• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vaccins obligatoires et éthique médicale ? Qu’est devenue la (...)

Vaccins obligatoires et éthique médicale ? Qu’est devenue la référence au code de Nuremberg ?

Déclaration Universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme avec un consensus de 193 pays (..), elle stipule que toute intervention médicale préventive ne doit être effectuée qu’avec le consentement préalable, libre et éclairé de la personne concernée, et fondé sur des informations suffisantes. Elle note également (en son article 2) que « le seul intérêt de la science ou de la société » ne doit pas prévaloir. 2005

 Vaccins obligatoires et éthique médicale ? Qu’est devenue la référence au code de Nuremberg dans la loi soumise au parlement en novembre 2017 ?

 

L’Association Médicale Mondiale se réunit régulièrement pour revoir et ratifier la convention d’Helsinki : 64e assemblée générale à Fortaleza au Brésil en octobre 2013, a réaffirmé que « dans les recherches médicales, l’intérêt collectif ne doit jamais primer sur l’intérêt de l’individu  ».

 

 Loin de vouloir interférer entre les pro vaccins et supposés antivaccins ou pro vaccins modérés, dont les arguments sont plus ou moins audibles selon le « camp » auquel ils appartiennent, je voudrais aborder ici le problème éthique posé par cette volonté d’obligation, peu abordé, en tous cas sans retentissement médiatique.

 Pourtant il semble que le nœud de la question du vote parlementaire siège à ce niveau. En effet, personne n’a probablement l’intention de transformer en quelques minutes de débat, à l’assemblée ou au sénat, nos parlementaires en vaccinologues de haut rang. Seraient-ils capables d’assimiler en peu de temps (puisque le vote est une urgence pour le gouvernement !) l’épidémiologie, l’histoire des vaccins et de l’hygiène, et de leurs rôles respectifs ou complémentaires, l’efficacité clinique des vaccins en passe d’être imposée sur la mortalité à long terme, et pas seulement sur la montée d’anticorps chez les vaccinés , et surtout les effets secondaires attendus, sans parler des côtés économiques – que la justification de leur vote sur l’obligation ne pourrait y trouver ses racines.

 Quel devrait-être en démocratie le rôle du parlement pour la santé, si ce n’est de mettre à la disposition du citoyen les meilleures conditions de soin, sans interférer dans son libre choix de personne pensante, ni dans celui des professionnels, les médecins. Bref, je n’avais pas compris que l’assemblée se devait de réécrire les traités de médecine, et les imposer aux robots médecins et aux patients -citoyens objets.

 Dérives éthiques liées aux lois des Plans cancer

Les conséquences d’une telle dérive de la fonction législative avaient été déjà subies par les malades atteints de cancer. En effet, lois et décrets depuis 2004 ont mis en place les plans cancer successifs et abouti à un monopole du traitement du cancer par l’état, via son bras armé l’INCa, institut national du cancer et ses gendarmes, les ARS agences régionales de santé (dont les directeurs sont nommés par le ministre). Les décisions de traitement sont maintenant collectives et obligatoires, sous peine pour l’établissement de perdre son accréditation[1], s’il déroge trop souvent à l’injonction thérapeutique venue d’en haut. L’organisation totalitaire du traitement du cancer impose aux cancérologues les traitements à donner à leurs patients, des thérapies dites précoces (reposant sur de nouvelles molécules) le plus souvent possible. La réunion pluridisciplinaire « de concertation » permet de surveiller que chaque médecin file droit. La désobéissance à l’organisation les fera exclure pour « incapacité à travailler collectivement en milieu hospitalier ».[2]

 Les patients cancéreux et leurs familles comprennent bien ce que veut dire ce monopole via les « protocoles » dont il est difficile de sortir. Nous avons détaillé ces dérives dans de nombreux ouvrages et articles[3] . Nous avons expliqué la dérive éthique et la violation des droits du patient dans le cadre du traitement du cancer[4] en l’absence d’information de fond sur le fameux « protocole » et de droit à un autre schéma. Ainsi, le « Servir la science » est la justification alléguée du changement de paradigme imposé aux cancérologues depuis le début du siècle, avec les conséquences délétères : perte de chance de survie par abandon des schémas de traitement éprouvés, et relégation trop fréquence de la chirurgie au bénéfice des nouvelles drogues, comme si l’innovation était forcément un progrès.

 Or servir la science était l’argument massue de défense des médecins obéissant au totalitarisme hitlérien : celui-ci donnait l’absolue priorité au collectif, la personnalité individuelle devant lui être soumise. Karl Brand, médecin personnel d’Hitler, avait déclaré que « lorsque la personnalité est dissoute au sein du corps collectif, toute demande qui lui est soumise doit être dissoute au sein du concept de système collectif ; les besoins de la société sont maintenant des besoins individuels, et l’être humain, ce complexe individuel, sert uniquement à l’intérêt de la société »[5] .

 Ainsi naquit le code de Nuremberg

L’importance du Code de Nuremberg a constitué le point de départ de la prise de conscience des dangers des progrès de la science et de la nécessité de l’encadrer par un certain nombre de règles. Il est considéré comme un code légal de droits humains et non comme un code de déontologie médicale qui devrait être appliqué seulement par des médecins. Il est régulièrement rappelé à la communauté internationale au cours des réunions de l’association médicale mondiale[6]. Ne doit-on pas réfléchir aujourd’hui aux discours que tiennent certains médecins aux patients effondrés sur l’intérêt pour la société d’accepter de signer « ces papiers » qui permettront à leur traitement de servir à la « science », oubliant le consentement véritablement éclairé [7] ?

 Parallèlement, ne doit-on pas réfléchir aux implications éthiques d’une obligation vaccinale ?

 Ne doit-on pas suffoquer lorsque le président du conseil de l’ordre ou des médecins connus [8] se permettent d’affirmer haut et fort que « la vaccination ne se discute pas » et que ceux qui oseraient élever une objection se verraient soumis aux foudres de l’ordre des médecins, vieille institution fondée sous Vichy ?

 Or la vaccination est un acte médical qui relève du soin comme de la recherche, des responsabilités médicolégales et de l’éthique médicale.[9] La vaccination comme tout acte médical relève du code de Nuremberg et c’est un professeur de droit, américaine qui en parle le mieux. On peut s’étonner que sa prise de position à la tribune de l’ONU soit apparemment passée inaperçue en France, nous qui pourtant suivons (quand cela nous arrange) les avis de nos amis américains.

Le professeur Holland [10]a évoqué les droits civils liés qui élimineraient le droit au consentement éclairé de refuser les vaccinations. Elle a rappelé que « l’histoire nous a montré les résultats d’une intrusion du gouvernement dans les droits médicaux personnels » et à cette occasion, la genèse du code de Nuremberg pour protéger les individus contre l’intrusion des gouvernements et des abus médicaux.

Citons le PR Holland :

 « Les Nations Unies, ainsi que la communauté internationale ont l’obligation de respecter les droits humains liés à la vaccination ».

 « Le Code de Nuremberg stipule que « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques a repris cette interdiction contre toute expérimentation involontaire, dans son texte de 1966 qui stipule : nul ne peut être soumis sans son libre consentement à une expérience médicale ou scientifique. » Cette interdiction est maintenant si universellement reconnue que certains tribunaux et chercheurs ont considéré ce droit au consentement éclairé comme une question de droit international coutumier. (….). »

 «  Comment pouvoir concilier les droits individuels avec les droits du collectif  ?

 En 2005, l’UNESCO (..) a adopté la Déclaration Universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme avec un consensus de 193 pays (..), elle stipule que toute intervention médicale préventive ne doit être effectuée qu’avec le consentement préalable, libre et éclairé de la personne concernée, et fondé sur des informations suffisantes. Elle note également (en son article 2) que « le seul intérêt de la science ou de la société » ne doit pas prévaloir.

 Cette déclaration est une extension du serment médical attribué à Hippocrate il y a 2.500 ans, et qui stipule que les médecins doivent œuvrer pour le bien de leurs patients et ne jamais faire de mal.

Sous forme abrégée « D’abord ne pas nuire », ce credo incarne le principe de précaution en médecine, en mettant clairement les intérêts des patients au-dessus des intérêts de la collectivité ou du « troupeau ». Ce principe de précaution en médecine mène directement à l’idée que les politiques de vaccination doivent être recommandées et non rendues obligatoires.

 La relation médecin-patient doit être d’abord et avant tout basée sur la confiance, alors que la coercition la mine. Lorsque la relation médecin-patient est basée sur la coercition, c’est la confiance qui en fait les frais. Les médecins servent alors l’état et par extension la société, avant l’intérêt de leurs patients. Nous nous trouvons ici sur une pente glissante où la médecine civilisée a trop souvent déraillé dans le passé. »

« Le Dr Leo Alexander, chef médical consultant américain au procès de Nuremberg, a averti en 1949 que « C’est à partir de débuts insignifiants que les valeurs d’une société entière peuvent être renversées ». Il a souligné que bien avant l’arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne, un changement dans la culture médicale s’était déjà produit « ouvrant la voie à l’adoption d’un point de vue hégélien utilitariste » avec une littérature traitant de l’euthanasie et de l’extermination des personnes handicapées dès 1931. »

 « Selon le principe de précaution médicale, le principe, par défaut, de la vaccination doit relever de recommandations et non d’obligations. »

 « Les politiques de vaccination de nombreux pays développés incarnent ce principe des recommandations de vaccination des enfants, y compris la conférence qui a réuni l’Ukraine, l’Allemagne et le Japon. D’autres pays développés permettent d’atteindre d’excellents résultats en santé publique sans avoir recours à la contrainte. Citons : le Royaume-Uni, l’Australie, l’Autriche, le Danemark, l’Islande, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Suède, la Norvège, la Finlande, la Corée du Sud, et l’Espagne entre autres. »

Exceptions acceptables pour limiter les droits fondamentaux ?

 « Néanmoins, la Déclaration universelle sur la bioéthique et l’article des Droits de l’Homme n° 27 autorise des limitations aux droits fondamentaux, mais ces limites doivent être imposées par la loi et doivent être « pour la protection de la santé publique ou la protection des droits et libertés d’autrui. « En outre, « une telle loi doit être conforme au droit international des droits humains. »(..) Les tribunaux internationaux ont mis au point un test pour évaluer si les restrictions aux droits fondamentaux sont légitimes et légales (..). En règle générale, l’élément de « stricte nécessité » doit être la solution la moins restrictive pour atteindre l’objectif de santé publique, et des approches non coercitives doivent être envisagées en tout premier lieu. Ainsi, l’Etat doit démontrer qu’une alternative moins restrictive n’est pas possible avant de pouvoir adopter une mesure très restrictive. »

 Conséquences des politiques vaccinales complexes

 « Les politiques vaccinales ont radicalement changé depuis les débuts du XXè siècle (…). Les législateurs et les tribunaux ont dû faire face à de nombreux problèmes découlant de ces politiques, y compris l’indemnisation des victimes, les exemptions religieuses, philosophiques, le droit à l’éducation, le droit au consentement éclairé, et le droit à la prise de décision parentale. (..)

 En 1992, au Japon, la Haute Cour de Tokyo a traité l’affaire de 159 survivants de dommages vaccinaux et de cas de décès. La Cour a conclu que le Ministère de la Santé avait fait preuve de négligence en omettant de mettre en place un programme de dépistage qui aurait permis d’exclure les personnes qui présentaient des contre-indications à la vaccination. Le tribunal a noté que le Ministère de la Santé s’était focalisé sur les mesures permettant d’accroître le taux de vaccination au détriment de l’attention qu’il aurait fallu porter aux effets indésirables des vaccins. En outre, le tribunal a fait remarquer que le Ministère n’a pas fourni suffisamment d’informations aux médecins et au public sur les effets indésirables des vaccins. Le tribunal a conclu que les victimes avaient droit à un dédommagement de la part de l’Etat.

 En 2004, en Ukraine, la Cour constitutionnelle s’est penchée sur la garantie constitutionnelle du droit à l’éducation sur base du principe d’égalité. La Cour a constaté que sa Constitution garantissait à tout individu le droit à l’éducation. Ainsi, en Ukraine, aucun enfant, vacciné ou non ne peut se voir refuser le droit de fréquenter l’école.

 D’autres exemples de problèmes liés à la vaccination obligatoire sont cités par le PR Holland que nous vous invitons à l’écouter[11] ou à lire sur le site brindherbes ou initiativecitoyenne[12].

 Les précautions du PR Holland en conclusion de son exposé

« Comme nous le savons tous, les soins de santé partout dans le monde représentent un fameux business. Les vaccins représentent un marché qui ne cesse de croître, comme d’apporter des marges de plus en plus élevées de profits.

Si nous ne respectons pas les premiers principes du droit à la vie, à la liberté et à l’intégrité corporelle des personnes, du droit à consentement préalable libre et éclairé en médecine, nous pourrions nous retrouver dans des situations désastreuses prévisibles ou même inconnues.

Pour conclure, je veux paraphraser le discours d’adieu du Président Eisenhower aux Etats-Unis en 1961, quand il faisait allusion aux risques que pouvait comporter le « complexe militaro-industriel ». Je substitue le terme « médico-industriel » aux paroles du président parce que je crois que ce « complexe médico-industriel » présente de nombreux risques que le président avait prédits dans son discours :

 « Le potentiel d’une montée désastreuse du pouvoir existe et persistera. Nous ne devons jamais permettre que ce complexe mette en danger nos libertés ou notre processus démocratique. Nous ne devons rien prendre pour acquis. Seuls des citoyens éveillés et bien informés peuvent contraindre l’énorme machinerie industrielle et médicale à respecter nos méthodes et nos objectifs pour que la sécurité et la liberté puissent prospérer ensemble… En gardant l’œil sur la recherche et les découvertes scientifiques, comme il nous appartient de le faire, nous devons aussi rester attentifs au danger égal et opposé qui conduirait la politique à devenir elle-même captive d’une élite scientifique et technologique ».

Tout est dit dans ce discours d’un professeur de droit à l’ONU qui n’est ni anti ni provaccin, ce n’est pas son travail, mais respecte les droits de l’homme et du citoyen. Il serait tellement important que nos députés prennent le temps de lire ces déclarations ou d’écouter son discours à l’ONU en se rappelant peut-être la phrase la plus capitale de son exposé : « C’est à partir de débuts insignifiants que les valeurs d’une société entière peuvent être renversées. »

 

 

[1] Autorisation de traiter les patients atteints de cancer

[2] Cf le licenciement de l’oncologue Eléonore Djikeussi par la direction du Centre National de Gestion des Praticiens Hospitaliers alors qu’aucune faute médicale n’a pu être retenue.
 

[3]Le cancer, un fléau qui rapporte N Delepine Ed Michalon.2013 ; soigner ou obéir N et G D Delepine ed Fauves 2016

[4] Plan Cancer et essais thérapeutiques : que dit l’éthique médicale ?

Publiée le 17/03/2014 Révélée par DELEPINE Andree in maveritesur.com

[5] Bayle François, Croix gammée contre caducée. Les expériences humaines en Allemagne pendant la Deuxième Guerre mondiale, Neustadt (Palatinat), Commission des crimes de guerre, 1950, p.1473.

[6] La Déclaration de Genève de l’Association Médicale Mondiale (AMM) engage les médecins en ces termes : « La santé de mon patient prévaudra sur toutes les autres considérations. ». Le Code International d’Ethique Médicale déclare qu’« un médecin doit agir dans le meilleur intérêt du patient lorsqu’il le soigne ». Le devoir du médecin est de promouvoir et de sauvegarder la santé, le bien-être et les droits des patients, y compris ceux des personnes impliquées dans la recherche médicale.

[7] code de Nuremberg : « Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela signifie que la personne intéressée doit jouir de la capacité légale totale pour consentir : elle doit être laissée libre de décider, sans intervention de quelque élément de force, de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes de contraintes ou de coercition. »

[8] Qui oublient trop souvent de signaler leurs liens d’intérêt avec l’industrie, contrairement à ce qu’exige la loi

[9] Conséquences qui ne paraissent guère anticipées par les pharmaciens et infirmiers qui pratiquent ces actes. Ont -ils comme les laboratoires reçu des assurances d’impunité en cas d’accidents ?

[11] Vidéos :https://healthimpactnews.com/2016/n-y-law-professor-addresses-u-n-on-government-vaccine-policies-violating-the-nuremberg Professor Mary Holland addressing the U.N. regarding civil rights related to government vaccine policies.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

148 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 24 novembre 08:16

    éthique ?
    toute éthique est soluble dans un bain de dollars .............


    • Gabriel Gabriel 24 novembre 08:53

      Dictature pseudo médicale, machine à faire du fric et éventuellement infecter à terme une grande partie de la population afin d’en contrôler la masse et le flux. Cette idée était dans les tiroirs des génocidaires depuis quelques temps. Devant l’urgence de la situation planétaire et ses maux devenus incontrôlables, face au nombre exponentiel d’individu, voilà un outil bien pratique pour régler le problème de la surpopulation et tuer dans l’œuf les révoltes qui couvent... 


      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 24 novembre 10:12

        @ delepine

        Bonjour, merci d’avoir abordé cette question. On constate qu’aux Etats-Unis, des personnes courageuses se lèvent pour dénoncer ces dérives totalitaires. Puissions-nous souhaiter qu’en France, il en soit de même. Merci.


        • Le Panda Le Panda 24 novembre 12:18

          @Nicole Cheverney
          Bonjour

          Bonjour, merci d’avoir abordé cette question. On constate qu’aux Etats-Unis, des personnes courageuses se lèvent pour dénoncer ces dérives totalitaires. Puissions-nous souhaiter qu’en France, il en soit de même. Merci.

          Les USA tuent plus de gens avec leurs politiques internationales et de refuser d’approuver la lutte contre les pollutions. Il semble utile de mettre les faits en évidence et non pas parler de choses dont ont ne connaît pas la portée. Je vous ai déjà interpellé ici mais je n’ai eu aucune réponse. Vous n’avez aucune qualité ni témoignage pour parler comme vous le faite. Il faut mieux voir 1000 décès pour cause de vaccinations, que des millions pour n’avoir rien fait. C’est une évidence, vous pensez que les épidémies se résolves toutes seules. La grippe espagnole a fait plus de morts en Europe que les deux guerres mondiales. Cordialement 



        • Le Panda Le Panda 24 novembre 12:38

          @njama

          Mary Holland est surtout une juriste chevronnée !

          http://its.law.nyu.edu/facultyprofiles/index.cfm?fuseaction=profile.publications&personid=20675

          Vous avez parfaitement raison, mais cela ne lui donne aucune valeur sur les risques médicaux.

          Merci beaucoup pour le lien. Je vais vous poser celui où la grippe espagnole, a tuée plus de personnes que les deux conflits mondiaux mais vous avez le courage de me répondre. Je vous dis merci Lien ICI Je ne sais pas tout loin de moi cette idée, mais c’est un crime à retard que de refuser et pourtant si vous lisez mes articles et mon CV je m’attaque aux laboratoires à fond. Mais sur des profits mercantiles et sur tromperies aggravées, ce ,n’est pas la même chose. Cordialement


        • njama njama 24 novembre 12:58

          @Le Panda
          Il faut mieux voir 1000 décès pour cause de vaccinations, que...
          Vous me faites peur avec vos raisonnements ! des « dommages collatéraux » en somme ? notez que ce que vous dites est dans le droit fil de la pensée utilitariste, qui est une doctrine, une idéologie ... qui vise au bien-être du plus grand nombre ... https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilitarisme


        • njama njama 24 novembre 13:14

          @Le Panda
          La grippe espagnole merci de m’indiquer où se trouvent les cimetières de ces immenses hécatombes  ?
          Cette grippe qui n’est pas espagnole d’ailleurs, et peut-être même pas grippe, est brandie régulièrement comme l’épouvantail mythique pandémique de service, avec 10 , 30, 50 ou 100 millions de morts selon les sources. Évidemment tout cela ne peut être sérieux, ni scientifiquement, ni historiquement (les documents sont rares), mais cela reflète une espèce de surenchère dramaturgique dans laquelle la vaccination se théâtralise pour « sauver des millions de vies ». Un autre truc très bizarre d’un point de vue contagion, est qu’elle touchait principalement que des jeunes adultes, et pas des enfants ou de vieilles personnes !!! c’est suspect non ?
           
          « Pour l’année 1918, la Statistique sanitaire de la France indique un total de 91 565 décès grippaux pour 36 637 000 habitants recensement de 1911. »
          (source : http://www.persee.fr/doc/adh_0066-2062_2001_num_2000_2_1982 )
          Le Canada parle de 50.000 ... pour 8,060,000 hab. en 1918

          tout cela ne fait pas des dizaines de millions, mais en faisant des projections statistiques sur la population mondiale de l’époque qui devait se situer à environ1,7 ou 1,8 milliards d’hab. on arriverait au chiffre de quelques millions. Or ce n’est pas le reflet de l’évolution pandémique sur le terrain, comme elle n’affectait pas toute la planète, ce n’est que pure mathématique, et fiction, ou légende à faire trembler les chaumières.


        • sweach 24 novembre 14:11

          @njama
          *où se trouvent les cimetières de ces immenses hécatombes*

          C’est l’une des causes qui a stoppé la guerre et le manque d’information que vous constatez est principalement due à la censure de guerre.

          *Cette grippe qui n’est pas espagnole d’ailleurs*
          Si elle a ce nom c’est parce qu’elle a été dénoncé en premier lieu dans ce pays, alors que l’épidémie était déjà mondial.

          *Un autre truc très bizarre d’un point de vue contagion, est qu’elle touchait principalement que des jeunes adultes, et pas des enfants ou de vieilles personnes*
          Pour être plus exacte dans votre propo elle était plus mortel pour les jeunes adultes car aussi bizarre que cela puisse vous paraître une surréaction du system immunitaire s’avère être mortel, ce phénomène a été baptisé « tempête de cytokines », ça a été mit en évidence lors de l’étude de l’épidémie au Vietnem en 2004 et 2005 pour le virus H5N1, on suppose que cela a été le cas en 1918

          Je ne cherche pas à vous faire peur, mais ce virus de 1918 a été génétiquement caractérisé et synthétisé en 2004, depuis il est étudié en laboratoire et ça virulence n’est pas mise en doute.

        • njama njama 24 novembre 14:41

          @sweach
          C’est vrai que entre la Grande Muette (l’armée) et la tombe (l’hôpital), les données ont du mal à remonter des archives, qui devraient pourtant être déclassifiées.
          Je n’ai pas dit que cette « infection » n’était pas redoutable, je conteste l’exagération manifeste sur le nombre de victimes, quand on lit des chiffres entre 10 et 100 millions, ce ne peut pas être sérieux, on joue sur l’imaginaire en trompant le monde.

          J’ai trouvé un récit écrit par un médecin canadien qui a soigné des malades atteints de la grippe espagnole, je me permets de le citer :
          « le visage du patient est rouge, les narines bloquées, la langue recouverte d’une épaisse substance blanche au pourtour, et brune au centre, les lèvres sont bleues, la gorge rouge très foncé, la peau est chaude et humide, la température atteint 103 ou 104 degrés
          [ = 39,44 / 40 en Celsius]… Plus tard, des expectorations sanguinolentes ou de sang noir sont recrachées, la respiration devient laborieuse, la figure et les doigts sont cyanosés, le patient entre dans une phase de délire actif, la langue est sèche et brune, toute la surface du corps devient bleue et le patient meurt d’une défaillance respiratoire. » 

          http://themasq49.free.fr/index_fichiers/1418/Grippe_espagnole_12.htm

          ça ressemble à une grippe pour vous ?

          ça ne serait pas plutôt un genre de fièvre typhoïde** que les soldats US (obligés d’être vaccinés sous peine de 15 ans de prison en cas de refus) avaient ramené là où l’armée les envoyait ... c’est à dire en bonne partie ici en Europe. Mais quelle était la composition de ces vaccins ?

          ** aspect clinique une langue blanchâtre (dite saburrale)... : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fi%C3%A8vre_typho%C3%AFde#Aspects_cliniques

          En 1888, André Chantemesse (créant le sérum de Chantemesse) et Fernand Widal démontrent la possibilité d’un vaccin contre la typhoïde (6) qui sera développé par Sir Almroth Wright en 1896 (Pfeiffer lui en disputera l’antériorité (7)).

          Peu avant la Première Guerre mondiale, une loi du 28 mars 1914 impose la vaccination T.A.B. (vaccination contre la typhoïde et les paratyphoïdes A et B) ; ce vaccin avait été mis au point en 1896 par Almroth Wright en Angleterre et en 1909 par André Chantemesse et Hyacinthe Vincent en France. Alexandre Besredka proposera une vaccinothérapie.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Fi%C3%A8vre_typho%C3%AFde#Vaccination


        • vesjem vesjem 24 novembre 15:07

          @Le Panda
          tu n’es pas plus crédible en ce domaine qu’un enfant, et tu oses la ramener bêtement ;
          ton « cordialement » pue la condescendance hypocrite du niais
          ton monde est radieux , n’est-ce pas , petit troll


        • njama njama 24 novembre 15:07

          A propos de contestation de vaccinations « obligatoires » (compulsory en anglais), celui-là n’est pas mal non plus

          « Horrors of vaccinations exposed and illustrated »
           
          PETITION TO THE PRESIDENT TO ABOLISH COMPULSORY VACCINATION IN ARMY AND NAVY
          Ch. M Higgins, Brooklyn, N.Y. 1920

          en PDF ici : https://vactruth.com/download/vaccination_exposed.pdf

          Livre qui nous indique que la vaccination faisait plus de morts que la maladie elle-même !!!


        • baldis30 24 novembre 15:15

          @Le Panda

          bonjour,
          ceux qui refusent les vaccins devraient signer une décharge vis-à-vis de la société en assumant au moins la totalité des frais mis en œuvre dans le cas où ils seraient atteints d’une maladie .

           je pense bien sûr à la variole seul risque ( quelle que soit la nature du risque) totalement éradiqué de la planète.... peut—être aussi la poliomyélite .... mais quelques autres aussi .....

           Conséquences d’une rougeole quelques années après ... ???


        • Le Panda Le Panda 24 novembre 15:29

          @baldis30
          Bonjour,

          ceux qui refusent les vaccins devraient signer une décharge vis-à-vis de la société en assumant au moins la totalité des frais mis en œuvre dans le cas où ils seraient atteints d’une maladie .

          J’ai contacté les « services des maladies infectieuses et tropicales » Tout un chacun peut trouver le numéro sur internet et les appeler, Je suis content de vous retrouver. Je peux vous affirmer qu’étant un adapte du Professeur Joyeux avec qui j’échange de temps à autres il a été radié du Conseil suite à ses propos. Cela n’empêche nullement que c’est un grand bonhomme. J’ai été atteint de la poliomyélite à 3 mois. A l’époque le vaccin n’existait pas. Avec le temps cela ma fait épouser « médecine » et à 71 ans cela s’est transformée en lipolyse dégénérative. En termes plus clairs il est interdits par la loi à un médecin de refuser de faire les vaccins cités. Je l’affirme, par contre je suis complétement en guerre contre les laboratoires, il ne peut exister de dérogation parentale, puis désolé je vous réponds car je vous connais mais ce n’est pas mon article et tout un chacun me rentre dedans mais que chacun fasse ce qu’il pense légal. Je me retire du débat. . Bien à vous


        • sweach 24 novembre 16:15

          @baldis30
          *ceux qui refusent les vaccins devraient signer une décharge vis-à-vis de la société en assumant au moins la totalité des frais mis en œuvre dans le cas où ils seraient atteints d’une maladie*

          Cet argument est vraiment discutable

          L’efficacité et l’innocuité des vaccins est remit en question, ce n’est pas un discours totalitaire qui va améliorer les choses.

          je pense .. à la variole seul risque ... totalement éradiqué de la planète.... peut—être aussi la poliomyélite .... mais quelques autres aussi
          Malheureusement toutes les maladies infectieuse ne peuvent pas être éradiqué.
          Par exemple Clostridium tetani ne peut pas être éradiqué, même si tout le monde est vacciné.

          Pour le cas de la rougeole, une couverture vaccinal même partiel, impose indirectement le vaccin à tout le monde et ses rappels à vie, car bientôt ça ne sera plus une maladie infantile mais un risque pour l’age adulte, si vous ne l’avez pas eu étant enfant il doit être couvert par un vaccin.

          Une campagne vaccinal contre la rougeole n’est pas sans conséquence, car si elle est mal mené elle augmente les risques à l’age adulte, c’est actuellement ce que les chiffres confirme.

          Pour cet exemple clairement il y avait moins de complication due à cette maladie avant le vaccin que après.

        • alinea alinea 24 novembre 16:26

          @sweach
          Peut-être a-t-elle touché les « jeunes adultes » en piteux état après quatre années de guerre ?
          Mon grand-père en est mort, mais, pour rejoindre njama, nous n’avons aucune idée d’où il a pu bien être enterré !


        • njama njama 24 novembre 17:10

          @baldis30
          ceux qui se vaccinent pas le font en partie au profit de ceux qui se vaccinent vu qu’ils financent à hauteur égale la vaccination. Remerciez les récalcitrants qui vous font une ristourne gracieuse  smiley


        • njama njama 24 novembre 17:14

          @Le Panda
          J’ai contacté les « services des maladies infectieuses et tropicales » ...

          décidément vous êtes déroutant ! votre embardée exotique tombe comme un cheveu dans la soupe


        • Xenozoid Xenozoid 24 novembre 17:36

          @njama
           et si c’etait un robot ?


        • Xenozoid Xenozoid 24 novembre 17:55

          @alinea

          ils ont camouflés les nombres de morts de la 1ere guerre mondiales,les témoins étaient déjà mort de toute façons


        • sarcastelle sarcastelle 24 novembre 18:03

          @Nicole Cheverney

          .
          Tiens, Cheverney est sortie de chez elle. 
          Alors comme ça on commence par insulter ouvertement la contradictrice (« pauvre larbine du système », « pauvre créature inconsistante ») au milieu de la nuit, et on se hâte de faire interdire l’insultée qui en trouvant les insultes le lendemain matin ne peut plus répondre (sans insultes, naturellement).
          .
          Insulter ou faire interdire, il fallait choisir, mais pas les deux. 

        • baldis30 24 novembre 20:13

          @njama
          bonsoir

          votre argument ne tient pas debout ... !


        • lautrecote 24 novembre 21:10

          @njama


          « décidément vous êtes déroutant ! votre embardée exotique tombe comme un cheveu dans la soupe »


          ben quoi ? Il a donné ses sources : Tout un chacun peut trouver le numéro sur internet et les appeler

          Vilain !

        • njama njama 24 novembre 21:31

          @lautrecote
          puisque vous êtes de l’autre bord et que vous comprenez sûrement différemment les choses, que viennent faire ici les « services des maladies infectieuses et tropicales » ... dans son commentaire sans queue ni tête ?
          Merci de nous éclairer
          En aparté, je ne me sens pas très en phase avec le langage de Le Panda, et j’évite d’interférer dans la suite de ses articles.


        • lautrecote 24 novembre 21:35

          @njama

          ah non ! Ne comptez pas sur moi pour vous éclairer, je ne comprends rien de rien à ce que dit le monsieur smiley

          je cherche encore la tête, moi aussi ! (la queue ne m’intéresse pas vraiment....)

          Et en aparté, après quelques bordées d’injures reçues de sa part, j’évite aussi. Parfois, pour me payer une bonne trancher de rigolade, et m’entraîner à essayer de comprendre des textes incompréhensibles, je vais y faire un tour, mais franchement, je n’y prends aucun plaisir.

        • njama njama 24 novembre 21:54

          @lautrecote
          ça me rassure, je n’osais trop préjuger des limites de mes propres facultés de compréhension.

          Il me semblait à chaque occasion de ses articles être face à une suite d’aphorismes assez décousus, qui me désarçonnaient, et me laissaient coi, sans voix ...
          Mais je me dis que faute d’être compris, déjà si lui-même se comprend, aidé de quelques fidèles followers agoravoxiens c’est déjà l’essentiel. Le vrai philosophe n’attend pas d’être entendu ...


        • Theodore 25 novembre 04:44

          Si la variole est eradiquee mais on est pas a l abris d une resurgence avec notamment la fonte des glaces en alaska et siberie elle fait malheureusement parti de l arsenal nbc ( nucleaire bactriologique et tactique) et ont n est pas a l abris d une contamination issue des souches conservee en laboratoire ( c est deja arrive avec le charbon je crois)


        • lautrecote 25 novembre 09:01

          @njama

          une suite d’aphorismes assez décousus 

          j’adore smiley

        • Shawford Shawford 25 novembre 09:20

          @lautrecote/njama

          Il faut dire que le Panda modère beaucoup beaucoup, 120 articles sur les 5 derniers jours. Cela ne peut laisser indifférent ceux qui cherchent à avoir leur tribune quotidienne. ^^

          Je parierais même qu’ils soutiendraient mordicus que dans le document suivant, le Panda parle : https://www.youtube.com/watch?v=BoIJUApLKOg smiley smiley smiley


        • Shawford Shawford 25 novembre 09:23

          @SPandaphobia

          Faut dire aussi que quand on fait parler un Panda, c’est toujours pour des textes à hauteur valeur signifiante :
          https://www.youtube.com/watch?v=Zqn41lMIGg8

           smiley ^^


        • chantecler chantecler 25 novembre 09:37

          @njama
          De plus il faudrait tenir compte de l’état sanitaire déplorable ( hygiène, alimentation, froid, tranchées ) des militaires et des populations civiles vers la fin de la guerre 14 .


        • ACR26 ACR26 25 novembre 10:47

          Bonjour tout le monde,

          "ceux qui refusent les vaccins devraient signer une décharge vis-à-vis de la société en assumant au moins la totalité des frais mis en œuvre dans le cas où ils seraient atteints d’une maladie .« 

          D’accord avec vous (pourquoi pas ?) mais à une seule condition incontournable... que la ministre et les scientifiques qui défendent bec et ongles ces 11 vaccins signent eux aussi un papier qui engage formellement leur responsabilité pénale, en particulier en cas de »liens" avec les labos. Il serait aussi précisé sur ce même papier que ces gens s’engagent à ne pas entraver le fonctionnement normal de la justice.
          Vous verrez que ça calmera bien des ardeurs ...

          Les gens ne sont pas anti vaccins, mais sont éprouvés par tous les scandales sanitaires et autres scandales financiers concernant tous ces intervenants.

          Il s’agit bien d’une crise de confiance et non d’une remise en cause de la vaccination  !

          Cordialement.


        • doctorix doctorix 25 novembre 11:09

          @ACR26
          Les gens ne sont pas anti vaccins

          Forcément.
          C’est toujours difficile de reconnaître qu’on a fait une connerie en vaccinant ses enfants. Mieux vaut se dire, se persuader, contre toute évidence, qu’on a bien fait, c’est bien plus confortable.
          C’est pareil pour les médecins : reconnaître qu’on a eu tort de vacciner à fond pendant des dizaines d’années demande un effort surhumain.
          Les gens, les médecins, sont juste humains.
          Il leur faut un peu de temps, celui de mettre leur orgueil dans leur poche gauche, et de ressortir leur bon sens de leur poche droite.

        • njama njama 26 novembre 14:32

          @doctorix bonjour
          C’est pareil pour les médecins : reconnaître qu’on a eu tort de vacciner à fond pendant des dizaines d’années demande un effort surhumain.

          et ils ont vacciné à fond, probablement par ignorance de toutes lois restrictives ... leur faire admettre qu’ils les ignoraient ça va demander des efforts

          Hier à la manif il y avait quelques médecins, une toute petite poignée pas plus, dont le Dr Reliquet de l’AIMSIB. Après son intervention (...) je l’ai rencontré pour lui montrer noir sur blanc qu’il y avait des lois de 1952 jamais abrogées qui signifiaient les CONTRES-INDICATIONS temporaires et durables ... (j’avais imprimé à cet effet cette Page de infovaccinsfrance.org), et que ces lois toujours valables contredisaient la chronologie du calendrier vaccinal, du moins temporairement ... en le déplaçant dans le temps.
          Je ne lui donne pas tort de m’avoir répondu qu’avec les obligations Buzyn cela ne faisait que déplacer le problème, ce qui est vrai, ... et visiblement il s’en fout des lois de 1952 puisqu’il arrêtera de vacciner en 2018, et renverra les patients qui veulent un vaccin vers des confrères ... Il n’est pas le seul, le Dr Rehby sera réfractaire aussi, et il y en aura beaucoup d’autres on espère

          En fait le problème est que les médecins n’ont que peu de connaissances scientifiques sur les vaccins, mais aussi sur les parties législatives s’y référant, qui existent toujours pourtant !
           
          Or depuis ces années 50, au fil des décennies on leur a demandé de vacciner de plus en plus avec très peu de restrictions, quand bien même des enfants étaient malades, de maladies chroniques ou non, quand bien même l’enfant précédent avait déjà eu des réactions iatrogéniques importantes qui pouvaient laisser suspecter une incompatibilité génétique avec les vaccins, quand bien même la maman est enceinte ou allaite ... et donc, les médecins ont déjà été en partie habitués à vacciner à tout va ... de la naissance jusqu’aux grabataires en EHPAD qui ont déjà un pied dans la tombe
          .


        • Xenozoid Xenozoid 26 novembre 15:28

          @doctorix

          a propos du retrait/censure de ton article apres publication...tu avais eu une altércation avec le panda non ?


        • Shawford Shawford 26 novembre 15:36

          @Xenozoid

          « Équipes techniques » + modo infiltrée de Disons.fr = !?

          Çasetiain ^^


        • Xenozoid Xenozoid 26 novembre 16:13

          @Shawford
          mouais,le nez de c’ertain s’allonge c’est sur


        • Yanleroc Yanleroc 26 novembre 18:21

          @Shawford, ça ressemble plus à un inside job, par le manque de cohérence, qu’ à un coup de fil venu d’ en haut ..trouve-je , effectivement. 


        • Shawford Shawford 26 novembre 18:26

          @Yanleroc

          Yep.

          Insiste job qui pour me concerne en ce moment même fait que je ne peux venir commenter qu’avec mon iPhone. Je dois avoir le Maussade d’Agoravox et/ou de Disons.fr au cul ! ^^ smiley smiley smiley


        • njama njama 24 novembre 10:35

          le lien [12] n’est pas le bon ou est mort

          Mary Holland, Professeur de Droit à l’Université de New-York, interpelle les Nations-Unies sur les politiques vaccinales qui violent le Code de Nuremberg

          http://initiativecitoyenne.be/2016/05/mary-holland-prof-de-droit-a-l-universite-de-new-york-interpelle-les-nations-unies-sur-les-politiques-vaccinales-qui-violent-le-code

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

delepine

delepine
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires