• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une présence au quotidien

Une présence au quotidien

« Je suis croyant, pas croyant », « j’ai la foi ou pas la foi », ces affirmations en réponse à des questions binaires posent les termes d’un débat faussé, divisant artificiellement l’humanité en croyants et non croyants.

En effet parler de foi ou de croyance en Dieu sans approfondir la nature de ce Dieu ne dit pas grand chose. Ce langage pouvait être compréhensible dans une société culturellement catholique où la croyance ou foi s’identifiait à une foi catholique bien définie mais aujourd’hui, que veut dire ce croire, croire en quoi ? Peut-être que croire ou ne pas croire, là n’est pas la question.

« Croyez-vous en Dieu, Dieu existe-t-il ? Y-a-t-il une vie après la mort ? Qu’est ce que sont le bien et le mal ? » Ces grandes questions métaphysiques nous paraissent souvent éloignées de la vie quotidienne. L’important dans ce domaine comme dans tout autre est de poser les bonnes questions si l’on veut trouver de bonnes réponses, or ces questions sont souvent mal posées. Ainsi on ne devrait pas dire « croyez-vous en Dieu ? » mais en quel Dieu ou idole croyez-vous. En effet, il y a un fossé entre le Dieu du sermon sur la montagne de Jésus et le Dieu des Jihadistes.

Et que veut dire croire, adhérer à un crédo ? Au Credo catholique avec des notions comme la résurrection de la chair qui laissent la porte ouverte à toutes les interprétations, à « la sainte Eglise catholique », expression qui n’est plus trop comprise ou acceptée, s’agit-il de croire en mon curé, mon médecin, gourou, dirigeant politique, etc..

Les athées ont leurs dieux ou idoles, que ce soit la croyance au progrès de l’humanité, la croyance humaniste en la bonté fondamentale de l’être humain, croyance quelque peu secouée par deux guerres mondiales et autres déchaînements de violence ou celle en l’avancée des sciences contribuant au bonheur humain, la croyance à la matière comme source de toute réalité, matérialisme qui a sa version dialectique ou tout simplement la croyance à Tyché, la déesse de la chance ou du hasard, ou aux configurations astrologiques.

En fait, croyant, tout le monde l’est à sa façon : les uns croient avec le philosophe Michel Serres que le monde s’améliore de façon spectaculaire, d’autre que tout va de mal en pis, certains selon l’humeur du jour, voient la vie en rose ou broient du noir, les uns croient que le climat se réchauffe à cause des activités humaines, croyance pour laquelle ils sont prêts à dépenser des sommes astronomiques (en général pas de leur poche mais de celles des autres), d’autres croient le contraire ou tout au moins que cela ne dépend pas de l’homme, comme le président Donald Trump qui ne veut pas dépenser les sommes en question.

La foi, quelque soit son objet, est une réalité humaine universelle, aussi il est bon de se rappeler la phrase de G.K. Chesterton selon qui « Quand les gens cessent de croire en Dieu, ils ne cessent pas de croire mais se mettent à croire en n’importe quoi ».

Quant à la croyance à la vie après la mort, on peut se demander d’abord de quelle vie et de quelle mort il s’agit et se rappeler la phrase de Jésus « Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra, et celui qui la perdra la retrouvera », indiquant qu’il y a différentes qualités de vie, qu’il ne s’agit pas simplement de survivre en faisant partie de ces « morts qui vont enterrer leurs morts » mais de vivre pleinement dès maintenant.

Aussi, au lieu de partir de ces questions métaphysiques, ne vaut-il pas mieux partir de la vie quotidienne ? Comment cette relation avec Dieu est-elle vécue au quotidien par ceux qui y croient et en quoi est-ce que cela modifie leur perception de la vie, des relations humaines ?

Les évangiles, base de la foi chrétienne ne proposent pas avant tout une nouvelle morale ou théologie, les commandements de l’Ancien Testament les précèdent, mais un approfondissement des questions morales qui sont remplacées dans le sermon sur la montagne par une attitude face à son prochain, une façon de considérer la vie différente.

Heureux les humbles, les doux, les purs, les artisans de paix, les assoiffés de justice, les persécutés…, il ne s’agit pas vraiment de commandements moraux mais d’attitudes, de caractères et d’une promesse que ces attitudes « auront leur récompense ». Jésus insiste sur le pardon ou la réconciliation comme plus important que le respect de la loi religieuse comme dans le cas de la femme adultère (« Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ») ou dans diverses paraboles comme celle du mauvais serviteur qui après avoir vu ses dettes effacées par son maître, va réclamer une dette bien inférieur à un de ses serviteur et le jette en prison pour le forcer à le rembourser ou celle le fils prodigue, la prière du Notre Père et bien d’autres enseignements ou paraboles. Ce qui compte, ce n’est pas de respecter une loi ou morale mais de réconcilier et d’établir des relations d’amour même si cela ne dispense pas d’une conduite morale (Jésus dit à la femme adultère « va et ne pèche plus »).

Un autre aspect de la foi évangélique, c’est la certitude d’une présence invisible qui « voit dans le secret » et avec laquelle il faut compter. Ainsi quand on fait l’aumône ou une bonne action ou un jeûne, si l’on le fait pour être vu comme les pharisiens qui proclament leurs actes de charité en public, alors « on a sa récompense » qui ne vient pas de Dieu et qui consiste généralement à soigner sa bonne réputation jusqu’à ce que tout le monde réalise qu’il s’agit d’hypocrisie. Par contre, si on le fait « dans le secret, alors « votre père qui est dans les cieux le voit » et vous récompensera. De même, en étant généreux avec les autres et ceci sans le proclamer, alors on « amasse des trésors dans le ciel ».

Les « commandements » comme aider les nécessiteux même si la société les abandonne, défendre le bien et la justice même si le monde les nie, ne pas chercher à se venger et rendre le bien pour le mal, présupposent tous une présence invisible agissante qui parle à notre conscience et œuvre avec les hommes au bien et à la justice. Ces paroles ancrent la conviction au cœur de l’homme qu’avec l’aide de cette présence, un jour le bien triomphera, le Royaume de Dieu et sa justice viendra ou plus simplement que « we shall overcome someday » pour reprendre la chanson du combat pour les droits civiques des noirs mené par Martin Luther King. Ainsi la foi en Dieu se traduit par un engagement pour le bien, l’amour vrai envers les autres car comme l’écrit Jacques, « le frère du Seigneur », dans ses lettres "la foi sans les œuvres est morte".

L’homme est appelé à écouter la voix de sa conscience au plus profond de lui comme Martin Luther risquant sa vie devant la diète de Worms (« il n’est ni sûr ni honnête d’agir contre sa propre conscience ») ou Dietrich Bonhoeffer animant la résistance face à Hitler, finalement condamné à mort et à craindre « ceux qui peut faire mourir l’âme » et non ceux qui tuent le corps seulement.

La confiance en Dieu peut se traduire par une confiance plus générale en la vie malgré les revers et déceptions personnels, confiance qu’au final, le bien semé n’est pas perdu et finira par porter des fruits, confiance qui va de pair avec un sentiment de gratitude pour la vie, l’univers (soleil, lune, eau, vent etc..) et même la mort (voir le chant de louange de François d’Assise). Cela va de pair avec une sensibilité à la beauté universelle telle qu’on la voit dans les fleurs des prés ou les oiseaux des champs dont parle l’évangile, thème que l’on retrouve chez les écrivains taoïste ou plus récemment dans l’encyclique écologique du pape François« Laudato Si ».

La présence invisible de ce Dieu que Jésus appelle Père ou notre Père traverse tous ces sermons, paraboles, actions ou « signes » prononcés ou effectués par lui. Aussi, on ne peut parler d’une morale « laïque » sans racines, d’un code de vivre ensemble en société ou d’une méthode de développement personnel. Mais ces morales, codes et méthodes ont montré depuis un certain temps leurs limites en particulier à cause de leur manque de transcendance, de justification ultime alors que l’approche évangélique garde sa force et continue à réveiller les consciences.

La vérité du christianisme qu’un article aussi court ne prétend pas véritablement couvrir, est quelque chose qui se vit et non une théorie qui se discute et ne peut donc être approché uniquement par le discours. On ne peut vraiment en parler si on n’a pas essayé de la vivre ou d’en vivre. « Quiconque entend ces paroles que je dis et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable » nous dit Jésus.

Sans en appeler au pari de Pascal, pari quelque peu teinté de menaces, mais en questionnant sa conception de la vie et les valeurs qui la guident, on peut mieux approcher cette réalité vécue par les chrétiens d’une présence invisible, source de bonté, dont l’existence devrait au moins être envisagée par les autres.

En approchant ainsi la question de l’existence de Dieu et de la foi, on s’éloigne de débats qui n’amènent pas grand chose en allant à ce qui nous concerne plus directement. Cette approche existentielle passant par-dessus les fossés créés par les arguments d’ordre théologique ou philosophique, peut s’adresser à des « croyants » comme à des « non-croyants », après tout, tout le monde écoute plus ou moins la « voix de sa conscience », les amenant à réfléchir sur ce qui leur donne envie de vivre, leur donne le sentiment que la vie vaut la peine d’être vécue, les valeurs qui sont les leurs et non en les empêtrant dans un débat métaphysique ou philosophique sans prise directe avec leur quotidien.

Les accusations souvent renouvelées contre l’inquisition, les abus de l’église, la confusion des pouvoirs religieux et politique ou même la pédophilie de certains prêtres, perdent de leur force dans cette réflexion, car s’il est bien de dénoncer des abus ou scandales comme Jésus l’a fait très vigoureusement à l’égard des pharisiens et religieux de son temps, l’essentiel est de répondre à la soif spirituelle de l’homme.

Ainsi, si un historien comme Jean Sévillia du Figaro, auteur de « Historiquement incorrect », argumente que l’Inquisition a représenté un progrès dans l’évolution du droit, on ne va pas contre-argumenter mais simplement dire que les Evangiles se situent sur un autre plan et que les procès de la « sainte » inquisition ne reflètent pas le commandement de Jésus d’aimer ses ennemis, de prier pour eux et de les bénir. Sans aller plus loin, on peut au minimum admettre que les autodafés (envoi au cours d’une cérémonie publique « d’hérétiques » et autres sorcier(e)s au bûcher) n’étaient pas l’expression du commandement évangélique de l’amour du prochain.

Il ne s’agit pas de défendre telle personnalité religieuse, de compter les crimes de l’église par rapport à ceux de la Révolution française en Vendée et ailleurs en les opposant les uns aux autres dans des débats qui ont marqué le 19 et le 20 siècle en France, chaque camp accusant l'autre pour tout ce qui va mal dans le pays, mais d’accepter que les institutions et personnes sont imparfaites, fautives ou ont leurs limites dans une époque donnée, ce qui ne nous empêche pas de découvrir progressivement un message qui se vit, est tourné vers l’avenir amène à des remises en question individuelles comme collectives.

Finalement, la réponse à nos questions métaphysiques est plus de l’ordre du témoignage d’une présence aimante et active au quotidien dans nos vies que d’un débat théologique, présence nous incitant à nous libérer de nos ressentiments, angoisses, égoïsmes et à œuvrer à un monde meilleur.


Moyenne des avis sur cet article :  1.24/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 26 avril 12:22

    Je ne suis pas d’accord avec vous. Votre discours est celui d’un croyant qui pense que tout le monde est comme lui. Ce n’est pas vrai, ne généralisez pas votre cas. Tout le monde n’est pas croyant. Croire, cela veut dire penser comme si une chose était vraie, sans preuve absolue de ce postulat.


    Effectivement, un athée est un croyant : il croit (sans preuve aucune) en l’inexistence de Dieu. Tout comme un chrétien croit, parfois doute, de l’existence de Dieu.

    Personnellement, tout ce que je peux dire c’est que je ne peux pas conclure sur l’existence ou non de Dieu. Pas plus que je ne statue sur l’universalité du bien ou du mal, pas plus que je ne statue sur l’implication de l’homme dans le réchauffement climatique. Ce que je peux dire par contre, c’est que d’après les informations que me sont parvenues, il semble que la probabilité que le réchauffement climatique soit d’origine anthropique est élevée.

    Contrairement à un croyant, je ne vais pas me battre pour défendre cette hypothèse que j’estime probable, car je n’ai pas les moyens de la vérifier. Par contre étant donné sa haute probabilité selon MON point de vue je vais agir en conséquence. Je ne vais pas essayer de convertir les autres et n’ai pas la certitude de bien agir. Je réagit en tenant compte des probabilités issues de l’observation de mon environnement.

    J’ai pris ici le réchauffement climatique en exemple, bien entendu. J’aurais pu le faire sur un autre sujet.

    En d’autres termes, je fais au mieux dans un monde où rien n’est certain.

    La croyance c’est un peu comme le doudou d’un enfant. C’est vouloir se rassurer en se persuadant que certaines choses sont absolument vraies, que certaines valeurs ou notions sont intemporelles, sacrées, méritent d’être défendues.

    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 26 avril 15:16

      @bibou1324
      Je suis assez d’accord avec vous, je n’ai aucune certitude sur le réchauffement climatique ni sur bien d’autres sujets politiques ou économiques ou autres. En fait je pense que, pour reprendre des proverbes de la Bible, on récolte ce que l’on sème ou « qui sème la haine récolte la tempête » et qui sème de bonnes semences récolte si les conditions le permettent de bons fruits. En fait il s’agit plutôt d’observations dont nous pourrions nous inspirer pour mieux vivre., 


    • Sozenz 26 avril 12:34

      Vous parlez ainsi parce que vous n etes pas coyant et vous n avez pas la foi .
      si vous l’ etiez vous comprendriez toues les nuances subtiles de cette foi et ce qu’ elle engage .
       Vous comprendriez pour la phrase celui qui n est pas avec moi est contre moi .
      Vous verriez le pourquoi au lieu de voir une parole de provocation de « guerre » ;
      il faut parfois des années voir une vie comptelete pour comprendre toute l etendue de la croyance et de la foi . et surtout de son accomplissement total.

      bref ;
      Vous pataugez complétement ...


      • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 26 avril 15:24

        @Sozenz Vous avez l’air de tout savoir sur la croyance et la foi. Peut-être pourriez-vous aussi expliquer pourquoi avec la phase que vous citez, Jésus dit aussi « Qui n’est pas contre nous est pour nous » (Marc 9:40). C’est un peu facile de prendre une citation hors contexte et de prétendre comprendre « toutes cette nuances subtiles de la foi ».


      • Sozenz 26 avril 19:46

        @Bernard Mitjavile
        Ne l’en empêchez pas, répondit Jésus, car il n’est personne qui, faisant un miracle en mon nom, puisse aussitôt après parler mal de moi. 40Qui n’est pas contre nous est pour nous.

        la phrase précédente vous donne la réponse .

        Matthieu 12
         29Ou, comment quelqu’un peut-il entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort ? Alors seulement il pillera sa maison. 30Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse.

        et de prétendre comprendre « toutes cette nuances subtiles de la foi ».
        je ne pretends pas comprendre toutes les nuances ;mais en percevoir quelques unes que beaucoup se refusent ou tout simplement d essayer  de voir ;
        comme je le disais il faut peut être une vie ou plus pour ce que l on pourrait dire retrouver notre nature d être : « être à l image de notre père » ..faire mourir le vieil homme, apprendre à ouvrir les yeux , faire mourir notre ego, retirer nos craintes et il faut avoir la foi , pour lâcher ce que qui nous attache.( à tout niveau ) ; contrairement à ce que vous dites .

        .


      • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 26 avril 21:22

        @Sozenz Vous m’avez mal compris, je pense effectivement qu’il faut avoir foi et les évangiles sont clairs sur ce point mais dire « il est croyant », « il a la foi » ou « il n’a pas la foi » pour définir quelqu’un ne suffit pas. D’une part la foi sans les œuvres est morte, nous dit Jacques, d’autre part, on peut avoir la foi bien des choses (Coran, progrès, communisme) sans avoir la foi au vrai Dieu. Dans un article précédent, j’ai critiqué une forme de théologie qui voulait faire une synthèse entre Aristote et le Christianisme et en est arrivé à des conceptions discutables sur Dieu (le Dieu impassible qui ne souffre pas repris à Aristote,notion critiqué par un théologien comme Jurgen Moltmann). En tout cas la foi a besoin de grandir et mûrir.

         

      • rogal 26 avril 13:40

         « En fait, croyant, tout le monde l’est à sa façon ». Même Pyrrhon d’Élis ?


        • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 26 avril 15:27

          @rogal Pyrrhon croyait au moins à son enseignement, enseignement qui valait ce qu’il valait.


        • MagicBuster 26 avril 14:00

          Que vous soyez croyant ou non ne nous intéresse pas .
          Merci d’aborder ce sujet et vos questions dans votre lieu de culte avec votre communauté.

          A l’évidence , comme dans toutes les sectes, vous trouverez du réconfort auprès de vos semblables.

          Bonne journée.


          • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 26 avril 15:32

            @MagicBuster J’ai cherché à montrer dans cet article que « croyant » est un mot que l’on met à toutes les sauces, ce que vous faites vous même. Si vous vous contentez d’étiqueter les gens et n’êtes pas prêt au dialogue ou à la confrontation de points de vue, je vous laisse tranquille. 


          •  C BARRATIER C BARRATIER 26 avril 18:48

            Qui décide de ce qui est une transcendance et ce qui n’en n’est pas ? Chacun n’est il pas capable d’en décider ?
            La foi, la croyance, la crédulité sont quelque part des synonymes. Je préfère le savoir à la croyance. On ne soigne pas les gens à partir d’une croyance (sauf les charlatans). On ne construit pas un avion à partir d’une croyance. La poussée d’Archimède n’est pas une croyance
            . Il existe des faits, heureusement.

            la déclaration universelle des droits de l’homme est la transcendance de l’humanité occidentale, pour les Chinois les ancêtres et la nature sont une transcendance fondamentale, qui a précédé celle de l’Occident.
            La laïcité qui n’est pas une opinion, mais le droit d’en avoir une et d’en changer librement, est pour l’homo collectivus une belle transcendance aussi.
            On peut juger de la valeur d’une transcendance à ses effets, tant pis pour les religions qui ne proposent aucune transcendance, mais l’obéissance à des gourous.
            Dieu est le nom donné à toute transcendance de l’homme qui se dépasse librement.
            Savez vous qu’il existe à côté de la déclaration française des droits de l’homme une declaration de ses devoirs ?

            Devoirs de l’Homme et du citoyen

            http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=210

            L’être humain a des droits et s’impose des devoirs qui sont de petits dépassements de soi


            • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 26 avril 19:28

              @C BARRATIER Intéressant, ceci dit, la Bible se base aussi sur des faits, quand les Proverbes disent « celui qui sème la haine récolte la tempête », il y a des siècles d’expérience pour le justifier et on peut reconnaître toute une sagesse pratique derrière ces proverbes. Quand la Bible enjoint de ne pas tuer, voler, commettre l’adultère ou faire de faux témoignages entre autres, elle jette les bases d’une société vivable. Une société pratiquant les commandements opposés ne pourrait garantir les droits de l’homme auxquels vous semblez attaché. 


            • Sozenz 26 avril 20:32

              @Bernard Mitjavile
              il n y a pas que dans la bible que l on trouve le système de cause à effet ;
              on le retrouve aussi dans le bouddhisme ; avec le système du karma ;
              ce n est pas un truc délirant ; c est juste un logique . aussi simple que les mouvements mécaniques.
              on connait ceci sur le plan physique , matériel ; mais peut pensent que cela puisse exister sur le plan immatériel.( la pensée ) ce qui est compréhensible, on est tous plus ou moins comme saint thomas .
              toutefois rien ne contredit le fait qu ’ il puisse y avoir une réaction sous quelque forme que cela soit par la pensée ou par le Verbe. 


            • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 26 avril 20:59

              @Sozenz C’est vrai que l’on peut faire un parallèle entre le principe du karma avec « on récolte ce que l’on sème ». Cette idée d’opposer la raison à la foi chrétienne est très simpliste.


            •  C BARRATIER C BARRATIER 26 avril 21:35

              @Bernard Mitjavile
              Les faits qui m’intéressent le plus sont ceux que je peux expérimenter. Les injonctions de la Bible ne sont que des paroles, il faudrait, derrière, que ses adeptes déjà ne tuent pas....Il n’y aurait pas eu de st Barthélémy ni d’inquisition.
              Je pense que par la communication l’humanité progressera vers ses transcendances choisies.
              J’aime bien Michel Serres..



              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 26 avril 19:34

                @Ratatouille Je n’arrive pas à ouvrir la vidéo


              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 28 avril 07:59

                Je ne vais pas faire d’hypothèse sur la baisse de la consommation de pétrole. Tout ce que je peux dire, c’est que depuis 40 ans, on nous répète que dans 40 ans, les réserves seront épuisées, ce qui n’a pas été le cas. 

                Concernant le St Esprit, il faut voir le contexte de cette phrase : Jésus parla ainsi parce qu’ils disaient : il est possédé d’un esprit impur.
                Quand à votre affirmation que le pardon ne peut s’utiliser plusieurs fois pour la même chose, elle ne correspond pas à ce que dit Jésus à Pierre qui lui demande combien de fois il dois pardonner à un frère, suggérant sept fois et Jésus lui répond « soixante dix sept fois sept fois ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès