• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une avant-garde du mouvement ouvrier au sein de l’UPR

Une avant-garde du mouvement ouvrier au sein de l’UPR

JPEG

Nous avons choisi d'être des militants de l’UPR parce qu’il n’y a pas de solution à la crise actuelle sans le Frexit. Nous défendons son orientation et son leader qu’il nous est souvent reproché, bien à tort, de considérer comme un « gourou ». Il a eu l’immense mérite d’engager le combat en créant l’UPR. Il y met toute sa compétence, son intelligence et il est d’une intégrité sans faille. Cependant il est loin d’être à nos yeux un « gourou » car il n’a pas en toutes choses les mêmes idées que nous. Il ne cache pas son admiration pour le général De Gaulle et nous ne cachons pas que notre sympathie va davantage vers Léon Trotski. Car répétons-le encore une fois l’UPR regroupe des personnes d’horizons très variés et il nous plait de faire une similitude entre le CNR et l’UPR. Deux regroupements qui à deux époques différentes ont engagé le combat pour résister à un ennemi extérieur afin de regagner l’indépendance. L’ennemi n’est plus aujourd’hui le nazisme c’est l’UE, l’OTAN et la BCE. Les nouveaux « maquis de résistants » regroupent de nos jours comme ce fut le cas auparavant des gaullistes, des communistes, des trotskistes…

En publiant récemment sur AgoraVox notre texte « Pour un gouvernement des travailleurs » nous ne nous définissons plus seulement comme des militants de l’UPR mais nous donnons une indication sur la place que nous tenons à l’intérieur de l’UPR. Nous sommes attachés au mouvement ouvrier, à la lutte des classes, au combat séculaire pour le socialisme. Nous nous distinguons en cela des gaullistes. Nous ne demandons pas que notre texte exprime l’orientation politique de l’UPR. Nous demandons par contre qu’il soit reconnu comme compatible avec son orientation générale car nous respectons pleinement la charte de l’UPR. Notre intention est de susciter, d’encourager voire d’animer une avant-garde du mouvement ouvrier au sein de l’UPR. 

Nous ne pensons pas que François Asselineau puisse être élu ni en 2022 ni en 2027 car les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets. Il sera toujours blacklisté ou même calomnié par les grands médias qui sont tous au service des puissants. Dans ces conditions, il pourra doubler le nombre de voix, peut-être le multiplier par cinq voire même par dix mais il ne sera pas élu. Il ne faut cependant pas capituler sur cette question et il est certain que nous progressons. Nous marquerons assurément des points là où il y aura de la proportionnelle notamment lors des élections européennes ce qui devrait grandement arranger les finances de l’UPR. Il faut aussi continuer à être présents dans les mouvements sociaux et notamment dans les manifestations. Nous savons que cela aussi est un combat. Nous savons que beaucoup veulent nous l’interdire mais nous ne nous laisserons pas faire. Nous avons d’ailleurs publié à ce sujet sur Facebook et AgoraVox un article intitulé « Une résurgence du fascisme rouge-brun ». Toutes ces actions contribueront à renforcer l’UPR et viennent s’ajouter au travail opiniâtre des militants notamment sur les réseaux sociaux.

Il n’est pas possible de prévoir comment se réalisera le Frexit et comment le pouvoir changera de main. Précisons ce que nous appelons « le pouvoir ». Le but pour nous c’est que « le peuple prenne le pouvoir » ou que « la démocratie soit rétablie » ou que « le peuple prenne son destin en main » en d’autres termes qu’un gouvernent des travailleurs soit mis en place. Précision utile car lorsque c’est Jean-Luc Mélenchon qui parle de « pouvoir » il ne s’agit pas du tout de la même chose. Pour lui, « prendre le pouvoir » c’est se faire élire à la tête du pays. Il faudrait préciser pour faire quoi et avec qui... Nous ne visons absolument pas les mêmes buts. Voici quelques formules qui lui sont familières et que nous avons relevées dans sa conférence sur le bilan des années Mitterrand :

  • « Nous avons pris le pouvoir avec un programme qui datait des années 70 »
  • « (Ils disent) Ça ne sert à rien de prendre le pouvoir »
  • « Alors que nous arrivons au pouvoir en 1981… »
  • « Il faut qu’il y ait un projet et un horizon politique de pouvoir, de conquête du pouvoir »
  • « C’est en faisant un accord, un contrat de gouvernement, un accord à chaque fois ponctuellement voué au niveau de pouvoir que l’on vise - régionale, européenne, cantonale - que l’on avance concrètement. »
  • « La révolution citoyenne qu’a représenté la conquête du pouvoir par la gauche en 1981, a été… »
  • « Il aurait suffi en 1986 que (…) pour que nous ayons gardé le pouvoir

Nous n’avons rien vu comme changement fondamental dans ce que Jean-Luc Mélenchon considère comme une prise de pouvoir en 1981. Pour nous c’était toujours les capitalistes qui étaient au pouvoir. Si c’est cela qu’il appelle une « révolution citoyenne » alors nous nous en passons volontiers. Nous savons bien qu’il a l’ambition de se faire élire mais nous savons aussi que son but et à l’opposé du nôtre.

Comment donc les travailleurs peuvent-ils prendre le pouvoir ? Il n’est pas vrai qu’il n’y a que les élections et les coups d’état qui peuvent amener des changements. Sur ce point, François Asselineau se trompe. Il y a aussi les mille et une façon par lesquelles les révolutions éclatent. Regardez comment est tombée la dictature salazariste en 1974 ou Ceausescu en 1989 ainsi que Ben Ali et Moubarak en 2011. Les révolutions sont des actes de démocratie par lesquels un peuple renverse un pouvoir devenu minoritaire mais qui refuse de se démettre. Nous observons que le pouvoir de l’UE a déjà été sanctionné par des votes comme étant minoritaire dans plusieurs pays d’Europe dont la France. Qui peut dire ce qui adviendra demain ? Nous savons que c’est une idée communément admise que seules les élections présidentielles peuvent amener des changements mais nous savons à la fois pourquoi cette idée s’impose et pourquoi elle est fausse. Cette idée s’impose parce que cela fait 68 ans que la Ve république est stable et la tendance à penser qu’elle est immuable arrive tout naturellement. Il en était de même au XVIIIème siècle avec la monarchie. Même les philosophes des lumières avaient le plus grand mal à imaginer qu’il soit possible de ne plus avoir de roi. Montesquieu dans « le livre des lois », animé du désir d’imaginer une société bien meilleure, envisageait tout au plus une sorte de monarchie constitutionnelle. La pensée humaine contrainte dans un tel cadre ne pouvait guère produire mieux car Louis XIV et Louis XV avaient régné pendant plus de 140 ans à eux deux. Et pourtant la révolution de 1789 et 1793 a balayé la monarchie et la république a été inventée dans le feu de l’action.

Bien que cette idée soit communément admise, il est faux de penser que seule des élections peuvent apporter des changements. Nous invitons le lecteur à se déplacer dans le temps et dans l’espace et à observer les changements importants qui arrivent dans divers pays. Il y en a à foison. En voyez-vous beaucoup qui soient le résultat d’une élection ? Pratiquement jamais. Avec cependant, une petite nuance : il arrive qu’une élection ait un rôle déclencheur ou un rôle secondaire dans un changement important. Cependant, pour l’essentiel, ce ne sont pas des élections qui font évoluer les situations. Regardez si vous le voulez l’histoire de la France depuis la Libération. Qui y a-t-il eu comme changement important ? Un coup d’Etat en 1958 certes suivi d’élections mais c’est le coup d’Etat qui a provoqué le changement. Grève générale de mai 1968 : le pouvoir vacille mais finit par reprendre la main en laissant d’énormes avantages aux masses laborieuses. Ça c’était un vrai changement ! La présidentielle de 1981 - c’est une élection - suscite d’énormes espoirs mais ne change rien.

Quant aux coups d’état, ils ne sont pas souhaitables. Les coups d’état ne sont jamais le fait d’un mouvement populaire. Ce sont des actes anti-démocratiques. Ils aboutissent en général à une régression des libertés et de la démocratie. Nous n’avons jamais rien vu de bon advenir à la suite d’un coup d’état. Le coup d’état de 1958 a commencé par piétiner la constitution de la IVe république pour en faire un chiffon de papier. Il a abouti à mettre en place un régime bonapartiste qui marquait une régression du point de vue de la démocratie sans cependant être à proprement parler une dictature. Non seulement un coup d’état n’est pas souhaitable mais en plus il n’est possible que lorsque l’état se fractionne à sa tête et que c’est une nouvelle fraction qui s’impose. Cela est le fait de tout ou partie des forces armées (l’état c’est la force). Il est évident que ni François Asselineau ni Jean-Luc Mélenchon ni qui que ce soit d’autre ne peuvent fomenter un coup d’état puisqu’ils n’ont aucun point d’appui dans l’armée.

Alors qu’adviendra-t-il demain ? Quel sera le résultat des mouvements de protestation qui s’annoncent dans peu de temps ? Faudra-t-il attendre 2022 pour voir arriver un nouveau président ? Une crise financière va-t-elle balayer l’euro puis l’Union Européenne ? Quelle étincelle pourrait mettre le feu aux poudres ? Nous ne le savons pas. Ne vous fiez pas au calme apparent. L‘orage peut éclater. On entend déjà la colère qui gronde. Souvenez-vous que deux mois avant la grève générale de mai 1968 le journal le Monde qui titrait « Quand la France s’ennuie ».

Nous ne savons donc pas comment « un gouvernement des travailleurs » pourra arriver au pouvoir. Dans ce cas-là, nous parlons effectivement de « pouvoir » parce qu’un gouvernement des travailleurs ne peut être qu’un gouvernement en mesure de satisfaire les revendications des travailleurs. Il devra bien évidemment pour cela s’opposer aux nantis. Dans notre article « Qui dirige la France ? » consultable sur notre page Facebook, nous avons désigné les quelques dizaines de milliardaires qui détiennent notamment l’ensemble des médias et des instituts de sondage. Le gouvernement des travailleurs devra imposer son pouvoir à cette poignée de milliardaires. Ce sera là un réel changement de main du pouvoir. Ce sera en même temps la plus grande des démocraties car ce sera le pouvoir du peuple contre une poignée de tyrans qui, comme un seul homme, dictent leur loi à des larbins comme Emmanuel Macron.

Tout en nous prononçant « Pour un gouvernement des travailleurs » nous évoquons aussi la mise en place d’un gouvernement des organisations ouvrières c’est-à-dire, dans le contexte actuel un gouvernement des trois organisations PCF/PS/FI. Il ne faut pas confondre les deux formulations qui désignent deux choses très différentes. Un gouvernement des organisations ouvrières ne pourrait devenir un gouvernement des travailleurs que s’il s’engageait effectivement sur la voie de la satisfaction des revendications ce qui ne pourrait se faire que s’il exécutait le Frexit. Il est peu vraisemblable que les organisations issues du réformisme et du stalinisme s’engagent sur cette voie.

Il nous faut donc expliquer pourquoi, malgré cela, nous pourrions être amenés à demander que le PCF, le PS et la FI proposent un candidat unique et pourquoi nous pourrions être amenés à appeler à voter pour Jean-Luc Mélenchon alors que nous sommes pleinement conscients de ce qu’est sa politique et aussi sa personnalité. Nous l’avons assez montré dans les trois articles que nous lui avons consacrés ici-même. Les trois organisations PCF, PS et FI sont intrinsèquement liées au capitalisme. Elles ne peuvent être amenées à se porter à la tête du pays qu’en se liant avec des forces réactionnaires que ce soit les radicaux de gauche ou des républicains. Elles constitueront alors un gouvernement de Front Populaire qui servira de dernier rempart pour sauver le régime si celui-ci se trouve menacé par une mobilisation populaire. Elles ont besoin de ce lien organique avec la réaction c’est pourquoi notre rôle, avec cette revendication transitoire, est de les démasquer aux yeux des masses populaires. Nous dirons toujours, en adaptant nos mots d’ordre à la situation du moment : « Rompez avec les capitalistes ! Rompez avec les radicaux de gauche ! Rompez avec les républicains ! ». Cette stratégie a été élaborée de longue date par Lénine et Trotski. Elle est rappelée par Trotski dans le « Programme de transition » :

« De tous les partis et organisations qui s’appuient sur les ouvriers et les paysans et parlent en leur nom, nous exigeons qu’ils rompent politiquement avec la bourgeoisie et entrent dans la voie de la lutte pour le gouvernement ouvrier et paysan. Dans cette voie, nous leur promettons un soutien complet contre la réaction capitaliste. En même temps, nous déployons une agitation inlassable autour des revendications transitoires qui devraient, à notre avis, constituer le programme du "gouvernement ouvrier et paysan". »

Nous avons seulement changé l’expression « gouvernement ouvrier et paysan » par l’expression « gouvernement des travailleurs » car la paysannerie n’est plus ce qu’elle était dans la première moitié du XXème siècle. La question de l’unité entre les ouvriers et les paysans était alors de première importance. Elle est de moindre importance de nos jours et le terme « travailleurs » regroupe les ouvriers, les paysans, les employés, les cadres… Dans le même texte Trotski ajoute plus loin :

« L’agitation, sous le mot d’ordre du "gouvernement ouvrier et paysan", garde dans toutes les conditions une énorme valeur éducative. Et ce n’est pas par hasard : ce mot d’ordre généralisateur suit tout à fait la ligne du développement politique de notre époque (banqueroute et désagrégation des vieux partis bourgeois, faillite de la démocratie, montée du fascisme, aspiration croissante des travailleurs à une politique plus active et plus offensive). C’est pourquoi chacune de nos revendications transitoires doit conduire à une seule et même conclusion politique : les ouvriers doivent rompre avec tous les partis traditionnels de la bourgeoisie pour établir, en commun avec les paysans, leur propre pouvoir. »

Là encore ce texte devrait subir quelques modifications de détail mais il garde dans sa globalité toute sa valeur. Trotski rappelle aussi que cette stratégie est directement inspirée du bilan de la révolution russe :

« la revendication des bolcheviks, adressée aux mencheviks et aux socialistes-révolutionnaires : "Rompez avec la bourgeoisie prenez dans vos mains le pouvoir !" avait pour les masses une énorme valeur éducative. Le refus obstiné des mencheviks et des socialistes-révolutionnaires de prendre le pouvoir, qui apparut si tragiquement dans les journées de Juillet, les perdit définitivement dans l’esprit du peuple et prépara la victoire des bolcheviks. »

Nous proposons cette stratégie parce qu’il est impossible que l’UPR qui est actuellement engagée dans une voie essentiellement électoraliste gagne les élections à moyen terme comme nous l’avons déjà expliqué. De plus l’UPR n’est nullement ancrée par son histoire dans le mouvement ouvrier comme le sont les deux organisations traditionnelles PCF et PS mais aussi la FI qui est directement issue des deux autres. Elle est issue au départ du PS mais aussi par la suite d’une alliance avec le PCF. Or, les travailleurs pour se défendre se tournent toujours vers leurs organisations malgré le fait que les directions les trahissent. Il faut partir des conditions actuelles et de la conscience actuelle des travailleurs pour les amener à faire leur expérience de la trahison des organisations traditionnelles. Ce n’est qu’à partir de là qu’ils se tourneront vers ceux qui à chaque étape leur ont toujours dit la vérité et c’est ainsi qu’ils pourront trouver la voie pour prendre leur destin en main.

Nous nous attelons à la tâche d’impulser et d’animer dans l’UPR une avant-garde du mouvement ouvrier qui pourra conduire cette politique. Rejoignez-nous ! Adhérez à l’UPR.


Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • malitourne malitourne 18 septembre 10:26

    @arthes
    Le salut ne pourrait donc advenir qu’après une démarche spirituelle individuelle, c’est ça ?


  • arthes arthes 20 septembre 16:35

    @malitourne

    Yep, en gros, et carrément c’est ça.



  • arthes arthes 20 septembre 16:41

    @arthes
    https://youtu.be/cl67srdFDJc


    Autre version avec la traduc instantanée , c’est plus parlant, et toutafait « ça » !

  • malitourne malitourne 20 septembre 17:06

    @arthes
    Vous pensez que je manque de sagesse ?


  • arthes arthes 20 septembre 17:22

    @malitourne

    Et non justement, sinon vous ne m’auriez pas posé cette question (et cf le bref échange que nous avons eu sur un autre post) .
    Ma réponse  est pour vous dans le sens : Vous avez tapé juste et je ne saurais mieux vous le dire , ou plutôt vous le développer en quelques mots qu’avec cette chanson qui contient tout et qui s’adresse à tous.
    Et à la cantonade pour à qui ça parle où pas.

  • arthes arthes 20 septembre 17:25

    @arthes

    sinon vous ne m’auriez pas posé cette question

    Je fais référence à l’avant dernière , celle du 18 septembre, bien sur.

  • malitourne malitourne 20 septembre 18:01

    @arthes
    Puisque vous m’offrez une chanson je vous en offre une :



    Juste parce que je la trouve jolie.

  • arthes arthes 20 septembre 19:35

    @malitourne


    Moi aussi je la trouve jolie..Et douce .Merci , c était un très bon choix.

  • malitourne malitourne 20 septembre 21:12

    @arthes
    Je suis content qu’elle vous ait plu parce que j’avais envie de vous faire plaisir. Vraiment. Et le plaisir partagé, c’est ma valeur-refuge.


  • tiers_inclus 17 septembre 10:57

    « car nous respectons pleinement la charte de l’UPR »

    Mais vous n’en respectez pas l’esprit, à vous lire. Votre discours est périmé car il porte sur des clivages et partitions dépassés. L’Histoire ne s’est pas figée.
    J’ai de l’estime pour l’UPR et son dirigeant FA.
    Il serait fâcheux de voir s’installer un ver pernicieux. dans ce fruit mûrissant.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 septembre 12:35

      @tiers_inclus
      J’ai moi aussi beaucoup d’estime pour FA et je pense apporter des forces à l’UPR.


    • Alren Alren 17 septembre 15:14
      @Jean Dugenêt

      « Je pense apporter des forces à l’UPR »

      Des « rouges » comme Lénine et Trosky à un parti de droite comme est l’UPR ?

      Laissez-nous rigoler !!!

      Quant à annexer les maquisards de l’Occupation, je vous rappelle que la majorité était communiste et hostile au RPF gaulliste dont vous vous réclamez de fait.

      Dans votre course aux voix pour les Européennes, vous êtes pitoyables à l’UPR !

    • malitourne malitourne 17 septembre 15:32

      @Alren
      Les icônes de la Résistance sont la propriété de LFI. Je croyais qu’ils appartenaient à tous les Français. L’UPR doit-il demander l’autorisation à Jean-Luc Mélenchon pour se référer à la Résistance ?


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 septembre 15:45

      @Alren
      Vous en êtes toujours avec ce vocabulaire sans définition de « gauche » et « droite ». Cela ne veut rien dire. Vous ajoutez maintenant « les rouges » comme d’autres disent « le diable ». Mais on ne sait pas ce que vous voulez dire. Du coup vous cumulez le tout avec « les rouges dans un parti de droite ». On sent qu’il y a dans votre esprit une contradiction faite de préjugés moraux comme vous pourriez dire « le diable au paradis ». Dans tout cela vous ne parlez que de vous, de vos préjugés, de votre culture... Pour moi, il y a par exemple ceux qui veulent sortir de l’UE et ceux qui veulent y rester. Ceux qui sont attachés au système capitaliste et ceux qui ne le sont pas...

      Quant à l’illustration, pour ceux qui ne comprennent pas vite, je précise qu’elle illustre tout particulièrement ce passage :

      « il nous plait de faire une similitude entre le CNR et l’UPR. Deux regroupements qui à deux époques différentes ont engagé le combat pour résister à un ennemi extérieur afin de regagner l’indépendance. L’ennemi n’est plus aujourd’hui le nazisme c’est l’UE, l’OTAN et la BCE. Les nouveaux maquis de résistants regroupent de nos jours comme ce fut le cas auparavant des gaullistes, des communistes, des trotskistes…

      Le meilleur pour la fin : »RPF gaulliste dont vous vous réclamez de fait« .

      Il me semble avoir écrit :

       »Il (François Asselineau) ne cache pas son admiration pour le général De Gaulle et nous ne cachons pas que notre sympathie va davantage vers Léon Trotski."
      Et, tout l’article illustre cela, puisque je montre que je propose une stratégie directement inspirée de ce qu’a écrit Trotski et que c’est sensiblement différent de ce que propose François Asselineau.

      Cette stratégie est essentiellement basée sur le fait qu’il faut prendre les militants à leur niveau de conscience et les laisser faire leur expérience.
      Aux militants de la FI, qui font confiance a Jean-Luc Mélenchon, je dis. Où en êtes vous à propos de l’UE et du Frexit ? Avez-vous compris que Jean-Luc Mélenchon ne veut pas sortir de l’UE ? Est-ce que sa position vous convient ? Faites votre expérience et vous verrez.

      J’ai d’autres expériences à vous proposer... J’espère que vous progresserez.



    • Alren Alren 17 septembre 18:41

      @malitourne

      "Les icônes de la Résistance sont la propriété de LFI."

      Qui a dit cela ? Jamais nous n’avons mis des maquisards en toile de fonds de nos affiches.

      Beaucoup de maquisards étaient communistes mais la FI ne se réfère pas au communisme.

      Nous prétendons, nous, ses 400 000 adhérents être capables de proposer aux Français une révolution par la loi inédite, pas « la lutte des classes » et la « dictature du prolétariat ».

      Mais cela vous le savez bien, votre mauvaise foi est patente pour qui connaît un peu la question.

      J’ai parlé ironiquement de « rouges » pour Lénine et Trotsky parce que c’est ainsi que l’on disait de leur temps à droite avec haine, et parce qu’ils s’opposaient aux « blancs » tsaristes, d’où le terme « d’Armée rouge ».


    • malitourne malitourne 17 septembre 19:01

      @Alren

      Vous vous foutez de moi ? Qui a écrit ça ?

      « Quant à annexer les maquisards de l’Occupation »

      Alors oui on peut être à l’UPR et se référer, entre autre, aux résistants communistes.





    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 septembre 19:28

      @Alren

      Je me permets de répondre puisque je suis indirectement concerné.
      Je prends le message de la fin vers le début.

      ok pour le terme « rouges ». Je n’avais pas saisi que c’était de l’humour.

      "Nous prétendons, nous, ses 400 000 adhérents« . J’ai des doutes sur ce chiffre mais peut-être que je me trompe. Comment vérifier ? Il y aurait-il un moyen d’imposer une procédure légale pour qu’il y ait transparence sur le nombre d’adhérents de chaque organisation politique ?


       »une révolution par la loi inédite" Je ne vois pas de quoi il s’agit mais ça m’intéresse.

      Pour ce qui est de l’illustration, je me suis déjà expliqué.

      Merci de votre participation à la discussion.



    • Ouallonsnous ? 17 septembre 21:43
      @Alren

      L’UPR n’est pas un parti de gauche où de droite, mais un rassemblement de citoyens français dans l’esprit du CNR de 1944 dont les objecfifs sont toujours d’actualité si vous êtes français et souhaitez le retour de notre pays à la place qu’il occupait dans le rangs des nations dont l’U Européiste veut le chasser !

      C’est vous qui êtes pitoyable dans vos propos !

    • Attila Attila 17 septembre 23:57
      @Alren
      " la FI ne se réfère pas au communisme. "
      C’est clair !

      .

    • révolQé révolQé 17 septembre 11:13

      Le fer de lance de l’UPR est la sortie de l’UE,ce que ne souhaitent ni le PCF ni la Fi et encore moins le mortifère PS,donc...


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 septembre 12:36

        @révolQé

        Tout ce que vous dites est parfaitement exact... et j’en tiens le plus grand compte dans mes propositions.


      • av88 av88 17 septembre 11:58

        Merci pour cet article.

        VLe rassemblement qu’est l’UPR énerve certain.
        Plus question de nous cataloguer en extrême-droite, extrême-gauche etc..., il faut argumenter, contre-argumenter et là on sent une « gène » chez les colleurs d’étiquettes.

        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 septembre 12:44

          @av88

          Tout à fait d’accord


        • Le421 Le421 18 septembre 09:26

          @Jean Dugenêt

          Sans blague !!
           smiley  smiley  smiley

          Comme disait bébert, vous avez du mal avec la controverse.
          Gros problème de l’extrême droite, en effet !!

        • malitourne malitourne 17 septembre 12:06

          Le pire cauchemar des européistes : un rassemblement populaire et démocratique pour le Frexit...


          • jacques 19 septembre 18:55

            @malitourne
            oui , en effet, mais ils peuvent dormir tranquilles


          • Frex 17 septembre 12:45

            Je ne partage pas certains points de cet article, mais malgré tout je l’ai bien noté car le Frexit est le préalable à tout le reste et FA est capable de rassembler sous son nom cette aspiration à la libération du pays face aux forces de domination mondiale : 


            Réalisons donc le Frexit, et ensuite nous discuterons entre vainqueurs des modalités de la reprise du Pouvoir par le peuple et pour le peuple, dans toutes ses composantes. 

            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 septembre 12:50

              @Frex
              Vous avez ici une réaction très saine. L’un de mes buts était de montrer qu’à l’UPR il y a un éventail d’opinions différentes mais que tous se respectent puisqu’ils ont un objectif commun : le Frexit.


            • JulietFox 17 septembre 12:56

              @Jean Dugenêt



              1% de prévu pour les Européennes. !!!

            • GrandGuignol GrandGuignol 17 septembre 13:34

              @JulietFox

              Si l’UPR avait autant de temps médiatique que certains ou même la moitié de ce temps disons de Mélenchon ou de la Lepen, le score serait nettement supérieur.
              Les adhésions augmentent journellement, l’audience sur internet est multipliée par 2 et compte désormais un minimum de 90 000 et jusqu’à 143 000 vues pour les vidéos d’actualités.
              Les 1% se renforcent et plus ils seront plus le message sera audible et ne pourra à partir d’un nombre conséquent, être blacklisté des médias ce qui fut le cas lors des présidentielles..
              Le message de l’UPR va à l’encontre de la propagande des médias qui lobotomise la masse, mais cette masse à force de subir se réveille et entendra surement d’une autre oreille le message de l’UPR lors des prochaines élections européennes ou autres..
              La résistance ne s’est pas créée en un jour....


            • _Ulysse_ _Ulysse_ 17 septembre 13:57

              @JulietFox

              En effet, ils devraient acheter des sondages pour être mieux notés. 
              C’est comme ça que les autres partis font, ils ont un budget sondage smiley

              Comme c’est auto réalisateur, un bon petit sondage boosté rapporte des voix ;) 



            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 septembre 16:00

              @JulietFox

              Je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Pour ma part, je n’ai pas fait de prédiction.


            • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 17 septembre 20:16
              @GrandGuignol

              "Si l’UPR avait autant de temps médiatique que certains ou même la moitié de ce temps disons de Mélenchon ou de la Lepen, le score serait nettement supérieur."

              Faut pas rêver. Philippot a passé 135 fois à la télé en 2017, 40 fois cette année, et il à 2 % :


              Il est râpé le coup du boycott des médias. Tout a une fin en ce bas monde.

            • GrandGuignol GrandGuignol 17 septembre 20:53

              @Cateaufoncel3

              Phillipot représente encore le FN dans l’inconscient des gens, son retournement de veste et sa fuite du FN le déconsidère davantage aux yeux de nombreux français, il est loin d’avoir les connaissances et la culture de FA, son discours emprunté de l’UPR pour ce qui est de l’UE ne vaut pas l’original.
              Phillipot est une pâle copie et ne peut être comparé à FA dont les analyses se voient sans cesse vérifiées, ce qui n’est absolument pas le cas de phillipot.
              Comparez donc l’audience de phillipot sur internet où le boycot de l’UPR n’est pas encore présent et celle de FA ! la copie soutenue par des ex FN est larguée malgré ses apparitions dans les médias, seul l’original engrange sans cesse de nouveaux adhérents.

            • GrandGuignol GrandGuignol 17 septembre 21:01

              @Cateaufoncel3

              « Tout a une fin en ce bas monde »

              Tous les empires se sont écroulés au fil des siècles !

              Oui la fin de l’Ue serait bénéfique pour tous, à moins bien sur d’être masochiste et d’aimer la politique d’austérité de la commission européenne.

            • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 17 septembre 21:18
              @GrandGuignol

              « Oui la fin de l’Ue serait bénéfique pour tous... »

              Il ne reste plus qu’à convaincre les 49.01 d’électeurs et d’électrices % qui manquent. ça ne se fera pas sur une jambe.

              A moins de rafraîchir le proverbe arabe :

              Assoyez-vous au bord de l’oued, et vous verrez passer le cadavre de l’U.E.

            • GrandGuignol GrandGuignol 17 septembre 21:26

              @Cateaufoncel3


              Trump a été élu grâce à Internet, en France on est encore un peu en retard sur ce point mais l’écart se réduit de jour en jour.
              Les français y viennent de plus en plus et les nouvelles générations ne lisent pratiquement pas les journaux officiels, ne regardent quasiment jamais les infos journellement, et vont pour la majorité sur internet chercher l’information.La fin d’un système comme l’Ue ne tardera pas si sa politique ne devient pas plus sociale, ce qui ne risque pas d’advenir.

            • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 17 septembre 21:37
              @GrandGuigno

              « Trump a été élu grâce à Internet... »

              Avant de se lancer en politique, Trump était connu de dizaines de millions d’Américains, plus de cent millions, vraisemblablement.

              « ...on est encore un peu en retard... »

              Si peu...

              Voyez-vous, le vrai problème de l’U.E., ce n’est pas vous, c’est qu’avec la règle de l’unanimité, le bidule n’a jamais été conçu pour fonctionner avec une majorité et des opposants. C’était totalement impensable en 1956, et certains observateurs pensent qu’elle ne s’en remettra pas. ET si ça se trouve Asselineau pourrait bien arriver comme la grêle après les vendanges.

            • Ruut Ruut 18 septembre 05:43

              @JulietFox

              Ce serait bien que ça monte a 15 % voir plus, l’histoire que ce parti prenne de la visibilité.
              ça forcerait Macron a réfléchir un peut plus social et un peut moins retour d’ascenseur.
              Je regrette que Dupont Aignan ne tente pas un rapprochement avec l’UPR leur programmes sont très proches.


            • Le421 Le421 18 septembre 09:27

              @Frex

              Réalisons donc le Frexit, et ensuite nous discuterons entre vainqueurs des modalités de la reprise du Pouvoir par le peuple et pour le peuple, dans toutes ses composantes.

              Ben voyons.
              Sautons à l’eau, on verra bien après comment nager...

              Sans déconner.
              Vous en avez beaucoup en stock des comme celle-là ??

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès