• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une famille logée dans un sous-sol et menacée de mort par son bailleur (...)

Une famille logée dans un sous-sol et menacée de mort par son bailleur !

Il s’agit de Mr R, d'origine portugaise

Il vit seul, en France avec ses 2 enfants qui sont tous les 2 scolarisés et plutôt brillants.

Mr R loue 700€ mensuels le sous-sol de Mr et Mme M à VAUX LE PENIL.

 

Ce local n’a qu’une petite fenêtre dans la salle de bain. L’eau s’infiltre à l’intérieur de ce local et l’humidité est telle que l’odeur « prend à la gorge » lorsque l’on rentre. En lien avec cette humidité très importante, les 2 enfants ont des maladies de peau et problèmes respiratoires récurrents.

A cause de l’humidité, depuis récemment, Mr R se trouve en conflit avec ses propriétaires. Début novembre, la propriétaire est rentrée chez Mr R, sans autorisation et l’a menacé avec un couteau, en présence des enfants de Mr R. Ces derniers ont filmé la scène et Mr R est allé déposer plainte à ce sujet au commissariat de Melun le 09/11/2021.

Le semaine dernière, les propriétaires ont remis à Mr R un courrier à la main lui signifiant la fin du bail et l’enjoignant de quitter les lieux une semaine plus tard soit le 03/12/2021. Mr R n’a nulle part où aller autrement.

Les propriétaires n'ayant pas signifié la fin du bail trois mois avant son expiration, le bail est reconduit tacitement, c'est la loi.

Devant un travailleur social qui s'est rendu avec Mr R voir les propriétaires et ceci en présence d'un traducteur pour leur rappeler la loi, le propriétaire a traité son locataire de « de connard, de fils de pute …on va te pourrir la vie, je vais te crever ».

La police de Melun n'a pas voulu prendre la plainte, expliquant qu'elle ouvrait une enquête.

Hier soir, 2 décembre les propriétaires ont coupé l’électricité à Mr, sans sommation.

Ils sont depuis dans le noir total, sans pouvoir se chauffer, cuisiner ou encore conserver leurs aliments.

La police municipale est avertie et s’est déjà déplacée pour essayer de rencontrer les propriétaires, en vain. Ils y retournent en fin de journée.

Le logement d’urgence de la mairie de VAUX LE PENIL est actuellement occupé, et ce au moins jusqu’en janvier 2022.

L'assistante sociale « craint pour la sécurité de cette famille et la santé de ses enfants, pour lequel le père est attentif et adapté. »

 Voici relatés les faits, j'ai repris le compte rendu de l'assistante sociale en retirant les noms

 

Cet après midi, j'ai adressé un courriel à Mr le Préfet et à la direction de la DDTETS afin qu'un hébergement d'urgence soit proposé immédiatement à cette famille en danger.

Le retour a été immédiat et malgré les difficultés, un hébergement non loin de Vaux le Pénil a été trouvé.

La plainte va être prise en compte et une suite judiciaire va avoir lieu.

Cette malheureuse histoire montre que l'absence criante d'hébergements d'urgence à Vaux-le-Pénil a des conséquences qui auraient pu tourner au drame si le DAL n'avait pas agi immédiatement : la Ville possède des locaux habitables vides, il suffirait de les aménager.

Si un permis a louer était exigé dans la Ville, de tels marchands de sommeil ne pourraient pas continuer leur trafic.

Je ne veux pas du tout polémiquer mais demander que cette question soit discutée, nous sommes prêts à participer à cette réflexion.

 

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • ZenZoe ZenZoe 4 décembre 2021 11:32

    Moi si j’étais ce père de famille, je repartirais au Portugal aussi sec. Sans doute y serait-il mieux accueilli lui et ses enfants, il n’aurait aucun mal avec la langue, les Portugais sont adorables, et ils y auraient plus chaud. Beaucoup de retraités ne s’y sont pas trompés et sont allés s’installer là-bas. La France est en dégringolade et les salauds de tous bords essaient de tirer profit de la misère... Enfin bon, ce n’est pas le sujet de l’article...


    • Sergio Sergio 4 décembre 2021 11:57

      Je répète souvent qu’un poète cubain disait « Son pays, c’est l’endroit où l’on pose le chapeau », encore faut-il avoir une ’pas-terre’


      • voxa 4 décembre 2021 18:37

        Si les faits sont avérés, « ce propriétaire », (donc solvable) va devoir vendre sa baraque pour faire face à la montagne d’emmerdes qui va pleuvoir sur lui...

        Le plus minable des avocats va le bouffer tout cru.

        Rien que la menace de mort c’est 75 000 euros et 5 ans de zonzon...

        Ce serait bien qu’il prenne réellement ses 5 ans, juste pour comprendre ce que c’est d’être logé comme un chien...

        Ce serait bien d’être tenu au courant pour valeur d’exemple.

        Parce que, voyez vous, moi aussi j’ai un sous sol...


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 5 décembre 2021 02:21

          La nationalité de ce monsieur n’a aucune importance. Il a élu domicile en France, il en a le droit puisqu’il vient d’un pays d’Europe, il est chez lui. Le propriétaire est un malfaisant et j’espère qu’il sera sérieusement puni.


          • CHALOT CHALOT 12 décembre 2021 09:47

            Les partenaires que sont la commune, la DDTETS, la MDS et de DAL recherchent un logement pour ce monsieur et ses deux enfants. Une association ou la ville va l’aider à retirer ses meubles et une habitante va entreposer le tout. La solidarité pleine et entière s’organise, 


            • CHALOT CHALOT 27 décembre 2021 10:51

              Tout le monde s’y met : la Ville, le DAL 77, les Restos du coeur, la Préfecture. Cette famille aura un logement et son déménagement sera sécurisé par rapport à son bailleur voyou. C’est EXEMPLAIRE CE PARTENARIAT ! C’est ainsi qu’il faut faire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité