• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un maelström mondial serait-il en route ?

Un maelström mondial serait-il en route ?

 Nous pouvons commencer à nous inquiéter. L’affaire géorgienne pourrait être le début d’un maelström dont on ne peut ignorer l’issue. Au-delà du débat sans fin des responsabilités, dont la réalité complexe est simplifiée pour faire plaisir à l’optique que l’on porte sur le monde : pro-Russe ou anti-Américain contre pro-Américain ou anti-Russe, il y a deux faits incontournables : l’intervention géorgienne en Ossétie du Sud et l’invasion de la Géorgie par la Russie, Russie encore présente sur le territoire géorgien et qui interdit l’intervention d’observateurs européens sur des territoires qui se disent souverains (l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud) et reconnus par la seule Russie (avec une autre petite République et le Venezuela) qui de ce fait ne le sont pas car la Russie décide pour eux. Et ce fait là aussi est incontournable.

 L’intervention de la Géorgie a avivé de façon extraordinaire le sentiment anti-américain d’une bonne partie de la planète et par contrecoup la réaction russe a crispé des pays qui ont eu à subir le joug de l’URSS et tous ceux qui prônent que l’Occident est la seule voie possible. Tout cela ressemble à un domino où chaque pièce tombe l’une après l’autre sans savoir quel est vraiment le dessin de ces dominos ni où cela va aller.

Dans tout cela, il y a un problème d’analyse et de positionnement. Si vous tentez une analyse en regard des faits que vous supposez être vrais, elle ne sera pas vue comme telle, mais plutôt comme une prise de position pro ou anti-russe ou pro ou anti-américaine. Je m’étais posé la question de savoir si la Russie en sortirait gagnante du conflit géorgien. Evidemment, je me suis fait incendier par qui de droit. Aujourd’hui, les choses ont avancé (ou reculé c’est selon). La Russie a reconnu deux entités qui se sont déclarées indépendantes : l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud. Lorsque j’écrivais que la Russie risquait de se retrouver isolée, non pour ces faits-là, mais par idéologie on m’a fustigé. A ce jour, comme seul pays important, le Venezuela a reconnu ces indépendances, et un petit pays. Ni la Chine ni l’Inde ni la CEI, qui a fait une déclaration d’admiration pour l’intervention russe, ni le Pakistan, aucun autre pays de son influence et de non-alignés n’a reconnu ces "pays". Et c’est évident car toute nation qui a des problèmes de territorialité (Chine-Tibet) ne peut l’accepter sous le risque de voir dans son propre pays des justifications d’indépendance se développer. La boîte de Pandore est ouverte en plus grand après le Kosovo. Cela isole ce pays quoi qu’en disent ceux qui défendent la Russie contre vents et marées, et ici stupidement car c’est un constat. Deux problèmes au-delà de cet isolement vont rapidement se poser à la Russie. Elle tire 40 % de ses ressources du pétrole et le pétrole en quelques semaines vient de passer de 147 $ à moins de 100 $, c’est-à-dire une baisse de 30 %. Faites le calcul, 30 % de 40 % cela fait 12 %. Et lorsqu’un pays qui a fait fortune grâce à ce pétrole, au gaz et aux matières premières qui suivent la même pente, perdre 12 % de ses revenus en quelques mois c’est une bombe atomique. De plus, ces 12 % représentent évidemment bien plus dans la marge, car c’est par le haut, là où il y a les bénéfices que la baisse de prix tape en premier. A cela s’ajoute un krach boursier en perspective. En quelque mois, depuis mai, la bourse de Moscou a perdu 47 %, une autre bombe atomique. Non seulement les investisseurs étrangers fuient, mais même les Russes vendent leurs titres pour acheter, ironie triste de l’histoire, des dollars (Le Figaro). Avoir crié un peu tôt que la Russie, car elle avait des pétro-roubles, était revenue très fort dans le monde contemporain alors que sa population est en déclin très inquiétant (on parle à l’horizon de 2050 de 85 millions d’habitants, moins que l’Allemagne), qu’elle dépend essentiellement de l’Ouest, que le jeu économique qui peut faire baisser ses revenus de façon hystérique était allé un peu vite en besogne.

A ceux qui croient que je me réjouirais de cette situation, ils font fausse route. Pour moi le maelström est enclenché. La Russie se moque de sa signature comme le prouvent deux faits :

  1. elle prend les décisions à la place de peuples qu’elle dit souverains et dont elle a reconnu la souveraineté. C’est-à-dire qu’elle refuse l’envoi d’observateurs sur des terres qu’elle dit être souveraines et indépendantes sans leur accord. En d’autres termes, cela s’appelle une annexion ;
  2. on découvre peu à peu des effets très déstabilisants : le président de l’Ossétie a déclaré, mais est revenu en arrière, que l’Ossétie n’avait pas vocation à rester indépendante et voulait rejoindre la Russie. Quid alors de cette théorie d’indépendance et de l’intervention russe pour protéger cette indépendance ? Ce point précis pose obligatoirement un problème pour l’avenir, mais également des questions quant au passé. Cette déclaration pourrait prouver que l’Ossétie était manipulée par la Russie. Quoi qu’il en soit c’est un point d’histoire à côté duquel on ne peut passer.
Je ne peux me réjouir de tout ceci car une Russie qui s’affaiblirait et qui serait isolée pourrait durcir encore ses positions. Un animal blessé, dit-on, devient féroce. Donc aucun triomphe, aucune réjouissance, mais beaucoup d’inquiétude. 

Ce jeu de domino va plus loin. Puisque la Russie a montré ses crocs, cela libère - certains penseront que c’est une bonne chose, l’avenir nous le dira - des velléités de démonstration de force. Bayrou disait dans son discours du 7 septembre que nous étions rentrés dans un monde de force. On n’a retenu de lui que la petite phase sur le rassemblement. Or, nous apprenons trois événements majeurs :
  1. la Bolivie a expulsé son ambassadeur américain ;
  2. Hugo Chavez a donné soixante-douze heures au sien pour faire de même : «  Allez au diable, yankees de merde ». [...] « A partir de ce moment, l’ambassadeur yankee à Caracas a 72 heures pour quitter le Venezuela, en solidarité avec la Bolivie » (Le Figaro) ;
  3. Sarah Palin, critiquée pour son manque d’expérience en matière de politique étrangère, a prôné la fermeté vis-à-vis de la Russie, n’excluant pas la possibilité d’une guerre en cas d’agression sur un membre de l’Otan (Le Figaro).
L’expulsion d’ambassadeur a une signification claire : la force prend le pas sur la diplomatie. La Bolivie est un pays marginal, et je le dis sans mépris, mais le Venezuela est un pays important par son pétrole, par l’étendue de son territoire, sa démographie et par l’influence de son président en Amérique du Sud. Cette crispation importante, ajoutée à l’isolement et un risque économique non négligeable pour la Russie, la peur exacerbée des pays baltes, de l’Ukraine, la surenchère américaine ne sont pas de très bon augure pour l’avenir. Et malheureusement, l’Europe ne semble pas faire le poids. Et Sarkozy en est le plus mauvais pseudo-chef qui soit car il ne respecte que la force et de ce fait il est complètement perdu quand des forces s’affrontent. Il ne sait plus quel est le camp le plus fort. Du reste, une chose semble être passée assez inaperçue et pourtant pas sans conséquences. Dès l’accession au pouvoir du nouveau président pakistanais, alors que l’on sait de plus en plus que ce pays est plus que l’Afghanistan la source du terrorisme et qu’en plus le Pakistan à l’inverse de l’Irak a la bombe atomique, et que ce nouveau président, le veuf de Butho s’appelait Monsieur 10 % (sa commission de corruption) et qu’il a été convaincu d’assassinat, Sarkozy l’invite en France, il voulait être le premier à le faire. Il en fait des dégâts avec cette volonté d’être le premier qui fait. De toute façon, contrairement à ses déclarations antérieures, l’Europe n’intéresse pas Sarkozy. Pour l’instant, seule la France l’intéresse ; en Europe, ils sont 27 qui ne sont pas aux ordres, puis Barroso, puis Göttering, en France pas de Fillon, pas de ministres, juste un résident, lui. L’Europe ne l’intéresse que comme tribune. Or, on aurait besoin de l’Europe en ce moment justement. Sa position est hésitante et aboie plus qu’autre chose. Combien de fois a-t-elle demandé sans succès le retrait des Russes ? Ce retrait à peine obtenu, elle se voit narguée par la volonté de la Russie de ne pas accepter des observateurs en Abkhazie et Ossétie du Sud. Sa position est intermédiaire avec l’Ukraine, une association floue, ce qui pousse cette dernière dans les bras de l’Otan et avec les déclarations de Palin, ce n’est pas une bonne nouvelle.

Un maelström est en train d’enfler.

Moyenne des avis sur cet article :  3.49/5   (162 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • S2ndreal 12 septembre 2008 13:45

    J’aime bien votre point de vue. Vous observez que la vérité, la réalité et les intentions réelles des acteurs sont fort négligées. Vu le peu de cas accordé à la vérité, je pense avec vous que nous sommes dans une situation précédant une guerre.

    Sarah Palin a déjà accepté cette idée. Entrer en guerre avec la Russie ne lui fait pas peur. Elle sera à l’abri. J’ai aussi pu lire des présentations de "faits" transformant la Russie en monstre. Saakashvili s’en sort très bien. Il a réussi à faire oublier qu’il est l’agresseur. Cela doit rendre furieux les Russes. Ils se sentaient déjà humiliés et trahis par l’Occident. Maintenant, les mensonges pleuvent sur leur tête. Ils ne peuvent logiquement que détester cela.

    La période Eltsine, à qui l’Occident a accordé tout le soutien possible, a vu un tel hold up, tellement malhonnête et tellement évident, que le mot démocrate est devenu synonyme de voleur. Cette escroquerie s’est faite aux bénéfices de ceux que nous nommons oligarques. Le FMI a du lâcher un gros paquet de milliards pour éponger les dégâts de cette opération. Les oligarques sont devenus par un mystérieux tour de passe passe des parangons de la démocratie et de la vertu en Occident, pas en Russie. Putin a remis de l’ordre dans cette maison, a réaffirmé l’existence d’un état central. La mafia est devenue un peu moins visible. Notre réaction officielle peut se résumer par un "Hou, le vilain". Les Russes n’ont aucune estime pour des valeurs vantant le vol, la pauvreté de la population, le désespoir.

    J’ajoute encore que la Russie peut exploser. Elle s’est construite comme un état central conquérant ses voisins. Ce n’est pas angélique. Elle a subi un traumatisme lorsque l’Ukraine, la Biélorusse, les Etats Baltes, la Georgie et quelques autres pays se sont séparés d’elle. C’est en conradiction avec toute son histoire. En accord avec son histoire, c’est affronter l’un de ses voisins qui lui cherche des misères. Dans cette optique, son action en Georgie lui est naturelle. Elle la renforce. Elle signale à ses propres nationalités qu’elle est assez forte pour s’affirmer dehors. Donc il est inutile d’essayer depuis l’intérieur. Je vois un sentiment de menace vis-à-vis de la Russie sur ce point.

    La Russie a subi une trahison lorsqu’elle a eu la promesse que l’OTAN ne s’étendrait pas à l’est. Saakashvilii veut entrer à l’OTAN. Les Etats-Unis soutiennent cette idée. L’Ukraine est soutenue pars ce même pays pour entrer dans l’OTAN. La Russie a des raisons de se méfier des Occidentaux. Ils ne tiennent pas parole.

    Pourtant ils gardent langue avec l’Europe, écoutent l’Occident. Vous le faites très bien remarquer. Ils ont besoin de nous.

    Dans cette optique, les Russes ont de bonnes raisons de se méfier de nous. Ils savent aussi qu’ils ont besoin de nous. Mais cela n’ira pas jusqu’à accepter toute l’arrogance et le mépris dont nous faisons aujourd’hui preuve à leur égard. Il serait bon pour tout le monde d’arrêter les conneries et de traiter ce pays comme étant une nation de gens intelligents, compétents, cultivés et qui ont au moins autant de valeur que les va-t-en guerre comme Palin.


    • Julius Julius 12 septembre 2008 14:08

      > (Russie) Elle s’est construite comme un État central conquérant ses voisins. Ce n’est pas angélique. Elle a subi un traumatisme lorsque l’Ukraine, la Biélorusse, les Etats Baltes, la Georgie et quelques autres pays se sont Séparés d’elle.

      Tout comme tous les empires coloniaux du siècle dernier - en Angleterre, en France, Espagne, ... La Russie était un peu tard. Tous les autres ont survécu, pourquoi pas la Russie ?

      > La Russie une subi une trahison lorsqu’elle un eu la promesse que l’OTAN ne s’étendrait pas à l’Est.

      C’est un mythe. OTAN n’a jamais fait cette promesse.


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 12 septembre 2008 14:16

      Je crois que vous avez tout à fait raison : l’Europe (et les US) ont soutenu Eltsine contre vents et marées, puis craché sur Poutine qui redressait le pays. Pour les Russes, qui ont souffert, et qui pensent exactement le contraire, nous sommes donc très suspects. Alors maintenant, on glapit, et plus on glapit, plus les Russes se méfient de nous, et nous prennent pour des vassaux des USA. Alors qu’on devrait être plutôt contents de voir notre voisin sortir de la m... Heureusement, d’un certain côté, que l’Europe compte pour du beurre, avec son Président en peau de lapin, parce que sinon, on serait mal.

      Quant à Palin, elle m’a tout l’air d’être une andouille, qui raconte n’importe quoi parce qu’elle est en campagne électorale. Chacun sait d’ailleurs que pendant les camapagne, on dit n’importe quoi.


    • Julius Julius 12 septembre 2008 15:05

      Où se trouve le document ? Traité qui le contient ? Qui l’a signé ?


    • Julius Julius 12 septembre 2008 15:46

      La seule source est l’article sur le magazine "The Nation". L’article affirme que Bush (père) a fait une promesse a Gorbatchev. Il n’existe pas de preuve, à l’exception de cet article (et les articles dérivés).

      Mais même si cela est vrai, c’était juste une discussion privée entre Bush et Gorbatchev. Rien d’autre. États-Unis n’est pas une monarchie absolue, la promesse verbale du président n’est pas un acte juridique.

      Et l’OTAN n’est pas la même chose que les États-Unis. Même si les États-Unis fait une promesse, l’OTAN n’est pas obligé de l’appliquer. (Un exemple : États-Unis voulaient l’Ukraine et la Georgie à l’OTAN - L’OTAN a refusé.)


    • Julius Julius 12 septembre 2008 20:11

      > Pour moi, cette discution présentée dans le journal "la nation" est une preuve.

      Je pense qu’il ya plus de mensonges sur Internet que des vérités. Et "The Nation" n’a pas l’air comme source très fiable.

      > Et pourtant, (OTAN) s’ettend elle, sans aucune raison !

      Les récentes attaques contre la Géorgie montre qu’il ya certainement une raison.

      > Il ya de quoi de sentir trahie, ne trouvez-vous pas ?

      La Russie a perdu la guerre froide (qui elle a commencé). Ils n’avaient pas le droit de poser des conditions. En fait, l’Occident a été trop poli avec la Russie.

      > La démocratie n’existe nulle part !

      Rien n’est parfait, mais il ya certainement des différences. Vous pouvez dire qu’il n’ya pas de démocratie en France parce qu’il ya une démocratie. Sinon, vous seriez déjà en prison.

      Vous avez probablement jamais vécu dans un système non-démocratique. Cela peut être votre excuse.


    • batmou 12 septembre 2008 22:56

      Ce ne sont pas tant les déclarations de Palin qui me font peur que le soutien qu’elle reçoit de la part des américains. Ce faisant, ils révèlent leur vraie nature : le sort de l’Europe leur importe peu. Au fin fond de l’Arkansas, ils se pensent à l’abri des dégats d’une guerre contre la Russie sur le territoire européen. La question est désormais de savoir si on peut rester solidaire d’un pays qui envisage de placer à sa tête une femme qui profère de telles paroles.


    • Serpico Serpico 14 septembre 2008 13:41

      Julius : "La seule source est l’article sur le magazine "The Nation". L’article affirme que Bush (père) a fait une promesse a Gorbatchev. Il n’existe pas de preuve, à l’exception de cet article (et les articles dérivés).

      Mais même si cela est vrai, c’était juste une discussion privée entre Bush et Gorbatchev. Rien d’autre. États-Unis n’est pas une monarchie absolue, la promesse verbale du président n’est pas un acte juridique."

      *********************

      Justement : Bush l’ignorait-il ?

      Tout est lié à ce langage hypocrite et vous ne faites pas mieux. Vous savez très bien que tous les accords et tous les traités commencent par des discussions de ce genre.

      Et là, tout ce que vous trouvez à nous sortir c’est "Il n’y a pas de preuves" ?

      Tout serait donc construit sur le mensonge et l’embrouille côté occidental ?


    • morice morice 12 septembre 2008 14:29

       On va pouvoir appeler ça la GUERRE CHAUDE, vu le réchauffement des esprits....


      • morice morice 12 septembre 2008 14:30

         . Chacun sait d’ailleurs que pendant les campagne, on dit n’importe quoi

        alors vous, vous aviez observé finement l’élection de 2007 en France...


      • Julius Julius 12 septembre 2008 14:45

        L’article est très bon. Il ne s’agit pas d’une justification de certaines idéologie, mais l’analyse des faits. C’est assez rare sur AgoraVox. Quelques réflexions sont très intéressants.


        • Internaute Internaute 12 septembre 2008 15:18

          Les données que vous apportez ne sont pas suffisantes pour soutenir votre thèse.

          Le coup de la Géorgie isolerait la Russie.
          La Russie n’est pas plus isolée que les USA qui n’ont bien souvent que l’Israël et les Iles Marshall pour voter avec eux à l’ONU. Cela ne les empêche pas de vivre, bien au contraire. La Russie n’est pas plus isolée que la France aprés sa reconnaissance du Kosovo alors que l’Espagne ne l’a pas reconnu. De plus, les relations commerciales stratégiques entre les pays d’Europe de l’Ouest et la Russie sont tellement élevées qu’un isolement éventuel ne pourra se situer qu’au niveau des mots et des symboles. On va exclure les russes du G8 mais on va continuer à acheter leur gaz et à investir chez eux.

          La baisse du pétrole et de la bourse de Moscou sonnerait le glas de l’embellie Russe.
          Les matières premières corrigent vers leur moyenne à long terme aprés une forte hausse. Il s’agit d’un ajustement passager sur un marché dont la tendance est toujours haussière. Le contexte actuel rend prudent les investisseurs. La masse des CD a augmenté de 40% aux USA depuis un an, ce qui signifie que les investisseurs ont pris peur et gardent leurs liquidités. Ceci explique aussi la hausse subite du dollar. Mais quand on s’apperçoit que les réserves de change de la Chine + Russie + Japon + Taiwan + Corée + Inde sont passées de 2 à 7 billons de dollars entre 2000 et 2008, on comprend que tôt ou tard les investissements retourneront vers des vraies valeurs au lieu du papier bidon que représente le dollar.
          La baisse de 47% de la bourse russe est la même que celle de la bourse chinoise. Paris a chuté de 30%.

          On ne peut pas tirer de conclusions aussi péremptoires à partir d’indices conjoncturels.


          • Imhotep Imhotep 13 septembre 2008 11:26

            Quad je ârle d’isolement, j’en parle à rpopos de l’affaire Goérgienne et non dans la globalité. La bourse française n’a pas perdu 30 % depuis le mois de mai mais 25 % depuis 9 mois.
            Le fait de la mondialisation fait que la Chine qui est le premier pays financier des USA a un effet inverse : ce n’est plus le débitteur qui est en danger mais bien le fianncier, car si les USA n,e peuvent rembouser, celui qui perd n’est celui qui doit mais bien celui à qui l’on doit. En revanche à moyen terme, la baisse de la natalité, la peur du risque, le retrait des investisseurs, la volonté de trouver d’autres approvisionnements (gaz notamment) la volonté de ytouver des ressources différentes d’énergie risquent de peser sur l’économie russe.

            Parler dans un sens de conjoncture (la baisse) et de ne pas le comparer à une hausse très rapide (dans l’autre ens) savec les effets pervers : enrichissement rapide et fragile, à la suite de cette richesse investissemnts qui se font n’importe comment et qui oblige à augmenter ceux-ci car l’investissement appelle l’investissemnt, en cas de retournement peut entraîner une chute longue et dangereuse. n’est pas juste.

            Ceci dit je ne suis pas un devin, et les choses peuvent tourner différemment.


          • sisyphe sisyphe 12 septembre 2008 16:24

            Je me permets de reposter sur ce fil, un article qui présente une analyse extrèmement pointue des processus en cours, des enjeux, et de leurs évolutions possibles. 
            A lire absolument pour ceux que le sujet intéresse...

             
            8 août 2008

            L’approvisionnement en pétrole et matières premières en voie de raréfaction est devenu l’enjeu géostratégique majeur déterminant la politique des grandes puissances. Dans ce deuxième volet, Michael Klare analyse la concurrence qui oppose la Chine, la Russie et les USA en Afrique et en Asie Centrale. Dénonçant le choix d’une compétition militaire aussi coûteuse que dangereuse, il appelle à la mise en oeuvre d’une politique de coopération internationale ambitieuse en faveur des énergies nouvelles, seule solution raisonnable à moyen terme.


            • frédéric lyon 12 septembre 2008 16:37

              Il n’y a pas plus de machintruc que de beurre en broche.

              L’affaire Géorgienne, qui a été emmanchée sans consulter les Européens, a été maitrisée au cours du voyage de Barroso et de Sarkozy à Moscou, et on se fout un peu de l’Abkasie et de l’Ossétie, excusez-moi, d’ailleurs les Russes s’en foutent autant que nous et on trouvera donc une porte de sortie le moment venu.

              Ce qui était important a été préservé : La négociation stratégique concernant les relations entre la Russie et l’Europe qui se déroule actuellement.

              La seule affaire encore pendante est l’affaire Iranienne, qu’on reprendra après l’élection américaine en mettant le pied à fond sur l’accélérateur.


              • frédéric lyon 12 septembre 2008 16:54

                Et j’ajouterais que, bien entendu, il faut inclure la Géorgie et l’Ukraine dans l’OTAN (et dans la Communauté Européenne, à terme) et que les Russes devront s’y faire.

                Ce n’est pas à la Russie de décider des candidatures à l’entrée dans l’OTAN et dans la Communauté Européenne. S’il lui prenait la fantaisie de s’y opposer, il faudrait alors engager une confrontation sans aucune faiblesse, comme la candidate Sarah Palin vient de le rappeler lors de sa récente interview avec la télévision Américaine.

                D’ailleurs les Russes s’en doutent bien et ils regarderont à deux fois avant de se lancer dans une telle aventure, qui ne recèle aucun gain potentiel pour eux, car ils ont vocation eux-aussi à entrer dans la Communauté Européenne, (si ce n’est dans l’OTAN !)

                Après tout, c’est la dissolution du Pacte de Varsovie qui conduit naturellement la Russie au rapprochement avec l’Europe Occidentale, car c’est la dissolution du Pacte de Varsovie qui met fin à la Guerre Froide.

                L’entrée des pays de l’Est de l’Europe dans l’OTAN et dans la Communauté n’était donc que le coup d’envoi d’un renversement stratégique et d’une nouvelle redéfinition des relations entre la Russie et l’Europe.

                Observons à présent l’attitude des Américains. Ils encouragent pour l’instant le mouvement en poussant les Ukrainiens et les Géorgiens dans l’OTAN. Et ensuite ? 


              • frédéric lyon 12 septembre 2008 17:13

                L’élément central qui préside à toutes ses négociations (parfois un peu musclée, mais il ne faut pas s’y arrêter, c’est normal que ce soit un peu rock and roll parfois) est que l’hémisphère Nord sera totalement indépendant pour ce qui concerne ses approvisionnements énergétiques d’ici 30 ans environ.

                Grâce aux ressources de la Sibérie et de l’Arctique. Les seules ressources potentielles décelées au Nord du Groenland (qui est Danois, donc Européen) sont comparables en ordre de grandeur aux ressources de l’Arabie Saoudite.

                Il s’agira d’un changement géostratégique majeur. Et j’ajouterais qu’il faut inclure la Chine dans cet hémisphère Nord, car la Chine sera invitée aux investissements colossaux qui seront nécessaires pour mettre en exploitation ces réserves. D’ailleurs la Chine a d’ores et déja été invitée à participer au développement des ressources pétrolières Canadiennes en Alberta et au Sakatchewan.

                Il est primordial que les nations de l’hémisphère Nord se mettent bien d’accord entre elles sur ce sujet majeur. Ca prendra un peu de temps et il pourra y avoir des coups de gueules, mais les intérêts de tous les participants au partage sont convergents.

                Car le pétrôle doit être tiré et il doit être vendu à des clients solvables. Ce qui tombe drôlement bien, car tous les participants de l’hémisphère Nord ont des besoins et ils sont tous solvables !

                Les seuls qui peuvent s’inquiéter sont dans l’hémisphère Sud, il y en a parmi eux qui vont se aire envoyer aux pelotes le jour venu, des cigales qui auront chanté tout l’été et qui auront bien fait chier le monde se trouveront fort dépourvus quand la bise sera venue. 


              • Eloi Eloi 13 septembre 2008 11:46

                Quand toutes ces "prétendues" réserves seront de toute façon épuisées, on verra ce qu’il adviendra de cette grande et si unie alliance du Nord

                Comment prendre comme une bonne nouvelle la découverte d’une citerne d’héroïne par un héroïnomane ?


              • Aafrit Aafrit 12 septembre 2008 16:44

                Il faut demander aux sages de la planete de faire appel aux esprit qui croient en l’humanité et la paix pour qu’ils ne succombent pas aux provocations de la Crazy USA de ces jours ci..en attendant que cette bouffée délirante, dont elle souffre, passe..


                • Gilles Gilles 12 septembre 2008 17:23

                  Effectivement ça risque de chier grave. Je cite sarah palin, peut être future vice présidnete US, voir présidente (McCain est en tête, il a 72 ans et un cance). Outre le fait quelle ne connait pas les fait des récent évênements (c’est la Géorgie qui a bombardé en premier...même si les russes ont quelque peu attisé le feu), elle en parle que de Guerre contre les russes et contre tout ceux qui seraient une menace potentielle, en décidant unilatéralement bien sûr

                  Dégustez :

                  Interrogée sur le fait de savoir si les Etats-Unis devaient essayer de « restaurer la souveraineté géorgienne », elle a répondu : « Nous devons garder un œil sur la Russie. Car le fait que les Russes aient envahi un petit pays démocratique, sans provocation, est inacceptable ».

                  La candidate à la vice-présidente,
                  désignée le 29 août par John McCain, a appelé à l’entrée de la Géorgie et de l’Ukraine dans l’Otan. Elle n’exclut pas d’entrer en guerre si l’un des deux pays est la cible d’une invasion russe. « Peut-être. C’est la règle lorsque vous êtes un membre de l’Otan, a-t-elle affirmé. Si un autre pays est attaqué, vous devez vous attendre à être appelé pour aider (…) Nous ne pouvons pas répéter la guerre froide »

                  Quant à la légitimité pour les Etats-Unis de frapper des terroristes de l’autre côté de la frontière afghane, au Pakistan, Sarah Palin a estimé qu’il fallait « faire tout ce qui est en notre pouvoir, et ne pas ciller (…) pour stopper les extrémistes islamistes, ces terroristes qui chercheraient à détruire l’Amérique, et nos alliés.
                   »

                  Elle s’est faite carrément étrillée dans une interview télé, alignant propos ineptes, erreurs, le présentateur en étant halluciné..... mais apparement ses troupes sont ravies de sa prestation. ça me rapelle Bush vs Gore en 2000. Bush avait été d’une nullité affligeante dans les débats, les medias meêm conservateurs (mais fiables) l’avaient dégommé, mais contre toute attente les américains ont trouvé Bush plus convaincants....et Gore méprisant

                  Vu la connerie ambiante, les menaces qui fusent, oui le risque de maëlstrom est élevé. Le seul espoir, c’est que même si elle a le doigt sur le FEU NUCLEAIRE, les médecins la déclareront inapte mentale avant de passer à l’acte



                  • batmou 12 septembre 2008 23:13

                    "inapte mentale" ne semble pas être un handicap au pays des psychopates qui encombrent nos médias de leurs exactions et autres domages collatéraux. Avec eux, le pire est toujours l’option privilégiée. L’engouement pour Sarah Palin qui nous est proprement incompréhensible ne fait que confirmer le fossé qui nous sépare. Ces gens là ne réfléchissent pas comme nous. Nous n’avons pas les mêmes intérêts.


                  • clostra 12 septembre 2008 17:45

                    Une question qui me vient auprès d’experts que vous êtes : est-ce que la démondialisation est quelque chose d’envisageable ? est-ce que ça a quelque chose à voir avec cet article ?


                    • Eloi Eloi 13 septembre 2008 11:51

                      Au fur et à mesure de la hausse du pétrole (fatale, consommation en croissance exponentielle d’une réserve qui ne se reconconstitue pas) la démondialisation sera un phénomène naturel.


                    • batmou 12 septembre 2008 23:19

                      Oui. Et à part ça, faudra doubler les doses de Lexomil parce que là, il ne fait plus d’effet.


                    • douxdoux 12 septembre 2008 19:34

                      Agoravox serait-il à court d’articles pour mettre en ligne une suite vertigineuse d’ineptie ?
                      Beaucoup d’à peu près en quelques lignes.


                      • Genevois 12 septembre 2008 20:13

                        GARDER LA TETE FROIDE SVP !
                        ==========================

                        Cher Imhotep, votre article (ainsi que son titre) ne reflète que des faits tout à fait avérés, et je n’ai aucun commentaire ou critique à formuler sur la description des faits. En revanche, l’esprit de votre article semble aspirer à un certain état d’esprit défaitiste (quelque part à l’image de l’Europe qui se cherche) qu’en à l’avenir et la résultante des prochains évenements qui probablement ne seront pas moins chargés d’ "émotions" et de craintes. Du reste, pourquoi avoir mis un point d’interrogation à votre titre ? Probablement parce qu’au fond de vous même, vous souhaiteriez vous tromper et que tout cela ne soit qu’un mauvais cauchemar. Il y aurait beaucoup de choses à développer par rapport à votre article, celui d’essayer de vous expliquer les raisons pour lesquelles il ne faut PAS avoir peur de la situation actuelle. En ce qui me concerne, je garde la tête froide pour les raisons suivantes : 


                        - quand une puissance (de surcroît "nucléaire") décide de commettre des actions agressives ou de diffuser des propos alarmistes, en général les raisons ne sont pas LISIBLES pour le commun des mortels (Vous, Moi), en d’autres termes l’on ne connaît pas les REELLES motivations. Partant de là, les gouvernements concernés connaissent déjà la suite des évènements puisque générés VOLONTAIREMENT par eux-mêmes, ce dont Vous et Moi sommes incapables de le savoir (sinon pourquoi auriez-vous écrit cet article en mettant un point d’interrogation sur le titre ?).

                        Vous et Moi, nous réagissons tout le contraire de "Un animal blessé, dit-on, devient féroce" (selon vos propos), et c’est exactement le résultat escompté, et dans quelques temps nos cerveaux déstabilisés et en proie au doute seront enfin prêts à être influencés pour soutenir en notre âme et conscience le "bon" camp (ou du moins le moins "pire").

                        Non, il ne s’agit pas d’une catastrophe mondiale annoncée, mais d’un JEU de rapport de force entre 2 mastodontes qui se connaissent bien (comme un match de football), et que pour des raisons différentes et dans leurs propres intérêts, ils ont estimés qu’il était le moment de faire chauffer l’ambiance.


                        - In fine et en admettant que le "ton" continue à monter jusqu’à l’extrême, il ne faudrait pas être naïf et tomber dans le panneau de croire que la finalité serait l’utilisation des missiles balistiques et bombes atomiques entre les USA et la Russie, et qui aboutirait pas la destruction de toute forme de vie sur terre. C’est une pensée absurde et qui n’arrivera jamais. En revanche, j’ai beaucoup plus de craintes quand des extrêmistes (non des états mais des groupes) auront fabriqués des mini bombes atomiques et menacerons nos zones urbaines.

                        Je pense que l’approche du conflit Géorgie-Russie (ou le monde occidental/OTAN/UE/Géorgie contre la Russie), pour nous simples mortels, doit se faire de façon comptable, c’est-à-dire que si l’on compte les points et selon les faits relatés dans votre article, et bien j’ai le plaisir de vous annoncer que pour le moment (le match n’est pas terminé) la Russie perd 3 à 0 : 


                        - aucun soutien clair des alliés de poids traditionnels de la Russie


                        - accéleration de la baisse de l’économie russe (bourse, prix du pétrole en baisse temporaire) à cause de l’intervention en Géorgie (et rien pour le moment ne dit que les investisseurs reviendront prochainement en Russie)


                        - manque de crédibilité et incohérence sur les raisons du maintien des soldats russes en Ossétie et Abkhazie ainsi que le refus de déployer du personnel de l’UE, sans compter des cafouillages de communication reflétant bien que le discours russe officiel n’est que démagogie.

                        Permettez-moi de vous dire que vous avez tort de critiquer votre président, Monsieur Sarkosy. Je pense, au contraire, que ce Monsieur voudrait (pourra-t-il y arriver ?) mettre un grand de pied dans la fourmillière de l’Europe et de son système qui ne va générer que son auto-destruction à terme, à force de ne pouvoir décider que sur la base de compromis impossibles à faire évoluer le système UE (toujours pas de vote à la majorité qualifiée).

                        Je préfère nettement voir Monsieur Sarkosy aller au charbon, prendre des risques pour son image (en cas d’échec) plutôt que de voir ce double language de Mme Merkel qui fait semblant de se fâcher avec les russes mais qui dans les faits est totalement complaisante envers le président russe Poutine (Pardon Medvedev) pour faire plaisir au patronat allemand.

                        Enfin, tant que l’Europe continue à monter une image aussi piteuse et faible d’elle-même, je n’ai pas d’autre choix que de continuer à soutenir pleinement (même s’ils sont loins d’être parfaits) les Etas-Unis d’Amérique, parce qu’en cas de conflit nous pourrons compter sur eux en cas de bagarre (un risque de conflit existe entre états, mais toujours sans bombe atomique).

                        Alors, gardons la tête froide en toute circonstance, même celles qui nous dépassent largement.


                        • batmou 12 septembre 2008 23:34

                          Parfaitement d’accord avec vous pour ce qui concerne le président Sarkozy. Il adopte une position de grand homme d’état dans ce dossier. Il se démarque singulièrement de la position US sans pour autant froisser les américains, ce qui est très adroit, et il ne laisse pas non plus l’impression de faire le jeu des russes. A ce niveau du jeu, seules les impressions comptent.

                          Par contre, nous ne comptons pas les points du match de la même façon et cette façon de compter n’a aucun sens. S’il est vrai que les amis de la Russie ne se sont pas dépêché de reconnaitre l’indépendance de l’Ossétie du Sud, donnant au monde l’impression d’un désaveu, c’est aussi parce toute le monde, y compris la Russie, se moque éperduement de l’indépendance de ce pays. Il s’agit d’un enfantillage qui n’a qu’un seul but : montrer aux USA que la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo n’était pas une bonne idée. Quant à l’extension de l’OTAN vers l’Est : elle n’a simplement aucun sens. L’OTAN avait été conçu lorsque deux idéologie s’affrontaient. La Russie s’étant convertie au capitalisme est naturellement l’alliée de l’OTAN. Encore une fois, on assiste à des enfantillages de la part des américains sur fond de campagne électorale et de crise pétrolière. Je ne suis pas certain que les USA savent où ils vont. Par contre, ils veulent clairement créer un déséquilibre. Les USA n’aiment pas l’ordre et le calme.


                        • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 12 septembre 2008 21:02

                          Je pense que le véritable enjeu, pour les USA, c’est de garder "captive" une partie de l’Europe, à travers l’OTAN (dont ils sont en quelque sorte le "chef", la tête, tandis que les autres peuvent occasionnellement servir de jambes). Pourquoi ? Tout simplement parce que si l’OTAN éclate (ou du moins se trouve tellement élargie vers l’est que même la Russie et la Chine en fasse partie, mais là, il faudra penser à changer le nom smiley ), eh bien les USA se retrouveront dans une situation TRES inconfortable. En effet, ils seront isolés sur leur bout de continent aux ressources globalement épuisées, séparé par deux océans d’un super-bloc qui ira de l’Atlantique au Pacifique, et qui lui sera économiquement, énergétiquement, alimentairement, auto-suffisant. A ce moment, l’Eurasie se fichera bien éperdument du sort de ces pauvres amerloques et de leur dollar de papier Q.

                          En résumé : si l’ensemble de l’eurasie travaille main dans la main, les Américains sortent du tableau.

                          Et si ils ont un sou de bon sens (mais on peut en douter, j’en conviens), il feront tout pour éviter la réconciliation de l’Europe occidentale avec les régimes ex-stalinien et ex-maoïste.

                          Pour l’instant, tout ce qui retient les Européens dans le giron atlantiste, c’est le force de l’habitude et l’inclination idéologique résiduelle à la guerre froide. Mais que pourrait l’oncle Sam si UE, Russie et Chine se donnaient la main, sans parler de l’Inde et du Pakistan ? Ils seraient moins de 400 millions face à près de, quoi, 5 milliards ? et se trouveraient par la force des choses opposés à 4 (ou 3, selon le rôle qu’adopterait la perfide Albion) des 5 puissances nucléaires "officielles", plus deux "officieuses". Pas de quoi pavoiser...

                          Du coup, tout ce qu’il leur reste, c’est d’agiter les banderilles de l’idéologie (au demeurant dépassée) de l’opposition est-ouest, afin de retenir l’Europe occidentale dans l’OTAN ; dans ce rôle, la "lutte contre le terrorisme" peut aussi servir, en supprimant radicalement toute possibilité de réconciliation interne au bloc arabo-persique (opposition chiites/wahabbites contre sunnites) et entre l’Inde et le Pakistan. L’effet actuel de la guerre au moyen-orient, c’est tout simplement de casser encore et encore le pot qui voudrait se ressouder (même si l’objectif affiché est tout autre, et même si cet objectif est bien perçu comme vrai par les dirigeants de la Maison Blanche)

                          Dans tous les cas, ce que je souhaiterais, moi, en tant qu’individu, c’est un dialogue général, et une coopération qui n’exclue personne. On peut bien rêver, non ?


                          • batmou 12 septembre 2008 23:39

                            C’est marant mais votre analyse correspond à celle qui avait été faite du comportement séculaire des anglais : ils se sont toujours opposé à l’unification du continent afin de ne pas avoir d’ensemble monobloc face à eux. Les américains agiraient donc de même ? Ce n’est pas incompatible avec ce qu’on observe. C’est peut être ça leur ligne stratégique. En tous cas, ça expliquerait pas mal de chose. Et ça explique aussi leur alliance indefectible avec la grande bretagne.


                          • Quousque Tandem Alain Bondu 13 septembre 2008 01:15

                            @ Batmou et à Brieuc le Fèvre :
                            "C’est marant mais votre analyse correspond à celle qui avait été faite du comportement séculaire des anglais : ils se sont toujours opposé à l’unification du continent afin de ne pas avoir d’ensemble monobloc face à eux"

                            Il y a un excellent bouquin américain que j’ai lu voici quelques années "Balance of powers" d’un certain callahan. Je ne me reppalle plus ses titres universitaires, mais c’était visiblement une spécialiste pointu en politique étragère.
                            Ce bouquin avait été écrit juste après la chute du mur de Berlin, pour répondre à la question "Peut-on désarmer (et fait les économies afférentes) suite à l’effondrement du bloc communiste.
                            La première partie du livre (Une bonne moitié de l’ouvrage) présentait une rétrospective de la politique étrangère américaine
                            Il explique que dès la création des USA les pères fondateurs ont pris conscience de la taille ptentielle du pays (qui ne comptait alors que 13 états) et qu’ils avaient repris à leur compte le "divide and rule" britannique (que déjà à l’époque les anglais appliquaient moins brillammennt) ? Sait-on qu’ils ont (je crois que c’est John Adams, le 2ème président) discrètement -et financièrement- soutenu les coalisés contre Napoléon ? bel exemple de reconnaissance entre nations, alors que La Fayette était aussi citoyen Américain et qu’il traversait l’Atlantique régulièrement.... Sait-on que la vraie raison de leur entrée en guerre en 1917 et en 1941 est d’empêcher l’unification de l’Europe occidentale (sous la houlette allemande dans les deux cas ?). Je vous passe les autres exemples cités par l’auteur, guerre américano -japonaise de la fin du XIXème siècle notamment.

                            Je vous passe aussi la 2ème partie, moins intéressante, et qui concluait... à la possibilité et à l’intérêt de réduire les dépenses militaires !

                            Ils ont toujours eu de remarquables spécialistes en politique étrangèree, et il ne faut pas les prendre pour les demeurés que l’on décrit trop souvent sur Avox.

                            Alors Oui, Batmou vous avez parfaitement compris l’intervention de Brieuc Le Fèvre et Oui, Brieuc Le Fèvre vos interprètations sont ultra-plausibles. Bravo.

                            Cordialement,
                            AB


                          • batmou 12 septembre 2008 22:34

                            Merci pour cet excellent article qui correspond à ce que je note. S’agissant des déclarations de Mme Palin, elle sont révélatrice de l’insondable connerie des américains. Ces connards sont incapables de vaincre en Irak, embourbés en Afghanistan et ils soutiennent sans sourciller une deumeurée qui déclare être capable de déclarer la guerre à la Russie. Je pense qu’on est trop indulgent avec les américains. Il y a toujours eu un malentendu entre eux et nous et on leur a toujours laissé le bénéfice du doute. Mais là, ce doute n’est plus permi. Il est temps pour l’Europe de choisir ses amis en fonctions de ce qu’ils peuvent lui apporter. Les USA, c’est la guerre sans fin, la destruction, le totalitarisme libéral. L’axe du mal, c’est les USA. Le seul pays qui menace réellement la planète aujourd’hui, c’est les USA. Et la bonne conscience des américains n’est qu’un signe supplémentaire de leur connerie. Une guerre contre la Russie, puissance nucléaire, c’est la destruction assurée de la civilisation occidentale. Remarquez que les USA s’en moquent : ils sont soutenus par dieu et iront directement au ciel. Finalement, qui est le plus fou ? Les USA ou les talibans ?


                            • batmou 12 septembre 2008 22:46

                              J’oubliais : pour compléter le tableau, il faut aussi noter que les américains ont commencé à bombarder de l’autre côté de la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan... au Pakistan. Leur guerre contre le terrorisme les aveugle tellement qu’ils sont incapables (euphémisme) de jouer un coups d’avance. A moins que leur objectif soit de créer un merdier de feu et de sang sur le monde. Evidemment, le mécontentement de la population pakistanaise augmente car, comme toujours, les dégats "colatéraux" sont importants. Le pouvoir pakistanais pro-USA risque donc d’être destabilisé à moyen voire court terme. Et qu’est ce qui va remplacer ce pouvoir ? Qui c’est qui va bientot avoir une bombinette pour parachever le merdier américain ? Les américains sont le pire danger actuel pour l’humanité.


                            • vinvin 12 septembre 2008 23:09

                              Bonjour.

                              (@atophie3, IP 160 - 204 )

                              Comme vous dites : ( le fait de voter et de s’ exprimer librement ne signifie pas que nous sommes en pays démocratique.) Fin de citation.

                              Je partage tout a fait votre avis.

                              On vote au Vénézuella, on vote a Cuba, on vote en Iran, au Pakistan, en Syrie, en Lybie, en Inde, en Chine, en palestine, etc..... Ces pays sont-ils des pays démocratique ? NON bien sur.

                              Donc, les pays de l’ UE ne sont pas plus démocratique que les pays que je viens de cités. ( A la différence que chez nous ils n’ y a pas d’ attentats ). Enfin disons qu’ il n’ y en a pas encore,...... mais ça viendra plutot que ce qu’ on ne l’ imagine........

                              A présent pour ce qui concerne les problèmes de L’ Ossétie avec la Russie et "tout le bazzard" j’ ai un peu du mal comprendre cette guerre, donc vous voudrez bien m’ excuser si tout cela me "vole un peu au dessus du bonnet " !


                              Bien cordialement.


                              VINVIN.


                              • Christoff_M Christoff_M 13 septembre 2008 00:17

                                 a l’auteur :

                                 la Russie ne fait que nous mettre devant nos contradictions, nous sommes les premiers à faire des beaux discours et à donner des conseils et des avertissements aux pays qui ne sont pas comme nous, les méchants..

                                mais nous n’avons ni le poids ni les moyens de nous faire respecter et nous sommes restés ancrés sur des vieux modèles d’un Europe puissante des années 80... nous ne voyons pas ou plutot nous refusons de voir que le monde change à la vitesse grand V, les russes en sont un exemple, la Chine devient énorme, et l’Inde va pointer bientot...

                                nous parlons à nous meme en ayant la suffisance de croire que tout le monde nous écoute comme dans le bon vieux temps.... mais les autres ont de plus en plus les moyens de faire sans nous et nous écoutent avec de plus en plus d’impatience....

                                rappelons qu’une Europe molle a laissé emmergé Hitler, et qu’il y a longtemps qu’elle cautionne le gouvernement Bush comme si les états unis étaient encore en haut de l’affiche !! avec tous les travers, guerres, scandales financiers et autres ou nous passons l’éponge et nous assurons la voiture balai...


                                • momo d’Alger 13 septembre 2008 03:54

                                  Le nouveau caid des banlieues de Paris et ex ministre de l’intérieur peine à s’imposer à l’extérieur, il a bien réussi à tromper nombre de personnes ici en France et à siphonner l’électorat de l’extrême droite pour aboutir à l’Elysée mais quand il s’agit de faire le tôlier en Europe et dans le Monde c’est une autre paire de manches. Notre ami Sarkozy n’a pas les épaules pour un tel dessein et il est vraiement à la peine, en fait il na pas les c... En d’autres termes il ferait mieux de tempérer ses ardeurs afin d’éviter une énième humiliation à la France.

                                  A contresens de l’histoire il préfère se mouiller pour aller parler à Medvedev,une marionnette,au lieu de laisser Fillon aller s’expliquer avec Poutine,lui le vrai problème. Mais tel ne sera jamais l’intention du pseudo réformateur de la cinquième République car l’occasion est trop belle pour Fillon qui risque de monter au firmament et faire de l’ombre à son Play-boy de Président. Une question légitime vient alors à l’esprit ,Sarkozy serait-il frappé de réflexe gaullien sans le savoir ? Libertaire en face des français,gaulliste sur les bords quand il s’agit de politique étrangère en Europe et au Moyen Orient ,méditerranéiste pour les chypriotes, atlantiste pour les américains et grand caid en banlieue, Sarkozy serait-il une poupée russe qui s’ignore !?

                                  Pour reprendre le fil conducteur, nul doute que la Russie vient d’imposer un défi à l’Ouest par la faute de cet enfant gâté et à moitié fou du nom de Saakashvili,un président liliputien qui voulait à tout prix précépiter un affrontement qui dépasse le cadre de la petite Géorgie.

                                  Aujourd’hui, malgré les récents déboires de la diplomatie française et de l’U.E le sentiment général qui prévaut encore est qu’avec un PIB cumulé de 30 000 Milliards de dollars et 650 millions d’habitants,l’Occident serait en passe d’écraser la Russie quelques soient ses forces (seulement 2000 milliards de dollars de PIB à faire prévaloir et une nécessité absolue de vendre son gaz et son pétrole),eh bien je m’inscris en faux contre ce sentiment car l’hiver prochain apportera son lot de surprises "froides" à défaut d’une guerre froide et sera très indicatif des rapports de force en présence... Je sens déjà des frissons monter un peu partout en Europe.

                                  Entre temps de l’autre côté de l’Atlantique,dans l’arrière cour des Etats-Unis,l’aile gauche de l’Amérique latine semble monter au créneau sans pour autant laisser entrevoir un quelconque maelström.Le Brésil et l’Argentine qui viennent de soutenir le Vénézuela et la Bolivie qui rappelons le ont à leur tête des présidents démocratiquement élus viennent d’isoler encore un peu plus l’administration Bush ce que peine à faire l’Europe au nom d’un Atlantisme éculé.

                                  Certes, Chavez a eu comme à son habitude un coup de sang un peu exagéré, il aurait pu se contenter de mettre l’ambassadeur américain à Caracas en "congé" jusqu’à l’avènement d’une nouvelle administration US en janvier 2009,en rappelant aussi simultanément son ambassadeur à Washington cette formule inédite aurait autant gagné des adeptes que déclenché l’hilarité à l’encontre de l’Amérique dans bien des chancelleries.

                                  Cependant ; les choses étant ce qu’elles sont, il fallait bien montrer aux américains obsédés par l’Irak que le monde était plus vaste et que toutes les nations aussi petites soient elles méritent d’être écoutées n’en déplaise aux européens qui refusent de parler aux ossétiens et aux abkhases et surtout aux américains et leurs alliés dans le tiers monde qui ne s’inquiètent guère aujourd’hui des réformes agraires ici et là(redistribution des terres pour les petits paysans) mais qui montent très vite au créneau quand il s’agit de pétrole.

                                  En revanche,je m’inscris en faux aussi contre cette idée saugrenue qui consiste en l’envoi de deux bombardiers stratégiques Tupolev 160 (Black Jack) porteurs généralement d’une charge utile de 40 tonnes de charge nucléaire (entre bombes et missiles) au Vénézuela par Poutine dans le cadre de manoeuvres conjointes prévues de longue date.Certes ,ces avions peuvent atteindre le sud des Etats-Unis à partir de Caracas mais ceci n’inquiète guère les américains car les avions ne sont pas chargés. Par contre, ce genre de geste peut raviver une défiance qui peut aboutir non pas à une guerre froide mais à des sueurs froides pour lesquelles les petites Economies paieront les conséquences.


                                  Finalement , mon conseil aux européens est très simple ; le salut ne passe plus par les Etats Unis,ces derniers après sept ans de guerre quasi-fanatique contre le terrorisme découvrent un nouveau monde sous leurs yeux. Le bilan est désastreux. L’amérique de Bush laisse derrière elle un passif lourd. Nombre de peuples ne supportent plus les méthodes américaines.En précipitant l’indépendance du Kosovo ;les américains ont ouvert la boîte à Pandore.
                                  Obnubilés aujourd’hui par la reconstruction de leur leadership et leur économie à l’intérieur, les américains seront contraints à un "repli " momentané à ne pas confondre avec l’isolationnisme dont l’Europe pourrait tirer profit en sourdine.
                                  Ce redéploiement stratégique nécessite la mise en berne de l’Otan et passe par l’intégration de deux pays clés dans le libre échange avec l’Europe voire dans l’Union carrément.
                                  IL s’agit pour diverses raisons d’intégrer rapidement la Turquie pour une nouvelle dynamique politique et économique,un signal fort qui serait perçu comme un rapprochement sérieux par le monde arabo-musulman et un exemple sur lequel il faudra méditer.Les nouvelles frontières de l’UE seront face à celles de l’Iran avec à la clef des opportunités sérieuses pour de nouvelles ressources et de nouveaux acheminements énergétiques.La comparaison coûts-avantages est en faveur d’un tel rapprochement.

                                  Bien sûr, les russes verront cela d’un mauvais oeil, vient alors le grand deal qui consiste en l’intégration de la Russie elle-même dans l’Union ou à la limite la création d’un espace libre pour les échanges économiques entre les deux entités, le but ultime de la manoeuvre étant bien sûr la possibilité d’avoir des frontières terrestres avec la Chine. Dès lors toutes les possibilités économiques avec la Chine sont possibles.

                                  L’Europe doit seulement patienter car les russes seront pris aussi à leur propre jeu,la tchétchènie et le Daghestan pour ne citer que ces deux pays n’ont jamais caché leurs vélléité d’indépendance, et qui viendra alors au secours de la Russie, l’Europe bien sûr.

                                  Nous sommes donc devant deux scénarios,soit l’Europe se contente de filer le train aux américains et elle sera prise dans l’étau à l’instar de la géorgie avec une impasse politique,sécuritaire et économique ;soit elle prend son destin en main et elle devient un modèle pour le monde entier.

                                  Mais pitié,attendons un peu jusqu’à ce que le caid des banlieues ne soit plus en place pour mettre en branle un tel dessein car à défaut avec sa personnalité schizophrène, la France et derrière l’Europe pourraient finir dans un mariage encombrant avec les américains et pourraient laisser la Chine filer vers le firmament.

                                  En conclusion, je ne crois pas sérieusement à un maelstrôm mais beaucoup plus à des remous épars qui sont le contre coup de la politique étrangère américaine et dont l’Europe pourrait bien tirer profit n’eût été cet aveuglement qui dure depuis 1945 et qui consiste à dire que sans les Etats-Unis l’Europe n’existe pas.
                                  A bon entendeur salut.


                                  • vivelecentre 13 septembre 2008 07:03

                                    Vous voyez Imhotep ,votre obsession militante ! même quand le sujet n’est pas Sarko, vous ne pouvezs pas vous empecher au passage de le tacler mechament et de souligner la grandeur de pensé de votre idole ...


                                    Voici :
                                    "Et Sarkozy en est le plus mauvais pseudo-chef(...) convaincu d’assassinat, Sarkozy l’invite en France, il voulait être le premier à le faire. Il en fait des dégâts avec cette volonté d’être le premier qui fait. (....)De toute façon, contrairement à ses déclarations antérieures, l’Europe n’intéresse pas Sarkozy. Pour l’instant, seule la France l’intéresse(....) juste un résident, lui. L’Europe ne l’intéresse que comme tribune. ""

                                    Par contre :

                                    Bayrou disait dans son discours...
                                     

                                    CQFD !! et l’on pourrait reprendre l’exercice dans pratiquement tout vos sujets !

                                    C’est dommage , cela retire de la credibilité à des articles souvent fort interessants, joliment ecris et bien documentés ...


                                    • Imhotep Imhotep 14 septembre 2008 17:54

                                      Permettez-moi de modérer votre jugement.

                                      1 dans cet article je parle de changement de monde : le renvoi des embassadeurs démontre la force à la place de la doplomatie. Ce changement suit la démonstrationde force de la Chine, puis celle de la Russie. Alors sous prétexte de faire le politiquement correcte, ou celui qui est neutre, je devrais ne pas parler de Byarou qui en août et septembre est le seul à ma sonnaissance qui a abordé ce sujet parmi les grands leaders français. Les autres ont certes parlé de la réaction disproportoionnée de la Russie, mais le seul qui a parlé d’un changement de monde est Bayrou. Alors excusez-moi, mais je ne peux passer à côté de cette information et ce n’est ni hors sujet ni de l’idolatrie.


                                      2- s’il faut, pour vous faire plaisir, ne pas parler de Sarkozy dans la crise géorgienne, ni du comportement de celui qui se dit président de l’Europe, qui a été encadré par Barroso et Solana, tellement l’Europe ne lui fait pas confiance, car serait emputer et la vérité, et l’histoire et le raisonnement d’une bonne partie de ceux-ci. Alors que m’importe que cela vous serve de tribune facile et de démontrer ce que vous voulez démontrer (que je ne parle que de Sarkozy et que de Bayrou) car finalement c’est l’inverse qui est vrai : je suis votre tête de turc. Grand bien vous fasse, mais je ne passerai pas à côté de la responsabilité de Sarkozy dans cette affaire pour ne pas passer pour unanti-sarkosyste primaire. 

                                      3- peu de personnes ont parlé de l’invitation du veuf Butho, un escroc matiné d’assassin. Or cela est d’important d’en parler et cela a sa place ici pour démontrer coment au niveau rapport de force Sarkozy fonctionne.

                                      Enfin le CQFD ne détermine en rien de l’intégrité du raisonnement i oindique exactement ce que vous faites : utiliser des arguments pour arriver à Ce Qu’il Fallait Démonter.





                                    • frédéric lyon 13 septembre 2008 09:33

                                      Les Russes viennent d’assurer l’OTAN de la poursuite de leur collaboration dans la lutte contre le terrorisme musulman, malgré le "gel" des relations Russie/OTAN décrété pour quelque temps à la suite de l’affaire Géorgienne.

                                      Les troupes de l’OTAN en Afghanistan continueront donc d’être ravitaillées en passant par le territoire Russe et par le territoire des pays Turcs d’Asie Centrale, notamment le Turkmenistan.

                                      De la même façon, les Russes vont envoyer des troupes et des hélicoptères au Tchad afin de surveiller avec les Occidentaux l’évolution de la situation au Darfour.

                                      Ainsi se dessine peu à peu une situation où l’on verra enfin le rassemblement de tous les peuples Européens, du Groenland à Valdisvostok. Ce rassemblement maintiendra de bonnes relations avec :

                                      1) La Chine et l’Inde, qui sont entrés, ou qui sont en train d’entrer, dans le club des pays développés.

                                      2) Avec l’ensemble des peuples Turcs, qui vont du Bosphore à l’Asie Centrale, qui seront amenés à servir d’intermédiaires avec le reste du monde musulman qui entrera en convulsion dès que la rente pétrolière sera épuisée.
                                       
                                      3) Avec les pays d’Amérique du Nord, qui sont des créations Européennes, nos cousins d’Amérique issus de notre civilisation Occidentale.

                                      On pourrait d’ailleurs envisager de rétablir la suzeraineté des Turcs sur l’ensemble des musulmans, de rétablir en quelque sorte le Califat Ottoman que nous avions liquidé au lendemain de la Première Guerre Mondiale, à cause de l’alliance conclue par les Britanniques avec le clan des Ibn Saoud.

                                      Cette alliance a été trahie par la partie Arabe le jour de l’attentat du 11 Septembre et il n’est plus question de la rétablir, mais seulement de la laisser sous respiration artificielle, tant bien que mal, jusqu’à ce qu’elle n’ait plus aucun intérêt économique.

                                      On aurait ainsi une alliance à plusieurs niveaux de tous les pays modernes de l’hémisphère Nord, qui rassemblerait la majorité de la population humaine, et qui pourrait s’entendrent pour organiser la survie des populations du Sud qui ont échoué dans la course à la modernité, sous la forme d’une tutelle à placer sous l’égide des Nations-Unis. 

                                       


                                      • frédéric lyon 13 septembre 2008 09:54

                                        On voit bien que toutes les manoeuvres diplomatiques en cours visent à préparer le nouveau monde qui émergera dès que l’OPEP cassera sa pipe, du fait de l’épuisement des gisements d’hydrocarbures du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

                                        Elles visent aussi à faire face tous ensemble à l’agression musulmane qui s’est étendue partout dans le monde et qui menace l’Amérique du Nord, l’Europe, la Russie, la Chine et l’Inde.

                                        Il y a encore quelques frictions entre les membres du bloc qui est en cours de constitution, à cause de vieilles affaires secondaires mal résolues, comme en Géorgie et au Kossovo par exemple, mais ces questions non-stratégiques ne sont pas de nature à entraver les alliances fondamentales qui doivent unir l’ensemble des pays civilisés d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie, qui partagent des intérêts communs et qui doivent assurer la sécurité du Monde en face d’un phénomène que personne n’a voulu prévoir et que personne n’a voulu penser :

                                        L’échec sanglant de la décolonisation de l’hémisphère Sud et singulièrement de l’Afrique et du Moyen-Orient et l’agressivité d’une frange réactionnaire du monde musulman qui souhaite entrainer le monde dans une catastrophe, à l’image de ces candidats au suicide islamiste qui se font exploser au milieu de la foule pour entrainer les autres dans la mort.


                                      • JL JL 13 septembre 2008 14:55

                                        Lyon a encore fumé la moquette smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires