• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un signe des temps : le succès d’Instagram...

Un signe des temps : le succès d’Instagram...

Connaissez-vous Instagram ? En ces temps où l'image, les apparences submergent nos sociétés, cette application remporte un succès phénoménal, sur internet...
Instagram, comme son nom l'indique, c'est l'instantanéité dans l'envoi de photos, c'est la multiplication de ces envois...

On savait que le règne de l'image avait commencé, grâce à Facebook, et aux téléphones portables, mais avec Instagram, on atteint des sommets, dans la diffusion des images.

En septembre 2015, Instagram annonçait, sur son blog officiel, 400 millions d'utilisateurs mensuels actifs, dans le monde.

De quoi s'agit-il ? Instagram permet de partager des photographies et des vidéos avec un réseau d'amis, d'aimer ou plutôt de "liker" certains clichés, comme on le dit, dorénavant, de laisser des commentaires sur les clichés déposés par les autres utilisateurs. Cette application offre, aussi, l'occasion de dialoguer avec les membres via l'utilisation de la messagerie interne appelée "Instagram direct".

On est stupéfait par le succès extraordinaire de cette application, mais, au fond, elle correspond à une aspiration profonde de nos contemporains : se montrer, acquérir une petite ou plus grande célébrité, briller par les apparences...

Notre monde se focalise sur l'image qui est de plus en plus présente partout : publicités, internet, télévision...

Et l'image peut être même retouchée... comble du raffinement ! Certains filtres permettent de magnifier les photos...

Les jeunes se passionnent pour les selfies, et ils envoient leurs clichés à des milliers de fans.

Un utilisateur d'instagram connaît plus particulièrement du succès : il met en scène des petits jouets dans différents quartiers de Paris, et les gens attendent avec impatience ces photos : pour montrer leur engouement, ils utilisent des "like"...
Je "like", tu "likes", nous "likons", et on en oublie d'argumenter vraiment, de dire et d'exprimer les raisons de telles appréciations.

L'inventeur de cette application, un américain, Kévin Systrom, peut se frotter les mains, il a réussi à faire fortune, avec cette idée toute simple : des photos à partager...

Des "stars" du foot participent au succès de l'entreprise, en diffusant des photos, des vidéos.

Les marques publicitaires se sont, bien sûr, emparées de cette application pour faire du marketing.

Le monde de l'image s'élargit de plus en plus, avec Instagram, les gens passent de plus en plus de temps à faire des photos, à les regarder, à les commenter, alors qu'elles n'ont pas, le plus souvent, un grand intérêt.

Dès lors, la réflexion se perd, se délite, au profit de simples apparences : le paraître l'emporte sur l'être...
Le monde des images s'élargit à l'infini, et le risque est grand de perdre le contact avec certaines réalités...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/11/un-signe-des-temps-le-succes-d-instagram.html

 
 
Un reportage sur cette application : 
 
http://www.francetvinfo.fr/societe/instagram-un-succes-fulgurant_1112887.html

 

Documents joints à cet article

Un signe des temps : le succès d'Instagram...

Moyenne des avis sur cet article :  3.21/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • diogène diogène 24 juin 16:54

    « la réflexion se perd, se délite, au profit de simples apparences : le paraître l’emporte sur l’être...
    Le monde des images s’élargit à l’infini, et le risque est grand de perdre le contact avec certaines réalités... »


    Bref, nous voilà revenus à ’allégorie de la caverne  : des hommes enchaînés et immobilisés dans une demeure souterraine tournent le dos à l’entrée et ne voient que leurs ombres et celles projetées d’objets au loin derrière eux, et ils croient que les images sont la réalité..

    • foufouille foufouille 24 juin 17:00

      c’est un machin pour crétin comme fessebouc : toutes les photos appartiennent à instagram et sont revendus.


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 24 juin 17:23

        Quand le paraître mitoyen l’emporte sur l’être, on recopie bêtement toutes les imbécillités qui font le quotidien sordide de la salle des profs incultes...

        Instagram, comme Flickr, est une mine d’or pour qui s’intéresse à la photographie...
        Pour en parler, encore faudrait-il avoir un compte et savoir s’en servir !

        Juste un exemple. Cette sélection de 161 photos prises par des photographes du Newcastle Herald qui n’est pas le plus connu des quotidiens :
        http://www.theherald.com.au/story/4138596/herald-photographers-best-instagram-shots-photos/

        Pour ce qui est des selfies (ce ne sont rien d’autre que des autoportraits), en voilà une petite sélection réalisés une grande dame qui ne vous dira rien... Il y a même quelques bathroom selfies, le must des selfies !
        https://lavigue.blogspot.fr/2017/06/vivan-maier-lart-de-se-tirer-le-portrait.html


        • rosemar rosemar 24 juin 18:42

          @Robert Lavigue


          Je ne vois pas trop l’intérêt : on aimerait un commentaire de ces photos....

        • Robert Lavigue Robert Lavigue 24 juin 19:04

          @rosemar

          Ces photographies n’ont bien entendu aucun intérêt sans commentaire. De même qu’un tableau n’a pas de sens tant que vous ne l’avez pas platement décrit.

          Les uns sont de vulgaires photographes de presse, Vivian Maier n’était qu’une nourrice de Chicago. Aucun intérêt pour une prof française tant que cela ne figura pas dans son matériel pédagogique prémâché.

          Peut-être que vos élèves auront la chance de les découvrir par hasard... et surtout sans vos commentaires. Cela leur permettra d’accéder à la culture de l’image.


        • rosemar rosemar 24 juin 19:11

          @Robert Lavigue

          Si vous êtes sensible à cet art photographique, vous devriez être capable de nous l’expliquer avec votre « sensibilité »... si vous en avez...

        • Bernie 2 Bernie 2 24 juin 19:14

          @rosemar

          On parle photo, me voilà.

          Ben oui ma pauvre rosemar, vous ne voyez pas l’intérêt, je comprends bien, c’était mieux avant . La simca du paternel, les cigales, Pagnol.

           Robert Lavigue
          Nouveau support, que je ne maitrise pas, Instagram. J’ai feuilleté rapidement les 161 clichés, des trucs sympas, mais pas mal d’abus du noir et blanc. A croire que la force de l’émotion passe par le noir et blanc. Nos ainés auraient ils autant marqué toute l’intensité de la vie sur des niveaux de gris, que les vraies couleurs en deviennent obscènes ?


        • rosemar rosemar 24 juin 19:23

          @Bernie 2


          Mon pauvre Bernie, toujours dans la caricature et la dérision, mais vous n’êtes pas capable d’analyser une seule de ces photos pour nous en montrer la valeur artistique, s’il y en a une...

        • Bernie 2 Bernie 2 24 juin 19:27

          @rosemar

          Cher hydrocéphale, vous êtes sure de vouloir débattre ? Il n’y a pas débat sur votre articulet, éventuellement, je peux digresser sur le lien de Mr Lavigue, mais on sort du cadre.


        • Robert Lavigue Robert Lavigue 24 juin 19:31

          @Bernie 2

          Instagram n’est qu’un outil ! Peut-on rendre Opinel responsable des coups de couteaux ?

          Pour ma part, j’ai beaucoup de problèmes avec la photo couleur. Le noir et blanc met une distance supplémentaire. La photographie ne sera jamais la plate reproduction de la réalité.

          Pour ce qui est des autoportraits, il n’y a rien de nouveau sous le soleil depuis (au moins) Dürer. Les mêmes codes, les mêmes cadrages, les mêmes lumières, les mêmes ombres, mais toujours d’autres regards, d’autre âmes.

          Allez expliquer ça une pédagogo pour qui Pissaro a peint - je cite - ouvrez les guillemets « sous un soleil éclatant, un paysan gaule les pommes alors que deux femmes accroupies ramassent les fruits à même le sol. » (...) Pissaro nous fait percevoir la texture des paniers en osier, la lumière qui irradie le paysage, les vêtements sont simples, des tabliers sur de longues jupes pour les personnages féminins, un gilet brun et un pantalon rustique pour le paysan."


        • Bernie 2 Bernie 2 24 juin 19:49

          @Robert Lavigue

          Si je m’écoutais, je serais d’accord avec vous, mais la pellicule couleur a été disponible depuis un siècle, et la vie, c’est la couleur, nonobstant ce désir d’une émotion exacerbée par le noir et blanc.

          Pour l’autoportrait, c’est là qu’il a perdu de son intensité. De toutes façons, l’exercice est egocentré, mais par le selfie il c’est vulgarisé à outrance. Don’t act. On y reviendra plus tard, où la photo personnelle et la conscience de soi autrement sera de nouveau sublimée.

          J’ai entendu des pleurnichards façon rosemar dirent que maintenant sur des sites de panoramas, les gens ne faisaient que des photos d’eux avec le site en arrière plan. Mais que grand bien leur fasse, moi ça me laisse le site libre pour moi.


        • ZenZoe ZenZoe 26 juin 11:11

          @Robert Lavigue
          Je passais par là et j’ai été voir vos liens. J’ai beaucoup aimé, surtout les photos du Herald, très anglaises. Merci de faire partager.

          Contrairement à ce que l’auteur de l’article affirme de manière péremptoire plus bas, une image se suffit largement à elle-même, et une bonne image n’a nul besoin de commentaire pour atteindre son but. Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours disait l’autre, et il avait raison. Aucune forme d’expression d’ailleurs n’a besoin de la béquille écrite pour exister, sans doute l’auteur est-elle fermée à tout ce qui peut se passer de mots.


        • Bernie 2 Bernie 2 24 juin 19:24

          On est stupéfait par le succès extraordinaire de cette application, mais, au fond, elle correspond à une aspiration profonde de nos contemporains : se montrer, acquérir une petite ou plus grande célébrité, briller par les apparences...

          Juste savoureux, remplacez instagram par agoravox, et tout est dit. Magnifique, un âne qui le bâton pour se faire battre. Vous n’êtes pas différente de ceux que vous stimatiser, alors reste 2 solutions, acceptez la différence ou fermez là.


          • rosemar rosemar 24 juin 20:55

            @Bernie 2

            Comme si j’exposais mon image sur agoravox ! Non mais vous rêvez !

            Attention à l’orthographe, bonhomme : « vous stigmatisez »...

          • toussapoursa toussapoursa 24 juin 19:45

            On annonce pour très prochainement un article de fond sur le phénomène pin’s et un autre sur le tamagotchi ... et d’autres sujets de société comme le madison....les bottes Courrèges et les cravates à fleurs .ahhh ces jeunes !


            • Bernie 2 Bernie 2 24 juin 20:42

              @toussapoursa Vous êtes avant gardiste, le madison, pfff. Pas trop de concepts novateurs à la fois, vous débordez l’auteur.

              Faudrait tous les tuer à la naissance, pour sur, ces jeunes deviendront des vieux cons. Où sera notre place ? NEXT !


            • toussapoursa toussapoursa 24 juin 21:14

              @Bernie 2
              j’ai ; avec d’autres « copains » , partagé la piscine de Saint Ouen avec Billy Bridge , un garçon qui ne se prenait pas pour une star.
              Vain dieu il est mort il y a plus de 20 ans.
              Ça se précise de plus en plus


            • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 24 juin 22:10

              Bonsoir Rosemar,


              J’avais vaguement lu et/ou entendu ce mot, mais ma curiosité ne semblait pas suffisante pour aller m’enquérir de quelque info sur cette affaire.
              Grâce à vous, j’en sais un peu plus, et même suffisamment pour avouer que cela ne m’intéresse absolument pas.
              Au même titre que les fesses de bouc et autres réseaux dits sociaux. 

              Moi, je me suis arrêté à Internet.... Et cela me va très bien.

              Mais je vous remercie néanmoins de m’avoir donné l’occasion de m’informer.

              Cordialement.

              Thierry Saladin

              • Pie 3,14 25 juin 10:42

                L’évolution technologique achève la démocratisation de l’usage du film et de la photographie.

                Chacun peut désormais produire des images de qualité en nombre infini pour un coût minimal.

                Par conséquent l’image statique ou animée est devenue un outil de communication omniprésent, utilisé par tous sur les réseaux sociaux par exemple.

                L’informatisation de nos vies a généralisé des pratiques jadis réservées à quelques uns. Nous écrivons tous sur des claviers alors qu’il y a 40 ans il s’agissait encore d’un métier spécialisé. Nous photographions et filmons à tour de bras, Un étudiant d’aujourd’hui sait faire le travail d’un imprimeur. Il peut produire un texte, le mettre en page, choisir un graphisme, insérer de l’image la retoucher etc...
                Des quantités de gens maîtrisent des logiciels de montage d’image ou de son, de graphisme, ou de dessin. 

                Cela libère une énergie créatrice énorme, cela multiplie les modes de communication. L’essentiel de cette masse produite n’a aucune prétention artistique, c’était déjà le cas des photos de vacances et des films super8 de jadis mais la démocratisation permet aussi l’émergence de talents qui n’auraient jamais pu s’exprimer sans les facilités actuelles. 
                Si Vivian Maier vivait aujourd’hui, elle aurait un blog, posterait sur Instagram, publierait sur des forums et sites spécialisés et serait peut-être repérée. Elle ne devrait pas sa postérité à un jeune brocanteur opiniâtre qui a découvert ses pellicules dans de vieux cartons après sa mort.

                Déplorer ce fait au nom du « paraître » qui l’emporterait sur « l’être » n’a pas de sens. La réalité du monde de l’image n’est pas moindre que celle de l’écrit et toute l’évolution contemporaine, de la carte postale à internet va dans le sens d’une explosion des moyens d’expression individuels.
                Rosemar, plutôt que ronchonner à grands coups de clichés vous devriez vous enthousiasmer car le travail de l’enseignant consiste essentiellement à apprendre aux élèves à communiquer avec intelligence. 

                • sarcastelle sarcastelle 25 juin 10:54

                  @Pie 3,14

                  .
                  Déplorer ce fait.................n’a pas de sens
                  .
                  Et pas de portée ! 

                • rosemar rosemar 25 juin 11:55

                  @Pie 3,14

                  Et pourtant, c’est bien un danger que je perçois en tant qu’enseignante : certains élèves devant prendre en charge des exposés se contentent d’aligner des images sans les commenter vraiment...
                  comme si l’image se suffisait à elle-même.

                • Pie 3,14 25 juin 13:58

                  @rosemar

                  Cela signifie simplement qu’ils ne maîtrisent ni l’outil ni les méthodes. C’est normal ils sont là pour apprendre.

                  Bien utilisée l’image se suffit à elle-même. Elle est un langage à part entière comme le schéma, le dessin, la cartographie. 

                  Les technologies actuelles sont fantastiques, j’aurais aimé en disposer durant ma jeunesse mais elles requièrent un apprentissage méthodologique solide. 
                  Le choix des sources, leur tri, la solidité de l’argumentation, la mise en forme la plus efficace, la présentation orale ou écrite nécessitent une formation qui incombe à l’enseignant.

                  Vous naviguez trop dans le discours de la déploration et ne voyez que des dangers là où je vois des opportunités et l’occasion d’être utile car la technologie n’est rien sans méthodes.

                  Par exemple les jeunes sont ultra-performants sur les réseaux sociaux, ils pianotent plus vite que leur ombre, trouvent toutes les applications possibles, sont à l’aise avec les principes de base de l’informatique mais sont incapables de faire une recherche fiable, ne regardent jamais d’où provient l’information, ne distinguent pas les sites amateurs des sites professionnels, ne savent pas trier, se perdent dans la masse d’informations, recopient servilement sans toujours comprendre, lisent de travers, font des contresens, ne vont pas à l’essentiel, ne savent pas dégager des idées directrices, adoptent une forme qui contredit le fond.

                  Lorsque j’étais étudiant mon problème était de trouver l’information, celui des jeunes d’aujourd’hui consiste à gérer le trop d’information. Le problème est inversé mais les outils nécessaires sont les mêmes.

                • rosemar rosemar 25 juin 14:03

                  @Pie 3,14

                  Non, l’image dans un exposé littéraire, ne se suffit pas à elle-même : il faut la commenter, donner des exemples, argumenter, informer....

                  Je ne dénigre pas les nouvelles technologies : je m’en sers moi-même mais je déplore la suprématie de l’image dans certaines applications... l’image est utile mais elle ne doit pas supplanter les autres formes de communication...

                • Robert Lavigue Robert Lavigue 25 juin 16:14

                  @rosemar

                  Non, l’image dans un exposé littéraire, ne se suffit pas à elle-même : il faut la commenter, donner des exemples, argumenter, informer....

                  Je pouffe !

                  @ Pie 3,14
                  Vous pointez le fond du problème.
                  1) A propos de Vivian Maier. Aujourd’hui, elle accèderait probablement à la notoriété grâce à d’autres réseaux que ceux qui faisaient la notoriété à son époque.
                  Notons au passage que les pédagogos ont été de tous temps exclus de ces réseaux. Ils n’interviennent que 30 ans plus tard. Vers 1870, l’ancêtre de Péronnelle des Calanques commentaient bêtement les oeuvres des (mauvais) Pompiers.
                  Le problème de Péronnelle des Calanques et de ses congénères, c’est qu’ils n’ont plus aucune crédibilité comme prescripteurs, tant leur médiocrité est devenue visible.

                  2) Péronnelle des Calanques et ses congénères, limités intellectuellement et largués technologiquement, sont incapables de remplir leur fonction.
                  Le problème ce n’est pas les réseaux sociaux, mais l’usage que l’on en fait. Plutôt que de débiter des niaiseries, ils devraient enseigner leur bon usage.
                  Ils en sont bien incapables. Mais, en plus, ils perdraient l’illusion de leur dernier pouvoir. Celui de dire le Vrai-Vrai, le Bon-Bon et le Bien-Bien.

                  Si Péronnelle des Calanques avait le plus petit soupçon d’intelligence, elle imposerait à ses élèves de s’abonner au fil instagram du New York Times (plus de 4 millions d’abonnés) ou du Monde (314 000 abonnés), par exemple. Et elle s’assurerait que ses élèves les consultent.

                  Sur celui du Monde, à l’heure qu’il est, il est question du sourire ou d’Olga Khokhlova... Une terra incognita dans l’univers limité et sordide des salles de profs incultes.


                • rosemar rosemar 25 juin 19:26

                  @Robert Lavigue

                  Pisse Vinaigre d’agoravox a encore frappé !

                  Pouffer, ce n’est pas argumenter...

                • sarcastelle sarcastelle 25 juin 10:52

                  Chaque jour un article plus niais que la veille.

                  Je subodore - quitte à me tromper - que les autorités du site ont quelque chose à voir avec la disparition des articles nucléaires à la physique fantaisiste qui ridiculisaient le site. Pour la niaiserie à répétition, en revanche, pas de souci. 



                  • rosemar rosemar 25 juin 11:56

                    @sarcastelle

                    Toujours aussi nihiliste dans vos commentaires : vous prenez toujours soin de critiquer, sans vraiment entrer dans le débat... c’est dommage...

                  • sarcastelle sarcastelle 25 juin 13:49

                    @rosemar

                    .
                    Pourquoi entrer dans un débat sur un sujet niais ? 

                  • rosemar rosemar 25 juin 14:04

                    @sarcastelle

                    C’est ce que probablement vous êtes dans l’incapacité d’entrer dans de nombreux débats !

                  • owen meany 25 juin 16:42

                    Ben, envoyer les articles de Rosemar à l’inspecteur académique, M’sieur Blanquer ?



                    Je ne sais pas comment apprendre aux élèves à utiliser une image...

                    Les consonnes gutturales et fricatives... 

                    Les technologies modernes, c’est mauvais pour les élèves...

                    Les papillons virevoltent de mille feux, puis le couchant flamboie l’azur... 

                    Le bac, ça me fatigue... 

                    Le rouge-gorge au plumage chamarré célèbre la douceur de l’été...

                    Air connu, les profs sont des fainéants, mais on n’est pas assez payés... 

                    Toussa...

                    Pourquoi vos commentaires sont tellement nihilistes...


                    • rosemar rosemar 25 juin 19:24

                      @owen meany

                      Je vois que vous êtes un lecteur fidèle de mes articles, et même sur mon blog ! Il est joli le rouge-gorge ? Hein ?

                    • owen meany 25 juin 20:20

                      @rosemar



                      Oui, rengorgez-vous. Vous devez avoir aussi beaucoup d’exigence avec vos sentiments.

                      Il suffisait de cliquer votre blog et de prendre la première phrase qui vient.

                      Du coup, j’ai regardé un peu plus, l’oiseau que vous avez filmé et mis sous votre texte « rouge gorge », c’est un pinson. Mais les plumes sont aussi soyeuses et c’est mordoré, certes.

                      Il manque le rossignol. Surtout le rossignol milanais qui vous ressemble beaucoup : il chante comme vous écrivez.

                    • rosemar rosemar 25 juin 21:24

                      @owen meany

                      Ce serait un pinson ? Pourtant, il ressemble à un rouge-gorge, avec son tablier roux...

                      Je ne connais pas le rossignol milanais, mais j’aime bien être comparée à un oiseau comme le rossignol...

                    • sarcastelle sarcastelle 26 juin 08:33

                      @rosemar

                      .
                      Vous riez de vous voir si sotte en ce miroir ? 

                    • Descartes Descartes 26 juin 09:29

                      "Dès lors, la réflexion se perd, se délite, au profit de simples apparences : le paraître l’emporte sur l’être...
                      Le monde des images s’élargit à l’infini, et le risque est grand de perdre le contact avec certaines réalités..."

                      Hélas, cela vous concerne...
                      rappelez-vous : je vous demandais les éléments qui vous faisaient croire à la culpabilité de musulmans lors du terrible attentat qui vit mourir plusieurs Coptes en Egypte. votre réponse était qu’il s’agissait des dires des médias.
                      vous n’êtes pas mieux, donc...


                      • Surya Surya 26 juin 10:33

                        Bonjour Rosemar,


                        Instagram est un outil et doit être considéré comme tel. 
                        S’il est utilisé avec modération, et pour quelque chose qui répond à un véritable besoin, dans ce cas pourquoi pas. 
                        Si cela devient une drogue chez les jeunes (ou moins jeunes) et qu’ils se mettent à l’utiliser de façon compulsive alors oui il y a un problème. 
                        Mais ce problème est le même pour Facebook, Twitter... C’est le problème de tous les réseaux sociaux : c’est addictif... Ce sont des outils qu’il faut utiliser pour un but précis et seulement si on en a un réel besoin. 

                        Personnellement je n’ai pas de compte Instagram, mais si cet outil répondait à un besoin alors j’en ouvrirais un. 

                        J’ai un compte Pinterest par contre, que j’ai ouvert à l’époque où je découvrais les réseaux sociaux et où ça m’enthousiasmait beaucoup pour ces trucs. J’y vais très rarement maintenant (il y a tout de même quelques tableaux qu’il faut que je mette à jour), mais je préfère nettement Pinterest à Instagram. 

                        La différence avec Instagram réside :

                        - tout d’abord dans le fait que Pinterest n’est pas, comme Instagram, accessible uniquement depuis les smartphones et tablettes (et donc vous ne pouvez envoyer que des photos prises avec votre phone) mais directement sur Internet, du coup vous pouvez plugger votre superbe camera pro (j’en ai pas, snif...) sur votre ordi et envoyer les photos sur le site. Ce problème est toutefois facile à contourner, soit avec des sites internet dédiés à l’envoi sur Instagram de photos depuis votre PC, soit en téléchargeant un système android sur votre PC et donc envoyer sur Instagram vos photos stockées sur votre PC depuis ce système, (mais je conseille pas ces téléchargements car on risque de ramasser pas mal de cochonneries avec ces systèmes et en plus ils sont parfois bourrés de pub) 

                        - elle réside aussi dans la présentation en tableaux, ce qui est plus esthétique, 

                        - et aussi et surtout dans ce que les utilisateurs en font : on n’y trouve pas tous ces selfies qui sont de nos jours devenus quasi obligatoires. C’est peut-être sympa les selfies de groupes d’amis, mais certaines personnes sont devenues des drogués des selfies personnels et ne peuvent plus passer une seule journée sans se prendre quarante cinq fois en photo.

                        Les utilisateurs peuvent bien sur épingler sur Pinterest leurs photos personnelles, on trouve d’ailleurs sur cette plateforme d’excellents photographes, mais beaucoup ne font qu’épingler des photos qu’ils trouvent sur Internet et qui leur plaisent. Je ne sais pas trop comment se passe le copyright dans ces affichages de photos qui sont la propriété d’autrui. Un lien est mis, mais bon...Je viens en plus d’apprendre grâce à Foufouille que les photos appartiennent à Instagram, ce qui n’est en effet pas normal.

                        Il ne faut pas se fermer complètement aux nouveautés technologiques, à ce genre de trucs, même s’ils nous paraissent dérisoires et inutiles. Ils font partie du monde dans lequel on vit désormais, et il est bon de les connaître même si au final on décide qu’on ne les utilisera pas nous mêmes. Je suis l’exemple parfait de la personne qui adore le monde dans lequel on vivait avant, par exemple si j’ai besoin d’un poste de radio, d’une machine à café... j’acheterai du matériel qui date des années 50, 60 ou 70, mais qui en même temps, ce qui est tout de même très contradictoire, est très intéressée, voire passionnée, par les nouvelles technologies, et qui accepte de les intégrer dans son quotidien, si toutefois ils répondent à un véritable besoin, et à dose raisonnable. 

                        C’est ce manque de modération dans l’utilisation de ces outils qui est devenu un problème, pas l’outil lui-même.

                        Bonne journée à vous  smiley

                        Ps je suis sûre que je vais trouver plein de fautes d’orthographe une fois le com publié, ne m’en veuillez pas trop.

                        • Surya Surya 5 juillet 18:20

                          Bonjour Rosemar, 


                          Je vous envoie le lien vers un compte Instagram qui vous prouvera que l’on peut également utiliser ce réseau social comme galerie photo, pour y exposer de très beaux clichés. 

                          Pourquoi la personne a-t-elle choisi Instagram plutôt que Pinterest ? Probablement à cause, justement, du côté « réseau social » que Pinterest n’a pas. 

                          Je suis sûre que la féministe que vous êtes (enfin, je crois) appréciera ce compte Instagram : 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès