• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vaccin Gardasil et cancers ORL, une indication médicale ou une recherche de (...)

Vaccin Gardasil et cancers ORL, une indication médicale ou une recherche de nouveaux marchés ?

 

Drame : les hommes n’ont pas d’utérus et ne sont pas tous homosexuels

Pour les marchands de vaccins, l’indication du Gardasil pour « prévenir le cancer du col de l’utérus » a un inconvénient majeur : on ne peut le vendre qu’aux femmes qui ne constituent qu’une moitié de la population mondiale. Perdre la moitié du marché, insupportable !

La peur instillée par les médias du cancer anal permet de proposer le vaccin aux hommes homosexuels et aux adultes ayant des « pratiques à risque » = le sexe anal passif.[3] Malheureusement, ils représenteraient moins de 5% de la population, marché insuffisamment prometteur, sauf si on arrive à convaincre les politiques d’imposer une obligation pour tous, « au cas où » et pour éviter les discriminations !

Elargir le marché, élargir toujours et encore, et merci pour les actionnaires : les cancers ORL !

 

Vaccin Gardasil et cancers ORL, une indication médicale ou une recherche de nouveaux marchés ?

 

Entre pub, réalité et marché

 Il ne vous aura pas échappé qu’une grande marée de pub, voire un tsunami vise à préparer la population à l’obligation du Gardasil chez tous les enfants, garçons, filles et les plus vieux pour « rattrapage ». L’amendement est déjà déposé depuis juillet 2018, et sera probablement voté, une nuit sans bruit, par quelques députés présents, n’en doutons pas.[1] Combien de petits ou grands articles dans les hebdomadaires ou gratuits ? On distribuerait même dans les écoles des DVD, via les infirmières scolaires ? Fake news sur ce dernier point ? Que ceux qui en savent plus nous le disent, car ce serait évidemment très grave. Mais comme on est inondé de publicités « octobre rose » sur les panneaux de toutes les villes au moins en région parisienne, devant le RER etc. payés par nos impôts locaux, malgré les divisions des médecins sur le sujet,[2] on ne s’étonne plus de rien !

 

 Drame : les hommes n’ont pas d’utérus et ne sont pas tous homosexuels

Pour les marchands de vaccins, l’indication du Gardasil pour « prévenir le cancer du col de l’utérus » a un inconvénient majeur : on ne peut le vendre qu’aux femmes qui ne constituent qu’une moitié de la population mondiale. Perdre la moitié du marché, insupportable !

La peur instillée par les médias du cancer anal permet de proposer le vaccin aux hommes homosexuels et aux adultes ayant des « pratiques à risque » = le sexe anal passif.[3] Malheureusement, ils représenteraient moins de 5% de la population, marché insuffisamment prometteur, sauf si on arrive à convaincre les politiques d’imposer une obligation pour tous, « au cas où » et pour éviter les discriminations !

 

 Elargir le marché, élargir toujours et encore, et merci pour les actionnaires

 En attendant les résultats du lobbying intensif actuel pour l’obtenir, l’imagination fertile des publicitaires a été mise à contribution : ils ont pensé aux cancers de la tête et du cou qui ont l’avantage de menacer tous les hommes qui aiment les femmes, en plus de la gente féminine elle-même. Comme on a dépisté la présence de souches de virus HPV chez certains malades atteints de cancer de cette localisation, le tour est joué, jackpot !

Le business plan qui les concerne consiste à affirmer

«  1°) que le HPV est responsable des cancers ORL (ça reste à démontrer, mais c’est la mode de l’affirmer dans les grands services).

 2°) qu’il peut être attrapé par tout homme dont la bouche approche le sexe des femmes (atteindre le col utérin est plus sportif, mais enfin le virus doit bien trainer sur la vulve…).

 3°) que la fréquence de ce vilain cancer explose (on n’est pas à un mensonge près dans notre société).

 4°) que seul le vaccin peut les protéger de cette menace[4] [5] » ainsi que le répètent les auteurs liés à l’industrie du vaccin [6] et les porte-voix des médias. 

 

 Les cancers ORL, comme les autres néoplasies, sont favorisés par des facteurs de risque multiples

Comme pour les cancers du col de l’utérus et le cancer anal, les facteurs statistiquement liés aux cancers ORL sont multiples : alcool, tabac, infection par virus de l’immunodéficience acquise (Sida) ou virus HPV, virus Epstein Barr, bétel, amiante, maté, émanations d’acides, gaz moutarde, caoutchouc, formaldéhyde, poissons salés, poussières de bois, nickel, cuir et bois, solvants.

Depuis que le Gardasil est sur le marché, une série d’articles[7] [8] [9] fleurit aux quatre coins du monde pour focaliser l’attention sur les risques croissants des cancers ORL liés au HPV, en oubliant, ou en minorant les autres cofacteurs de risque. La plupart de ces articles sur les HPV ne font que comptabiliser les pourcentages de porteurs du virus HPV chez les malades de cancer ORL et attribuent la responsabilité du cancer au virus sans aucune démonstration. «  Le virus est sur les lieux, c’est donc lui le coupable  ». Qu’en penseraient Mégret ou la capitaine Marleau ? Un peu rapide l’accusation ! Mais comme nous l’avons répété pour l’association cancer du col – HPV, la coexistence ne signifie jamais causalité.

Parmi ces articles, on trouve peu d’analyses multifactorielles qui permettraient d’attribuer à chaque facteur son poids statistique (son importance relative). Et de toute manière, aucune étude épidémiologique ne peut formellement prouver un lien de causalité directe avec un cancer. Elle ne peut que l’évoquer et conduire les chercheurs à approfondir.

On a démontré que les goudrons étaient la cause de certains cancers en faisant apparaitre des cancers à l’endroit où on badigeonnait la peau avec des solutions de goudrons. Mais personne n’a jusqu’ici réussi à faire apparaître un cancer ORL en badigeonnant la zone concernée par une solution concentrée de virus.

On pourrait aussi bien imaginer que le cancer témoigne d’une immunité défaillante qui facilite l’apparition ou la persistance de l’infection par HPV, ou que la tumeur cancéreuse constitue un merveilleux terrain de culture pour le HPV … Hypothèses certes hérétiques à l’aune du crédo Gardasil, mais seul le doute permet, depuis toujours, de faire progresser les connaissances.

 

De l’ASCO[10], grand-messe annuelle de cancérologie supposée sérieuse, à Hollywood

Quand la médecine devient show-biz ! Qui aurait imaginé au siècle dernier que ce grand congrès scientifique qui réunit des milliers de cancérologues du monde entier de toutes spécialités depuis les années 80, s’abaisserait à une démonstration de tragi-comédie fantastique, sur un cas (qui n’en n’est même pas un, d’après le démenti apporté depuis par l’intéressé !). 

 

 Un grand rôle pour un sex- symbole sur la scène de l’Asco pour Michael Douglas, peut-être jaloux de la vedette de « what else » ? Et un selfie comme preuve pour le public ?

Pour faire connaitre le prétendu lien de causalité entre virus et cancer, et le risque de contamination des hommes par les femmes sur toute la planète, une vedette de cinéma, sex-symbol mondialement connu, est irremplaçable. Du moins est-ce l’hypothèse des communicants des firmes. Cette technique a été utilisée pour une marque de café en capsules, pour des lunettes avec Johnny et Sharon Stone, par les promoteurs de la recherche du gène de sensibilité au cancer du sein et de l’amputation préventive des seins et des ovaires avec Angelina Joly.[11] [12]Quelle chute de notre science devenue spectacle !

Les avocats du Gardasil pour hommes hétérosexuels ont utilisé l’interview de Michael Douglas attribuant publiquement son cancer ORL au virus HPV qu’il aurait, d’après lui, contracté lors de cunnilingus ! Le message hollywoodien a été diffusé dans le monde entier par la télévision, la presse médicale et grand public, les sociétés savantes, (sans honte ?). Est -ce qu’un cas particulier -fut -il vrai-, (ce qui n’était pas le cas, a -t-on appris secondairement), devait-il convaincre les 40 000 cancérologues qui s’entassent chaque année dans ce congrès mondial que chaque médecin espère rejoindre, pour avoir les informations les plus fondées sur des études longues et sérieuses de vrais chercheurs et non de publicitaires ! Un selfie avec Michaël en prime ? Ou un rôle dans un prochain film, comme une ancienne première Dame de l’ombre ou l’actuelle dans une série française ?

 Menace réelle ?

Une fois ancré dans les esprits que les hommes hétérosexuels sont aussi menacés par ce cancer à cause de ce virus, il fallait convaincre ceux-ci de la réalité de la croissance de la menace. Or celle-ci est peu évidente, lorsqu’on consulte les registres du cancer, qui TOUS soulignent la baisse régulière et importante de l’incidence des cancers ORL, grâce à la diminution du tabagisme, de l’alcoolisme et des règles de sécurité dans les professions exposées aux toxiques cancérigènes. Ainsi selon l’INCa :

«  l’incidence de ces cancers a fortement diminué chez l’homme depuis 1980, et cette tendance s’est accentuée après 2005, le taux d’incidence standardisée est passé de 40 en 1980 à 16,1 cas en 2012  ».

 Dur, dur, de faire la promotion d’un vaccin pour une maladie qui diminue …

 

Pas à court d’imagination marchande

Les auteurs, partisans de la vaccination, ont néanmoins alerté leurs confrères sur cette progression supposée considérable du risque des cancers déclarés spécifiques du HPV[13], (d’après l’analyse microbiologique et l’évolution qui serait plus favorable), prophétisant même que «  ces cancers allaient devenir la première menace par cancer ORL dans dix à quinze ans.  » Leur boule de cristal est excellente probablement, et le nouveau Nostradamus n’a plus qu’à bien se tenir. Les prédictions sont toujours incertaines en médecine (comme ailleurs) et baser une politique de vaccination large sur ce genre d’arguments parait léger et bien imprudent, à moins qu’il ne soit que marchand !

 

 Et même si les cancers ORL étaient liés à HPV et augmentaient, la vaccination pourrait-elle être efficace ?

Une fois le lien de causalité martelé dans les esprits et la menace du cancer ORL lié à HPV magnifiée, les apôtres de la vaccination promettent que, grâce à elle, le cancer nous épargnera.

Pourtant, toute cette propagande de l’efficacité supposée sur l’éradication du cancer repose uniquement sur la diminution réelle du risque d’infection aux souches de HPV ciblées par le vaccin. Pas les moindres prémices du début d’un élément de preuve d’efficacité contre le cancer invasif.

Diminution de la présence de certaines souches du virus sur les lieux du drame ne signifie malheureusement pas disparition du risque de cancer.

Une étude suédoise sur l’infection orale par HPV[14] montre que « la prévalence de l’infection orale au HPV, avec prédominance du HPV 16, était similaire chez les garçons et les filles, et conclue logiquement « à ce jour, aucune donnée ne permet d’évaluer son efficacité contre les cancers ORL et des études épidémiologiques de suivi sont nécessaires ».

 

 ALERTE POUR LE CANCER DU COL UTERIN QUI AUGMENTE FORTEMENT ET RAPIDEMENT CHEZ LES POPULATIONS DE FEMMES VACCINEES

 

 Que se passera-t-il chez les hommes vaccinés ?

 Vu la gravité des découvertes récentes sur ce vaccin, nous avons consacré un livre sous presse à ce drame inattendu (Hystérie vaccinale, Gardasil et cancer, chez Fauves éditions à paraitre le 25 oct 2018). En effet, si nous soupçonnions l’inefficacité probable du cancer du col chez les populations vaccinées, vu l’histoire naturelle du cancer du col sur plusieurs décennies, la découverte récente par Lars Anderson en avril 2018[15] d’une augmentation paradoxale du nombre de femmes atteintes de ce cancer dans les cinq à dix ans qui suivent la vaccination a été un grand choc, confirmé par l’étude des registres du cancer des pays à fort taux de vaccination par G Delépine en particulier.[16] [17]

Ainsi tous les registres du cancer des pays à fort taux de couverture vaccinale montrent que depuis la généralisation de la vaccination, l’incidence des cancers invasifs du col utérin a augmenté considérablement dans les groupes d’âge les plus vaccinés[18], tandis que les taux d’infections génitales aux HPV 16 et 18 diminuait. On a toutes les raisons d’être très inquiets pour les hommes qui se vaccineraient.

 

Déjà une alerte en Norvège sur l’augmentation des cancers ORL chez les femmes vaccinées pour prévention du cancer du col !

L’analyse comparative selon les sexes de l’incidence des cancers de l’oropharynx en Norvège renforce la méfiance. En effet d’après Nordcan[19], de 2007 à 2015, l’incidence de ces cancers ORL chez les femmes norvégiennes (vaccinées à plus de 80%) a augmenté de 75 % (de 0.67 à 1.18), alors que durant la même période celle des hommes n’a augmenté que de 33% (de 2.68 à 3.58)[20].

Le vaccin anti HPV pourrait donc non seulement favoriser l’apparition de cancers féminins, mais aussi d’autres cancers. Alerte à suivre de très près.

 

Prudence, précaution, observations des larges populations déjà vaccinées (plus de deux cent mille doses à travers le monde) s’imposent.

 Dans l’immédiat, vu le trouble que jette la révélation de l’effet paradoxal du vaccin Gardasil sur la fréquence des cancers du col chez les femmes vaccinées [21], la prudence est de rigueur et toute obligation relèverait de l’ignorance coupable, si ce n’est de la soumission aux lobbies, encore plus condamnable.

« D’abord ne pas nuire » professait Hippocrate, il y a 25 siècles, lorsque les décisions médicales reposaient sur le respect de la personne humaine, et prises à l’issue du colloque singulier entre le médecin et son malade, sans interférence bureaucratique et marchande.

 Dans le monde nouveau, le médecin, nommé robot, est censé obéir aux ordres des ARS, agences régionales de santé, bras armé du ministère, selon les prescriptions de l’INCa et du plan cancer, en attendant d’obéir à plus robot que lui, le mythe de l’intelligence artificielle, (probablement encore mieux contrôlé par les lobbys que les docteurs, dont certains sont encore moutons noirs).

 Les médecins sont-ils obligés de se soumettre, au nom de quelle éthique ? Devront- ils dire plus tard, pour se défendre « je n’ai fait qu’obéir aux ordres », comme le répétaient constamment les médecins accusés de Nuremberg ? Nous savons que bon nombre d’entre eux se sentent très mal dans cette médecine qui n’en est plus une, preuve en est le nombre de burnout, de suicides dans le milieu médical.

Encore, n’avons-nous pas abordé ici les nombreux effets secondaires liés à ce vaccin, puisque pour nous, cette vaccination n’a pas lieu d’être. Mais nous pensons aux jeunes médecins manipulés par la pression de bigpharma relayée par ses affidés, aux infirmières et pharmaciens qui vaccineront, non informés de ces risques multiples tant en effets délétères, qu’en risque de cancérogenèse, et aux parents qui feront vacciner leur enfant, confiant suite à un article du Figaro ou du Monde qui promet l’éradication du cancer du col !

Rappelons à chacun de décortiquer ces papiers optimistes en vérifiant s’il s’agit de simulations statistiques ou de faits avérés[22] : « Quand les résultats de simulations mathématiques remplacent les résultats réels dans l’information médicale diffusée par les médias »

 A chacun d’être vigilant.

 

 

[4] Gillison ML, Chaturvedi AK, Lowy DR. HPV prophylactic vaccines and the potential prevention of noncervical cancers in both men and women. Cancer 2008 ; 113(Suppl.):3036-46.

[5] Gillison ML. Human papillomavirus-related diseases : Oropharynx cancers and potential implications for adolescent HPV vaccination. J Adolesc Health 2008 ;43:S52-60

[6] M L. Gillison fait partie des conseillers commerciaux de Bristol-Myers Squibb, Merck, Celgene, Amgen, AstraZeneca, a reçu des honoraires de Bristol-Myers Squibb, voyagé aux frais de Merck, Sanofi et reçoit des fonds de recherche de : Bristol-Myers Squibb (Inst), Merck (Inst), AstraZeneca (Inst)

[7] Chaturvedi AK, Engels EA, Anderson WF, et al. Incidence trends for human papillomavirus – related and – unrelated oral squamous cell carcinomas in the United States. J Clin Oncol 2008 ;26:612-9

[8] van Monsjou HS1, Balm AJ, van den Brekel MM, Wreesmann VB. Oropharyngeal squamous cell carcinoma : a unique disease on the rise ?Oral Oncol. 2010 Nov ;46(11):780-5. doi : 10.1016/j.oraloncology.2010.08.011.

[9] IHenneman R, Van Monsjou HS, Verhagen CV, Van Velthuysen ML, Ter Haar NT, Osse EM, Lopez-Yurda MI, Balm AJ, V Den Brekel MW. incidence Changes of Human Papillomavirus in Oropharyngeal Squamous Cell Carcinoma and Effects on Survival in the Netherlands Cancer Institute, 1980-2009.Anticancer Res. 2015 Jul ;35(7):4015-22.

[10] Congrès de l’american society of medical oncology

[12] Voir « cancer les bonnes questions à poser à votre médecin » N et G Delépine chapitre consacré au cancer du sein.

[13] Pl Dulguerov, Z Vourexakis Les cancers ORL HPV positifs Rev Med Suisse 2011 ; volume 7. 1919-1922

[14] Du J, Nordfors C,Prevalence of oral human papillomavirus infection among youth, Sweden. Emerg Infect Dis. 2012 Sep ;18(9):1468-71

[15] LARS ANDERSSON Increased incidence of cervical cancer in Sweden : Possible link with HPV vaccination Indian Journal of Medical Ethics Online First Published April 30, 2018

[17] docteur.nicoledelepine.fr/gardasil-rapport-au-parlement-wallon-du-dr-g-delepine-24-sept-2018-opportunite-dune-generalisation

[18] Pour le groupe d’âge 20-24 ans comprenant les jeunes filles vaccinées en 2007, l’incidence du cancer du col a augmenté depuis 2007 de 113% en Australie, 100% en Angleterre, et 100% en suède

[19] Engholm G, Ferlay J, Christensen N, Hansen HL, Hertzum-Larsen R, Johannesen TB, Kejs AMT, Khan S, Ólafsdóttir E, Petersen T, Schmidt LKH, Virtanen A and Storm HH : Cancer Incidence, Mortality, Prevalence and Survival in the Nordic Countries, Version 8.1 (28.06.2018). Association of the Nordic Cancer Registries. Danish Cancer Society. Available from http://www.ancr.nu, accessed on 30/09/2018.

[20] Cancer in Norway 2016


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • leypanou 23 octobre 08:46
     Il ne vous aura pas échappé qu’une grande marée de pub, voire un tsunami vise à préparer la population à l’obligation du Gardasil chez tous les enfants, garçons, filles et les plus vieux pour « rattrapage » : l’oligarchie n’a jamais été en aussi meilleure position pour imposer tout ce qu’elle veut.

    Avec le président et la majorité actuels, si cela continue, d’ici la fin du quinquennat, l’acte d’asservissement total aux intérêts des labos pharmaceutiques sera signé, toujours sous le prétexte fallacieux de « nous protéger ».

    Encore un article bon à diffuser au plus grand nombre.



    • rogal 23 octobre 09:31

      Y a-t-il une autre défense possible du public que de retirer du marché les soi-disant laboratoires par leur nationalisation ?


      • foufouille foufouille 23 octobre 15:21

        @rogal

        faut le dire à cuba ...........


      • njama njama 23 octobre 11:23
        @ rogal

        En cas d’obligation de la vaccination Gardasil par la loi, les médecins n’étant pas fonctionnaires ne sont nullement tenus d’approuver et d’exécuter cet acte médical contre leur gré ...

        Espérons que le bon sens prévaudra après toutes les démonstrations d’inefficacité, d’inutilité, de dangerosité de ce vaccin Gardasil d’autant plus que le lien de causalité entre HPV et cancer n’a jusqu’à présent jamais été démontré !

        On peut également envisager des appels à la désobéissance civile en direction des adolescents et parents par les réseaux sociaux, en diffusant des tracts à l’entrée des collèges et lycée, ...

        Si l’obligation vaccinale de Mme Buzyn a des chances d’être très largement réalisée par le biais du « chantage » aux inscriptions en crèches et en école, les ados ne seront pas aussi dociles que les nourrissons...


        • Alren Alren 23 octobre 15:50
          @njama

          Il sera très difficile, impossible même d’imposer des sanctions à ceux qui refuseraient le vaccin : autant on peut interdire l’entrée des crèches et des maternelles aux bambins qui n’ont pas reçu le monstrueux cocktail de 11 vaccins à adjuvant d’aluminium, autant on ne pourra exclure des établissements du secondaire les adolescents qui refuseront le vaccin ORL.

          Une amende ? Si des centaines de milliers de personnes, voire des millions, refusent de la payer, le gouvernement sera impuissant.

        • Odin Odin 24 octobre 12:05

          @Alren

          Bonjour,

          Merci à l’auteur de venir ici publier ces informations capitales.

          Alren,

          « Une amende ? Si des centaines de milliers de personnes, voire des millions, refusent de la payer, le gouvernement sera impuissant. »

          Il y a d’autres moyens de contraindre qu’une amende.

          Qui pourrait s’opposer à la création d’une loi de bigpharma, validée par Buzyn et son mari Yves Lévy, pour rendre obligatoire ce vaccin Gardasil avec un palais Bourbon aux ordres, pour pouvoir toucher les allocations familiales, la prime de rentrée scolaire, l’AAH, le RSA, la prime d’activité, l’ASS, l’ASPA, l’APL, la garantie jeunes, APA, la CMU-C, l’ACS etc…

          Nous ne sommes pas encore à ce stade mais avec la marionnette Micron cela pourrait devenir possible rapidement pour diminuer « ce pognon de dingue » et ainsi faire d’une pierre deux coups.


        • Alren Alren 28 octobre 20:15
          @Odin

          Priver d’allocations des centaines voire des millions de famille qui élèvent correctement leurs enfants mais refusent un vaccin qui peut scientifiquement être contesté, je répète que c’est impossible : les tribunaux administratifs crouleraient sous les recours, les gens manifesteraient dans les rues et la popularité de Macron et du gouvernement chuterait encore et fortement.

        • sweach 23 octobre 17:00

          Ce que je ne comprend pas avec les vaccins, c’est que la notion de bénéfice-risque ne sont pas vraiment prit en compte, d’autant plus que ce type de traitement s’adresse à des personnes saines contrairement à tout autre traitement qui concerne des malades.


          On a l’exemple de deux médicaments qui fonctionnaient parfaitement, le di antalvic et le Rimonabant, des médicaments qui n’ont pas été retiré car ils étaient inefficace, non !
          Trop de gens se suicidaient avec, du coup les risques de suicide étaient jugés supérieur aux bénéfices de ces médicaments.

          Pour les vaccins, le risque d’attraper la maladie devient infime voir pratiquement nul et le risque d’en mourir également vue qu’il existe des traitements curatifs.
          Ainsi on vaccine tout le monde contre la Polio mais il est statistiquement impossible de l’attraper, hors les effets secondaires du vaccin sont bien réel.

          Malheureusement nous ne cherchons pas vraiment à nous épargner ces effets secondaire, car les plus grand responsable sont les adjuvants, des composés non indispensable rajoutés dans les vaccins pour une question de coût, ce qui n’a aucun sens quand on n’est pas en période de pandémie.

          A force de faire n’importe quoi, comme un vaccin anti-grippe qui ne fonctionne pas, ou bien vouloir vacciner contre 18 maladie dont la majorité se soigne et l’autre moitier on ne la croisera jamais, il n’est pas étonnant que la défiance soit le mot d’autre au sein de la population.

          Nous avons 150 000 morts par an due au cancer, les allergies augmentent, Parkinson et alzheimer augmentent, tout le system endocrinien est de plus en plus perturbé.

          Il serait grand temps de se poser des questions sur le réel bénéfice des vaccins face aux risques qu’ils représentent.

          • spearit 23 octobre 20:32

            @sweach
            La notion de bénéfice ne se résume t-elle pas à : par ici la monnaie (et les risques pour les autres) ???


          • foufouille foufouille 23 octobre 20:56

            @spearit

            tes risques sont imaginaires car tu bouffes trop de space cake.


          • njama njama 24 octobre 09:26
            @sweach
            adjuvants vaccins, hydroxyde d’aluminium vs phosphate de calcium un choix économique et industriel sans lien avec la sécurité des vaccins.

            Le professeur Romain Gherardi... répond aux questions de « L’Obs ».
            Serait-il possible d’utiliser d’autres adjuvants ? Comment faisait-on avant l‘aluminium ?
            En France, jusque dans les années 80, l’institut Pasteur a refusé l’aluminium, il utilisait du phosphate de calcium. On en a dans les os, l’organisme est « équipé » pour le tolérer. Mais quand les laboratoires Mérieux ont racheté l’institut Pasteur dans les années 80, les vaccins Pasteur sont passés à l’aluminium. Alors même que leurs vaccins au phosphate étaient d’excellente qualité.
            Pourquoi ce choix du tout-aluminium ?
            J’ai rencontré le comptable de l’institut Pasteur de l’époque. Il m’a expliqué qu’une dose de vaccin avec du phosphate de calcium coûtait à l’époque 30 centimes de francs de plus qu’une dose avec l’aluminium. De plus, pour obtenir l’immunisation, avec le phosphate, on n’avait besoin que de deux injections alors qu’il en fallait 3 avec l’aluminium. Mérieux a dit : « On préfère vendre 3 vaccins plutôt que 2 ». Il faut comprendre que la politique vaccinale est très déterminée par des intérêts financiers...

          • sweach 24 octobre 09:29

            @foufouille
            *tes risques sont imaginaires car tu bouffes trop de space cake.*

            Imaginaires ?

            Pourtant certain sont bien mit en évidence sur les étiquettes du produit, quelques exemple de ce qu’on peut y retrouver :

            douleurs articulaires, maux de tête, irritations cutanées, fatigue importante, fièvre, nausées, réaction cutanée importante, réaction allergique, gonflement , perte d’appétit, légère douleur, gonflement des ganglions, inflammation des glandes salivaires, etc ..

            Mais on peut y voir aussi  : malformations du foetus, cas de stérilité, difficultés respiratoires, état de choc, syndrome de Guillain-Barré, maladie auto-immune inflammatoire du système nerveux périphérique, paralysie, convulsions, baisse temporaire du nombre de plaquettes sanguines, troubles de la coagulation, cas de surdité, lésions cérébrales, etc ...

            Et ça, c’est ce qu’on retrouve sur les étiquettes donc on est sûre qu’il y a bien un lien entre le vaccin et ces risques avec des cas identifiés.
            Ok c’est souvent rare, mais réparti sur des millions de personnes face à une absence totale de maladie comme la polio, le risque est largement supérieur aux bénéfices.

            Les vaccins manipulent le system immunitaire pour le forcer à réagir, hors de nombreuses maladies sont due à une défaillance de celui-ci, vous confondez « imaginaire » avec « inconnue »

            Car oui les risques réel sont bien souvent inconnue.

          • njama njama 24 octobre 09:37

            hydroxyde d’aluminium vs phosphate de calcium

            Avis scientifiques ou corruption ?

            « Le phosphate de calcium coûtait à l’époque 30 centimes de francs de plus qu’une dose avec l’aluminium »
            30 centimes de francs - en valeur constante 1980 / 2017 = 0.13 €uro (convertisseur Insee)

             pour obtenir l’immunisation, avec le phosphate, on n’avait besoin que de deux injections alors qu’il en fallait 3 avec l’aluminium.  Mérieux a dit : « On préfère vendre 3 vaccins plutôt que 2 »

            Question : pourquoi donc l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), le CTV (Comité technique des vaccinations), le ministère de la santé valident les vaccins contenant des adjuvants aluminiques à l’efficacité moindre, à la toxicité supérieure, et donc plus coûteux  ? plutôt que de contraindre l’industriel à les fournir avec l’adjuvant phosphate de calcium.

          • sweach 24 octobre 09:48

            @njama
            Oui vous comparez deux adjuvants, mais savez vous qu’on peut faire des vaccins sans adjuvants ?


            Ces molécules sont ajoutés aux vaccins pour réduire la dose d’Ag nécessaire pour engendrer une bonne réponse immunitaire.

            Certaine joue aussi un rôle dans la possibilité de faire plusieurs vaccins en même temps, l’adjuvant jouant un rôle d’adsorbant pour les Ag.

            Ils sont tout simplement présent pour des motifs économiques et ne se justifie pas en absence de pandémie.

            Il ne faut pas croire que ces adjuvants sont inoffensif, ils jouent très bien leur rôle ils « enflamment » le system immunitaire afin qu’il sur-réagisse contre ce qui l’agresse, ça peut être l’Ag qu’on lui présente, mais ça peut aussi être un autre anti-gène comme le lactose, le gluten, l’insuline, etc ...

            Normalement la maturation des lymphocyte au niveau du Thymus doit nous prémunir contre cela, mais perturber la machine immunitaire avec les adjuvants n’est pas vraiment une bonne idée.

          • foufouille foufouille 24 octobre 10:53

            @sweach

            non, c’est uniquement ce dont se sont plaint certaines personnes. il est impossible de reproduire la maladie imaginaire en dessous de 1 pour cent. il est plus réaliste de comprendre que tu as eu une autre maladie pas imaginaire juste avant ou un peu après. je te sohaite une bonne polio party et une bonne paralysie.


          • foufouille foufouille 24 octobre 10:57

            @sweach

            « ça peut aussi être un autre anti-gène comme le lactose, le gluten, l’insuline, etc ... »
            sauf le gluten qui reste très rare, c’est un bon space cake.


          • njama njama 24 octobre 11:05
            @sweach

            mais savez vous qu’on peut faire des vaccins sans adjuvants ?

            sur la base de l’empirisme des premières inoculations pratiquées (maraboutages), en Asie, puis à Boston par Zabdiel Boylston en 1721 (première inoculation de masse) https://www.agoravox.fr/commentaire4148034
            puis par Jenner et Pasteur ... oui

            L’adjuvant l’alun (alum en anglais) n’est introduit que fortuitement au début du XX° siècle

            Ces molécules sont ajoutés aux vaccins pour réduire la dose d’Ag nécessaire pour engendrer une bonne réponse immunitaire.

            Il s’agit encore d’un critère économique et industriel si je comprends bien, au mépris de la sécurité des produits et des patients
            alors que le changement d’adjuvant est une modification mineure

          • njama njama 24 octobre 11:25
            source  : extraits pages 10-11 Le Dossier Intégral Phosphate de calcium : une alternative aux sels d’aluminium septembre 2015

            3. Le changement d’adjuvant est une modification mineure
            La Commission Européenne énonce dans sa directive de 2005 sur les adjuvants dans les vaccins à usage humain que, pour procéder au changement d’adjuvant dans un vaccin déjà autorisé, il n’est pas nécessaire de refaire l’ensemble des études cliniques.

            4. Le changement d’adjuvant s’est déjà produit : l’exemple des vaccins IPAD
            Comme nous l’indiquions supra, l’Institut Pasteur avait mis au point, au début des années 1970, des vaccins adsorbés sur phosphate de calcium (vaccins dénommés IPAD = Institut Pasteur ADsorbés sur phosphate de calcium), face aux risques présentés par les sels d’aluminium.
            En 1985, la branche vaccins de l’Institut Pasteur, Pasteur Production, fut rachetée par l’Institut Mérieux, donnant naissance à Pasteur Vaccins.
            [...] Marc Girard (directeur scientifique en 1985 de Pasteur Vaccins - fruit de la fusion Pasteur / Mérieux) précisait que les critères économiques avaient prévalu dans cette volonté d’imposer l’aluminium comme seul adjuvant (30) : « Avec l’arrivée de Mérieux, si vous voulez, les choses sont devenues beaucoup plus professionnelles. (...) c’était des industriels, c’est là où, dans un souci de rationalisation, l’Institut Mérieux a dit « écoutez, on laisse tomber le phosphate de calcium, tout le monde fait de l’hydroxyde d’aluminium. » (...) Dans une industrie, c’est toujours plus compliqué d’avoir différents produits qu’il faut mélanger, pas mélanger, éviter de mélanger, etc. C’est plus simple d’avoir une ligne unique.  »

            Les choix raisonnables de l’Institut Pasteur n’ont ainsi pas résisté au « réalisme économique ».

            « Nous avons regretté que lors de la fusion Institut Pasteur-Institut Mérieux, le vaccin de ce dernier, sur aluminium adsorbé, ait été préféré aux vaccins Ipad sur phosphate de calcium pour des raisons politiques, même si les vaccins Ipad faisaient 40 % du marché aussi bien en France qu’à l’export  », déplore ainsi le Dr Jean-Paul DAMAS, lauréat de l’Académie nationale de médecine et ancien interne de l’hôpital de l’Institut Pasteur. Une analyse partagée par le Dr Louis LERY, de l’Institut Pasteur, dans une lettre adressée à la Sous-Direction des Affaires scientifiques du ministère des Affaires sociales le 29 septembre 1987 (31) :
            « (...)les publications portant sur les effets toxiques ou les effets indésirables de l’aluminium et de l’hydroxyde d’alumine sont de plus en plus nombreuses, d’année en année. Cet élément pousse ainsi à préférer des produits adjuvantés avec un autre sel minéral comme le calcium, composant habituel de notre économie générale. Récemment, en juillet dernier, l’administration américaine a pris des positions nettes concernant les allergènes retard contenant de l’hydroxyde d’alumine. »

            Malheureusement, ces alertes des chercheurs de l’Institut Pasteur ne furent pas entendues.



          • sweach 24 octobre 15:13

            @foufouille
            *je te sohaite une bonne polio party*

            Impossible, le virus est pratiquement éradiqué (20 cas / ans dans 2 pays), avec l’immunité passive les nouvelles générations n’ont aucune chance d’attraper cette maladie qui a quitter la France depuis 1989.

            Mais tu peu toujours faire des vaccins contre la variole si tu le souhaite.

            en dessous de 1 pour cent 
            1% !!!! WAW !!!
            On voit que tu n’as pas une bonne notion des chiffres, avec 1% on pourrait parler d’hécatombe, tout le monde est vacciné en France donc 1% voudrait dire 600 000 personnes touchés.

            Tu n’as pas comprit mon propo, les vaccins ne créent pas ces maladies, mais ils facilitent leur développement car elles sont liés à l’immunité qu’on a déjà en nous.

            Avoir un problème d’insuline à 60 ans ce n’est pas pareil que d’avoir un problème d’insuline à 30 ans, prouver qu’une maladie auto-immune se déclare plus tôt à cause des vaccins n’est pas une tache facile, certain se sont cassés les dents à vouloir prouver le lien entre la sclérose en plaque et le vaccin contre l’hépatite B

            *au mépris de la sécurité des produits et des patients 
            alors que le changement d’adjuvant est une modification mineure*
            Personnellement je déplore surtout le manque de choix.
            Je ne comprend pas pourquoi l’industrie ne rebondie pas sur cette défiance des adjuvants pour proposer des produits sans adjuvants plus chère, nous le faisons bien avec le bio et les pesticides ?

            Je pense aussi que le Phosphate de calcium est préférable aux sels d’aluminium, mais l’idéal serait pas d’adjuvant dutout, pourquoi enflammer le system immunitaire et risquer une maladie auto-immune quand il suffit d’augmenter la dose d’Ag ?

          • foufouille foufouille 24 octobre 15:45

            @sweach

            la polio a tué 400 personnes au gabon juste quelques années avant. elle existe toujours dans de nombreux pays. un virus ou une bactérie peut survivre congelé des années.
            toutes ces maladies ont toujours existées. ton bio est juste pour les bobos et khmer vert.


          • sweach 24 octobre 16:13

            @foufouille
            FAKE NEWS !!!


            LOL je me demande ou tu as trouvé ça ? pour le coté nombreux tu peu t’arrêter à deux, Pakistan et Afghanistan, le Nigéra n’a pas eu de cas en 2017.

            En réalité :

            L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré le Gabon « pays libre de poliomyélite »

            Il faut préciser que le pays doit avoir une période sans nouveau cas pour avoir cette déclaration ? tes 400 cas doivent quand même pas mal dater.

            Pour les bactéries la plupart peuvent survivre congelé très longtemps (des milliers d’année), par contre pour les virus, ils sont assez rare à pouvoir survivre sans réservoir, la polio ne peut pas, ce qui en fait une maladie éradicable, mais ce n’est pas le cas de la grippe ou de l’hépatite A

            Après on peut faire un peu de stat si tu le souhaite.

            - Qu’elle est la probabilité d’attraper une maladie absente de France depuis plus de 29 ans ?
            - Qu’elle est la probabilité d’attraper une maladie présente que dans deux pays dans le monde ?
            - Qu’elle est la probabilité d’attraper une maladie qui ne possède que 20 cas par an dans le monde ?
            - Qu’elle est la probabilité d’attraper une maladie dont la couverture vaccinal touche pratiquement 100 % des pays civilisé et plus des 2/3 de la population mondial ?


            Maintenant la question à 100 points, pourquoi vacciner 800 000 enfants par an en France contre une maladie qu’il n’ont aucune chance d’attraper ?

          • foufouille foufouille 24 octobre 18:52

            @sweach

            fake news dans ton cas, la polio existe toujours dans des tas de pays qui ont un « wc » par village. il existe des tas de souches sauvages qui peuvent mutés et déclencher une épidémie chez les non vaccinés et dans ce cas, le vaccin est moins efficace puisque cette souche n’est pas reconnu par le système immunitaire. c’est de la science pas du baratin khmer vert assassin.


          • sweach 25 octobre 09:53

            @foufouille
            heuuu wé ?

            Moi je te parle de la poliomyélite, pas de la dysenterie ou je ne sais qu’elle autre maladie.

            Tu dois certainement faire référence aux PVDc (95 cas en 2017) ce sont des cas de polio mutés « atténués » qui affectent des personnes immunodéprimés et causés par une mauvaise couverture vaccinal et une mauvaise hygiène, mais c’est en Syrie pas au Gabon.

            En réalité le PVDc est un peu le champ du signe de la Polio, les PVDc ont besoin de trop de facteur pour pouvoir apparaître, on voit ces cas en fin de campagne vaccinal puis on en voit plus.

            Juste pour info il y a trois type de virus Polio, le type 2 a été éradiqué en 1999 et le type 3 en 2012, le type 1 est proche de la fin.

            On en reparle dans 5 ans de la Fake news si tu veux smiley

          • foufouille foufouille 25 octobre 11:21

            @sweach

            je ne vais pas me fatiguer avec un khmer vert comme toi. surtout que je trouve de nombreux cas de décès en afrique.


          • sweach 25 octobre 18:09

            @foufouille
            Je suis plutôt pro-nucléaire et anti-éolien, je pense que le pétrole et le charbon pourraient être mieux traité afin de moins polluer, pour moi le CO2 n’est pas un polluant et le « réchauffement » est un faux débat pour nous éloigner de la pollution.


            Je suis totalement contre les adjuvants dans les vaccins pour rester dans ce sujet.
            Donc pour le coté « khmer vert » je pense que tu peu repasser.

            J’ai un tout petit peu bosser sur l’IPV polio, ce que tu trouve sur le net sur ce sujet date un peu. 
            Après un décès due à la polio et un nouveau cas de polio ce n’est pas pareil, les séquelles de la polio vont prendre un demi siècle avant de totalement disparaître.

          • foufouille foufouille 25 octobre 18:20

            @sweach

            « Je suis totalement contre les adjuvants dans les vaccins pour rester dans ce sujet. » ==> khmer vert.
            c’est juste le début du lavage de cerveau. plus on lit du langage khmer vert plus on le devient. ensuite tu seras un terreplatiste puis tu chopperas une autre maladie khmer vert jusqu’à devenir gaga complet comme pierre henri le régulateur qui répond en citant doctissimo.


          • sweach 29 octobre 09:33

            @foufouille
            *c’est juste le début du lavage de cerveau.*

            Je ne vois pas le lien entre lavage de cerveau et refuser qu’on injecte dans mes veines et celle de mes enfants des produits non indispensable qui font courir un risque pour la santé.
            Produit utilisés juste pour réduire les coûts, comme les pesticides dans l’alimentation.
            Je ne suis pas idiot, je suis pour les vaccins sous réserve que la maladie existe et fait courir un risque, c’est juste leur composition qui me pose problème.

            *plus on lit du langage khmer vert plus on le devient*
            Bien c’est comme les médias, plus on écoute son petit écran et plus on croit ce qu’il dit comme une vérité absolue, le réchauffement climatique et le terrorisme sont des sujets insipides en réalité pourtant on leur donne une importance incroyable, moi je vois ça comme des prétextes pour nous pourrir la vie et nous priver de liberté.

            *ensuite tu seras un terreplatiste puis tu chopperas une autre maladie khmer vert*
            Même si je garde toujours un esprit ouvert, impossible que je devienne platiste car on a démontré que la terre était ronde depuis bien longtemps.


          • foufouille foufouille 29 octobre 10:39

            @sweach

            1- c’est faux, tu as gobé cette connerie
            2- pareil, insignifiant est ridicule, c’est juste plus compliqué : 2 maladies khmer vert en plus.
            3- terre creuse, tu peux, ce sera la quatrième ...........

          • sweach 29 octobre 12:16

            @foufouille
            Ha oui quand même ...


            Pour « gober » quelques choses, il faut croire sans preuve.
            Pas de chance pour toi, l’expérience de la vaccination est simple et je l’ai déjà faite sur la souris. ^^

            L’adjuvant n’est pas un produit indispensable pour permettre la production d’anticorps, il permet juste d’augmenter la quantité d’Ac produit pour une quantité d’antigène donné, mais il est possible augmenter la quantité d’Ac produit juste en augmentant la quantité d’antigène au lieu d’ajouter un adjuvant.

            Nos vaccins avec adjuvant ne contiennent tout simplement pas suffisamment d’antigène pour avoir une bonne réponse immunitaire, nos besoins en vaccination et le coût qu’ils représentent, ne justifie pas l’obligation d’ajouter ces adjuvants, seul la pandémie pourrait le justifier.

            Mais bon si tu veux tout savoir, on peut aussi se poser des questions sur les niveaux de pureté de nos vaccins, qui possèdent souvent trop d’albumine bovine ou de formaldéhyde, encore une histoire de coût pour avoir un produit plus pure.

            @foufouille tu devrais un peu mieux formuler ton discours, car comme @Penible ou @Alcon, tu ne fais que râler et juger le discours des autres sans rien apporter.

            Il y a quand même une différence entre donner son point de vue et dire que celui des autres est pourri. Comme pour des enfants vous devriez apprendre à dire « je n’aime pas » au lieu de dire « c’est pas bon »

          • foufouille foufouille 29 octobre 12:33

            @sweach

            mort de rire. c’est du pur khmer vert idiot ou tordu. byebye.


          • tobor tobor 23 octobre 23:56

            Bah, je vais coller ici mon article qui ne passera jamais la modération (« heureusement », le sujet est bien là sur la table) :
            .
            Un projet de loi visant à rendre obligatoire le vaccin anti papillomalovirus humain, au-delà de la prévention du cancer du col de l’utérus, vient d’être déposé (oct 2018) au Parlement de la Communauté française de Belgique par le député Jacques Brotchi (MR), cosigné par Matthieu Daele (Ecolo ) et Joëlle Maison (DéFI). Si cela passe, c’est vers la Toussaint 2018, début novembre...
            .
            Il s’agirait de la vaccination obligatoire des garçons et des filles de 9 à 14 ans contre une mst (maladie sexuellement transmissible) provoquant des verrues internes lorsqu’elles sont vaginales/anales, ou externes sur le pénis (donc bien plus repérables et traitables). Ces verrues mal ou pas soignées risquent de virer au cancer, cause et raison première de l’apparition de ce vaccin en 2006 (gardasil) puis 2007 (cervarix). Il est également prévu pour les belges, une vaccination de rattrapage pour les jeunes de 15 à 26 ans.

            https://www.levif.be/actualite/belgique/mr-ecolo-et-defi-pour-elargir-la-vaccination-contre-les-infections-papillomavirus/article-belga-1037275.html

            Si cette proposition passe, même mitigée, elle ouvre sur un marché énorme pompé sur les mutuelles et qui mènera sans-doute à une catastrophe sanitaire. Gardasil et cervarix tiennent vraisemblablement parmi ce qui se fait de pire en matière d’effets secondaires ou indésirables (paralysie, sclérose en plaque) et les pays qui ont rendu en 2007 cette vaccination obligatoire (Australie, Grande-Bretagne, Suède) ont vu le nombre de cancers du col de l’utérus augmenter. En parallèle,parmi les populations non-vaccinées, on voit ce chiffre à la baisse. Le lien de cause à effet semble évident : ce vaccin encourage ce qu’il est supposé combattre.

            http://initiativecitoyenne.be/2018/10/gardasil-vaccin-non-seulement-dangereux-mais-aussi-contre-productif-hausse-des-cas-de-cancers-du-col-de-l-uterus-dans-les-pays-ayant

            On est évidemment en question quant à la cause écologique qui peut bien pousser les v.e.r.t.s à promouvoir ce vaccin (?)

            Notons aussi qu’étendre la vaccination obligatoire aux garçon comme aux filles, c’est sous-entendre que l’anus est officiellement devenu une porte d’entrée récréative !


            • thierry3468 24 octobre 05:47

              136,70x3=410 euros.....C’est vrai que pour ce prix,il est indispensable que chaque adolescent soit vacciné sur le dos la sécurité sociale pour enrichir les actionnaires des labos......Merci aux vendus à Big Pharma


              • njama njama 24 octobre 11:46
                Gardasil, une recherche de nouveaux marchés

                Il semblerait que oui, car, alors qu’auparavant ce vaccin n’était « expressément » préconisé que pour les jeunes filles avant qu’elles n’aient l’âge de relations sexuelles, désormais la FDA (Food and Drug Administration, administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) vient d’approuver son utilisation jusqu’à l’âge de 45 ans !


                pour élargir le marché (?), par psittacisme (?), la Presse française suit cette nouvelle orientation atlantiste comme un petit caniche  !

                Contre le papillomavirus, se vacciner jusqu’à 45 ans
                Ouest-France-10 oct. 2018

                Papillomavirus : aux Etats-Unis, les femmes sont vaccinées jusqu’à 45 ...
                Parents.fr-12 oct. 2018
                ...





                • stef 24 octobre 12:23

                  Ce vaccin est un véritable scandale et contient de la mort aux rats . Une jeune fille s’étant fait vacciner avec le gardasil est aujourd’hui dans une chaise roulante http://initiativecitoyenne.be/article-gardasil-une-jeune-fille-explique-que-le-vaccin-a-ruine-sa-vie-124327038.html
                  Lire aussi le cas d’ Océane Bourguignon


                  • njama njama 24 octobre 13:54

                    @stef

                    Ces cas deviennent malheureusement légions dans l’indifférence totale des services de santé et presque totale des médias.
                    Chiffres officiels actualisés (rien que aux États-Unis) EVENTS REPORTED TO VAERS* AFTER HPV VACCINES THROUGH July 14, 2018
                     
                    Disabled (infirmes) : 2.773
                    Deaths (décès) : 430
                    Did Not Recover (n’ont pas récupérés) : 11.860
                    Abnormal Pap Smear (frottis du col anormaux) : 673
                    Cervical Dysplasia (displasies du col de l’utérus) : 264
                    Cervical Cancer (cancer du col de l’utérus) : 139
                    Life Threatening
                    (cas où le pronostic vital a été engagé)  : 931
                    Emergency Room (visites aux urgences) : 15.672
                    Hospitalization (hospitalisations) : 5.894
                    Extended Hospital Stay (séjours hospitaliers prolongés) : 540
                    Serious (effets secondaires graves) : 8.636
                    Total Adverse Events (Total effets secondaires) : 58.936

                    * VAERS (Vacccine Adverse Events Reporting System) Organisme officiel américain de vaccinovigilance qui recueille les rapports d’effets secondaires possibles des vaccins aux États-Unis. Il est contrôlé par le CDC et la FDA
                    S.A.N.E. Vax, Inc. for SAFE Vaccinationshttps://sanevax.org/


                  • foufouille foufouille 24 octobre 14:15

                    @njama

                    trop drôle ton délire antivax. tu as 0.1% de chance d’avoir une pancréatite aigüe à 20 ans et sans motif aucun.


                  • njama njama 24 octobre 15:48

                    @foufouille

                    entre vaccin HPV et pancréatite, quel rapport ? diversion ? essayez plutôt de répondre au sujet...
                    quant à ce que vous appelez mon « délire antivax », il ne s’arrêtera que quand les vaccins seront plus sûrs, ce qui à l’évidence n’est pas le cas.
                    Encore davantage avec ce vaccin Gardasil qui laisse déjà derrière lui une hécatombe de décès et d’handicapés lourds selon les seuls chiffres du VAERS qui ne comptabilisent que les incidents aux États-Unis.
                    Rapporter à l’échelle mondiale, déjà combien de morts, d’infirmes, ... de vies brisées ? sans même que cela fasse baisser l’incidence de ces types de cancers ?

                    Qu’est-ce qui au fond pourrait justifier ce vaccin Gardasil quand les risques sont supérieurs aux bénéfices supposés de cette vaccination, quand rien n’a jusqu’à présent prouvé que le HPV est à l’origine de ces cancers cervicaux, ORL  ?

                  • foufouille foufouille 24 octobre 18:36

                    @njama

                    un antivax accepte uniquement du délire antivax comme « argument ».


                  • njama njama 25 octobre 15:57

                    @foufouille

                    et où sont vos « arguments » ?

                    Les articles de delepine expriment à souhait avec rigueur , par a + b, données officielles et statistiques... que rien n’a jamais démontré que le HPV serait cause des cancers cervicaux ou ORL, que à contrario d’une efficacité espérée l’incidence de ces types de cancers augmente dans les populations vaccinées ... !

                    à un moment où en dépit de ces si piètres résultats une poignée de députés proposent de rendre cette vaccination inutile et dangereuse obligatoire.

                    Peu vous en chaut à vous lire de cette gabegie et de ces maraboutismes si éloignés de la science comme de la médecine. Votre vaccinolâtrie vous aveuglerait-elle ?

                    Au mieux ce vaccin serait peut-être utile à quelques minorités ou déviants sexuels...


                  • leypanou 25 octobre 16:01

                    @njama

                    ne perdez pas du temps à reprendre foufouille : il n’a pas été vacciné contre la bêtise, et cela se voit.
                    C’est vous qui voyez.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

delepine

delepine
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès