• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une étonnante publicité de l’Église catholique pour tenter de vendre (...)

Une étonnante publicité de l’Église catholique pour tenter de vendre ce qui ne se vend pas

 Faut-il avoir perdu le nord pour tenter de vendre des réfrigérateurs à des esquimaux ! À moins qu’il suffise d’avoir la foi chevillée au corps, puisque, dit-on, elle déplace les montagnes. Le Service des vocations de l’Église catholique de France, en tout cas, ne recule pas devant l’impossible : essayer de vendre ce qui par nature ne se vend pas parce que ça n’a pas de prix et ne peut faire l’objet d’aucun commerce.

Un paradoxe pour capter l’attention
 
Capter l’attention dans un tel contexte relève de la gageure. Aucun des leurres habituels dont c’est la fonction, ne pouvait être ici retenu, ni leurre d’appel sexuel évidemment, ni leurre d’appel humanitaire, ni leurre d’appel autoritarien, ni leurre d’appel conformiste. Ne restait que le paradoxe dont la contradiction apparente pose une énigme susceptible de retenir l’attention. La présence d’un prêtre catholique sur une affiche publicitaire est, en effet, insolite.
 
1- Les métonymies d’un manifeste
On ne le reconnaît, en fait, qu’à une première métonymie  présentant la partie pour le tout : il porte le col romain de l’uniforme ecclésiastique. Sans doute faut-il voir dans cette discrétion l’effet d’une volonté de gommer toute différence ; c’est, en effet, ce qu’on lit dans la bulle : « Je suis un homme comme les autres  ».
La photo le confirme. Pris en buste dans une mise hors-contexte qui concentre le regard sur lui, par le flou de l’arrière plan partagé entre un mur clair et une grille ouverte sur de la verdure, le personnage fait gentiment face au lecteur. Sa posture est une seconde métonymie offrant seulement cette fois l’effet pour la cause  : en chemise, la veste retenue derrière l’épaule de deux doigts est à elle seule un manifeste qui répudie toute étiquette protocolaire attachée à l’image traditionnelle que l’on se fait de l’ecclésiastique. Est ainsi affichée une allure simple et décontractée, qu’adoptent tous les gens heureux qui respirent la santé, l’équilibre physique et moral. Son engagement ecclésiastique en est présenté forcément comme la cause.
 
2- Un leurre d’appel sexuel discret
Malgré le cheveu qu’on devine un peu gras, seule fausse note visant peut-être à masquer une démarche de séduction, ce visage ouvert, souriant et même avenant est celui d’un bel homme. S’il a été préféré à un être disgracié, est-ce un hasard ? Il rappellerait même dans l’allure, par intericonicité, « Léon Morin, prêtre », le héros du film de Melville (1961) incarné par Jean-Paul Belmondo qui séduisit autrefois une jeune femme de sa paroisse, jouée par la belle Emmanuelle Riva. Du coup, le leurre d’appel sexuel qu’on avait écarté d’entrée, ne s’invite-t-il pas discrètement ? Et qui sait si les femmes seront seules sensibles à son charme ? On sait que « le médium est le message  » et qu’on écoute volontiers aveuglément, quoi qu’il ou elle dise, celui ou celle dont on est sous le charme. 
 
3- L’image mise en abyme
Justement, ce personnage a plein de choses à dire : selon le procédé de l’image mise en abyme, il regarde donc fixement le lecteur pour l’inviter à l’ écouter dans un simulacre de relation interpersonnelle.
 
Un second paradoxe qui détourne l’attention
 
Mais l’information par l’image ne peut en dire davantage. Une bulle est donc nécessaire pour expliciter la pensée du personnage. La plage gauche de la vignette est pleine du flot de paroles qui jaillit de lui dans une sorte de bulle circonscrite par un aplat de couleur plus foncé pour faire ressortir par contraste les lettres blanches et jaunes.. C’est une profession de foi mêlant croyance à un dogme et confidence sur un choix de vie altruiste où se glisse par insinuation un leurre d’appel humanitaire  : « J’accompagne les personnes dans les grands événements de leur vie », déclare le personnage  : l’euphémisme « grands événements » permet de mélanger les heureux comme les tragiques.
 
1- Un leurre d’appel humanitaire d’autopromotion
Mais contrairement à sa fonction habituelle qui est de susciter un réflexe de compassion et d’assistance à personne en danger, le leurre d’appel humanitaire vise ici plutôt à autoproumouvoir le personnage en stimulant un réflexe de sympathie, voire d’admiration à son égard, puisque, selon une distribution manichéenne des rôles, il se place délibérément dans le camp du Bien comme bienfaiteur du genre humain. Une image avantageuse est ainsi donnée du « prêtre » qu’il déclare être, comme le souligne la police de caractère en jaune.
 
2- L’impossible stimulation du réflexe d’identification
Mais après avoir usé d’un premier  paradoxe pour capter l’attention, les auteurs de cette affiche ne se heurtent-ils pas à un second paradoxe qui la détourne ? Suffit-il de présenter un comédien en col romain tout sourire, décontracté et affichant des prétentions altruistes pour déclencher le réflexe d’identification attendu qui stimulerait une pulsion d’imitation, selon le schéma de la stratégie publicitaire habituelle ?
 
L’armée française recourt aussi à la publicité pour recruter des candidats. Dans la France rurale, au temps des colonies, ses affiches faisaient miroiter le leurre de l’exotisme aux enfants de paysans reclus dans leur bourg à l’horizon fermé. Aujourd’hui, outre le réflexe patriotique de servir la France, c’est un autre leurre d’exotisme qui est servi, celui d’une toute-puissance technologique futuriste du soldat au combat : celui-ci est exhibé en action bardé d’appareils sophistiqués qui visent à stimuler chez le lecteur un réflexe d’identification à une sorte d’élite.
 
3- La pression du groupe social disparue
Qu’est-ce que l’Église de France a à offrir de comparable ? Rien, pour la simple raison qu’un choix réfléchi de vie altruiste a beau être sans doute le propre d’une élite, elle ne dépend pas de la stimulation de réflexes que la publicité peut seulement opérer.
 
Qu’est-ce qui poussait dans la France rurale d’autrefois des adolescents à entrer massivement dans les ordres sinon principalement la pression du groupe social et le conditionnement social intense qui en résultait ? À l’époque médiévale, les monastères étaient des îlots de prospérité, à en juger par leur architecture qu’on admire aujourd’hui. Le petit paysan pouvait préférer y entrer avec l’assurance d’une vie meilleure que celle du manant, écrasé d’impôts, enseveli de son vivant dans la terre et la misère.
 
Au 20ème siècle encore, dans certaines régions de France comme la Bretagne, le clergé exerçait une autorité. La vie était rythmée par les cloches de l’église du village, les offices et les fêtes religieuses. L’enfant pouvait s’identifier à ces prêtres qui présidaient des cérémonies fastueuses, faisant en chaire la leçon aux foules, et devant qui chacun s’inclinait, sauf quelques laïcs, suppôts de Satan, regardés de travers. Du réflexe d’identification à la pulsion d’imitation en revêtant la panoplie sacerdotale, il n’y avait qu’un pas qui pouvait être franchi sous la pression sociale. : être prêtre conférait un statut d’autorité enviable.
 
4- La solidarité remplacée par l’humanitarisme promotionnel
 
Ce conditionnement intensif a aujourd’hui disparu. Un engagement altruiste dans une société où la solidarité suscite l’indifférence et est remplacée par l’humanitarisme promotionnel, relève d’une réflexion personnelle quasi déraisonnable. Les manifestations de prétendue solidarité visent autant l’assistance aux victimes que la promotion de leurs bienfaiteurs, heureux de briller sous les spots à la télévision. Ouvrir un ouvroir est devenu « un must » chez les stars, acteurs chanteurs ou footballeurs, ou pour les grandes entreprises dont les patrons sont cousus d’or. C’est une façon de masquer rapacité et frivolité.
 
En somme le Service des vocations de l’Église de France cumule deux handicaps : l’un est de tenter de vendre l’altruisme qui ne se vend pas ; l’autre est de faire de la publicité sans pouvoir user trop ouvertement de ses leurres sous peine de discréditer sa cause. C’est un premier reproche. Le second est tout de même de s’exposer à une publicité mensongère : rien n’est dit dans cette affiche des contraintes draconiennes qui attendent les candidats à la prêtrise pour la vie : l’obligation de pauvreté, de chasteté et d’obéissance absolue. « J’aime la vie  », prétend le personnage. Qu’en reste-t-il sous un tel joug ? Paul Villach 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

159 réactions à cet article    


  • Castor 30 avril 2010 10:27

    Pas de doute, c’est du Villach.

    Doit-on s’en réjouir ?

    • french_car 30 avril 2010 12:42

      De la pomme, y en a ! Et ptet ... un ptit peu de betterave !


    • Paul Villach Paul Villach 30 avril 2010 16:51

      @ French car
       

      Monsieur,

      Cela fait des mois que vous venez perdre votre temps à faire des remarques insipides et inutiles qui vous ridiculisent sur mes articles dont vous ne cessez pas de dire qu’ils ne vous intéressent pas.

      Dont acte !

      Passsez à autre chose !

      Voyez ailleurs sur AgoraVox ou d’autres sites. Vous allez sûrement trouver quelque chose qui vous intéresse.

      Merci de ne plus venir importuner ceux que mes articles intéressent ! 

      Dans la cas contraire vous afficherez une volonté délibérée de nuire.  Paul Villach


    • Paul Villach Paul Villach 30 avril 2010 16:52

      @ Castor
       

      Monsieur,

      Cela fait des mois que vous venez perdre votre temps à faire des remarques insipides et inutiles qui vous ridiculisent sur mes articles dont vous ne cessez pas de dire qu’ils ne vous intéressent pas.

      Dont acte !

      Passsez à autre chose !

      Voyez ailleurs sur AgoraVox ou d’autres sites. Vous allez sûrement trouver quelque chose qui vous intéresse.

      Merci de ne plus venir importuner ceux que mes articles intéressent ! 

      Dans la cas contraire vous afficherez une volonté délibérée de nuire.  Paul Villach


    • L'enfoiré L’enfoiré 30 avril 2010 20:22

      Paul,
       French Car n’est-il pas un copain à vous ?
       Il est français. Il a une voiture.
       Il roule à droite. Il roule parfois pour vous. Et vous avez un acte à lui donner.
       Vérifiez vos lunettes, elle doivent être mal réglées.  smiley


    • Castor 3 mai 2010 17:55

      Cher Paul,

      l’un de mes amis a coutume de dire qu’en toutes choses, l’on ne récolte jamais que ce que l’on mérite.

      J’imagine qu’il en va de même s’agissant de vos articles : les commentaires dont vous vous plaignez ne sont jamais que la réponse à la prose que vous soumettez quotidiennement à la critique, et leur caractère répétitif, voire moqueur, n’est que la résultante de la hauteur de vue, d’esprit, que vous prenez en toutes occasions.

      Cette attitude fait de vous un pédant désobligeant que chacun a envie de bousculer. S’il est un mérite que l’on doit vous accorder, c’est celui de vous attirer les inimitiés.
      Ce que j’ai en revanche plus de mal à percevoir, ce sont les raisons pour lesquelles vous devriez être le seul à pouvoir fustiger qui ne vous plaît pas parmi vos critiques.

      Sur ma présence sous des articles qui n’ont pas le bonheur de me plaire, je n’ai pas d’autre explication que celle qui découle de ce que je viens d’écrire.

      Je tiens cependant à vous dire que je n’ai lu nulle part dans la charte de cet auguste site où publient tant de journalistes si moyens, qu’il convenait de ne pas critiquer qui, par exemple, critiquait lui-même au travers d’un article.

      Avouez que ce serait d’un triste si vous ne pouviez répondre avec tant d’humour à vos détracteurs, démontrant ainsi que vous avez, en toutes occasions, raison par-delà la raison.

      Ce serait d’ailleurs un juste retour des chose car, je vous l’avoue à mon tour, il n’est rien de plus indispensable à une journée agréable que la lecture de vos articles et de vos doctes commentaires.

      Je conçois aisément qu’il puisse être difficile pour une personne telle que vous de trouver au milieu de vos indispensables interventions les aveux de notre incompréhension et nos tartines de franche rigolade à vos dépens.

      Mais si je pouvais me permettre une remarque, cher Paul, elle serait de vous dire que s’exposer à la critique est un exercice périlleux dans la mesure où l’on ne maîtrise pas son auditoire.

      On peut regretter (vous le regrettez d’ailleurs vous-même à longueur d’interventions) que la modération du site ne procède pas à quelques exécutions sommaires d’intervenants plus souvent, mais diable, nous ne sommes pas encore en Chine populaire, si ?

      Paul, ce n’est pas à vous que j’apprendrai que la critique est une école dont certains sortent plus brillants qu’ils n’y sont entrés, et qu’ils ne doivent cette amélioration de soi qu’à leur capacité d’écoute, de compréhension et de travail sur eux-mêmes.

      Plutôt que de renvoyer de la classe les quelques éléments perturbateurs, essayez de voir en quoi vous pourriez faire de votre enseignement un moment agréable pour tous, et non uniquement un moment de gloire pour vous : un trait d’humour n’a jamais tué que ceux qui avaient des prédispositions à l’hypertrophie de l’estime de soi.

      Paul Villach, vous êtes beau, votre culture est incommensurable et vos écrits laissent béat d’admiration quiconque les lit. Si vous manifestiez de temps en temps un peu d’humour et d’auto-dérision, vous seriez un Dieu.

      Pensez-y.

    • rocla (haddock) rocla (haddock) 30 avril 2010 10:35

      Des consonnes y a des voyelles .

      Dans cet article nous ne voyons pas de voyous .....


      • Pyrathome pyralene 30 avril 2010 12:09

        On voit bien que les cons sonnent.......


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 30 avril 2010 10:37

        Ouvrir un ouvroir est devenu « un must » chez les stars, acteurs chanteurs ou footballeurs, ou pour les grandes entreprises dont les patrons sont cousus d’or.

        J’ étais en train de penser la même chose , curieux , non ?


        • Pyrathome pyralene 30 avril 2010 10:37

          Chassez les marchands du temple , ils reviennent par la fenêtre.....


          • JL JL 30 avril 2010 10:47

            Cet article pose de bonnes questions. Mais s’attaque là à un gros sujet dont on ne peut évidemment faire le tour en si peu de lignes.

            tout d’abord je voudrais dire que, pour ma part, je crois que le personnage de l’affiche est un modèle, payé pour sa prestation.

            Ceci étant dit, l’église se conduit avec cette pub, comme n’importe quelle entreprise, et là ça renvoie à cette citation : « Sérieusement, vous croyez vraiment que Peugeot produit des voitures, Michelin des pneumatiques et Aventis des médicaments ? Bien sûr que non ! Ils produisent des profits. » (Jean-Pierre Berlan)



            Enfin, je pense que cette phrase mérite une attention particulière, je cite :
             
            « J’accompagne les personnes dans les grands événements de leur vie »,

            Car c’est là, en effet, le coeur de métier de l’église.




            • Traroth Traroth 30 avril 2010 10:59

              Uniquement les personnes qui le souhaitent. C’est donc loin d’être une généralité. Et le prêtre y tient toujours un rôle très secondaire, un peu à la manière d’une mouche du coche : le baptême ne fait que constater la naissance, l’enterrement ne fait que constater le décès, le mariage ne fait que constater l’amour (et le vrai mariage, civil). Il n’y a pas d’influence de l’action de l’église sur le cours des évènements.


            • Nestor 30 avril 2010 11:01

              Salut JL,

              "« J’accompagne les personnes dans les grands événements de leur vie »,

              Car c’est là, en effet, le coeur de métier de l’église."

              Oui, accompagner les gens dans les grands évènements de leur vie, chaumage, précarité, licenciement, expulsion, va en falloir des prêtres, on comprend que l’église veuille recruter en masse, le meilleur des moyens se n’est pas d’aider les gens, mais de combattre ce systême qui les opprimes eux et leurs enfants.

              Comme le dit Pyralene du font de son Rhône, faut détourner, faut virer les marchands du CAC 40 et toutes leurs affiliations, aller au taf les curtons, le but premier n’est pas de protéger les gens face à Satan, le but c’est de lui péter la gueule !    


            • Gasty Gasty 30 avril 2010 11:09

              Pour la photo, il aurait pu prendre Bibendum.


            • Rounga l’incontournable Roungalashinga 30 avril 2010 11:39

              aller au taf les curtons, le but premier n’est pas de protéger les gens face à Satan, le but c’est de lui péter la gueule ! 

              Très étrange commentaire...Vous souhaitez donc une ingérence de l’Eglise dans la politique ?


            • Nestor 30 avril 2010 11:57

              Salut l’incontournable,

              « Très étrange commentaire...Vous souhaitez donc une ingérence de l’Eglise dans la politique ? »

              Parce que tu crois que de dire aimez-vous les uns les autres et partage ton pain partage ton vin, puis de détourner le temple et d’arriver sur un âne au porte de Jérusalem n’as rien de politique ?

              Ce qu’a fait Jésus en arrivant avec son âne était une provoquation pour les instances Juives de l’époque, car il me semble qu’il était dit que le messie arriverait à Jérusalem sur le dos d’un âne !

              Jésus, c’est l’église qui en a fait un religieux, lui était un révolutionnaire près à mourir pour ses convictions comme un certain Che plus proche de nous, mais avec une optique similaire, je me battrais jusqu’à la mort pour défendre ce que je porte et veux amener !


            • Rounga l’incontournable Roungalashinga 30 avril 2010 12:53

              Non, simplement je m’étonnais de voir dans votre message comme un souhait que l’Eglise se mêle de politique. Comme cela hérisserait plus d’un laïcard, je vous demandais pour être sûr.

              Parce que tu crois que de dire aimez-vous les uns les autres et partage ton pain partage ton vin, puis de détourner le temple et d’arriver sur un âne au porte de Jérusalem n’as rien de politique ?

              C’est une question intéressante, mais selon moi il s’agit plus d’une mystique que d’une politique, au sens de Péguy. Une mystique qui peut aller « contre toutes les politiques en même temps. » Mais je ne crois pas qu’on puisse en bannir, s’agissant de Jésus, l’aspect spirituel.


            • Nestor 30 avril 2010 10:51

              Salut Paul,

              T’aurais préféré un gars qui arrive au porte de Paris habillé d’une toge blanche et assis sur un âne ?


              • Paul Villach Paul Villach 30 avril 2010 12:28

                @ Nestor

                Cela aurait une autre allure ! Paul Villach


              • Traroth Traroth 30 avril 2010 11:01

                L’église catholique comprend enfin que la religion est un marché comme les autres, et a pris énormément de retard : l’interdiction de la contraception, du mariage des prêtres et de l’ordination des femmes l’ont fortement desservi par rapport à la concurrence...


                • Fergus Fergus 30 avril 2010 11:27

                  Bonjour, Paul.

                  Bien qu’athée convaincu et portant un regard distancié sur les initiatives religieuses, je ne vois strictement rien à critiquer dans cette campagne de recrutement, ni sur la forme, plutôt discrète, ni sur le fond. La seule réserve pourrait éventuellement porter sur l’alignement de l’Eglise catholique sur les procédés marketing industriels et commerciaux, mais il est normal et inévitable qu’elle vive avec son temps.

                  Le principal étant qu’elle n’empiète pas sur mon champ de pensée, et cette campagne ne le fait pas plus qu’une campagne de recrutement de l’armée de terre !


                  • L'enfoiré L’enfoiré 30 avril 2010 12:25

                    Salut Fergus,

                     C’est encore une fois, le même topo. Ce n’est pas de l’amour, c’est de la rage.
                     
                     Des leurres aux appels sexuels discrets, en passant par les paradoxes, en trucidant les métonymies pour s’abimer avec des images stéréotypées.
                    Des paradoxes ? Cherchez bien, il y en a. Pas nécessairement où on vous les pointe.
                    PV veille, je l’ai dit hier. Il n’a pas de torts sinon ils le tueraient. Rien à dire, sinon qu’il dot stimuler l’attention pour s’identifier avec son ego. Avec ses pulsions d’imitation de plus en plus flagrantes.
                    N’ayez pas de solide hilarité, surtout. Donnez lui votre solidarité.
                    Il fait la promotion de l’humanitarisme.
                    Chantons en chœur : « Pas de larmes, citoyens, ne sortez pas vos copions. Mais, sourions, rions. Qu’un joug de désobéissance abreuve nos sillons. »
                    Ne vous cachez surtout pas sous la burqa, Donnez lui au besoin, votre soutane. Mais surtout faite la promo de Béa et de Poil Vache.
                     Ainsi vous serez synchro avec la base dans le politiquement correct.
                      smiley


                  • Paul Villach Paul Villach 30 avril 2010 12:30

                    @ Bonjour Fergus

                    Le problème est là : peut-on employer les méthodes de la vente à ce qui ne peut pas se vendre ? C’est l’objet de mon analyse. Paul Villach


                  • L'enfoiré L’enfoiré 30 avril 2010 12:49

                    PV,

                    "peut-on employer les méthodes de la vente à ce qui ne peut pas se vendre ? C’est l’objet de mon analyse"
                    C’est exactement ce que je pensais. Quand on n’a rien à vendre. Quanbd on n’a aucune méthode originale.
                    On n’analyse pas soi-même. On laisse les autres s’analyser eux-mêmes.
                     smiley


                  • Paul Villach Paul Villach 30 avril 2010 16:49

                    @ Monsieur l’Enfoiré, 


                    Monsieur,

                    Cela fait des mois que vous venez perdre votre temps à faire des remarques insipides et inutiles qui vous ridiculisent sur mes articles dont vous ne cessez pas de dire qu’ils ne vous intéressent pas.

                    Dont acte !

                    Passsez à autre chose !

                    Voyez ailleurs sur AgoraVox ou d’autres sites. Vous allez sûrement trouver quelque chose qui vous intéresse.

                    Merci de ne plus venir importuner ceux que mes articles intéressent !  

                    Dans la cas contraire vous afficherez une volonté délibérée de nuire.   Paul Villach



                  • bahhhh...hé hé Maestro, Môaa-je, IL peut zôssi avoir un message comme les zôtres ????

                    ben koi, Môaaa-je, IL est jaloux ! zé de la DIZCRIMINAZION à l’égard des zentités divinesques zé zoblimes commeuhhhh Son Ôguste Insanité !!!

                    alé, ze vé vous aider votre Majestuosité Splendidatoire zé Verboyante :


                    Môzzieur Bad

                    Zela fé des éons zé éternitudes ke vôtre Ogusterie zil vient ze faire zier zà révélachionner (zavec Verbeûhhnh zé FraKkka !!!) zous (pâ zur !) mes pédantesques zé onanitoires zarticulés dont votre Zinte Ogustesse ne cesse de dire ke zé de la Dôb shitatique zé blablatique.

                    Don zakt !

                    PâSSé zâ kelke zôse de moins ziant !

                    Il Maestro, dans sa miséricordiale compachion, vous pardonnerâ zi vous dégazé zinon ben ziva zenkor couiné zé gnagnagné zé le Bozz de ZagoraVoXxx : zé vous zalé vous fêrr virer ! vlan ! boom ! shakalalalaaaaaaaaaaaa...zé gagné !

                    zigné : Il Maestro du Verbêuhhh zé du Leurreûhhh...

                    zétibon zà non ?

                    bahhhhhh....vous avez raison autant vous laisser à votre zôto-Conne-templation !




                  • Fergus Fergus 30 avril 2010 17:43

                    @ Paul Villach.

                    J’ai bien compris le sens de l’article, mais encore une fois, cette campagne ne me choque pas car elle fait appel à la foi de chacun et au désir de servir une cause religieuse via la prêtrise.

                    Je la trouve même Infiniment moins choquante que les recrutements (les marchandages devrais-je dire) qui se faisaient naguère dans les familles aisées et les familles paysannes pour obtenir l’intégration d’un cadet au séminaire. Le libre arbitre est aujourd’hui nettement moins mis en cause par ce « marketing » qu’il l’était autrefois, l’argumentation des prêtres ou évêques recruteurs s’appuyant, le cas échéant, sur d’insidieux, pour ne pas dire odieux, chantages !


                  • L'enfoiré L’enfoiré 30 avril 2010 20:05

                    Monsieur Paul Villach,

                    « Cela fait des mois que vous »

                    Vous vieillissez plus vite que moi. Je vous rappelle le départ. Votre visite chez Fogiel et nos contacts et remarques auxquels vous n’avez pas eu la volonté voulue d’y faire la moindre attention, alors qu’elles étaient totalement désintéressées.

                    "... remarques insipides et inutiles qui vous ridiculisent sur mes articles dont vous ne cessez pas de dire qu’ils ne vous intéressent pas."

                    Croyez-vous vraiment qu’on vous lise ? Non, sans blague, il suffit d’un repérage et l’on retrouve le même canevas, le même moule ou la même moule à la daube belge (et j’en connais un bout dans le domaine ). Changez de registre, soyez original, changez de vocabulaire hautain, mettez-vous à la hauteur de vos lecteurs... Prenez le temps de faire autre chose que de regardez des images pour les analyser, regardez les hommes, trouvez leurs des vérités qu’ils n’ont pas encore compris, apportez aux jeunes un peu d’expérience pour une carrière qui je crois, a été bien remplie... Ca c’est intéressant. Vous verrez que je viendrai avec un autre oeil. 

                    Dont acte !

                    « Passez à autre chose ! »

                    Je vous ai dit que je suis un teigne. Vous n’allez plus monopolisé les écrans d’AV très longtemps, à moins que comme tout le monde le pense vous y ayez pris racine de manière officielle et sous contrat. Dans ce cas, j’ai demandé si dans votre état de retraité vous pouvez le faire en France.

                    « Voyez ailleurs sur AgoraVox ou d’autres sites. »

                    Vous l’avez fait, une fois, au moins. J’ai un « ex-ami » en commun (si vous ne vous souvenez pas, je peux vous rafraichir la mémoire). Ailleurs, je l’ai fait. Quand j’en aurai assez d’AV, je repartirai. Ce que vous ne pouvez pas faire. Vous n’avez pas l’once d’un blog à vous. On vous a proposez d’en construire un, je m’en souviens. Là, vous êtes maître à bord.

                    Non, vous êtes sur AV. C’est pour cela que vous considérez qu’AV est devenu votre blog. Ce qui est complètement faux. Un forum, c’est tout autre chose. Un endroit de discussion où on essaye de trouver des solutions ensemble et pas en se rejetant la faute par bloc d’amis et d’ennemis.

                    "Merci de ne plus venir importuner ceux que mes articles intéressent ! « 

                    Allez jeter un coup d’oeil sur les notes que vous avez à la suite de vos articles avant de dire des conneries. Oui, vous faites du buzz. J’en ai rien à foutre du buzz. C’est toute la différence. Sur mes articles, on discute. On ne s’accuse pas de voyou et on ne jette pas ses interlocuteurs dans le bac à sable.
                     
                      »Dans la cas contraire vous afficherez une volonté délibérée de nuire.« 

                    Nuire qui, vous ? Ne savez-vous pas que l’amour et la haine valent bien mieux que l’ignorance.
                    Un précis de psychologie devrait vous informer.
                    Si vous arrivez au point nul, chez moi, c’est que vous n’existez plus.

                    Chimène, que j’aime bien, disait »va je ne te hais point".
                    Prenez en de la graine. Elle n’est pas à moudre selon votre volonté.

                    Ai-je été plus clair ?
                    Sinon, je répépépète depuis le début.

                    A bon entendeur. smiley


                  • Jean-Louis Le Blais 30 avril 2010 11:48

                    « Faut-il avoir perdu le nord pour tenter de vendre des réfrigérateurs à des esquimaux ! »

                    Il me semble qu’on leur en vend, effectivement !

                    Et le pire : ils en achètent !


                    • djanel Le viking- djanel du viking-chaise 30 avril 2010 22:03

                      ils ont raison parce que la glace sur le groenland n’est pas constament à des températures inferieures à -18. Je me souviens d’une lecture où Paul Emile Victor devait manger de la graisse de phoque pour ne plus avoir froid. Il disait qu’elle était faisandée et dégagée une odeur de pourri nauséabond. Les esquimauds lui disaient qu’il fallait la manger dans cet état pour ne plus avoir froid et pourtant elle avait été conservée dans la glace. Paul Emile Victor disait que parfois au Pole Nord, il y fait chaud parce que la glace n’est qu’à -5 ce qui, pour eux, est une température estivale. Donc les congélateurs sont necessaires au groenland pour conserver de la nourriture par le froid. 

                      C’est marrant. L’idiot de service en ce moment n’est pas le vendeur ni l’acheteur de congélateur au Groenland mais celui qui s’en moque parce qu’il ne sait pas qu’en dessus d’une température de moins dix huit les microbes reprennent leurs activités.

                      ps ] quand on parle de température. On dit que moins -17 est une température plus élevé que -18 donc ont peut dire qu’en dessus d’une température de -18 etc....


                    • taco à neutrons 1er mai 2010 15:39

                      pourquoi me parlez vous de congélateurs ?????

                      Relisez ! On parle de réfrigérateurs !

                      (de plus, il est bien connu que ces gens, avant l’invention des congélateurs, mourrait par millions à cause des microbes !! smiley )


                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 30 avril 2010 11:48

                      C’ est curieux comme on voit beaucoup de curés dès que Satan l’ habite......


                      • L'enfoiré L’enfoiré 30 avril 2010 13:05

                        Salut Captain,
                         Vous êtes sûr de l’orthographe de tous les mots ?  smiley


                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 30 avril 2010 13:13

                        ben oui l’ enfoiré satan prend un d à la fin ..... smiley


                      • Furax Furax 30 avril 2010 13:49

                        « D’autres dont je fais partie , pensent que l’église , à côté des sacrements religieux , a toujours conforté les puissants et prêché la soumission du peuple à ceux-ci... »

                        Ouh là ! il faut revoir votre histoire du monde ! Si vous allez chanter ça dans les pays qui ont connu les plus grands, et les plus récents, massacres totalitaires, je ne suis pas sûr que ça fasse rire. Et ça fait quand même la moitié de la planète.


                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 30 avril 2010 12:11

                        Sinon Agoravox était un concept sympa , au début .


                        • rocla (haddock) rocla (haddock) 30 avril 2010 12:35

                          Un peu moins vers la fin , c ’est con la censure , non ?


                          • jules simon 30 avril 2010 12:35

                            L’analyse de la forme que nous livre ici PV est particulierement creuse et ne sert qu’a faire passer le message anticlerical de la conclusion.

                            Procédé classique chez l’auteur : il bricole a l’aide de sa boite a outils magique une pseudo analyse de la forme pour critiquer le message de fonds.


                            • Paul Villach Paul Villach 30 avril 2010 16:45

                              @ Simon


                              Monsieur,

                              Cela fait des mois que vous venez perdre votre temps à faire des remarques insipides et inutiles qui vous ridiculisent sur mes articles dont vous ne cessez pas de dire qu’ils ne vous intéressent pas.

                              Dont acte !

                              Passsez à autre chose !

                              Voyez ailleurs sur AgoraVox ou d’autres sites. Vous allez sûrement trouver quelque chose qui vous intéresse.

                              Merci de ne plus venir importuner ceux que mes articles intéressent !  

                              Dans la cas contraire vous afficherez une volonté délibérée de nuire.   Paul Villach


                            • Voris 30 avril 2010 16:54

                              « Voyez ailleurs » : Mots annonciateurs d’une suppression possible d’un autre compte ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès