• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une brève histoire de l’esclavage

Une brève histoire de l’esclavage

Tous les peuples, sans exception, sont passés par l'esclavage de la même manière que chaque homme passe forcément par l'enfance avant de devenir adulte. C'est l'une des grandes étapes, et de loin la plus longue, du développement de la société humaine fondée sur la propriété privée. L'esclavage est la première forme de la propriété privée.Mais les hommes ont d'abord vécu des milliers d'années sans esclavage. Pourquoi ? Parce que leur économie était fondée entièrement sur le communisme primitif. Cependant avec le developpement technologique (l'invention de l'élevage, de l'agriculture, du travail des métaux, etc.), le travail humain devient plus productif. Désormais, en plus de ses frais d'entretien le travail humain est capable de produire un excédent de richesse. La première forme d'exploitation de cet excédent est l'esclavage.

L'esclavagisme est un mode de production historique (au même titre que le capitalisme-salariat), lié à un certain dégré de développement technologique. Il y a un avant-esclavagisme quand la productivité du travail était plus archaïque et un après quand les techniques de production se sont considérablement accrues. Comme Marx l'a dit justement, les idées dominantes (populaires) correspondent toujours au mode de production dominant (esclavagisme antique en Europe ou tardif en Afrique, servage, salariat) et à son tour la dominance d'un mode de production est déterminée par le niveau technologique atteint dans la production.

Plus de 1000 ans d'esclavagisme intra-européen : de l'Empire Romain à la Révolution féodale du XIesiècle

Aristote définit l'esclave comme un instrument pourvu de voix. Cet instrument était considéré comme une bête parmi les autres animaux domestiques. Pour l'historien français Pierre Bonnassie, il ne fait aucun doute que les esclaves des VIe-VIIIe s. sont à ranger parmi le cheptel. Les clauses des lois barbares relatives aux ventes et aux vols de bétail s'appliquent aussi, sans anbiguïté, aux esclaves. Dans les lois galloises esclaves et bovins y servent indifféremment d'unités de compte dans le versement d'indemnités pour meurtres et blessures :

art. 1. Si quelqu'un commet volontairement un homicide, qu'il donne en réparation trois esclaves femelles et trois esclaves mâles.

art. 7. Si quelqu'un blesse un homme au point de lui trancher une main ou un pied, qu'il donne en réparation une esclave femelle ou un esclave mâle. 

Mais aussi bien :

art. 35. Si quelqu'un frappe un homme au point de lui casser seulement un os, qu'il donne en réparation trois vaches.

Les châtiments. L'infra-humanité des esclaves apparaît clairement à travers les châtiments. Selon Pierre Bonnassie, le nombre de coups qu'est susceptible de recevoir un esclave est, au témoignage des lois barbares, effrayant : des dizaines, des centaines de coups, autant et souvent bien plus qu'un bœuf ou un chien. Des coups de quoi ? Ici encore, silence des historiens qui se passionnent pour les problèmes institutionnels les plus subtils, mais se désintéressent, semble-t-il, de la manière dont étaient battus leurs ancêtres. Des coups de fouet semblent, dans bien des cas, probables : ils sont coutumiers, en tout cas, dans l'Espagne wisigothique. Les maîtres burgondes préfèrent, eux, le bâton. 

La loi salique est la plus explicite : les esclaves sont liés, le dos nu, à un escabeau et frappés de verges dont la grosseur, normalement, est celle d'un petit doigt. Et qu'on ne pense pas que ces peines corporelles n'ont existé que dans l'esprit des juristes qui ont compilé les Codes germaniques : parlant des grands propriétaires hispaniques, le roi Ervige constate :

 soucieux de faire travailler leurs champs, ils rossent leurs multitudes d'esclaves 

L'église face à l'esclavage au haut moyen âge. Lettre aux Éphésiens dans un recueil de sermons du haut moyen âge :

Esclaves, obéissez à vos maîtres dans la droiture de votre cœur, non pas seulement quand ils ont l'œil sur vous, mais en faisant votre travail avec amour : car Dieu les a constitués pour qu'ils vous dominent, et vous pour que vous les serviez.

 Écoutons saint Augustin lui-même, dont l'argumentation sera, elle aussi, indéfiniment reproduite :

La cause première de l'esclavage est le péché qui a soumis l'homme au joug de l'homme et cela n'a pas été fait sans la volonté de Dieu qui ignore l'iniquité et a su répartir les peines comme salaire des coupables.

Isodore de Séville, Archévêque de séville :

A cause du péché du premier homme, la peine de la servitude a été infligée par Dieu au genre humain : à ceux auxquels ne convient pas la liberté il a miséricordieusement accordé la servitude. Et bien que le péché originel ait été effacé pour tous les fidèles par la grâce du baptême, néanmoins Dieu le juste a réparti entre les hommes des genres de vie différents, instituant les uns esclaves, les autres maîtres, de manière à ce que la propension des esclaves à faire le mal soit réfreinée par le pouvoir des maîtres.

Vers la Révolution féodale du XIe siècle. A l'arrière plan, le développement technologique continue d'accélérer sans cesse augmentant la richesse des esclaves qui arrivent ainsi à acheter leur liberté. Les affranchissements deviennent de plus en plus nombreux. A partir du XIe les paysans libres deviennent majoritaires. L'esclavagisme devient minoritaire et contesté par la majorité de la population.

Voyez le paradoxe, qui n'est qu'une apparence, lorsque les esclaves sont majoritaires dans la population active l'idéologie dominante (Eglise) est aussi esclavagiste et c'est lorsque les esclaves deviennent minoritaires que l'idéologie anti-esclavagiste (y compris au sein de l'Eglise) devient dominante. C'est qu'un nouveau mode de production (paysans libres alleux) est né, à côté du mode de production esclavagiste, s'est agrandi et est devenu majoritaire en contradiction avec un Etat fondé sur le mode de production esclavagiste devenu minoritaire dans la population.

Pierre Bonnassie :

L'adhésion aux croyances chrétiennes, longtemps formelle ou hésitante, s'est généralisée dans les populations rurales : elle porte en germe la naissance des premiers « mouvements religieux populaires », elle entraîne surtout l'unification spirituelle de la paysannerie dans toutes ses composantes. Les progrès techniques libérateurs de main-d'œuvre se diffusent rapidement. L'expansion de l'économie agraire, qui s'affirme de plus en plus clairement, nécessite une mobilité toujours plus grande des travailleurs ruraux, implique donc des affranchissements. Les structures étatiques s'effondrent à la suite des nouvelles invasions et avec elles tout l'appareil de répression qui leur était lié. Partout se développe par conséquent ce que Giovanni Tabacco a appelé pour l'Italie « un mouvement de libération spontané »

Partout, le régime esclavagiste agonise dans la deuxième moitié du Xe siècle, pour mourir au plus tard au début du XIe siècle. Dans cette perspective, le capitulaire d'Otton III qui, en 998, essaie pour la dernière fois de réfreiner l'appel de liberté des derniers esclaves, peut être considéré comme son acte de décès en Europe occidentale.

Le commerce esclavagiste des Noirs du XVIIe au XIXe siècle

L'esclavage des Noirs en Amérique du XVIIe au XIXe siècle s'explique par deux facteurs. A cette époque, le niveau technologique de l'Afrique était arriéré comparable à la Rome antique et par suite l'esclavagisme intra-africain était encore dominant et ne choque point la morale de la même manière qu'aujourd'hui être salarié est tout à fait normal et même très recherché pourtant ça reste une forme d'esclavage dégradé (on est obligé de vendre une partie de sa liberté pour vivre). Les rois et les seigneurs africains n'avaient pas de problème à vendre leurs captifs de guerre ou leurs esclaves d'élévage aux Blancs pourvu que ça leur rapporte de nouveaux produits de consommation rares ou inexistants en Afrique.

Par contre chez les Européens la situation est complètement différente. L'esclavage y a été aboli depuis la Révolution féodale du XIe siècle et est perçu par l'opinion publique comme contraire à la nature humaine.Les Noirs, du fait de leur retard technologique et par conséquent du mode de production esclavagiste dominant entre les Africains eux-même, étaient considérés comme des non-humains [cela rappelle l'esclavage des Blancs dans l'Antiquité et le Haut moyen âge]. Au niveau morale, l'acceptation populaire de l'esclavage des Noirs durant plus de trois siècles alors que cela est inconcevable chez les Blancs eux-mêmes s'explique par le choc entre deux civilisations isolées de niveau technologique, et par conséquent, économique très inégal. C'est la source historique du racisme actuel notamment dans les pays où vivent une importante minorité noire descendante d'esclaves : Etats-Unis, Brésil, Afrique du Nord, Moyen-Orient.

Vers l'inévitable société communiste au XXIe siècle

Pour les scientifiques qui font des recherches sur l'origine de l'humanité, tous les hommes forme une seule espèce Homo sapiens. Sur le plan sociologique, on peut voir cette unité malgré les inégalités technologiques entre les pays. Dans tous les pays, la société fonctionne d'après la lutte des superclasses et à l'intérieur de chaque superclasse se déroule une lutte de classes. C'est pourquoi bien que le communisme soit techniquement possible avec l'existence d'une population permanente de chômeurs, il est impossible socialement. C'est ce que Marx et Engels n'ont pas vu. Et c'est pour cela justement que l'URSS s'est effondrée en moins d'un siècle [à travers une crise de pénurie de consommation alors qu'elle était la première puissance technologique et militaire au monde devant les Etas-Unis].

Pour que le communisme soit socialement possible, le développement technologique doit atteindre un niveau tel que la majorité de la population active soit des chômeurs. C'est vers cela qu'on se dirige avec la baisse tendancielle du taux de croissance et la hausse du taux de chômage dans les pays dévéloppés parallèlement à l'augmentation du nombre de pays industrialisés au niveau planétaire. A terme au cours de ce siècle, on aura simultanement [à une ou deux décennies près] une majorité de chômeurs dans la population active de tous les pays. L'effondrement du capitalisme-salariat dans les pays industrialisés entraine un effondrement similaire dans les pays exportateurs de matières premières. Voilà le point de départ historique de la société communiste.

La société communiste est la réconnaissance de l'égalité sociale entre les individus. Plus les technologies avancent, plus elles entrent en contradiction les rapports sociaux du capitalisme-salariat fondés sur l'inégalité sociale source de chômage et de précarité. Le chômage agit aveuglement comme un rabot social sur les revenus. Un cadre supérieur, un cadre moyen et un ouvrier ont tous le même revenu après une longue période de chômage : les minimas sociaux. C'est la nécessité de l'égalité sociale qui agit ainsi de façon douloureuse parce que refoulée par la société. Pour reconnaitre l'égalité sociale entre les individus, il faut abolir la spécialisation du travail. Ce qui implique la mise en commun des biens de consommation et des biens de production. Une fois que l'égalité sociale devient une réalité, la base matérielle du racisme est détruite à jamais.

 

Référence : Pierre Bonnassie Survie et extinction du régime esclavagiste dans l'Occident du haut moyen âge(IVe-XIe siècle). 1985.

Documents joints à cet article

Une brève histoire de l'esclavage

Moyenne des avis sur cet article :  1.61/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Ausir 25 juillet 2020 10:32

    Le problème est que l’égalité sociale est une idéologie contre nature qui ne correspond pas à la réalité :

    dans la réalité les êtres humains , même si ils sont tous gaux en dignité, ont une variété de potentiels et de capacités , toutes différentes , et ne pas le reconnaitre sous prétexte d’égalité donc au fait de ramener tout le monde au même niveau , est un crime contre l’humanité .

    C’est pécher contre le réel et la nature humaine .C’est comme de décréter qu’il n’y a pas de diféfrence des sexes .

    Dans le réel , les êtres humains sont hiérarchisés , il y en a qui sont fait pour réfléchir et guider , d’autres pour exécuter ,d’autres pour peindre , d’autres pour écrire de la musique , penser que tout le monde est pareil est une négation de la réalité .. la spécialisation du travail est une réalité ontologique , inhérente à la nature humaine .


    • il faudrait il faudrait 25 juillet 2020 10:46

      et dans l’histoire, les « esclaves » ont souvent tenté de se révolter (G.J. aussi ?) et ont parfois réussi ...... pour un certain temps !


      • binary 25 juillet 2020 11:38

        Vous n avez même pas compris que l esclavage a été aboli en occident pour des raisons économiques avant tout.

        La seule égalité que vous pouvez trouver dans le communisme, c est : 0 = 0

        Quand tout le monde ne fait rien , personne n a rien.


        • Le Comtois 25 juillet 2020 18:50

          Comme d’habitude, pas un mot sur l’esclavage dans les sociétés Orientales qui a duré bien plus longtemps que le notre et ou peu d’hommes survivaient longtemps avec la castration systématique... Quand à votre société idéale et communiste, vous êtes un doux rêveur, je vois plus une société dictatoriale qui se met doucement en place ou l’homme sera un numéro et ou la caste dirigeante sera absolue et bien pire que du temps des rois ou empereurs car aidée par une technologie subversive et intrusive... Le meilleur des mondes .... Avec une bonne dos de 1984 ! Voila l’avenir


          • Jonas 26 juillet 2020 10:59

            @Le Comtois 

            Il existe bien une société , se disant communiste c’est la Corée du Nord, avec des ravages de famines tous les 5 ou 6 ans et un manque de liberté totale. 

            Dommage que ceux qui ont le communisme comme idéale , à l’exemple du philosophe et vieux stalinien Alain Badiou , n’aillent pas finir leurs jours dans ce paradis communiste.


          • caillou14 rita 26 juillet 2020 06:41

            Nous les femmes, sommes les esclaves des hommes depuis le début de l’humanité...Ont bossent ont triment ont torchent les gosses ont fait la cuisine et le ménage et faut être à leurs dispositions pour se faire sauter en plus avec le sourire ?

             smiley


            • Jonas 26 juillet 2020 11:09

              @rita
              Votre situation comme femme occidentale est certes difficile , mais en nette amélioration , par rapport à celle de vos arrières grands parents . Allez voir sur place celle de vos soeurs en pays d’islam , Inde et en Afrique. Elles seraient heureuses d’avoir le quart du quart de votre situation et de votre liberté.  . 


            • Ausir 26 juillet 2020 11:53

              @rita
              faux , qui vous oblige ? qui vous oblige à vous marier ?vous pouvez travaille et être indépendante , mais beaucoup trop croient encore au prince charmant et en l’amour , 


            • caillou14 rita 26 juillet 2020 14:32

              @Jonas...Aucun sens de l’humour sur ce site ?


            • Jonas 26 juillet 2020 14:57

              @rita
              Je serai bien étonné , que beaucoup de ceux , qui vous ont attribué des points aient bien compris , votre humour ravageur . Dommage qu’ils ne puissent pas ajouter un commentaire a leur approbation. 


            • Jonas 26 juillet 2020 08:45

              A l’auteur (1) 

              « Tous les peuples , sans exception , sont passés par l’esclavage de la même manière que chaque homme passe forcément par l’enfance avant de devenir adulte ». Tous les peuples sont passés par cette abomination , mais tous , hélas , ne veulent pas le reconnaître. Le seul esclavage dont on parle le plus est celui de l’occident , bien qu’il soit tardif, le moins long , et celui qui a été bien aboli avant les autres. Pourquoi ? 

              Le poète martiniquais , et philosophe de la complexité créole , Edouard Glissant , a co-signé La Déclaration de Tozeur avec deux historiens tunisiens , Salah Trabelsi et Abdelhamid Larguèche. Pour rappeler que les pays arabo-musulmans ont leur part d’ombre et d’horreur dans les traites négrières , avec 17 millions déportés. 

              << Du VIIème au XXème siècle , la « traite orientale » ( pays arabes) aurait déporté , au bout du compte,  17 millions d’esclaves Noirs. Est-ce le trafic en volume le plus important du commerce négrier ? La« traite Atlantique » ( Europe ) , celle qui concerne la déportation des Noirs en Amérique , la plus connue aussi par sa planification et sa logistique pré-industrielle , aura déporté 15 millions de personnes. Les traites internes a l’Afrique pré-coloniale quant à elles seraient responsables du déplacement forcé de 14 millions d’esclaves. 


              • Jonas 26 juillet 2020 09:06

                A l’auteur ( 2) 

                Déclaration de Tozeur , mai 2009.

                << Nous réunis sur le continent africain au colloque de Tozeur ( 1er et 3 mai 2009) autour d’un thème longuement mis à l’ombre dans l’histoire du monde arabe, l’esclavage des Noirs, dans un pays , la Tunisie , qui s’est préoccupé dès le milieu du XIXème siècle de la question pour aboutir à son abolition en 1846 et en résonance avec notre revendication persistance avant et depuis la déclaration de 1998 sur les non-dits de nos histoires et ratifiés par l’ONU , nous réclamons à notre tour : 

                 de condamner cet épisode dramatique de notre histoire , dont les plaies et blessures ne sont pas encore définitivement guéries , comme une ignominie de l’histoire.

                - que cette trace reconnue et acceptée , soit présente dans notre mémoire , dans nos livres d’histoire, portée a la conscience de notre jeunesse pour une meilleure pensée du monde.

                -que la construction de notre identité s’affirme en revenant aux sources de notre diversité inscrite dans les souffrances de l’homme noir d’où sont sortis arts, métissages et liberté.


                Edouard Glissant. Philosophe , poète et écrivain. La Martinique.

                Salah Trabelsi. Historien. France

                Abdelhamid Larguèche. Historien. Tunisie. 


                • Areole 26 juillet 2020 09:09

                  Les commentaires précédents résument assez bien le caractère spécieux de vos arguments voire de votre imposture. La notation 1,75 de votre article me semble déjà très élevé ; il faut dire que le 0 n’existe pas sur Agoravox, dommage...


                  • Jonas 26 juillet 2020 10:28

                    @Areole
                    Le site AgoraVox, n’est pas là pour pallier , votre ignorance et votre inculture. Pour vous enrichir , vous devriez maîtriser le sujet en commençant par lire. Je vous incite à lire le livre de l’anthropologue et spécialiste de l’islam Malek Chebel «  L’Esclavage en terre d’islam »( Ed. Fayard ,2007) , qui arrive aux chiffres de 17 millions. 
                    L’islam a été esclavagiste, plus longtemps que l’Occident , c’est une vérité historique mais un véritable déni dans le monde arabo-musulman. 

                    Concernant l’Andalousie «  On en parle peu , mais il s’agit d’une colonisation. Il faut avoir le courage de dire Nous avons colonisé et nous avons esclavagé les autres. Bien avant les Portugais, les Arabes étaient des esclavagistes . Il y a encore des non-dits ». L’écrivain Algérien Rachid Boudjedra. 


                  • Areole 26 juillet 2020 14:03

                    @Jonas

                    Merci de vous inquiéter de mon « ignorance » cependant êtes-vous sûr d’avoir bien lu et bien compris mon commentaire ?

                    Vous me prêtez des opinions diamétralement opposées à celles que j’exprime dans mon post. Ce n’est pas très grave. Je pense même que vos différents commentaires indiquent assez clairement que vous n’avez pas non plus compris les intentions de l’auteur de l’article. Ce n’est pas non plus très grave. Lire est une chose, comprendre ce que l’on lit une autre.


                  • Jonas 26 juillet 2020 14:45

                    @Areole

                    Imposteur : personne qui trompe par des mensonges.
                    Imposture : tromperie par un imposteur. 

                     A moins que vous ayez , une définition autre que je ne connais pas. 

                    J’ai bien compris l’auteur de l’article , puisque j’ai rapporté ses premières phrases.
                    Je souhaite en se référent a l’histoire , et en lisant beaucoup , que l’on cesse d’accuser l’occident et l’occident seul de l’esclavage , car l’islam a été esclavagiste autant que l’occident et même bien avant et plus longtemps.  

                    La culture du repentir qui s’est emparée de l’occident n’est pas universellement répandue , d’où d’un côté une société de repentance et de l’autre une société de braves innocents. 


                  • foufouille foufouille 26 juillet 2020 10:06

                    « le niveau technologique de l’Afrique était arriéré comparable à la Rome antique »

                    pas vraiment, niveau tribal pour la plupart sauf une très petite ville proche du village.

                    pas d’écrit, cannibalisme, etc.


                    • Ausir 26 juillet 2020 12:16

                       Pour reconnaitre l’égalité sociale entre les individus, il faut abolir la spécialisation du travail.


                      c’est comme donner la jouissance des entreprises à ceux qui travaillent dedans en tant qu’exécutant :

                      chaque fois que ca a était ce fut l’échec ,en France et ailleurs 

                      et renseignez vous sur le Zimbabwe l’Afrique du Sud ou certains fermiers blancs propères qui nourrisaient le pays ont été dépossédés de leur terre , qu’on a donné aux noirs pour l’exploiter :

                      l’idéologie qui sous tendait cette expropriation forcée ,était l’égalite , et la croyance qu’il suffit de procurer la jouissance de terre à ceux qui ne l’ont pas pour qu’ils puissent l’expoiter et prospérer de la même façon , 

                       :quelques années plus tard les fermes ont périclités , les noirs ont fait faillite , car la spécialisation du travail existe et tout le monde n’est pas fait ppour gérer ou cultiver , et maintenant le gouvernement devant le désastre parle de redonner la terre au blanc pour remonter l’économie :

                      c’est inscrit dans la nature les compétences de chacun , on ne peut pas décréter une inégalité de façon idélogique qui n’a pas de fondement dans le réel.

                      C’est partout pareil en Afrique , quand des projets des aides sont réalisées , quelques années plus tard la personne aidée a tout vendu et en est au même point .

                      https://www.contrepoints.org/2019/04/22/342204-expropriations-forcees-en-afrique-du-sud-un-air-de-zimbabwe


                      « Et pourtant, presque tous les fermiers blancs qui avaient fait du pays le grenier de l’Afrique australe furent chassés avec brutalité et Mugabe devint, dans toute l’Afrique, le héros « qui a osé chasser les Blancs ». N’ayant ni les compétences ni les capitaux pour gérer une agriculture moderne et nourrir 15 millions d’habitants, la faim a fait son apparition et l’économie s’est effondrée.  »https://www.observatoirepharos.com/pays/afrique-du-sud/quand-la-question-de-lexpropriation-des-fermiers-blancs-refait-surface-en-afrique-du-sud-fr/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

M’bafo Pian


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité