• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un éventuel accord sur le nucléaire est-il en vue  ?

Un éventuel accord sur le nucléaire est-il en vue  ?

JPEG

Après huit rounds de négociations par les délégations des cinq membres du Conseil de sécurité plus l’Allemagne, les négociations semblent sur le point d’aboutir, à moins que l’Iran ne revienne sur ses positions, pose de nouvelles conditions et se durcisse, d’autant que la crise internationale actuelle entre les grandes puissances (tensions autour de l’Ukraine et de Taïwan) est tout à fait dans son intérêt.

Dans ce contexte, des indications sont données sur le déroulement des négociations. Le plus intéressant est le renvoi ou la démission de Richard Nephew, l’adjoint de l’envoyé spécial américain pour l’Iran, Robert Malley, de la délégation de négociation.

Selon les médias dans les coulisses des discussions de Vienne, la raison en est le désaccord persistant entre les membres de la délégation sur le mécanisme de conduite des négociations avec l’Iran. Nephew est partisan d’une approche plus dure en raison de sa longue expérience dans les négociations avec l’Iran.

Partisan de l’accord Obama, il combine son travail sur les sanctions et la non-prolifération nucléaire avec son expérience des négociations avec l’Iran avant le JCPOA de 2015. Cependant, il est aussi un négociateur coriace. Mais il n’est pas le seul à avoir démissionné ou à avoir été limogé, deux autres membres de la délégation de négociation américaine ont suivi son exemple.

Bien que les États-Unis restent officiellement muets sur les raisons de son départ des négociations, se contentant de dire que les changements de personnel après un an de gouvernement sont «  très courants,  » quelques articles de presse peuvent donner un petit aperçu de ce qui s’est passé.

Un rapport publié dans le magazine britannique The Spectator suggère que les négociations n’ont pas du tout été efficaces lors des cycles précédents. Ce n’est pas seulement un fiasco de ne pas avoir réussi à arracher des concessions à Téhéran. Le gel de nouvelles étapes sur la voie de la bombe atomique est également encore loin.

Il semble que les négociateurs occidentaux se soient mis eux-mêmes dans l’embarras. Le rapport évoque des concessions plus importantes de Robert Malley aux Iraniens.

Le magazine cite des sources diplomatiques occidentales selon lesquelles Malley était «  la plus grande « colombe » de responsable que nous ayons jamais vu,  » et souligne que Malley et son adjoint (Richard Nephew, avant qu’il ne se retire de la scène des négociations à Vienne) étaient en désaccord sur cette approche docile.

Le désaccord entre les deux hommes était tel qu’ils ont étonnamment cessé de se parler avant Noël dernier.

Dans ce contexte, de nombreux observateurs associent ce que l’on pourrait qualifier de filtrage de la délégation américaine chargée des négociations au fait que l’Iran a renoncé à son refus de négocier directement avec les Américains après que ces derniers ont souligné l’importance du dialogue direct.

Le ministre des Affaires étrangères Hossein Abdullahian a ensuite annoncé que son pays était prêt à mener des négociations directes avec les États-Unis, une évolution qui a plusieurs connotations. La plus grave d’entre elles est la ferme détermination de l’administration Biden à conclure «  n’importe quel  » accord avec l’Iran, quelle qu’en soit la nature ou la durée, temporaire ou indéterminée.

La Maison Blanche ferme les yeux sur les tergiversations persistantes des négociateurs iraniens, malgré les mises en garde répétées des États-Unis contre «  l’impatience,  » «  la dernière chance  » et autres positions que les Iraniens interprètent davantage à la lumière du comportement de la délégation américaine à Vienne que de ce qu’ils lisent dans les médias.

C’est-à-dire que ce qui résonne chez eux est très différent des positions exprimées. L’annonce par les parties américaine et iranienne qu’elles sont prêtes à négocier directement peut être un signe positif pour certains. Mais pour d’autres, elle représente un tournant qui pourrait conduire à de nouvelles concessions américaines et à des avantages stratégiques pour l’Iran.

Certains observateurs pensent que le président Biden s’en tient à toute formule d’accord avec l’Iran, car il craint qu’un échec des négociations ne compromette les chances du Parti démocrate lors des élections de mi-mandat en novembre.

Un échec à Vienne nécessiterait d’autres options pour faire face à la menace iranienne, raison pour laquelle la Maison Blanche tente d’éviter complètement cette situation. Elle néglige désormais la politique d’achat de temps de la délégation iranienne à Vienne et ignore les avertissements selon lesquels l’Iran se rapproche de la capacité nucléaire.

La principale indication selon laquelle l’administration Biden lie les négociations de Vienne aux élections du Congrès est venue de Robert Malley. Il a récemment évoqué indirectement le fait que le retour à l’accord sur le nucléaire iranien était lié à la libération de quatre citoyens américains emprisonnés.

Malley avait réaffirmé la position américaine selon laquelle la question des quatre personnes détenues en Iran est distincte des négociations nucléaires. Il est cependant de plus en plus clair que leur libération est une condition préalable à un accord sur le nucléaire, et certains observateurs la considéraient même comme la seule condition à un retour à l’accord.

«  Ils sont séparés et nous poursuivons les deux objectifs,  » a déclaré Malley. «  Mais je dis qu’il est très difficile pour nous d’imaginer revenir à l’accord nucléaire alors que quatre Américains innocents sont retenus en otage par l’Iran.  » Cela reflète en grande partie un changement de la position américaine qui, à mon avis, se dirige vers un éventuel accord avec l’Iran, qui peut être vendu au public américain comme un gain diplomatique et politique.

En d’autres termes, la libération des quatre Américains pourrait sauver la face du président Biden et lui permettre d’affirmer que la protection de la vie des Américains est plus importante que le renforcement des sanctions contre l’Iran et tout le reste.

En fait, l’Iran ainsi que la Russie, la Chine et d’autres pays, milices et organisations perçoivent que la diplomatie américaine n’a pas de griffes  ; ils pensent que le président Biden écarte le risque de guerre. Cette situation constitue une menace sérieuse pour le statut et l’influence mondiale des États-Unis.

Le cœur du problème est que l’Iran a réussi à gagner du temps et à renforcer ses capacités nucléaires, à la fois pendant la période de contournement de ses obligations dans le cadre de l’accord nucléaire depuis le retrait de l’ancien président Trump de l’accord en 2018 et pendant les mois du processus de négociation actuel.

Tout accord qui pourrait résulter des négociations de Vienne serait, au mieux, un retour limité ou conditionnel à l’accord initial de 2015. En ce qui concerne la sécurité et la stabilité régionales, il n’y a pas grand-chose de nouveau, mais nous devons nous attendre à d’avantage de chaos.


Moyenne des avis sur cet article :  1.36/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 14 février 22:15

    Comment dit on « manger son chapeau » aux Emirats ?


    • Berthe 15 février 02:43

      personne ne vous lit ni ne vous croit !! le problème est sans doute ailleurs, dans l’image que vous donnez au monde .. si la saoudie a des armes et massacrent des yéménites, c’est à cause des yéménites, si les émirats se chope un drone c’set à cause des iraniens. Incorrigibles monarchies du golfe, vous n’êtes même pas crédible ;... vous imposez la croyance en une divinité pure et soft alors que vous semez le désordre et le chaos à qui n’exécute pas vos caprices. Vous vous êtes perdus il y a plus de 60 ans, la convoitise aura raison de vous ... les nouvelles générations actuelles n’ont pas besoin de vos éclairages pour comprendre. Allez au dodo on a sommeil ... foutez donc la paix aux iraniens qui ont payé très cher quand l’Europe armait saddam pour les gazer au napalm... ami d’un jour, ennemi l’autre jour ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité