• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un axe d’intérêt, pas l’axe de résistance

Un axe d’intérêt, pas l’axe de résistance

JPEG

Je ne sais pas dans quelle mesure la coordination entre les EAU et la Russie dans le cadre de la plateforme OPEP+ peut être interprétée comme une étape vers la création de ce que certains appellent un axe de résistance pour les producteurs de pétrole. De telles désignations semblent plaire à certains analystes de notre région et les tentent d’y recourir pour expliquer une grande partie de ce qui se passe autour de nous.

Un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères à l’issue d’une rencontre entre Son Altesse Sheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, et son homologue russe Sergueï Lavrov, indique qu’«  une coordination étroite a lieu entre la Russie et les EAU dans le cadre de la plateforme OPEP+ pour stabiliser et prévoir les prix mondiaux de l’énergie.  »

Je ne pense pas que cette position équilibrée puisse avoir ne serait-ce qu’un soupçon d’accent sur une position ou une autre. Certains voient la visite de Lavrov à Riyad comme une frappe préventive contre le prochain voyage du président américain Joe Biden dans la région, sans se concentrer sur d’autres dimensions plus importantes de toutes ces démarches, comme un changement qualitatif du statut et du poids stratégique des pays du CCG.

Ils sont devenus une partie que les grandes puissances cherchent à gagner plutôt qu’à utiliser ou exploiter dans ces conflits. Dans ces circonstances internationales, il est tout à fait naturel que la Russie prévienne le voyage du président américain Joe Biden au Moyen-Orient, qui comprend une visite en Arabie saoudite.

Cette visite est importante et potentiellement historique, car elle pourrait redéfinir les fondements de l’alliance entre les États-Unis et l’Arabie saoudite. Il en va de même pour les Émirats, car les médias occidentaux parlent d’un nouveau cadre pour les relations entre les Émirats et les États-Unis.

L’Arabie saoudite et les EAU ont certainement réalisé un changement qualitatif important dans les règles du jeu en matière de conflit et d’influence au Moyen-Orient avec leurs positions équilibrées sur la crise en Ukraine. Les États-Unis ne voient plus ces deux États dans la vieille perspective traditionnelle de subordonnés plutôt que de pairs.

La Russie reconnaît l’importance du rôle de ces deux États dans la construction d’un nouvel équilibre international dans lequel leurs intérêts sont poursuivis sans perturber les partenariats et alliances existants avec les différentes grandes puissances.

Il va sans dire que les EAU n’ont jamais été enclins à des axes unilatéraux qui remontent à des temps plus anciens et qui ne sont plus compatibles avec la nature des relations internationales d’aujourd’hui.

En outre, une telle situation crée un décalage entre ses intérêts et son désir ardent de s’ouvrir à tous les États, puissances régionales et internationales et d’établir des relations amicales et équilibrées avec tous sans exception.

Indéniablement, les EAU ont réussi à éviter les tempêtes politiques et les conflits internationaux et régionaux, en se concentrant sur les objectifs de développement et en réalisant leurs objectifs économiques, une expression claire des principes inscrits dans le Document de 50 pour mettre la politique étrangère au service des objectifs économiques. Il ne s’agit donc pas de pétrole, de gaz ou d’alliances ou d’axes politiques.

Il s’agit d’objectifs concrets que la diplomatie émirienne cherche à atteindre en dehors des conflits conceptuels. Je pense qu’une grande partie de ce qui est écrit sur l’état des relations du Golfe avec les grandes puissances, notamment les États-Unis, la Russie et la Chine, relève du vœu pieux plutôt que de la réalité.

En d’autres termes, la plupart des articles sont politiquement et intellectuellement fondés sur les partis pris de leurs auteurs ou des médias plutôt que sur la réalité  ; les États du Golfe ne sont certainement pas en train d’abandonner ou de déclasser leur partenariat de sécurité avec les États-Unis. Ils ne peuvent pas non plus sacrifier leurs énormes intérêts économiques et commerciaux avec la Chine ou leur coopération pétrolière et stratégique avec la Russie.

L’idée de prendre parti dans un conflit international tendu ou de rejoindre un axe ne correspond pas aux orientations de l’Arabie saoudite ou des EAU. Sinon, il n’y aurait pas eu autant de débats sur les positions des deux pays dans la crise ukrainienne, par exemple.

Les orientations des pays du Golfe proviennent du besoin d’une position unifiée dans cette phase complexe des relations internationales et de l’ordre mondial. Il n’est donc pas logique que l’alignement sur un axe quelconque soit une accroche de cette phase. Il s’agit plutôt d’un axe d’intérêts, qu’il s’agisse de ceux qui unissent les États du CCG et leurs peuples, ou de leurs intérêts communs avec le reste du monde.

Certes, il existe un consensus minimal sur ce que sont ces intérêts. Ainsi, il est peu probable que ces pays jouent un rôle dans un axe politique, militaire ou pétrolier, car cela impliquerait qu’ils deviennent parties à des conflits d’influence dans lesquels ils n’ont aucun intérêt.


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Philippulus Séraphin Lampion 13 juin 11:16

    «  Ainsi, il est peu probable que ces pays jouent un rôle dans un axe politique, militaire ou pétrolier, »

    Vous parlez des pays ou des dirigeants ?


    • eddofr eddofr 13 juin 14:20

      J’ai du mal à savoir si les dirigeants de ces pays sont durablement installés ou s’il sont sur siège éjectable.

      Vu de ma petite fenêtre, ils ont l’air d’exploiter outrageusement les richesses du pays à des fins d’enrichissement et de pouvoir personnel.

      Vu de ma petite fenêtre, ils n’ont pas trop l’air de se soucier des aspirations de leur peuple (encore qu’ici, on ne voit que la minorité qui s’exprime. Que pense la majorité silencieuse ? Je n’en sais rien).

      En tout cas, il me semble qu’il ont fait allégeance aux U.S.A. tant que ceux-ci était la seule puissance capable de les protéger des velléités expansionnistes de leurs voisins.

      Il semblerait qu’ils n’aient plus ce problème.


      • André 14 juin 10:13

        @Dr. salem alketbi

        Vous commencez la première phrase de votre article par « Je ne sais pas… ». Attendez-vous que le lecteur sache ce que vous ne savez pas ?

        Le titre de votre article est - "Un axe d’intérêt, pas l’axe de résistance". Pensez-vous qu’il y a beaucoup de pays dans le monde, qui sont assez stupides pour renoncer à leurs propres intérêts ?

        Pour vous dire la vérité, vous n’êtes pas les seuls à être confus... les lecteurs ne savent probablement pas non plus quel était le but de la rédaction et de la publication de cet article.

        Écrivez en une phrase, ce que vous avez voulu dire en écrivant cet article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité