• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une Chine diabolique ?… Le prix à payer de l’ostracisme à la (...)

Une Chine diabolique ?… Le prix à payer de l’ostracisme à la française

Et puis, au-delà de l’Allemagne, voici venir la Chine… Mais c’est une tout autre paire de manches… et tout spécialement pour cette France qui n’aura eu de cesse de contester le pays d’un Mao Zedong qu’elle aura rangé, avec Joseph Staline, du côté des pires dictateurs que les humains auront eu à connaître, et ceci, au beau milieu de tous les millénaires possibles… ceux qui sont venus avant nous, comme ceux qui viendront après, s’il en est…

Dans ce contexte assez consternant où la moindre vérité historique aura perdu tous ses droits (pour se convaincre de ce qui est maintenant un fait avéré, on pourra se reporter à ce que j’ai écrit à propos de cette fieffée menteuse qu’aura été Hannah Arendt – pour le plus grand bonheur de tout ce que le sionisme peut avoir de pire), Alexandre Mirlicourtois va prendre une petite place dont il ne porte pas vraiment la responsabilité.

Il a un peu trop respiré quelque chose dont il a d’ailleurs donné la source, sans prendre la peine d’y regarder à deux fois, et dans un moment qui paraît avoir été de… panique. J’y reviendrai.

Mais, par ailleurs, comme nous le verrons également, il a fini par pressentir qu’on lui avait offert un système d’interprétation complètement erroné… dont il convenait de se dégager au plus vite, même si les outils d’analyse dont il dispose ne sont manifestement pas à la hauteur d’un problème qui se situe au plus haut de l’art des deux matérialismes : dialectique et historique.

Or, la Chine, c’est beaucoup de monde, comme dirait l’autre. C’est surtout un parti communiste d’environ 90 millions de membres… qui est tout simplement né de ce que Lénine a commencé à en faire à la fin du XIXème siècle et au début du XXème…

Gageons que l’Allemagne saura, pour sa part, se mettre à la hauteur d’un partenaire dont l’Histoire a fait une sorte d’égal dans ce fait que, si la Loi fondamentale qui détermine sa trajectoire d’aujourd’hui date de 1949, c’est également cette année-là que le parti communiste chinois a pris le pouvoir à Pékin… donnant à la Chine sa loi fondamentale qui n’est autre que le marxisme-léninisme qui se trouve n’être que du chinois pour la quasi-totalité de la population française…

N’empêche, si Alexandre Mirlicourtois n’a pas toujours le beau rôle dans ce qui suit, c’est tout de même lui qui aura lancé, dans sa vidéo du 19 janvier 2017, une sorte de cri d’alarme :
« Non la globalisation n’est pas morte : elle change de forme, et elle est certainement plus redoutable que la précédente. »

Parce qu’elle est armée d’une intelligence sans pareille, de ce fait qu’elle rassemble aujourd’hui 1,4 milliard d’humains autour d’une élite constamment renouvelée de plusieurs dizaines de millions de militants marxistes…

Les fruits commencent désormais à en paraître. Mais nous allons voir qu’il aura été longtemps difficile de les reconnaître pour ce qu’ils sont, et donc de ne pas les prendre pour ce qu’ils ne sont pas : ils ne s’enchaînent pas essentiellement sur la valeur d’échange – la seule que connaisse l’impérialisme capitaliste qui y voit de quoi massacrer les humains par dizaines de millions – mais sur la valeur d’usage… du travail souverain.

Ce qui est précisément la définition de la dictature du prolétariat.

Placé comme notre avant-garde, Alexandre Mirlicourtois va nous montrer qu’un réel courage l’anime. Et que c’est tout bonnement celui que Miguel de Cervantes Saavedra a su nous montrer dans la geste de son Don Quichotte… Mais, ici, les moulins chinois ne sont pas cette fiction qu’on aura soufflée à l’oreille de l’Alexandre en question…

En effet, ainsi que Jacques Lacan pourrait venir nous le dire à l’oreille : le mouvement qui leur donne cette extraordinaire dynamique, provient tout simplement d’articulations symboliques… dont l’histoire reste à faire…

Venons-y par un chemin qui va nous conduire aussitôt auprès d’un mastodonte qu’Alexandre Mirlicourtois ne paraît pas redouter plus qu’autre chose… La scène concerne la vidéo qu’il a publiée le 17 mai 2011, c’est-à-dire à l’époque où nous lui avons emboîté le pas pour écrire les premières lignes du présent ouvrage. Il s’agissait alors, pour lui, de décrypter les origines de la « Décélération de l’économie mondiale  »

Et aussitôt, le voici qui évoque le monstre…
« Tous les signaux convergent. Et tous indiquent un changement de cap de l’économie mondiale. Certes, la Chine a affiché un PIB en hausse de 9,7% au 1er trimestre. Mais il ne faut pas borner l’analyse à ce chiffre brut. Sa composition est bien plus éclairante. »

Que vient donc faire la Chine en semblable galère ?… Est-ce auprès d’elle qu’il faudrait venir se ressourcer en dernier ressort quand l’économie mondiale décélère ?… Et qu’est-ce donc que ce pourcentage plus ou moins ahurissant ?…

Sûr que sa «  composition » nous intéresse, mon gars !…

NB. Cet article est le cent-vingt-et-unième d'une série...
« L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale ? »
Pour revenir au document n° 1, cliquer ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • San Jose 25 juillet 13:24

    Le fait est que Mao est numériquement le premier tueur de l’Histoire, directement et en conséquence de ses divagations économiques. 

    La politique chinoise après lui est d’un absolu pragmatisme. Elle ignore la démocratie parce que pour son gouvernement d’ingénieurs, la démocratie freine l’expansion matérielle : pas de zadisme en Chine. 

    Pendant ce temps les démocraties ont de tels renoncements (la loi Avia est chez nous la dernière en date) qu’on peut se demander si la démocratie est pour les sociétés un aboutissement ou seulement un passage, éventuellement court-circuité, comme en Chine. 

    Si cette politique chinoise s’avère à terme la plus efficace (il n’est pas question de parler de la plus humaine), elle fera tache d’huile. Alors, on verra les amuseurs publics marxistes dire que l’atroce période (réellement) communiste de la Chine en aura été la cause bienheureuse !


    • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 25 juillet 13:36

      @San Jose
      Le fait est...
      Où est-il, ce fait ?... Pouvez-vous nous en fournir le premier indice, afin que nous puissions nous en faire tout de même une petite idée... précise.
      Divagations économiques de Mao... Où ça ?... En quoi consistaient-elles ?...
      Allez-y : c’est vraiment le moment, pour vous, d’en faire des tonnes... et en citant précisément Mao avec toutes les références nécessaires...
      La Chine compte sur vous.


    • San Jose 25 juillet 14:08

      @Michel J. Cuny
      .
      N’êtes-vous pas un tantinet exigeant ? déjà que grâce à moi la page des commentaires ne reste pas blanche, et que ce n’est pas la première fois...


    • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 25 juillet 14:37

      @San Jose
      Certes. Mais si je vous interroge sur ce que vous paraissez savoir à propos de la Chine et de Mao Zédong, c’est que je ne vois pas où sont les documents dont vous disposez sans doute, et sur lesquels je n’ai jamais pu mettre la main, documents qui pourraient m’engager à partager ce jugement de criminalisation que vous émettez avec une telle conviction.
      Peu à peu, j’atteins certaines archives qui me disent tout le contraire : et c’est déjà ce que j’avais pu expérimenter avec Lénine et Staline.
      En sens inverse, en travaillant, par exemple, sur la Correspondance de Voltaire, j’ai pu découvrir à quel point l’image donnée de lui par l’Université française et, à la suite, par l’ensemble de l’Education nationale masquait des activités criminelles d’une dimension quasiment effroyable (en liaison, par exemple, avec les frères Pâris, avec la marquise de Pompadour, etc.) : c’est toute l’histoire des guerres européennes de ce temps-là, de la traite des Noirs, etc.
      Si donc vous êtes quelqu’un de sérieux, c’est le moment de le montrer.
      Pour le reste, je peux très bien n’avoir jamais aucun commentaire de vous... ni de personne d’ailleurs... s’il ne s’agit pas de conserver un minimum de respect pour ce que permet Internet à ce que les êtres humains portent de meilleur...


    • Oceane 30 juillet 16:25

      @San Jose

      « Mao numériquement le premier tueur de l’histoire », après ceux qui ont tué à tous les coins de la terre et ceci pendant des siècles ? Pourquoi pas. Mais d’autres pensent le contraire.


    • microf 26 juillet 10:21

      La France se classe 6e parmis les Empires les plus diaboliques de l´histoire de

      l´humanité.

      https://youtu.be/hC_wgh2kK_U 

      10e. Japon

      9e. L´Espagne

      8e. Le Portugal

      7e. L´Empire Ottoman

      6e. LA FRANCE

      5e. L´Empire Mongol

      4e. L´Allemagne NAZI

      3e. La Belgique

      2e. L´Union Soviétique

      1er. L´Angleterre

      Dans ce palmarès, la Chine n´y figure pas.


      • Oceane 30 juillet 16:30

        @microf

        Ce classement est un gros mensonge en classant l’Allemagne en position 1. Il signifie encore une fois que les morts européens valent plus que les autres.


      • microf 31 juillet 16:29

        @Oceane

        Non l´Allemagne n´est pas classée en 1ere position, l´Allemagne est classée 4e.
        Bon supposons que ce classement est faux, á quelle position placeriez vous      l´Allemagne ?


      • CN46400 CN46400 26 juillet 11:07

        Ah la Chine et son « communisme » à tiroirs multiples. Mao n’était pas Staline, et Deng était plutôt le Lénine de la NEP. Mais la Chine est la Chine, avec une force de travail de plus d’un milliard de prolos besogneux et déterminés. Prévenez tous ceux qui veulent attaquer la Chine qu’il y a la bas de la place pour plusieurs « stalingrad », avertissement qui pourrait être utile à tout le monde....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès