• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vannes ministérielles et boycott sur Facebook : heureux les riches, ils ne (...)
#81 des Tendances

 Vannes ministérielles et boycott sur Facebook : heureux les riches, ils ne font rien à l’œil ...

 Vannes ministérielles et boycott sur Facebook

Heureux les riches, ils ne font rien à l’œil ...

 

 

Vannes et boycott sur facebook 

 

La kabbale des protestataires spontanés ou le boycott des refuzniks légitimes. Les prix excessifs et usuraires, finissent par nuire au développement, comme ils handicapent les progrès, en versant dans l’irrespect des droits et de la dignité des citoyens. 

 

Sahara, libertés, premier Mai et Ramadan ! Dans les coulisses de la médisance stérile et des vannes dédaigneuses, dans les ravins des bidonvilles des ‘’massaquines’’ et les corridors des ‘’affamés’’, de superbes ‘’Jiânines’’ braient face aux prestigieux milliardaires ! Et les dites ‘’mauviettes’’ hermétiques du Net, logiques et vraies, hurlent poliment et avec constance, en dénonçant et les infamies usuraires et les prix exorbitants !

Le peuple du Web, ces petits consommateurs, mais grand râleurs, avancés et intrépides, face aux saigneurs, usent d’une arme nouvelle, le Web ! Une formule nouvelle de lutte et d’appels, pour un boycott, ô stupeur, quasi généralisé ! Une excroissance difractée et polymérisée, qui pénètre par les phones enflammant tous les foyers !

Et les richissimes cadres et ministres n’ont que leur bonne bouche pour braver et rétorquer ! Les illustres cadres, blessés dans leur amour propre, menacés dans leur recettes et autres rentes permissives, veulent sécuriser leurs statuts sans rien céder ! C’est naturel ! Comment il leur faut-il, en tant que ministres concernés, apaiser le souk qui hurle sur la Toile et les renie ! Al Hoceima et Jérada ont servi de modèles aux hordes déchainées, avec les risques publics et les peurs nationales que l’on sait !

Avec qui leur faut-il palabrer, dans cette ombre ombreuse ? Avec qui, quels syndicats, quelles associations, quels partis dissimulés ? Parler dans le vide, après avoir raillé et insulté ? Dialoguer et composer, mais où ? Car il faut le faire vite, avant que ça ne se dégrade ou que ça ne s’amplifie.

Qui ramasser par leurs amis du Makhzen ? A fortiori, pour leur sécurité et dans le cadre de la rigueur sereine et respectueuse de ce Makhzen, si nécessaire, mais souvent accusé. Le Pouvoir, dont ils sont les gardiens, les élus, les zélés, les ailes économiques et les bonnes issues !

Qui arrêter, qui juger pour troubles de l’or particulier et de l’ordre public ? Ce alors que la ‘’rue’’ virtuelle impacte ou sabote l’économie dans le réel et pour de vrai et qu’on la stipendie et vilipende, sans arrêt ! Comme autant de ‘’troupeau’’ et de ‘’mdaoukhines’’. Des déments ou des drogués ?

 On peut relever des paramètres socio-anthropologiques, dignes d’analyses diligentes et de décisions urgentes, mais aussi ces miasmes putrides, ces mots ces injures, qui viennent d’en haut et qui sont si bas, qui sont si néfastes et certes, à condamner ! Mars, le dieu romain de la guerre cherche en ce mois de Mars la guerre en Maurétanie Tingitane ! Que de siècles d’erreurs et de progrès humains oubliés !

La prodigalité, les faveurs, les dépenses s’opposent aux sacrifices de ceux des classes médiocres ou moyennes qui enrichissent ceux-là mêmes qui appliquent aux produits de base, des tarifs abusifs voire outrés ?

Le Net réveille, le Net parle, le Net boycotte, mais personne avec qui discuter ! Il faut donc que les correctifs proviennent des usines et qu’ils soient établis, sous le regard des services autorisés, actifs et vigilants de ce gouvernement, où les concernés ont leur digne place ! En urgence, afin de convaincre et d’apaiser, et qu’ils soient établis en parallèle avec le benchmark et les prix standards, ailleurs usités.

Ce geste d’adaptation des produits visés par le boycott se doit d’intéresser par la baisse de tous les autres produits de leurs séries ! Il devra toucher les légumes et les fruits, les viandes et le poisson, pour aller de l’épicerie, au médecin et à la pharmacie et surtout prix des régies d’eau et d’électricité !

La paix sociale, le civisme, le patriotisme, sont à ce prix, car, nous sommes guettés par les actes de dépit des chômeurs que de guerres, tant face aux terrorismes divers que d’avec les maestros et les agitateurs du Polisario ! Oui messieurs, dames des parlements, des partis et du gouvernement ! On n’a pas participé à la Marche Verte pour laisser péter le pays et la nation, à cause de l’eau, du lait ou du pétrole !

La baisse des prix ne doit surtout pas être une plaisanterie, de quelques dirhams, trop vains, trop mesquins, trop insuffisants, pour convaincre, mais assez ostensibles et pompeux, pour tromper sans jamais apaiser.

Or, le risque de créer un précédent, peut devenir une mauvaise habitude chez les consommateurs. C’est à croire que ce serait antinomique des conduites de gestions habituelles précédemment usitées. La bonne gouvernance, comme elle a cours et qu’elle se produit, se doit aussi d’évoluer, même si les principes psychologiques, sociologiques et sécuritaires antérieurs sont stricts et aguerris.

Constitution, démocratie, libertés, transparence nouvelle, Constitution, importent localement et dans le regard des autres pays qui nous attendent ou qui nous surveillent avec acrimonie, comme ils interfèrent avec nos propres critères et notre gestion de nos libertés, qui plus est sur l’intelligence et l’évolution de nos cadres respectables et hautes autorités.

Ce spectacle est déplorable. Silence et sagesse d’un côté et en face les paradoxes industriels et commerciaux d’autre part, dans un théâtre de schizophrénie politique et médiatique qui s’opposent, sans baisser ni le ton ni les armes ! Une partie du Peuple, engagée avec spontanéité, comme si elle n’attendait que ça ! Une logique, vraie, défensive à juste titre contre les excès sur les prix et dans les dires. Un ensemble d’ingratitudes et de cris, blessants par endroits, mais qui restent respectueux de la Constitution et des valeurs de notre nation.

L’abus de privilège et de monopole, le trafic d’influence et le népotisme, le libéralisme sauvage, sont des formes d’opportunisme et d’asservissement des masses. Ces procédés déloyaux, prédateurs outranciers, sont décriés par les médias pour être contraires à la libre entreprise et à la justice sociale.

Ce conflit d’intérêt existe, il est patent. Il est massif et ubuesque et exorbitant. Il se situe entre les businessmen, détenteurs de portefeuilles ministériels et d’amitiés au sein du Gouvernement et le peuple du bas. Un milieu nutritif, un marché réservé, sur lequel s’appliquent leurs prix, quasi monopolistiques ! Qui plus est, leurs directives, leurs amitiés fortes et leurs lois.

Des dérives et des exactions, des profits exacerbés du genre colonialiste empiré, seulement ! Ce sont des excès à corriger pour la Patrie, car ce Pays n’est pas une jungle, réservée pour la peau des lions ou le cuir des éléphants. Voilà la leçon du boycott et de la morgue qui lui est réservée. Et des impressions, logiques ou subjectives, que je veux émettre par acquis de citoyenneté !

 

Les petits et grands maux selon les propos de Mme Student

 

Et à ce propos, voici ce que la revenante, Mme Laure Student vient appuyer de sa douce France. Son Eden jalousé, sa patrie civilisée des droits de l’homme, voire de trouble-fêtes ou de troublions de l’Otan, impénitent guerroyeur d’Orient et à Trump actuellement affiliés ! Malgré cela voici ses mots !

Les entreprises, les usines et les banques, ont tellement poussé dans nos villes qui s’étendent comme les galaxies de l’univers ! Les immeubles asphyxier, rues étroites qu’ils cachent le ciel et obstruent l’espoir…Qu’en est-il chez vous les maghrébins qui avez un long parcours encore à faire. Spécialement dans les villages encore rustres et les villes bidonvillisées ?

Il y a du boulot pour les grandes entreprises mais où sont vos revenues ? Vos créations, vos productions concurrentielles, où sont-elles pour vendre et briller ? Vous ne faites que boire et manger ! Encore que ! Vos dettes sont importantes, malgré les dons de vos mais ! Et vous êtes, côté crédits lourdement handicapés, car vous êtes en guerre pratiquement depuis vote indépendance ! Et vos adversaires ne cessent, face à vous, de se suréquiper et vous dépasser et vous vous sentez menacés !

Et vos gourous, vos entreprises libérales et ouvertes, certes, qui plus est vos ministres aussi élogieux soient-ils, chez vous ou chez nous, augmentent les prix de vos premières nécessités et denrées ! Eau, viandes, légumes et lait ! Pourquoi ? Malgré sa baisse à l’International, votre pétrole se hausse des fois plus que chez nous !

J’ai lu vos plaintes et entendu parler de la vague du Net qui crie et vous fait insulter ! Comment expliquer que 80 % des vôtres veulent émigrer ? Ou ceux des nôtres qui veulent venir vous visiter souvent ? Les faits sont paradoxaux. Celui d’habiter ou d’exister encore dans ces beaux lieux, est un deal ! Là, sous les insultes publiques et l’emprise richissime et vultueuse de ces braves gens qui nous représentent ! Qui devant nous vous représentent mais qui vous traitent comme du rebus. J’ai entendu de vous être un peuple ‘’m’khalaf’’, de ‘’m’dawakhines’’ et de ‘’Jiânine’’, des affamés, en sorte, des attardés mentaux ! C’est pénible à entendre pour la prof de français que je fus chez vous !

Un ‘’troupeau’’ d’électeurs, des ‘’ apaches ‘’de ‘’l’Istihmar’’, des ‘’ânes’’ patentés donc, qui se doivent de boire leur pétrole, leur eau et leur lait de vaches ‘’attardées’’, afin d’évoluer dans leur fermes, ou leur basses-cours, en toute liberté. Et de voter pour eux ! Là, la française que je suis, nièce du maréchal Lyautey, fille de Voltaire, Racine, Molière de Rousseau et de Montesquieu, ne peut admettre qu’on dise cela de mes vieux amis marocains, si prospère, si propre et beau, si intelligent et huppé de parmi les grands soit-on !

Et pourtant, mes chers, la Démocratie est là, avec ses Urnes, ses Parlements et son Gouvernement, ses syndicats et ses associations, qui doivent protéger le pays et ses gens ! Certains en suffoquent et sifflent les partitions infâmes, au lieu de respirer cet air de paix et de libertés, de bonheur, de fierté et d’aisance, qui sans être les leurs, les leurrent, malgré le jihad économique qui fleurit ici, mieux qu’ailleurs ! 

A suivre ...

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • maidoc25 maidoc25 17 mai 16:42

    Merci aux lecteurs et modérateurs qui ont positivé ce texte ainsi que son partage


    • maidoc25 maidoc25 18 mai 02:49

      UNE SUITE 1

      Boycott et reprise de langue et de consommation

       

      Vous dites sur le journal en parlant du commerce, des prix, du boycott et des Marocains que ’’ Par chaque prêt contracté, par chaque ’’ euro ’’… !

      Heureux, ceux qui parlent ainsi de nos dirhams et qui se font payer en euros ! Leurs bénéfices et leurs économies sont faits ici mais portés ailleurs. La fuite, l’exode pour la protection et la sécurité ! Les bénefs sont exilés, déportés et quasiment disparus. Ça dépend pour qui ? Mais il semble qu’ils n’en profitent jamais assez !

      Peu importent les actes, pourvu qu’ils aient leur paradis ! Fiscal ou réel, juste ici ! Peu importe, vous alliez dire, leur argent est à eux, même s’il provient du chanvre, de la coke, du pavot ou d’une manigance magistrale d’un prestidigitateur averti !

      Mais, ici le ’’ taon ’’ est différent ...Un ton de parasites, africains, des piqueurs qui transmettent et collent les trypanosomes. Des parasites microscopiques que les mouches tsétsés injectent aux humains quand ils les sucent. Ces vampires causent la maladie du sommeil. En sommes-nous tous atteints et affectés, nous autres ‘’Madawikhs’’ ? Pour avoir été piqués de ces nobles surnoms et titres péremptoires que sont les qualifiants  ‘’M’khalfines’’ et les  Jiânines !

      Par-delà ces vecteurs, ces parasites et ces mouches tueuses…Un petit mot de sagesse ou de réflexion respectueuse, malgré les ires et les remugles des parias et refuzniks face aux sbires injurieux que sont les notables et riches notable de parmi nos chefs indigènes !

      Sans être sinistres ni cyniques et sans vouloir pourfendre quiconque ceci. Dépassons les cris et les illustres insanités, parfois abjectes ! Localement, suspendre ses achats, électivement ; vous vous mènera-t-il, vous menace-t-on, de prison ? Non ! A en croire le héraut de notre bon, massif et épais gouvernement, on n’en est pas encore là !

      Qu’en sera-t-il du choix des élus ? Ceux de demain, aux partis nombreux, aux deux parlements qui plus est au vaste gouvernement ? Les urnes mènent-elles au violon ? Ça dépend de la maîtrise de ceux qui y pataugent. Cela étant, nos élus zélés, de parmi les jeunes novices d’hier, des parvenus méritoires, sont devenus de célèbres dirigeants et en sont innocents. Sauf qu’en guise de libertés conquises, ils imposent le mutisme maintenant !

      Si diriger les ministères n’est pour eux que respecter les privilèges népotistes des nantis et la mainmise des puissants, on se demande s’il faut continuer encore aller voter. Et l’on se trompe d’ère en menaçant les gens, en leur intimant le silence et les peurs. Cette relique illustre des forfaits moyenâgeux d’hier !

      Qui me demande quoi manger ou quelle marque de fromages m’enfler ? Ou de pastèques m’assouvir, quand je regarde avec regret tes pommes vertes ou avec envie tes plantureux melons de Souihla ? Et de quel droit m’abreuver de cette eau-ci ou de celle-là ? Est-ce constitutionnel que de me forcer à rouler avec ce pétrole ou dans cette voiture-là  ? Ouste, les mesquins !

      Consomme donc, brûle ô peuple, et consume-toi gentiment ! Ferme-la, si tu as compris, les ordres des super ministres  ! Sois cool et zen est leur sage message en attendant que tu te calmes vraiment durant la diète du Ramadan ! Afin d’être en paix avec ton âme et pour obtenir la bénédiction divine des puissants, va prier sur les nattes au lieu de crier dans le vent ! Sinon gare, et on te poursuivra, quoique tu fasses, jusqu’aux dernières branches où tu te caches, macaque chagrin ! Et la piaule aux barres de fer t’attend.

      On dit que nous sommes infiltrés par des activistes et des saboteurs venus de’ pays ‘’pas très amis ‘’…Ça c’est dangereux et devrait nous faire cesser chez chamailleries pour le moment…


      • maidoc25 maidoc25 18 mai 02:51

        LA SUITE 2 



        Ok, soit ! Mais, je vous jure, maître-à-penser ou maître-à-dire et mettre à mesurer tout court, qu’insidieusement j’ai pris mon Danone ce soir ! Par une déformation cultuelle mienne de consommateur, aveuglément et depuis mon enfance, j’appelle le yoghourt ’’, Da Noune’’ ! Comme j’appelle l’épicier du coin, le serviable Soussi, Da Ahmed. Brahim et Lhouine pour certains ! Avec respect, reconnaissance et toujours sympathie, pour son utilité et sa proximité ! On devrait cultiver nos épiciers comme nos pharmaciens !

        Si donc pour un adulte,  il ne contient rien ce ‘’lait pressé ou tassé’’,  il n’est ni plus mauvais ni plus consistant que les autres pâtures du même gabarit. Idem pour les laits qui ne représentent plus rien pour un adulte, sur le plan diététique ou sur le plan des besoins organiques du moins !

        Monsieur le professeur, vous le ministre qui avez fait dans la chimie, dites-nous, un humain, de plus de deux ans, combien doit-il boire de litres de lait de vache, pour que ce soit utile pour son organisme, à lui ? Whatsapps m’a dit ‘’ 3 litres d’eau courante chaque jour,  pour ne pas tomber malade ‘’ !

        Faut-il croire en ces paradoxes ? Cette paranoïa, cette schizophrénie, cette hystérie, ces silences coupables ou ces erreurs des industriels, des cadres, ou des médecins encore ? Des balivernes ou des arnaques ? Des déments dépassés, qui ne sont qu’obédience et assujettissements ostensibles,  des délices feints, pour des habitudes alimentaires. Ceux des produits, des marques ou des façons, des us et des copiages, qui ne sont que suivismes sans utilités aucune ! Ou presque, pour apporter de l’eau à mon vin….courant !  Sans abuser personne ! ‘’ Ça tout le monde le sait ! Des ministres et des chefs d’états me l’ont dit !’’ 

        Menacer du haut d’un ministère ou d’un magistère, d’une chaire, est une marque de suffisance,  doublée d’autorité, quasi dépassée ! Quelle que soit la notoriété de celui qui menace le Peuple, c’est une formule peu psychologique, outrée ou outrageante, forclose et désuète, totalement chaotique ! Une pagaille, un artefact, une bavure ou une erreur simplement, même si elle provient du haut du Parlement.

        Ce signe de faiblesses est un syndrome de suprématie, usurpée ! Une vacherie inopportune décalée, surannée ! Un vent, un écho, qui appellent la tempête et le chaos ! Changer de voix et de voix eusse dû ou pu être plus opportuns ! Un délire qui menace de boucler les droits et les libertés et de supprimer les libertés...Durement acquises !

        Les libertés ? Celles alimentaires des consommateurs ou des esclaves ? On ne sait plus ce que nous sommes et si Israël, Al-Qods et Ghaza sont loin du patelin où je gère ma retraite et où je reçois à mon âge, tant de violences verbales,  colonialistes et de coups au ventre, provenant  de karatékas, assurément des vendus !

        Les libertés sont-elles aux prix du silence ? Sont-ce des libertés encore réelles…Si elles sont tues ? Quand on nous dit : ‘’ Koul Hada ou Chroub Hadi,  bessif’’ ! ‘’Paie et pleure’’, serait-ce l’actuel slogan de la présente administration ? ‘’Paie et pleure’’ comme slogan d’élections ? ’’Pour un avenir radieux ! Un cadeau des Messires Untel  au peuple fidèle du Ramadan !

        Consomme ô bon peuple, sans gémir ni jaser ! Consomme en silence et sans parler ! Un pléonasme, ma sœur ! Ainsi le veut-on ma chère ! Les orgues du vent ont parlé et ce ne sont pas des boniments. Mais des orgues de Staline qui font la Chaabana ! Entends-tu la colère des éléments ? La comprends-tu vraiment ? Ecoutons le Parlement, trop vidé de ses bancs ! Ecoutons ses sentences et ses dires, ses enquêtes sur les usufruitiers du pétrole, ses usuriers et ses avenants. Ça sent le soufre et les fils cornus et à queue des démons. Les Super Héros du dernier film de Marvell débarquent sur leurs stations de fiction et dans nos magasins de métal pour nous solder leurs liquides magiques !

        Sortons du film de fiction pour des frictions plus vraies et des silences de morts ! Les leaders se sont tus ! Éclaboussés, ils se la ferment et la font fermer à autrui, pour durer ... Sauf que ça fermente et ça monte après avoir caillé ! A quoi servent les milliards qui assoiffent le peuple, à le faire gémir ou à vendre son âme ? A rendre les rarissimes super-milliardaires, d’ici-bas, plus heureux qu’ils ne le sont ? Pourquoi ne pas ramener ce bazar ici et l’investir là ? Si on aime son pays encore des fois et qu’on n’ait pas peur de son Administration ?


        • maidoc25 maidoc25 18 mai 02:52

          LA SUITE 3 



          Le drame est que leurs silences, leur sagesse muette, faites dans le cadre de la meilleure gouvernance qui soit, leurs expériences ; augmentent hélas, les cris. Simple constatation de ma part, mais tu les entends grossir, mon fier et respectable Ami !

          Quelles leçons en tirer alors ? Et quelle prospective pour demain ? Et quelles solutions pour aujourd’hui, afin de calmer les esprits irrités et leur donner raison ? Les écouter avec patience ces boys-cutters ? Une ingérence d’un spectre nébuleux sans tête connue, une ombre virtuelle qui manque de corps ! A l’instar des leaders du Net. Rendre justice à tous, après avoir longtemps écouté ces torts ?  Ce grâce à ‘’un fantôme du Web’’ plus que vivant, qui n’a pas beaucoup tort ?

          Comment trouver un consensus qui entre dans les prérogatives de l’Etat ? Les prix, du pétrole, du gaz, du pain, ceux de l’eau et du lait, doivent être surveillés et fixés par l’Etat. Constamment, et avec tact et mesure, pour ne laisser personne de parmi ceux qui boivent et qui mangent fâchés se révolter contre les industriels.

          Autrement dit, le Libéralisme à roue libre, devenu par compliance ou coalescence et de fait sauvage, doit faire son autocritique ! Ses outrances et ses privilèges menacent la paix d’aujourd’hui et les promesses de demain ! On l’a vu !  Que la leçon serve à tous, en ces temps de fragilité et d’effervescences belliqueuses  et de fissuration des états, des pays  et de la Nation !

          La prospérité de cette voie, qu’est le Libéralisme, individualiste ou unilatérale, menace pars ses excès peu amène, ce pays ouvert, calme et serein, qu’est le tien. Un état qui lui est voué, avec espoir et intérêt, sans contraintes, librement.

          Il faut oser écouter le Peuple, qui a mûri, et lui rester ouvert et courtois. Dignité et orgueil ne sont ni malice hypocrite, ni charité profuse ! Amour et respect sont-ce des valeurs que pourraient utiliser les Politiques et les Industriels envers les Clients et les Votants ?

          Pour mieux le guider, certes et le diriger, ce Peuple et cette Nation, contre toutes les menaces, violentes, qui le jalousent ou qui veulent l’accabler ou se l’accaparer.

          Bonne lecture

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès