• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Universités : faire des études quand on est obligé de gagner son pain (...)

Universités : faire des études quand on est obligé de gagner son pain ?

Universités : faire des études quand on est obligé de gagner son pain ?

 

1. Les difficultés rencontrées par les étudiants et soulevées par eux, incitent à tourner le regard sur la possibilité qui existe de remédier à peu de frais à certaines composantes de la question. Etant entendu que ce qui va être avancé est de nature, si on fait ce choix, à pouvoir amorcer, incidemment et en plus, une réduction des sommes consacrées à l’enseignement supérieur tel qu’il fonctionne. Sommes qui pourraient être redéployées ou économisées pour partie.

2. Il suffit pour cela de « créer » une (ou plusieurs) université(s) numérique(s). Au sein des universités existantes ou en dehors.

3. La « création » n’exige aucun investissement significatif. Puisqu’il suffit de donner les moyens juridiques adaptés à … ce qui existe. Et de dispenser de toute assiduité les étudiants inscrits à l’université numérique.

 

4. Par exemple, en droit, il y a l’UNJF (« université numérique juridique francophone ») qui met en ligne des cours sur l’ensemble des principaux cursus de droit. Les étudiants salariés parce que ne disposant que de ressources modestes, peuvent travailler les matières chez eux (en dehors des heures ouvrables des universités). Seulement l’UNJF ne peut pas délivrer elle-même les diplômes ; l’étudiant doit s’inscrire dans une université « traditionnelle », qui a passé (des enseignants de certaines universités s’y refusent) une convention avec l’UNJF. Ce qui fait que l’UNJF ne joue que le rôle d’une bibliothèque.

5. Dans beaucoup d’universités, autre exemple, des cours en ligne existent ( en droit et dans d’autres disciplines). Qui ne font que « doubler » les cours oraux. On pourra dès lors, simplement en utilisant des cours déjà mis en ligne, constituer une université numérique qui ne constituera qu’une composante de l’université. Ou, à défaut, on retiendra des cours en ligne existant dans plusieurs université, dont l’addition couvrira le programme d’un diplôme en ligne. Diplôme délivré en commun par les universités en question, ou diplôme délivré par une entité séparée.

 

6. Dans tous les cas, on pourra préférer ( hypothèse inspirée du point 4) lancer des « appels d’offres » pour des enseignements satisfaisant à un cahier des charges. NB. Ce qui constitue, en plus, une garantie de qualité par rapport au système qui existe parfois, de répartition des enseignements selon l’ordre du tableau ( - qui ne coïncide pas forcément avec l’ordre des compétences-). 

7. Quant aux examens, (dont les sujets seront alors donnés sur la base des contenus -détaillés- des enseignements mis en ligne) on pourra les organiser en fin d’année dans des locaux divers. Avec des correcteurs pris dans ou hors des universités et choisis par elles.

8. On pourra aussi organiser des examens par internet en étant un peu astucieux. Spécialement si l’on se propose de mesurer l’aptitude des candidats à utiliser leurs connaissances, plutôt que de contrôler la réussite de leur dressage à réciter ces dernières en deux parties et deux sous-parties (canons des facultés de droit).

9. Cette formule d’université numérique, outre qu’elle permettra aux étudiants peu fortunés de suivre leurs études supérieures pour un coût insignifiant pour l’Etat, ouvre aux étudiants étrangers la même possibilité. Ce qui est une bonne affaire pour la France, dès lors que ces étrangers auront tendance à conserver des liens avec ce pays et avec les entreprises françaises.

 

10. Les adversaires de cette formule sont « ontologiquement » les enseignants. Parce que dans l’imaginaire de la profession, être professeur c’est d’abord faire cours (comme l’on veut) en amphi (si possible en robe), contrôler les examens, diriger « ses » assistants ou « ses » chargés de TD. Et jouir de la considération et des privilèges – dont celui de n’avoir pas beaucoup de comptes à rendre- attachés au statut.

11. C’est la raison pour laquelle, ainsi que cela ressort des pratiques, beaucoup d’enseignants ne tolèrent les cours en ligne ( quand ils ont accepté de les mettre sur la place publique) que pour autant 1/ que ceux-ci ne sont que le complément de leur activité traditionnelle 2/ que ces cours en ligne ne les privent pas (pas plus que les manuels) de leurs auditoires de l’amphi. Etudiants spectateurs, qui sont nécessaires … à leur raison d’être ( v. l’usage de l’UNJF).

12. Mais cela ( points 11 et 12 ; v. également le point 13 ci-dessous) coûte parfois inutilement cher. Puisqu’une autre possibilité de conduire à un diplôme, existe, qui est fondée sur les réalités , l’état des technologies, et … les besoins.

13. Prenons à ce sujet l’exemple d’un cours sur les institutions politiques. Dans une université comme celle de Z, tel article de la constitution (que l’on trouve sur « Légifrance » et partout) est lu, et il est commenté forcément sur les mêmes points (souvent à partir des mêmes sources) : a) par autant d’enseignants qu’il y a « d’unités pédagogiques » (répartition des étudiants d’une même année entre plusieurs amphithéâtres) ; b) par les mêmes que ci-dessus ou d’autres qui racontent la même chose dans d’autres filières, lorsque ces dernières ont inscrit cette matière dans leurs programmes ( AES, EAC, sciences éco ; langues, STAPS, …)

Phénomène qui se reproduit dans plusieurs dizaines d’universités en France. Il serait amusant à cet égard, de chiffrer le nombre d’heures statutaires et d’heures complémentaires qu’un même développement peut nécessiter.

14. S’il est vrai que lorsque la manière de faire du « prof. » séduit les étudiants – ce qui de l’aveu des étudiants, ne leur arrive en général que 3 ou 4 fois dans leur scolarité- et peut avoir des effets heureux sur le taux de réussite dans la matière enseignée par ledit enseignant, c’est nécessairement parce que les documents écrits utilisés sont rébarbatifs (et que le propos oral ne l’est pas). Il suffit alors que certaines exigences rédactionnelles soient introduites dans les cahiers des charges (v. le point 6 sur le cahier des charges).

 

15. On peut aisément mettre le processus en route. En neutralisant les réticences corporatistes : 

1/ en rassurant le corps enseignant en faisant valoir que cette formule sera réservée aux étudiants salariés. Ce qui n’empêche pas, dans une deuxième phase, d’ouvrir cette opportunité à tous les étudiants. Surtout que la demande en sera inévitablement formulée et que les angoisses se seront dissipées.

2/ en présentant comme un honneur le fait de figurer parmi les auteurs de « cours » de l’université numérique, voire de » l’université numérique … de France » ( v. l’intérêt porté à l’ « l’institut universitaire de France »)

 

16. L’encadrement des étudiants sur un campus (en « présentiel ») n’est pas indispensable . Sauf évidemment pour des activités pratiques comme il en existe par exemple dans certaines disciplines médicales.

17. - a) Déjà, les « TD » ou les « TP » ne sont pas organisés dans toutes les matières. - b) Et souvent, là où ils sont organisés, ils ne sont pas très efficaces (enseignants qui font des redites sur le fond de la matière, « meublent » en faisant faire des exposés, ne corrigent pas de devoirs – sauf les 2 ou 3 « partiels » de l’année, …)

18. Or on peut, grâce à internet, mettre en place des techniques (certains enseignants l’on expérimenté avec succès) permettant aux étudiants de s’auto évaluer à plusieurs reprises et de se corriger en temps utile. Là encore, ça ne coûte pas cher : car une batterie de test peut servir à des milliers d’étudiants et être utilisée plusieurs années de suite.

19. Quant aux enseignants qui encadraient des groupes de TD ou de TP, et là où on les conservera pour un suivi traditionnel, au moins dans la période transitoire, et pour des disciplines spécifiques, ils feront en quelque sorte du « télé travail ».

20. Avec un système de rémunération adapté. Spécialement quand des praticiens seront recrutés pour ce faire, par exemple en vue d’une plus grande efficacité.

 

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon. des universités.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • ZXSpect ZXSpect 21 novembre 08:28

    Les MOOCs de FUN n’offrent ils pas déjà les solutions que vous préconisez ?

    .

    https://www.fun-mooc.fr


    • exol 21 novembre 09:22

      L’université est une fabrique de chômeurs la plus part des filières ne débouchent sur aucun emploi , c’est çà qu’il faut réformer et même les filières comme médecine ou droit , le diplôme en poche , la difficulté des nouveaux diplômés à s’installer faute d’argent est récurrente , condamner à rester en secteur hospitalier pour les uns et à travailler dans des grands cabinets pour les autres , autrement dit les nantis cadenassent même les gens les plus cultivés du pays. Sinon reste la politique même si t’es un bon à rien mais que tu cautionnes toutes les saloperies du capital , tu pourras ramasser les gouttelettes du ruissellement , pour les autres la source est tari depuis longtemps , c’est sans doute le réchauffement climatique.


      • JC_Lavau JC_Lavau 21 novembre 09:36

        @exol : « tari depuis longtemps , c’est sans doute le réchauffement climatique ».
        Quand tu auras compris que quand la mer est plus chaude, elle évapore davantage, et il pleut davantage...
        Les déserts comme le Kalahari ou l’Atacama sont dus à un courant froid qui remonte de l’Océan Austral. De l’Atlantique Nord pour le Sahara.


      • JL JL 21 novembre 09:42

        JC_Lavau serait-il un chatbot  ?


      • leypanou 21 novembre 10:35

        @exol
        Sinon reste la politique même si t’es un bon à rien mais que tu cautionnes toutes les saloperies du capital 

         : attention Le Rital, tu finiras par devenir communiste à force de critiquer le capital smiley


      • JL JL 21 novembre 13:44

        @JL
         
         je dis ça parce que sa réaction ci-dessus est inappropriée.


      • JC_Lavau JC_Lavau 21 novembre 18:55

        @JL. La pub et la propagande ont pour objet de diriger les réflexes et automatismes de leurs proies.


      • foufouille foufouille 21 novembre 10:20

        la plupart des personnes sont plus motivés en groupe et certains cours par correspondance comme le CNED existent mais c’est pas gratuit.


        • ZXSpect ZXSpect 21 novembre 18:20

          @foufouille
          .

          Tout a fait d’accord, rien ne vaut un cours et des travaux en groupe, mais les MOOCs offrent un accès gratuit, à des universités et des cours de qualité, à qui ne peut être présent ou n’en a pas les moyens financiers.

          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/mooc-pour-tous-mooc-pour-chacun-195828


        • Ruut Ruut 23 novembre 14:23

          @ZXSpect
          Gratuit, il te faut un abonnement internet et un ordinateur récent quand même.....


        • ZXSpect ZXSpect 24 novembre 19:15

          @Ruut

          il te faut bien un abonnement internet et un ordinateur (pourquoi récent ?) pour être sur Agoravox
           smiley


        • Michel DROUET Michel DROUET 21 novembre 11:49

          Il y a des étudiants qui sont obligés de « gagner leur pain » et d’autres non...

          Voilà donc la première inégalité que l’auteur se propose de gommer avec des « universités numériques » qui reviendront en fait à empêcher les échanges directs avec les enseignants ou les condisciples et à organiser une forme de ségrégation entre riches et pauvres.

          On sait que l’émulation est essentielle, à tous les âges de la vie, afin de stimuler l’intellect. Ce n’est pas en restant scotché devant son ordinateur que l’on fabrique des citoyens, mais c’est en confrontant son point de vue avec d’autres en colloque singulier ou pluriel.

          En poussant la logique proposée à bout, on pourrait procéder de la sorte pour tous les niveaux d’enseignement, ce qui reviendrait à se passer de « l’encombrant mammouth » de l’éducation nationale.

          L’enseignement à distance existe déjà (le CNED). Il est réservé à certaines situations (handicap, éloignement,...).

          Faire un CNED pour les etudiants « pauvres » qui ont besoin de travailler en les assignant de à résidence, alors que les plus aisés bénéficieraient des bienfaits d’Erasmus, me semble être une ignominie.


          • Spartacus Spartacus 21 novembre 17:10

            Aller un petit tour a ce qui se passe en Corée du Sud.

            https://www.youtube.com/watch?v=AbLFYeU3Mw0

            Les profs sont payés en fonction de leur audience et abonnement aux Mook.

            Les meilleurs gagnent plusieurs millions, et sont plus célèbres que des stars du ciné ou du sport.

            Va expliquer ça a un prof Français payé au statut, sans que son travail soit lié avec ses résultats et sa capacité à enseigner...  smiley


            • Sirius Sirius 21 novembre 18:30

              On oubli que beaucoup d’étudiant n’ont pas de famille digne de ce nom pour les soutenir.

              Ou si la famille est digne de ce nom elle n’ont pas les moyens d’aider financièrement leurs enfants. C’est toujours une question économique lié au inégalité qui découle du capitalisme.


              • Spartacus Spartacus 22 novembre 00:27

                @Sirius
                Dans un monde capitaliste l’université est privée. En concurrence et peut faire faillite.
                Les études sont payées par le chèque éducation que fournit l’état à chaque parent.

                Les profs ne sont pas statutaires et payés à l’attrait et la motivation qu’ils procurent aux étudiants. 

                Dans un monde capitaliste, c’est l’université qui prête à ses étudiants les sommes nécessaires aux études et se fait rembourser plus tard.

                Les étudiants sont donc « sélectionnés » pour leur motivation et capacité a réussir les études pour que l’université ne se prenne pas une tôle financière.
                Nous sommes dans des université de gauchistes avec des diplôme en gauchisme par des profs gauchistes irresponsable..

                Absolument pas capitaliste.


              • ZXSpect ZXSpect 24 novembre 19:23

                et si..
                .
                « Marcel-M. MONIN
                m. de conf. hon. des universités. »
                .
                daignait donner suite, voire répondre, aux commentaires de ses lecteurs sur Agoravox !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès