• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un nouveau Rôle pour la Russie au Moyen-Orient

Un nouveau Rôle pour la Russie au Moyen-Orient

Au milieu de développements incalculables et accélérés au Moyen-Orient, le rôle de la Russie ne se développe pas seulement en Syrie, mais dans toute la région.

Le 12 décembre, le président russe Vladimir Poutine a visité l'Egypte, signalant ce que l'on pourrait appeler un nouveau rôle russe au Moyen-Orient. Espérant un quatrième mandat présidentiel, Poutine est déterminé à remodeler le rôle de son pays dans cette région vitale du monde.

En Syrie, l'alliance tactique entre la Russie, l'Iran et la Turquie partage des intérêts et des acquis après la défaite de Daech. La Russie et les Etats-Unis ont des objectifs différents en Syrie, mais la Russie fait passer l'alliance au niveau supérieur : le règlement politique de la crise en Syrie, une étape nécessaire à la phase de reconstruction. La coordination avec l'Egypte et l'Arabie Saoudite semble nécessaire à ce stade.

La prochaine étape en Syrie pour la Russie sera de relancer le régime syrien sur les scènes arabes et internationales. Les grandes puissances ont adopté le réalisme et accepté de reporter la discussion sur le sort du régime. La discussion doit être coordonnée avec les pays arabes, en particulier l'Arabie saoudite, étant donné que l'Égypte n'a pas de position préalable sur la survie du régime, mais souhaite simplement voir une Syrie cohésive au niveau national et libre de tout terrorisme.

La Syrie n'est pas le seul sujet de la visite de Poutine en Egypte ; d'autres sujets comme les intérêts économiques et stratégiques ont attiré l'attention des Egyptiens vers la Russie. La visite « rapide et concentrée », comme décrite par un fonctionnaire égyptien, a vu le lancement d'un projet d'énergie nucléaire. Dans la course pour un second mandat, le président Sissi parierait sur le projet et sur le fait de ramener les touristes russes en Egypte, ainsi que sur les sept milliards de dollars d'accords économiques à signer avec la Russie. Alors que le président Donald Trump embarrasse ses alliés du Moyen-Orient, y compris en Egypte, les Russes progressent dans la région à partir de l'Egypte.

Un autre pari pour Poutine est l'Arabie Saoudite. Les deux acteurs travaillent ensemble sur la Syrie. Récemment, les Saoudiens ont parlé de transformer les relations de rivalité en partenariat et de l’exportation du gaz naturel liquéfié russe vers l'Arabie Saoudite. Une nouvelle réalité stratégique fera son chemin vers les marchés de l'énergie. Après le lancement du projet Yamal LNG en Russie, la coopération bilatérale va changer les relations, le réseau d'intérêts et les alliances régionales et internationales.

Le Fonds d'Investissement Public d'Arabie Saoudite et le Fonds d'Investissement Direct Russe parlent même de plus de 10 milliards de dollars d'investissements conjoints.

Poutine utilise le déclin de l'influence américaine pour faire en sorte que la Russie ne remplace pas les Etats-Unis mais prenne part au jeu global de la géostratégie, la plus intéressante part étant au Moyen-Orient. Grâce à des intérêts partagés, des liens commerciaux et économiques, la Russie redéfinit son rôle. Ce faisant, elle rend des options plus stratégiques disponibles pour les Arabes.


Moyenne des avis sur cet article :  1.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Matlemat Matlemat 16 décembre 2017 17:08

    L’Arabie Saoudite espère être mieux écoutée par la Russie après des milliards de dollars de contrats.


    • si nick 18 décembre 2017 10:12

      @Matlemat
      La Russie agit comme les autres pays (USA,France..) et fait de juteux contrats un préalable au dialogue.
      Poutine aurait tord de ne pas profiter de sa position de force que lui donne sa victoire en Syrie mais aussi ces succès diplomatiques.


    • MAIBORODA MAIBORODA 17 décembre 2017 08:14

      L’honorable Dr. salem alketbi semble devenir un peu plus conciliant avec la Russie.


      • OMAR 17 décembre 2017 18:11

        Omar9
        .
        Bonjour @MAIBORODA
        .

        Oui, subitement, le véritable ennemi « kafer » est devenu ’halal’ et fréquentable...
        .
        Les bédouins, c’est kif-kif les sionistes hasbariés....


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 décembre 2017 10:15

        Oui, bon, tout ça est à nuancer :

        On a l’impression que Poutine passe le bébé de la résolution de la crise syrienne...à l’ONU maintenant qu’il a porté à bout de bras son protégé Assad.
        Comme s’il n’était plus responsable de rien.

        Un peu facile.

        Sinon, j’ai pas l’impression d’un déclin de l’influence américaine, mais plutôt d’un retour après la diplomatie plus effacée d’Obama, accusé d’être trop favorable à l’Iran, qui a froissé Israël et pays sunnites.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 décembre 2017 10:17

          @Olivier Perriet

          Enfin, c’est vrai, je suis bête :

          il n’y a aucune crise syrienne, tout est une manigance extérieure smiley

          c’est plus simple comme ça.

          La présence américaine a encore de beaux jours devant elle smiley


        • OMAR 17 décembre 2017 18:08

          Omar9

          @Olivier Perriet :"Enfin, c’est vrai, je suis bête :
          .
          En plus, vous adorez les pléonasmes.....


        • robert robert 17 décembre 2017 21:17

          @Olivier Perriet
          comme beaucoup, vous confondez sunnite et wahhabite (wahhabisme de l’arabie des frères saoud) soit vous l’ignorez soit vous le faites exprès et je pencherais pour la seconde hypothèse


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 décembre 2017 10:06

          @robert très lourd

          L’Egypte, la Jordanie ne sont des pays wahabites mais pourtant très anti iraniens. Je dirais la même chose des sunnites du Liban qui n’en peuvent plus du Hezbollah.

          L’Irak de Saddam Hussein, aussi avant que les USA le passent au pilon.

          ça fait pas mal de monde quand même.


        • si nick 18 décembre 2017 10:19

          @Olivier Perriet
          Le processus d’Astana vous connaissez ?
          En quoi se serait « passer le bébé à l’ONU » ?

          Par contre Poutine à toujours prit soin de respecter l’ONU.
          Il sait combien on lui aurait reprocher .
          Et aussi comment certains en aurait fait un prétexte.

          Cela même qui eux ne respectent ni le droit international ni les résolutions de l’ONU....


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 décembre 2017 11:18

          @si nick

          Il a dit que le règlement de la question syrienne dans sa globalité c’était « l’affaire de l’ONU ».

          En revanche, le soutien intangible à Bachar el Assad, c’était son affaire à lui.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 décembre 2017 11:22

          @si nick

          Trump est un très bon révélateur de faux derches, et Vladimir mérite une des premières marches smiley


        • aliante 19 décembre 2017 09:55

          @Olivier Perriet


          qui ne dit rien consent

          les pouvoir egyptiens sont anti iranien ,mais la rue arabe c’est surement bien différent


        • William 18 décembre 2017 10:18

          « exportation du gaz naturel liquéfié russe vers l’Arabie Saoudite » . L’AS est en manque d’hydrocarbures ???


          • aliante 19 décembre 2017 09:57
            La dislocation de l’Arabie saoudite serait une nouvelle formidable pour le monde
            en 50 ans l’Arabie saoudite n’a produit une seul idée sinon à être assise sur ses barils de pétrole et le parapluie americain et faire la leçon à tout le monde avec son crétinisme et son fanatisme




            • QAmonBra QAmonBra 19 décembre 2017 15:13

              @u wahhabite de service.


              Je reconnais avec Maiboroda que vous avez mis beaucoup de vodka dans votre eau de « zamzam », attention toutefois au peu d’eau miraculeuse qui reste, de la seule bonne vodka pur grain et triple distillée vaut probablement mieux ! 

              Décidément et comme cela a été dit par un des intervenants sur AV, V. Poutine et son équipe (ne jamais oublier la qualité de son staff !) sont effectivement des Mozart de la géopolitique ! 

              Fichtre ! A voir le basculement dans la région, on a du mal à croire que les russes ne sont entrés dans la mêlée qu’en octobre 2015 ! Quant à ceux rêvant d’acheter Vladimir avec des contrats mirobolants, ils peuvent toujours rêver car il ne déviera pas d’un mm de l’objectif fixé. 

              Tout cela ne donne donc nullement envie à certains, de voir le président russe rempiler pour un autre mandat, leur problème étant que Vladimir le sait aussi et qu’il est un tantinet taquin. . .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès