• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une fabuleuse sculpture sur ivoire du III ème siècle (?) nous dit tout sur (...)

Une fabuleuse sculpture sur ivoire du III ème siècle (?) nous dit tout sur l’esplanade des mosquées des uns, mont du temple pour d’autres

Il est des oeuvres devant lesquelles on reste muet d'admiration tellement elles ont atteint le sommet de leur art. C'est le cas de cette sculpture sur ivoire, sculpture ignorée dont je ne sais plus dans quel musée elle se trouve mais dont j'ai conservé l'image. Constituée apparement de trois lames d'ivoire juxtaposées, le musée y voyait, dans le personnage central, saint Paul jeté en bas de son cheval en voyant le Christ apparaître dans le ciel. Bien sûr que ce n'est pas possible. Tous les artistes qui ont évoqué la scène l'ont située sur un chemin solitaire qui menait à Damas alors qu'ici nous avons la représentation "époustouflante" d'une véritable armée assiégeant une place forte redoutable. Génie de l'artiste, un maître de la perspective et de la composition ! Il ne manque que le bruit assourdissant de la bataille pour se sentir emporté dans le mouvement irrésistible qui nous fait monter à l'assaut.

Un jésus-Christ des évangiles qui apparaît dans les nuées ? Certainement pas ! Il ne peut s'agir que du Jésus, Christ, de l'épître de Jacques que celui-ci voyait dans le ciel, au début du Ier siècle, avant les évangiles, un Jésus, Christ, qui vient, messie juif, voire essénien. Il est celui qui fait le signe de reconnaissance dans un chapiteau de la cathédrale de Chalon.

Comment se fait-il qu'aucun expert n'ait vu que la ville assiégée était Jérusalem ? Il s'agit pourtant du siège le plus célèbre de l'Histoire : la prise de Jérusalem, en 70, par Titus. Voyez, au loin, en haut, à gauche, la muraille dont la hauteur nous est suggérée par la petite taille de la colonne de combattants qui la longe pour l'attaquer. Voici, dans leurs enceintes muréees, à gauche, la célèbre Sion du roi David ; voici, à droite, la très vieille Jérusalem des Jébusiens/Jebouséens.

Qui donc a pu sculpter de mêmoire un tel tableau, sinon un juif exilé de la diaspora qui en avait encore le souvenir avant que ce souvenir disparaisse ? Son nom est inscrit en bas, et à droite, Antonias, Venetis (?), un Vénète ? À moins, bien sûr, que le tableau soit une reproduction tardive d'un document d'époque, ce que je ne crois pas vu la trés grande ressemblance du visage de Titus avec les bustes qu'on lui connaît. J'aurais tendance à rattacher l'auteur à l'école de Chalon-sur-Saône dont j'ai évoqué, au III ème siècle, d'autres sculptures de cette qualité.

Voyons maintenant, en agrandi, la ville sainte telle qu'elle était avant sa destruction, témoignage non seulement rarissime mais unique. 

Alors qu'Abraham ne pouvait mettre sur les rangs que trois cent dix-huit soldats (Gn 14, 14), David était en mesure d'en aligner trente mille (2 Sam 6, 1). Le roi David, avec ses hommes, marcha sur Jérusalem contre les Jébouséens, habitants du pays. Ceux-ci dirent à David : « Tu n'entreras pas ici » (2 Sam 5, 6). Contrairement à ce que pensent les exégètes, le livre de Samuel ne nous dit pas que le roi s'empara de la Jérusalem des Jébouséens qui se trouvait sur l'Ophel, colline basse ; il nous dit seulement qu'il s'empara de la forteresse de Sion, laquelle devint la cité de David (2 Sam 5, 7). Ce mont Sion, c'est bien évidemment la colline haute, là où les historiens l'ont situé jusqu'au jour où les archéologues israéliens ont décidé, sur la foi d'interprétations archéologiques discutables, de l'installer sur l'Ophel, ce qui est miltairement absurde.

Trente mille hommes ? Il n'y a que la colline haute qui pouvait les acceuillir.
 
Salomon commença à bâtir la maison de Yahvé à Jérusalem, sur le mont Moriyya, où Yahvé était apparu à David, son père, à l'endroit que David avait fixé sur l'aire d' Ornân le Jébouséen (2 Chr 3, 1) ».

Mont Sion, la cité de David
 
Ce mont Moriyya où Yahvé est apparu à David, cela se comprend s'il s'agit de la colline haute, le mont Sion, laquelle dominait l'Ophel des Jébouséens. Cela ne se comprend pas s'il s'agit d'une position sous les murailles des Jébouséens, que ce soit au sud ou au nord de l'Ophel, positions impossibles à défendre alors que la ville jébouséenne était encore indépendante, fortifiée et interdite aux Hébreux. Certes, Flavius Josèphe semble bien avoir écrit qu'Hérode avait construit son temple sur les fondations du temple de Salomon, mais après plus de dix siècles de troubles et d'oublis, il est manifeste qu'il se trompe (Antiquités judaïques, livre XV, XI). Quand le prophète s'écrie : "Debout ! Montons à Sion, vers Yahvé notre Dieu !", c'est bien vers un temple de Salomon qui se trouvait sur la colline haute qu'il voulait diriger ses pas (Jérémie 31, 6). 

À gauche, la mosaïque de Madaba dans laquelle on veut voir Jérusalem. Il ne s'agit, bien évidemment, que de l'oppidum de Sion. Je l'ai élargi pour lui redonner la forme de l'ovale sacré. À droite, un plan ancien des quartiers ouest, notamment du quartier arménien actuel. On fait tout de suite le recoupement ; mais ce qui est le plus intéressant, c'est de faire un deuxième recoupement avec notre sculpture sur ivoire, ce qui nous permet de situer sur le terrain nos très célèbres édifices... détruits ?... ou toujours debout.

Le temple de Salomon, mais oui, il est là, parfaitement représenté, tel que la Bible hébraîque le décrit, avec sa nef classique et son porche élevé. L'artiste l'a décalé pour qu'on puisse en voir la façade, comme l'a fait, beaucoup plus tard, le sculpteur de la cathédrale de Laon.

Quant au temple d'Hérode, voyez mes anciens articles et ouvrages. J'ai déjà traité le sujet dans deux articles, l'un du 13 avril 2007 ; cela fait dix ans. https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/le-temple-de-salomon-22316, l'autre adressée à Mme la Ministre de la Culture, en 2014, sans succés, https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/temple-de-salomon-mme-la-ministre-148660

De même que pour l'erreur de localisation du site de Bibracte, je suis bien obligé de constater, dans l'indifférence des élus, le parti pris de ce ministère contre tout ce que j'écris, probablement parce que je n'ai de cesse de dénoncer ses erreurs scandaleuses concernant les origines de notre histoire.

N.B. En réalité, Titus n'a pas attaqué, côté sud mais côté nord.

E. Mourey, 2 septembre 2017


Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 4 septembre 2017 11:02

    Simplement merci. La vérité se justifie par les chemins qu’elle creuse pour ceux qui l’emprunteront.


    • njama njama 4 septembre 2017 13:23

      Bonjour Emile Mourey

      ah si votre article pouvait résoudre la folie de ces forcenés sionistes orthodoxes qui veulent renverser al Aqsa pour rebâtir le troisième Temple alors même que pas la moindre trace archéologique n’atteste qu’il se situa là un jour

      Je pense que l’actuel Mur de Lamentations est un mur de soutènement de l’esplanade sur laquelle fut édifié le Temple d’Hérode

      Pour la paix entre croyants leur troisième Temple pourrait très bien être édifié ailleurs, à proximité, ou à Hébron près du Tombeau des Patriarches, haut lieu symbolique, ... mais non, ces illuminés dans leur pharisaïsme historico-hystérique feraient bien sauter la mosquée

      conquête symbolique dont rien ne prédit qu’elle plairait à YHWH... et comme si la « possession » d’une colline pour y faire des prières pouvait résoudre quoique ce soit des malheurs du monde, alors qu’il y a matière à prédire que cela ne ferait qu’accroitre les tensions en Palestine.


      • Emile Mourey Emile Mourey 4 septembre 2017 16:03

        @njama

        Je pense que l’actuel Mur de Lamentations est un mur de soutènement de l’esplanade sur laquelle fut édifié le Temple d’Hérode

        Oui

        que cela ne ferait qu’accroitre les tensions en Palestine.

        Mais oui, c’est pour cela que je ne comprends pas le silence de la ministre de la Culture

      • njama njama 4 septembre 2017 13:26

        Il y a ici une paire d’illustrations très intéressantes du relief de Jérusalem, ce qui est déterminant d’un point de vue militaire

        Jérusalem, une ville de collines et de vallées

        http://www.interbible.org/interBible/decouverte/archeologie/2016/archeologi e_20160909.html


        • cathy cathy 4 septembre 2017 15:42

          Les troupes romaines de Titus ont totalement détruit le temple jusqu’aux fondations pour récupérer l’or, la muraille du temple, les maisons du temple et les murailles de la ville de Jérusalem. 

          Cette oeuvre vénitienne du 18e siècle est magnifique, mais totalement imagée.

          • Emile Mourey Emile Mourey 4 septembre 2017 16:27

            @Robert Lavigue

            Non ! 100% prise de Jérusalem par Titus. Avez-vous pris connaissance d’un de mes précédents articles qui concerne une autre sculpture et dont je vous ai indiqué le lien dont voici un extrait "Le style d’Antonio Leoni n’a rien de comparable. En revanche, notre original a probablement dû être en sa possession puisque lui ou un de ses élèves l’a copié. Le fait n’aurait rien d’étonnant sachant que cet artiste du XVI ème siècle était un grand collectionneur d’oeuvres d’art. Mais il s’ensuit que notre original ne peut pas être daté du XVII ème ou XVIII ème siècle, comme le dit le catalogue, puisque la copie date de l’atelier d’Antonio Leoni et que l’original ne peut être qu’antérieur. Or, avant le XVII ème siècle, on ne voit pas quel artiste du Moyen âge aurait pu en être l’auteur.
             
            Bref, il semble bien que cet Antonio Léoni était loin d’avoir le génie du véritable auteur. Et puis, cet Antonio Léoni, était-il originaire de Venise ? Seule cette inscription semble l’indiquer. Reste le problème de cette signature ? Un faux ? Ce n’est pas la première fois qu’un sculpteur s’approprie l’oeuvre d’un autre. Connaissez-vous d’autres sculptures attribuées à cet Antonio Leoni ? Merci à l’avance.

          • Emile Mourey Emile Mourey 4 septembre 2017 18:49

            @Robert Lavigue

            Merci de m’indiquer des liens.

          • Antenor Antenor 4 septembre 2017 19:12

            @ Emile

            En clair, cette sculpture suggèrerait la conversion de Titus au Christianisme (via Bérénice ?) pendant le siège de Jérusalem ? En tout cas, il ne s’agit pas d’un messie guerrier.

            Voyez Poussin représentant Titus sur un cheval blanc à l’image du « sauveur » de l’Apocalypse.

            Cette sculpture n’est pas forcément très ancienne. De tout temps intellectuels et artistes se sont posés des questions. Et cela a dû aller en augmentant à partir de l’invention de l’imprimerie qui a rendu la lecture de la Bible et des auteurs latins accessible à toutes les personnes lettrées.


            • Emile Mourey Emile Mourey 4 septembre 2017 20:08

              @Antenor, copie @Robert Lavigue (merci pour les liens)


              Vous dites : En clair, cette sculpture suggèrerait la conversion de Titus au Christianisme (via Bérénice ?) pendant le siège de Jérusalem ? En tout cas, il ne s’agit pas d’un messie guerrier.

              Oui, et puis, sauf erreur de ma part, je n’ai jamais vu un Jupiter descendant du ciel avec un cortège d’anges comme cela a été prophétisé pour Jésus-Christ.

              Il n’y a pas d’hésitation. Ou bien, l’auteur est bien Antonio Leoni mais il a recopié un ivoire du IIIème siècle, disparu, mais où est cet ivoire ?... de même qu’il a recopié la sculpture chalonnaise en ivoire de saint Maurice se brûlant la main droite, ou bien il s’agit de l’original du III ème siècle sur lequel il a mis sa signature, ce que je pense. 
              D’une part, je vois mal un document, papier ou autre, parvenir comme par miracle, du III ème siècle au XVII ème en état et sans qu’on se pose des questions sur la ville assiégée. D’autre part, je ne vois pas comment Antonio Léoni aurait pu représenter d’une façon aussi exacte la ville de Jérusalem alors que le souvenir s’était perdu et alors qu’il n’a pas été assez habile pour reproduire correctement l’ivoire chalonnais de saint Maurice. 
              Déjà que sa copie du tableau de Saint Maurice montre bien une qualité artistique inférieure à l’original du IIIème siècle, je ne vois pas d’autres oeuvres de cet auteur qui puissent égaler notre ivoire en question. De toute façon, que cela soit l’une ou l’autre hypothèse, cela ne change rien à mon raisonnement.



            • soi même 4 septembre 2017 23:53

              Emile Mourey , il ne faudrait pas nous induire en erreur et prendre une antiquaille de la renaissance pour une œuvre gréco-latine du III.
              Je sais vous avez un humour de carabin, c’est comique de roulée dans la farine les déculturées, mais il est aussi salutaire de dire hop là, car au final c’est toi que se retrouve ridicule quand ils réaliseront que c’est un pot aux roses de vos phantasmes.


              • Prophète Prophète 5 septembre 2017 02:09

                Bonjour,


                Je voudrais vous contredire.

                On vois une troupe serrée avec des longues piques, de la cavalerie légère, des boucliers ovales. Les casque qui sont indéniablement grecs. Des troupes macédoniennes ou diadoques...

                Je rejette donc l’hypothèse du siège de Jérusalem en 70, l’armée représenté n’est clairement pas une armée romaine du premier siècle.

                Désolé ;)

                ++

                • Electric Electric 5 septembre 2017 14:56

                  Bonjour Emile,

                  un certain nombre de vos articles posent des questions qui pourraient trouver une solution si on accepte que des siècles fantômes ont été ajoutés à la chronologie scaligérienne officielle.

                  Je rappelle qu’en terme de chronologie, on se base toujours sur les travaux de Scaliger et Petau, ce qui parait bien léger compte tenu des moyens dont ils disposaient à l’époque, nonobstant leur inféodation aux politiques et religieux.

                  L’histoire n’est qu’une longue série d’autodafés.

                  L’historien est depuis les origines sous la coupe des politiques ou religieux, ce n’est pas vous qui combattez la doxa officielle qui allez me contredire.

                  AMHA, si on revisite l’histoire, il faut aussi remettre en cause la chronologie.

                  Vous rejetez à priori tout travail « récentiste », qui pourtant pourrait éclairer certaines choses, comme les remparts de Gergovie, qui ressemblent bien plus à des constructions du XIVème (à la louche) que de l’époque « antique ».

                  Quelques exemples (fig 10 à 13) :

                  http://www.dillum.ch/html/1_matrix_of_ancient_history_pfister.christopher_2 016.htm

                  Les fresques de Pompéï ne sont clairement pas de 79, plutôt du début du XVIIème siècle, comme démontré dans cette vidéo prise in situ :

                  https://www.youtube.com/watch?v=JcO16D7ib1Q

                  Pompéï et Herculanum ont été rasées par l’éruption du Vésuve en 1631, et non en 79 !

                  Il y a même une plaque. Ce canal, compte tenu de sa morphologie, n’a pu être construit qu’avant l’éruption du Vésuve. Il date de 1600, une plaque officielle en atteste avec son architecte Domineco Fontana.

                  https://www.universalis.fr/encyclopedie/pompei/5-de-la-decouverte-de-pompei-a-sa-preservation/

                  Comment un tel canal a t-il pu être construit APRES l’éruption du Vésuve ?

                  Impossible !

                  Je sais, je sais, vous allez me renvoyer dans mes 22.

                  Vous savez, s’il y a 1000 ans de trop dans notre chronologie officielle, ce n’est pas un drame, mais une chance de remettre les choses à l’endroit.

                  Evidemment au Vatican ou chez les autres religieux, ça fait tousser.

                  Fort heureusement, nos chers jésuites viellent au grain !


                  • Emile Mourey Emile Mourey 5 septembre 2017 20:57

                    @Electric


                    Bonjour

                    J’ai refait l’histoire de mes sites au plus loin que j’ai pu, et, en ce qui me concerne, je ne trouve pas de trous. Je ne peux donc pas aller dans votre sens. De toutes façons, comme personne ne croit ce que j’écris...

                    E.M.

                  • kalachnikov kalachnikov 5 septembre 2017 22:38

                    @ Emile Mourey

                    Il est possible aussi que l’oeuvre ait un message caché, lisible seulement par les initiés. Que cela soit Saul ou Titus, la question de l’étrier est oiseuse puisque dans les deux cas cet étrier est anachronique. Idem concernant la présence d’une armée, incongruité s’il s’agit de Saul. Il ne faut peut-être pas avoir une interprétation matérialiste, historique, mais spiritualiste.

                    Cela justifie peut-être la présence de Jerusalem, qui n’est qu’un détail, l’oeil du profane étant capté par le centre. Ce profane regarde ensuite le reste de l’oeuvre avec un regard documentaire. Tandis que l’initié, lui...

                    Bref.


                  • kalachnikov kalachnikov 6 septembre 2017 13:50

                    Il y a sur la droite, parmi toute cette soldatesque, présence d’un couple qui s’enlace. C’est la seule femme de la scène d’ailleurs. Rapport avec Saul ? Avec un supposé siège de la Jerusalem physique par Titus ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès