• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une sémantique pour les chiens, les rats, les veaux…

Une sémantique pour les chiens, les rats, les veaux…

Le rêve démocratique s’est envolé et ceux qui déplorent cette situation ne savent même pas ce qu’est la démocratie. Bref, un démocrate a pour principe de reconnaître la légitimité de chaque citoyen à prendre partie de la vie politique, que ce soit en décidant, en délibérant, en s’informant, en analysant les choses publiques et la vie politique. La démocratie ne se résume pas à des élections. C’est une attitude de la conscience et de la pensée. Un investissement de la responsabilité. Ce qui suppose des citoyens éclairés. On ne peut pas concevoir une démocratie dans un monde de borgnes. Quoique, borgnes, peut-être mais surtout sourds. Une surdité non pas acoustique mais intellectuelle. Une surdité de l’entendement. Des individus qui n’entendent plus rien à force d’écouter les orateurs au verbe puissant et manipulateur. Déjà, quelques-uns tournent leur regard vers le livre de Klemperer sur la destruction de la sémantique germanique et la novlangue employée par les nazis. C’est une bonne direction. D’autres verront aussi quelques pistes à explorer du côté de la novlangue contemporaine employée dans divers contextes. Celui des éducateurs, avec les apprenants et les scripteurs, celui des managers avec l’usage du globish et de toute la rhétorique anglo-libérale en usage pour enrôler les acteurs dans les rouages de la machine productrice de profit. Les chefs de la politique usent également d’une rhétorique à base de novlangue politicienne pauvre de sens mais suffisamment percutante pour exciter les cerveaux des « chiens », des « rats » et des « veaux » que sont devenus les humains.

On y va de quelques exemples. Licenciement boursier, ce mot n’a aucun sens ou s’il en a, il pèche par un simplisme trompeur et manipulateur, laissant entendre que la bourse est le seul élément présent dans le processus. Allez, d’autres mots, qui font peur ou qui permettent de former une meute de masses citoyennes. Préférence nationale, rigueur, austérité, récession, printemps, axe du mal, droits de l’homme, scandale, peuple souverain, normes, précaution, alerte, gisement d’emploi, flexisécurité, modèle allemand, plan sociaux, TVA sociale, choc de… (Compétitivité, confiance, moralité, transparence, ticket chic et ticket choc). Pas mal, après le choc des civilisations. Et ces Français qui attendent et son choqués, sans compter le choc climatique. Qui impose le développement durable, autre gadget de la novlangue politicienne déclinée en couleur verte. L’écopartage dans les écoquartiers avec l’écorévolution et le mot magique prononcé par sœur Duflot, la nonne de l’écologisme chic : transition énergétique. Tous réunis derrière la transition énergétique, c’est chic et c’est le salut pour nos sociétés en crise. Mais le capitaine de pédalo, c’est choc. Sacré Jean-Luc, le croisé des nouveaux gueux partis à la reconquête du tombeau de Jaurès et ses incantations magiques inscrites dans la mystique de Robespierre. Pacte républicain, pacte écologique, pacte social, impact sur les masses. Pactes et chocs, quelle salade, cette novlangue pour citoyens légumisés.

Les questions de langage ne sont pas un point de détail. Elles sont même déterminantes pour comprendre les sociétés et l’articulation des rouages culturels, cultuels (le religieux mais aussi les croyances idéologiques virant parfois à l’obsession) ainsi que, last but not least, les rapports de pouvoir, d’autorité, de soumission, d’asservissement. Michel Serres avait un peu anticipé la place des communications en publiant les cinq volumes intitulés Hermès. En fait, c’est le code sémantique qui importe. La communication a un pouvoir d’efficience en inculquant aux hommes une manière de penser et des signaux pour agir. Le code et ses instructions sont à l’origine de la vie et de l’organisation cellulaire. Un ensemble de molécules ont pris le contrôle des autres et les ont placées comme éléments au sein d’une finalité systémique. Les écrivains et les orateurs ont aussi pris le contrôle des sociétés qui se sont organisées sous la forme lettrée dès lors que le langage s’est structuré et hiérarchisé au sein des castes dirigeantes ou des esprits influents. Il y a la langue de la liberté et celle de l’esclavage. La langue qui ouvre vers l’universel et la langue qui ramène à l’état d’animalité… affaire à suivre.

Dans nos sociétés hyper moderne, l’usage des mots permet de canaliser les individus dans des comportements similaires à ceux de l’animal. Avec la rhétorique du mérite, de l’individualisme, du parcours professionnel, du bilan de compétence, du parcours de santé, on incline les hommes vers le caractère du rat. Un labyrinthe et un bout de fromage et c’est l’éloge du mérite, de celui qui a sué pour arriver au bout du parcours. D’autres sémantiques tendent à faire de l’homme un veau capable d’accepter son sort et de rester dans son enclos sans gémir. On arrive ainsi à baisser la fiscalité pour les plus aisés en arguant que ces gens là créent des richesses. Le numéro de prestidigitation est parfait. Sauf que c’est l’impôt sur le revenu dont il est question et qu’avoir un revenu, c’est capter les richesses. Mais les citoyens sont un peu bêtes, ils préfèrent les numéros d’illusion à la vérité. D’autres injonctions participent à la sémantique des veaux. Précaution, norme, insécurité, réchauffement climatique. De quoi faire des juteux profits verts en ponctionnant les contribuables pour faire des éco lycées trois fois plus coûteux. Enfin, la sémantique des chiens est aussi un élément dominant dans nos sociétés. Notez bien que le pouvoir en place use des deux sémantiques essentielles, celle des « rats » pour manipuler les gens et les mouvoir au sein du système où ils sont corvéables, disponibles pour travailler, opérer, souscrire divers contrats et offrir leur corps malade au système de santé alors que les parents aident leur progéniture en en faisant des rats qu’on tente de placer dans les meilleurs établissement et qu’on aide au prix de cours complémentaires assez coûteux ; et celle des « veaux », pour canaliser les gens et les calmer, les faire accepter un système parfois absurde et surtout qui produit du mal-être parce qu’il est dévoyé. La sémantique des chiens est employée par ceux qui n’acceptent pas ce système et surtout n’acceptent pas d’être mis à l’écart du pouvoir. On trouvera cette sémantique dans les discours des deux fronts, celui de gauche et l’autre qui se veut national. La sémantique des chiens propose des os à ronger et désigne des coupables. Les banquiers pour l’un, les immigrés pour l’autre, et l’Europe également, avec pour le front national une aversion pour l’euro. Le propre de la sémantique des chiens est de les faire sortir dans la rue et d’orchestrer la bronca et les sifflets. A noter que l’opposition républicaine use aussi de cette sémantique des chiens, mais le plus souvent comme supplément verbal pour servir les combats électoraux.

Après, il reste d’autres sémantiques, la poésie, ce miel lettré dont se délecte l’ours dans son jardin d’Epicure. Car cette société incite à devenir solitaire au risque d’être un ours pour ses semblables. On trouvera aussi quelques chacals et autres vautours. Le tigre, il n’y en a plus dans nos sociétés, sauf des tigres de papier. L’âne est tout de même un type assez répandu, dont le propre est d’être fâché avec la sémantique mais l’« ânitude » est relative. Je connais des ânes à l’université, relativement à l’esprit savant. Et le philosophe, je le verrais comme un aigle, avec une pensée si agile qu’elle peut aller aux confins de l’univers, depuis les origines de la vie jusqu’au divin. L’aigle embrasse tout mais il a une vue perçante et peut capter les singularités minuscules et les détails qui font sens dans son interprétation du monde. Un vol en piqué et le particulier est capté dans son essence puis son concept.

Après « les mots et les choses » de Foucault, un livre à écrire, « les mots et les bêtes ». Je viens de relire mes élucubrations sur la sémantique bestiale et dois vous faire une confidence, je me sens un peu cabot. Il est grand temps que je décolle à nouveau avec les ailes de la pensée.


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (91 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • Plumdanslcu* 6 mai 2013 10:30

    Merci pour cet article que je n’ais pas lu.
    En effet on peut dénoncer les idées dénoncer l’homme si cela donne du grain à moudre mais pondre une photo comme celle qu’arbore votre article c’est vraiment creuser profond...

    Même si la photo est non retouché ce dont je suis sur , vous auriez du rajouter une bouteille de rouge et ajouter un filet de bave pour vraiment faire réaliste.

    Merci de votre contribution pleine de poésie et sans parti prix que l’on imagine sans avoir besoin de lire un article sans aucun doute plein de charme.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 mai 2013 11:23

      Vous n’êtes pas sympa avec les Kamarades, vous donnez l’image de militants qui se croient dispensés de lire à la vue d’une icône pas d’Epinal qui sert d’illustration à un texte qui si vous le lisez en entier, place tous les discours de parti à la même enseigne.


    • Plumdanslcu* 6 mai 2013 11:34

      Comme expliqué à morice , je suis tous prêt à lire ce que vous écrivez mais l’illustration ne m’en donne pas envie.

      Les idées sont bonnes à diffuser et à entendre mais pour qu’elles portent ils faut essayer de les présenter de manière à ce que chacun (même ceux qui estime que celle du sieur sont les bonnes) puisse les voir sans à priori. Sinon comment convaincre que votre argumentation est factuelle ?


    • Plumdanslcu* 6 mai 2013 12:08

      Il n’y de plus aveugle que celui qui ne veut pas voir et de plus qourd celui qui ne veut pas entendre.

      Je ne suis pas Fan du sieur mélanchon, néanmoins je n’est pas besoin que l’on tire un portrait de lui comme celui qui est présenté pour me faire une opinion sur l’homme, d’autant que comme expliqué plus bas l’homme importe peu, par rapport aux idées.


    • lsga lsga 6 mai 2013 12:14

      Un exemple de NovLangue Néo-Nazi :


      Typiquement le type d’énoncés qu’on trouvait dans la bouche des mystiques du IIIe Reich.

      Ce qui ont étudié Cantor apprécieront le charabia informe.

       Le champ de conscience perceptive tel qu’on peut le concevoir en correspondance avec les trous noirs quantiques nous place face à une infinitude
      Novlangue... Pas étonnant, monsieur Dugué, que les Universitaires, qu’ils soient en sciences ou en philosophie, vous crachent au visage. 

      Bref : Après avoir lu deux ou trois articles pseudo-scientifiques écrits en NovLangue de Bernard Dugué, j’ai immédiatement compris que nous avions affaire à un dangereux réactionnaire. On m’a alors dit que j’exagérais, m’accusant de voir des réactionnaires partout. Encore une fois, j’ai eu le nez creux. 


    • Plumdanslcu* 6 mai 2013 12:27

      Tu le fais exprès ou tu à un problème de compréhension.
      On ne croit pas en l’homme mais en les idées qu’il diffuse...
      Oui pour une nouvelle constitution , non par les éléction comme Melanchon le propose mais par tirage au sort comme Chouard l’explique, mais pour avancer il faut convaincre le peuple et si demain le peuple se convainc qu’il faut changer de constitution pour freiner les ardeurs du capital alors peu importe Melanchon , l’idée elle vivrapar devers lui .


    • Plumdanslcu* 6 mai 2013 12:39

      Tes un drôle de zigoto et tes références « pokémon » me laisse à penser que ton cerveau muri à son rythme.

      La constitution est appliqué et modifié sauf que ses règles sont comme Chouard l’explique plutôt écrites par ce qui sont censé en avoir peur.

      Si demain je mes dans la constitutions que les représentant du peuple ne peuvent êtres que tiré au sort une seule fois , comment pense tu que cela sera contourné ? ce sera fait point barre
      maintenant il est possible que les lobby essaye d’influencer et de corrompre les tirés au sort mais cela leur laissera déjà moins de marge de manœuvre puisque le temps de savoir qui est tiré au sort les loi passerons déjà.

      Sinon avant d’affirmer d’un ton péremptoire en insultant autrui cite moi un article de la constitution qui n’est appliqué ou appliqué de maniére anticonstitutionnelle aujourd’hui ?


    • Plumdanslcu* 6 mai 2013 13:25

      On peut très bien imaginer un systém ou chaque citoyens choisi quelqu’un de son entourage qu’il juge le plus apte à représenter la nation , puis de cette liste on élimine les personnes ayant un casier judiciaire avec des délits (plus ou moins grave, à fixer) ou ceux étant juger comme inaptes (les personnes internées par exemples) ... etc

      Ensuite de cette liste réduite on tire au sort.

      Mais c’est vous que je ne comprend pas vous êtes dans l’invective, vous ne proposez rien vous contestez tout.
       Vous ne faite pas confiance aux politiques (tous des menteurs dîtes vous) vous ne faites pas confiance aux citoyens tous des débiles alors que faisons nous ?
      Que souhaitez vous ?
      Il serait bon de nous donner votre vision de la société au lieu de simplement la critiquer.
      Ainsi peut être que vos idées me donneraient envie de vous suivre.

      Car si tout est si noir pour vous, irrévocable pourquoi vivre pour empêcher ce qui ont l’espoir que cela change de le souhaiter


    • Plumdanslcu* 6 mai 2013 14:24

      Donc on tourne autour du pot
      comment puisque de toute facon ils sont tous corrompu

      On attend le messie ?


    • Plumdanslcu* 6 mai 2013 14:33

      Vous exposez des faits , la corruption , le double discour
      mais vous ne donnez aucune solutions.
      une constitution écrityent par les citoyens, qui donne un sentiment de responsabilité et un droit de citer serait pour moi un bon début
      j’attend vos solution, car le « changement intrinséque » je ne comprend pas
      Vous les accusez d’être pourris mais vous invoquez un changement qui se ferait tout seul comme un grand ?

      Ca ne tient pas la route
      Il faut sortir de la logique de constation certe réaliste pour vous orientez vers la réflexion.
      comment peut on procéder quel sont le spoints fort ou faible de telles ou telle sidée de chnagement. Quelles maniéres d’y arriver ? pourquoi faire ?

      Je pense (peut être je me trompe) que vous répeter ce que certains pas mieux que les autres vous mettent en tête du côté trés à droite de l’échéquier politique , cad que « nous ne sommes pas au pays des bisounours..., que le sytéme est pourris... qu’on est pour ainsi dire en dicature des marché... », certe c’est sans doute vrai mais cette même influence vous propose t’elle de devenir acteur du changement ou bien essaye de vous faire croire que vous n’êtes pas assez intelligent pour cela et que seul un chef dure et ferme vous y aidra ? car si tel est le cas alors toutes les réalitées que je cite plus haut resterons les mêmes, elles auront peut être une autre forme mais votre liberté sera tout aussi entravée.


    • modesto modesto 6 mai 2013 16:34

      agoravox : le seul site où on peut donner son avis sur tout sans avoir à lire l’article !!!
      imposture de l’idéologie et de la croyance aveugle...


    • L'enfoiré L’enfoiré 6 mai 2013 17:34

      « mais l’illustration ne m’en donne pas envie. »


      Exact. Dommage qu’il faille toujours mêler à la politique française des idées qui se veulent par essence, générales.

    • Roubachoff 6 mai 2013 21:59

      @L’auteur

      On commence par croire qu’on est le seul à comprendre la démocratie, et on finit par traiter les autres de chiens. Et ce n’est certainement pas l’humour à deux sous qui sauve l’exercice. Au fait, puisque vous aimez ça, en voilà : un article affligeant qui démontre qu’on peut être bardé de diplôme et con comme... un balai.


    • 1871-paris 1871-paris 7 mai 2013 14:35

      c est clair isga ce volobtarisme egocentrique et surtout esoterique n est pas sans rapeller l egenisme hardement promu au travers de la theorie de race arienne...


    • heliogabale heliogabale 6 mai 2013 10:55

      « Liberté - Égalité - Fraternité » : si je vous comprends bien, c’est de la novlangue également ?

      Vous n’avez plus qu’à proposer une révolution du langage ! Et je vous souhaite bonne chance !

      Le problème n’est pas de désigner des coupables mais de pointer du doigt des mécanismes qui engendrent des situations insoutenables. On peut se tromper (et dans le même temps vouloir tromper) bien évidemment, mais essayer de situer le nœud du problème dans un espace quantique où les responsabilités seraient nulle part et partout, c’est ne pas vouloir se mouiller et espérer par défaut que la mascarade continue.


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 mai 2013 11:20

        Si vous lisez bien, le clin d’oeil à Foucault, les mots et les bêtes, les mécanismes sont évoqués, ce sont des mécanismes de pouvoir qu’on décèle derrière les mots.


      • Morpheus Morpheus 6 mai 2013 17:26

        « Liberté - Égalité - Fraternité », est-ce de la novlangue ?

        Si, dans les faits, ces trois mots phare gravés aux frontons de toutes les mairies de France, ne sont pas scrupuleusement respecté et mis en pratique, alors oui, on peut parler de novlangue.

        Liberté : Lorsque partout, tout le temps, on ne cesse de vous répéter que vous êtes libre, vous pouvez être sûr d’une chose, c’est que vous ne l’êtes pas ; lorsque l’on est libre, on le sait, parce qu’on en fait l’expérience. Nous ne sommes pas libres.

        Égalité : Qui devrait apparaître en première position (car la liberté et la fraternité ne peuvent advenir sans l’égalité) est un vain mot si le peuple n’a ni égalité politique ni surtout égalité économique (les deux étant dépendant l’un de l’autre). Nous n’avons pas d’égalité.

        Fraternité : Pour pouvoir se sentir frères (et soeurs), il est nécessaire d’être à égalité avec les autres et de partager un minimum de valeurs communes : la diversité de la composition du (je devrais dire « des ») peuple de France fait qu’il est bien difficile de rassembler sur des valeurs communes, cela d’autant plus que tout est fait pour diviser. On croirait que la devise cachée (des peuples de France) est « Ce qui nous divise est plus fort que ce qui nous rassemble ». Nous n’avons pas (d’esprit) de fraternité.

        L’un des mécanismes dont vous dites qu’il est nécessaire de les pointer, est justement le langage et la manière dont celui-ci est utilisé pour manipuler les individus aussi bien que les foules. La novlangue est l’une des méthodes utilisée dans le cadre de l’ingénierie du consentement. Et l’ingénierie du consentement est la technique utilisée en >communication< pour orienter et mobiliser les masses et leur faire faire ce qu’on veut, les distraire (des véritables enjeux), les enfumer, les tromper, les étourdir, les frapper de stupeur, les embrouiller par des contradictions telles qu’elle entraîne ceux ui ont les mêmes intérêts à s’affronter entre eux.

        Un exemple : Dans son texte, l’auteur n’a nullement mentionné Jean-Luc Mélenchon. Par contre, en guise d’illustration, il a choisit d’employer une photo de lui. Pourquoi pas ? C’est une personnalité politique, un tribun, un orateur, qui participe du jeu politique (car l’opposition fait partie du jeu politique). Mais combien, dans les commentaires, se sont juste contenté de faire une analogie entre le titre et l’image, sans lire le contenu de l’article, et en déduire que celui-ci serait une fronde contre Mélenchon ? Et de déverser alors, en guise de commentaire, des réactions émotionnelles et infantiles, partisanes et en fait ... hors de propos.

        Parce que même (surtout) pour ceux et celles qui voient dans le FdG et Mélenchon une alternative au système politique, la reprise de leur propre pouvoir de discernement (donc le fait de se réapproprier les mots et leur sens) est un enjeu clef. Sur ce point, je suis sûr que la majorité seraient d’accord. Et c’est de cela que parle l’article.

        La finesse de l’auteur a justement été de choisir cette image - chargée émotionnellement et symboliquement - pour démontrer la pertinence de sa thèse.

        Chapeau.

        Morpheus


      • Captain Marlo Pilou Camomille 7 mai 2013 07:58

        à l’auteur,
        La seule question que vous ne posez pas, c’est qui décide ? Qui tire les ficelles ? Qui donne les ordres ? Qui a le pouvoir ?

        Pour François Asselineau et l’UPR, ce sont les lobbys financiers, militaro industriels et les multinationales qui dirigent les USA et qui imposent leurs décisions partout où il le peuvent.

        Ce sont les USA qui ont piloté l’ UE et l’euro, et qui tirent les ficelles depuis les années 50.
        Ce sont eux qui utilisent la novlangue pour une dictature soft.

        USA = la stratégie du choc = l’UE, l’euro et l’ OTAN = les euro régions = les accords transatlantiques= le Nouvel Ordre Mondial.

        Si vous voulez aider les populations, il ne suffit pas de dénoncer la novlangue, il faut aussi aider à sortir de la confusion qu’elle crée.

        UPR Union du Peuple pour rétablir la Démocratie et sauver la République.


      • morice morice 6 mai 2013 10:59

        Merci pour cet article que je n’ais pas lu.


        ce genre de post n’a donc rien à faire ici !! marre de ce genre de choses !!! 

        • Plumdanslcu* 6 mai 2013 11:06

          J’ai écris cela volontairement afin d’obtenir ce type de réaction (plutôt de la part de l’auteur) mon cœur,

          sinon j’explique pourquoi je ne l’ai pas lu ou plutôt survolé car ma soif de curiosité est parfois plus forte que mes convictions malheureusement ce survol m’a bien laissé entrevoir la nature devasté que je pensais y voir .

          Avez vous lu mon commentaire ou vous êtes vous arrêté comme à l’école à "si tu la pas lu moi je lis pas ton commentaire nananére .....

          Libre à l’auteur de modifier l’illustration pour donner envie au challant de s’intéresser au contenu avec impartialité.

          vous êtes décidément le grand défenseur de la libre pensée maurice


        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 6 mai 2013 17:09

          La preuve est donc faite.
          Merci.

          Il faut donc plusieurs agoravox :
          - Un pour ceux qui regardent les images.
          - Un pour ceux qui lisent les articles.
          - Un autre pour ceux qui ne les lisent pas.

          Après on en fera un pour le politiquement incorrect, spécialement pour Bernard.


        • Francis, agnotologue JL 6 mai 2013 10:59

          Encore une fois, j’ai du mal avec les articles de Bernard Dugué.

          Pourtant j’étais bien décidé à aller jusqu’au bout, mais je me suis arrêté là : ’’On y va de quelques exemples. Licenciement boursier, ce mot n’a aucun sens ou s’il en a, il pèche par un simplisme trompeur et manipulateur, laissant entendre que la bourse est le seul élément présent dans le processus.’’

          Bernard Dugué trouve probablement que ’plans sociaux’ ça à de la gueule !?

          Bah ! Nous n’avons pas les mêmes valeurs.



          • morice morice 6 mai 2013 11:05

            la rhétorique d’un Mélenchon est plus proche d’un Peron r chose...


            prendre les gens pour des cons, ça ne fait avancer en rien le pays en effet.

             La sémantique des chiens est employée par ceux qui n’acceptent pas ce système et surtout n’acceptent pas d’être mis à l’écart du pouvoir. On trouvera cette sémantique dans les discours des deux fronts, celui de gauche et l’autre qui se veut national. La sémantique des chiens propose des os à ronger et désigne des coupables. 

            il y a en effet similitude, car le but est le même : « accrocher » par le discours les plus démunis...

            « qu’on les pende »... on sait ce que ça a donné : la TERREUR.

            Mélenchon est un incendiaire ridicule. Le « tous pourris » n’a jamais fait une démocratie, mais bien plutôt installé des dictatures. Il n’admire pas Chavez pour rien, celui-là...

            • Plumdanslcu* 6 mai 2013 11:06

              Et selon vous ou se trouve la solution providentiel Monsieur ?


            • morice morice 6 mai 2013 11:40

               « la solution providentiel »


              ....dans l’achat d’un dictionnaire orthographique et grammatical, pour vous....

            • Plumdanslcu* 6 mai 2013 11:48

              Quand on a pas d’argument on utilise le cynisme et l’ironie.
              Bien que très juste puisque je suis passablement dislecsique, je pense que la question que je vous ais posé se comprend ?


            • morice morice 6 mai 2013 11:05

              lire : la rhétorique d’un Mélenchon est plus proche d’un Peron qu’autre chose...


              • Pyrathome Pyrathome 6 mai 2013 14:02

                la rhétorique d’un Mélenchon est plus proche d’un Peron qu’autre chose...

                Ben voyons.....et Hollande plus proche d’un Hollandréou ? parce que ça, c’est au moins une certitude !!


              • HerveM HerveM 6 mai 2013 11:22

                "un démocrate a pour principe de reconnaître la légitimité de chaque citoyen à prendre partie de la vie politique"

                Et, le cas échéant, cela incite les dits citoyens à se constituer en lobby afin de défendre leurs intérêts de classe en faisant fi de ceux de l’ensemble des citoyens et par la même de la Nation. Bref, la démocratie pourrit les peuples et les états mais nous verrons sans doutes qu’elle ne sera plus utile une fois instauré le gouvernement mondial si cher à l’affreux de la photo et son pote Attali....


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 mai 2013 11:26

                  La tyrannie des citoyens, un vieux schéma tracé par Tocqueville il y a un siècle et demi et encore d’actualité. Un détail, quand vous citez une phrase, mieux vaut l’écrire en entier. Tronquée, elle n’a plus le même sens.


                • Le chien qui danse 6 mai 2013 11:41

                  Et après ils se plaignent qu’on les appelle « bas du front »...


                • Plumdanslcu* 6 mai 2013 11:43

                  J’avou ne pas saisir non plus d’autant que dans la « fameuse » émission « d’engraine 2 » ne m’a pas laisser voir qu’il était complice , peut être n’est ce qu’un jeu d’acteur. Pourquoi pas ?

                  toute fois même si je partage votre angoisse de ce nouvel ordre mondial diactatorial que les grands financiers nous promettent , une analyse plus fine de la situation s’impose. est ce l’Homme que l’on doit condamner ou ses idées ?

                  En effet si l’Homme n’est qu’un nouveau pion ce qui est possible, probable ?
                  les idées qu’il porte remet le peuple qui désespérait et se pacifiait de plus en plus, en mouvement.

                  Ce qui est déjà pas mal.
                  Tous comme Marine, ce n’est pas elle que je crains mais les idées qu’elle porte qui se diffusent dans la société et laisse entrevoir un avenir plein de danger pour nos enfants.

                  Le principe de la démocratie , c’est que le flacon importe peu mais le contenue lui beaucoup , car le flacon ne donne point l’ivresse mais son contenu oui et cette ivresse peu être joyeuse ou paranoïaque.


                • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 6 mai 2013 17:13

                  Remarquez « la démocratie pourrit les peuples » ça aussi, c’est du lourd.
                  Est-ce que la gérontocratie pourrit les vieux ? l’arthmétique détruit-elle les chiffres ? et la monarchie ? merde, nos bons rois y seraient-il solubles ?
                  Bernard faut changer de site, c’est mal barré ici... par contre on se marre bien.


                • HerveM HerveM 6 mai 2013 18:06

                  @ Bernard Dugué

                   

                  Je tronque certes mais, comme c’était pour le seul plaisir de torcher un commentaire à la va vite ce matin, renvoyant dos à dos les tristes sirs et décochant une flèche sur un système ô combien pervers, vous m’en excuserez....


                • HerveM HerveM 6 mai 2013 18:19

                  @ Plumdanslcu*

                  De 2.40 à 3.40, le vernis craque :

                  http://www.youtube.com/watch?v=ybh3FdiACSw

                  Par ailleurs, je n’ai aucune crainte vis à vis d’une mondialisation inévitable mais bel et bien que la dictature soit dans les mauvaises mains, celle des amis des sombres personnages de la vidéo.


                • HerveM HerveM 6 mai 2013 19:20

                  Démosthène


                  Moins deux et je ne te réponds même pas coquin !

                  A vous lire, je me dis que la nature à, entre autres mérites, ceci de formidable qu’elle parvient à réunir dans un bipède : et l’esprit du mouton, et l’idée que l’on se fait de la verve qu’aurait un bousier si seulement il en fût pourvu....
                  Mais comme à chaque fois que ça sent la cague, la majorité répond présent pour soutenir l’hurluberlu. Vous comprendrez dès lors ma déception d’être aussi peu« moinsé » par vos amis démocrates...


                • Le chien qui danse 6 mai 2013 11:44

                  "Après, il reste d’autres sémantiques, la poésie, ce miel lettré dont se délecte l’ours dans son jardin d’Epicure. Car cette société incite à devenir solitaire au risque d’être un ours pour ses semblables."

                  Ben voilà, c’est mieux en le disant...

                  D’accord avec la solitarisation mais pas avec l’ursidarisation...


                  • Corinne Colas Corinne Colas 6 mai 2013 11:48

                    Citation à garder en mémoire :

                    « l’homme est comme le lapin... il s’attrape par les oreilles »


                    Lire 

                    « Propaganda : Comment manipuler l’opinion en démocratie »

                    Le petit bréviaire de Bernays est plus que jamais d’actualité... 

                    • Old Dirty Bastard Old Dirty Bastard 6 mai 2013 12:03

                      Oui les français sont des veaux .. tout est là : http://www.barruel.com/les-francais-sont-des-veaux.html


                      Bonne lecture .. smiley

                      • Ariane Walter Ariane Walter 6 mai 2013 12:10

                        Vous êtes illisible, cher Dugué. Emberlificoté de mots. La jungle amazonienne est claire à côté de vos phrases. 

                        « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement » m’ont appris de grands maîtres.

                        Heureusement que le choix de votre photo éclaire le débat.

                        On a compris.

                         


                        • L'enfoiré L’enfoiré 6 mai 2013 17:38

                          C’était justement la photo, qui était déplaisante.

                          Le texte lui, était parfaitement dans la note.
                          Tiens cela me donne envie d’aller jeter un coup d’oeil en jungle amazonienne.
                          Au moins là on verra pas d’homme politique français à l’horizon.

                        • Morpheus Morpheus 6 mai 2013 19:07

                          Avoue, Ariane, que t’as pas trop envie de comprendre à cause de la photo de Jean-Luc et de la suscription d’attaque à son encontre (du fait que cette photo qui illustre un article qui traite du langage politique).

                           smiley

                          Morpheus


                        • 1871-paris 1871-paris 7 mai 2013 14:46

                          c est tres juste.

                          mettre 50 paragraphe pour finalement ne pas maitriser la dialictique de base ne mene nul.part, these anti-these synthese l auteur semble inventer autre chose, SA novlague a lui ! je suis toujours mefiant a propos des nouveaux marchands du temple qui souhaitent chasser les anciens...

                        • babeuf babeuf 6 mai 2013 12:34

                          la philosophie est née dans la rue , et non dans les salons mondains , extra la photo de
                          méluche !!!!!!!!!!!!!!! tu m as l air l artiste d un, d une radio libre , celle du libre échange


                          • HELIOS HELIOS 6 mai 2013 12:36

                            Merci m. Dugué, pour votre article, que j’ai lu dans sa totalité.
                            Je l’ai lu, parcequ’il me semble que vous avez raison, la democratie c’est le respect, et quand on desire commenter un avis, le minimum c’est d’en prendre connaissance dans son integralité.. .

                            D’accord ou pas d’accord avec vous, ce qui nous manque c’est justement ce respect que nous nous devons les uns et les autres.

                            En terme de gouvernance, le probleme ne date pas d’hier et si la Veme republique est là aujourd’hui, c’est bien parce que la classe politique de la IVeme avait deja oublié d’ecouter les autres... rien ne change, helas.

                            Et comme pour la tartine de la politique, la confiture qu’on met dessus c’est bien la « com », horrible mot qui resume la plupart de votre message.

                            Faisons fi de ceux qui pensent bien rediger leurs idées, ce que vous avez ecrit est clairement comprehensible, mais evidement, il faut faire un effort, effort dont le concept même a deja disparu des esprits, il faut du tout maché, pret a avaler, la boullie de Casimir, vous avez connu ? le gloubi-boulga d’un improbable dinosaure enfantin !

                            Les mots ont un sens, mais comme le dictionnaire a depuis longtemps disparu des ecoles, chacun leur met le sens qu’il souhaite... et c’est ainsi qu’on se retrouve avec les expressions que vous avez citées, vides de sens puisque ne faisant pas résonner - oui, avec un « é » et pas « ai »- un quelconque concept intellectuel. 

                            La politique aujourd’hui se limite a des paroles, et plus elles sont compliquées, plus leurs auteurs en son fier. On comprend bien pourquoi, chacun pouvant y associer son interpretation, elles en deviennent consensuelles, le meilleur exemple etant d’actualité, puisque le « moi, président... » a laissé toutes les portes ouvertes quand même.

                            La France a-t-elle besoin d’un « choc » ?... je ne sais pas vraiment, mais s’il en faut un, il me semble que c’est un choc de respect avant tout.
                            A l’image d’Agoravox, on ne peut etre que pessimiste, mais apres tout, on peut bien vivre dans la jungle, on a bien commencé comme cela.

                            PS... merci a ceux qui m’ont lu, jusqu’au bout. 



                            • modesto modesto 6 mai 2013 16:40

                              « un intellectuel assis va toujours moins loin qu’un con qui marche »
                              (Michel Audiard)


                            • Plumdanslcu* 6 mai 2013 12:53

                              Je t’ais lu jusqu’au bout , et je répète une énième fois, le respect cela va dans les deux sens, il n’est pas respectueux pour ceux qui pense que l’homme porte leur idée de le caricaturer dés le début de l’article avec une photo qui affiche clairement un parti pris, sinon on n’essaye pas de convaincre mais de confirmer les présupposer que l’on partage avec d’autres aux idées déjà semblables.

                              Si je commence un article en disant : Marine Le pen, la truie raciste (pour pousser le bouchon trés loin) il est évident que les adhérant du front national vont se conforter dans leur conviction qu’il sont rejeter par les opposants à leur chef et donc ne seront pas mis en condition pour apprécier l’argumentaire voulant démontrer l’éventuelle tromperie qu’elle incarne.

                              Le respect , est nécessaire certes pour « éviter » un choc mais le respects c’est aussi respecter ceux, que l’on pense trompés par autrui.
                              En leur offrant la possibilité de choisir en conscience de faire évoluer leur pensée et non en les amalgamant d’emblée à un troupeau de moutons qui suivrait bêtement un chef aux traits bouffis par la colère.
                              En effet les « bonnes » personnes ne sont pas toutes photogéniques à tous instants et résumer leur vues à une photo qui les mets ou pas en valeur est un manque de respect.


                              • foufouille foufouille 6 mai 2013 13:02

                                le bankster est donc pas responsable ?


                                • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 6 mai 2013 13:28

                                  Ce qui me choque c’est le mélange.

                                  Le mélange entre ceux qui dénoncent le système et ceux qui le défendent.

                                  Comme si tout était équivalent à tout. Du coup, il suffi d’attendre les événement sans rien faire ni penser. Sauf l’auteur, qui, lui, est au-dessus de tout cela.

                                  Prenons un exemple, ou plutôt deux.

                                  Licenciements boursiers et flexisécurité.

                                  Nous sommes d’accord avec le fait que ces deux mots sont des raccourcis, mais sont-ils du même ordre ?

                                  Le terme de licenciement boursier, signifie qu’une entreprise licencie non par un excés de production sur les commandes, ce qui serait un licenciement économique, non plus par manque de rentabilité de l’entreprise, mais dans l’objectif unique de faire monter le cours de ses actions. La définition est claire.
                                  Quant aux mécanismes, ils peuvent être définis, analysés. Par exemple, en procédant à un licenciement en France (ou en Europe), qui peut être lié, ou non, á de la sous-traitance, la plupart du temps délocalisée.

                                  Ce terme ne cache pas de sous-entendus oxymoriques, on ne peut le qualifier de « novlangue ».

                                  Le terme de flexisécurité, signifie en première approche augmenter la sécurité des travailleurs par l’augmentation de la flexibilité du travail. Mais lorsqu’on regarde les textes (l’ANI), on s’aperçoit que dans la réalité, il s’agit d’institutionnaliser le chantage à l’emploi pour faire accepter des dégradation des conditions de travail (augmentation de la durée hebdomadaire, diminution des salieres, etc.), ceci sans réelle contrepartie. Le terme de flexisécurité est un oxymore qui cache une perte réelle des droits du travail pour le plus grand bien des industriels. C’est la flexibilité pour les uns la sécurité pour les autres. Il s’agit là d’un terme de la novlangue.

                                  À force de ne pas vouloir prendre partie, vous finisserz vous-même dans la novlangue :
                                  « Tout ce vaut, dormez, ne vous révoltez pas »


                                  • julius 1ER 6 mai 2013 15:05

                                    @ Foscarvel

                                    je suis d’accord avec vous, je trouve qu’il y a beaucoup de gens comme la grenouille dans la casserole que l’on fait chauffer graduellement, qui se croient au dessus du lot !!!!!!!!!!
                                    en fait ils ont remplacé les curés qui prônaient la soumission à l’ordre établi et surtout ne rien changer car les choses sont voulues par Dieu, c’est peut-être la laïcisation du concept de soumission à une autorité ............


                                  • Libertad14 Libertad14 7 mai 2013 10:42

                                    oui ce n’est pas en maintenant le peuple dans l’ignorance que les consciences évolueront . L’utilisation de ce langage codé sans éclaircissent sur sur ce que ces mots veulent dire , devait être sanctionable. 



                                  • onvalefaire onvalefaire 6 mai 2013 13:57

                                    Très bel exemple de sémantique pour ....

                                    euh...pour qui ???


                                    • Pyrathome Pyrathome 6 mai 2013 13:59

                                      Je crois très simplement que vous n’avez strictement rien compris au monde dans lequel vous croyez vivre actuellement.....
                                      Il faudra malheureusement que de graves événements se produisent sous vos yeux pour que vous commenciez à comprendre, ne serait-ce qu’un peu....
                                      Je trouve cela vraiment pitoyable de la part d’un mec ayant un bon niveau intellectuel....se faire rouler dans la farine à ce point, c’est pas donné à tout le monde....
                                      Allons Dugué, reprenez-vous.....


                                      • Valas Valas 6 mai 2013 14:43

                                        Rien que la photo ajoutée à cet article est vraiment exagéré...

                                        L’auteur, en plus de mettre sa dignité à proximité des nappes de pollution, ne montre aucun signe de partialité, au contraire, comment peut on être ensuite objectif ?

                                        Quel est le but de l’article ? De vouloir manipuler les lecteurs ? C’est grossier et pathétique...


                                        • wesson wesson 6 mai 2013 14:44

                                          Bonjour l’auteur, 


                                          a mon avis, et vu le contenu de votre papier, vous avez un plan d’assurance vie en action pour lequel vous avez la pétoche ....

                                          Le but de cette manif : dire que il existe une alternative à la politique actuelle, un programme d’un autre ordre, et que des gens y sont préparés. 

                                          Comme certains ici je partage l’idée portée par Chouard (tirage au sort des députés pour un seul mandat non renouvelable). Ce n’est pas l’idée portée par le FdG je crois, mais l’étape pour y parvenir est bien une constituante.

                                          Pour résumer à l’extrème, je suis pour que l’on change radicalement de cadre, et vous souhaitez rester dans le cadre actuel. Le vrai clivage politique est là

                                          • alinea Alinea 6 mai 2013 14:46

                                            Vous savez sans doute que votre ami Pavlov s’est trouvé fort embarrassé quand l’eau inonda son labo ! En un instant, ces cons de rats oublièrent tout de leur conditionnement et réagir comme des rats ; c’est-à-dire sagement !
                                            Ce qu’il y a de bien avec vos torchons, c’est qu’ils sont sûrs de passer ! Ne prenez pas la grosse tête toutefois car il se peut que vos lecteurs soient des rats !!!


                                            • ulrich 6 mai 2013 14:48

                                              magnifique texte j’ai pris beaucoup de plaisir a vous lire chapeau !


                                              • L'enfoiré L’enfoiré 6 mai 2013 17:42

                                                J’acquiesce en escomptant quelques rapprochements douteux qui n’ont rien à voir avec une philosophie bien comprise. 


                                              • julius 1ER 6 mai 2013 14:51

                                                j’avais lu un bouquin dans le genre il y a quelques décennies « c’était les animaux qui nous gouvernent » je crois , Desmond Morris si ma mémoire est bonne ! là dans le style métaphore vous vous êtes lâché, Bernard, bon après cette séance de défoulement , what’s next ??????vous nous refaites le coup des concepts ou des mots vides de sens« genre licenciement boursier » peut-être que c’est un terme généraliste, qui a tendance a être un peu galvaudé, ou vidé de son sens cependant pour ceux qui en sont victimes le concept veut vraiment dire quelque chose quand on se le prend en peine tête.

                                                pour vous en fait le Pen et Mélanchon c’est du pareil au même, c’est un peu grave ce que vous dîtes, si vous ne faites pas la différence entre le propriétaire d’un parti et un simple porte-parole qui peut -être révoqué !!!!!
                                                sans vouloir vous faire offense, je ne vous suis pas du tout dans votre raisonnement !!!!
                                                Je pense que la nature a horreur du vide, et comme un marxiste chinois le disait justement au siècle dernier« faire la révolution lorsque l’on est une minorité, c’est de l’aventurisme, ne pas la faire lorsque l’on est une majorité, c’est de l’opportunisme »....................... ;
                                                ceci dit même si l’on est pas en accord sur tout avec Mélanchon, il a au moins le mérite de remettre du sens dans la politique, et pour avancer une société a besoin d’un projet or chez les concurrents je n’en vois pas l’once d’une ébauche....... alors ???????????????????

                                                • Extra Omnes Extra Omnes 6 mai 2013 15:00

                                                  L’auteur a cherché dans de vieilles archives pour trouver la photo qui illustre sa dissertation pédante.

                                                  La preuve :

                                                  La cravate de Mélenchon est toujours rouge depuis mai 2011.

                                                  Faut croire que l’auteur a épluché toutes les photos publiées depuis 2 ans pour trouver la parfaite illustration de sa propagande.

                                                  Démasqué Dugué.


                                                  • simir simir 6 mai 2013 15:54

                                                    + 1 Extra Omnes

                                                     D’ailleurs le coup des vieilles photos sans la cravatte rouge JLM n’arrête pas de s’en moquer comme encore la semaine dernière dans l’interview Médiapart. Et notre ami Dugué qui tombe dans le panneau !!
                                                    Peut être même que notre Dugué se trouve très beau. Cela se nomme comment en nov’langue ?
                                                    Ceci dit la photo ne me dérange pas car il m’arrive aussi de grimacer de colère rien qu’à l’évocation de tous les nantis qui se goinfrent où même de tous ceux qui essayent de noyer le poisson... Comme Dugué


                                                  • Le printemps arrive Le printemps arrive 6 mai 2013 21:10

                                                    Mais notre ami Dugué, montre par cet article qu’il n’a pas lu les milliers de lignes du blog de JLM.

                                                    A mon avis, il procède de même avec la physique quantique, il affirme son point de vue, il n’est pas dans la réflexion et l’échange d’idées, comme cet article politique le montre bien.

                                                    Duguè, vous êtes pitoyable tellement vous avez été mauvais sur ce coup où vous révélez un visage détestable.


                                                  • volt volt 6 mai 2013 15:26

                                                    Bonjour, 

                                                    libre à vous d’être contre mélenchon, ou du moins son discours, cela pourrait être tenu pour un signe de santé, allez...
                                                    libre encore plus... le choix de cette photo puisque c’est bien le réel.
                                                    mais alors... alors... 
                                                    cette équation qui pose : 
                                                    qu’il y aurait les rats, les chiens, les boeufs, et, planant au-dessus du lot !...
                                                    l’aigle philosophe, 
                                                    ô naïveté sans mesure de celui qui ne sait pas combien il ne sait rien, 
                                                    ô novlangue qu’on s’en pourlèche de toujours et d’ailleurs, 
                                                    ô ignorance de qui croit avoir saisi là où il s’imagyne que d’autres se font prendre, 
                                                    ô caniveau de tous les savoirs...
                                                    ô nobel de la gonflette en vacuité...
                                                    ô misère.

                                                    • gegemalaga 6 mai 2013 21:32

                                                      merci ; merci pour cette excellente synthèse ;


                                                      j’ai calé sur l’article, ( mais j’avoue , c’est à cause de la photo que j’ai essayé ) ;

                                                      ...les commentaires ...déprimants pour la pluspart ;

                                                      donc merci encore de votre clairevoyance 

                                                      ceci dit , verifiez :  je crois que l’ aigle , c’est un animal  d’altitude  .

                                                    • LE CHAT LE CHAT 6 mai 2013 15:45

                                                      un filet de sang dégoulinant de la bouche , il pourrait jouer dans la série the walking dead !
                                                      il fait peur !  smiley  smiley  smiley


                                                      • simir simir 6 mai 2013 15:56

                                                        N’ayez pas peur le chat il ne vous fera rien !. Vous n’êtes pas assez dangereux. 


                                                      • simir simir 6 mai 2013 16:03

                                                        A mon avis Dugué vous devriez essayer une reconversion dans le jeu télévisé « Des chiffres et des lettres » peut être que vous pourriez y replacer « l’ours dans son jardin d’Epicure »


                                                        • Aristoto Aristoto 6 mai 2013 16:42

                                                          Dans 500 ans ans on se foulera bien la poire dans le désert post-apocalyptique sur les archives numériques trouvé des articles mystico-scientiste de l’ami dugué !!

                                                          ...Ou peut etre ce sera le gallilé des temps moderne à l’image de Mélenchon meme.

                                                          Il parait que 600 teinturier au Bangladesh ont été engloutie sous les décombre de leur entrepôt : Vous voyez que le mouvement d’éradication du salariat est marche, pas à pas nous en finirons avec ce nouveau format de l’escalavage.


                                                          • Denzo75018 6 mai 2013 16:49

                                                            Pour ceux qui s’en souviennent Marchais était « gratiné » mais Mélanchon en plus de sa vulgarité « naturelle », il est ordurier...Melanchon est tout droit sorti de la IV ou IIIième république et il veut passer à la VIème.....Peut-être va-t-il falloir qu’il patiente et surtout qu’il s’y hisse intellectuellement et dans son comportement !


                                                            • non667 6 mai 2013 17:18

                                                              plus simplement

                                                              mélanchon =
                                                              c’est un fidèle franc mac mondialiste qui haie les nations en général et la France en particulier  !PRO ÉTRANGERS
                                                               demandez lui s’il est social nationaliste ? (zina ?) il à déja répondu : droit de vote aux étrangers ,régularisation des sans papiers ,yeux bleus ,priorité a la lutte contre le F.N. nationaliste plutôt qu’a la lutte contre le mondialo-capitalisme ! = taupe du N.O.M. en mission(il sert à grignoter quelques % au F.N. les nationalistes socialistes = nazi ) fn = nationaliste de droite 

                                                              5-5-2013 = embrouille pour se faire un vent de pub ! afin de faire gober la 6° république (mondiale ?) qui n’est qu’une coquille vide ou tous les gogos pensent qu’il y a ce qu’ils aiment !


                                                              • L'enfoiré L’enfoiré 6 mai 2013 17:31

                                                                Rien à redire. Tout est dit et bien dit.

                                                                Le savoir a pour corollaire le pouvoir et le pouvoir est l’allié du savoir.
                                                                Rester curieux ou en mourir par manque de connaissance des choses de la vie.
                                                                Je n’associerais aucun homme politique à cela.
                                                                C’est bien plus général et à tous les niveaux.
                                                                Une tête bien faite et bien pleine, qu’on disait à mon époque.


                                                                • colere48 colere48 6 mai 2013 17:38

                                                                  Contrairement à vous je trouve Mélanchon très modéré ...

                                                                  Quand ça « pétera » vraiment vous regreterai ce doux Mélanchon !

                                                                  A ça ira, ça ira , les ----crates à la lanterne !!!

                                                                  cré nom de diou de nan de diouuuuu !!!!!!


                                                                  • HerveM HerveM 6 mai 2013 18:18

                                                                    @ Plumdanslcu*

                                                                    De 2.40 à 3.40, le vernis craque :

                                                                    http://www.youtube.com/watch?v=ybh3FdiACSw

                                                                    Par ailleurs, je n’ai aucune crainte vis à vis d’une mondialisation inévitable mais bel et bien que la dictature soit dans les mauvaises mains, celle des amis des sombres personnages de la vidéo.


                                                                    • Le printemps arrive Le printemps arrive 6 mai 2013 21:16

                                                                      Vous n’avez rien compris, la rhétorique d’Attali, c’est comme les bons vendeurs d’aspirateurs : il flatte en trouvant une sorte de terrain d’entente pour faire baisser la garde et ensuite il attend que vous ayez bien confiance pour bien vous entuber et il a fait exactement cela au cours de cet échange.


                                                                    • heliogabale heliogabale 6 mai 2013 19:08

                                                                      Ce qui est dommage, c’est que Mélenchon est parmi les hommes politiques de premier plan l’un des seuls qui n’est pas totalement dans la novlangue.

                                                                      Il a une certaine authenticité qui est assez rare...

                                                                      Type de novlangue bien assumée : Nathalie Saint-Cricq...


                                                                      • Prometheus Jeremy971 6 mai 2013 19:09

                                                                        Sacré Jean-Luc, le croisé des nouveaux gueux partis à la reconquête du tombeau de Jaurès et ses incantations magiques inscrites dans la mystique de Robespierre. Pacte républicain, pacte écologique, pacte social, impact sur les masses. Pactes et chocs, quelle salade, cette novlangue pour citoyens légumisés.

                                                                        Votez pour le PS, votez Maastrich, Hollande nomme moi premier ministre. Un jour on apprendra qu’il a toujours garder sa carte du parti socialiste...


                                                                        • francesca2 francesca2 6 mai 2013 19:16

                                                                          Et bien, quelle surprise, Jeremy971, quelle spéctaculaire prise de conscience !

                                                                          Si même vous avez pû changer à ce point, c’est que tout n’est pas perdu.
                                                                          Sincérement, félicitations.

                                                                        • gegemalaga 6 mai 2013 21:35

                                                                          tiens tiens .. ? c’est bien vous ??


                                                                        • Prometheus Jeremy971 7 mai 2013 04:00

                                                                          Je ne suis pas marxiste...


                                                                        • francesca2 francesca2 7 mai 2013 20:27

                                                                          Oh Jéremy, vous dépassez mes rêves les plus fous ! Virer Fanon pour mettre Obama ? 

                                                                          CLASSE !


                                                                        • astus astus 6 mai 2013 20:15

                                                                          Voltaire disait que la démocratie est un système ou 10 imbéciles peuvent avoir raison contre un philosophe, ce qui se vérifie fréquemment sur ce site.


                                                                          • L'enfoiré L’enfoiré 6 mai 2013 20:22

                                                                            Oui, Voltaire avait plusieurs astuces de ce genre.

                                                                             smiley

                                                                          • Le printemps arrive Le printemps arrive 6 mai 2013 21:18

                                                                            Astus, et vous vous êtes placé dans la liste des imbéciles ?


                                                                          • L'enfoiré L’enfoiré 6 mai 2013 21:38

                                                                            Le printemps voudrait entrer dans le club ?

                                                                            Attention, le tarif est élevé et il faut montrer patte blanche...
                                                                             smiley

                                                                          • le crocodile 6 mai 2013 21:10

                                                                            La démocratie à la mode soviétique , on la connait .


                                                                            • Zobi Zobi 6 mai 2013 21:50

                                                                              Et le philosophe, je le verrais comme un aigle, avec une pensée si agile qu’elle peut aller aux confins de l’univers, depuis les origines de la vie jusqu’au divin. L’aigle embrasse tout mais il a une vue perçante et peut capter les singularités minuscules et les détails qui font sens dans son interprétation du monde. Un vol en piqué et le particulier est capté dans son essence puis son concept.

                                                                              Audiard aurait tout simplement dit : « L’aigle va fondre sur la vieille buse ».
                                                                              Question de sémantique ;)


                                                                              • Jean-Louis CHARPAL 6 mai 2013 22:34

                                                                                Monsieur Dugué aime bien prendre les autres pour des imbéciles.

                                                                                Philosophe et scientifique ( et modeste, non ? ) Monsier Dugué est nul en économie et ça se voit .

                                                                                Qu’il commence par apprendre le B A- BA en ce domaine, il pourra ensuite venir nous donner des leçons !



                                                                                  • mortelune mortelune 7 mai 2013 03:44

                                                                                    Oh ! Comme je suis d’accord avec Bernard sur le fond de cet article. Je fais juste une nuance qui concerne ceux qui sont dans la masse et qui sont tout à fait prompt à ne pas ignorer quand les mots deviennent des outils de manipulation. Mais Il y en a des millions et des millions qui ne peuvent s’extraire de la glue médiatique, éducative et gouvernementale qui nous rabâche les mêmes mots pour que tous puissent un jour ou l’autre les ressortir sans en connaitre le sens premier. 

                                                                                    Il ne s’agit pas d’être un intellectuel pour deviner où et quand il y a manipulation de masse, il s’agit juste de savoir être raisonnable et de l’accepter.
                                                                                    Je rallonge juste d’un mot la liste de Bernard. Ce mot tout le monde l’a oublié et JL Melenchon l’utilise très peu voir pas du tout ; le mot « exploité ». Après avoir fait les beaux jours de G Marché et des partis ouvriers, il a été purement et simplement rayé de la liste parce qu’il faisait référence à une personne qui tire profit d’une autre personne. Il a été remplacé par ’malchanceux’ ou par d’autres mot plus ’comestibles’ pour que tout le monde finisse par ignorer la classe ouvrière (plusieurs millions d’ouvriers sont ainsi passés aux oubliettes)
                                                                                    Cette technique de manipulation par les mots n’est pas nouvelle et même si cette manipulation n’est pas toujours à effets négatifs tout le monde est en droit de se demander pourquoi un orateur l’utilise. 
                                                                                    Ma grand-mère me disait toujours « ne juge pas quelqu’un sur ce qu’il dit mais sur ce qu’il fait »... Elle avait du bon sens ma grand-mère.

                                                                                    • Jean Jolly Jean Jolly 7 mai 2013 03:52

                                                                                      Article nullissime destiné pour les chiens, les rats, les veaux…


                                                                                      • Piere CHALORY Piere Chalory 7 mai 2013 07:15

                                                                                        Assez partagé sur ce papier que j’ai lu en entier. Quoique la lisibilité gagnerait peut être, même sûrement quelques étages en espaçant ces paragraphes trapus. 


                                                                                        Mélenchon ne me regarde pas, pas plus que Le Pen, Besancenot ou autre épouvantail à moineaux. Tous ces ’’ révolutionnaires des urnes’’, qui se contentent d’organiser des manifs autorisées de telle à telle heure.


                                                                                        Avant d’appeler à voter pour les Maîtres.


                                                                                        Kermesses où effectivement la convivialité, l’émulation, voire le suivisme et encore la transformation de la foule en rats, veaux, moutons, cochons, pigeons, vers, scolopendres, et ’’que sais je’’ de la vie militante ; petits livres jaunes et plats vociférés au micro nous séduisent au printemps. Vous plutôt .


                                                                                        Énergie vulgarisée.


                                                                                        Les rats sont très intelligents, quoique laids et répugnants avec leur vilaine queue qui traîne par terre. Et puis, qu’importe l’animal métaphorisé et sa réputation parfois justifiée, puisque l’essence de la foule est immonde. Dans ce rassemblement naïf de naïfs, tout entretient l’illusion qu’on est les plus forts, qu’on va tout casser, tout détruire.


                                                                                        Parce qu’on le veau bien.


                                                                                        Le soir, on est bien content, on se voit à la télé, puis on saute sur la météo, le feuilleton, le ballon. On oublie tout. Et la nuit suivante, quelque loi scélérate votée en cachette passera comme une lettre à la poste. 


                                                                                        Et dans quelques mois, on recommencera comme des rats, des cloportes, des cafards. D’ailleurs les mainstrimeurs du vingt heures annoncent déjà la date précise de la prochaine manif. Tout espoir n’est pas perdu les gars, vous pourrez revenir dans 1 ou 2 mois, y aura des merguez.


                                                                                        Des chiens, des tarentules, des limules, des dindons, des cons, des tromblons, des sourds, des aveugles, des muets, des non entendants, des non voyants, des qui parlent pas, et même des techniciens balayeurs de surfaces pavées.


                                                                                        Cette fois ci sera la bonne. Avant la prochaine. On les aura !


                                                                                        Nous vaincrons !


                                                                                        Quoi ? Qui ? On s’en fout, vive le son du canon !


                                                                                        Ferveur et croyance nous emportent dans un doux roulis, un berceau idéal, quand même si proche du mur que parfois, sonnés par la prestance ébouriffante de ladres aux idées repues et criards, nous perdons le sens des réalités.


                                                                                        Tribuns frelatés aux ordres des mêmes que les autres pantins d’apparence plus proche de la réalité parfaitement servile qui est celle du lambda politoc. Finalement plus authentique que tous ces faux impertinents à la morgue étincelante. Beurk.


                                                                                        Glauque époque.



                                                                                        • simir simir 7 mai 2013 08:39

                                                                                          @ piere Chalory Bonjour


                                                                                          C’est jean Ferrat qui disait : « On peut être seul et con et dans ce cas on y reste »

                                                                                        • L'enfoiré L’enfoiré 7 mai 2013 08:45

                                                                                          Merci, Pierre, d’avoir résumé ma pensée.

                                                                                          Bernard écrit bien, écrit trop et qui trop embrasse, mal étreint.
                                                                                           smiley

                                                                                        • Christoff_M Christoff_M 7 mai 2013 08:00

                                                                                          la troupe des fanatiques se manifeste encore des que l’on ose s’en prendre au faux frère au double visage Melenchon !!!


                                                                                          • Libertad14 Libertad14 7 mai 2013 10:32

                                                                                            La langue de bois est fortement utilisée par les politiques : l’art de dissimuler les vrais problèmes par des mots qui flattent celui qui écoute et le noie dans un langage compliqué et pompeux.

                                                                                            IL faut préciser que ces politiciens énarques de surcroît sortent des mêmes écoles et lisent dans le même livre. 
                                                                                            Leur professionnalisme n’a d’intérêt que pour faire des effets de manches , du phrasigottage, bref épater les masses tout en les maintenant dans l’ignorance pour mieux disposer de leur confiance et ainsi perdurer dans leurs fonctions et dans leurs système .
                                                                                            Souvent les détracteurs de ce langage compliqué utilisent pour le dénoncer des mots tout aussi compliqués. Enfin de compte détenir la maîtrise du langage est une forme de pouvoir qui tente à montrer sa supériorité par rapport à ceux qui ne sont pas initiés a ce langage. Ces inventeurs de mots , ces utilisateurs de grandes phrases se font plaisir et nous font remarquer ainsi que nous ne sommes pas du même monde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès