• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un conseil d’état plus inclusif

Un conseil d’état plus inclusif

Le sieur Jean-Michel Blanquer, ci-devant ministre de l’Éducation nationale, avait commis en septembre 2021 une circulaire1 pour favoriser l’inclusivité de l’éducation pour les élèves transgenres. Il y préconisait par exemple d’obliger les enseignants à user dans la vie scolaire courante d’un prénom différent de celui inscrit à l’état-civil, ou de laisser libre cours aux fantaisies vestimentaires qui seraient plus conformes au sexe opposé à celui déterminé par la naissance, ou encore de favoriser l’accès à des lieux d’intimité ad’ hoc. La réprobation de ce délire m’avait même conduit à écrire jadis un petit article2

La juridiction administrative a été saisie d’une demande d’annulation de cette circulaire pour excès de pouvoir. L’argumentation juridique invoque la loi du 6 fructidor an II3, jamais abrogée, qui stipule dans son article premier que « Aucun citoyen ne pourra porter de nom ni de prénom autres que ceux exprimés dans son acte de naissance [...]. » et dans son article 4° : « Il est expressément défendu à tous fonctionnaires publics de désigner les citoyens dans les actes autrement que par le nom de famille, les prénoms portés en l’acte de naissance, [...] ni d’en exprimer d’autres dans les expéditions et extraits qu’ils délivreront à l’avenir. » Notons en outre que le fonctionnaire contrevenant s’exposerait à la destitution. Bref, la loi impose d’user de l’état-civil, point final.

Le diable se niche dans les détails. La circulaire, attaquée sans doute par un partisan d’un hétéro-patriarcat obsolète, stipule que pour les épreuves concourant à l’obtention d’un diplôme national, seul les prénoms inscrits à l’état-civil doivent être utilisé. Hop ! Le Conseil d’état s’engouffre dans la brèche4 : parce que cette exception existe dans la circulaire, la loi du 6 fructidor an II serait réputée respectée. Une loi qui institue l’immutabilité absolue et permanente des noms et prénoms peut-être sauvagement violée la plupart du temps, si lors de certaines occurrences, elle est appliquée avec toute la révérence qui lui est due, alors tout va bien. En plus, comme elle favorise une école d’une inclusivité galopante, c’est merveilleux ! Le suppôt de la réaction qui a osé ester est débouté.

Quelques réflexions d’un atrabilaire rétrograde.

Ce n’est bien sûr qu’une opinion, mais la dysphorie de genre est une pathologie psychique nonobstant ce qu’en pensent l’OMS et tous les sérails progressistes et corrompus5. Dès lors, ne pas traiter par la psychologie un trouble de genre chez un jeune, refuser de questionner son discours pour abonder sans le moindre recul à ses moindres humeurs, ça ressemble surtout à une maltraitance.

Sans prétendre avoir ouï des voix, bouter hors de la souveraineté de France (ou du trop peu qui subsiste) les donneurs d’ordres exotiques dont les noms sont évoqués çà et là dans des décisions qui concernent les français (comme ici l’OMS et la CEDH, mais il y en a d’autres) pourrait relever du salut public. Ou du bien commun.

Une école qui apprend sans idéologie à lire, à écrire, à compter, puis la littérature, l’histoire et la géographie, les mathématiques et les sciences, les langues étrangères, les arts et le sport, etc., cela devrait être la principale préoccupation des enseignants et de la Straß de cette noble maison. Et comme pour l’instant, elle est extrêmement critiquable sur ces aspects essentiels, il conviendrait qu’elle concentre ses efforts exclusivement sur la transmission des savoirs sans se chercher de nouveaux moulins à vent comme l’inclusivité. Au moins tant qu’elle n’aura pas mis bon ordre dans sa cour de roy Petault.

A force de se prendre pour des législateurs ou de rendre des services aux copains et aux coquins en politique, des juges pourraient faire perdre le peu de respect, de confiance et d’autorité qui demeure en la justice.

Je radote : faire tout pour que les élèves n’apprennent pas in fine à penser, n’est-ce pas le meilleur moyen de s’assurer de la sujétion de futurs adultes ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Clark Kent Clark Kent 1er octobre 08:51

    « A force de se prendre pour des législateurs ou de rendre des services aux copains et aux coquins en politique, des juges pourraient faire perdre le peu de respect, de confiance et d’autorité qui demeure en la justice. »

    C’est déjà fait pour les élus et pour les professionnels de la santé. Bientôt lrd gendarmes ?


    • sylvain sylvain 1er octobre 17:00

      @Clark Kent
      c’est aussi réglé pour les journalistes, moins de 20% des gens leurs font confiance. Mais bizarrement, tout le monde continue de lire leurs conneries, de suivre ce que disent les politiques et de se faire injecter des trucs pas nets dans le corps...


    • zygzornifle zygzornifle 2 octobre 08:40

      @sylvain

      Les journalistes sont des prestidigitateurs qui font sortir l’info revue et corrigée de leurs chapeaux devant les yeux humides des mougeons qui en pissent de joie car le mensonge bien sucré « en bande organisée » s’avale bien mieux que la vérité qui elle n’a pas bon gout ....


    • chantecler chantecler 2 octobre 08:43

      @zygzornifle
      La vérité ?
      Ce sont les médias qui la fabriquent .


    • Lynwec 1er octobre 09:56

      Trouver quelqu’un qui a encore du respect pour les institutions, c’est être vraiment fortiche... Elles ont mis tant d’efforts à se déshonorer régulièrement depuis 1968 qu’il n’en reste aucune qui puisse mériter le respect .

      A titre individuel, quelques rares personnes dotées d’une colonne vertébrale morale ont survécu au naufrage organisé, mais bien peu, ne laissant qu’une masse de mollusques prêt à se mettre à plat ventre au premier coup de téléphone, et le plus souvent, ces rocs se voient mis à l’écart, faudrait pas que ça donne le bon exemple, pensez...


      • Aristide Aristide 1er octobre 10:04

        Il me semble que ce jugement est incomplet. Il faudrait à mon sens élargir le raisonnement à d’autres sujets.

        S’il n’y a aucune difficulté à nommer Josette celui ou celle ou ... enfin euhh, celui ou celle ? 

        Bon j’ai trouvé, il faut écrire cellui avec deux l.

        Je reprends : s’il n’y a aucune difficulté à nommer Josette cellui qui se prénom José. Oufff j’y suis.

        Donc, mais qu’est ce que je disais ? 

        Ah oui, s’il n’y a aucune difficulté à nommer Josette cellui qui se prénom José, comment faut-il nommer cellui qui ne se reconnait pas dans un genre connu ?

        Hein ? Ben facile, il existe des prénoms mixte comme Claude ou Dominique, ...

        Par contre si vous vous prenez pour un camion là c’est Berliet pour les nostalgiques franchouillard ou Mack pour les vrais américanophiles ....


        • Lynwec 1er octobre 16:44

          L’art de saboter quelque chose qui fonctionne très bien depuis des siècles en retournant le cerveau des masses pour leur faire accepter des c...ies...

          La seule amélioration au système d’état civil ( j’ignore si ce n’est pas déjà applicable, n’ayant pas fait mes devoirs sur le coup ) serait de permettre à la personne désignée par le prénom de le faire modifier s’il ne lui plait pas ( Certains « parents » affublent leurs enfants de prénoms qui en font des cibles à la moquerie permanente ce qui les amène à changer de prénom usuel auprès de leurs amis...)

          Le reste, du genre changer l’état civil en Lucette pour le camionneur de 110 kgs qui s’appelait précédemment Marcel, c’est de l’enc...age de mouches, parfaitement dans l’air du temps et tout à fait inutile ...


          • ZenZoe ZenZoe 3 octobre 09:41

            @Lynwec
            Il est tout à fait possible de changer de prénom, on n’a même plus besoin de passer par la case justice depuis peu. L’ancien prénom sera rayé de la carte complètement.
            L’ennui, c’est qu’on n’efface pas le traumatisme à vie d’un gamin qui, toute son enfance, s’est pris les quolibets dans la tronche à cause de la stupidité de ses parents.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité