• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Van Rompuy « Si les gens ne veulent pas de l’expansion de l’UE, (...)

Van Rompuy « Si les gens ne veulent pas de l’expansion de l’UE, nous la ferons quand même » – Menace contre la paix, le visage totalitaire de l’UE

Breitbart.com le site d’information en ligne (d’orientation politique conservateur) dans un article en date du 1er mai dernier rapporte les propos tenus par Herman Van Rompuy président du Conseil Européen dans une interview donnée au journal belge De Standaart  et ainsi que certains propos de Barroso président de la Commission Européenne.

A l’heure où l’UE pour pousser à l’intégration de l’Ukraine dans l’ensemble euratlantique joue la carte du fascisme à Kiev, à l’heure où sous les diktats de la Banque Centrale Européenne et la Commission Européenne des plans d’austérité, c’est à dire le pillage des travailleurs d’europe, sont imposés plus où moins de force partout en Europe, à l’heure où va à nouveau se dérouler cette gigantesque mascarade visant à masquer le fait que l’UE est de plus en plus dictatoriale et totalitaire que sont les élections européennes la déclaration suivante de Herman Van Rompuy raisonne de façon toute singulière :

« La leçon de ma vie publique est que les décisions sont prises avec le dos contre le mur, l’abîme pour les yeux et le couteau à la gorge souvent » H Van Rompuy

Car oui, c’est bien en mettant le couteau sous la gorge des travailleurs, que l’ensemble des forces de l’oligarchie capitaliste – spéculateurs, banquiers et financiers, cartels patronaux et monopoles médiatiques de la bourgeoisie – confrontées à l’aggravation de la crise systémique du capitalisme accélèrent l’offensive contre les travailleurs impulsée et menée depuis Bruxelles et Frankfort. L’Union Européenne et l’Euro sont les armes principales construites par les capitalistes pour renforcer l’exploitation des peuples et pour satisfaire les visées expansionnistes de l’impérialisme euratlantique (UE-USA) – en voie d’intégration avec le Grand Marché Transatlantique (TAFTA / TTIP) – en s’étendant vers l’ensemble des pays de sa périphérie. Leviers de l’ultra capitalisme, l’UE et le nationalisme européen, ce retour de la GrossEuropa, menace la paix mondiale, comme on peut le voir en Ukraine après l’avoir vu en Syrie.
Oui c’est bien le choix de la stratégie du choc qui d’Athènes à Lisbonnes, de Rome à Paris, de Kiev à Sofia est fait par l’UE pour écraser les résistances populaires, pour détruire les conquêtes sociales et démocratiques.

Qui n’a pas appris à l’école que l’UE c’est les « valeurs » démocratiques et que l’on doit la paix à l’UE, qui n’entend pas en boucle ce genre de mantra répétées en boucle par des médias « libres et pluriels » qui unanimement protestent quand il est fait l’usage de la force contre des groupes fascistes en plein Kiev mais qui applaudissent des deux mains quand ces mêmes nationalistes, ces néo-nazis font bruler vif en plein centre d’Odessa des dizaines de militants antifascistes désarmés à l’intérieur de la la maison des syndicats.

Eh bien les déclarations de Van Rompuy et Baroso ne laissent aucun doute, l’UE n’est ni démocratique, l’UE c’est la guerre aussi, avec des visées expansionnistes et militaires déclarées.

Voici-ci après la traduction de cet article par nos soins, qui se passerait presque de commentaire. Nous nous contentons de souligner quelques déclarations :

  • « dans le long terme l’ensemble du territoire européen en dehors de la Russie » sera liée de quelque façon à l’UE », ce qui est à mettre en perspective avec les agissements de l’UE aux marges de la Russie
  • Il admet qu’il ne sait pas s’il y a un soutien public pour une telle initiative « mais nous le faisons de toute façon. » Van Rompuy démontre ainsi que ce n’est pas les peuples qui décident. On ne peut dire plus clairement que l’UE n’est pas démocratique
  • « Nous avons besoin d’un siège pour des missions civiles et militaires de Bruxelles et de troupes à déployer . » Martin Schultz (PSE) président du parlement européen. Des troupes à déployer nous dit on ? mais pour quoi faire, pour aller où ? à Kiev ?

Pour la paix, pour la démocratie, pour la justice, pour la coopération entre les peuples et l’internationalisme des travailleurs il faut sortir de l’UE, sortir de l’Euro et sortir de l’OTAN.

Le 25 mai, démontrons que cette UE institution reposant sur ce traité de Lisbonne rejeté par les Français dans les urnes en 2005 est illégitime. Chaque citoyen doit refuser de voter, rejoindre la mobilisation populaire pour le boycott militant de l’élection européenne, pour faire se lever un tsunami d’abstention citoyenne !

source : site web du PRCF

http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/van-rompuy-les-gens-veulent-pas-lexpansion-lue-ferons-meme-menace-contr-paix-visage-totalitaire-lue/

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux :

Van Rompuy : « si le public ne veut pas de l’expansion de l’UE , nous la ferons quand même « 

par M.E. Synon 1 mai 2014 114
Dans une intervention grossière et inopportune , le président non élu du Conseil Européen Herman Van Rompuy a averti Vladimir Poutine que l’Union européenne a vocation à contrôler au final tous les pays sur le flanc ouest de la Russie .

Dans une interview accordée au belge De Standaard , Van Rompuy parle de son« rêve » que tous les pays des Balkans vont adhérer à l’UE . Il appelle cela une » pensée inspirante » que dans le long terme » l’ensemble du territoire européen en dehors de la Russie » sera liée de quelque façon à l’UE .

Il admet qu’il ne sait pas s’il y a un soutien public pour une telle initiative « mais nous le faisons de toute façon. »

Les commentaires de M. Van Rompuy , délivrés dans un contexte des tensions qui ont suivi l’offensive de Bruxelles pour mettre l’Ukraine sur la voie de l’adhésion de l’UE , donnent crédit aux craintes de Poutine que finalement l’UE entend mettre ses chars sur les plates bandes de la Russie .

Construire une défense commune de l’UE est l’une des priorités stratégiques de l’ élite de Bruxelles qui essaient de construire « un pays appelé Europe . »

La plupart des gens en Grande-Bretagne ne sont pas conscients de cela, mais un engagement de la Grande-Bretagne et les autres Etats membres dans une politique étrangère, de sécurité et de défense commune a été écrit dans le traité de Maastricht de 1992 .

Au cours des dernières années, l’UE a renforcé l’intégration des forces armées des Etats membres en l’encadrant par la politique communautaire de défense et de sécurité .

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande sont les principaux initiateurs pour une force de défense commune de l’Union européenne .

En 2008 , un rapport d’un groupe de réflexion néerlandais respecté a averti que l’UE poursuit en secret » politique spatiale militaire . » Il a accusé l’UE d’utiliser la couverture de l’Agence spatiale européenne pour développer des technologies telles que le système de navigation par satellite Galileo à des fins d’utilisation aussi bien que civiles.

En Juillet dernier , Martin Schulz , le président socialiste allemand du Parlement européen qui est aujourd’hui l’un des favoris pour être le prochain président de la Commission européenne , a déclaré : » Nous avons besoin d’un siège pour des missions civiles et militaires de Bruxelles et de troupes à déployer . »

Dans le même temps, la Commission européenne a proposé qu’il devrait « posséder et d’exploiter « ses propres drones de surveillance .

En décembre dernier lors d’une réunion du Conseil européen , les Etats membres ont convenu de « renforcer la coopération de la défense ». Lors d’une conférence de presse qui a suivi , David Cameron a insisté sur le fait que la Grande-Bretagne pourrait empécher les institutions de l’UE de posséder et d’exploiter leurs propres ressources militaires .

Cependant , le fait est qu’il n’y a rien que la Grande-Bretagne puisse faire pour arrêter un groupe d’États membres de l’UE voulant créer leur propre force de défense « intergouvernementale » et demandant à l’Union de l’administrer .

Or, dans cette dernière interview , M. Van Rompuy a dit que Bruxelles entend en effet créer une frontière nationale de l’UE à partir du cercle polaire arctique à la frontière turque avec l’Irak .

Cela pourrait menacer les liens historiques , commerciaux et politiques de la Russie avec l’Europe de l’Est, il est peu probable que les Russes croient Van Rompuy quand il insiste sur le fait l’UE n’a pas l’intention de créer une » rupture géopolitique ».

Pas plus tard qu’en 2007 , José Manuel Barroso , le portugais ancien maoïste qui est le président de la Commission européenne , a dit qu’il aimait à comparer l’UE » à l’organisation d’un empire . » Il a dit : « Nous avons la dimension d’un empire . Je crois que c’est une grande construction « .

L’interview de M. Van Rompuy démontre clairementque les élites de l’UE ont l’intention que leur empire aille droit au bord de la patrie russe .

En réponse à l’interview de M. Van Rompuy , un porte-parole du Foreign and Commonwealth Office a déclaré : « La diversité de l’Europe signifie qu’une Europe « taille unique pour tout le monde » ne fonctionne pas . Vous ne pouvez pas imposer , une union fédérale soudée sur un groupe si varié d’états . Il n’y a pas la volonté politique de le faire » .

 « Seulement 31 pour cent des personnes dans l’Union européenne ont une opinion positive de l’UE . Deux tiers pensent que leur voix ne compte pas dans l’UE . Ce n’est pas l’opinion générale des gens de penser que des « États- Unis d’Europe » est la réponse à leurs problèmes . Vous avez à traiter l’Europe comme un réseau pas comme un bloc » .

Van Rompuy : If The Public Doesn’t Want EU Expansion, ‘We Do It Anyway’

In a crass and ill-timed intervention, the unelected president of the European Council Herman Van Rompuy has warned Vladimir Putin that the EU intends ultimately to control every country on the western flank of Russia.

In an interview with De Standaard newspaper, Van Rompuy speaks about his “dreams” that all the Balkan states will join the EU. He calls it an “inspiring thought” that in the long term “the whole of European territory outside Russia” will be tied in some way to the EU.

He admits he does not know if there is public support for such a move, “But we do it anyway.”

Van Rompuy’s comments, released in the midst of the tensions which have followed moves by Brussels to put Ukraine on the path to EU membership, give credence to Putin’s fears that ultimately the EU intends to put its tanks on Russia’s lawn.

Building a common EU defence is one of the strategic priorities for the Brussels elite who are trying to build “a country called Europe.”

Most people in Britain are unaware of it, but a commitment by Britain and the other member states to common foreign, security and defence policies was written into the Maastricht Treaty of 1992.

In recent years the EU has deepened the integration of the military forces of member states with the framing of the Common Security and Defence Policy.

German Chancellor Angela Merkel and French President Francois Hollande are the leading voices for a common defence force for the EU.

In 2008, a report by a respected Dutch think tank warned that the EU is pursuing a secretive “military space policy.” It accused the EU of using the cover of the European Space Agency to develop technologies such as the Galileo satellite system for use by military as well as civilian. authorities

Last July, Martin Schulz, the German socialist President of the European Parliament who is now one of the top candidates to be the next president of the European Commission, said : “We need a headquarters for civil and military missions in Brussels and deployable troops.”

At the same time the European Commission proposed that it should “own and operate” its own surveillance drones.

Last December at a European Council meeting, member states agreed to “deepen defence cooperation.” At a press conference afterwards, David Cameron insisted Britain would block EU institutions from owning and operating their own military assets.

However, the fact is there is nothing Britain can do to stop a group of EU member states from creating their own “intergovernmental” defence force and asking the EU to administer it.

Now in this latest interview, Van Rompuy has said Brussels intends in effect to create an EU national border from the Arctic Circle to the Turkish border with Iraq.

This could threaten Russia’s historic, trade and political ties with Eastern Europe, so it is unlikely Russians will believe Van Rompuy when he insists the EU does not intend to create a “geopolitical shift.”

As long ago as 2007, José Manuel Barroso, the Portuguese former Maoist who is the president of the European Commission, said he liked to compare the EU “to the organisation of an empire.” He said “We have the dimension of an empire. I believe it is a great construction.”

Van Rompuy’s interview makes it clear that the EU elite intend for the empire to go right to the edge of the Russian Motherland.

In reply to Van Rompuy’s interview, a spokesman for the Foreign and Commonwealth Office said : “Europe’s diversity means a one-size-fits-all Europe will not work. You cannot impose a federal, close-knit union on such a varied group of states. There is not the political will to do so.”

“Only 31 per cent of the people across the European Union have a positive view of the EU. Two-thirds believe their voice does not count in the EU. This is not the voice of people who think a ‘United States of Europe’ is the answer to their problems. You have to treat Europe like a network not like a bloc.”

UKIP deputy leader Paul Nuttall said Van Rompuy’s words “demonstrate the frightening expansionist mentality of federalist fanatics.” He said Van Rompuy “does show a rare glimpse of honesty when he admits that the EU’s desire to expand comes without any public approval.”

Vladimir Chizhov, Russian ambassador to the EU, and Douglas Alexander, Labour’s Shadow Foreign Secretary, were both unavailable for comment


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • mac 12 mai 2014 12:02

    Et oui finalement, ce que veut le public on s’en fout. C’est ça la démocratie sauce européenne ?



    • CASS. CASS. 12 mai 2014 14:40

      surtout ne pas s’abstenir, au contraire voter massivement contre cette ue sionazies fascistes son OTAN criminelle et sa bande d’usuriers , contre cette fabrication de l’imposture et de l’escroquerie


    • Croa Croa 12 mai 2014 15:22

      Les listes vraiment contre sont très peu nombreuses sachant que ceux qui pensent pouvoir la réformer (nombreuses) n’ont rien comprit ! Il vaut donc mieux en effet encore s’abstenir plutôt que d’espérer une réforme...

      Nous aurons cependant je pense quelques liste indépendantistes (UPR à priori par exemple.) C’est mieux ! smiley


    • bnosec bnosec 13 mai 2014 07:37

      Effectivement, l’UPR, c’est bien mieux que l’abstention. Mais leur programme est trop compliqué pour un coco de base. Manque de mots genre « lutte finale » et tout le bordel.

      Ces cocos là pronent l’abstention tout en sachant qu’elle sera forte, ce qui leur permettra de dire que tous les abstentionnistes sont de leur camp, ridicule...



    • AVEC VON ROMPUY LA BARONNE ASHTON LE MAFIEUX BARRRROSO

      TOUS DIRIGEANTS NON ELUS MAIS AUTOPROCLAMES !!!!!!!!!!!!

      ON A EU L’ UE QUE MERITENT LES LACHES INCAPABLES DE S INDIGNER ET DE SE REVOLTER !

      on vous le dit ’que les élections c’est « bidon » ( genre consultation nationale sur elections municipales ;; ;; D OU F .HAINE PRESENT)

      PLUS IL Y A D’ ELECTIONS MOINS LE CITOYEN A LA PAROLE............

      nous allons tout droit a une guerre européenne ou pire GUERRE CIVILE !!!!!!

    • Artnar 14 mai 2014 17:29

      Comme le disais un humoriste ,

      La dictature c’est ferme ta gueule , la démocratie c’est cause toujours
       Aplliqué à l’UE actuelle ca peut donner ça

      L’europe c’est on se fout de ta gueule , t’as les élections européennes pour toujours causer ! smiley


    • César Castique César Castique 12 mai 2014 12:53

      «  Chaque citoyen doit refuser de voter, rejoindre la mobilisation populaire pour le boycott militant de l’élection européenne, pour faire se lever un tsunami d’abstention citoyenne ! »


      C’est où qu’on peut doubler sa mise en pariant que ce tsunami est un délire indignado à la mords-moi-l’Hessel de plus, qui ne se matérialisera pas plus que les précédents ?. 

      • dup 12 mai 2014 13:17

        vous êtes des marrants ! vous avez pas vu le goulag arriver ? si quelqu’un vous demande de vous donner votre montre pour qu’il vous dise l’heure , c’est qu’il vous prend pour un con. la souveraineté se partage pas. pas besoin d’être raciste pour comprendre cela


        • Bergegoviers Bergegoviers 18 mai 2014 21:41

          Ils ont bien vu le goulag arriver mais ils s’en réjouissaient, convaincus que seuls leurs adversaires politiques y seraient enfermés, ces derniers espérant d’ailleurs exactement pareil et c’est pourquoi tous ont continué à voter, même si la réalité leur hurlait qu’il s’agit d’une arnaque.


          Il est bien plus aisé de tromper quelqu’un que de lui faire prendre conscience de ses erreurs.



        • asterix asterix 12 mai 2014 13:18

          Que voulez-vous attendre de plus d’un flamingant rabique ( mon peuple d’abord ! ) que les « élites » européennes ont désigné en tant qu Président de la Communauté ?


          • Bergegoviers Bergegoviers 18 mai 2014 21:42

            Le fait qu’il soit jésuite n’est certainement pas étranger à sa désignation.


          • Crab2 12 mai 2014 15:15

            Europe
            - Mai 2014

            Que signifie : bricoler la peur ?

            C’est ce que fait le premier ministre Manuel Valls quand il met en garde contre la montée des partis populistes

            S’ils arrivaient en tête, prévient-il en reprenant les propos du président François Hollande, cela reviendrait à « faire sortir la France de l’Histoire  », cela conduirait à « l’isolement de la France  »

            Ajoute en guise de conclusion « Que les Français participent, choisissent une Europe du progrès et qu’ils rejettent les populistes qui n’aiment ni la France, ni l’Europe  »

            Suite :

            http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/05/europe-mai-2014.html


            • Croa Croa 12 mai 2014 15:31

              Ce faisant Monsieur Valls avoue son ralliement aux ’’élites’’ et son mépris du peuple !

              Monsieur Valls est élitiste. Normal : Il fait partie des ’’élites’’ ! 

              Nous lui devons la réponse qui convient !  smiley 


            • non667 12 mai 2014 15:41

              pour faire se lever un tsunami d’abstention citoyenne != peter bien fort !
              qui ne dit rien consent !
              prcf = troll mondialiste


              • taktak 12 mai 2014 16:54

                NON 667 le troll par excellence. Celui du FHAINE.
                Celui du parti qui a refusé de voter non à l’acte unique, celui qui dans les dizaines de milliers de mots de son programme n’a pas écrit « SORTIR de l’UE »

                Sortir de l’UE, c’est ce qui est écrit, en grand et en gros pour ceux qui comme NON667 ont des difficultés de lectures, c’est ce qui est écrit donc en gros sur les affiches du PRCF, sur ses tracts.

                Le FN c’est le parti du système, celui qui comme 3e pied du capitalisme permet d’éviter que jamais l’oligarchie capitaliste ne se renverse.


              • Croa Croa 12 mai 2014 15:51

                C’est cohérent avec ce que disaient certains (qui n’ont pas été écoutés !) il y a déjà fort longtemps !

                Citation :
                ---> DE MENDÈS À GABIN
                Pierre Mendès France prononce un discours sur « l’abdication de la démocratie » le 18 janvier 1957. Quatre ans plus tard sort sur les écrans « Le Président », réalisé par Henri Verneuil, avec des dialogues de Michel Audiard, et Jean Gabin pour incarner le rôle-titre. Lui aussi tempête devant les parlementaires :
                - « La paix revenue, j’ai vu la police charger les grévistes. Je l’ai vue aussi charger des chômeurs. J’ai vu la richesse de certaines contrées et l’incroyable pauvreté de certaines autres. Eh bien, durant toutes ces années, je n’ai jamais cessé de penser à l’Europe. Monsieur Chalamon a passé une partie de sa vie dans une banque, à y penser aussi. Nous ne parlons forcément pas de la même Europe. (Applaudissements.) Celle qui se construit, j’en dénonce le principe : la constitution de trusts et de groupes de pression, qui maintiendront sous leur contrôle non seulement les produits du travail mais les travailleurs eux-mêmes. On ne vous demandera plus, Messieurs, de soutenir un ministère, mais d’appuyer un gigantesque conseil d’administration ! Si cette assemblée avait conscience de son son rôle, elle repousserait cette Europe des maîtres de forges et des compagnies pétrolières ! Et maintenant, permettez-moi de conclure : vous allez faire avec les amis de M. Chalamon, l’Europe de la fortune contre celle du travail, l’Europe de l’industrie lourde contre celle de la paix. Eh bien, cette Europe-là, vous la ferez sans moi : Je vous laisse. »

                Ce texte provient d’un encadré du « Tchio FAKIR  » de mai 2014.
                spécial Bruxelles dont je recommande la lecture !


                • almodis 12 mai 2014 18:07

                  même si je suis personnellement d’accord avec l’analyse du PRCF , je vous le dis :

                  arrêtez avec votre abstention stérile !

                  donnez un coup de pied dans la fourmilière en votant pour EUX :

                  http://lesmoutonsenrages.fr/2014/05/11/democratie-reelle-2014/

                  et par la même occasion : POUR VOUS !


                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 12 mai 2014 18:10

                    Nos Mamamouchis europathes sont des experts en élections... Les referendum sont, soit des vrais ou des faux c’est selon ; des faux - vrais, ou des vrais -faux, peut-être des faux- faux, mais sûrement pas bons, sauf quand ils décident qu’ils le sont, mais si le résultat ne leur plaît pas, ils l’annulent. Faut suivre....

                    En tous cas, il y a une chose qu’il ne remettent jamais en question, tant cela les indiffère, c’est l’abstention... « Qui ne dit mot consent ! ».

                     « Les absents ont toujours tort » surtout quand, pour la première fois, se présentent des listes de l’ UPR, pour la sortie de l’ UE et la constitution d’une opposition au Parlement européen...

                    Le PRCF, en appelant à l’abstention, ne suit pas la tradition du PCF d’avant Mitterrand, qui présentait des candidats à toutes les élections, alors qu’il n’approuvait pas les institutions bourgeoises.

                    Insulter l’ UPR ne grandira pas le PRCF qui a écrit dans un texte précédent :
                     « Ces souverainistes égocentriques qui pour se faire de la pub, se ruent sur l’élection au Parlement européen ». L’abstention, c’est juste l’occasion de cracher sur l’ UPR, comme de vulgaires antifas.

                    Il n’y a pas de différence de nature dans toutes les Institutions qui découlent des Traités : du Parlement européen aux élections municipales, où les Maires sont chargés sur le terrain d’appliquer l’austérité, c’est la même boutique.

                    L’UPR saura vous rappeler aux prochaines élections, les Régionales, où les élus n’ont pas plus de pouvoirs de changer quoi que ce soit, qu’il faut soit constituer une opposition et une Résistance dans toutes les Instances, soit dans aucune.

                     


                    • taktak 12 mai 2014 18:49

                      FA, ne faites donc pas le mamamouchi. Au contraire, le seul chiffre qu’ils attaquent au sujet des votes en crimés ou dans l’est de l’Ukraine c’est celui de la participation

                      Car c’est bien la participation qui fait que le résultat d’une élection est ou non valide.
                      A nettement plus que 50% d’abstention, pas de doute, l’élection ne vaut pas un kopeck.

                      Pas pour rien que les mamamouchis font des pieds et des mains pour inciter à voter le 25 mai (en UE comme à Kiev....). Avec des affiches un peu partout avec d’accortes étudiante expliquant qu’il faut aller voter...

                      Bon, vous avez envie de votre coup de pub soit. J’espère un jour voir une de vos affiches ou un de vos tract, pour l’instant.... vous êtes absent.



                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 13 mai 2014 09:26

                      taktak,
                      Et voici le clip de campagne de l’ UPR qui passe sur France Inter, FR3, Antenne 2, France 5, France 2, RFI et France 24.


                    • taktak 13 mai 2014 10:15

                      Jamais vu ce tract distribué.

                      Et tant mieux car il est grossièrement mensongé. L’UPR est un bon petit parti de droite qui refuse tout rassemblement avec la moindre force de gauche... Oubliant ainsi que le M’PEP, le PRCF, les CPF, le POI au moins sont pour la sortie de l’UE. Loin d’être les seuls quoi..... Bon, comme cela il dépareille pas, question niveau politique, d’autre tracts d’asselineau

                      http://lecourrierdeunderworldfrance.files.wordpress.com/2014/04/1484216_148 8383524713948_2239046265449275466_n.jpg?w=208&h=300

                      Profitez bien de votre pub : l’interet personnel avant celui de la france


                    • wesson wesson 12 mai 2014 18:25

                      Bonjour l’auteur, 

                      l’UE est bel et bien devenu un empire monstrueux, avec une véritable volonté impériale.

                      Et la preuve la plus immédiate, la plus éclatante de ceci, c’est effectivement ce qui s’est passé en Ukraine.

                      Début 2013, l’UE a proposé à l’Ukraine un accord d’association, mais exclusif, c’est à dire il doit en même temps sortir de l’accord douanier avec les Russes. Le président d’Ukraine tergiverse, fait monter les enchères des deux coté, puis choisi l’offre Russe qui est objectivement meilleure.

                      Et à partir de là, l’UE et l’occident se sont mis a soutenir d’une part Maidan (qui avait déjà commencé dans l’indifférence générale), et surtout les milices d’extrême droite qui finiront par déposer le président. 

                      Pour le dire autrement, pour avoir choisi une solution économiquement plus rationnelle et intéressante que ce que ne proposait l’UE, cette dernière a encouragé, financé et soutenu un coup d’état contre un président légitime, qui a vu la mise en place d’une junte composée d’un tiers de néo-nazis.

                      Cela révèle bien le vrai visage de cette construction Européenne, un véritable empire en conquête dans un projet colonial.

                      • wesson wesson 12 mai 2014 18:26

                        PS : cet appel à l’abstention en plus d’être idiot sert objectivement la droite.


                      • taktak 12 mai 2014 18:52

                        ce qui sert la droite et l’extrème droite, c’est le mensonge de l’europe sociale....

                        Pour le reste, si vous savez être convaincant et crédible, wesson, c’est sûr que la gauche de gauche fera un score. Mais avec votre discours façon « bouge l’europe » pas sûr que vous puissiez convaincre les gens de voter pour vous.
                        Il feront comme moi, refusant de croire que l’on peut rendre un crocodile végétarien pour réclamer la sortie de l’UE, il refuserons de voter


                      • wesson wesson 12 mai 2014 22:40

                        «  Mais avec votre discours façon « bouge l’europe » pas sûr que vous puissiez convaincre les gens de voter pour vous »


                        Convaincre autour de moi, je voit bien que les gens que je côtoie n’ont pas assez faim pour l’être. Toutefois, il en va de l’Europe comme des bombes : ça fait beaucoup plus de dégâts lorsque ça pète à l’Intérieur plutôt que à l’extérieur. 

                        Et ce qu’il faut envoyer à Bruxelles, c’est des gars avec les fouilles remplies de dynamite (je le dit au sens figuré des fois que on voudrait me classer parmi les anarcho-terroristes).

                        ça c’est mon avis, et je vais faire avec ceux qui se rapproche le plus de cet objectif ...

                        Et aux nigauds, je leur dit non non, ce n’est pas de la blonde dont je parle.

                      • izarn izarn 13 mai 2014 09:27

                        L’UE ne sera jamais un empire. De plus l’UE est en recession, si on excepte l’Allemagne avec 0,4% de progression de son PIB ! Oua ! Quelle performance !!!

                        Le chomage augmente, les délocalisation et fermetures d’entreprises continuent...Pourtant l’euro monte !?!
                        J’ai une explication : Goldman Sachs a donné ordre à la BCE de vendre du dollar et du Yen. Guerre des prix, pour favoriser la zone dollar. C’est une menace pour accepter le traité transat. Coup classique. Plus l’euro monte, plus on va étouffer...
                        Je sais c’est dégueulasse, mais ils le sont, sauf pour les pauvres naifs...

                      • taktak 13 mai 2014 11:14

                        Convaincre autour de moi, je voit bien que les gens que je côtoie n’ont pas assez faim pour l’être

                        Wesson, je suis d’autant plus désolé de lire cela de votre part que je sais qu’on partage le même objectif.
                        La politique du pire que vous prônez (affamer les gens en restant dans l’UE quoi !) c’est à dire celle disant quand l’UE aura tout cassé de nos conquètes sociales et bien les gens écouteront peut être c’est celle de l’irresponsabilité la plus totale

                        Car c’est faire fi des sacrifices, des luttes du prix du sang pour obtenir ces conquètes sociales, alors que l’on sait combien cela coutera de les rétablir. Il vaut mieux tout de suite les défendre. Ce qui passe par la sortie de l’UE

                        Car quand les gens aurront « suffisament faim », il n’y a pas de raison qu’ils se tournent automatiquement vers les progressistes. Car l’oligarchie saura fort bien jouer la carte fasciste. Objectivement, vous êtes en train de jouer le jeu de la fascisation, juste parceque vous confondez l’idée d’Europe internationaliste avec la réalité de l’UE qui est une arme de guerre, impérialiste, nationaliste de l’oligarchie capitaliste

                        Dernière chose, si vos concitoyens ne votent pas pour vous, alors que le FdG est quand même un des grand partis avec des moyens et avec une exposition médiatique, c’est que vous n’etes pas convaincant. Si vous ne battez pas la droite car vos concitoyens préfèrent l’abstention, cela devrait vous faire vous posez des questions, plutot que - en substance - de dire qu’ils sont trop stupides.


                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 12 mai 2014 18:57

                        Il y a une affiche de l’ UPR qui me plaît bien : ici




                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 12 mai 2014 19:11

                            taktak,
                            Résultats du referendum dans l’Est de l’ Ukraine :2,5 millions d’électeurs sont allés voter.
                            74,87% de votants
                            89, 07 de oui ; 10,14 % de non ; et 0,74% de bulletins nuls.

                            Ce qui n’empêche pas Hollande et Merkel de nier l’importance du vote, et de refuser de légitimer le résultat... Ils décident ce qui les arrangent, comme ils ont toujours fait dans l’UE.

                            Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, l’ UPR vient de franchir les 5000 adhérents. Mes condoléances.
                            Quand vous aurez le temps, vous nous expliquerez comment développer une organisation censurée, sans faire de la pub pour ses analyses ??

                            Si le M’PEP, l’ UPR et le PRCF sont censurés, ce n’est pas parce qu’ils appellent à l’abstention, mais à la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN.
                            Et vous le savez très bien !


                            • captain beefheart 13 mai 2014 15:25

                              Bonjour Fifi Brin d’Acier,
                              votre persévérance vous amènera une vote pour le UPR,voire trois comme je vais me servir des procurations de ma femme et ma fille,qui se veulent abstentionnistes.
                              Mais rassurez moi,y’aura-t-il des bulletins pour les candidats de l’UPR dans mon petit village lorrain le jour du vote ? Je ne trouvais pas les bulletins du parti que je voulais soutenir aux dernières élections européennes dans le local du vote à la mairie.A ma question il disaient que j’aurais dû commander ou télécharger le bulletin de ce petite partie(Parti Humaniste,dont on entend jamais parler du tout).
                              Grande surprise pour moi ,mais complètement normal selon les assesseurs.
                              Alors,comme maintenant je suis à fond derrière le PRCF et très contents de leurs articles et merci Taktak aussi,mais que je ne souscris pas l’appel à l’abstention,je voterai bien UPR. (Au fait ,le PCRF présente-t-elle des candidats ?)

                              Si de fois il n’y aura pas de bulletin UPR je voterai FN ,comme le fait la moitié de ma commune,quoique j’ai une grande doute sur la sincérité de leurs leaders.

                              Je voterai directement FN si ce parti faisait le coup de maître de se désolidariser ouvertement et publiquement de leurs alliés objectifs (il y a eu des contacts FN-Svoboda il y a quelques années) de Svoboda pour la raison du massacre d’Odessa ,le quel massacre on pourrait plus cacher à l’opinion du coup. Mais bon c’est clair que je rêve là.....


                            • steph bigorneau steph bigorneau 13 mai 2014 20:47

                              Bonjour captain Beefheart
                              Il y aura des bulletins dans tous les bureaux de votes, c’est un grand investissement pour un petit parti qui n’a pas de subventions publiques ou de la part des entreprises. En tout cas je pense que Fifi sera contente de voir que son investissement est payant.
                              Ps, sympa le pseudo, ça fait longtemps que j’en ai pas écouté...


                            • taktak 18 mai 2014 13:53

                              Le PRCF refuse d’aller à la soupe le 25 mai et ainsi de cautionner une mascarade électorale, une farce qui ne vise qu’à laisser croire que l’on peut changer l’UE, que ce machin totalitaire et autoritaire est démocratique.

                              Bien sûr la PME le PEN fait une nouvelle fois des pieds et des main pour aller à la gamelle. Elle qui a refuser de voter contre l’acte unique quand elle le pouvait, elle qui déclarait soutenir la construction européenne jusqu’à il y a peu.
                              Elle qui n’est ni pour sortir de l’UE, ni réellement de l’euro. Le FN c’est LE parti du système. Il est vrai que l’UE, pour la PME familiale le pen, c’est des dizaines de milliers d’euro à ne rien faire ! sur votre dos.

                              mais le PRCF ne délaisse aucun terrain, pas même le terrain électoral.

                              Nous avons présenté plusieurs candidats aux législatives, aux municipales.
                              Le PRCF a présenté un programme candidat aux présidentielles. Et si le PRCF appelle au boycott des élections européennes, ses militants font campagnes.

                              C est déjà plusieurs dizaines de milliers d’affiches, des milliers et milliers de tractages, des centaines d’intervention partout en France auprès des travailleurs, ainsi qu’une active cyber-campagne, une vraie campagne de terrain qui est menée pour faire grossir le tsunami de l’abstention citoyenne
                              Avec une campagne désintéressée, non partisane, rassembleuse, démocratique et civique, au coté de l’ensemble des milliers de citoyens de toutes trajectoires qui ont rejoints l’appel du CNR-RUE. Pour faire naitre un front du peuple de résistance contre l’UE, la rassemblement plutot que l’intéret partisan, l’union d’action plutot que la promotion d’un homme avide de pouvoir s’installer dans l’aussi confortable et « enrichissant » qu’inutile fauteuil de plante verte qu’est un siège d’euro député.


                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 18 mai 2014 16:56

                              C’est le PS qui a le plus besoin de l’abstention.
                              C’est même pour cela qu’il ne fait pas de campagne électorale et promène son épouvantail FN sur tous les plateaux de télé...

                              Si les électeurs se mobilisaient pour aller voter pour les autres listes, le score relatif du PS baisserait. Le PS remercie bien les abstentionnistes pour leur aide.


                            • asap 12 mai 2014 19:56

                              Ce qui me convainc moins de m’abstenir, c’est ce genre d’article où les propos d’un homme, originellement en flamand sont traduit par un media anglais probablement farouchement europhobe, avec tous les risques de déformation que cela comporte, pour ensuite être traduits en français par un eurosceptique déclaré.

                              Et on nous bassine avec les complots et la désinformation, sans jamais balayer devant la porte....
                              L’europe est bien plus sociale que l’on cherche à nous le faire croire. Le citoyen est d’avantage protégé par l’institution européenne que par son propre gouvernement national.
                              Maintenant, que l’Europe soit le bras politique de l’Otan, ça, il faut le dénoncer et donc voter pour les partis qui ne veulent pas se plier à ce diktat atlantiste tout en étant europhiles et désireux de créer un espace commun équitable et juste. 

                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 13 mai 2014 09:14

                                asap,
                                Il n’y a pas le choix, pour être dans l’ UE, il faut accepter d’être dans l’ OTAN !
                                Les USA veulent l’ Ukraine dans l’ UE ET dans l’ OTAN pour pouvoir y installer des missiles tout autour de la Russie.
                                « L’UE est subordonnée à l’ OTAN » par Asselineau


                              • izarn izarn 13 mai 2014 09:47

                                Cher monsieur, vous avez certainement un grand age, et dans votre jeunesse, vous sautiez de joie au discours magnifique de Robert Shuman (Qui avait voté les pleins pouvoirs à Pétain en 1940).

                                Ceci dit le monde a changé, l’Europe n’est plus un grande puissance mondiale qui rayonne dans l’humanité entière, et qui passe son temps à se faire la guerre entre peuples élus de Dieu.
                                C’est terminé. Les BRICs (Terminologie Goldman Sachienne) nous entourent, et nous ne sommes plus seuls. Nos langues disparaissent, la population diminue, nous sommes de plus en plus vieux, investissant dans la rente obligataire et la dette.
                                Comme voulez-vous qu’on continue à se faire la guerre etre vieux pépés boboisés qui ne pensent qu’a faire bronzer leur vieux cul sur les plages du Sud ? Hein ?
                                Une zone équitable et juste ? Pas besoin d’Europe, nous sommes encerclés dans cette Europe, bientot isolés. Pas besoin d’Europe, la collaboration entre pays tombe sous le sens...Pas besoin d’un machin débile atlantiste et néolibéral pour nous y forcer. Ni d’un machin débile écolo-socialiste-étatiste. Un machin comme l’ONU disait De Gaulle.
                                Cette histoire d’Europe c’est une vieillerie Bonapartiste et Hitlérienne revisitée pour faire face au Pacte de Varsovie.
                                Vous pouvez comprendre alors pourquoi on diabolise Vladimir Poutine : Il faut à tout prix un ennemi pour justifier cette pseudo Europe.
                                Alors les jeunes ?
                                Ben les jeunes n’ont rien à foutre de votre IVeme Reich ! Et trouvent que Poutine, au moins à des couilles, ce qui nous change des castrats européistes qui se cachent sous le manteau de l’Oncle Sam.

                                Bonsoir.



                              • mac 12 mai 2014 21:07

                                 les propos d’un homme, originellement en flamand sont traduit par un media anglais...


                                Mais c’est peut-être ça l’Europe monsieur Asap une union forcée (par les Américains ?) après guerre entre gens qui ne se comprennent pas forcément et qui n’ont pas forcément grand chose à faire ensemble.
                                Pourquoi un français aurait plus à faire avec un bulgare qu’avec un québécois ou un marocain avec lesquels il a au moins une langue et une partie d’histoire commune ?



                                • izarn izarn 13 mai 2014 10:00

                                  Attendez la ! Ce n’est pas la question ! On peut ne pas avoir une histoire commune, pas de langue commune, et pourtant etre amis. C’est meme le fondement de l’amitié.

                                  Les peuples européens ne se rejette pas les uns des autres. Faux. Remarquez que ceci est de la propagande qui au contraire justifie la construction européenne !
                                  En fait, nous n’avons pas besoin de ce genre de structure si nous cultivons des amitiés multiples. Je crois que la haine entre peuples c’est du passé et provenait surtout des puissants : Roi et Empereurs, Banquiers et cartels internationaux.
                                  Oui ! C’est l’International qui provoque les guerres !
                                  La mondialisation fait tout l’inverse de ce qu’elle prétends : Elle allume les haines...


                                • Allexandre 12 mai 2014 22:57

                                  L’UE de Van Rompuy, c’est la dictature à la Edward Bernays !!!!! tout est dit !!! Aux armes citoyens !!!!


                                  • izarn izarn 13 mai 2014 10:08

                                    ...Qu’un sang impur abreuve nos sillons !

                                    Le truc qui passe pas chez Taubira...
                                    Meuuuuu nonnnn, Taubira, t’as pas un sang impur ! Enfin c’est pas croyable ce masochisme.
                                    Ce n’est que de la poésie.
                                    On ne va pas chanter que « Que le libéralisme impur abreuve nos sillons » Non ?



                                  • steph bigorneau steph bigorneau 13 mai 2014 20:57

                                    izarn
                                    « qu’un sang impur abreuve nos sillons »
                                    ce n’est pas faire couler le sang des étrangers, mais justement comme c’était le peuple qui se battait pour sauvegarder son indépendance, il était d’accord pour faire couler son sang « impur », par opposition au sang « pur » de la noblesse.
                                    Cette vision raciste de la marseillaise est un contresens historique.

                                    Si Taubira ne connaît pas notre histoire, ce n’est pas la seule. Personnellement je suis très dubitatif face à son action et à celle de son gouvernement, rien d’étonnant vu que c’est l’UE qui décide de tout ce qui est important.


                                  • charlotte 12 mai 2014 23:26

                                    UMP PS EELV cest de l’arnaque on le sait maintenant

                                    rien que le plaisir de savoir qu’on va leur couper leur 20 000 euros par mois a l’UMPS et EELV ca j’adore
                                    et puis les verts pfff meme pas capable de parler de chaimtrail, ni de demander pourquoi la radioactivé de l’eau potable n’est jamais mesurée en france
                                    juste bon à cacher que TOTAL RENAULT PEUGEOT ne payent pas d’impots
                                    mais que nous on doit payer la taxe carbone.
                                    alors votez FN (moi je peux pas) UPR FRONT DE GAUCHE ou DLR mais plus jamais pour les traitres
                                    et meme au deuxieme tour, je prefere laisser passer un FN que votez pour ces gens la.
                                    on a voté oui pendant 30 ans, on nous a promis monts et merveilles et voila ou on en est.
                                    maintenant on vote non pendant 30 ans
                                    faut pas raisonner pour faire simple, pour sortir de leur raisonnements de leurs enfumages,
                                    on est le peuple, on est pas intelligent, on peut pas tout comprendre
                                    on vote non. non a l UMPS et EELV pendant 30 ans


                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 13 mai 2014 09:18

                                      charlotte,
                                      Pour ce que fait Marine au Parlement européen... !
                                      En 10 ans, elle a déposé 4 questions, et quand elle intervient, ce n’est pas pour dire qu’elle va aider la France à sortir de l’ UE, mais pour demander « Une Autre Europe » ! C’est à 1’ 50 :
                                      « .. quand vous déciderez-vous, au nom de la France et d’ une Autre Europe... »


                                    • legrind legrind 13 mai 2014 09:39

                                       Fifi Brind_acier, vous savez que contrairement au conférencier François Asselineau qui n’a que leçons à donner à tout le monde, Marine le Pen est aussi présidente d’un grand parti politique en plein développement attaqué de partout , y compris le micro parti pour lequel vous militez activement , par tous les médias,. Elle est sur le terrain.. J’espère sincèrement voir des militants UPR se confronter à la réalité au lieu de se contenter de donner des bons points (à personne) et des mauvais, quand F Asselineau s’est présenté à une élection je crois qu’il a fait 0, 25 % des suffrages ?


                                    • izarn izarn 13 mai 2014 10:15

                                      Mais le FN n’entre pas au parlement européen pour construire l’Europe, mais pour la réduire à néant. Ils l’ont toujours dit. Donc ils votent toujours non, sans état d’ame.

                                      Meme en lisant l’en tete de la loi, il sont à 99% sur de voter non...Pourquoi se fatiguer à écouter des inepties (C’est ce que dit Mélenchon lui meme sur son blog !)

                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 18 mai 2014 17:00

                                      Legrind
                                      Ne détournez pas la question.
                                      Le FN ne demande pas la sortie de la construction européenne. Point. 

                                      Sur les affiches du FN , il y a écrit : « Pour la France, contre Bruxelles »

                                      Où voyez-vous écrit : « SORTIR DE L’UE » ???


                                    • tf1Groupie 12 mai 2014 23:31

                                      Des communistes qui ne comprennent pas le mot « totalitaire », c’est vraiment à pleurer !


                                      • bourrico6 13 mai 2014 12:11

                                        ouaaaah, l’argument massue.

                                        @ la modération.
                                        vous en avez pas marre de laisser des propos d’attardés comme ceux d’au dessus ?

                                        On vous prends pas au sérieux, on vous respecte plus, tout le monde chie sur AV, et vous ne pouvez vous en prendre qu’a vous même.


                                      • oj 13 mai 2014 02:38

                                        L’europe présente au moins l’avantage de couper court aux innombrables découpages qui font suite aux guerres depuis des centaines d’années (Alsace, Savoie, Empire austro-hongrois... etc..)
                                        Bref éviter ce que fait la russie actuellement..

                                        Il semble en effet necessaire , pour des nations qui veulent évoluer, de se regrouper car les defis d’avenir supposent pouvoir travailler ensemble sur les memes langages, outils ... etc...


                                        • lcm1789 13 mai 2014 04:28

                                          ou comment remplacer le nationalisme français allemand, italien...par le nationalisme européen qui n’est guère meilleure et qui nous mène à 4 pouces de la troisième guerre mondiale....


                                          L’europe c’est la paix, va le dire aux bombardés de Belgrade 
                                          Va le dire aux massacrés de Homs, va le dire aux massacrés de Odessa.

                                          L’UE sème la misère et la guerre...et lorsque l’on condamne le nationalisme comme tu sembles le faire il faut aussi condamner le nationalisme européen qui n’est pas meilleur que les autres et même pire

                                          Le 25 mai les urnes doivent rester vides.

                                          Pas avec nous, pas en notre nom

                                        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 13 mai 2014 09:20

                                          lcm1789,
                                          L’abstention, c’est ce que souhaite le PS.
                                          Moins les mécontents se manifesteront sur l’ensemble des listes, plus le score relatif du PS sera élevé, vous faites un mauvais calcul !


                                        • njama njama 13 mai 2014 13:12

                                          @ Fifi
                                          L’abstention, c’est ce que souhaite le PS.

                                          La France et l’Allemagne veulent interdire aux Syriens résidant dans ces pays de voter dans leurs ambassades pour l’élection présidentielle du 3 juin.

                                          « Les gouvernements français et allemand empêchent les Syriens résidant sur leur territoire de voter », a annoncé lundi 12 mars le ministère syrien des Affaires étrangères.

                                          « La France (...) mène une campagne de presse hostile en rejetant ces élections. Elle a informé officiellement notre ambassade à Paris de son opposition à la tenue de ces élections sur le territoire français, y compris à l’ambassade syrienne », a indiqué le ministère dans un communiqué publié par l’agence Sana. Cette décision française « entre dans le cadre du soutien apporté par la France aux terroristes en Syrie (...) en vue de la détruire », ajoute le texte.

                                          http://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=12080&cid=309#.U3H7pigZ_Tp

                                          La France interdit aux Syriens vivant sur son sol d’élire leur président

                                          Le 3 juin, les citoyens syriens sont appelés à élire démocratiquement leur président de la République. Les Syriens résidant à l’étranger peuvent s’acquitter de leur devoir électoral dans leurs ambassades et consulats.

                                          Cependant, le gouvernement français a informé l’ambassade de Syrie à Paris qu’il lui interdisait formellement de procéder à des opérations de vote sur son territoire.

                                          Le gouvernement français a qualifié cette élection démocratique de « farce ». Il considère que ce n’est pas aux Syriens d’élire leur président, mais qu’un gouvernement de transition doit être désigné par les grandes puissances lors d’une conférence internationale.

                                          http://www.voltairenet.org/article183746.html


                                        • njama njama 13 mai 2014 13:31

                                          ou comment remplacer le nationalisme français allemand, italien...par le nationalisme européen

                                          @ lcm1789

                                          L’Europe, un peuple ?

                                          cela n’a aucun sens de parler de nationalisme européen
                                          ou d’une nation « Europe ».
                                          Et puis, l’Europe telle qu’elle se façonne par le traité de Lisbonne est un fédéralisme, c.à d. une organisation étatique fédérant des régions (pseudo-états) sur le modèle des états_zuniens. Pour cela la construction européenne nécessite le démantèlement de la souveraineté nationales, et la destruction des États-nations
                                          On ne nous a pas proposé hélas pour l’Europe un confédéralisme ...


                                        • lcm1789 14 mai 2014 01:12

                                          Bien sur loin de moi l’idée de promouvoir l’idée d’un (inexistant) peuple européen...


                                          Ce que je dis c’est que les grands esprits qui partout tapent sur les doigts des souverainistes (rappelons que le souverainiste veut que le peuple soit le souverain) en criant au nationalisme...sont les chantres d’un « nationalisme » supranational.

                                          Ce nationalisme a un nom, cela s’appelle l’impérialisme, c’est lui qui « drag hach Osten » qui massacre à Odessa.

                                          Nous Peuple de France nous ne sommes pas nationaliste, nous voulons juste exercer notre droit à disposer de nous même.

                                          C’est pourquoi loin de la mascarade qui se joue au parlement fantoche, il nous faut envoyer un coup de pied dans la duperie UE et faire que les urnes restent vides.

                                          Pas une voix pas avec nous pas en notre nom.

                                        • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 13 mai 2014 08:13

                                          asap
                                          Vous prétendez que l’Europe nous protège ! C’est tout le contraire. Un exemple : dans son mandat de négociation du grand marché transatlantique, l’UE prévoit d’instaurer des arbitrages privés pour régler les différends commerciaux entre les multinationales et les états ( c’est le point 23 du mandat ). Concrètement cela signifie qu’une firme US pourra par ex. attaquer l’Etat français si celui-ci s’obstine à interdire l’attraction du gaz de schiste sur son territoire. De nombreux précédents ont eu lieu : Philip Morris par exemple a poursuivi l’Australie et l’Uruguay au prétexte que ces pays menaient des politiques de prévention du tabagisme. A la clé il y a pour les firmes des milliards à gagner et pour les contribuables des milliards à perdre. Un vrai business s’est développé autour de ces arbitrages : une vraie mafia où les requins de la finance ne sont jamais loin  ; certains hedge funds vont jusqu’à financer les « plaignants » contre un pourcentage sur les dédommagements extorqués aux états. Là où je veux en venir c’est que de plus en plus d’Etats souverains ont décidé d’interdire dans tous leurs contrats ce type d’accords sur l’arbitrage privé : l’Australie, le Venézuela, l’Afrique du Sud ... Pendant ce temps l’UE va nous livrer pieds et poings liés aux cabinets de juristes et aux lobbyistes made in USA. Il s’agit littéralement d’une trahison.
                                          Tout cela n’est possible que parce que les gens ne sont pas au courant de ce qui se trame dans leur dos. Le PRCF accuse l’UPR de profiter de ces élections pour se faire de la pub. Je vois dans cette accusation l’expression d’un dépit face au succès croissant et irrésistible des analyses de l’UPR dans l’opinion publique. Mais il reste tant à faire pour ouvrir les yeux de nos compatriotes et le temps nous est compté. S’abstenir le 25 mai est une erreur. Il faut voter UPR pour que la vérité soit dite aux français. Voter UPR le 25 mai sera un acte de Résistance.


                                          • lcm1789 14 mai 2014 01:41

                                            Non voter aux élections européenne c’est faire croire que ce vote peut changer les choses alors qu’il n’en est rien... l’UPR le sait puisqu’elle l’a dit (en 2009)


                                            C’est un mauvais procès fait au PRCF que de dire qu’il accuse de l’UPR de se faire de la pub... L’UPR a bien raison de se faire de la pub et il serait souhaitable qu’elle en fasse encore bien davantage... mais pas en cassant du coco.

                                            Ce que le PRCF ( enfin moi je suis juste sympathisant hein...)reproche à l’UPR c’est je crois :
                                            1. jouer perso et d’avoir toujours refuser tout dialogue avec les autres organisations de progrès pour la sortie unilatérale et ans condition de l’UE. En prétextant que l’UPR est apolitique, ce qui revient à dire que l’UPR se satisfait de la situation actuelle. Le PRCF ayant toujours que sa ligne c’est sortie de l’UE sortie de l’euro sortie de l’OTAN sortie du capitalisme. Le PRCF ne veut pas sortir pour sortir, cela n’a pas de sens mais sortir pour qu’enfin cela change pour le Peuple de France.
                                            2. (petite remarque en passant proposer l’Union au PRCF de faire l’Union à la condition de renoncer au C de communiste, c’est rencontrer une jeune fille et lui proposer de la baiser à condition qu’elle mette une cagoule...)
                                            3. Se tromper et tromper l’électeur en lui faisant croire que le vote aux élections européennes peut changer quelque chose : il y aurait 74 députés UPR à Bruxelle que sans projet politique et dynamique populaire cela ne changerait rien...l’UE n’est pas démocratique, ce parlement est une vitrine sans tain.
                                            4. Dépenser plus d’énergie à taper sur le PRCF (et à venir pourrir ses meeting et accessoirement ses posts sur Agoravox) qu’à faire sa campagne.
                                            Il y a une différence entre couper l’herbe lus le pied du sympathisant franchement communiste, et faire campagne contre l’UE.

                                            L’esprit du CNR c’est le rassemblement du Peuple autour de la Nation en tant qu’outil de progrès populaire face aux cartel de l’oligarchie mondialisée.

                                            L’esprit du CNR c’est que Moulin et Villon peuvent bosser ensemble car ils ont la volonté commune de servir leur peuple te de transformer la société.
                                            D’ailleurs cette volonté de transformation sociale a pu toucher de Gaulles au delà des besoins tactiques car il a bien compris que c’est cette transformation même qui constituait la Résistance.
                                            La Résistance ce n’était pas seulement bouter le boche hors de France c’était aussi oeuvrer pour la Kollaboration soit vaincue et il faut rappeler que que la Kollaboration a commencé bien avant 1940.

                                            Maintenant de manière pragmatique, et pour se centrer sur Agoravox, j’invite chacun à regarder le nombre et le contenu des articles postés par l’UPR et de comparer avec ceux du PRCF.
                                            Là est la grande différence entre le PRCF et l’UPR, le PRCF à la mesure de ses maigres forces (il est loin d’avoir 5000 adhérents lui) milite et agit pour la sortie de l’UE par la porte de gauche (la seule qui existe). L’UPR tacle et vient faire le coucou.

                                            Pour résumer, ne donnons pas notre voix à l’UE
                                            pas avec nous pas en notre nom.

                                            (maintenant si vous tenez à voter, voter UPR )

                                          • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 14 mai 2014 14:02

                                            lcm1789
                                            L’UPR ne casse pas du coco ! c’est idiot cette phrase. L’UPR est ouvert aux personnes de toutes sensibilités politiques dès lors qu’elles s’engagent sur 5 points :
                                            1- le respect de l’ordre des priorités : le combat doit se focaliser sur les sujets essentiels et éviter les sujets clivants qui monopolisent les médias et les cerveaux ( mariage gay etc ... )
                                            2- la sortie de l’UE
                                            3- la sortie de l’euro
                                            4- la sortie de l’OTAN
                                            5- le respect de l’intelligence des français ( les faits doivent être expliqués, sourcés, et doivent amener à des positionnements fermes et définitifs : ne pas dire blanc un jour, noir le lendemain, et rouge avant les élections )
                                            A l’UPR il y a beaucoup de gens qui viennent de chez les cocos comme vous dites. Il y a de la place pour eux, et comment ... Personnellement je viens la gauche et je me reconnais parfaitement dans les analyses et positions de l’UPR. Et si ça n’était plus le cas je partirais immédiatement.( Je précise ça pour ceux qui nous traitent de secte. ) La priorité c’est de restituer aux français la souveraineté que nos dirigeants ont bradée aux oligarques euro-atlantistes. Après ça, la vie démocratique pourra enfin renaitre dans notre pays et les affrontements politiques, voire idéologiques pourront reprendre leurs droits. Mais, je crois vraiment que pour l’instant l’heure est à l’alliance de toutes les bonnes volontés. Et que pour faire entendre nos voix ( je dis volontairement NOS voix et pas NOTRE voix ) il faut voter UPR le 25 mai.


                                          • legrind legrind 13 mai 2014 09:33

                                            J’aimerais bien que Marine balance cette déclaration à Schultz quand ils vont débattre prochainement.


                                            • bourrico6 13 mai 2014 12:12

                                              Encore un illuminé qui confond une pétasse avec un sauveur.... smiley


                                            • njama njama 13 mai 2014 09:38

                                              « Si les gens ne veulent pas de l’expansion de l’UE, nous la ferons quand même » (Von Rompuy)

                                              Le Grand Reich d’Hitler portait exactement les mêmes aspirations 

                                              « dans le long terme l’ensemble du territoire européen en dehors de la Russie » sera liée de quelque façon à l’UE

                                              Le Generalplan Ost (terme allemand pour : « schéma directeur pour l’Est ») est un projet nazi de conquête d’un Lebensraum (espace vital) pour l’Allemagne en Europe de l’Est dans le contexte de la Seconde

                                              Le Generalplan Ost fait partie de projets plus larges pour la Neue Europa (terme allemand pour « Nouvelle Europe »), qui sont très largement l’œuvre d’Alfred Rosenberg *.

                                              * Durant la Seconde Guerre mondiale, Rosenberg occupe le poste de ministre du Reich aux Territoires occupés de l’Est.


                                              • coinfinger 13 mai 2014 09:43

                                                Le mot-clé est dans le titre ’’extension" . La question n’est pas plus ou moins d’Europe .
                                                C’est ’comment’ . Comment se prennent et s’appliquent les décisions .
                                                C’est à dire celle de la démocratie .
                                                Une certitude , il faut arréter avec la maniére européenne actuelle , elle a dépassé le seuil du pathologique .
                                                Quant à la question de la maniére dans le Pcrf , et son extension : l’internationale des travailleurs , elle a aussi dépassé le seuil .


                                                • njama njama 13 mai 2014 09:47

                                                  Quand Hollande dit : « sortir de l’Europe, c’est sortir de l’Histoire », il signifie que pour lui (et d’autres) l’histoire serait déjà écrite , les dés (pipés) ont déjà été jetés et alea jacta est ... il n’y a qu’à poursuivre le scénario.

                                                  L’Europe n’est pas une création historique, c’est une création politique du début du XX° siècle. Nous sommes bien face à la création d’une Europe politique. Qui, hormis des fatalistes invétérés, des adeptes de l’Apocalypse ou d’Armageddon peut prétendre que l’histoire est déjà écrite !
                                                  Dire que l’histoire est déjà écrite c’est nager dans une mystique politique absurde ...

                                                  Lorsqu’il estime que l’UE est « menacée » par ceux qui « spéculent sur la déception », et qu’il appelle de fait à choisir une « Europe volontaire » opposée à une « Europe frileuse », c’est une question fermée qu’il soumet (habilement ou inconsciemment ?) puisque quelle que soit la réponse c’est toujours « l’Europe » sans autre alternative possible, mais c’est aussi une forme rhétorique messianique qu’il emploie, une sorte d’analogie avec le « N’ayez pas peur » ...


                                                  • njama njama 13 mai 2014 10:46

                                                    Schröder : l’UE principale responsable de la crise en Ukraine

                                                    L’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder estime que l’Union Européenne est la principale responsable de la crise ukrainienne, en ayant obligé Kiev à choisir entre l’avenir avec l’UE ou avec la Russie, dans le journal Welt am Sonntag, dimanche.

                                                    « L’erreur fondamentale vient de la politique de l’UE en faveur du traité d’association » que Bruxelles voulait signer avec l’Ukraine, a jugé M. Schröder, cité par l’AFP.

                                                    « L’UE a ignoré le fait que l’Ukraine est un pays profondément divisé culturellement. Depuis toujours, les gens du sud et de l’est du pays sont plutôt tournés vers la Russie et ceux de l’ouest plutôt vers l’UE », a-t-il rappelé.

                                                    « On pouvait parler de traité d’association, mais il aurait fallu le faire avec la Russie dans le même temps. L’erreur de départ a été de dire que ce serait le traité d’association avec l’UE ou l’union douanière avec la Russie », a-t-il poursuivi.

                                                    Tout en assurant par ailleurs que « des erreurs ont été commises de toutes parts », M. Schröder ne condamne pas le rattachement de la Crimée à la Russie.

                                                    « Le rattachement de la Crimée est contesté sur le plan du droit international, mais c’est maintenant une réalité. La Crimée a décidé par référendum qu’elle voulait être une région russe. Et cela a été appliqué », a-t-il relevé.

                                                    M. Schröder a également relativisé l’influence de Moscou sur les séparatistes pro-russes ukrainiens.

                                                    « L’idée qu’il suffirait que le président russe ou le chef du gouvernement ou qui que ce soit d’autre dise « basta » pour que tout rentre dans l’ordre n’est certainement pas réaliste », a-t-il commenté.

                                                    http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=171950&cid=19&fromval=1&frid=19&seccatid=438&s1=1


                                                    • bourrico6 13 mai 2014 12:08

                                                      Mais qu’est ce que vous croyez ?

                                                      Les « élites » ont toujours poussé les peuples la ou ils ne veulent pas forcément aller.
                                                      Simplement car ils pensent, et je le pense aussi, que le peuple a beaucoup moins d’éléments en main pour se faire une opinion pertinente, et qu’il se contente souvent de recopier la première qui lui plaira.
                                                      Le soucis viens du fait qu’il est délicat de savoir pour qui ces élites" roulent.

                                                      Aujourd’hui, on pousse vers une Europe fédérale, sans nations.


                                                      • bourrico6 13 mai 2014 12:14

                                                        J’ajoute qu’AV illustre mon propos à merveille, il n’y a qu’a voir le nombre de commentaire d’un niveau intellectuel digne des égoûts pour bien comprendre que le plupart n’ont pas , et ne veulent pas se donner les moyens de faire travailler leur cervelle.

                                                        Et il l’ont bien compris la haut, qu’il avaient affaire à des buses naïves.


                                                      • Jean-Fred 13 mai 2014 12:24

                                                        Le 18 janvier 1957 à l’Assemblée nationale , lors du débat sur la ratification du traité de Rome créant le marché commun, Pierre Mendes-France intervient contre ce texte, en particulier au nom de la démocratie. 

                                                        ***

                                                        “ Mesdames, messieurs, cet important débat porte sur deux séries de questions. Il y a d’abord un problème d’orientation générale — on pourrait dire un problème de politique générale — et puis se posent des problèmes d’exécution, qui sont plutôt de nature technique. Sur le problème général, sur le problème proprement politique, je ne m’attarderai pas. J’ai toujours été partisan d’une construction organique de l’Europe. Je crois, comme beaucoup d’hommes dans cette Assemblée, que nos vieux pays européens sont devenus trop petits, trop étroits pour que puissent s’y développer les grandes activités du XXe siècle, pour que le progrès économique puisse y avancer à la vitesse qui nous est devenue nécessaire.

                                                        Un marché vaste est un élément de large circulation des progrès techniques et des échanges, et également un élément essentiel pour l’organisation et la consolidation de la paix entre les États européens, ce qui est tout aussi important.

                                                        Mais ce marché, nous devons l’aménager de telle sorte que nous puissions y obtenir les meilleurs résultats possibles, sans tomber dans un étroit égoïsme national, spécialement pour notre pays. Un ancien président du Conseil a dit que nous devions « faire l’Europe sans défaire la France ». Ce résultat est-il obtenu dans les projets, tels, du moins, qu’ils sont connus de nous ? C’est ce que je voudrais rechercher.

                                                        Ces projets comportent essentiellement la suppression, pour les échanges entre les six pays participants, de tout droit de douane et de tout contingentement. Ce résultat sera obtenu progressivement au cours d’une période transitoire de douze à seize ans.

                                                        Au cours de chaque étape intermédiaire, les droits de douane seront réduits d’un tiers environ de leur montant initial, les contingents seront portés au double environ de ce qu’ils étaient au début de l’étape.

                                                        Les six pays appliqueront, vis-à-vis des pays extérieurs à la communauté, un tarif douanier commun. Le passage du tarif initial de chaque pays à ce tarif commun se fera progressivement au cours de la période transitoire.

                                                        Le Marché commun aura donc des effets très sensibles dès le début, dès la première étape. Ces effets porteront sur les trois aspects du Marché commun, lequel comporte, même assorti de restrictions temporaires, la libre circulation des personnes, la libre circulation des marchandises et la libre circulation des capitaux. C’est de ce triple point de vue que je vais me placer maintenant, en commençant par la libre circulation des personnes.

                                                        Bien qu’il soit expressément mentionné et annoncé, il semble que ce problème n’a été envisagé que très superficiellement dans les textes, au point de la discussion où ils sont parvenus, et M. le secrétaire d’État aux Affaires étrangères, dans le brillant discours que nous avons tous applaudi avant-hier, a été sur ce point — qu’il me permette de le lui dire — très imprécis. Aussi des questions doivent être posées à ce sujet, des garanties doivent être obtenues.

                                                        En effet, si le mouvement des capitaux et des biens peut à première vue ne pas paraître toucher aux concepts de Nation et de Patrie, il n’en est pas de même pour les migrations de populations. Il n’est pas indifférent pour l’avenir de la France ni que, pendant une période, les Italiens affluent en France, ni que, simultanément ou pendant une autre période, les Français du Languedoc, de l’Auvergne ou de la Bretagne soient conduits à chercher de meilleures conditions de travail dans une Allemagne qui, en cours de développement rapide, offrirait des emplois à des travailleurs menacés par le chômage.

                                                        Or, ces perspectives ne constituent pas une vue de l’esprit. Si les Italiens se montrent si attachés à la notion du marché commun, s’ils sont impatients d’aboutir à une conclusion concrète, c’est bien — et ils ne s’en cachent pas — pour permettre l’émigration de leurs chômeurs. Dans une certaine conjoncture, lorsque nous manquons de main-d’œuvre, c’est tant mieux pour nous si nous pouvons en trouver dans un pays voisin. Mais dans d’autres cas, lorsque nous sommes menacés par le chômage ou lorsqu’il s’en produit dans notre pays, l’afflux de chômeurs venus du dehors et susceptibles, souvent, d’accepter des salaires sensiblement inférieurs à ceux qui sont pratiqués dans notre pays est évidemment de nature à provoquer des contrecoups et des difficultés que nous avons intérêt à éviter.

                                                        Quant à l’Allemagne, n’oublions pas sa puissance d’expansion, ses ressources, son dynamisme. Dans le cas d’une crise économique, dont, par sa structure industrielle, l’Allemagne souffrira plus tôt et plus fortement que nous, il se produira une baisse des salaires allemands, un dumping de l’industrie allemande contre la nôtre et un mouvement des chômeurs allemands, plus mobiles par tradition que les nôtres, vers la France pour y chercher du travail.

                                                        Jusqu’à présent, nous faisions face aux grandes crises économiques internationales mieux que d’autres pays, mieux que les pays plus industrialisés, comme l’Allemagne ou la Belgique, en raison de la structure mieux équilibrée de notre propre économie.

                                                        À la première récession économique, un pays comme l’Allemagne de l’Ouest, qui vient d’absorber en quelques années plusieurs millions d’immigrés encore mal digérés, disposera d’un volume de chômeurs considérable et exportable.

                                                        De ce fait, nous perdrons cet élément de stabilité relative dont nous jouissions jusque-là et qui nous avait permis, soit entre 1929 et 1932, soit en 1948-1949, de souffrir moins que les autres pays occidentaux. Mais en période de conjoncture favorable, nous aurons aussi à subir dans le Marché commun une concurrence redoutable, concurrence qui pourra être salutaire à long terme si les aménagements nécessaires sont prévus — c’est le but même du traité — et qui pourra néanmoins être très douloureuse et néfaste même à long terme si les précautions appropriées ne sont pas prises et garanties.

                                                        Certaines de nos industries, tout au moins, ne pourront pas s’adapter ou s’adapteront mal. Il en résultera du chômage dans divers secteurs de nos régions sous-développées, notamment celles du sud de la Loire qui ont beaucoup à craindre de la rivalité commerciale et industrielle qui va se déclencher à l’intérieur du marché unifié et dont les populations peuvent être poussées à émigrer, à moins de consentir sur place à un niveau de vie très bas pour ne pas s’expatrier. Je voudrais faire observer que le problème de la contagion des effets économiques n’est pas théorique et qu’il a donné lieu dans le passé à des expériences qui doivent nous faire réfléchir.

                                                        Après l’unité italienne, l’Italie du Sud a souffert beaucoup du contact et de la concurrence de la région du Centre et du Nord. Contrairement à ce que nous croyons trop souvent, l’Italie du Sud avait atteint, avant l’unité italienne, un degré d’industrialisation et de développement comparable et probablement même supérieur à celui du reste du pays. L’unité lui a porté un coup qui s’est traduit par une large émigration à l’intérieur de l’Italie unifiée et aussi vers l’extérieur, un coup que même les gens du Nord reconnaissent et auquel ils essayent maintenant de remédier. Pour obtenir le développement de la Sicile et de l’Italie du Sud, le gouvernement de Rome recrée précisément, depuis quelques années, un régime distinct qui supprime ou qui atténue le caractère absolu de l’intégration réalisée voici un siècle.

                                                        La situation est comparable dans d’autres pays.

                                                        Les États méridionaux des États-Unis se sont toujours plaints et se plaignent aujourd’hui encore d’avoir été défavorisés économiquement du fait de leur rattachement aux États du Nord.

                                                        En Allemagne même, qui a fait l’expérience d’un Zollverein, véritable précédent du Marché commun, bien que la Prusse, initiatrice et agent moteur de l’intégration, ait consenti de larges investissements en faveur des régions allemandes moins favorisées, les Wurtembergeois, les Bavarois ont dû émigrer en grand nombre vers les Amériques. Au surplus, si, à l’échelle d’un siècle et en ne considérant que l’ensemble de l’économie allemande, le Sud et le Nord confondus, si le Zollverein a été un élément d’expansion, n’oublions pas qu’il a pu porter ses fruits parce qu’un État dominateur, principal bénéficiaire de la réforme, a fait la loi aux autres États dominés. En ce sens, c’est un précédent qui ne comporte pas que des aspects plaisants.

                                                        Le traité doit donc nous donner des garanties contre les risques qui se sont ainsi matérialisés en Allemagne, aux États-Unis, en Italie, ailleurs encore. Parmi ces garanties figurent le droit, que nous devons conserver, de limiter l’immigration en France, surtout lorsque la conjoncture économique le rendra nécessaire, et des sauvegardes contre le risque d’un chômage et d’un abaissement du niveau de vie importés du dehors. Je reviendrai tout à l’heure sur certaines modalités de ces indispensables garanties, mais pour cela il me faut, après avoir examiné les problèmes touchant à la circulation des personnes, en venir à ceux qui concernent la circulation des marchandises. Ici nous sommes au centre même du débat.

                                                        En cas de marché commun sans barrières douanières ou contingents, ou bien avec des barrières et des contingents rapidement réduits puis éliminés, les marchandises dont les prix de revient sont les plus bas se vendent par priorité et dans tous les pays participants. Ces prix de revient sont fonction des charges qui pèsent sur la production. Or, la France connaît de lourds handicaps dans la compétition internationale. Elle supporte des charges que les autres n’ont pas, tout au moins au même degré : charges militaires, charges sociales, charges d’outre-mer.

                                                        Les autres pays qui n’ont pas de charges équivalentes disposent ainsi de ressources pour leurs investissements, pour accélérer leurs progrès, pour abaisser leurs prix de revient et c’est bien ce que nous avons pu constater depuis dix ans.

                                                        Nous pouvons, bien entendu, espérer qu’après le règlement algérien nous pourrons réduire la disproportion des charges militaires, mais à cet égard je tiens à rappeler que les engagements pris dans le cadre de l’O.T.A.N. sont proportionnellement plus lourds pour nous que pour tous les autres pays de la Petite Europe.

                                                        […]

                                                        D’autre part, M. le président du Conseil nous a indiqué dans un discours récent qu’après la fin des hostilités en Algérie nous devrons consacrer aux dépenses économiques en Afrique du Nord autant, a-t-il dit, que nous avons donné jusqu’ici pour les dépenses militaires, de telle sorte que le règlement algérien lui-même risque de ne pas entraîner au total le soulagement très substantiel sur lequel nous pouvons compter.

                                                        En second lieu, après les charges militaires, les charges des territoires d’outre-mer sont, vous le savez, considérables au point que le gouvernement a demandé — et il a eu raison — d’en transférer une fraction à nos partenaires.

                                                        Même si nos partenaires acceptaient les propositions françaises dans ce domaine — et jusqu’à maintenant je ne crois pas que cet accord ait été obtenu — la majeure partie des charges d’outre-mer continuerait tout naturellement à nous incomber et ainsi, de ce chef encore, il n’est pas douteux que notre économie subirait un handicap de charges supérieures à celles qui incombent à nos cocontractants.

                                                        J’en viens, maintenant, aux charges sociales qui ont été évoquées à plusieurs reprises par un certain nombre de nos collègues.

                                                        La seule harmonisation prévue en principe concerne l’égalité des salaires masculins et féminins dans un délai de quatre, cinq ou six ans. C’est certainement une nouvelle satisfaisante et qui entraînera, si la promesse est tenue, des résultats favorables pour certaines industries françaises, par exemple pour l’industrie du textile. Mais aucune autre généralisation d’avantages sociaux n’est vraiment organisée ni même garantie et cela apparaît si l’on énumère un certain nombre de ces avantages sociaux qui pèsent, dans une mesure qui est loin d’être négligeable, sur la productivité et sur les prix de revient. S’agit-il du tarif spécial des heures supplémentaires dont a parlé hier M. le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères ? Le problème est en effet mentionné et il est dit dans les textes qui, paraît-il, ont été arrêtés sur ce point, que le système français sera pris comme base de référence. Je ne sais pas exactement ce que signifie cette formule. Je ne crois pas qu’elle implique qu’il en résultera une obligation pour nos cocontractants de réaliser une égalisation entre eux et nous et, lorsque le problème sera examiné à la fin de la première période, c’est bien la majorité qualifiée qui en décidera, ce qui, je le montrerai tout à l’heure, ne nous donne malheureusement aucune garantie sur un terrain où la plupart de nos cocontractants ont des intérêts très évidemment opposés aux nôtres.

                                                        S’agit-il des allocations familiales ? Je crois que le problème n’a même pas été envisagé ou, s’il a été discuté, il n’a abouti à aucun accord. Or, ce problème est important, puisque les allocations familiales correspondent à 12 p. 100 de la masse salariale.

                                                        S’agit-il du problème des salaires des jeunes ? Ce point est important puisque, en raison de la pyramide des âges, nous aurons, dans les prochaines années, en France comme dans les autres pays occidentaux, un nombre croissant de jeunes au travail.

                                                        Les salaires des jeunes, des mineurs, sont, en France, très supérieurs à ceux qui sont pratiqués en Allemagne, en Italie, en Belgique. D’une part, en vertu de la réglementation officielle, d’autre part, en vertu des conventions collectives, la situation est beaucoup plus satisfaisante pour les jeunes travailleurs en France qu’elle ne l’est dans les autres pays.

                                                        On pourrait poursuivre très longtemps l’énumération des avantages sociaux très supérieurs en France à ce qu’ils sont dans les pays avec lesquels nous allons nous associer.

                                                        La thèse française, à laquelle nous devons nous tenir très fermement et que le gouvernement a soutenue, sans avoir, je le crains malheureusement, obtenu l’adhésion de nos interlocuteurs, c’est l’égalisation des charges et la généralisation rapide des avantages sociaux à l’intérieur de tous les pays du marché commun. C’est la seule thèse correcte et logique sauf, toutefois, celle que personne n’a soutenue, selon laquelle nous serions conduits à supprimer les allocations familiales ou à réduire les salaires horaires pour obtenir le même résultat.

                                                        Je sais bien que l’on invoque quelquefois le fait que certaines dispositions sociales, à vrai dire peu nombreuses et peu importantes, de la réglementation française, se trouvent être moins avantageuses que celles prévues dans tel ou tel pays voisin.

                                                        Par exemple, les indemnités de chômage sont plus élevées dans un certain nombre de pays voisins qu’elles ne le sont en France. À vrai dire, les indemnités de chômage représentent peu de chose par rapport à la masse salariale, mais je voudrais que nous poussions sur ce point notre position jusqu’à l’extrême logique. L’unification, la péréquation des charges doit se faire, elle doit être générale et elle doit toujours se faire par le haut.

                                                        Il serait parfaitement normal que nous relevions nos allocations de chômage si elles sont inférieures à celles de nos voisins à condition que ceux-ci, réciproquement, relèvent par exemple les allocations familiales ou les créent pour les pays qui n’en ont pas.

                                                        L’harmonisation doit se faire dans le sens du progrès social, dans le sens du relèvement parallèle des avantages sociaux et non pas, comme les gouvernements français le redoutent depuis si longtemps, au profit des pays les plus conservateurs et au détriment des pays socialement les plus avancés.

                                                        On dit quelquefois, et cette opinion a été exprimée à la tribune au cours des derniers jours, qu’il ne faut pas considérer seulement le déséquilibre des législations sociales, mais l’ensemble de toutes les charges salariales, c’est-à-dire les salaires proprement dits augmentés des charges sociales, dites aussi salaires indirects. Ce point de vue est peut-être contestable car la concurrence n’est pas un phénomène global : toute l’économie d’un pays contre toute l’économie d’un autre pays. La concurrence s’opère, en réalité, industrie par industrie et ce sont bien les prix de revient par marchandises, c’est-à-dire par catégories industrielles, qui comptent. Mais, peu importe, car, au cours des récentes négociations, nos experts ont prouvé que les salaires proprement dits en Hollande, en Italie et même en Allemagne étaient très généralement inférieurs aux nôtres.

                                                        Par conséquent, c’est bien l’ensemble salaires plus charges sociales qui est supérieur en France à ce qu’il est chez nos voisins et concurrents étrangers.

                                                        ..........................

                                                        L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale.

                                                        Si la France est prête à opérer son redressement dans le cadre d’une coopération fraternelle avec les autres pays européens, elle n’admettra pas que les voies et moyens de son redressement lui soient imposés de l’extérieur, même sous le couvert de mécanismes automatiques.

                                                        C’est par une prise de conscience de ses problèmes, c’est par une acceptation raisonnée des remèdes nécessaires, c’est par une résolution virile de les appliquer qu’elle entrera dans la voie où, tout naturellement, elle se retrouvera auprès des autres nations européennes, pour avancer ensemble vers l’expansion économique, vers le progrès social et vers la consolidation de la paix. “

                                                        Source : Marché commun européen, dans Journal officiel de la République française. 19 janvier 1957, n° 3, p. 159-166.

                                                        source du texte : http://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article526


                                                        • Le421... Refuznik !! Le421 13 mai 2014 13:05

                                                          Il y a quand même un truc qui me chiffonne...
                                                          Appeler à ne pas voter.
                                                          Bien.
                                                          De toute façon, c’est une excellente solution pour dire : « Voyez tous ces gens qui ne sont pas contents, qui sont entièrement d’accord avec moi et qui n’ont pas voté !! »
                                                          Ben là, vous vous fourrez le doigt dans l’oeil jusqu’au cou.
                                                          La grande majorité de ceux qui ne voterons pas sont uniquement des gens qui sont plus préoccupés par la Coupe du Monde au Brésil que par l’Europe.
                                                          En clair, ils s’en fichent et se portent bien comme ça.
                                                          Et comme en plus, certains prônent l’abstention, ça devient formidable.

                                                          Et là ou est la grande supercherie, c’est que même si seulement 30% des citoyens votent, il y aura quand même des élus.
                                                          Avec ou sans légitimité, tout le monde s’en fout.
                                                          Et puisque les électeurs préfèrent regarder Drucker qu’aller voter, alors, tant pis pour eux.
                                                          Sans excuse.
                                                          Vous ne voulez pas de cette Europe ??
                                                          Avec une pléïade de listes, vous trouverez une au moins qui ne veut pas de ce fonctionnement oligarchique et anti-démocratique.
                                                          La liste Front de Gauche.
                                                          Et nous, nous appelons à voter.


                                                          • David Heyo 14 mai 2014 19:24

                                                            Van Rompuy aura sa place aux côté des fascistes du 20ème siècle.Rappelons nous que la définition du fascisme est le corporatisme, inventé par Mussolini.Et le corporatisme est la religion froide de ces « élites » (en réalité des voyous, mais ce sont toujours les voyous qui utilisent les bonnes manières en façade) .

                                                            Au moins aujourd’hui ils avancent à visage découvert et on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas

                                                            • smilodon smilodon 14 mai 2014 21:31

                                                              Moi, le « 25 » je vote « FN » !.. Et sans complexe !..... J’en ai marre de ce ’rêve« qui ne deviendra jamais réalité !..On veut l’Europe non pas »pourquoi« mais plutôt »pour qui«  ??.. Si c’est pour les rendre plus riches, nos »élus« , ben non !... Pas d’accord !... M’en fous d’être européen !!..J’étais déjà »français« , ça me plaisait bien, et pour tout dire, ça me plait encore !.. Jvais passer pour une vieille »merde«  !.. Pas grave !... Jsuis né ICI, de parents, grand-parents et »arrières« NES ici !.. Et j’en suis fier, n’en déplaise à nos »élus« ou nos »élites«  !.. Je ne renie pas mes origines, je les adore !... J’en suis FIER !... Ce pays s’est fait avec des »rocs«  !.. Des ROCS !... Il se dissout avec tous les autres, même »rocs« chez eux !.. Sauf qu’ici,k c’est pas chez eux.. C’est chez nous !.. On veut bien d’eux, s’iols ne veulent pas nous laver le cerveau !.. Parce que ça, cà va être difficile !.. On était là avant.. Et on s’en souvient encore !.. Plus qu’un peu !.. O, s’en souvient de nos »vieux«  !.. E tout cas moi, je m’en souviens !. Mes pieds sont soudés à ce sol et ma tête soudée à mes »vieux" !..Désolé !.. Adishatz.


                                                              • BA 18 mai 2014 20:45

                                                                Bon anniversaire, la Décadence !

                                                                 

                                                                Le 19 mai 1974, il y a 40 ans, c’était l’élection de Valéry Giscard d’Estaing.

                                                                 

                                                                Mai 1974 - mai 2014 : les Quarante Décadentes.

                                                                 

                                                                Depuis mai 1974, les européistes du centre, les européistes de gauche, les européistes de droite dirigent la France.

                                                                 

                                                                Depuis mai 1974, tous les présidents de la République et tous les premiers ministres ont comme priorité numéro un : la construction européenne.

                                                                 

                                                                Depuis mai 1974, les élites politiques et les élites médiatiques nous expliquent que plus on fera l’Europe, mieux ce sera.

                                                                 

                                                                Depuis mai 1974, la majorité du peuple français a cru les belles promesses des européistes, la majorité du peuple français a voté pour les européistes ... mais le résultat a été exactement le contraire de ce qui avait été promis.

                                                                 

                                                                Depuis mai 1974, cette construction européenne aboutit à un désastre industriel, à un désastre économique, à un désastre financier, à un désastre social, à un désastre moral, à un désastre démocratique, à un désastre politique.

                                                                 

                                                                Maintenant, il est temps de quitter le bateau "Union Européenne" : le bateau coule.

                                                                 

                                                                http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2012/07/eurotitanic.jpg


                                                                • Attilax Attilax 18 mai 2014 21:54

                                                                  Ils se foutent totalement des abstentionnistes ou de la légitimité des élus. Il ne faut pas faire comme les socialos et s’abstenir, il faut voter CONTRE, qu’ils ne puissent plus feindre d’ignorer ce que les peuples pensent d’eux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès