• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une religion martyrisée puis oubliée, Celle des CATHARES

Une religion martyrisée puis oubliée, Celle des CATHARES

Un peu d’histoire

Au cours du grand bouillonnement spirituel de l’An Mil, des communautés de clercs, moines et laïcs, partout en Europe, hommes et femmes mêlés commencèrent à réclamer un retour aux idéaux de l’église chrétienne primitive. Celle de Jésus et de ses apôtres qui enseignait la simplicité, le partage et l’amour du prochain.

Tous ces affamés de Dieu critiquaient ouvertement les fastes de l’église romaine, ses richesses, sa complicité avec les puissants de l’époque. Ils rejetaient en bloc tous les sacrements de l’église catholique et ses pratiques considérées comme superstitieuses, les cultes idolâtres des reliques, des statues de saints et toutes les bénédictions ou malédictions diverses destinées à enrichir encore plus cette église de plus en plus éloignée à la fois de ses sources et du peuple.

Ces contestataires furent appelés Cathares (du grec katharos signifiant purs)

Comprenant vite le danger, les conservateurs de l’église romaine bien établis et nantis dans leurs privilèges les qualifièrent d’hérétiques. Les bûchers de l’intolérance firent leur apparition. On commença à brûler en Angleterre, en Rhénanie, en Lombardie, en Champagne, en Bourgogne, en Aquitaine.

Partout sauf dans le royaume de Bulgarie où on les appelle bogomiles qui signifie « aimés de dieu » et dans le sud-ouest de la France en pays occitan où les gens du peuple les appellent les bons chrétiens et les fidèles, les bons hommes et les bonnes dames. Dans ces régions les seigneurs locaux les tolèrent et les protègent.

Pendant trois générations, les maisons des communautés cathares se multiplient entre Toulouse et Carcassonne, entre Agen, Albi et Foix. Dans ces maisons situées au cœur des bourgs et des villages, les chrétiens et chrétiennes cathares prient et travaillent.

Cette église mixte qui se faisait appeler l’église des amis de dieu n’emploie pas de serfs, ne perçoit ni dîme, ni taxes comme l’église romaine.

Les cathares travaillaient de leurs mains pour vivre, ils partageaient la vie des hommes qu’ils côtoyaient et recevaient malades, indigents et visiteurs dans leurs maisons.

Ils priaient là où ils pouvaient de jour comme de nuit. Ils n’avaient ni église, ni temple, ni autel car disaient-ils, Dieu n’a nul besoin de ces artifices pour le célébrer.

De jour c’est en direction du soleil qu’ils célébraient Dieu et la nuit en direction des étoiles, car Dieu est avant tout lumière et amour.

Ils sortaient toujours par deux, bâton de pèlerin à la main, besace à l’épaule pour aller prêcher par les routes et villages. Ils étaient des prédicateurs très convaincants par leur culture et leur simplicité. Ils ne proposaient pas un prêchi-prêcha pour sacristies, mais une parole vraie, insérée dans la vie de chacun.

Il ne faut pas croire que malgré leur vie d’ascètes, ces pauvres du Christ étaient des pisse-vinaigres et des rabat-joie, bien au contraire ils possédaient cet humour qui caractérise les gens intelligents.

Ainsi par exemple à ceux qui leur reprochaient de ne pas adorer la croix, ils répondaient : « Si ton père avait été pendu, adorerais-tu la corde qui l’a fait mourir ? ». Et pour le signe de croix, ils affirmaient que c’était un très bon moyen l’été, pour chasser les mouches de son visage. 

Quand ils rencontraient des paysans s’en remettre à Dieu pour les récoltes, ils leurs rétorquaient : « Ce n’est pas Dieu qui fait les bonnes récoltes mais le fumier que l’on met dans la terre »

 

C’est dire à quel point ils étaient redoutés par les prédicateurs catholiques qui ne leur arrivaient pas à la cheville et qui reconnaissaient malgré eux, un ennemi beaucoup plus fort spirituellement.

Une piété simple, sobre, authentique, naturellement solennelle et sans emphase, telle était l’expression religieuse de ces cathares

Jusqu’en 1209, année de grand malheur où le pape Innocent III appelle à la croisade contre les hérétiques appelés « Albigeois ». La répression catholique est féroce, le cauchemar des cathares commence. Sac de Béziers, prise de Carcassonne, bûcher de Minerve où 140 cathares sont brûlés, puis la cité de Lavaur avec cette fois 400 cathares brûlés. L’inquisition s’installe, on massacre, on torture et on brûle au nom de Dieu !

En 1242, les chevaliers occitans qui pour majorité d’entre eux avaient une sœur, une mère chrétienne brûlée vive à venger se révoltent contre le joug papal. Un certain nombre d’entre eux gagne Montségur, un village fortifié demeuré inviolé. Des cathares survivants les accompagnent et reconstituent l’église interdite.

Montségur constitua durant douze années un pôle de résistance militaire et religieux à Rome et au roi de France. Qualifiée d’hydre de l’hérésie par le pape, la forteresse de Montségur finit par capituler après un siège d’une année. Plus de deux cents bons chrétiens et bonnes chrétiennes, auxquels s’étaient joints une trentaine de dames, soldats et chevaliers volontaires pour le martyre furent précipités dans un enclos fait de pals et de pieux auquel on mit le feu.

Le bûcher des parfaits de Montségur illumina les pentes vertigineuses de la montagne refuge. L’église cathare devint clandestine et finit par disparaître.

 

En 1321 le dernier “parfait” cathare connu, Guillaume Bélibaste est arrêté et brûlé vif à Villerouge-Termenès.

En 1309, celui-ci après une longue méditation, prédisait :

“ Au cap de sept cents ans, le laurier reverdira “

A savoir :

Le catharisme était une religion fondée sur la révélation d’un christ envoyé sur terre pour transmettre un message et non pas pour racheter les péchés des hommes.

C’était donc bien un christianisme mais en totale opposition avec celui de l’église romaine.

Le catharisme primitif est d’inspiration gnostique et dualiste, il suppose deux principes, celui du bien, émanation du vrai dieu infiniment bon et celui du mal produit par un démiurge irresponsable, créateur du monde matériel.

Les cathares n’ont laissé aucune construction, temple, monument ou église dans ce monde matériel qu’ils considéraient comme fondamentalement mauvais. La presque totalité de leurs écrits ont été brûlés.

 

Note : La croix occitane ne représente en rien les cathares. Ceux-ci n'avaient aucun signe distinctif et encore moins de logo !

Les habitants de Bosnie Herzégovine étaient primitivement des bogomiles qui se sont convertis à l'islam pour fuir les persécutions de l'église romaine.

 

Le jour où les yeux se dessilleront, le choc sera rude

Prédiction Cathare


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • pissefroid pissefroid 11 août 2014 11:19

    à voir ou à revoir,
    la caméra explore le temps (1966),
    les cathares,
    1, la croisade et
    2, l’inquisition.
    sur ina.fr


    • Diogène diogène 11 août 2014 11:21

      Des document typiques de l’histoire officielle.


    • Diogène diogène 11 août 2014 11:19

      Le catholicisme romain imposé dans tout l’empire pour relayer la puissance militaire perdue et percevoir l’impôt d’une autre manière est un syncrétisme, c’est_à-dire un amalgame de toutes les croyances antérieures qui a permis aux pueples à la fois de croire qu’il avaient conservé leur identité et qu’ils faisaeint partie d’un même ensemble.


      Il est arrivé que la nostalgie d’un temps pré-romain idéalisé surgisse ça et là sous forme de révoltes.
      Elles étaient pretendues hérétiques combattues comme les étasuniens combattent le « terrorisme » aujourd’hui.

      Les Cathares se croyanet peut-être chrétiens, mais ils enseignaient une religion plus proches des cultes solaires et lunaires celtes qu’un « christianisme primitif » qui n’a jamais existé puisque le christianisme actuel est le résultat d’un brassage de cultures, en particulier les cultes de Mithra et Sol Invictus.

      • jef88 jef88 11 août 2014 11:29

        Je partage cette analyse !


      • Rounga Rounga 11 août 2014 11:48

        Sans approuver les durs châtiments auxquels les cathares ont été condamnés, il convient d’exprimer une certaine réserve par rapport à ces religieux dont le texte n’évoque aucun défaut. Les cathares, malgré l’intérêt qu’on peut trouver en étudiant leur spiritualité, étaient de purs spirituels, rejetant complètement le corps, au point parfois de jeûner jusqu’à la mort. Il faut bien reconnaître à l’Eglise catholique d’avoir toujours su, du point de vue doctrinal, conserver un juste milieu entre toutes les options métaphysiques qu’offrait la philosophie grecque : ni tout spirituel (platonisme), ni tout corporel (épicurisme), mais corporel et spirituel, de la même manière que le Christ n’est ni seulement Dieu (monophysisme), ni seulement homme (arianisme), mais Dieu et homme. On ne mesure pas toujours très bien l’importance de ces questions, dont les implications sont pourtant nombreuses. Les excès des cathares sont un exemple de ces implications.


        • Diogène diogène 11 août 2014 11:49

          Les « parfaits » étaient des druides.


        • Gnostic GNOSTIC 11 août 2014 17:05

          Commentaire démontrant l’ignorance toujours en cours sur ce qu’étaient véritablement ces bons hommes et ces bonnes femmes.

          Les cathares, ces gnostiques occitans se sont jetés volontairement dans les flammes des buchers de Montségur plutôt que de renoncer à leur foi.

          Par ailleurs certains cathares (mot qui signifie purs ou parfaits) quittaient volontairement ce monde en pratiquant l’endura, un procédé qui consistait à ne plus s’alimenter jusqu’à ce que la mort s’ensuive, mais cette solution radicale tenait plus du rituel de purification que du suicide.

           

          J’invite les lecteurs à aller visiter le pays cathare et ses châteaux. Ils trouveront des guides compétents qui leur enseigneront ce qu’étaient ces gens et non pas les « conneries » expliquées par les églises officielles (des sectes qui ont mieux réussies que les autres).

           


        • Rounga Rounga 11 août 2014 17:39

          Par ailleurs certains cathares (mot qui signifie purs ou parfaits) quittaient volontairement ce monde en pratiquant l’endura, un procédé qui consistait à ne plus s’alimenter jusqu’à ce que la mort s’ensuive, mais cette solution radicale tenait plus du rituel de purification que du suicide.


          Dans les faits, il reste qu’ils mourraient de faim volontairement, quelle que soit la signification qu’ils mettent dessous. C’est bien un mépris du corps et de la matière.

        • alinea alinea 11 août 2014 18:43

          Il y avait, dans cette « société » les parfaits qui « endossaient » l’entièreté du spirituel ; purs esprits donc ; tandis que le commun des mortels pouvaient vaquer à ses désirs terrestres sans culpabilité aucune !
          Après, le jeûne a toujours été un exercice de la spiritualité ; quand on sait combien cela est une drogue, certains s’y sont peut-être laissés prendre ; mais je n’ai pas souvenir que c’était un but en soi, une apothéose ; la vie terrestre était quand même très présente !


        •  C BARRATIER C BARRATIER 11 août 2014 19:50

          Rounga, ce n’est pas un problème de juste milieu (qui décide du milieu ?) mais de liberté de conscience que l’église catholique refusait et refuse encore, cette liberté de pensée étant la laïcité. il s’agit évidemment de la hiérarchie catholique, pas de la majorité des adeptes qui est attachée à la liberté de pensée, 

          En table des news :

          Laïcité travestie en laïcisme par ses détracteurs

           

          http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=192

           


        • mmbbb 11 août 2014 23:03

          les cathares n’avaient pas un lien ancien avec le bogomilisme ? Quant a l’auteur il se trompe il y a quelques annes nous ne parlions que des cathares et une prose esoterique florissante en particulier inonda les librairies Il y eut meme une filmographie interessante 



        • Rounga Rounga 12 août 2014 10:37

          Rounga, ce n’est pas un problème de juste milieu (qui décide du milieu ?) mais de liberté de conscience que l’église catholique refusait et refuse encore, cette liberté de pensée étant la laïcité.


          Non monsieur, à l’heure où la foi chrétienne était menacée par des hérésies absurdes et dangereuses, la question principale était de préserver l’unité des croyants, ce qui n’était pas une mince affaire. Pour vous c’est une question de liberté de conscience car vous êtes incapable de regarder les événements passés avec d’autres yeux que ceux de notre époque. Ayons un peu d’humilité : l’humanité qui existera dans mille ans jugera elle aussi nos comportements actuels avec les conceptions qui leur seront propres.

        • caillou40 caillou40 11 août 2014 14:19

          Un clan dans l’église de l’époque bien trop puissant et pur...En face se trouvait toute la pourriture du christianisme au pouvoir...cela ne pouvait que mal finir..(aujourd’hui c’est hélas toujours la même chose).


          • Christian Labrune Christian Labrune 11 août 2014 16:05

            Ce qui est arrivé aux Cathares est en train d’arriver aux Yézidis dans les montagnes du Kurdistan irakien. Leur religion très particulière, à propos de laquelle on trouve un article dans Wikipedia, à l’entrée « Yézidisme », est fort ancienne : dans leur calendrier, ils en sont au septième millénaire !

            Cette persécution n’est évidemment pas la première mais risque d’être la dernière si les nations civilisées ne font rien. Plusieurs dizaines de milliers de Yézidis sont actuellement réfugiés sans nourriture et même sans eau dans les montagnes du Sandjar.

            Leur culte, même s’il est quelque peu monothéiste, n’a pas grand chose à voir avec nos trois religions « du Livre ». Pour les musulmans sunnites à la solde d’Abou Bark al-Baghdadi, le nouveau Calife, ils sont des adorateurs du diable. A ce titre, il convient qu’ils crèvent tous comme des chiens.
            Cela ne se passe pas au XIIe siècle mais les moeurs d’une grande partie du monde contemporain paraissent n’avoir pas du tout évolué depuis le moyen-âge.


            • OMAR 11 août 2014 19:14

              Omar33

              Chemise brune, on parle ici des Cathares et de leur martyr.

              Maintenant, si tu veux suggérer une pensée anti-islam, il faut que tu fasses preuves de plus d’intelligence, ce qui n’est pas ton fort.

              Car vois-tu, si effectivement les Yézidis sont menacés, au même titre que les chrétiens et certains musulmans, d’extermination, ceci est dû à tes potes occidentaux qui ont tout fait pour détruire l’Irak et faire germer ces hordes barbares djihadistes... 
              http://ripostelaique.com/loccident-finance-le-terrorisme-islamiste-avec-vos-impots.html

              Et tempère ta haine islamophobe, les ricains bombardent cette fiel wahhabite...
              http://www.liberation.fr/monde/2014/08/08/les-etats-unis-bombardent-des-sites-jihadistes-en-irak-affirme-un-responsable-kurde_1077299


            •  C BARRATIER C BARRATIER 11 août 2014 19:56
              Christian Labrune
              les religions monothéistes actuelles mèneraient donc le même combat...
              Les acquis grignotés permettent de grignoter encore

              République laïque grignotée : tout accommodement dégénère

               

              http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=212


            • Plus robert que Redford 11 août 2014 16:18

              En 1309, celui-ci après une longue méditation, prédisait :

              “ Au cap de sept cents ans, le laurier reverdira “


              • Bon sang, mais c’est bien sûr !! 2008, c’est l’année de l’irruption de la Fièvre Catarrhale Ovine !!!

              • alinea alinea 11 août 2014 17:18

                J’ai beaucoup aimé les cathares ; il m’en reste, je crois, un fonds qui me guide aujourd’hui encore.
                Je me permets de vous rappeler cet article paru il y a peu ici, tout à fait passionnant

                http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/les-femmes-et-le-catharisme-dans-138764

                Merci en tout cas pour ce rappel


                •  C BARRATIER C BARRATIER 11 août 2014 20:31

                  Merci Alinéa pour ce lien, j’ai toujours considéré l’Occitanie comme plus civilisée que le nord conquérant, je suis très ému par les cathares, je ressens la force de pensée libre des cathares dans les ruines de Montségur.

                  Je publierais bien votre texte sur mon site, il irait bien avec les autres...Je peux ?En citant mes sources bien sûr.

                • alinea alinea 11 août 2014 21:33

                  Mais ce n’est pas mon texte mais celui de Céline B. Je ne la connais pas mais j’ai idée que quand on publie quelque part on ne craint pas d’être publié ailleurs !!!


                •  C BARRATIER C BARRATIER 12 août 2014 14:53

                  exact...merci


                • christophe nicolas christophe nicolas 11 août 2014 18:57

                  Niveau compréhension de Jésus, vous êtes un peu à la rue, « Le catharisme était une religion fondée sur la révélation d’un christ envoyé sur terre pour transmettre un message et non pas pour racheter les péchés des hommes. »


                  Jésus délivre un message, évidemment mais ça ne le distingue pas des autres et il rachète les péchés des hommes de deux manières. Par son exemple et la résurrection, il justifie pour la raison mais vis à vis de la justice divine, son acte donne du crédit au ciel pour l’équilibre ou la justice au mérite car Jésus a une nature humaine. Si on ne passe pas par la rédemption, on bloque le message car l’esprit devient orgueilleux et se prendra pour Dieu. C’est la faute des cathares inscrite dans leur surnom de « parfaits », une insulte à Dieu. J’en ai connu un comme ça, pour vouloir ne jamais se tromper, il mentait, puis finalement il volait, il trichait, il avait toutes les tares...

                  Vous appréciez qu’on se donne de la peine pour vous et si c’est le cas cela vous donne envie de vous donner de la peine. C’est pareil pour Dieu... celui qui se dit parfait n’a plus besoin de Dieu et trahit le 1er commandement. Il n’y a que Jésus qui est parfait, mais il n’y a pas de souci puisque que c’est également Dieu et il échappe à l’orgueil en glorifiant le Père...

                  En plus, les cathares croyaient que les galinacés avaient des âmes... ce n’était sans doute pas une raison pour les brûler, c’est certain. 

                  C’est une problématique religieuse pas philosophique, le catharisme est hérétique parce que se dire parfait est de l’orgueil. La bonté est un regard qui va vers l’extérieur, pas vers soi mais elle peut prendre plusieurs formes, l’action matérielle ou pour l’esprit, cette dernière forme étant plus fondamentale.



                  • alinea alinea 11 août 2014 21:36

                    Tout être vivant a une âme, je ne vois pas pourquoi les poules n’en auraient pas ! Ce que j’aime chez les Cathares, c’est justement cette absence d’arrogance ou de suffisance du bipède ! Et cela m’habille comme un gant !!


                  • Gollum Gollum 12 août 2014 10:35

                    Sur la prétention à être pur, je cite Wiki : 


                    Le catharisme (du grec καθαρός / katharós, « pur ») est un mouvement médiéval d’origine antique, un manichéisme avec des aspects chrétiens. Il ne s’est jamais autodésigné ainsi, car ce terme, inventé par l’abbé Eckbert von Schönau (de) († 1184) pour désigner les « hérétiques », fut popularisé en français par l’occitanisme des années 1960 dressé contre lecentralisme jacobin1. Les guides religieux « cathares », en effet, se désignaient eux-mêmes comme « Bons Hommes », « Bonnes Dames » ou « Bons Chrétiens » et leurs ennemis contemporains les appelaient les « hérétiques albigeois ».


                    Autrement dit ce sont leurs ennemis qui les désignaient ainsi !

                    D’autre part il s’agit d’un commandement du Christ : Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait

                    Autrement dit la remarque de Christophe Nicolas n’a aucun sens.

                    D’autre part comme l’a souligné Barratier ce qui fut en question à l’époque était la tolérance d’un autre système de pensée.

                    Hors la tentative de convaincre fut essayée au début de l’hérésie. Voyant que cela ne fonctionnait pas et que donc risquait de s’installer durablement une confession concurrente, un virage à 180 ° fut entrepris et de là naquit l’Inquisition.

                    On peut reprocher éventuellement des choses aux Bons hommes mais la notion d’absence de libre-arbitre au sein de l’Homme, qui est un des piliers de leur théologie, impliquait ipso facto une grande tolérance quant aux fautes et à une absence de culpabilité de l’Homme. Et donc à une impossibilité de se servir du religieux comme moyen coercitif et de pouvoir comme le fit l’Église de Rome.

                  • soi même 11 août 2014 20:07

                    Je voie à pars avoir une vue poétique du Catharisme, personne ne doutes que les rares témoignages sur eux sont tous issues de l’inquisition et l’on parle d’un sujet qui a été amplement déformé donc ici personne pourront expliquer la différence entre la Gnose, le Manichéisme,le Pauliciiens, le Bogomiles, les Paritins, les Cathares, les Templiers, les Amis de Dieu , les Vaudois.
                    Si l’on se contente d’historiens officiels où d’amateurs d’exotérisme auto proclamer on peut être sûr, de professer des bêtises ad vitam aeternam pour le plus grand bonheur de cette Église Catholique Romaine qui a prit un soins méticuleux à ne laisser que des preuves déformés de ces mouvements quelles a toujours combattue !


                    • Diogène diogène 11 août 2014 21:16

                      Entièrement d’accord.

                      C’est comme si on utilisait les rapports de la CIA pour écrire l’histoire du moyen-orient !

                    • Pascal L 11 août 2014 21:38
                      L’inquisition n’a pas vraiment une bonne presse dans l’Église Catholique d’aujourd’hui, mais c’étaient d’abord des tribunaux, il existe encore beaucoup d’archives de ces procès avec des comptes-rendus détaillés des plaidoiries. Les tribunaux de cette époque, qu’ils soient civils ou religieux ne fonctionnaient pas vraiment comment maintenant.

                      Si vous dites que l’Eglise Catholique «  a prit un soins méticuleux à ne laisser que des preuves déformés de ces mouvements » comment peut-on alors affirmer aujourd’hui que ces preuves sont déformées sans avoir des documents qui le prouvent ? Ne faut-il pas de nos jours apporter des preuves avant de faire des accusations ? Je vous laisse méditer sur la contradiction.

                      De tous les hérésies cités, aucune n’a survécue. Si vous pensez que l’une au moins vaut la peine, rien ne vous empêche de la recréer et cette fois-ci aucun tribunal ne vous enverra au bucher. Après-tout, les Eglises Protestantes sont très nombreuses.

                    • soi même 12 août 2014 11:13

                      @ pascal l, il y a néanmoins de très rares documents originaux fragmentaire qui nous sont parvenues intacts qui sont passés à travers les mailles du filet de l’inquisition ; il nous donnes un aperçus qu’il y a eu différents courant dans le Catharisme, avec différente forme de néo Manichéisme donc on peut faire des regroupement avec des recueilles authentiques Manichéennes que l’on à retrouver en Égypte et en Extrême Orient.

                      A part avoir lue dans les commentaires de ses textes, d’une érudition d’universitaire qui hélas non aucune profondeur si ce n’est que manipuler des concepts abstraits et faire des classements hiérarchiques des origines avec une complaisance évidente à attribuer une même valeur documentaire entre un authentique document et des pièces issues des archives de l’inquisition.
                      Donc on sait que c’est sous la torture que les aveux étaient obtenues, déformer et orienté suivant ce que l’Inquisition exigeait comme preuve pour condamner ceux qui en étaient l’objet . 

                      Rien que pour l’endura , il y a une méprise , en rien c’est un procédé qui consistait à ne plus s’alimenter jusqu’à ce que la mort s’ensuive, c’est un procéder d’Initiation dont l’inquisition c’est servie pour discrédité et ruiné ces mouvements qui par leurs ascétismes et leurs moralités mettaient à mal cette bonne religion Chrétienne Catholique Romaine qui se fourvoyait dans des affaires bien temporelles qui scandalisaient à peut près tous le monde à cette époque.

                      Vous savez autant que moi, des écrits de contradicteurs en autre Saint Augustins, ne sont pas des preuves sérieuses objectivités sûr la question du Manichéisme, la controverse sur Fautus et un exemple typique comment c’est perpétré à travers les siècles, des vérités fausses sur cette religion

                      il a fallut des découvertes majeurs en Égypte et dans les grottes Ouïlgour en Chine pour comprendre la divergence qu’il a entre la critique de saint Augustin sur ce mouvement et la réalité que ces textes apportent
                      C’est le même cas de figure avec les différentes mouvements Cathares et leurs réalités

                      Et paradoxalement, on en apprend plus dans les contes, mythes, légendes populaires que cette époque à laisser que les commentaires de commentaire, les commentaires d’étude de tous ses biens pensants qui réciter leurs catéchismes professorales d’érudit vaniteux boursoufler par leurs titres théologiques et universitaires, donc sans ce rendre compte perpétuent l’anathème sur tout ses mouvements  !

                      Mille ans d’existence ne peut pas être totalement étouffer, il y a toujours des rejets verdoyants qui perces le voile de cette fable convenue qu’est l’histoire et leurs pseudos preuves écrites !

                      Regard comment cela à resurgir dans les Arts !

                      http://www.quizz.biz/uploads/quizz/292948/2_4bdvo.jpg


                    • Gnostic GNOSTIC 11 août 2014 21:41


                      @ cristophe nicolas et @ soi même et les autres

                       

                      J’ai oublié de mentionner mes sources pour la rédaction de mon article

                       

                      La principale provient du livre intitulé "Le christianisme des bons hommes"

                       

                      Il est écrit par Anne BRENON conservateur en chef du patrimoine de France en charge du Centre national d’études cathares/Centre René Nelli

                       

                      Et par le Pasteur Pierre Jean RUFF de l’église réformée de la Bastille avec qui j’ai eu plaisir à dialoguer il y a quelques temps.

                       

                      Des gens qui bien sûr ne savent pas de quoi ils parlent !

                       smiley


                      • soi même 12 août 2014 11:31

                        T’as pas plus sérieux comme érudits, le cercle Nelli n’est pas une référence quand ton pasteur, il ne faut pas oublié que le protestantisme est profondément imbibé par le catholicisme sur cette question, même si part ailleurs ils en sont détacher sur des questions théologiques
                        Et il ne faut pas mon plus oublié d’où les Universités sont nées et qu’ils font encore allégeance à des vieux principes véhiculés par la religion catholique, sur l’autorité et le savoir perpètre par le diplôme académique de ses institutions !
                        Qui fait sur certain sujet, la vérité aura de la peine à sortir, tant que l’autoritarisme du savoir académique est puissant !


                      • Gollum Gollum 13 août 2014 12:11

                        A propos soi-même vous écriviez ceci il y a un an sur le texte proposé par Alinéa : 


                        il est dommage dans votre article que vous faites pas référence à Déodat Roché ni à André Nelli 

                        Il s’agissait de René Nelli et non pas André et à l’époque vous étiez plutôt pour… Vous changez vite de référence on dirait...

                      • soi même 17 août 2014 15:31

                        @ Gollum, je change pas de référence, j’approfondie le sujet, autant qu’ils ont le mérité d’exhumer un passé oublier, ils sont aussi sujet à leurs présupposer qui se révèle pas toujours pertinent en se qui concerne ce sujet..
                        Car pour comprendre le Catharisme , il est impératif d’approfondir, ce qu’à été le Manichéisme dans forme original et non pas se raccrocher à que filtre Saint Augustin sur sa controverse avec Fautus !

                        J’ai du respect pour les travaux de Déodat Roché et sa quette sur le sujet que pour René Nelli ,donc j’ai beaucoup plus de réserve, quant aux autres, ceux qui assument la succession de cette recherche cela devient un pur travail universitaire abstrait .

                        Tous l’intérêt de Napoléon Peyrat de Déodat Roché de René Nelli ne sont pas en réalité les conclusions qu’ils en tires qui est important, c’est le travail documentaire qu’ils fournies.
                        Les pistes de réflexions, les références.

                        C’est un sujet qui est infiniment plus complexe que la simplification que l’on peut peut constater à travers leur leurs différentes études sur le sujet,

                        Car l’on peut difficilement comprendre ce qu’est le Catharisme, si l’on ne tiens pas pas compte que se sont les dernier feux feux du Manichéisme Occidental qui brille pour une forme abâtardie de l’impulsion intaille.

                        Si je vous pose la question qu’est le Manichéisme ?, je suis sûr que votre réponse va être un stéréotype de la pensé qui traversée l’Occident, la lutte du Bien contre le Mal , en somme une caricature de son essence.

                        Le Manichéisme lutte contre le Mal par la Douceur , une donner que l’on rencontre jamais dans toute les études sur le sujet, qui explique pourquoi, il y a un tel fossé pour comprendre la vrai nature du Catharisme !

                        Et c’est pourquoi, je salut ces personnes pour leurs travaux, sans leurs en donné pour autant un crédit d’exactitude interprétative réaliste sur le sujet !

                         

                         


                      • Frédéric MALMARTEL Le Kergoat 11 août 2014 22:19

                        L’idéologie et le sort des Cathares rappelle un peu celui des Salafistes !

                        En général tous les excités de la religion finissent mal !


                        • eric 12 août 2014 09:31

                          Ouille ouille ouille... ;

                          Il n’est peut être pas mauvais de rappeler que selon les meilleures estimations, ce mouvement a du toucher entre 2 et 5% des populations du sud de la France.
                          Que les seules sources écrites que l’on ait sur ce qu’il croyait, sont, en gros les minutes des procès de l’inquisition. Certes, on peut en retirer en creux quelques éléments, mais en gros, on ne sait rien du tout...
                          Ainsi, il est difficile de savoir si leur détestation de l’humain (notamment de son corps) était réelle ou inventée a leurs ennemis. Dans le premier cas, on peut comprendre que cela ait suscité des réactions dans une société entièrement organisée autour des ses croyances religieuses, très marquées par l’incarnation et donc très charnelles.
                          Ce mouvement pour autant que l’on sache, est assez clairement gnostique. Il « sait », et il connaît la technique pour arriver à la perfection. Je n’ai pas lu le pasteur Ruff. En revanche, je connaît un peu les écrits du pasteur Wagner et j’ai quelques idées sur Ferdinand Buisson et quelques autres libéraux. La synthèse entre l’agnosticisme libéral et le gnosticisme cathare est sûrement une curiosité intellectuelle. Cela évoque pour moi le parti politique brésilien évoqué par Emmanuel Todd dans un de ses ouvrages : le parti marxiste vaudou. 

                          Au bout du compte, la principale information que distille cet article, c’est que « les catholiques étaient, sont méchants et seront méchants ».

                          Ce n’est pas une idée très nouvelle. C’est clairement contradictoire avec la pensée protestante libérale, faites de tolérance, d’œcuménisme, de dialogue entre religion, et donc, au moins à en croire l’auteur, avec le catharisme.

                          Dans une approche superficielle du religieux, cela fait penser au Chiisme dans ses périodes de crise : « le monde est divisé entre bons et méchants, les méchants sont les plus fort, donc mieux vaut mourir en beauté que vivre ». Après, mourir de faim ou avec une ceinture d’explosifs... On voit bien que la première solution est plus anodine pour l’environnement, mais le résultat est du même ordre pour l’intéressé et le bénéfice social très relatif dans les deux cas. 

                          Si on y regarde de plus prêt, la démarche intellectuelle ressemble pas mal à l’oxymore classique de toutes les religions socialisantes : « pas de liberté pour les ennemis de la liberté ».
                          Ceci nous rappelle qu’elles ont fleurie surtout dans les régions très monolithiques sur le plan religieux, catholiques, orthodoxes.

                          Il n’est donc paradoxal qu’en apparence que l’auteur condamne une religion au nom de la tolérance et du nécessaire dialogue. Qu’il ait des idée aussi claires sur les mérites comparés des gens et idées au début du treizième siècle. Dans une démarche très « catholiques romaine », il s’agit bien de savoir qui a raison « ici et maintenant ». Alors peu importe qu’on ait que de très vagues idées sur les cathares ou que l e catholicisme contemporain puisse différer de celui du 13 ème siècle....

                          Au fond, une version ésotérique de l’anticléricalisme....








                          • Gnostic GNOSTIC 12 août 2014 09:49



                            Ah OUI ouille, ouille, ouille

                             

                            C du grand n’importe quoi

                             

                            Dans une approche superficielle du religieux, cela fait penser au Chiisme dans ses périodes de crise …

                            Après, mourir de faim ou avec une ceinture d’explosifs...

                             

                            D’abord j’ai bien écris, certains cathares pratiquaient l’endura (une très très petite minorité de « parfaits » de "haut niveau comme accomplissement spirituel)

                             

                             

                            Pour les chiites, à ma connaisance ils ne pratiquent pas le suicide avec ceinture d’explosifs ce sont les sunnites !

                             

                            Quant au reste … RIEN pigé ?


                          • ObjectifObjectif 12 août 2014 23:15

                            Sur un sujet comme cela, cultivons le doute pour éviter l’écueil de l’addiction aux certitudes !

                            Sur le jeûne, ce n’était pas une caractéristique propre aux cathares, de nombreux saint(e)s de l’église catholique officielle pratiquaient, voire étaient célèbres pour vivre sans manger. Le film Lumière est une bonne introduction actuelle au doute sur la nécessité absolue de manger pour vivre smiley

                            Il est difficile de parler des cathares sans penser aux visigoths, dont le royaume avait Toulouse comme capitale pendant longtemps : jusqu’à ce que les chefs des francs soient dérangés dans leur conquête des territoires et des populations productives. Est-ce que les cathares gênaient en rappelant que le pouvoir royal parisien était le résultat d’une conquête sanglante ? Et qu’ils montraient comment vivre en bonne entente sans avoir besoin de suivre un dogme central, un pouvoir central ?

                            Notons aussi que le dernier hérétique dans cette lignée a été brulé en place publique à Genève en 1553 par un certain Calvin : la réforme aurait-elle été une lutte pour le pouvoir, comme certaines révolutions ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Servet


                            • Julien30 Julien30 13 août 2014 09:21

                              Que de certitudes et de partis pris basé sur pas grand chose, les cathares sont des merveilles et les catholiques d’horribles ordures d’après l’auteur, pas surprenant en même temps pour un gnostique, mais bon cet article n’a rigoureusement aucune valeur si ce n’est celle de la propagande historique.


                              • Gnostic GNOSTIC 13 août 2014 09:34

                                Comme cet article va être retiré dans les minutes qui suivent

                                Nous avons donc le dernier mot avec l’idiot du village qui n’a strictement rien à dire mais qui est tout fier de l’affirmer

                                 

                                AMEN

                                Ça fait catho 

                                  smiley


                              • Julien30 Julien30 13 août 2014 09:41

                                « Comme cet article va être retiré dans les minutes qui suivent »


                                Très bonne nouvelle.

                              • Gnostic GNOSTIC 13 août 2014 09:54

                                C’est ça

                                Pond-nous donc un article ça t’occuperas et puis on verra ce que tu vaux !

                                 smiley


                              • Gollum Gollum 13 août 2014 12:26

                                Très bonne nouvelle.



                                Comme si AgoraVox était un média d’importance… smiley Avec un texte qui va avoisiner les 1500 visites à tout casser (et encore il faut diviser ce chiffre, les commentateurs revenant plusieurs fois), c’est sûr qu’il y a péril en la demeure… smiley

                                D’autre part ceux que le sujet intéresse peuvent trouver toute une littérature abondante sur le sujet ce n’est pas ce qui manque.. smiley

                                Maintenant que les publications ne sont plus soumises au Saint-Office.. smiley

                              • Dzan 15 août 2014 10:21

                                L’église catholique, le plus grand massacreur de tous les temps.
                                Qu’elles sont belles les Cévennes, refuge de ces admirateurs de la foi pure.
                                A lire « Les fous de Dieu » de Jean Pierre Chabrol

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès