...Effet de manche.


              • Dom66 Dom66 20 février 2015 22:42

                @urigan
                exact smiley


              • Passante Passante 19 février 2015 11:09

                il s’appelle pas vraiment breedlove, c’est pas possible .. smiley

                maintenant question missiles etc., il semble qu’il faille (c’est le mot) d’abord en revenir au recul soudain d’obama laissant hollande pantois au moment des frappes annoncées sur bachar.
                pourquoi ?
                s’est-il passé quelque chose en méditerranée comme le prétendent certains ?
                ce n’est pas une question de détail, c’est décisif, maintenant.
                pour le reste, si la position qui consiste à soutenir porochenko devient cocasse, l’optimisme qui tendrait à croire à un détachement progressif des européens vis-à-vis de washington frise aussi la naïveté, quelles que soient les tensions.
                par ailleurs, de micros-signes de détente sur 48h ne permettent pas de considérer que l’affaire est close, en continu le dossier éclôt, avec minsk comme entre deux gongs, deux rings...
                si l’on écoute bien zakharchenko, sa conception de l’intégrité du dombass ne saurait être insensible à la déconfiture visible des troupes en face, il faudrait être bécassine pour pas chercher à profiter de ce moment opportun...



                • Gieller Gieller 19 février 2015 11:25

                  @Passante
                  l’US aurait été ok pour une guerre dans les pays balte à la condition de n’avoir pas à intervenir physiquement (boots on the ground). Ils auraient largement supporté que l’union Européenne et l’OTAN s’en chargent... Hélas ça ne se déroule pas tout à fait comme ils l’imaginaient.

                  A mon avis ils ont compris qu’ils ne pouvaient faire le poids, pour le moment, contre l’union Russie / Chine... tant au niveau effectif que supériorité de l’armement.
                  Les Russes ont en effet fait comprendre aux US qu’ils avaient les moyens de rendre HS toute l’électronique militaire embarquée US, cela voudrait donc dire que les US seraient dans l’obligation d’envoyer des hommes sur le terrain, ce qu’ils ne peuvent se permettre de faire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès