• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un pouvoir horizontal comme horizon

Un pouvoir horizontal comme horizon

Un espoir immense est en train de réveiller la France. Les Gilets Jaunes, ce mouvement de grogne populaire parti du "bas", ont conquis les coeurs des français, qui se reconnaissent presque tous en eux, et sont en train de faire trembler le pouvoir en place, qui ne contrôle plus grand-chose et commence à paniquer.

En se réunissant sans conditions pour lutter contre un ennemi commun et pour le bien commun, des adversaires irréconciliables d'hier sont devenus des alliés indispensables. L'impensable s'est produit : des royalistes défilant avec des trotskystes, des cocos, des nationalistes, des anarchistes, des gens apolitiques, de droite, de gauche, du centre, frontistes et insoumis se faisant tabasser ensemble pour la première fois. Il a fallu pour ça laisser son idéologie au vestiaire. Et ça marche ! Le peuple a soudain pris conscience de sa force lorsqu'il n'était plus clivé et qu'il se focalisait contre le seul véritable ennemi : le pouvoir censé le représenter qui en fait le trahit perpétuellement.

Cette belle union est néanmoins fragile, et même si nous obtenons la chute de Macron, elle volera en éclat au moment de sa succession, et on se fera à nouveau baiser la gueule par des "représentants".

À moins que...

Cette union improbable est rendue possible par une rage commune. 3 quinquennats successifs de trahisons, reniements, abandons et mépris assumés du peuple français par ses représentants ont mené à cette situation unique dans l'histoire de la Ve. Contrairement à mai 68, où des étudiants réclamaient plus de droits individuels, c'est aujourd'hui l'ensemble de la société qui veut retrouver des droits collectifs. Nuance de taille expliquant en partie comment des gens censés se détester ont pu accepter de lutter ensemble.

Tant qu'on lutte "contre", et vu l'ampleur que ça prend, cette unité de façade tiendra.

Mais même si on obtient la destitution de Macron, se posera le problème de la suite. Que se passerait-il ? Gouvernement de transition, présidentielles anticipées ? Et les mêmes politiciens professionnels reprendront le pouvoir dans l'année qui suit... Quel intérêt ?

Les GJ ne pourront pas former un parti, car les idéologies des différentes factions qui les composent sont trop opposées et ne supporteront pas de compromis. Pas de leader commun possible, pas de vision politique commune, en dehors de l'intérêt général, qui est effectivement le même pour tous.

Pourtant, il me semble que ce mouvement porte en lui-même la solution à cette épineuse question : depuis le début, toute l'organisation s'est faite de manière décentralisée (régions) et relativement démocratique (votes locaux et décisions sur les réseaux sociaux), ce qui a permis de contenter les uns et les autres, pour ne focaliser que sur ce qui rassemblait et éviter tout ce qui clivait. Personne n'a pris le pouvoir, tout se décide depuis la base, ce qui rend les décisions communes légitimes.

Pourquoi ne pas garder ce fonctionnement pour l'organisation du pouvoir ?

Si une des faction s'empare du pouvoir, les autres la combattront. Mais si toutes les factions participent au pouvoir, tout le monde devient légitime et responsable dans un cadre décisionnel commun. Et pour effacer les rivalités entre "factions", quoi de mieux que d'engager la responsabilité politique de chaque citoyen dans le vote des lois. La majorité décide, et basta.

Une vraie démocratie directe est aujourd'hui techniquement possible et potentiellement réjouissante, pourquoi diable vouloir continuer à donner notre pouvoir politique à des représentants qui n'ont fait que nous trahir depuis 200 ans ? Sommes-nous naïfs ou masochistes de croire qu'une élite servirait le bas peuple de son plein gré ? Avons nous oublié que la nature du pouvoir est de corrompre, même les coeurs les plus purs (si tant est qu'une telle chose existe) ?

La fin de la représentation en politique me paraît être la seule solution pour éviter les clivages et agir en tant que peuple, avec toutes nos diversités au service de l'intérêt général.

Arrêtons de croire en un sauveur ou dans des idéologies qui ne nous mènent nulle part, croyons en nous ! On y arrive apparemment pour péter ce qui existe, il faut maintenant y arriver pour construire ce qui n'existe pas encore.

Et si nous y arrivions se poseraient encore plus de questions vitales : la structure de la monnaie et sa création par la dette qui nous asservit, la souveraineté abandonnée à l'UE et les règles abberrantes qui nous sont imposées par des puissances financières ou étrangères, la main-mise sur tous les médias par dix oligarques, etc, etc...

On n'en est pas encore là, bien sûr, mais il serait bon d'y réfléchir avant que la question ne s'impose :

Quelle type de société veut-on construire tous ensemble malgré nos différences ?

Sans une réponse unitaire crédible et porteuse d'espoir, le mouvement ne pourra pas déboucher sur une vraie révolution et ne restera qu'une contestation de plus, remarquable certes, mais destiné au délitement et au final sans conséquences à long terme sur la structure verticale du pouvoir, qui EST le problème selon moi. Si on ne les renverse pas cette fois-ci, ils se renforceront pour la fois d'après et mettront les bouchées doubles pour que ça ne puisse plus arriver.

La goutte de diesel qui a fait déborder la vase n'est même plus au coeur des 42 revendications "officielles" des GJ, on peut donc penser à priori qu'un rétro-pédalage du pouvoir sur cette goutte ne servira plus à rien.

Nous allons voir cette semaine avec leur petit moratoire de dernière minute si on parle bien d'une révolution ou si finalement, ce n'est qu'une jacquerie qui peut être calmée en lançant deux-trois miettes de pain, comme ils ont l'air de le penser... Moi je parie que non.

Suite du feuilleton samedi prochain : l'épisode s'intitule "aux armes citoyens".


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 11:23

    ce qui s’entend surtout concernant les gilets jaunes : « Y a qu’a faut qu’on ». Résumé : cata kaka en vue,...


    • gaijin gaijin 6 décembre 12:48

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      ce n’est que le début
      yi king : avant le commencement. dans le chaos des origines l’ordre a venir est déjà présent .....


    • gaijin gaijin 6 décembre 12:48

      @gaijin
      oups yiking 64


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 12:58

      @gaijin

      20« 18 » dans le YI-JING signifie : redresser ce qui est corrompu. Mais c’est plutôt négatif


    • Attilax Attilax 6 décembre 13:19

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      « yakafokon » ? C’est à dire ? Vous ne voulez même pas qu’on évoque les suites possibles ? Il me semble pourtant intéressant de dégager des pistes de réflexion si on veut donner une suite politique à ce mouvement populaire, puisque les méthodes « classiques » ne marcheront pas.

      « catakaka » C’est à dire ? Vous connaissez l’avenir comme madame soleil ? Bien malin celui qui pourrait dire ce qui va se passer vu le chaos ambiant. Ça peut se terminer en catastrophe, c’est vrai, mais il est aussi possible qu’il en sorte un grand bien.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 17:50

      @Attilax

      Le peuple en quarante, on voit ce que cela a donné en 40. Dans national, il y avait socialiste. J’ai surtout confiance dans le point de vue d’Emmanuel TODD. 



    • Attilax Attilax 6 décembre 18:42

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Oui, là je suis d’accord.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 19:12

      @Attilax

      je comprends que l’on préfère rêver, imaginer. On en a tellement envie. Mais la vie hélas ne fait que rarement de cadeaux. 


    • Balkanicus 6 décembre 19:16

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Heureusement.... y a noel, et c est bientot .....


    • Arogavox 6 décembre 19:29

      @Attilax
      de « tous ensemble malgré nos différences ?  »
      à « tous ensemble grace à nos différences ! »

      >>> Hé oui, car c’est très exactement la force et la raison d’être de l’idéal démocratique.
        C’est des différences entre individus que peut émerger une pertinence de choix meilleure que les meilleurs choix parmi tous ces individus !
          
        La France devrait l’avoir compris dès le siècle de Lumières, dès que cela a été expliqué à la fois par « esprit de géométrie » par le ’théorème du jury’ de Condorcet,
      et par « esprit de finesse » (cf Blaise Pascal), par ce passage du fameux « du Contrat social » :
      « Si, quand le peuple suffisamment informé délibére, les Citoyens n’avoient aucune communication entre eux, du grand nombre de petites différences résulteroit toujours la volonté générale, & la délibération seroit toujours bonne.
      Mais quand il se fait des brigues, des associations partielles aux dépends de la grande, la volonté de chacune de ces associations devient générale par rapport à ses membres, & particuliere par rapport à l’Etat ; 
      on peutdire alors qu’il n’y a plus autant de votans que d’hommes, mais seulement autant que d’associations
      . Les différences deviennent moins nombreuses & donnent un résultat moins général.
      Enfin quand une de ces associations est si grande qu’elle l’emporte sur toutes les autres, vous n’avez plus pour résultat une somme de petites différences, mais une différence unique ; alors il n’y a plus de volonté générale, & l’avis qui l’emporte n’est qu’un avis particulier. »

               

       Mise en application constructive ?
       chercher sur le Web : « doléances Kdo » ...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 19:34

      @Balkanicus

      J’ai eu largement ma part dans la vie..... Triste de voir que l’humain est impuissant à éviter le MAL. Et pourtant, l’explication est dans les livres. Mais presque plus personne ne lit. 


    • Balkanicus 6 décembre 19:43

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Tout le monde n est pas impuissant !!!!!

      Enfin j espere .....

      Mais oui, la solution c est le savoir et l observation .....

      Et toujours reflechir....repeser.... reconsiderer.... comparer....

      Ma derniere conclusion, il y a un hic, un truc dans les gilets jaunes.....

      Comparer le nombre de vue de la video virale de la bretonne.... plus de 5 million de vue pour une inconnue, que l on ne connait pas ( j adore dire ca ) et une declaration de macron, qui fait 32000 like ( je suis tres obserbateur, vue ca dans un docu... cela a arrirer mon attention) Macron aimer ou pas, est une personne public, et meme pas plus de 100000 like ?

      Comme si on avait voulu lancer le mouvement des gilets jaunes

      Pourquoi, qui , comment ..... ???


    • xana 6 décembre 12:41

      Bravo Attilax, enfin un article constructif sur le devenir de notre société !

      Effectivement, à une époque où la soumission du peuple semblait définitivement acquise, ce mouvement est une véritable renaissance de la citoyenneté. Mais le risque est grand de tout perdre dès que l’un des citoyens cherchera à tirer la couverture à lui.

      Oui, le bien public est à tous et ne doit être confisqué par personne !

      Il est donc impératif que disparaisse la corruption, et pour cela AUCUNE représentation ne devra être admise. Seuls les citoyens peuvent décider dans une Démocratie, que ce soit par référendum (pour les questions primordiales) ou par vote direct d’un échantillon de citoyens pris au hasard dans la liste électorale, échantillon changé avant chaque vote.

      Si douze jurés appelés au hasard peuvent décider de la vie d’un homme devant un tribunal, comment quelques milliers de citoyens ne seraient pas compétents pour voter une loi, un amendement ou un budget ?

      Nous disposons désormais (si nous en avons la volonté) des outils nécessaires sur le plan technique : Liste électorale, logiciels de sélection aléatoire, mails sécurisés, etc pour solliciter dans un délai réduit le suffrage du peuple avec une garantie presque absolue contre le lobbying (un terme chic pour la corruption) des diverses mafias intéressées à influencer le vote.

      Il suffit d’expliquer aux gens que la Démocratie ce n’est pas faire la queue tous les dimanches devant des isoloirs. C’est donner son avis franchement et simplement quand le pays le demande. Ce n’est pas répondre à des référendums truqués avec des questions à tiroir, ni des élections truquées où on est forcé de voter Untel pour bloquer Unetelle.

      La Démocratie, c’est aussi renvoyer les politiciens à Pôle Emploi, faire l’économie des ors de la Ripoublique et des milliers de sinécures à vie.

      La Démocratie enfin, c’est de décider nous-mêmes si nous conservons ou si nous refusons des traités indignes, signés par des traîtres. D’en peser les conséquences puis de récupérer ce que nous pourrons de notre souveraineté.

      Jean Xana


      • Fergus Fergus 6 décembre 13:24

        Bonjour, xana

        La comparaison avec des jurés d’assises n’a aucun sens !

        Et pour cause : aux assises, si la décision est difficile, les faits, de nature criminelle, sont faciles à comprendre par quiconque : aucune connaissance technique n’est requise.

        Rien de tel avec des textes législatifs, très complexes, qui demandent une grande expérience ou, à défaut, les connaissances de collègues ou d’assistants très pointus sur tel ou tel sujet.

        En justice, il n’y a pas de jurés en correctionnelle, précisément parce que les affaires traitées dans la plupart des chambres sont elles-mêmes trop complexes, ce qui n’est pas le cas aux assises !


      • xana 6 décembre 15:42

        @Fergus
        Conclusion habituelle à la Fergus : Donc il vaut mieux continuer avec nos politiciens professionnels, experts en corruption passive (ou active) parce que le peuple n’a pas les compétences voulues en filouterie !

        Ne t’inquiète pas Fergus pour les capacités du peuple que tu méprises profondément ! Quand on aura besoin de juristes on n’aura qu’à demander, le Peuple est plein de gens compétents dans tout un tas de domaines. Pour le moment on a besoin d’une vraie Constitution, pour laquelle le bon sens populaire et l’honnêteté sont seuls nécessaires.

        Tes politiciens chéris sont surtout compétents dans l’art de se faire sponsoriser pour leur campagne électorale, quittes à toujours devoir un petit retour sur investissement aux trop généreux donateurs. Quand ils doivent voter une loi, ils ont besoin de spécialistes pour leur en expliquer les tenants et aboutissants, à moins qu’ils se conforment simplement à la « discipline de parti »...

        L’intérêt de la situation actuelle, qu’elle débouche ou non sur un progrès réel, est d’avoir mis en évidence le niveau de corruption que permet la république représentative (ou ripoublique), corruption dont beaucoup de gens avaient du mal à admettre la réalité et l’omniprésence.
        Il y a quelques années on pouvait encore (avec beaucoup de méthode Coué) croire en l’honnêteté d’une « majorité » de politiciens. Désormais la situation s’est éclaircie, et ceux qui défendent encore les corrompus devront en répondre.

        Peut-être avec leur tête.
        Ce sera au peuple d’en décider.

        Jean Xana


      • Fergus Fergus 6 décembre 17:10

        Bonjour, xana

        « Conclusion habituelle à la Fergus : Donc il vaut mieux continuer avec nos politiciens professionnels »

        Certainement pas dans les conditions actuelles. Ce que j’ai déjà préconisé à différentes reprises, c’est que nous continuions à fonctionner avec des représentants élus, mais soumis chaque année à un jury populaire de citoyens tirés au sort devant lequel ils doivent obligatoirement comparaître et répondre à toutes les questions portant sur leur manière d’exercer leur mandat et sur le respect ou pas des engagements pris. A charge pour lesdits citoyens de relayer les réponses dans les médias au niveau approprié (les jurys pouvant être le cas échéant télévisés au plan local) afin de que la population puisse être informée sans attendre la fin du mandat et une nouvelle élection.

        Des citoyens tirés au sort, sans doute une marque de « mépris » de ma part !!!


      • xana 6 décembre 18:50

        @Fergus
        Ce serait un peu mieux dans le principe, mais guère efficace. Les élus auraient aisi tout le temps pour effacer les traces de leurs prévarications, les autres membres de la caste contribuant au sabotage des enquêtes populaires.
        En outre, un accord international signé par un groupe d’élus malhonnêtes (admettons que cela existe) engagerait le pays avant et même après qu’un jury l’ait désavoué.

        Le mépris (ton mépris) ne concerne pas le tirage au sort, mais la présomption d’incompétence du peuple. Dans tout aspect législatif il y a des points juridiques à établir avant de prendre une décision. Il existe des experts pour cela, qui peuvent proposer des options et diverses solutions sans pour autant prendre la décision à la place du citoyen lambda.

        Jean Xana


      • Fergus Fergus 6 décembre 19:13

        @ xana

        « Le mépris (ton mépris) ne concerne pas le tirage au sort, mais la présomption d’incompétence du peuple »

        Faux ! Je me place d’ailleurs moi-même dans le lot des personnes qui seraient complètement démunies dans un tel système. Ce n’est pas pour rien qu’il n’a jamais existé nulle part !


      • xana 6 décembre 19:37

        @xana
        J’ajouterai que de nos jours les députés etc qui essaient (il y en a) de comprendre de quoi il s’agit au lieu de se conformer à la « discipline de parti » ont au besoin recours à des experts pour éclaircir les points sur lesquels ils ne sont pas compétents. Il n’est pas question que du Droit au Parlement, mais parfois aussi de bon sens et d’honnêteté, et d’autres aspects pratiques que l’on n’enseigne pas en fac de Droit.


      • xana 6 décembre 20:14

        @Fergus
        « Ce n’est pas pour rien qu’il n’a jamais exité nulle part ». Ni l’avion avant Clément Adler et les frères Wright. Ni le feu avant... il y a quelques millions d’années. Ton argument est ridicule, à croire que rien ne pourrait jamais progresser.
        Si ton post est honnête, j’entraperçois la possibilité que ton obstination à refuser de faire confiance dans le peuple proviendrait du fait que tu ne te sentirais pas capable toi-même d’avoir un avis valable si on te le demandait pour un texte de loi. Mon pauvre Fergus, tu n’as donc jamais participé à une décision dans la vie associative ? Si c’est vrai je te plains. Mais soyons réaliste : Crois-tu vraiment que les politiciens se recrutent exclusivement chez les génies ? Tu me fais l’effet d’un type extraordinairement naïf, ou bien extrêmement complexé, ou alors tu te fiches de moi. Ce n’est pas possible d’être aussi froussard, on ne te propose tout de même pas de remplacer Poutine du jour au lendemain !
        On te propose simplement de donner ton avis en même temps que des milliers d’autres citoyens. Et si tu n’as pas assez confiance en toi pour un sujet particulier, tu as même le droit de t’abstenir. Les autres citoyens auront peut-être plus d’assurance sur ce qu’il est bon de faire.
        La Démocratie Directe n’exige pas de toi que tu sois un super-doué, mais un type raisonnablement conscient du bien public. La Démocratie Directe ne compte même pas sur ton honnêteté, sachant ce qu’en vaut l’aune chez la plupart d’entre nous. Et la Démocratie directe tiendra compte de la majorité des votes, ce que prétendent faire les élections.

        Alors, tu n’as pas envie d’essayer ?


      • Fergus Fergus 6 décembre 20:34

        @ xana 

        « Mon pauvre Fergus, tu n’as donc jamais participé à une décision dans la vie associative ? » 

         smiley Non seulement, j’y ai participé, mais j’en ai été parfois le moteur, y compris dans ma section d’Amnesty International !

        La difficulté est de faire émerger les idées au plan pyramidal. Pour cela, il faut impérativement des individus crédibles et charismatiques, sinon cela ne fonctionne pas, c’est aussi simple que cela. Bref, des individus choisis et donc élus ! Ou alors qui s’appuient sur une organisation influente, autrement dit un parti !

        Même au lendemain de la Révolution, l’on a voulu qu’il n’y ait pas de parti politiques. Or, deux personnes qui pensent la même chose et qui servent les mêmes intérêts sont déjà un embryon de parti. Alors, on a appelé ces groupements d’intérêts communs des clubs, autrement dit des partis qui ont pris noms Jacobins, Montagnards, Feuillants, etc.


      • JC_Lavau JC_Lavau 6 décembre 20:47

        @Fergus. A qui appartient Amnesty International ?
        Ah oui, Soros.


      • Attilax Attilax 7 décembre 01:22

        @Fergus

        L’idée est justement de transformer un système pyramidal en système horizontal, ce qui éviterait tout ça d’un coup. Si tous le monde vote individuellement les lois, à quoi bon se regrouper par affinités politiques puisque les partis n’influent plus sur le législatif et ne servent donc concrètement plus à rien, à part peut-être à répandre leur propagande ?

        D’électeurs, on passe à citoyen, c’est une différence majeure.

        La république et l’UE sont pour vous deux frontières infranchissables, Fergus.

        Et vous n’avez aucune confiance dans vos concitoyens, c’est triste.

        Mais c’est pas grave non plus. Chacun ses limites, je ne vous jette pas la pierre, j’en ai plein aussi...

        Vous regarderez passer le train dans un transat avec une bonne tisane, en maugréant « c’était mieux avant »
         smiley


      • pemile pemile 6 décembre 13:02

        @Attilax « Suite du feuilleton samedi prochain : l’épisode s’intitule »aux armes citoyens« . »

        Toujours dans l’ambiguité ! smiley

        Si c’est une métaphore pour dire, votre arme c’est votre nombre et votre faculté à refuser de jouer à un jeu de dupe qui permet à 1% de vous plumer, ok.

        Sinon, c’est aux LARMES citoyens smiley


        • Attilax Attilax 6 décembre 13:53

          @pemile

          Totalement d’accord avec vous et désolé d’être ambigu, je dois vraiment mal m’exprimer.

          Que ce soit clair : J’irai samedi sans armes et sans défense, advienne que pourra, justement parce que je crois que le nombre est notre seule arme.

          J’espère de tout mon cœur que ce nombre suffira et que le sang va s’arrêter de couler. Mais vu les salopards qu’on a là-haut qui doivent être fous de rage qu’on résiste, j’ai peur qu’ils n’hésitent pas à nous sacrifier et déchaînent toutes leurs forces pour faire un exemple. Dans ce cas, allons-nous nous laisser massacrer sans répliquer ? Moi oui, je suis vieux, usé, et je ne suis pas un combattant, mais pour beaucoup d’autres ce ne sera pas le cas. Ces « enragés » sont-ils moins légitimes pour autant ? Selon moi, non. Si les GJ représente la totalité du peuple et de ses composants, alors ils y ont leur place, tout comme les autres.


        • pemile pemile 6 décembre 14:00

          @Attilax « Mais vu les salopards qu’on a là-haut qui doivent être fous de rage qu’on résiste »

          Ils sont plutôt mort de trouille et désemparé devant cette nouveauté smiley

          C’est pas sur l’intensité qu’il faut jouer, c’est sur la détermination et la durée


        • Attilax Attilax 6 décembre 14:14

          Les deux mon capitaine !

          Ils sont à la fois « fous de rage » ET « morts de trouille ».

          Et il faut jouer sur l’intensité ET sur la détermination et la durée, l’un n’empêche pas l’autre et les deux sont complémentaires, à mon avis.

          C’est là-dessus, je pense, qu’on n’est pas d’accord, mais c’est pas grave, vous comme moi on n’y peut rien, de toute façon, à part jouer notre rôle, si minuscule soit-il...


        • pemile pemile 6 décembre 14:44

          @Attilax "Et il faut jouer sur l’intensité ET sur la détermination et la durée, l’un n’empêche pas l’autre et les deux sont complémentaires, à mon avis.« 

          Si tu reconnais qu’ils sont déjà mort de trouille, quelle utilité de monter en intensité, terroriser ?

          Face à un animal sauvage, c’est pas la peur qui le fera reculer, au contraire, la détermination suffit.

           »C’est là-dessus, je pense, qu’on n’est pas d’accord, mais c’est pas grave"

          Je ne sais pas, ces volontés d’aller à la baston ou ces références de plus en plus nombreuses à la guerre civile, c’est pas sain, ça ajoute une tension inutile qui brouille la capacité de réflexion et l’objectif.


        • Attilax Attilax 6 décembre 18:51

          @pemile

          "ces volontés d’aller à la baston ou ces références de plus en plus nombreuses à la guerre civile, c’est pas sain, ça ajoute une tension inutile qui brouille la capacité de réflexion et l’objectif.« 

          C’est vrai et je te remercie de m’avoir fait prendre conscience de la portée de certains de mes propos. Faut garder la tête froide, surtout maintenant, tu as carrément raison.
          euh par contre, j’ai jamais parlé de guerre civile, je ne l’envisage pas une seule minute dans le cadre des GJ.

           »Face à un animal sauvage, c’est pas la peur qui le fera reculer, au contraire, la détermination suffit."

          Rien de plus dangereux qu’un animal sauvage blessé et acculé.


        • Attilax Attilax 6 décembre 19:51

          @pemile

          Pardon pour le tutoiement, c’est venu sans que je m’en rende compte.


        • Fergus Fergus 6 décembre 13:16

          Bonjour, Attilax

          La démocratie directe n’a jamais fonctionné dans aucun pays ! C’est un fantasme ! 

          Pourquoi utilisez-vous la même famille de mots que Philippe : « factions », « factieux » ? Pas très positif, non ? 


          • Attilax Attilax 6 décembre 14:07

            @Fergus

            Bonjour Fergus. On n’a jamais été d’accord là dessus, comme sur l’UE. C’est pas aujourd’hui que vous me convaincrez, j’en ai peur smiley

            La « république » non plus n’avait jamais fonctionné avant de fonctionner, on peut dire ça de tout nouveau système paraissant « idéaliste » dans un premier temps, jusqu’à ce qu’il s’impose comme une évidence.
            J’imagine que le roi et la noblesse ont du pouffer quand les idées des lumières ont commencé à circuler, et à dire comme vous que ce n’était pas sérieux, que ça n’existait nulle part. Et puis il y a eu la révolution, et l’impossible est devenu réalité...

            Quelle serait votre proposition pour que le mouvement des gilets jaunes ait une suite politique sans exploser en mille morceaux ? Quelle solution pourrait contenter tous ces gens si divers, malgré les différences idéologiques énormes qui les séparent ?

            Si vous avez une meilleure solution que la démocratie directe, je vous écoute...


          • Attilax Attilax 6 décembre 16:13

            @Fergus

            « La démocratie directe n’a jamais fonctionné dans aucun pays ! C’est un fantasme ! »

            Pouvez-vous me citer un pays où ça a été tenté ?


          • xana 6 décembre 16:43

            @Fergus
            La fusion froide non plus n’a jamais fonctionné dans aucun pays ! C’est un fantasme ! Alors pourquoi essayer ?

            Fergus, pourquoi ne rien essayer ? Parce que le système corrompu actuel te donne entière satisfaction ?

            Jean Xana


          • Fergus Fergus 6 décembre 17:23

            @ Attilax

            Des républiques, il y en a eu depuis l’antiquité : Rome, Gênes, Venise, Pays-Bas, Genève pour ne citer que celles-là !

            En ce qui me concerne, je reste persuadé que le meilleur système est le système représentatif. Ce qui le dévoie, c’est le manque de contrôle de l’action des élus.

            A cet égard, je vous invite à lire la réponse que je viens d’adresser plus haut à xana. J’ajoute à cela qu’outre les jurys que je préconise, il va de soi qu’il faudrait instaurer un véritable référendum d’initiative populaire qui pourrait constituer un élément essentiel de conte-pouvoir ! J’avais évoqué ces points en 2015 dans un article intitulé « 8 propositions pour moderniser la vie politique ». 


          • Attilax Attilax 6 décembre 17:40

            @Fergus

            Vous bottez en touche et ne me répondez pas, comme d’hab.

            Je n’arrive pas à comprendre pourquoi vous tenez tellement à avoir des représentants quand on pourrait aujourd’hui très bien s’en passer, mais après tout, ça vous regarde.


          • pemile pemile 6 décembre 17:46

            @Attilax "Je n’arrive pas à comprendre pourquoi vous tenez tellement à avoir des représentants quand on pourrait aujourd’hui très bien s’en passer"

            Rien qu’au niveau de ma commune de 2000 habitants j’ai plus que du mal à imaginer ce que ça pourrait donner. J’assiste à tous les conseils municipaux et connait quasiment tous les habitants de la commune et je n’imagine pas comment impliquer chacun dans la masse de décisions à prendre. Il faut une sacré implication et une sacrée disponibilité.


          • Attilax Attilax 6 décembre 17:58

            @pemile

            Oui, tout à fait. Ça suppose du temps, du boulot, de l’implication et tout ça s’organise au niveau national.
            Mais apparemment, du temps, on va en avoir de plus en plus, vu qu’on va avoir de moins en moins de boulot avec le développement de l’IA.


          • Fergus Fergus 6 décembre 18:44

            Bonsoir, pemile

            Effectivement, même au niveau communal, l’on voit mal comment cela peut s’organiser autours d’intérêts contradictoires. L’élection d’un conseil municipale est de loin le moyen le plus simple d’organiser la vie locale sur les propositions de la liste gagnante. Quitte à changer de conseillers le coup d’après si l’on est mécontent.

            Même en Suisse où existaient naguère dans les cantons des « Landsgemeinde » (assemblées populaires où l’on votait à main levée), ce système a été abandonné, sauf dans deux petits cantons où ils subsistent à titre folklorique. Depuis belle lurette le pouvoir est entre les mains des conseillers cantonaux élus !


          • Attilax Attilax 6 décembre 23:07

            @Fergus

            On parle de la constitution et du législatif, pas forcément du communal, où la représentation est plus à taille humaine. On connaît la personne pour qui on vote, on peut aller la voir, lui parler, ça n’a rien à voir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès