• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une famille handicapée jetée à la rue à Dammarie les Lys !!!

Une famille handicapée jetée à la rue à Dammarie les Lys !!!

Une expulsion constitue toujours un drame humain et social insupportable.

L'expulsion qui a eu lieu ce matin 25 septembre à Dammarie les Lys s'est effectuée dans des conditions plus que scandaleuses.

Madame B est handicapée, son mari âgé de 70 ans a du mal à marcher suite à un accident et leur fille est une adulte handicapée.

Suite à une dette importante de loyer, cette famille a fait appel du jugement d'expulsion afin d'obtenir des délais.

Ce matin, alors que Monsieur et Madame revenaient d'une visite médicale, ils ont trouvé leur habitation envahie par des déménageurs, plusieurs policiers et un huissier.

Tous ces adultes en bonne santé pour expulser deux vieilles personnes handicapées, il ne fallait pas le faire, ils l'ont fait !

La demande formulées par la famille de récupérer leur linge de corps a essuyé un refus :

« C'est au fond du camion, donc c'est trop tard » !

Les bras nous en tombent …

La nourriture qu'ils avaient dans leur frigidaire a été jetée dans les poubelles.

Cette sauvagerie de la « loi » est inqualifiable.

Quand j'ai retrouvé ce couple qui m'a averti, c'était la désespérance.

Que vont-ils devenir ?

Aucun travailleur social n''était présent, ce qui est étonnant , non !

Notre association va les héberger pour ce soir car il n'est pas question que ces personnes fragilisées se retrouvent à la rue mais :

IL FAUT QU'ELLES SOIENT PRISES EN CHARGE PAR LE 115 AVEC UN SUIVI ASSURE PAR UNE ASSISTANTE SOCIALE !

Ils se sont réfugiés durant l'après-midi chez une voisine complaisante, ce qui m'a permis d'entreprendre des démarches : un courriel à Madame la Préfète, de nombreux coups de téléphone et la recherche d'un hôtel, trouvé à 16H45.

A 17H15 les parents attendaient leur fille en demi-pension dans un Institut Médico-Educatif.

C'est un mini bus qui la ramène chez elle chaque soir.

A 17H30, le bus n'est toujours pas là ;

Présent sur place, je les rassure tout en m'inquiétant dans mon for intérieur.

A 18H15, après quelques coups de téléphone, le directeur du centre nous apprend que la tutrice lui aurait demandé de garder la jeune femme pour qu'elle passe la nuit à l'IME.

Dans quel monde vivons-nous ?

Pourquoi les "autorités" n'ont-elles pas prévenu les parents, rongés d'inquiétude ?

De quel droit ont-ils pu prendre une telle décision ?

Si je n'avais pas été là avec deux voisines pour rassurer les parents et pour calmer leurs angoisses, que seraient-ils devenus ?

Je suis en colère, très en colère et je n'en resterai pas là.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 26 septembre 12:12

    Faut bien loger les migrants, non ?


    • Ben Schott 26 septembre 12:19

      @troletbuse

       
      Et puis les places de parking handicapés, ça sert à quoi ?...  smiley
       


    • troletbuse troletbuse 26 septembre 12:30

      @Ben Schott
      Et comme ils étaient handicapés, ils ne pouvaient le faire seuls. Horrible, non smiley


    • Christ Roi Christ Roi 26 septembre 15:00

      Cet article est très crédible. Comme tous les associatifs subventionnés, l’auteur commence à mentir pour obtenir de l’argent sur le dos des gens qui en ont vraiment besoin. C’est laid.


    • Désintox JPB73 30 septembre 13:49
      @troletbuse

      Rendre continuellement les migrants responsables de tous les maux, c’est insupportable.

    • hunter hunter 26 septembre 12:35
      Et les aides au logement, ces gens n’y ont pas droit ?

      Ah oui, comme le dit troletbuse, c’est avant tout pour les « réfugiés », ces pauvre syriens venus du Soudan, du Mali.....bref de tout le sub-sahara !

      Je présume que ces gens expulsés, doivent être un peu trop « du cru » non, parce qu’en général, on n’expulse pas des allogènes, en effet, c’est « raciste » !

      Il manque des infos à votre papier : quel est le montant de l’arriéré des loyers ? Qui est le proprio, office HLM ou bien du privé ?

      Si le proprio est privé et blanc, essayez une manif’ pour faire pleurer dans les chaumières, et invoquer la discrimination !

      Si le proprio n’est pas du cru, ça ne marchera pas !

      Dammarie les lys, c’est encore une de ces banlieues ghetto enrichies par la diversité non ?

      Un conseil : qu’ils se griment légèrement, prennent un accent quand ils s’expriment (du genre « ci li siounistes »), que madame porte un voile islamique, et les choses vont s’arranger très vite !

      Un p’tit coup de fil à FR3, et des non-chômeurs viendront pleurnicher et s’indigner.....attention s’ils sont trop « blancos » comme disait Manolo de Barcelona, ils ne se déplacent pas les journa...... !

      Pauvre pays ! la fin est vraiment proche !

      Adishatz

      H/

      • Désintox JPB73 30 septembre 13:50
        @hunter

        ENCORE !!!

      • Surya Surya 26 septembre 12:40

        Ils se sont dépêchés de les expulser avant que ne commence la trève hivernale... 


        Je comprends très bien qu’un propriétaire qui a peut être lui aussi des charges importantes à payer puisse avoir besoin qu’on lui paye son loyer régulièrement, et qu’il ne peut en aucun cas accorder un logement gratuit à des personnes qui ne le payent plus, et que la conséquence soit qu’on demande aux gens de partir, ça je peux le comprendre. Il faut aussi penser à eux.

        Mais ce que je ne peux pas comprendre, c’est qu’on foute les gens dehors, à la rue, sans se soucier de leur situation sociale, surtout s’ils ont fait appel de la décision d’expulsion parce qu’ils sont dans une situation financière difficile. 
        Qu’on foute à la porte un mauvais coucheur qui ne paye plus son loyer pour x raisons, mais a les moyens (voir par exemple sa feuille d’impôts, pourquoi les tribunaux ne font-ils pas plus de cas par cas au lieu d’appliquer la loi sans se soucier des situations individuelles ??) qui a les moyens, donc, de relouer ailleurs, ok, mais là ce n’est pas le cas. 

        Ces gens sont dans une situation d’urgence, ils ont fait appel d’une décision, et ils sont jetés dehors, à la rue, à deux mois du début de l’hiver, sans rien !! Qu’on ne vienne pas essayer de me faire croire qu’avec leur situation, l’état ne pouvait leur trouver une solution de relogement avant que le drame ne se produise et que ces gens soient traumatisés à vie par ce qui leur est arrivé. Faudrait peut être penser aussi au traumatisme, ce n’est pas juste un problème administratif ou financier.

        La loi, c’est une chose, mais être humain et aider des gens en situation d’urgence, c’en est visiblement une autre...

        • oncle archibald 26 septembre 13:03

          @Surya : je ne connais pas les tenants et les aboutissants de cette histoire, mais ce qui me parait certain c’est qu’avant d’en arriver à l’expulsion ils ont eu « les sommations d’usage », des propositions pour éponger leurs retards de loyers en les étalant dans le temps, etc etc ....

          Contrairement à ce que veut nous faire avaler Chalot on ne vit pas chez les sauvages et si on en arrive à l’expulsion c’est que tout le reste a été tenté en vain .... Il faut aussi accepter de s’occuper de ses problèmes avant que cela devienne trop tard.

          Entasser les lettres recommandées sur une table sans les ouvrir n’a jamais permis d’arranger les choses.


        • foufouille foufouille 26 septembre 14:21

          @oncle archibald

          une expulsion est normal sauf que une personne de 70 ans plus une autre sous tutelle, c’est très bizarre.
          jeter la bouffe dans la poubelle et refuser de rendre le linge est aussi interdit.


        • ZenZoe ZenZoe 26 septembre 14:34
          On ne peut pas expulser une personne de + de 70 ans, - sauf justement en cas de loyers impayés !




        • kirios 27 septembre 08:09

          @ZenZoe

          l’expulser d’un logement privé , oui !
          ...mais parallèlement les juges qui ont condamné auraient dû prendre des dispositions pour que cette famille ne soit pas à la rue .
          le véritable responsable est l’état qui permet ce genre de situation en transformant ses victimes en coupables .

        • lala rhetorique lala rhetorique 26 septembre 13:13

          Je suis plus qu’étonnée, s’il s’agit d’un logement du parc privé, on ne peut pas jeter à la rue des personnes handicapées ni âgées de 70 et plus même en bonne santé, sauf si les locataires ont des revenus supérieurs à leur bailleur. S’il y a des enfants, le bailleur doit attendre qu’on trouve à ses locataires un logement social. Le bailleur a peut être décidé de rompre le bail (dans le logement vide c’est un huissier de justice qui délivre le congé six mois avant la fin du bail) pour vendre, ou pour y habiter. Dans ce cas, si le locataire n’achète pas (il est prioritaire pour acheter) et ne part pas, il y a une procédure, mais il n’en reste pas moins qu’on ne peut pas mettre dehors ces personnes, pour les raisons évoquées plus haut. Ceci entraîne d’ailleurs l’effet suivant : un bailleur ne louera pas à un handicapé, ni à une personne âgée de 70 ans (pour cette dernière, possible si le candidat de 70 ans a des garants plus jeunes que lui et à condition de ne pas tomber sur un bien avec une garantie loyers impayés puisque mme duflot a interdit dans ce cas, les garants....).


          • ZenZoe ZenZoe 26 septembre 14:46

            @lala rhetorique

            Une personne âgée de 70 ans n’est pas expulsable - sauf si elle ne paye pas son loyer justement.
            "Dès qu’une obligation du contrat de location n’est pas respectée, tout locataire de mauvaise foi, quelle que soit sa situation sociale ou familiale, peut être expulsé. (site de l’ADIL)

            Ceci dit, comme oncle archibald plus haut, je suis étonnée par l’histoire de Chalot, car une procédure d’expulsion dure au minimum 2 ans, plus souvent 5 ans, et que durant ce temps-là, et surtout avec toutes les aides et les organismes dédiés (CAF, CCAS, permanences en mairies, associations religieuses ou pas, etc...), on a largement le temps de trouver une solution - sauf si on met sa tête dans le sable.

          • lala rhetorique lala rhetorique 26 septembre 13:17

            Donc pour ceux qui aident cette famille, il faut reprendre tout du début, le bail est-il bien au nom des personnes qui occupent l’appartement ? S’agit-il d’une location ou d’une sous-location ? Et si vous pouvez réunir les documents, prenez rendez-vous à l’ADIL/ANIL de la ville concernée ; c’est une association qui existe depuis très longtemps et qui peut, gratuitement, débrouiller le dossier pour voi où il y a une faille. L’ADIL a une représentation dans toutes les mairies sur le territoire national. Et je réitère, c’est gratuit.


            • CHALOT CHALOT 26 septembre 13:41

              Les dettes étaient importantes, le bailleur est privé.

              Ce qui est inacceptable ce sont les conditions de l’expulsion :
              - personne et même pas l’assistante sociale qui les accompagnait n’a été au courant du date de l’expulsion
              - ils n’ont pas pu prendre leurs affaires de grandes nécessités
              - personne n’a été là pour leur proposer un hébergement
              - ils n’ont pas été prévenus que leur fille ne leur serait pas rendue....

              • Decouz 26 septembre 14:41

                @CHALOT
                Dans ce cas un recours en justice est-il possible ?


              • lala rhetorique lala rhetorique 26 septembre 16:00

                @CHALOT Avons eu le cas d’une femme seule avec un fils malade (crise d’épilepsie) et elle sous chimio pour son 3e cancer, n’ayant droit à rien, et l’assistante sociale s’en foutait royalement ; nous sommes allés avec cette femme pour la rencontrer, je vous dis pas la difficulté à avoir un rendez-vous. Avons téléphoné aux associations, la réponse a été identique partout  : on a déjà trop à faire, on ne peut pas s’occuper d’elle.... Avons donc réussi à convaincre le bailleur de se contenter pour l’instant de 50 euros/mois au lieu de 600 et il a accepté. Pourtant sommes une agence, et on s’aperçoit au travers de ce genre de cas, que les services sociaux ne répondent pas présent ; or en principe ce sont eux qui doivent débrouiller le dossier et le défendre.


              • kirios 27 septembre 08:15

                @lala rhetorique

                en cas de manquement des services sociaux, normalement ce devrait être le préfet qui doit intervenir.... 


              • Le Panda Le Panda 26 septembre 13:50

                @CHALOT

                Bonjour

                Ton article démontre bien des faits, mais l’essentiel reste de savoir si ces gens peuvent encore voter, oui on peut-être en colère vis à vis de tels faits. Nous sommes dans un terre France d’handicapés et face à cette honte certains s’étonnent que certaines violences puissent naitre. L’ADIL suggérée dans le commentaire de 13h17 reste une porte à ne pas négliger. Face à de telles actions l’humain perd toute dignité. 


                • Aristide Aristide 26 septembre 14:31

                  Suite à une dette importante de loyer, cette famille a fait appel du jugement d’expulsion afin d’obtenir des délais.


                  Il y a au moins une personne qui était au courant de la date, ces personnes sont conseillées, elle fonts appel d’un jugement.Il me semble donc qu’il y a un défaut complet de cette personne, le premier conseil à donner est de se préoccuper de l’immédiat, de l’expulsion, quand on est chargé du conseil. 

                  Après, devant l’urgence, les services sociaux auraient du être avertis, ce que visiblement la personne conseillère n’a pas fait. Mais qui est donc cette personne ?

                  • ZenZoe ZenZoe 26 septembre 15:01

                    @Aristide

                    Si ces personnes ont bénéficié de l’aide juridique gratuite, elles sont probablement tombées sur un avocat en mal de clients ou débutant. Je connais plusieurs exemples autour de moi où ces avocats n’ont juste pas fait le travail (pas transmis une papier important, pas été à une convocation au tribunal etc. Et après, c’est galère pour rattraper le coup. Quant à porter plainte contre eux, autant rêver. Ceux qui font appel à eux ne connaissent pas la loi d’ailleurs.

                    Si c’était une assistance sociale, on tombe aussi sur des incompétentes ou jemenfoutistes, là encore, je connais des exemples.

                    Ceci dit, Chalot nous dit que la dette était importante, et on comprend donc que les locataires n’ont rien tenté dès que les difficultés sont arrivées. Et là, tout fait boule de neige.

                    Un coup dur peut arriver à tout le monde, et je peux avoir de la sympathie pour les locataires en difficulté - sauf ceux qui atendent de voir, en espérant sans doute être tirés d’affaire par d’autres.

                    Quand on ne paye pas son loyer, on s’achemine en général vers des emmerdes. Il faut le dire et le redire. A un moment, il faut assumer.



                  • kirios 27 septembre 08:25

                    @ZenZoe

                    en principe vous avez raison !
                    mais dans les faits, connaissez vous cette famille ? est ce que ses choix n’étaient pas guidé par l’urgence ? était elle en capacité de s’adresser aux services sociaux ?
                    l’autorité était certainement informé de cette situation qu’a t elle fait ?

                  • lala rhetorique lala rhetorique 26 septembre 16:09

                    Je me permets un conseil, si problèmes pour payer son loyer, il faut prévenir le bailleur ou son mandataire, mais surtout ne pas cesser de payer. Il faut éviter qu’une procédure soit lancée. En parallèle, voir les aides et recours possibles ; par l’ADIL, vous aurez le nom d’un médiateur, ça permet de gagner du temps. Si cependant vous vous retrouvez en procédure, regardez si votre assurance habitation ou autre, ne prévoit pas la mise à disposition gratuite d’un avocat. Si vous trouvez votre loyer trop élevé par rapport aux loyers du voisinage, écrivez et demandez une révision à la baisse, le tout dans des termes corrects et pas agressifs. Ne perdez pas de vue que tous les bailleurs ne sont pas des riches, j’en ai une grande quantité qui sont modestes et ont acheté il y a longtemps pour se faire un complément de retraite. La relation bailleur/locataire doit être sereine, le bailleur met à disposition une habitation contre le paiement d’un loyer. Le locataire fait son habitation principale et adresse fiscale de son logement. Il est chez lui mais en contrepartie, il doit s’acquitter de son loyer.


                    • bob14 26 septembre 17:04

                      Bizarre..y a pas de place chez vous ou dans les locaux du PCF ?


                      • zygzornifle zygzornifle 26 septembre 18:57

                        @bob14


                        Faut qu’il passent par la case Aquarius et qu’ils débarquent avec les migrants en se faisant passer pour des syriens ou autres , bien entendu faut qu’ils balancent leurs papiers , ensuite ils seront pris en charge pas les assoces qui leur trouveront un toit et a manger et ils seront certainement mieux soignés que maintenant ....

                      • hunter hunter 26 septembre 19:05

                        @zygzornifle


                        Et ils auront de beaux iphones dernier cri tout neufs !

                         smiley

                        Adishatz

                        H/

                      • CHALOT CHALOT 26 septembre 18:29

                        Rien n’a répondre.

                        Je ne suis pas au PCF
                        Pour l’instant j’ai payé de ma poche deux nuits à cette famille et ce n’est pas la première fois.

                        • Spartacus Spartacus 27 septembre 12:05

                          @CHALOT


                          Félicitation !.
                          C’est ça la solidarité et la vraie fraternité. 
                          C’est même mieux car c’est « son argent ». Tout le monde ne le fait pas.
                          C’est très bien de s’occuper des gens altruistement de cette manière. 
                          Il faut vous encourager et féliciter quand c’est vu sous cet angle.
                          Espérons que ces personnes retrouvent dignité et vie meilleure.

                          Hautement plus honorable que promouvoir du prosélytisme politique dans un cadre associatif.
                          Qu’il faut dénoncer et ne pas encourager


                        • Il n’y a pas de relogement possible en HLM ??? Il est vrai que les cités du coin sont squattés par d’autres « cas sociaux » qui ne respectent pas les personnes fragiles et handicapées...


                          • mmbbb 26 septembre 18:41

                            @France Républicaine et Souverainiste c ’est un non dit évidemment . Il n est pas bon d assener la vérité dans ce pays Seul la périphrase est désormais acceptée


                          • hunter hunter 26 septembre 19:09

                            @France Républicaine et Souverainiste


                            Oui mais bon, ils représentent quand même un enrichissement culturel, et puis ils connaissent Victor Hugo par cœur (en farsi), et combien de futurs Montaigne dans le lot... ?

                            Non, vous ne pouvez pas comparer un pauvre d’origine locale ( con, raciste, facho, réac....) avec un « Autre », si riche, si pittoresque, avec sa « culture » multi-millénaire, et sa religion de « paix et d’amour » ....

                             smiley

                            < mode ironie OFF >

                            H/

                          • Désintox JPB73 30 septembre 13:54
                            @France Républicaine et Souverainiste

                            La France est « souveraine » et pas « souverainiste ».

                            Il existe des cours de français langue étrangère.

                          • zygzornifle zygzornifle 26 septembre 18:54

                            Pas grave car on accueille des migrants a tour de bras et eux ne sont pas handicapés mais jeunes et en pleine forme ....


                            • xiyih@bit-degree.com 26 septembre 19:43
                              Bravo Chalot vous avez un grand coeur, vu leurs ages ses humains ne peuvent se battre reellement, les expulser revient a les tuer,
                              Comrpends pas que en france vu tout ce que l4 on fait pour la maffia (politique) et immigration illegale necessiteuse (hommes de 20 ans en general) on ne fasse rien pour les tribus autochtones bien que marginales ils restent neammoins des humains non ?


                              • nono le simplet nono le simplet 27 septembre 03:43
                                salut Chalot,
                                entre l’histoire que tu racontes et les commentaires puants c’est à désespérer de la nature humaine ...

                                • zygzornifle zygzornifle 27 septembre 07:45

                                  Macron va leur conseiller de traverser la rue pour trouver un hébergement ....


                                  • Albert123 27 septembre 11:13

                                    « Tous ces adultes en bonne santé pour expulser deux vieilles personnes handicapées » 


                                    Pourquoi vous auriez préféré que cela soit réalisé par des handicapés pour atténuer « la violence de la situation » ?

                                    « il ne fallait pas le faire, ils l’ont fait ! »

                                    Ils sont payés et mandatés pour, et puis eux aussi ont un logement à payer et une famille à nourrir.

                                    Comme d’habitude :

                                    Votre article tombe dans l’utra-émotionnel tout en évitant de donner l’ensemble des détails de la situation afin de ne pas donner à tout un chacun les moyens de se positionner autrement que d’un point de vu émotionnel.

                                    Vous jouez sur la corde sensible, en faites des tonnes dans le pathos et le champ lexical larmoyant, pour au final nous obliger à se positionner sur votre ligne et ce bien sur sans avoir accès au tableau complet,

                                    Vous faites appel abusivement à notre humanisme, c’est aussi malhonnête que contre productif, un truc d’idéologue et de manipulateur en fait.

                                    Un loyer ça se paye, c’est donnant donnant, et le contribuable paye suffisamment d’impôts pour que ces personnes puissent chercher de l’aide auprès des services concernés, 

                                    Ont ils fait les démarche à temps, où étiez vous à ce moments là ?

                                    Pourquoi si les démarches ont été faites n’ont ils pas bénéficié d’aides, au profit de qui d’autre ?

                                    tout cela manque de vision d’ensemble et d’analyse, des éléments obligatoires désormais pour justifier une générosité trop souvent exploitée par des bonimenteurs, des charlatans, des profiteurs, des parasites et des manipulateurs en tout genre.

                                    « Dans quel monde vivons-nous ? »

                                    le monde des fils de putes et des inconséquents à qui on donne des médailles et qui tirent sans cesse sur la corde en entrainant l’ensemble de la population vers la misère sous couvert de bons sentiments dévoyés depuis belle lurette.




                                    • Odin Odin 27 septembre 14:05

                                      Bonjour Chalot

                                      La situation de cette famille est dramatique mais il manque beaucoup d’éléments pour avoir une opinion en dehors du déroulement de cette expulsion qui parait hors la loi.

                                      En fonction des quelques éléments que vous donnez cette famille devait être mise sous tutelle depuis longtemps pour ne pas se retrouver aujourd’hui à la rue.

                                      Comment, en fonction des aides sociales ont-ils pu en arriver à ne plus payer leur loyer.

                                      « Madame B est handicapée » à quel taux ? à partir de 80 % l’AAH est de 920,00 € ( 810 + 110)

                                      « son mari âgé de 70 ans a du mal à marcher suite à un accident » son accident est il survenu avant ou après son départ à la retraite ? Si avant, il a pu bénéficier d’une incapacité partielle, si égale ou supérieur à 50 % qui ne fait pas bénéficier de l’AAH mais permet de partir à la retraite à 60 ou 62 ans (s’il a travaillé avant 18 ans) avec une retraite complète, même s’il lui manquait de nombreux trimestres de cotisations.

                                      Si l’accident est survenu après le départ en retraite et que sa pension était faible, a-t-il demandé à partir de 65 ans l’ASPA (ex minimum retraite) qui est pour un couple de 1298,00 € par mois (l’AAH de rentrant pas dans le calcul des revenus). 

                                      Il y a en plus l&#8217;aide au logement de la CAF qui est au minimum de 300,00 € pour une famille de 3 personnes, la fille handicapée qui est en ½ pension entre dans la composition du foyer fiscal et donc cette famille ne paie pas d’impôts.

                                      « Les dettes étaient importantes, le bailleur est privé » Pourquoi n’ont-ils pas fait un dossier de surendettement à la banque de France qui permet de stopper les mesures d’expulsions dans l’attente de passer en commission avec effacement totale ou partiel des dettes, et établit ensuite un échéancier de remboursement en fonction des revenus de la famille ?

                                      Mon sentiment est que cette famille n’avait aucune notion de la gestion d’un budget et que les services sociaux n’ont pas fait leur travail, ils devaient depuis longtemps mettre cette famille sous tutelle

                                      En fonction des éléments que vous nous donnez si la forme de cette expulsion est lamentable, le manque d’informations et d’accompagnements de cette famille l’est encore plus.

                                      Il est vrai que ces informations et accompagnements, via certaines associations, existent mais ils sont réservés à une population bien précise, ce qui devient insupportable.. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès