• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une fausse hausse du taux du livret A

Une fausse hausse du taux du livret A

Suivant la recommandation du gouverneur de la Banque de France, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé dans une interview au journal Le Parisien, jeudi 14 juillet, une hausse du taux du Livret A à 2 % à compter du 1er août 2022.

Une mesure apparemment positive mais le vol des épargnants continue plus que jamais…

Les épargnants sont désormais fixés sur le nouveau taux d’intérêt du livret A qui passera de 1% au 1er février 2022 à 2% le 1er août 2022. Ce nouveau taux correspond à la nouvelle formule de calcul qui établit la moyenne entre le taux monétaire courant à court terme et l'indice des prix à la consommation hors tabac des six derniers mois, sans pouvoir être inférieur à 0,50%.

Le livret A est la forme d’épargne préférée des Français. 56 millions de personnes en possèdent un, même si les sommes déposées sont souvent modiques. L’encours moyen des dépôts était de 6 523 € fin mai 2022 pour un montant total  des encours de 358 milliards d’euros. La collecte permet de financer le logement social en servant de base à des emprunts à long terme accordés aux bailleurs sociaux.

De 2013 à 2020, le taux du livret A a constamment baissé :sous les gouvernements de François Hollande puis d’Emmanuel Macron.

1er février 2013 : 1,75 % 

1er août 2013 : 1,25 % 

1er août 2014 : 1,00 % 

1er août 2015 : 0,75 %

1er février 2020 : 0,50%

Si le gouvernement d'Emmanuel Macron a augmenté son taux à 1% au 1er février 2022 puis maintenant à 2%, cela reste néanmoins nettement inférieur au taux d’inflation prévu pour 2022 qui devrait approcher la barre des 7 % en septembre prochain. Elle resterait ensuite comprise entre 6,5 % et 7 % d'ici la fin d'année, selon les prévisions de l'Insee.

Un taux d’intérêt du livret A inférieur au taux d’inflation revient à voler des millions de Français modestes qui placent leurs petites économies sur ce livret. Un épargnant qui possède 6 523 € sur son livret (montant moyen observé) va donc gagner 130 € d’intérêts sur l’année, alors qu’il en faudrait 456 € pour respecter simplement le taux d’inflation prévu de 7%, soit un vol de 326 € pour le détenteur concerné. 

Face à ce vol d’Etat organisé depuis plusieurs décennies par tous les gouvernements successifs, plusieurs associations comme le Conseil National des Associations Familiales Laïques (CNAFAL) protestent : « Le livret A d’épargne est vraiment un placement populaire : il sert à une majorité de population précaire à économiser euro par euro pour boucler les fins de mois. Un quart des français le prennent aussi en cas de pépin ou de facture imprévue. Ceci explique que les épargnants qui ont les livrets les moins bien dotés (une majorité) l’utilisent pour des petites sommes et pour perdre le moins d’argent possible. »

La situation des détenteurs de livret A est hélas identique à d’autres catégories de Français comme les fonctionnaires et les salariés du secteur privé : 

 

  • Le point d’indice des fonctionnaires doit être revalorisé de 3,5% mais il en faudrait 7% pour compenser le taux d’inflation prévu et 17,4% pour rattraper le gel du point d’indice depuis 2010 ! En 2010, le gouvernement avait décidé de geler le point d'indice. Cette période a duré 6 ans durant laquelle le salaire des fonctionnaires n'a pas augmenté. En 2016, le gouvernement de François Hollande a annoncé son dégel. Celui-ci a augmenté de 1,2% en 2 ans. Il a cessé de s'accroître au 1er février 2017. 
  • Pour tous les salariés en général, il faudrait une augmentation de 44% pour rattraper le décrochage depuis 1982 et la suppression de l’échelle mobile des salaires qui protégeait jusqu’à cette date le pouvoir d’achat des salariés. Aujourd'hui, seule une réintroduction de l’échelle mobile des salaires serait de nature à préserver durablement le niveau de vie de tous les salariés et retraités sans que les syndicats aient à ferrailler chaque année avec le gouvernements ou le patronat.

 

Mais les gouvernements se succèdent et rien n’est fait pour stopper la baisse du pouvoir d’achat des Français. Seules des revalorisations de salaires, de pensions nettement inférieures au taux d’inflation ou des petits chèques équivalents à des aumônes sont annoncés par Emmanuel Macron.

Après avoir supprimé l’ISF, accepté les traités européens qui permettent une évasion fiscale qui coûte de 80 à 100 milliards € et versé 15 milliards € par an aux entreprises (dont les plus grandes licencient des salariés tout en versant à leurs actionnaires des dividendes en forte hausse), Emmanuel Macron viole le préambule de la Constitution qui pose les principes fondamentaux de la République et de la justice sociale entre les citoyens...

 

Photo Creative Commons 

 
 
Lire toutes les infos du blog :
> Les 25 derniers articles
>Tous les articles 

Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • voxa 18 juillet 17:24

    .

    L’Ecureuil ne bouffe plus de noisettes...

    Il grignote des euros...

    .


    • ZXSpect ZXSpect 18 juillet 17:46

      .

      Cette configuration rappelle 1981 lorsque le livret A rendait 8,50 % l’an (taux d’intérêt nominal) avec une inflation à 13,4 %, ce qui ramenait le taux d’intérêt nominal à un taux d’intérêt réel négatif de 4,9 %

      .

      Aujourd’hui avec un taux à 2 % et une inflation de 7 % on retrouve un taux réel négatif de 5 % (le livret A diminue de 2 % la perte du pouvoir d’achat due à l’inflation)

      .

      Cependant il ne faut pas perdre de vue que le livret A est un placement subventionné : liquide, garanti, non imposable (mais plafonné).

      .

      Les autres placements à court terme, sans trop de risque sur le capital, sont généralement imposables et offrent des rendements nominaux inférieurs…

      .

      mais cela ne consolera pas les petits épargnants qui « protègent » leur épargne de sécurité dans le livret A



      • ZXSpect ZXSpect 18 juillet 17:57

        @ZXSpect

        .

        à noter que, fin 2018 lorsque le taux nominal du livret A était encore à 0,75 %, avec une inflation de l’ordre de 2,2 %, le taux réel négatif était à 1,45 % (pour un placement liquide, garanti et non imposable... et des taux à très court terme négatifs)


      • robert 18 juillet 18:06

        @ZXSpect
        les intérêts sont imposables non ?


      • Cyrus 6russe2sioux 18 juillet 18:10

        @robert

        et en plus il fait du negationsime sur la TVA ...


      • robert 18 juillet 18:29

        @6russe2sioux
         ????


      • ZXSpect ZXSpect 18 juillet 18:41

        @robert
        .
        .
        « 6russe2sioux 18 juillet 18:10
        @robert
        et en plus il fait du negationsime sur la TVA ... »
        .
        « robert 18 juillet 18:29
        @6russe2sioux
         ???? »

        .
        Oh, dit Cyrus, développe un peu le « négationsime sur la TVA... » dans le domaine du Livret A smiley


      • Cyrus 6russe2sioux 18 juillet 18:53

        @ZXSpect

        Bien sur que tu va payer la TVA sur les interet que tu va depenser .
        Il s’ agit bien d’ un impots indirecte .

        Rien n’ est sans impots , et c’ est encore pire si tu prend de l’ essence (Tipp).


      • ZXSpect ZXSpect 18 juillet 18:57

        @6russe2sioux
        .
        « 6russe2sioux 18 juillet 18:53
        @ZXSpect
        Bien sur que tu va payer la TVA sur les interet que tu va depenser .
        Il s’ agit bien d’ un impots indirecte .
        Rien n’ est sans impots , et c’ est encore pire si tu prend de l’ essence (Tipp). »

        .
        tu mélanges tout, mais il faut bien que tu tiennes le rythme de tes coms pour exister.... smiley


      • ZXSpect ZXSpect 19 juillet 14:47

        @robert

        .

        « robert 18 juillet 18:06

        @ZXSpect

        les intérêts sont imposables non ? »

        .

        « Les autres placements à court terme, sans trop de risque sur le capital, sont généralement imposables et offrent des rendements nominaux inférieurs… »

        .

        Actuellement, des emprunteurs présentant un rating solide, offrent pour un livret fonctionnant comme le livret A (règle des quinzaines, disponibilité des fonds…) un taux nominal de 0,70 % l’an, duquel il faudra déduire l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux (ou un prélèvement forfaitaire unique de 30 % du montant des intérêts)



      • L'apostilleur L’apostilleur 20 juillet 08:17

        @6russe2sioux
        « ...Bien sur que tu va payer la TVA sur les interet que tu va depenser ... »

        Y a la méthode Picsou, pour ceux qui ne veulent pas payer de tva. 


      • Cyril22 19 juillet 17:47

        La quasi totalité des supports d’épargne sont à des rendements très faibles, leurs taux ayant été fixés pendant la période de quasi-absence d’inflation. Désormais l’inflation a soudain atteint un taux trois ou quatre fois supérieur aux années antérieures, la valeur réelle de l’épargne va s’effriter, ceux qui avaient mis de côté pour de gros achats ou assurer leurs vieux jours se retrouvent lésés.

        Finalement, mieux vaut être endetté aux très faible taux qu’avaient atteint les emprunts -ceux qui ont emprunté à moins de 1% et dont les revenus finiront par suivre l’inflation à plus de 5% ont fait une bonne affaire.

        Parfois mieux vaut avoir été cigale que fourmi


        • ZXSpect ZXSpect 19 juillet 18:27

          @Cyril22
          .
          .
          « Finalement, mieux vaut être endetté aux très faible taux qu’avaient atteint les emprunts -ceux qui ont emprunté à moins de 1% et dont les revenus finiront par suivre l’inflation à plus de 5% ont fait une bonne affaire. »

          .
          tout à fait d’accord... d’ailleurs, ma génération a bénéficié d’un accès favorisé à la propriété immobilière dans les années 1970, malgré des taux d’intérêt (fixes) autour de 7 %, parce que l’inflation (suivie par les hausses des salaires) entre 1973 et 1985 était entre 10 et 15%, rendant les mensualités à rembourser de moins en moins lourdes pour le budget du ménage.
          .
          mais ce raisonnement ne tient qu’en présence de crédit immobiliers à taux fixes et d’une « indexation » des salaires suivant l’inflation !


        • L'apostilleur L’apostilleur 20 juillet 08:12

          @ZXSpect
          « ...ce raisonnement ne tient qu’en présence de crédit immobiliers à taux fixes et d’une « indexation » des salaires suivant l’inflation  !.. »

          Les taux variables avaient disparu et pourraient bien revenir pour faciliter l’accession à la propriété des revenus trop bas. Les banques refusent beaucoup de dossier en ce moment 

          L’immobilier est un des moyens de se constituer un patrimoine pour les français qui n’ont pas hérité. Nombreux sont ceux qui y consacrent de gros efforts.


        • Cyril22 20 juillet 12:20

          Il a été reproché à une époque aux salaires de ’’tirer’’ l’inflation, lorsqu’ils augmentaient plus vite que les autres composantes de prix.
          Or actuellement ce n’est absolument pas le cas : il y a hausses de prix des matières et équipements importés (offre/demande, érosion de l’euro...) et accentuation de ces hausses par des marges intermédiaires, même ce qui était en stock a été augmenté, sans raison objective. 

          Il serait donc équitable d’indexer les salaires non pour précéder l’inflation mais pour la compenser. C’est ce que demandent la plupart des partis d’opposition, mais le gouvernement bétonne et préfère des primes ou chèques aléatoires et souvent c’est la loterie (une grande banque profitable peut verser des primes, pas une petite entreprise de maçonnerie. en outre la défiscalisation est une hérésie par rapport à l’égalité devant l’impôt).


        • zygzornifle zygzornifle 20 juillet 07:51

          De toute façon tout est faux dans ce gouvernement ..... 


          • https://twitter.com/UPR_Asselineau/status/1549750283751886848

            JE NE M’EN LASSE PAS 4/3/16 Macron,minist.économie,dit qu’il mettra le « tapis rouge » pour accueillir les milliers de banquiers de la City qui fuiront leen cas de Brexit 19/7/22 Les banquiers de la City veulent que le « se débarrasse de centaines de lois héritées de l’ »


            • ZXSpect ZXSpect 22 juillet 15:46

              .

              .

              https://www.boursorama.com/patrimoine/actualites/epargne-le-livret-a-un-placement-qui-coute-tres-cher-a-l-etat-0b9cf3e10758aeb98275632c7d52a525

              .

              « » Avec son taux net d’impôt sur le revenu et de contributions sociales, le Livret A est une aubaine pour les épargnants… mais moins pour l’Etat à qui il coûte plusieurs millions d’euros chaque année !

              .

              …/… Si le taux d’intérêt du Livret A reste donc insuffisant pour compenser la hausse des prix, il possède toutefois un atout de taille, en plus de son absence de risques et de sa disponibilité immédiate : sa rémunération est nette d’impôt sur le revenu et de contributions sociales. Contrairement à la plupart des autres placements dont le taux est « brut », il n’est pas soumis à la flat tax de 30 % qui fait mécaniquement baisser le rendement réel d’un contrat d’épargne. …/… » »


              • Berthe 24 juillet 13:32

                la hausse des taux d’intérêts ne profitent pas aux petits épargnants mais aux gros qui placent leur argent dans d’autres formules (assurances vies etc...). Il a été évoqué la possibilité que ces gros portes monnaies profitent de cette hausse pour racheter leurs épargnes tous en même temps et provoquent une hystérie au sein des banques et organismes d’assurance qui ne disposeraient pas des fonds. Il est même question pour ces entités de bloquer les transactions pour éviter l’effet de panique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité