• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une mission d’enquête internationale indépendante est la première (...)

Une mission d’enquête internationale indépendante est la première étape pour découvrir la vérité sur les massacres de 1988 en Iran

par Massoumeh Raouf

· Arrêté à 16 ans, mon frère a passé cinq ans dans les cachots des ayatollahs ; il a ensuite été sauvagement exécuté à la prison de Orumiyeh dans l’ouest du pays, durant les massacres de 1988.

· En juillet 1988, des agents du Corps des gardiens de la République islamique (Pasdaran) ont transporté les prisonniers politiques jusqu'aux collines entourant le lac Orumiyeh et ont fait une véritable boucherie à l'arme blanche telle que des couteaux, machettes, gourdins, cognées et haches.

Récemment, alors que je visitais une exposition à Paris sur les victimes des massacres de 1988, une photo montrant les visages des tueurs a retenu mon attention. Le visage méprisable d'une personne qui, il y a 35 ans, m'avait "condamnée" à 20 ans d'emprisonnement après une séance du tribunal de dix minutes. Cela m'a ramenée vers mon passé. La photo était celle d'un mollah nommé Moghadassi Far, juge religieux de la ville de Rachte et l'un des dirigeants du "Comité de la Mort" de cette ville importante située sur les bords de la mer Caspienne. Il a pris part au massacre de plus de 30.000 prisonniers politiques en Iran et est maintenant un responsable de haut rang au sein du régime actuel de ma patrie.

Je peux encore entendre le rire terrifiant des tortionnaires. Ces criminels qui nous disaient : "maintenant vous êtes en notre pouvoir, nous ferons de vous tout ce que nous voulons." J'ai plusieurs fois entendu les bourreaux affirmer que "s'il devait y avoir un soulèvement populaire, vous seriez les premières à être tuées". Les gardiens de la prison de Rachte hurlaient à nos oreilles : "Sortez de votre esprit que vous allez être victorieux et que vous sortirez en héros de la prison. Seuls vos cadavres quitteront la prison."

Ce bourreau, Mollah Moghadassi Far, en plus de me "condamner" fit plus tard incarcérer ma mère malade et mon frère alors âgé de 16 ans. Le "crime" de ma mère était d'avoir des enfants qui militaient au sein de l'Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) et pour son soutien à ce mouvement.

Moghadassi Far dit à ma mère : "Si j'arrête votre fille à nouveau, je lui arracherai personnellement le cerveau." La raison de sa haine envers moi était que j'avais réussi à m'échapper de la prison et que j'étais prête à témoigner contre les crimes commis derrière les hautes murailles des prisons du régime.

Ma mère est morte peu de temps après avoir été relâchée.

Mon frère de 16 ans, Ahmad Raouf Bashari Doust, a été arrêté par des agents des Pasdaran lors d'une descente dans notre maison. Il a passé cinq années dans les cachots des ayatollahs puis il a été sauvagement exécuté dans la prison de Orumiyeh durant les massacres de 1988. Sa mort n'est qu'un exemple des crimes que le vrai Parrain de « l'Etat islamique » commit en Iran il y a 29 ans. En juillet 1988, des membres du Corps des gardiens de la République islamique (Pasdaran) ont transporté les prisonniers politiques, la plupart membres de l'OMPI, jusqu'aux collines qui entourent le lac Orumiyeh en utilisant deux minibus. On avait dit aux prisonniers qu'ils allaient être transférés à la prison de Tabriz. Des agents des Pasdaran avaient auparavant isolé le lieu d'exécution dans les collines ; ils étaient armés de diverses armes blanches telles que des couteaux, des machettes, des gourdins, des cognées et des haches. Les prisonniers étaient enchaînés et menottés ; ils ont été littéralement massacrés par les agents des Pasdaran. Les villageois qui entendirent les hurlements des prisonniers de l'OMPI en train d'être sauvagement tués se dirigèrent vers les collines mais ont été arrêtés et tenus éloignés par des membres des Pasdaran, eux lourdement armés.

Je me suis souvent demandé si mon frère faisait partie de ceux qui ont été si bestialement exécutés sur ces collines. La réponse est très probablement oui. Mon cœur saigne à la seule pensée d'une mort aussi horrible et mon corps entier se paralyse de souffrance. Je ne veux pas croire que c'est ainsi que mon frère est mort mais les faits me disent le contraire. Bien des années après l'exécution de mon frère, alors que mon père cherchait le lieu de son exécution, des responsables de ces crimes lui ont dit qu'il avait été "exécuté à Orumiyeh." Mais la manière, le pourquoi et le lieu où son corps a été enterré sont encore des questions restées pour moi sans réponse.  Comme elles restent sans réponse pour les frères, les sœurs et les proches de tous ceux nombreux qui ont été les victimes des massacres de 1988 et ont été enterrés dans des fosses communes.

Cela s'est passé il y a 29 ans ; les gens doivent connaître les détails de ces massacres. Le monde est resté silencieux sur ces faits et, afin d'apaiser les ayatollahs, a fermé les yeux sur leur plus grand acte criminel. Aucune enquête internationale indépendante sur ces massacres n'a encore été menée.

Mais cette année, Asma Jahangir, la rapporteure spéciale sur la situation des droits humains dans la République islamique d'Iran a brisé ce silence de 29 années aux Nations Unies et a couvert ces massacres de 1988 dans son dernier rapport. La rapporteure spéciale y écrit : "Entre juillet et août 1988, des milliers de prisonniers politiques, hommes, femmes et adolescents, auraient été exécutés suite à une fatwa (décret) émis par le Guide suprême, l'ayatollah Khomeini. ... (parmi les responsables du régime se trouvent) de hauts fonctionnaires qui avaient appliqué et défendu ces exécutions, dont l'actuel ministre de la Justice, un juge actuel de la Cour suprême et le chef d'une des plus grandes fondations religieuses du pays et candidat aux élections présidentielles de mai."

Le rapport mentionne encore que "quelques autorités cléricales et le chef du judiciaire admettent que des exécutions ont eu lieu et, dans certains cas, les défendent."

Selon ce rapport, "les familles des victimes ont le droit de connaître la vérité sur ces évènements et le destin de leurs êtres chers sans risquer de représailles. Elles ont droit à un recours qui comprend le droit à une enquête sur les faits et la divulgation publique de la vérité ; et droit à réparations. La rapporteure spéciale appelle donc le gouvernement à s'assurer qu'une enquête approfondie et indépendante sur ces évènements est menée." 

Maintenant que la spécialiste de l’ONU a fait mention des massacres de 1988, il est temps pour les Nations Unies et ses agences pertinentes d'examiner en profondeur cette question et de révéler la vérité de façon à ce que les exécutants de ces crimes soient déférés devant la justice. La première étape consiste en l'établissement d'une mission d'investigation internationale indépendante. Ensuite, la question devra être portée par le Conseil de sécurité des Nations Unies devant la Cour criminelle internationale (CCI) de sorte que les hauts responsables du gouvernement iranien qui ont pris part à ces massacres soient présentés à la Cour.

Comme Asma Jahangir l'a écrit, nous avons le droit de connaître la vérité. Faire appel à la justice pour les victimes des massacres de 1988 n'est plus une question qui nous est spécifique, nous les familles des victimes et les survivants et témoins de ce Crime contre l'humanité en Iran.  Il s'agit d'un mouvement national et fait partie de l'aspiration du peuple iranien, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du pays.


Moyenne des avis sur cet article :  1.52/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • OMAR 25 octobre 17:15

    Omar9

    @mahsomah raouf :"... il est temps pour les Nations Unies et ses agences pertinentes d’examiner en profondeur cette question et de révéler la vérité de façon à ce que les exécutants de ces crimes soient déférés devant la justice« .
    .

    Je comprends et partage votre tristesse ainsi que votre combat pour que la Vérité apparaisse sur ce que vous considérez comme un »massacre".
    Seulement, vous avez déjà condamné à l’avance une partie concernée par ce problème avant même son audition, et même tracé une feuille de route sans concession.
    A moins que la commission d’investigation internationale ne soit composée exclusivement d’éléments issus des USA, de l’Arabie-Saoudite et d’Israël.
    De plus, vous faites preuve d’optimisme envers l’ONU, dont on connait son impuissance avérée devant certains pays, à l’image de cet état voyou de Israël qui n’a jamais été inquiété des conclusions accablantes prouvant ses nombreux massacres envers le peuple palestinien.
    A moins aussi, que vous acceptiez les 2 poids, 2 mesures, synonyme d’injustice.


    • Alren Alren 25 octobre 17:21

      Je voudrais bien savoir qui sont ceux qui ont attribué une seule étoile à ce texte.

      Je les assure de mon plus parfait mépris.

      Les autorités turques ont toujours nié les massacres des Arméniens en 1915 ; on voit aujourd’hui que des agents des ayatollahs d’Iran essaient de nier chez nous les massacres des militants de gauche en 1988.


      • sls0 sls0 26 octobre 03:53

        @Alren
        Moi.

        En ce moment les faucons US ont l’Iran dans le pif et on ressort les fond de tiroir.
        Je compatis mais ça sort au mauvais moment, depuis 30 ans on aurait pu sortir l’article avant.
        C’est certainement vrai mais les couveuses du Koweit sont passée par là.
        L’émotionnel fait faire pas mal de conneries aux gens, par principe de précaution l’émotionnel c’est une étoile.

        Je ne suis pas pro iranien ou ayatolha, je suis anti émotionnel qui tombe bien pour préparer le mental des gens à une guerre.

      • bourrak 25 octobre 23:47

        On ne la sait pas déjà, la vérité ? Que c’est Khomeyni qui a ordonné les exécutions ?


        • bob14 bob14 26 octobre 08:21

          Avant les ayatollahs c’était la même chose.. !


          • Zolko Zolko 27 octobre 10:51

            @bob14 : c’était pire, c’est bien pour ça que les Iraniens se sont rebellés. Manque de bol, les fanatiques religieux ont eu le dessus une fois que le Shah a été écarté, tout comme ce sont les fascistes qui ont eu le dessus en Ukraine après la révolte de Maidan.
             
            Et tout comme la terreur a suivi la révolution Française, exterminant tout ceux qui étaient en désaccord. Suivi ensuite par Napoléon qui a mis l’Europe à feu et à sang.


          • mahsomeh raouf mahsomeh raouf 26 octobre 11:30

            bourrak -


             oui. A la fin du mois de juillet 1988, l’ancien Guide suprême du régime iranien, Ruhollah Khomeini, a émis un décret (fatwa) d’exécution des détenus politiques. Malgré la censure générale et l’isolement de toutes les prisons, des informations en ont filtré hors d’Iran.  Des centaines d’exécutions avaient lieu chaque jour.

            En août2016 la diffusion sur les réseaux sociaux d’une bande audio bouleversante de la rencontre, le 15 août 1988, entre Montazeri, le dauphin déchu de Khomeiny, et des membres de la « commission de la mort », lève le voile sur l’ampleur du massacre des prisonniers politiques en Iran.

            L’ayatollah Montazeri interpelle les responsables chargés de ce génocide : « Le plus grand crime commis sous le règne de la République islamique, pour laquelle l’histoire nous condamnera, a été commis par vous. Vos (noms) seront gravés dans les annales de l’histoire comme des criminels. »


            • bourrak 26 octobre 11:39

              @mahsomeh raouf
              « les responsables chargés de ce génocide »
              L’usage que vous venez de faire de ce mot, vous a fait perdre de la crédibilité.


            • cathy cathy 26 octobre 12:39

              @bourrak

              Au cours de l’été 1988, la République Islamique d’Iran organise l’exécution de quelque 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart membres de l’Organisation des moudjahiddines du peuple iranien, mais également des membres des partis Tudeh, Fadaian, Rahe Kargar, Komala et PDKI.

              Certaines organisations, telles que Human Rights Watch, considèrent ces exécutions sommaires comme un crime contre l’humanité tel que le qualifie le droit international. De même, l’ayatollah Hossein Ali Montazeri, dans ses mémoires, le dénonce comme crime contre l’humanité et cite certains responsables.

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Ex%C3%A9cution_des_prisonniers_politiques_iraniens_de_1988


            • sls0 sls0 26 octobre 14:50

              @cathy
              Plus je vois les rapports d’Human Rights Wach qui omettent les morts de responbabilité US, plus j’ai des doutes sur leur objectivité.

              J’ai même parfois l’impression que c’est un outil du département d’état US.
              Cette impression ne gomme pas les 30.000 morts mais les relativise, coté US c’est quand même en millions les morts en 30 ans.
              C’est vrai que Madeleine Albright a dit que 500.000 enfants morts en Iran, c’était pour la démocratie.
              Tiens, voilà qu’avec les 500.000 enfants je fais aussi dans l’émotionnel.

            • DACH 26 octobre 12:49

              Omarlevieuxneuf a écrit :«  »« .Je comprends et partage votre tristesse ainsi que votre combat pour que la Vérité apparaisse sur ce que vous considérez comme un »massacre ». «  »" montre une fois de plus qu’il ne connait pas le sujet dont il pérore, toujours enfermé dans son obsession anti israélienne qui cache mal son antisémitisme compulsif. Il est vraiment amusant, et notre groupe prend toujours du plaisir à lire ses âneries et ses envies frustrées de foutre les juifs jà la mère de leur terre ancestrale. Ils sont chez et bien avant des palestiniens d’aujourd’hui. Ils ont fait de la terre de 48 alors en jachère une terre où les arabes israéliens se sentent chez eux pour la démocratie et le niveau de vie qu’ils partagent. Tout n’est pas parfait, mais il suffit de regarder l’ensemble des pa=ys arabes pour ne pas avoir besoin de faire des comparaisons. Et notre cherOmarlevieuxneuf n’arrive pas à sortir de son impuissance et de ses frustrations.... Et quel lâche mépris pour ne pas appeler massacre et crime ce qui en est un commis par des musulmans chiites. Omarlevieuxneuf n’a pas assez de talent pour abuser ceux qui le lisent....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires