• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Umberto Eco, Reconnaitre le fascisme, Grasset, 2017

Umberto Eco, Reconnaitre le fascisme, Grasset, 2017

Umberto Eco appartenait à cette frange de la bourgeoisie intellectuelle, européiste, qui, dès qu’elle sort de son domaine de spécialisation littéraire ou linguistique, sort très rapidement de la route pour distribuer les bons et les mauvais points. Professeur dans l’âme, Eco assénait facilement des leçons simplistes au peuple en le prenant volontiers pour un ramassis d’analphabètes et de demeurés. Il y a quelques années, en 1995 précisément, il avait développé un discours sur le fascisme à l’Université de Columbia. C’était en quelque sorte l’annonce du triomphe de la pensée WOKE, l’autre face de la « pensée » zemmourienne. Ce petit livre fut en France et en 2017 un succès de librairie au moment justement on essayait de sauver le capitalisme libéral, européiste et cosmopolite, en présentant Marine Le Pen comme un danger immédiat, et Macron, petit banquier cupide autant qu’ignare comme un potentiel sauveur de la démocratie. Entre 2017 et 2022, l’image de Marine Le Pen, si elle ne s’est pas profondément améliorée, ne colle plus vraiment avec celle d’un dictateur assoifé du sang des migrants, des LGBTQ+. Heureusement il y a Zemmour, l’idiot utile de Macron, la mouche du coche qui empêche de penser, qui, avec sa tête de croquemort malade, laisse croire qu’un retour du fascisme serait possible et souhaitable en 2022 à l’issue d’élections « démocratiques ». De ce fait on recommence à discuter d’ombres et de vieux fantômes, à coups de mensonges et de contre-mensonges. Zemmour joue les négationnistes infréquentables en mentant sur à peu près tout et même sur le reste, accusant pêle-mêle Dreyfus et Zola d’avoir démoralisé l’armée française en 1914 en alimentant l’antisémitisme, les communistes d’avoir en 1941 engagé la guerre civile en assassinant des collaborateurs et des Allemands, en donnant à Pétain un brevet de solidarité avec les Juifs menacés, etc. Zemmour a réussi son entrée en campagne, non pas qu’il ait quelque chance de décrocher la timballe, mais parce qu’il a réussi à réactivé un débat crépusculaire qui nous ramène aux années trente du siècle dernier. Le petit opuscule d’Umberto Eco commence d’ailleurs sur la liaison qu’on peut faire entre les années trente et les années quatre-vingt-dix. C’était il y a plus de vingt-cinq ans. Et depuis, si les choses se sont aggravées, les cadres de la réflexion politique n’ont pas changés d’un pouce dans le monde occidental. On présente la vieille démocratie parlementaire à bout de souffle comme un rampart à la possibilité d’un fascisme renouvelé. Cette vision dite progressiste qui aujourd’hui fait eau de toute part, est présentée par Umberto Eco comme si le fascisme était une forme de pensée universelle, il la fait remonter jusqu’à l’Antiquité. Eco qui n’en est pas à une bétise près appelle cela l’Ur-fascisme. Cette approche suppose deux choses, d’abord que l’histoire ne va toujours que dans un sens, vers le mieux, donc vers le progrès, mais ce progrès étant chaotique, il engendre des frustrations et produit le fascisme. Le fascisme ne serait pas une forme particulière incarnée dans l’histoire, mais un reflexe des classes perdues, insuffisamment protégées ou insuffisamment instruites pour résister à la tentation de la mise en place d’un système de pensée autoritaire. Cette manière très paresseuse d’envisager le fascisme justifie en réalité les approches de ceux qui prétendent lutter prioritairement contre quelque chose qui au fond n’existe pas ou n’existe plus. En effet, si on suppose que le fascisme s’incarne dans un régime réprimant les libertés individuelles, et une organisation paramilitaire qui s’organise pour prendre le pouvoir en terrorisant la population et en s’affranchissant du passage par des élections libres, alors on ne peut parler de fascisme que pour quelques pays et dans une période déterminée. Mais détailler un fascisme qui n’existe pas ou seulement à l’état résiduel, permet d’occulter l’autoritarisme bien réel des « fausses démocraties » occidentales.

Cette approche est totalement opposée à celle de Karl Polanyi par exemple, sur deux points au moins :

– pour l’auteur de The great transformation[1], le fascisme n’est que la conséquence du développement de l’économie de marché qui elle-même n’a pu se mettre en place qu’à l’aide d’une sorte de coup d’Etat fomenté par les économistes anglais de l’école classique, Adam Simth et David Ricardo, en tant que représentants d’une classe particulière de propriétaires. C’est donc incontestablement la contrepartie d’une forme de pensée progressiste qui fait de la croissance économique l’alpha et l’omega du système social en dehors de toute autre dimension ;

– le fascisme est ainsi la conséquence de l’idéologie du progrès « scientifique », et non, comme le pense le malheureux Umberto Eco, un refus de celui-ci.

« Le traditionalisme implique le refus du modernisme. Les fascistes comme les nazis adoraient la technologie, tandis qu’en général les penseurs traditionalistes la refusent, la tenant pour la négation des valeurs spirituelles traditionnelles. Toutefois, bien que le nazisme ait été fier de ses succès industriels, ses louanges de la modernité n’étaient que l’aspect superficiel d’une idéologie fondée sur le « sang » et la « terre » (Blut und Boden). »

Si on suit le confusionisme d’Eco, on suppose que le fascisme se camoufle en faisant hypocritement croire qu’il est pour le progrès technologique, alors qu’il le combattrait en réalité. Il est pourtant assez facile de voir que le fascisme et le nazisme étaient des systèmes politiques technologiquement équipés et qui prenaient des décisions politiques justement au nom du progrès scientifique et technique. Cette paresse intellectuelle qui consiste à faire dire à des penseurs aussi médiocres soient-ils – ici en l’occurrence les penseurs du fascisme et du nazisme – l’exact inverse de ce qu’ils mettent en pratique, est une bouffonnerie qui ne peut avoir de sens que dans le camouflages d’intentions malveillantes. Hitler parlait bien au nom du progrès. Or Umberto Eco était pourtant suffisamment instruit pour comprendre et savoir que la tradition, c’est aussi l’histoire : la négation de l’histoire, c’est le cœur du libéralisme, l’idéologie du progrès la remplace avantageusement dans son immobilité. Cette célébration de l’individu rejette évidemment l’idée de peuple, au fond l’individu se revendique du collectif parce qu’il n’arrive pas à exprimer son individualité.

« L’Ur-fascisme naît de la frustration individuelle ou sociale. Aussi, l’une des caractéristiques typiques des fascismes historiques est-elle l’appel aux classes moyennes frustrées, défavorisées par une crise économique ou une humiliation politique, épouvantées par la pression de groupes sociaux inférieurs. »

Quand Eco nous parle de frustration individuelle ou sociale, il ne va pas suffisamment loin pour nous parler d’économie, il ne nous dit pas qu’elle est cette frustration. En effet quand les inégalités et le chômage de masse augmentent, alors les peuples ont tendance à se tourner vers des régimes autoritaires dits « forts ». Donnons un exemple, dans le graphique ci-dessous nous voyons que sur le long terme la part des salaires dans la valeur ajoutée diminue, tandis que celle des profits augmente, à partir de 1985, soit à partir du tournant européiste de François Mitterrand, quand il s’est agi de commencer la liquidation de l’industrie française. C’est d’ailleurs à partir de ce moment-là que le Front National va prendre son essor en ralliant à lui une fraction des classes pauvres. Souvent on cherche à expliquer la montée du parti de Jean-Marie Le Pen par le machiavélisme et le sens tactique de Mitterrand, mais en réalité c’est le résultat de l’abandon de la classe ouvrière par les partis dits de gauche et leur acceptation de la mondialisation qui a détruit leur univers en détruisant l’industrie nationale et en créant un univers instable au devenir incertain. C’est dans ce contexte en effet qu’on a commencé à se poser la question de l’immigration de masse et la montée d’un chômage structurel dont nous ne sommes jamais vraiment sortis depuis presque quarante années.

JPEG

Part des salaires dans la valeur ajoutée en France, source Banque de France

Eco a une vision de la nation et du nationalisme assez pauvre. Il suppose que la nation est une invention politique destinée à maintenir le peuple dans l’ignorance de ce qu’il est. Mais il oublie évidemment l’histoire. D’abord parce que d’une manière ou d’une autre, ce sont les frontières qui ont permis le développement de la civilisation, quel que soit le sens que l’on donne à ce mot. La Révolution française en 1789 va imposer l’idée d’une nation émancipatrice contre l’émiettement des pouvoirs. Tous les historiens sont d’accord pour dire que c’est cette révolution qui a fondé l’idée moderne de la nation en Europe. Ensuite parce que c’est au nom de la nation justement qu’on a combattu le nazisme et le fascisme comme deux avatars du cosmopolitisme. Le CNR – Conseil National de la Résistance – se présentait à l’inverse de ce que raconte Eco comme le fer de lance du combat contre le fascisme. A contrario, les nazis se présentent comme des européens convaincus qui remettent en cause l’idée de nation, certes avec aussi l’idée de purifier la race au nom de son amélioration[2]. Ce n’est que très récemment qu’on a commencé à penser le fascisme comme une forme de nationalisme, alors qu’à la sortie de la guerre on le pensait plutôt comme un impérialisme transfrontalier. Si on a tenté de relier le fascisme au nationalisme, c’est parce que les anciens pétainistes qui ont par exemple fondé le Front National voulait faire oublier justement qu’ils avaient été dans la collaboration les ennemis de la nation. Cela arrangeait les néo-libéraux qui pouvaient ainsi plus facilement pousser les pions de la mondialisation à l’abri des regards en se servant du repoussoir fasciste.

« Quant à ceux qui n’ont aucune identité sociale, l’Ur-fascisme leur dit qu’ils jouissent d’un unique privilège – le plus commun de tous ; être né dans le même pays. La source du nationalisme est là. »

Eco en tant qu’européiste convaincu, est incapable de faire le lien entre le projet nazi et celui de l’Union européenne. Il suppose que « l’élitisme » est un des éléments constitutif de l’idéologie fasciste. Mais l’Union européenne qui prône un gouvernement par les experts et les juges, logique à laquelle Umberto Eco adhérait avec enthousiasme, suppose que le peuple n’a aucune capacité à se gouverner par lui-même, ni à contrôler ceux qu’il a élus. Pour contourner l’obstacle, il forge la locution incongrue d’ « élitisme populaire ». C’est une contradiction majeure et insurmontable du raisonnement d’Eco. On n’est donc pas étonné ensuite qu’il récuse d’un même mouvement la prise du pouvoir par le peuple. Mais on ne peut pas en même temps condamner l’élitisme et récuser le populisme. C’est une position intenable. On imagine sans mal ce qu’aurait pu dire Umberto Eco des Gilets jaunes s’il avait vécu assez longtemps pour les connaitre. Si on continue assez longtemps sur ce thème, on se rend alors compte que les mouvements qui sont aujourd’hui considérés comme fascistes, la Lega et Fratelli d’Italia, ou encore le Rassemblement national et l’ignoble Zemmour, non seulement sont très peu structurés, mais en outre, ils ne célèbrent pas le culte du chef. Cette logique n’existe plus que dans des micro-partis très marginalisés, souvent nazis par nature.

« L’élitisme est un aspect type de l’idéologie réactionnaire, en tant que fondamentalement aristocratique. Au cours de l’histoire, tous les élitismes aristocratiques et militaristes ont impliqué le mépris pour les faibles. L’Ur-fascisme ne peut éviter de prêcher l’élitisme populaire. »

Pire encore, Eco nous explique que le fascisme se reconnait de loin dans la mise en scène de la virilité. Si on admet ce principe, alors il n’existe aucun mouvement fasciste important en Italie comme en France. En Italie, c’est une femme Giorgia Melloni qui est à la tête de Fratelli d’Italia, parti qui taille des croupières à la Lega qui elle est dirigée par un mâle, Matteo Salvini[3]. En France le seul parti d’extrême-droite qui a du poids, et qui en aura encore plus après la défaite de Zemmour aux prochaines élections présidentielles, est le Rassemblement National dirigé par une femme, Marine Le Pen. De même ces partis dits fascistes, il y a bien longtemps qu’ils ne proposent plus dans leur programme de faire la chasse aux homosexuels. A l’inverse, si on suppose que la domination de la femme est la clé de voute du fascisme, alors c’est bien l’islamisme qui représente une forme rétrograde et dégénérée de fascisme, et quand la gauche ou l’Union européenne soutiennent le voile, alors ils sont bien plus fascistes que les partis qu’on prétend dénoncer comme tels. Le Conseil de l’Europe avait lancé une campagne de propagande pour le voile, mais elle a dû être retirée devant le tollé que cela provoquait[4]. Marianne dénonçait d’ailleurs à ce propos l’entrisme des Frères Musulmans au Conseil de l’Europe dans la conception et la réalisation de cette camapagne, or bien sûr les Frères Musulmans sont les représentants d’une nouvelle forme de fascisme[5]. C’est exactement aussi ce que combattait Oriana Fallaci dans La rage et l’orgueil[6]. A l’époque ces prises de positions avaient valu à Oriana Fallaci d’être traitée de fasciste, et de voir les organisations antiracistes comme le MRAP, la LDH ou encore la LICRA la trainer devant les tribunaux pour faire interdire ses livres. Pour cette femme courageuse qui avait participé pourtant à la résistance contre les Allemands et le fascisme, c’était beaucoup trop.

Comme beaucoup aujourd’hui, Umberto Eco en appelait aux mannes de George Orwell. A juste titre, il dénonçait l’appauvrissement de la langue comme une marque récurrente du fascisme mais aussi cette maladie tout à fait moderne de corriger les textes.

« L’Ur-Fascisme parle la « novlangue ». La « Novlangue » fut inventée par Orwell dans 1984, comme langue officielle de l’Ingsoc, le Socialisme Anglais, mais des éléments d’Ur-fascisme sont communs à diverses formes de dictature. »

Mais si nous le suivons sur ce terrain que voyons-nous ? D’abord que le principal de l’appauvrissement de la langue est aujourd’hui le résultat de la mondialisation et non pas le résultat d’un coup de force politique de l’extrême-droite. Ensuite du mouvement WOKE qui passe son temps à dénoncer l’usage de tel ou tel livre, de tel ou tel mot, quitte à pousser les professeurs d’université à la démission. De même le néoféminisme tente d’imposer une écriture inclusive qui ne correspond à rien, qui est une rupture de la tradition et qui vise à appauvrir clairement la langue. Si on considère que cette bataille pour le langage, pour sa simplification abusive, est la marque d’un fascisme rampant, alors celui-ci ne se trouve plus aujourd’hui du côté de l’extrême-droite mais plutôt du côté d’une gauche dégénérée qui a largué tout lien avec le peuple.

Umberto Eco n’est pas trop regardant dans l’écriture, déjà parler de « fascisme éternel » est assez osé, mais parler de populisme comme une de composantes de ce fascisme éternel frise assez débile. « Le fascisme éternel se fonde sur un populisme sélectif, ou populisme qualitatif pourrait-on dire. » C’est une manière bien maladroite de cacher sa haine du peuple. On ne peut se contenter de cette approche, car on en oublierait les nouvelles formes de dictature, comme par exemple la dictature sanitaire qui conduit à l’emprisonnement des populations et à l’obligation vaccinale, justement au nom du bien supérieur de la collectivité. Autrement dit, ces définitions confuses et dépassées du fascisme nous condamnent à ne pas voir les formes modernes de la domination et du contrôle social. En ce sens, les Gilets jaunes ou ceux qui défilent tous les samedis contre la politique répressive de Macron, nous apparaissent bien plus lucides qu’Umberto Eco qui, du haut de tout son savoir, est incapable de comprendre les formes modernes de la post-démocratie en s’accrochant à un catalogage dépassé et bricolé à la hâte.

Comme on l’a compris la posture antifasciste est aujourd’hui une manière de ne pas remettre en question le nouvel ordre imposé par la mondialisation et donc par l’Union européenne. Si en effet on désignait l’Islam comme porteur d’une forme fascisante de socialisation, cela obligerait finalement à remettre en question la mondialisation. Il est tout de même très paradoxal qu’aujourd’hui ce soit les partis d’extrême-droite qui défendent la laïcité et la liberté d’expression. Si on veut comprendre pourquoi en France ou en Italie l’extrême-droite est aussi haute – en France les deux candidats d’extrême-droite, Zemmour et Marine Le Pen feraient ensemble 35% des voix, tandis qu’en Italie, la Lega et Fratelli d’Italia sont crédités de 40% des suffrages dans les derniers sondages – il faut comprendre pourquoi la gauche est aussi basse. Umberto Eco, grand bourgeois lettré, nous y aide dans la mesure où il met en scène son propre confusionnisme très représentatif de cette gauche sans colonne vertébrale qui a assimilé la plupart des réflexes du néolibéralisme. N’allez pas en déduire pour autant que j’ai quelque sympathie pour le Rassemblement National ou pour Zemmour[7], mais ceux-ci prospèrent essentiellement à cause de l’effondrement moral et intellectuel de la gauche dans son ensemble.

https://ingirumimusnocte2.blogspot.com/


[1] Farrar & Rinehart, 1944.

[2] Fascisme, nazisme, autoritarisme, Le Seuil, 2000 

[3] Les sondages italiens les plus récents donnent Fratelli d’Italia comme le premier parti en termes d’intentions de vote, un petit peu devant le PD et la Lega. https://www.panorama.it/news/ultimi-sondaggi-politica-voto-lega-m5s-pd-forza-italia-voto-elezioni

[6] Plon, 2002.


Moyenne des avis sur cet article :  2.9/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 novembre 2021 11:51

    Umberto ECO qui n’en est pas à une bêtise près,...déjà, on envie de Zapper...


    • ingirumimusnocte 6 novembre 2021 14:52

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Cela vous gêne visiblement qu’on puisse dire que l’effondrement de la gauche est à l’origine du fascisme. Ce fut aussi le cas en Allemagne, et c’est aujourd’hui le cas de l’Italie et de la France. Eco est typique de la bourgeoisie lettré qui ne veut rien entendre de ce qu’est le peuple. Enfermé dans sa bulle littéraire, il défendra toujours ce qui va faire malheureusement le lit de guignols comme Zemmour. 


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 novembre 2021 11:56

      Le fascisme naît toujours sur un terrain de blessures narcissiques. Au lieu de se remettre en question, on projette. On recherche un bouc émissaire. C’est l’autre, alors moi je suis parfait......Le juif a ce paradoxie d’être à la fois perçu comme supérieur à tout point de vue, mais aussi comme incarnant ce qu’il y a des plus vil... Ce qui permet alors, le fourre-tout : JUDE...


      • ingirumimusnocte 6 novembre 2021 14:55

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        Dans le petit article que j’ai présenté, je donne pourtant un graphique qui montre que la montée du FN est la conséquence non pas d’un plan machiavélique de Mitterrand, ni d’une blessure narcissique, mais d’une montée radicale des inégalités. Or évidemment ces inégalité sont le résultat de la mondialisation qui exige le démantèlement de ce que dans le temps on appelait les acquis sociaux


      • Captain Marlo Captain Marlo 6 novembre 2021 20:14

        @ingirumimusnocte
        mais d’une montée radicale des inégalités. Or évidemment ces inégalité sont le résultat de la mondialisation qui exige le démantèlement de ce que dans le temps on appelait les acquis sociaux

        Absolument. Le déclin de la France et d’autres pays européens datent des accords de l’Uruguay Round entre les USA et la Commission européenne. Afin de mettre en place le libre échange à la place du protectionnisme, et de multiplier les délocalisations d’entreprises et de services.

        Par contre, la fin des acquis sociaux, même sans mondialisation, sont la conséquence des Traités européens libéraux.

        Ce qui intéresse plutôt les mondialistes, c’est la fin des Etats Nations, toujours capables de légiférer contre les intérêts de l’oligarchie...Exemple l’Argentine en 2002 :« Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques ».
        L’Islande aussi est un bon exemple.

        Mais seuls des pays indépendants et souverains hors de l’UE, peuvent faire cela !
        Dans l’UE, on sauve les banques avec l’argent public.


      • Captain Marlo Captain Marlo 6 novembre 2021 20:30

        @ingirumimusnocte
        non pas d’un plan machiavélique de Mitterrand,

        D’accord sur les causes, les inégalités, mais quand même, il s’agissait bien d’un plan machiavélique pour diviser l’électorat de Droite et fabriquer un repoussoir qui ferait élire le candidat de la finance au 2e tour !
        Et « le vote utile », a bien fonctionné jusqu’à Macron.... !

        Et puis Marine ma Divine a viré Philippot et dédiabolisé son programme, elle ne faisait plus peur à personne ! Vite, il fallait fabriquer un nouvel épouvantail à moineaux pour que Macron soit réélu !

        Cf « Youssef Hindi : » L’Autre Zemmour« .
        Il ne s’agit plus du fascisme au sens des années 30.
        Il s’agit des néo conservateurs et »du choc des civilisations".
        Le résultat est peut-être le même... !?
        Faire se battre des civilisations entre elles a le même objectif que le fascisme : éviter les révoltes et révolutions populaires.
        Zemmour, c’est l’outil de l’oligarchie anti Gilets jaunes, non ?


      • Yaurrick Yaurrick 8 novembre 2021 12:42

        @Captain Marlo
        Le déclin de la France, c’est surtout que l’économie mondiale ne se limite plus au G7, que de nombreux autres pays se développent, s’enrichissent, font concurrence à la France.
        Non seulement cela a révélé nos propres incuries, mais malheureusement, nous n’avons rien fait pour les résoudre, au contraire l’état obèse n’a fait qu’empiler des lois et des taxes en pensant que les mécanismes les plus basiques de l’économie pouvaient être outrepassés.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 novembre 2021 12:05

        Janine Chasseguet Smirgel a PARFAITEMENT compris l’essence du fascisme : quand on tente d’éradiquer le réel en s’évadant ou sombrant dans la narcose de l’illusion (pas de différence sexuelle, on fusionne dans l’indifférenciation : c’est alors que l’appel à la pureté et la LOI du gendarme fait son retour. Comme un diable sorti de sa boîte. Thomas Mann tenta bien de réveiller le peuple. Mais il était associée à l’aristocratie intellectuelle et ne fut pas entendu. Lire MARIO ou le magicien...La figure du diable qui mène le bal. CABARET : https://www.youtube.com/watch?v=hBlB8RAJEEc


        • Clocel Clocel 6 novembre 2021 12:07

          Par les temps qui courent il vaut mieux relire Pasolini...


          • JP94 6 novembre 2021 16:44

            @Clocel
            c’est sûr que PPP a une analyse politique élevée à un autre niveau que ce bourgeois d’Umberto Eco aveuglé par ses préjugés de classe au point de faire prévaloir ceux-ci sur les faits historiques. 
            et puis, il faudrait qu’il se demande qui « frustre le peuple » matériellement s’entend, si ce n’est la classe possédante.
            Ensuite, pour un Italien, il fait fort ! le fascisme s’est imposé par la violence contre les travailleurs et leurs organisations...Mussolini n’était pas le héros des classes populaires... qui l’ont combattu et vaincu en 1943.


          • mmbbb 7 novembre 2021 10:47

            @JP94 je suis assez d accord , le fascisme italien a ete soutenu par la bourgeoisie afin de contrer le communisme ou la gauche radical . En parallèle l Espagne a eut la même direction avec Franco .
            En Allemagne Hitler a dissout les syndicats . la grande bourgeoisie l a soutenu
            Le grand capital Ford entre autres
            Quant a la conclusion de l auteur, j acquiesce , la gauche est devenu l antichambre des revendications catégorielles et le fer de lance des avancées « sociétales » LGBT QX .


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 novembre 2021 12:13

            Oui, la gauche a une très grande part de responsabilte. Mais la droite s’est courbée. Sarkozy et Carla Bruni.... https://www.youtube.com/watch?v=SDuHXTG3uyY


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 novembre 2021 12:15

              Désolé, mais pour moi, ce diable fut PIERRE BERGE. PET à son âme..


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 novembre 2021 12:35

                Les Damnés de Visconti.... Le salut nazi d’HELMUT BERGER (encore...) devant la dépouille de ses parents. plus de parents, d’ancêtres ni de passé (PMA), j’ai trouvé ma famille : https://www.youtube.com/watch?v=pxYsRyk-0Ko. Rappelons qu’à l’époque Breton ne voulait pas d’homosexuels parmi les vrais surrélastes. Raison : l’homosexualté c’était la décadence incompatible avec le réveil de la classe ouvrière... pensez-vous qu’un ouvrier lit le journal Libération. Et bien je leur dis : vous n’avez rien perdu...Ceux qui déboulonnent les statues sont à leur manières des fascistes....


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 novembre 2021 12:39

                  Attention, il y avait un homosexuel dans ma famille et quand les nazis sont arrivés : du haut de l’escalier, il a jeté l’huile brûlante de la graisse à frites sur leur t^^ete, le temps de fuir par les toits.... Comme Thomas Mann qui avait des penchants homos....


                  • ZenZoe ZenZoe 6 novembre 2021 15:40

                    Article présentant un point de vue qui semble très intéressant. Quelques remarques assez bien vues aussi. Je retiendrai : Macron, petit banquier cupide autant qu’ignare ... Zemmour avec sa tête de croquemort malade... oui oui c’est tout à fait ça... smiley


                    • Captain Marlo Captain Marlo 6 novembre 2021 20:37

                      @ZenZoe
                      Macron, petit banquier cupide autant qu’ignare


                      Le Directeur de la banque Rothschild lui trouvait une qualité quand même !

                      Il savait « communiquer », c’est à dire « raconter des histoires » .
                      En clair, manipuler les gens et leur faire prendre des vessies pour des lanternes...


                    • JP94 6 novembre 2021 16:46

                      L’article est tout à fait bienvenu et intéressant, parfaitement d’actualité, et proposant des analyses avec un point de vue étayé, une approche originale très éclairante.


                      • wpjo 6 novembre 2021 22:28

                        Dès que je lis « avec sa tête de croquemort malade » j’arrête, je commente et je zappe.


                        • chantecler chantecler 7 novembre 2021 04:05

                          Ca me fait rire d’entendre parler une fois de plus d’un plan machiavélique de F. Mitterrand concernant le FN .

                          La « légende » à la vie dure ...

                          Je rappelle que ce plan machiavélique a été d’introduire de la proportionnelle aux élection ce qui était demandé par tous les partis politiques et par les médias .

                          Et du coup mathématiquement il y a eu des élus FN , qui ne pouvaient être représentés auparavant quand les élections se jouaient à la majoritaire .

                          Chacun peut vérifier sur le net cette évidence .

                          Je rappelle tout de même que les racines du FN , ou la réémergence de l’ED , sont liées directement aux accords d’Evian , cad à l’indépendance de l’Algérie et le départ/rapatriement des « pieds noirs » qui marquent la fin de la guerre d’Algérie , sous ....De Gaulle .

                          Mais je ne me fais pas d’illusion « le plan machiavélique » sera réévoqué ici ad vitam .

                          https://fr.wikipedia.org/wiki/Rassemblement_national


                          • itzi bitsy Reptile 7 novembre 2021 04:22

                            @chantecler
                            salut , 

                            il n’ y as pas de proportionnelle aux élections présidentielles.

                            Présidentielle 1974 Jean-Marie Le Pen 190 921   00,75%

                            présidentielle 1988 Jean-Marie Le Pen 4 376 742  14,38%

                            présidentielle 1995 Jean-Marie Le Pen 4 571 138  15,00%

                            ...

                            présidentielle 2017 Marine Le Pen    7 678 491  21,30%

                            https://www.france-politique.fr/front-national.htm

                            il n’ y as besoin de parler de complot machiavelique , mais seulement de lois sur l’ immigration incontrolé ( raprochement familial , naturalisation facilité)

                            consequence certe de mitterand , mais maintenus egalement par tout les gouvernement successif .

                             


                          • chantecler chantecler 7 novembre 2021 07:00

                            @Reptile
                            Je ne te parlais pas des présidentielles mais de l’ élection des députés à l’assemblée nationale et des élections régionales , où il semblait logique que tous les partis soient représentés au prorata .
                            Les « partis minoritaires » dont le FN et les médias ont largement fait valoir l’injustice à ce qu’ils ne soient pas représentés
                            Le regroupement familial a commencé sous J. Chirac en 1974...
                            Donc « machiavélisme » de J. Chirac ?
                            https://fr.wikipedia.org/wiki/Regroupement_familial
                            On peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre .


                          • Captain Marlo Captain Marlo 7 novembre 2021 07:15

                            @chantecler
                            Mais je ne me fais pas d’illusion « le plan machiavélique » sera réévoqué ici ad vitam 

                            Comment peuton encore soutenir cette fripouille de Mitterrand décoré de la francisque par Pétain ?? Mais reprenons la chronologie des faits :

                            De 1973 à 1983 le FN, censuré par les médias ; est constamment en dessous de 1% aux élections.

                            En 1981, à la demande de JM le Pen, Mitterrand le propulse à la télé.
                            "En 1981, faute d’avoir ses 500 signatures, le président du Front national ne peut être candidat à la présidentielle. Par la suite, Le Pen écrit au chef de l’Etat, Mitterrand, afin de réclamer un "traitement équitable". Une aubaine pour le socialiste, qui y voit un moyen de contrer le RPR de Jacques Chirac. Mitterrand prend acte de la requête de Le Pen et le lui fait savoir par courrier. Quelques mois plus tard, la France découvre sur le plateau de TF1, puis d’Antenne 2, deux chaînes de grande écoute, la mèche blonde et les poings rageurs du leader d’extrême droite, pourfendeur - déjà - de l’immigration. Merci qui ?"L’omerta avait été rompue grâce à Mitterrand", reconnaît le tribun frontiste.etc

                            Puis en 1986, Fabius fait voter la proportionnelle. Libération titre :
                            "C’était un coup politique de Mitterrand ». Le 16 mars 1986, 35 députés FN sont élus à l’Assemblée nationale. Une première, résultat de l’instauration de la proportionnelle voulue par François Mitterrand.etc 

                            Et n’oubliez pas de relire « Mitterrand et les 40 voleurs » de Jean Montaldo.


                          • Captain Marlo Captain Marlo 7 novembre 2021 07:28

                            @Reptile
                              mais seulement de lois sur l’ immigration incontrolé ( raprochement familial , naturalisation facilité)

                            Dans tes rêves ! Si Mitterrand a poussé le Pen dans les médias, et fait voter la proportionnelle, c’est pour diviser l’électorat de Droite et pour contrer Chirac.

                            Et si les médias ont donné du temps de parole au FN, puis au RN :
                             C’est d’abord parce qu’ils ne sont pas un danger pour le système, ils ne veulent pas sortir de l’UE. 

                            Et parce que leurs dérapages en font des épouvantails qui permettent de rabattre les voix « du vote utile », vers les candidat euro atlantistes, Chirac, puis Mitterrand, puis Sarkozy, et Macron.

                            L’Extrême droite n’est pas anti système, elle est au service du système pour assurer sa longévité ! 

                            Maintenant, le RN ne faisant plus peur, les mouches changent d’âne !


                          • chantecler chantecler 7 novembre 2021 07:42

                            @Captain Marlo
                            Mais oui, mais oui !
                            Cap.Marlo, inutile de me rebalancer ton argumentation asselinesque pour la cinquantième fois , ta haine pour F. Mitterrand..... « cette fripouille » et pour celle du peuple de gauche qui a peu de chance de rejoindre l’UPR qui sent un peu trop la naphtaline gaullienne ...
                            Je ne le défends pas outre mesure , mais je tente de rendre à César ce qui est à César .
                            Il a fait la guerre , a été prisonnier , s’est évadé , a travaillé pour Vichy certes à la défense des prisonniers , mais que je sache n’a jamais été chef de la milice comme d’autres et il a été résistant officiellement reconnu .
                            (par contre j’ai appris ce matin que le Bousquet faisait parti de l’état major FN à ses débuts cf mon lien wiki sur le FN )
                            Quant à 1981 il a au moins déverrouillé les médias et apporté un peu d’air frais dans un confinement post gaulliste vermoulu .
                            Un peu plus d’objectivité ne desservirait pas ta cause et prouverait que tu respectes un peu et l’histoire et le choix des électeurs .


                          • ingirumimusnocte 7 novembre 2021 08:11

                            @chantecler
                            le Bousquet fondateur du FN n’est pas René Bousquet, ami de Mitterrand, mais Pierre Bousquet 


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 novembre 2021 08:12

                            @chantecler je ne sais. J’ai lu CHRISTIAN NOTS. Chercheur depuis une trentaine d’années, Christian Nots a édité une dizaine d’ouvrages de recherche. Il travaille actuellement au décryptage des religions politiques du XXe siècle ainsi qu’à leurs diverses théologies totalitaires qui en découlent et qui incubent à nouveau très bruyamment, aujourd’hui, dans les régimes occidentaux. A la fin des années 90, il avait déjà investigué et travaillé sur certains segments « classifiés » des sciences exactes - qui étaient notamment liés aux dérapages totalitaires à la fois des nucléaires civils et militaires, de la biopolitique et des hyper-technologies balistiques. Effrayant......


                          • chantecler chantecler 7 novembre 2021 08:16

                            @ingirumimusnocte
                            C’est la même famille .


                          • mmbbb 7 novembre 2021 11:05

                            @chantecler rappel « L Algerie francaise » est une formulation du socialiste G Mollet Quant à Mitterrand , il couvrit les exactions lorqu il fut ministre de l intérieur , il ne tolérait pas que les « terroristes » veuillent l indépendance de l Algerie et créent des troubles à l ordre public .
                            La position de Mittérrrand n etait pas si différente de celle de l OAS ,
                            La quatrieme republqiue a ete incapable de gere la dé colonisation .
                            Dien Phen Phu fut le prémices de la chute de celel ci
                            La valeur de la gauche morale est d avoir évacuer la vérité historique Au lycée , il est vrai que l OAS etait mis en avant alors que les positions de Mittérrand fort peu évoquer .
                            Quant à cette histoire , j ai entendu la même reflexion de la part de Dumas .
                            Il était presque candide lorsque Mittérrand selon lui n avait pas d arrières pensées N oublions pas que Mitterand a ete élu avec l aide de Chirac , .
                            .


                          • Captain Marlo Captain Marlo 7 novembre 2021 19:14

                            @chantecler
                            Quant à 1981 il a au moins déverrouillé les médias et apporté un peu d’air frais dans un confinement post gaulliste vermoulu .

                            Lisez donc « C’était de Gaulle » de Peyrefitte« , vous aurez une autre version que le filtre de la Gauche que j’avais avalé aussi, comme vous.

                            1/ De Gaulle a été obligé de se servir de l’ORTF, car »l’intelligentsia de Gauche« qui contrôlait la presse refusait de rendre compte de ce que faisait le gouvernement. La Pravda était aussi parisienne ! Pour s’adresser aux Français, de Gaulle est passé par dessus ce blocage en utilisant la télé.

                            2/  »L’air frais « a commencé en 1984 avec la décision de Mitterrand de déréguler le système bancaire !  »Le 24 janvier 1984, le PS votait la première loi bancaire au monde – qui mettait fin à 40 ans de séparation des activités bancaires en France.

                            10 ans plus tard, ses effets commenceraient à se faire sentir, avec le début de la constitution des mégabanques universelles. Mais ce n’était que le début du processus de dérégulation massive du système financier français, déjà étudiée dans ce billet. N’oublions jamais.etc« 

                            3/ Le PS a signé quasiment tous les Traités européens, y compris le Traité de Rome signé par Guy mollet SFIO, sans referendum.

                            Le PS a soutenu l’Europe libérale et anti démocratique. Il a signé du même coup sa fin inéluctable, il finira dans les poubelles de l’histoire. Roland Dumas commence seulement à comprendre : »Notre grande erreur a été de faire l’Europe !" .


                          • Captain Marlo Captain Marlo 7 novembre 2021 19:22

                            @mmbbb
                            oublions pas que Mitterand a ete élu avec l aide de Chirac ,

                            Exact. Chirac voulait se débarrasser de Giscard,. C’est Giscard qui le raconte dans ses mémoires . La consigne était donnée par la permanence de Chirac de voter pour Mitterrand : « En Mai 1981, Chirac m’a tuer ! »


                          • ingirumimusnocte 8 novembre 2021 08:52

                            @chantecler
                            Rien ne l’indique



                            • Jonas 7 novembre 2021 10:06

                              A l’auteur 

                              La gauche d’autrefois comme les islamo-gauchistes d’aujourd’hui traitent de fasciste  toute personne qui n’est pas d’accord avec elle et n’accepte pas sa domination culturelle trafiquée. 

                              Que pensez-vous de ce que l’ancien trotskiste , Lionel Jospin , devenu Premier ministre socialiste disait sur le fascisme en France sous Mitterrand ? (France culture du 27 octobre 2007)

                              << Pendant toutes les années du Mitterrandisme nous n’avons jamais été face a une menace fasciste donc tout anti-fascisme n’était que du théâtre . Nous avons été face a un Parti qui était le F.N, c’est un parti d’extrême-droite , un parti populiste aussi a sa façon , mais nous n’avons jamais été dans une menace fasciste. D’abord le procès en fascisme a l’égard de Nicolas Sarkozy est à la fois absurde et scandaleux . Je suis profondément attaché à l’identité nationale et je crois même ressentir et savoir ce qu’elle est en tous les cas pour moi. 

                              L’identité nationale c’est notre bien commun , c’est une langue , c’est une histoire , c’est une mémoire , ce qui n’est pas exactement la même chose, c’est une culture c-à-d une littérature , les arts , les philosophies et puis c’est une organisation politique , avec ses principes et ses lois. Et quand on vit en France , c’est un art de vivre , peut-être c’est une identité nationale, et donc cette nation , je crois profondément que les nations existent encore et en France ce qui est frappant c’est que nous sommes à la fois attachés à la multiplicité des expressions qui font notre nation et la singularité de notre propre nation. 

                              Je me dis s’il y a aujourd’hui une crise de l’identité , crise de l’identité notamment à travers nos institutions qui l’exprimaient et qui la représentent et parce qu’il y a une crise de la tradition, une crise de la transmission , il faut que nous rappelons les éléments existentiels de notre identité nationale , parce que si nous doutons de notre identité nationale , évidemment nous aurons plus de mal à intégrer >>


                              • Captain Marlo Captain Marlo 7 novembre 2021 19:29

                                @Jonas
                                L’identité nationale c’est notre bien commun , c’est une langue , c’est une histoire , c’est une mémoire ,

                                Certes, mais l’identité n’est pas prioritaire.
                                Pour la défendre, si tel est votre objectif, il faut vivre dans un pays souverain.
                                Et donc sortir de l’UE, ce qu’aucun candidat ne propose, sauf Philippot et Asselineau.

                                Et si vous pensez à Zemmour, l’identité n’est pas sa priorité non plus.
                                Ce qu’il veut, c’est une guerre civile, sinon, il militerait logiquement pour le Frexit.
                                Vous avez remarqué que la langue européenne, c’est l’anglais ?
                                C’est ça votre défense de la langue française ??


                              • Jonas 8 novembre 2021 14:37

                                @Captain Marlo

                                Je ne pense pas qu’Eric Zemmour soit élu , ni qu’il soit au second tour de l’élection présidentielle. 

                                Mais son grand mérite est d’imposer les thèmes longtemps occultés , par les hommes politiques comme par certains journaux , tels que « Le Monde » « Libération » « L’Humanité » « L’Obs » etc. a savoir : l’identité , l’immigration , l’islamisation de certains territoires de la France et l’insécurité.

                                Vos Philippot et Asselineau ne figurent même pas dans les sondages , qui ne sont que des photographies de l’instant, ce qui prouvent leur inutilité. 


                              • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 7 novembre 2021 17:32

                                C’est de la « Haute » tout ça, les petits gueux ne peuvent que piailler finalement ^^


                                • alinea alinea 8 novembre 2021 09:51

                                  On dirait du Onfray, les fautes d’orthographe en plus.


                                  • ingirumimusnocte 8 novembre 2021 11:32

                                    @alinea
                                    Vous lisez très mal Onfray qui trouve de la culture et un certain intérêt à Zemmour, ce qui n’est pas mon cas. 


                                  • alinea alinea 8 novembre 2021 15:06

                                    @ingirumimusnocte
                                    ¿ eh ben dis donc ? je croyais que vous parliez de Umberto !!
                                    Vous ressortirez à poil de votre campagne ! le style de l’écriture ne ment pas ; enfin il abuse le survoliste !


                                  • ingirumimusnocte 8 novembre 2021 16:29

                                    @alinea
                                    La plupart de vos commentaires alimentent une sorte de confusionnisme plus ou moins intéressé qui ne mène pas à grand-chose. Le but de ce petit billet était de montrer qu’une sorte d’antifascisme de posture ne pouvait pas définir un programme, ni même un début d’analyse sérieuse


                                  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 8 novembre 2021 15:05

                                    Je ne vois pas où l’auteur veut en venir.

                                     

                                     Je me suis arrêté là : ’’l’Union européenne qui prône un gouvernement par les experts et les juges, logique à laquelle Umberto Eco adhérait avec enthousiasme, suppose que le peuple n’a aucune capacité à se gouverner par lui-même, ni à contrôler ceux qu’il a élus.’’

                                     

                                    Je note que le peuple par définition, n’a aucune capacité à se gouverner par lui-même. Cette phrase d’où qu’elle vienne est absurde.

                                     

                                    Reste : l’Union européenne qui prône un gouvernement par les experts et les juges suppose que le peuple n’a aucune capacité à contrôler ceux qu’il a élus.

                                     

                                    Elle ne suppose pas : elle a fait en sorte que. La capacité à contrôler ceux qu’il a élus lui a été accordée sous forme d’un marché de dupes : en effet, le parlement européen est un parlement croupion qui n’a aucun pouvoir.

                                     

                                    l’UE est dirigée par des personnes non élues livrées aux armées de lobbyistes qui hantent ses institutions. C’est inédit dans notre histoire.

                                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité