• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Veganisme et autres points d’interrogation

Veganisme et autres points d’interrogation

Et voilà un article qui n'a rien à voir avec la choucroute bio (mais un peu quand même).

Il y a quelque temps, en me levant, je me suis mis à me poser des questions sur ce que je mangeais. Ça m’a pris comme ça, d’un coup, comme un mal de bide (logique). Pas de manière classique, en m’inquiétant des petites bouées persistantes que ma nature de quarantenaire offrait gracieusement – ou même graisseusement – à ma latéralité, mais de manière un peu plus profonde : impact réel sur la santé, empreinte carbone, chaîne de production, etc. C’était le genre de matin où, pour une raison qui t’échappe, t’as bouffé du Nicolas Hulot (faut dire que t’avais fini la baguette la veille au soir).

Au début, soyons clairs, c’était de la pure curiosité. J’aime la viande (pas le matin, je te rassure), je suis plutôt de nature à repousser à demain mes bonnes actions pour la planète et je ne m’étais jamais interrogé sur les effets néfastes du lait de vache sur la santé humaine avant que plusieurs personnes de mon entourage ne m’avouent leur intolérance à cette boisson à première vue anodine (c’est tout blanc, ça doit être bien propre, me disais-je bêtement). Je n’étais pas sûr de savoir quels fruits et légumes on pouvait consommer au printemps (ni en hiver d’ailleurs) ou alors il fallait que je me concentre au moins dix secondes sur les ingrédients que ma mère mettait dans ma soupe lorsque j’étais encore enfant et que je revenais du foot. Bref, j’étais un beauf insouciant, français moyen, vaguement dépité de manière sporadique par les chiffres qui osaient s’afficher sur ma balance, conscient que quelque chose clochait dans l’équilibre écologique du monde mais sans le courage nécessaire pour combler les trous entre les pointillés. Le questionnement sur ma consommation personnelle n’avait jamais dépassé le cercle intime de mon égoïsme mollement inconscient.

 

 

A Lille, tu iras hydrater ta peau

Puis, sur un coup de dé du destin, j’ai été muté à Lille (salaud de destin) et ai donc prêté mon appartement parisien pour quelques mois à une amie. Vegan, l’amie. Pour être tout à faire honnête, je n’avais aucune idée ce qu’était le veganisme (j’ai même cru au début que c’était un truc en rapport avec la série Star Trek, mais en fait pas du tout). J’ai alors découvert qu’il y avait différent degrés dans l’univers des végétariens, le Vegan étant l’évolution extrême qui voit refuser toute forme d’exploitation animale (exit même les slips en peau de kangourou) et j’ai commencé à lire des articles sur le sujet, à consulter d’obscures études sur nos habitudes alimentaires à travers les âges, bref à occuper mes heures de bureau autrement qu’en traînant à la machine à café – je m’endors régulièrement, depuis, sur mon clavier.

J’avoue aussi avoir trouvé ça plutôt marrant au début de revenir périodiquement dans mon antre parisienne, désormais envahie par les graines et les substituts plus ou moins dégueu au lait de vache.

Cependant, la question de la consommation et du coût carbone de mes aliments a commencé à me trotter de plus en plus dans la tête (vous savez combien il coûte en bilan carbone votre steak haché, les gars ? Croyez-moi, si vous le saviez, vous le regarderiez d’un autre œil). J’ai commencé à vraiment m’intéresser à la production de viande – pourquoi ne pas commencer par là – et j’ai découvert l’aberration écologique que constituait l’ingestion de protéine animale (et notamment son coût en carbone et en eau) comparativement au coût de production d’une protéine végétale. J’ai commencé à découvrir que la nutrition était une discipline en pleine mutation et que beaucoup de sujets afférents étaient interdépendants (quelle découverte, je me fais honte parfois) : l’agriculture et son financement, l’écologie et la politique, les problèmes mondiaux et les ressources naturelles, Donald Trump et le barbecue.

 

 

Une soirée arrosée entre amis tu organiseras

Et puis, un soir, tout a basculé. Porté par un état de légère ébriété, et alors que nous recevions quelques amis, je ne sais pas ce qui m’a pris et j’ai lancé le sujet de cette « colocataire » occasionnelle et vegan. J’ai dit ça de manière totalement innocente, en précisant d’ailleurs que je n’étais pas Vegan mais que je m’interrogeais sur ce que je mangeais et l’impact de mes habitudes sur l’environnement. Un silence accompagna la fin de ma phrase et la réaction fut instantanée et collégiale : l’hostilité des gens présents fut franche et sans ambiguïté aucune. Pas une hostilité raisonnée, argumentée, mais bien une hostilité de principe, une haine a priori. Les arguments des « opposants » furent assez vite établis : on reprochait globalement aux vegans de vouloir imposer une vision du monde culpabilisatrice et « mince alors si on peut plus bouffer de la merde tranquille ».

A aucun moment, je n’avais voulu dire que les vegans avaient tort ou raison, j’avais simplement évoqué le fait que cette fille était vegan, et elle était déjà condamnée (on connaissait même sa vision du monde, si ce n’est pour qui elle allait voter en 2017 (cette pourriture communiste)).

J’ai essayé de déminer le terrain en indiquant qu’il ne fallait pas renverser le problème et que nous, peuple occidental, avions une culture de la nourriture et de la consommation qui s’imposait à tous, sans exception et que cette fille souhaitait simplement consommer différemment sans rien imposer à personne. Murmure désapprobateur dans l’assistance.

Puis, j’ai pris chaque argument plus spécifique un à un, et je me suis rendu compte ce soir-là, en discutant avec mes amis, qu’ils étaient à 100% en ligne avec l’intégralité des arguments qui poussent les gens vers le veganisme.

Ainsi, tous étaient d’accord pour dire que nous consommions n’importe comment. Tous étaient d’accord pour reconnaître que quelque chose clochait dans la politique agricole de la France, dans le monde des pesticides, de Monsanto, des circuits de distribution et de l’Europe. Tous reconnaissaient que l’on mangeait trop de viande, que le lait était salement produit en France (sans parler des œufs) et n’était même pas nécessaire à notre alimentation (j’ai des amis hyper cultivés), tous se targuaient d’essayer de manger des fruits et légumes de saison, en quantité suffisante – même si 5 pastèques par jour, c’est coton à avaler – et de préférer le petit producteur au supermarché, tous s’intéressaient au bilan carbone de nos activités (pas que celle de manger) et surtout personne ne voulait savoir (mais alors vraiment personne) par quelles étapes passait la viande avant d’atterrir dans notre assiette.

Ainsi, nous partagions tous une conscience écologique aigüe mais de là à devenir vegan ou même à tolérer cette indépendance d’esprit et de corps, fallait pas déconner.

J’ai entendu lors de cette soirée pas mal d’arguments vaseux – je ne me souviens pas de tous, c’est dommage – du genre :

  • « le bio n’est pas très bien contrôlé, t’as quand même de la merde dedans »

Super, donc parce qu’il y a des trous dans la raquette, autant être sûr de manger de la grosse merde. Même si le « bio » n’était qu’une garantie de manger moins de merde, je pense que ce serait déjà suffisant pour que tout le monde se rue chez un vendeur de légumes bio.

 

  • « l’humain est fait pour manger de la viande »

La nourriture est très culturelle. Dans les pays européens, après la guerre, il est devenu normal de manger plus de viande – elle, qui avait manqué – mais il est évident que l’on peut largement réduire notre consommation (j’ai même lu récemment que la disparition de l’homme de Cro-Magnon était peut-être due à une trop grande consommation de viande…)

 

  • « c’est hyper compliqué de cuisiner vegan, j’ai pas le temps »

Je conseille aux gens qui n’ont pas le temps de faire la cuisine d’aller manger chez MacDo tous les soirs, ils feront de sacrées économies (et après, avec tout cet argent gagné, ils pourront se racheter une santé)

 

Au final, chacun reconnut qu’on était tous un peu de mauvaise foi et finalement assez d’accord, mais bon… c’est un peu comme le tri sélectif ou le fait d’arrêter de fumer. On verrait bien demain.

Personnellement, je ne me sens pas de vous faire un cours sur le veganisme (moi-même, je ne le suis pas et si vous voulez des infos sur la vitamine b12, il y en a plein le net) et des nutritionnistes bien plus diplômés que moi ont déjà analysé tout cela et ont montré que l’on peut très bien se passer de viande, de poisson et de fromage au niveau physiologique (pour le goût, c’est une autre histoire), de même que savoir si nous sommes « faits » pour manger de la viande ou pas est un débat scientifique que nous ne trancherons certes pas ici. On peut cependant reconnaître que nos habitudes alimentaires sont avant tout culturelles et qu’il ne dépend que de nous de les faire évoluer.

 

Ainsi donc, lors de cette soirée riche en enseignement, après avoir reproché aux Vegans de vouloir imposer leur vision du monde, tout le monde regardait un peu ses chaussettes. Cette différence (manger mieux) qu’on nous imposait (soi-disant) ne nous renvoyait-elle pas un peu à notre propre schizophrénie mêlée d’une touche de culpabilité – qui m’animait moi aussi ? Cette discussion apparemment anodine nous renvoyait tous à notre propre paresse intellectuelle et surtout à notre propre renoncement à aller au bout de nos convictions : oui, je crois en un monde meilleur et plus fraternel, alors pourquoi est-ce que je continue à voter sociali… oups, je m’égare.

Car si effectivement nous sommes tous conscients que l’espèce humaine – et particulièrement les occidentaux – est en train de détruire la planète par son mode de vie, pourquoi ne pas essayer d’infléchir ce mode de vie à notre échelle ? La multiplication des magasins bio en France n’est pas un hasard : les gens qui réclament le droit d’ingurgiter moins de pesticides et autres produits au nom imprononçable constituent un marché en croissance forte.

Je n’ai bien évidemment aucune réponse définitive sur le sujet, ni modèle de transition à apporter, tout cela reste à inventer et il y aura forcément de la casse (ne serait-ce que chez ceux qui défendent une agriculture productiviste et des modes de distribution coûteux en ressources). Je reste cependant persuadé que « non », les circuits courts, ce n’est pas que pour les bobos qui vont à la ferme (comme dirait Naboléon), c’est pour ceux qui n’ont pas envie de cramer le PIB de la Colombie en hydrocarbure pour bouffer une mangue et qui préfèrent mettre peut-être quelques centimes de plus pour permettre de faire vivre des agriculteurs qui respectent la planète (il en reste, protégeons-les !). Je ne vais pas arrêter de manger de la viande demain, car j’y suis habitué, mais j’ai déjà diminué fortement ma consommation et pour celle que je consomme encore, j’essaye de m’intéresser à la façon dont elle arrivée dans mon assiette, et notamment où et comment elle a été produite.

Je suis persuadé plus que jamais que c’est sur des petites actions concrètes du quotidien que chacun à notre échelle, nous rendons ce monde plus vivable – message transmis à ma connasse de voisine du 7ème.

 

Sur ce, je vous laisse, j’ai mon steak de Quinoa qui est bien grillé comme je l’aime (c’est plein de protéines et c’est vraiment pas dégueu).

 

--------

 

Retrouvez tous les articles inutiles de Jean-Fabien sur http://www.jean-fabien.fr

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

135 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 29 juin 2016 11:48

    La nourriture est très culturelle. Dans les pays européens, après la guerre, il est devenu normal de manger plus de viande – elle, qui avait manqué – mais il est évident que l’on peut largement réduire notre consommation (j’ai même lu récemment que la disparition de l’homme de Cro-Magnon était peut-être due à une trop grande consommation de viande…)
    plié de rire !
    sinon oui, le truc bio et le circuit court est juste pour les bourgeois la plupart du temps.



    • joletaxi 29 juin 2016 12:09

      @Fabienm

      ce qu’il y a de bien avec ce qu’est devenue la sciences contemporaine , c’est qu’elle peut dire tout et son contraire suivant les convictions des « savants » ou des commanditaires

      http://www.theresilientearth.com/?q=search/node/vegan

      et d’où vient cette nouvelle « religion » qui ne repose sur absolument aucune certitude scientifique( on nous encourage à remanger du gras... allez comprendre), d’un nouveau diktat de la mouvance verte pour la protection du climat,,rien que la formulation montre déjà l’imbécilité du propos

      https://wattsupwiththat.com/2010/09/11/animal-vegetable-or-e-o-wilson/

      mais les escrolococos ont raison, sur tout, tout le temps, il n’y a qu’à voir leur attitude sur le refrendum UK, et celui de NDL, un must

      mais quelle bande....


    • foufouille foufouille 29 juin 2016 12:44

      @Fabienm
      désolé mais néanderthal et cro magnon, ce ne sont oas les mêmes races d’humains ni la même époque. ils se sont métissés avec la nouvelle évolution de leur espèce. sapiens n’est pas apparu par magie mais est né de la version précédente.
      quant à dire de quoi une espèce a disparu au niveau alimentaire alors que ça dates de milliers d’années, c’est débile.


    • Alren Alren 29 juin 2016 12:57

      @foufouille

      La nourriture est très culturelle. Dans les pays européens, après la guerre, il est devenu normal de manger plus de viande – elle, qui avait manqué – mais il est évident que l’on peut largement réduire notre consommation (j’ai même lu récemment que la disparition de l’homme de Cro-Magnon était peut-être due à une trop grande consommation de viande…)
      plié de rire !
      sinon oui, le truc bio et le circuit court est juste pour les bourgeois la plupart du temps.

      il est évident que l’on peut largement réduire notre consommation [de viande] :

      C’est parfaitement exact. En revanche il ne faut pas réduire notre consommation de protéines  !

      Car c’est la mort en cas de privation totale et pour les enfants, une carence prolongée en protéines, c’est un développement mental insuffisant qu’ils traîneront tout le reste de leur vie (abrégée).

      Les protéines se trouvent également dans les végétaux (plus ou moins). C’est d’ailleurs là que les herbivores les récupèrent après un laborieux travail de leur système digestif : Les vaches ne se nourrissent pas d’herbe, mais des bactéries qui ont fait fermenter l’herbe dans la panse (température et humidité idéale pour elles). La purée verte ainsi formée doit être remastiquée une seconde fois avant d’être enfin digérée à la manière d’une viande.

      Nous, humains, avons repris ce principe en faisant fermenter nombre d’aliments dont le chou. Nos ancêtres ont mangé de la choucroute tous les jours pour survivre, trouvant d’autres protéines dans le pain (gluten). Ils étaient cependant, (les pauvres et les modestes) carencés ...

      Car nous n’avons pas le système digestif adapté pour récupérer les protéines de l’herbe. Il nous faut, en l’absence de viande, de poisson, d’œufs, consommer des végétaux qui récupèrent l’azote fixé sur leurs racines par d’autres bactéries. Le végétal le plus chargé en protéines est la lentille verte ou rouge. Mais comme décidément notre système digestif d’omnivore est peu adapté, nous n’en récupérons qu’une fraction minoritaire (30 % environ), il faut en consommer de grandes quantités pour en avoir autant qu’avec un aliment d’origine animal.

      L’idée que Neandertal ait disparu pour avoir mangé trop de viande est complètement farfelue : en concurrence avec Cro-Magnon (c’est-à-dire notre ancêtre direct) qui lui aussi chassait, sans doute plus habilement, c’est plutôt la famine qui a amené Neandertal à décliner doucement pour disparaître enfin du côté de Gibraltar.

      plié de rire ! Ah bon ! Mais pourquoi ?

      sinon oui, le truc bio et le circuit court est juste pour les bourgeois la plupart du temps.

      Si l’on achète des produits de base et de saison en magasin bio et des produits industriels en hypermarché, les prix de revient sont comparables. Mais évidemment les premiers, il faut les éplucher et faire de la cuisine avant de les déguster.


    • César Castique César Castique 29 juin 2016 13:00

      @joletaxi

      « ...( on nous encourage à remanger du gras... allez comprendre)... »


      Dans un poteau-au-feu, vous ajoutez un beau morceau de graisse de rognon de veau et, en ouverture du repas, vous tartinez deux ou trois tranches de baguette bien fraîche et vous complétez d’une pincée de sel : un vrai régal smiley

      Bon appétit. 

    • Anthrax 29 juin 2016 13:09

      @foufouille

      Bine sur qu’il ne faut pas réduire notre consommation de proteines, et c’est là où les vegan ont tout faux. Mais tu peux manger des proteines en te passant de la viande : oeufs, lentilles, noix, pois chiches, soja...

    • Fabienm 29 juin 2016 13:35

      @Anthrax
      mais personne n’a dit que les Vegan réduisaient leur apport en protéines... ? Où avez-vous lu ça ?

      Quant à dire qu’il s’agirait d’une « religion », je ne comprends pas très bien. Vouloir manger mieux et moins salement, si vous appelez ça une religion, alors si ça vous amuse...


    • Fabienm 29 juin 2016 13:37

      @foufouille
      vous devriez être scientifique, votre apport serait non négligeable !

      => « ça se peut pas, c’est débile (parce que je trouve que c’est débile » , ohhh merci pour votre brillante démonstration qui réduit à néant l’étude réalisée par de vrais scientifiques et publiée (donc passée par un comité de lecture) smiley

    • Fabienm 29 juin 2016 13:39

      @foufouille

      quant à dire que s’intéresser à ce qu’on mange et à la façon dont c’est produit, c’est un diktat écolo-bobo, euh... je suis désolé, mais je trouve pas grand-chose à répondre à tant de niaiserie
      Vous niez le fait que la planète se réchauffe ?
      Vous niez le fait que la production de viande est très consommatrice d’énergie ?
      Je ne comprends pas très bien votre propos
      (et après, vous allez me dire qu’on n’a pas marché sur la lune ? que le 11 septembre est un complot de la CIA ? vive agoravox)

    • foufouille foufouille 29 juin 2016 13:42

      @Alren
      c’est plutôt la famine qui a amené Neandertal à décliner doucement pour disparaître enfin du côté de Gibraltar.

      plié de rire ! Ah bon ! Mais pourquoi ?


      — vu le petit nombre d’humain, c’est impossible. on retrouve d’ailleurs des marqueurs génétiques néandertaliens chez certaines personnes.

      sinon oui, le truc bio et le circuit court est juste pour les bourgeois la plupart du temps.

      Si l’on achète des produits de base et de saison en magasin bio et des produits industriels en hypermarché, les prix de revient sont comparables. Mais évidemment les premiers, il faut les éplucher et faire de la cuisine avant de les déguster.

      — pas le moins du monde vu le prix du fromage ou de la viande bio sur internet ou que je peut constater. sauf pour quelques aliments qui viennent de l’est. genre les oeufs bio de lidl.


    • foufouille foufouille 29 juin 2016 13:44

      @Fabienm
      Vous niez le fait que la production de viande est très consommatrice d’énergie ?
      totalement vu que c’est juste de la propagande de certains fachos végétariens.


    • Fabienm 29 juin 2016 13:48

      @foufouille
      bon ben je crois qu’on peut plus rien pour votre esprit critique.

      RIP.


    • foufouille foufouille 29 juin 2016 14:04

      @Fabienm
      RIP pour toi aussi.
      gober que manger de la viande rend malade est du même niveau.
      et le lait n’est pas bon pour la santé et les intestins sont trop long, etc ...........


    • Fabienm 29 juin 2016 14:06

      @foufouille
      eh dis donc faut relire les comm’ hein, je te parle de l’impact écologique de la viande.

      Pour l’étude scientifique, je la cite, tu peux aller la lire, y’a le lien au-dessus.
      Si t’as pas envie de la lire, tu la lis pas (t’as vu, c’est facile, la vie ?)

    • foufouille foufouille 29 juin 2016 14:16

      @Fabienm
      j’ai déjà lu des tas d’études de ce genre et seul celles qui sont pro-végétariennes et écrites par des végétaryens prétendent ce genre de choses. avec beaucoup d’exagérations.


    • Fabienm 29 juin 2016 14:23

      @foufouille
      bon ben voilà, t’as fait ton choix, tu lis pas smiley


      (mais quand même dire que l’intégralité des études scientifiques prônant la réduction de notre consommation de proétines animales (qui est d’ailleurs bizarrement la recommandation de l’OMS, qu’on ne peut pas taxer de vegetarisme primaire) sont issues de lobby pro-vegan, c’est une vision de la science un peu étrange (pour ne pas dire loufoque))

    • Alren Alren 29 juin 2016 16:55

      @foufouille

      C’est plutôt la famine qui a amené Neandertal à décliner doucement pour disparaître enfin du côté de Gibraltar :

      vu le petit nombre d’humains, c’est impossible. On retrouve d’ailleurs des marqueurs génétiques néandertaliens chez certaines personnes.

      Les Blancs n’étaient pas nombreux non plus dans la prairie américaine au XIXe siècle. Pourtant ils ont décimé tant de bisons que les Amérindiens qui en vivaient ont connu des famines mortelles, surtout les enfants.

      Le réchauffement climatique qu’a connu l’Europe il y a un peu plus de trente mille ans a nécessairement entraîné un changement de la végétation, passage de la steppe à la forêt qui a nécessairement entraîné un changement dans la mégafaune.

      Les techniques de chasse dans une environnement boisé diffèrent de celle de la steppe où avec de simples épieux on peut, avec le vent de face, s’approcher en silence la nuit de grands herbivores au repos et en tuer un. En forêt ce n’est pas possible : les animaux du type chevreuil sont beaucoup plus difficiles à trouver et à tuer sans arc.

      Les Cro-Magnon ont pu engrosser des femmes Neandertal comme les propriétaires blancs d’esclaves des femmes noires et adopter l’enfant métis. Cela ne veut pas dire que les premiers ne pourchassaient pas les seconds tout comme les propriétaires d’esclaves malmenaient et causaient la mort prématurée du reste de leurs troupeau humain.

      Pour les produits bio, je comparais les légumes, par exemple le prix de la salade vendue par un producteur local au marché, en juin, et celui de la salade épluchée vendue sous emballage au supermarché.


    • foufouille foufouille 29 juin 2016 17:15

      @Alren
      "Les Blancs n’étaient pas nombreux non plus dans la prairie américaine au XIXe siècle. Pourtant ils ont décimé tant de bisons que les Amérindiens qui en vivaient ont connu des famines mortelles, surtout les enfants."
      tués pour le plaisir de gros dégénérés. et certainement plus nombreux que les hommes des cavernes.
      une lance avec un propulseur porte assez loin.
      j’ai jamais vu ou très rarement de salade bio au même prix que la salade du super emballé ou pas. 99c. tu manges que de la salade ?
      les prix du bio sont le net, pas agoravoxnet.


    • Osis Oxi gene. 30 juin 2016 06:47

      @foufouille 
       


      « les bourgeois.... »

      Parce que vous, avec vos éternelles certitudes, votre portable, votre pc, votre compteur bleu, votre petite vie de petit blanc, vous n’êtes le bourgeois de personne ?

       
       
       
       



    • papakill papakill 30 juin 2016 07:39

      @foufouille

      Pourtant pour la production de viande, il faut bien additionner la production pour les nourrir plus leur propre production alors que la production des légumes, céréales etc.. est déjà l’étape finale si on s’en sert pour se nourrir non ?

      Donc de manière logique la production de viande consomme plus d’énergie ?

      Je ne vois pas en quoi c’est de la propagande c’est juste logique à priori.

      Si vous pouviez m’expliquez comment le production de viande ne consomme pas plus, ce serait intéressant car je ne suis pas omniscient et je peux me tromper sans les bonnes informations.


    • Armelle Armelle 30 juin 2016 13:46

      @Oxi gene.

      ’’Parce que vous, avec vos éternelles certitudes, votre portable, votre pc, votre compteur bleu, votre petite vie de petit blanc, vous n’êtes le bourgeois de personne ?’’

      Ah oui c’est bien vrai !!! Il ne manque pas d’air le Foufouille, il ne doute de rien ! Pas de scrupules, à l’aise dans ses baskettes !!!
      C’est comme ça d’ailleurs (comme disait Audiard) que l’on reconnait les cons...

      Mais bon c’est normal, Foufouille fait partie de ces gauchistes attardés crachant leur vomi à longueur de journée sur ce site, rongé par la jalousie à l’égard des gens qui ont plus qu’eux...Sous prétexte qu’il a raté sa vie, il espèrerait que tout le monde soit comme lui ! Comme c’est triste...


    • sls0 sls0 30 juin 2016 17:51

      @Fabienm
      Peut être dues dans l’article en lien, peut être. En plus le lien sur l’étude scientifique n’est pas valide.

      Wikipédia n’est pas une bible, dans l’article sur l’homme de neanderthal, il a quand même 152 références bibliographiques et 500 rectification dont la dernière remonte à deux jours, c’est du sérieux.

      L’histoire de l’alimentation carnée fait partie des causes de disparition abandonnées ou peu vraisemblables. Foufouille n’a peut être pas tord, ce qui ne veut pas dire qu’il ait raison.


    • Alren Alren 1er juillet 2016 13:03

      @foufouille

      Un dernier mot.

      Les magazines de défense du consommateur comme Que Choisir ou 60 Millions de consommateurs, nous rappellent régulièrement que les plats préparés censés contenir de la viande ou du poissons en ont surtout sur l’emballage, la belle photo d’accroche et presque pas dans le produit.

      Si l’on compare le prix du kilogramme de chair de poisson (sauvage donc bio) acheté sur un marché situé pas trop loin de la mer et le kilogramme de poisson du plat industriel, le résultat est sans appel.

      Faites le calcul.


    • tf1Groupie 29 juin 2016 11:50

      Pas inintéressant.
      Mais apparemment le sujet était plutôt manger mieux.

      En quoi « manger mieux » est-il synonyme de « Vegan » ?

      Et puis cette amie est-elle vraiment Vegan ?
      N’est-elle pas simplement végétarienne, le Veganisme semblant pour moi une branche sectaire du « vegetarianisme ».


      • Fabienm 29 juin 2016 11:53

        @tf1Groupie
        Je n’ai jamais dit que manger mieux était synonyme de « Vegan », c’est tout le sujet de l’article ! smiley


      • filo... 29 juin 2016 12:15

        @tf1Groupie
        Votre commentaire est sectaire !
        Dans la vie apparemment vous manquez de tolérance envers les autres qui ne pensent pas et ne font pas la même chose que vous.
        Un tel comportement vous pose sûrement beaucoup de problème au quotidien.

        Je vous conseille « de mettre de l’eau dans votre bains » Mais aussi « d’arrondir les ongles »

        Voyez vous je suis végétarien depuis de très nombreuses années et cela fait plus de cinquante ans que je n’était pas malade et je n’ai pas eu besoin d’aller voir un médecin.

        Donc...


      • foufouille foufouille 29 juin 2016 12:46

        @filo...
        donc rien car la plupart des gens ne sont pas malade. le végé se soigne rarement ou avec des plantes. donc statistiques non valables.


      • filo... 29 juin 2016 13:08

        @foufouille
        Vous n’avez pas bien lu mon commentaire. Je n’étais pas malade pendant plus de 50 ans, donc sans médecin pendant tout ce temps. Et je suis végétarien depuis 33 ans.

        Si vous recherchez un peu sur les végétariens, vous verrez que ces gens sont nettement moins souvent malades que les autres. Statistiques existent depuis un certain temps déjà.


      • Anthrax 29 juin 2016 13:14

        @filo...

        Tu as employé le verbe « rechercher », totalement inconnu du dictionnaire du crétin qui ne connait que les mots « super marché » et « soldes ».

      • foufouille foufouille 29 juin 2016 13:53

        @filo...
        tu as pas bien lu : la plupart des gens ne sont pas malades.
        j’ai déjà cherché depuis des années. et non tu n’as pas moins de malades, surtout que souvent, c’est un régime parmi d’autres que certaines personnes essayent quand elles sont malades.
        manger de la viande ne rend pas malade, donc tu es un végétaryen. un bon facho de race supérieure.


      • filo... 29 juin 2016 14:01

        @foufouille
        Premièrement pourquoi vous me tutoyez ?
        Nous ne connaissons pas n’est pas ?

        Je ne cherche pas à vous convertir au végétarisme alors pourquoi réagir comme ça et me traiter de facho ?

        Grossier personnage va !


      • Fabienm 29 juin 2016 14:01

        @foufouille
        Le problème de la viande, c’est surtout sa production et le fait qu’elle apporte beaucoup plus de lipides à celui qui l’ingurgite (notamment la viande rouge), sans parler des antibio, etc..

        Pour produire 1 k de soja, il faut 2000 L d’eau, alors qu’il en faut 15 000 pour 1 k de viande boeuf.
        Tiens, un article scientifique non orienté sur le sujet (qui ne vient pas d’un site écolo) 
         => http://www.pnas.org/content/111/33/11996.abstract
        Pour les ruminants (vaches, moutons) il faut entre 10 et 15 kilos de protéines végétales pour un seul kilo de protéines animales 
        ces données sont publiques, y’a rien de facho là-dedans

      • alinea alinea 29 juin 2016 14:04

        @filo...
        Je confirme !! sans parler de maladies graves ou autres, je n’ai plus de rhume, grippe ou autres trucs hivernaux ; plus jamais de « lourdeurs digestives »,etc !
        mais ce qu’il ne faut pas oublier, c’est la frugalité ! et plus encore ne rien consommer de « tout prêt » ; ainsi, en achetant les éléments - céréales, légumineuses, fruits et légumes, graisses, bio- on mange sophistiqué en fonction de son courage et de son temps, mais on se nourrit sain, tout le temps !
        Une chose m’inquiète néanmoins, si les consommateurs se mettaient d’un seul coup tous à vouloir faire ça, ce sont les normes bio qui baisseraient, une couillonnade de plus ; notre production bio en France ne couvre pas le quart de la moitié de notre consommation... il y a un sérieux problème là.
        Et la viande, on peut la voir, pour les rétifs aux végétarisme et dieu sait s’il y en a, comme un aliment de fête, de partage ; le réflexe steak frites congelées salade lavée au chlore, c’est vraiment facile de s’en défaire.


      • foufouille foufouille 29 juin 2016 14:08

        @filo...
        le tutoiement est de rigueur sur le net.
        tu prétend que manger de la viande rend malade, donc tu es un facho végétarien.
        c’est la manipulation habituelle du végétaryen.
        pour certaines personnes, il est possible que ne pas manger de viande du tout ne rende pas malade.
        mais pas pour la plupart qui sont omnivore.


      • foufouille foufouille 29 juin 2016 14:12

        @Fabienm
        « Pour produire 1 k de soja, il faut 2000 L d’eau, alors qu’il en faut 15 000 pour 1 k de viande boeuf. »
        c’est en prenant en compte l’eau de pluie sur les terres agricoles. eau qui ne disparaît pas magiquement ..........


      • tashrin 29 juin 2016 14:20

        @foufouille
        Sur internet, le tutoiement n’est de rigueur que pour ceux qui s’affranchissent des regles de bienseance. On n’est pas dans un meeting cgt où là c’est culturel je suis d’accord
        je trouve egalement cette familiarité assez penible en fait


      • Fabienm 29 juin 2016 14:20

        @foufouille
        Ton esprit aiguisé aura noté que je n’ai jamais dit :

        1) que l’eau disparaissait
        2) que l’eau n’était issue que de l’arrosage

        et à la limite on s’en fout, il faut juste 7 fois plus d’eau pour produire 1 kilo de viande de boeuf qu’un kilo de soja (peu importe d’où vient l’eau)

        Quant au fait que l’eau ne disparaît pas, cela ne change rien au fait que l’eau a dû être traitée un minimum avant de servir à l’arrosage (donc, cela a un coût écologique en produits chimiques)

      • foufouille foufouille 29 juin 2016 14:52

        @Fabienm
        c’est de l’eau virtuelle. concept visant a tout réservé aux riches bobos khmer verts et leurs amis.


      • foufouille foufouille 29 juin 2016 14:57

        @tashrin
        non c’est faux. ça a toujours été le cas. probablement car internet vient des states ou simplement que le nombre d« internautes » était faible au début.
        époque que tu n’as pas du connaître.


      • tf1Groupie 29 juin 2016 14:58

        @Fabienm

        Donc je n’ai toujours pas compris : le sujet de l’article c’est « être Vegan » ou c’est « manger mieux » ?

        Parce que ce n’est pas la même chose.

        Déjà je ne sais pas quelle est votre définition du mot « Vegan ».


      • Fabienm 29 juin 2016 15:01

        @tf1Groupie
        Le sujet de l’article c’est sur la nourriture en général.

        Je ne suis pas Vegan, j’ai juste été surpris de la réaction des gens quand j’ai dit que je prêtais mon appartement à une Vegan.
        Quelqu’un de Vegan pour moi est quelqu’un qui refuse toute exploitation animale.

      • Fabienm 29 juin 2016 15:02

        @foufouille
        mais non, ce n’est pas de l’eau virtuelle (n’importe quoi)



      • tf1Groupie 29 juin 2016 15:03

        @filo...

        D’abord vous me donnez plein de conseils et d’invectives alors il faudrait vous calmer et vous intéresser au problème de la paille et la poutre (de bells dimmensions) smiley

        Ensuite je suis omnivore tendance très carnée depuis 50 ans, mes enfants aussi (depuis moins longtemps), et nous sommes en très bonne santé et n’allons jamais chez le médecin.

        Et donc énorme question : ça prouve quoi ??


      • tf1Groupie 29 juin 2016 15:08

        @Fabienm

        « Quelqu’un de Vegan pour moi est quelqu’un qui refuse toute exploitation animale. »

        Merci pour cette définition, qui est plutôt celle que je connais.

        Alors pour moi un Vegan c’est grosso modo un végétarien ... mais très pénible car dogmatique sur le sujet de l’exploitation animale.

        Et ça n’a rien à voir avec le « manger mieux » dont vous parlez souvent.
        On peut manger de la merde végétale sans aucun problème.


      • Fabienm 29 juin 2016 15:12

        @tf1Groupie
        si on reprend l’exemple de la protéine. La protéine végétale vient (la plupart du temps) avec moins de graisses et de saloperies autour.

        Après, oui, on peut manger de l’herbe comme une vache et crever dans deux semaines.
        Plutôt que « manger mieux », c’est s’interroger sur ce qu’on mange qui m’intéresse.
        Encore une fois, je ne dis pas que c’est bien de manger vegan (je ne le suis pas moi-même), je pense juste qu’il est nécessaire d’être en adéquation entre ses convictions et ses actions et qu’il est important dans un contexte d’agriculture productiviste de s’intéresser à ce qui rentre dans notre corps et de l’impact de tout ça sur l’environnement. Rien de plus smiley

      • tf1Groupie 29 juin 2016 15:24

        @Fabienm

        Les graisses ne sont pas forcément un problème en soi : c’est une question de quantité.

        Après, la notion de « saloperies » c’est très relatif.

        Il y a 20 ans le cholesterol c’était bien bien, maintenant il y a le « bon » cholesterol.
        Le pain aussi c’était bien, bref les modes changent.
        Le mieux c’est de ne pas suivre les modes trop rapidement, d’avoir un regard critique et d’être modéré plutôt que dogmatique.

        Quand on essaie de me vendre que l’homme n’est pas fait pour manger de la viande je trouve que c’est une démarche qui n’est pas objective.

        Quant à l’impact écologique : un Vegan vous dira qu’utiliser un tracteur c’est mieux qu’exploiter un animal qui tire la charrue.


      • tf1Groupie 29 juin 2016 15:25

        @tf1Groupie

        Le pain aussi c’était PAS bien


      • Fabienm 29 juin 2016 15:29

        @tf1Groupie
        « Quand on essaie de me vendre que l’homme n’est pas fait pour manger de la viande je trouve que c’est une démarche qui n’est pas objective. »

        => Vous remarquerez que je n’ai pas dit ça.
        Quant au fait d’avoir un regard critique et une approche modérée, c’est vraiment l’esprit de mon article.

        « un Vegan vous dira qu’utiliser un tracteur c’est mieux qu’exploiter un animal qui tire la charrue. » => joli exemple smiley

      • foufouille foufouille 29 juin 2016 17:08

        @Fabienm
        si c’est de l’eau virtuelle appelé aussi eau grise.


      • filo... 29 juin 2016 18:58

        @tf1Groupie
        Ouest ce que pour vous un conseille et invective ?
        Citez les s’il vous plaît dans mon commentaire et vous concernant.


      • filo... 29 juin 2016 19:20

        @foufouille
        Je ne suis pas d’accord avec votre argument concernant tutoiement. Je vous ai pas tutoyé et je n’accepte pas que vous me tutoyez. Je vous demande du respect.
        Et cessez immédiatement de me traiter de facho !

        D’autre part vous m’accusez que j’ai prétendu que manger la viande rend malade !
        Mais je n’ai jamais parlé de ça. C’est du n’importe quoi.

        Êtes vous sûre de savoir lire et comprendre le français ?

        Ou bien vous faites exprès pour entretenir un dialogue de sourd ?


      • foufouille foufouille 29 juin 2016 20:37

        @filo...
        c’est l’usage. point.
        sinon tu prends ta delorean et remonte à l’époque de compuserve et du transpac.
        le respect se mérite.
        "Si vous recherchez un peu sur les végétariens, vous verrez que ces gens sont nettement moins souvent malades que les autres. Statistiques existent depuis un certain temps déjà."
        propagande de facho végétarien. ou de pervers narcissique.
        ce qui est évidement faux car officiellement les omnivores vivent beaucoup plus vieux.
        etc
        ça doit faire le cinquantième article sur le sujet.
        par contre tu peut avoir des gènes d’une espèce d’australopithèque te permettant de brouter de l’herbe.ou plus sérieusement de mieux assimiler les végétaux.


      • papakill papakill 30 juin 2016 07:33

        @Fabienm
        Pour moi qui ai des amis végans et qui essaie de l’être aussi, j’ai la même définition. « Refus de toute exploitation animale »

        Ce qui ne veut pas dire « imposer aux autres de ne pas exploiter les animaux ».

        Mais comme dans tout groupe ou rassemblement d’idées communes, les gens agissent différements. Il y en a qui vont se battre pour faire arrêter l’exploitation animale.

        Moi je pense qu’en se battant, on essaie effectivement d’« imposer » et je ne pense pas que ce soit une bonne solution. Il vaut mieux « convaincre » et ça se fera tout seul.

        Oui les études pro-végétarienne/véganne vont dans leur sens, autant que les études anti vont dans le sens opposée, certains plus haut disent que les études pro sont un ramassi d’ânerie et que les anti sont la vérité... Il serait plus juste de penser qu’il y a des âneries des deux côtés, mais aussi des vérités.

        Après il y a le facteur argent qui entre aussi en ligne de compte. L’industrie agroalimentaire étant une des plus puissante de la planète, il y a forcément en jeu de très gros intérêts qui s’immisce dans les études scientifiques.

        Mais oui tu as raison sur la réactions des gens, il n’y a qu’à lire les commentaires « végétaryen » ou « fachos » à propos de personnes qui veulent juste pas manger comme eux...


      • foufouille foufouille 30 juin 2016 11:31

        @papakill
        une personne qui prétend ne pas être malade, hors allergies, grâce à sont régime et donc que la viande rend malade est pas super loin du facho. puisque ensuite ça dérive comme certaines : les végétariens sont plus intelligent.
        imagine que ce soit l’inverse avec un régime à base de viande crue ? ou avec de la whey ?
        un pays avec beaucoup de végétariens, c’est l’inde et c’est pas mieux mais pire.
        le super de végétarien est un certain tarrier.
        avec d’autres aussi malade de la tête.


      • papakill papakill 30 juin 2016 12:56

        @foufouille
        Je voulais préciser simplement qu’il ne faut pas généraliser. Autant le terme Facho peut désigner une seule personne, quelque soit ses idées, autant végétaryen laisse entendre que tous les végétariens se sentent appartenir à une « race supérieur » ce qui n’est pas vrai pour tous.

        Et que ce soit dans le sens des végératiens ou des mangeurs de viande, affirmer une chose ne vous rend pas facho je pense, c’est le fait d’obliger l’autre qui l’est.

        Affirmer une chose ne peut qu’avoir comme résultat le fait d’avoir raison, tort, une partie raison, etc..

        L’Inde il y a beaucoup de végétariens c’est vrai, c’est pas mieux mais pire je ne sais pas je ne me suis pas renseigné mais ça me paraît difficile à comparer de manière simple vu les différences de culture.

        En tant que partisan du véganisme, il y a beaucoup de choses assez logique que je défend comme la consommation supérieur de ressource pour la production de viande, mais d’autre que je préfère ne pas défendre car les analyses scientifiques d’un côté ou de l’autre semblent cohérente pour un profane comme moi donc difficile de voir le vrai du faux.
        Je suis plus partisan de cette idéologie par le côté éthique, du coup le fait que scientifiquement ce soit mauvais ou bon pour la santé de manger de la viande je m’en tape un peu.

        Le fait de savoir qu’on peut vivre en bonne santé sans carence en ayant un régime végan prouve juste qu’on peut limiter la souffrance et l’exploitation animale donc ça me va.

        Loin de moi l’idée d’empêcher quiconque d’exploiter les animaux, je ne suis pas assez imbu de ma personne pour estimer que ma vision de la chose est la seule vérité. J’essaie juste de rallier à mon point de vue car je l’estime « bon ». Comme le bon et le mauvais reste assez subjectif je respecte que d’autres ne soit pas de cet avis et considère comme « non mauvais » l’exploitation animale pour plusieures raisons qui leur sont propres.

        Il n’empêche que le fait d’être végan ou pas reste une décision propre qui n’a pas à être traité de fasciste ou d’autre adjectifs malvenu. Je suis d’accord pour qualifier les actions perpetrées de fascistes si elles visent à empêcher l’autre de.

        Mais si on considère fasciste un végan qui souhaite abolir le massacre d’animaux, on peut également traiter de fasciste un non végan qui empêche une autre personne de tuer son chien par exemple, ou un autre être humain.

        Sauf si on considère que humain > chien > vache par exemple, mais c’est un autre débat. Tout ça pour dire que c’est quand même très subjectif comme sujet.

        Donc restons cordial et ne jugeons pas trop vite les habitudes de chacun :)


      • jjwaDal jjwaDal 30 juin 2016 19:29

        Oui, on peut être « vegan » dans le monde riche et avec un minimum de moyens (culturels et financiers). L’utilité je la vois pas (et je suis végétarien depuis 30 ans), vu que c’est surtout une faible consommation de viande/poisson qui est utile bien plus que le respect strict d’une idéologie. Oui, notre consommation massive de viande est une belle vacherie et essentiellement parce que nous sommes très nombreux pour la taille de la planète. A 700 millions on pourrait encore s’en mettre à se péter les « durites » mais là... Je veux dire si on est un peu objectif et responsable, notre alimentaire actuelle est suicidaire.
        On s’en moque de ce que mangeaient les Neanderthaliens et Cro-magnons, ils étaient pas 7 milliards et plus et ils n’avaient pas accès à la diversité alimentaire que nous connaissons.
        « Et Dieu ou pas j’ai horreur qu’on me tutoie » disait Desproges...


      • papakill papakill 1er juillet 2016 07:15

        @jjwaDal

        Tout à fait d’accord avec le fait qu’entre une faible consommation et pas du tout la différence sera faible sur les plans énergétique, environnement, etc...

        Il n’y a pas forcément d’ « utilité », c’est un choix éthique pour moi. Le même choix que de ne pas tuer un autre être humain.
        C’est MON choix hein, je ne dis pas que mon choix est meilleur qu’un autre.


      • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 29 juin 2016 12:51

        D’accord sur le fond de l’article mais le steak de Quinoa ça sonne tellement exotique que je sens déjà le kérosène

        Puis comme un con j’ai googelé

        Bon bin bon appétit quand même, faudra se contenter du steak de betterave en attendant que le quinoa pousse vers chez nous, ou juste pas manger de la viande tous les jours...


        • Anthrax 29 juin 2016 13:13

          @La Voix De Ton Maître


          Le quinoa - en Europe, je précise - est un phénomène de mode que l’on peut remplacer par les lentilles et les pois chiches. Mais c’est vrai que salade de pois chiches ça sonne moins bien que salade de quinoa dans le 7eme parisien...

        • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 29 juin 2016 14:55

          @Anthrax

          Pour le quinoa, faut juste attendre que cela se démocratise.

          J’espérais justement une alternative aux pois chiches, lentilles, haricots et mavromatica, si par dessus le marché cela m’éviterai de rajouter de la viande, ce serait le paradis smiley


        • Le p’tit Charles 29 juin 2016 13:20
          De nouvelles images accablantes d’abattoirs diffusées par L214

          VIDÉO - L’association publie une nouvelle vidéo montrant des actes de violences et de graves manquements dans deux abattoirs de l’Hérault et des Alpes-Maritimes. L’un des établissements avait récemment été visité par la commission d’enquête parlementaire lancée en avril.

          Sans compter les produits pollués en vente partout, avec les scandales qui suivent...

          Bon appétit...


          • zoto (---.---.150.101) 29 juin 2016 13:27

            veganisme, Manger (autre nartic du jour)
            je ne savais pas que ce site était un site culinaire ?
            procahin nartic : BOIRE !


            • alinea alinea 29 juin 2016 14:08


              Absolument zoto, cela fait quand même partie des choses que l’on fait le plus souvent !
              perso, je bois du vin bio sans sulfites !! ça peut souler pareil si on n’y fait pas gaffe !! ;-, mais par les temps qui courent, une petite anesthésie avec des éléphants ( oh non pas eux !), des étoiles dans les yeux !!! smiley , ça ne fait pas de mal !!!!


            • Aristide Aristide 29 juin 2016 20:24

              @alinea


              Le monde brûle et vous buvez du vin bio !!! La planquée ...

            • alinea alinea 30 juin 2016 09:47

              @Aristide
              un euro cinquante le litre !! eh oui, je suis planquée, je vis dans une région où je me nourris bio local pour pas cher !! smiley


            • chantecler chantecler 29 juin 2016 14:19

              Bonjour ,
              Je suis adepte de Vegan depuis longtemps ....*
              Et tous les jours je mange des poignées d’insectes avec des baguettes chinoises ...(que dieu me pardonne ce prélèvement sur la forêt ou sur naos réserves d pétrole... ).
              Avec une sauce ad hoc achetée dans les super marchés ...
              Ce qui me dégoûte véritablement , c’est le traitement infligé aux animaux dans les abattoirs industriels : la plupart du temps une pure torture qui va au delà de l’intolérable ....
              Et là je ne plaisante pas .
              $
              Et puis j’ai arrêté bien naturellement d’acheter des légumes , des tomates, des salades ...
              $.
              Ah  ! Le cri d’agonie entendu quand tu arraches une pomme de terre , une ou deux carottes , une frisée (naturellement) et que tu poignardes le coeur d’une pauvre salade : arythmie, fibrillation et mort surnaturelle , alors qu’elle étaient si bien dans leur milieu naturel à pien dérangées par quelques escargots ou limaces : bref des gastéropodes , des petites bêtes qui ont l’estomac dans leur pieds...
              $
              Aujourd’hui je me promène avec un sac en papier « sauvons la planète », un sécateur spécial avec lame en caoutchouc, et je coupe quelques orties ...
              Parfois je cueille quelques mûres, quelques fraises et framboises sauvages , mais je leur demande pardon à l’avance ...
              $
              Evidemment tout cela ne nourrit pas son homme ...
              $
              Alors je me rattrape sur le picrate ...
              $
              Je demande évidemment pardon aux grappes de raisin arrachées au cep nourricier pour la soi disant bonne cause ...
              $
              Mais voilà : la majorité du vin vendu dans le commerce est bourré de mauvaises intentions , pardon ,de toxiques... : exemple de sulfites , agent chimique « conservateur » .
              Le dosage de ce produit était théoriquement contrôlé et l’indication de sa présence sur l’étiquette est obligatoire ...
              Mais , O miracle du vin circulant et vendu en UE , ce taux est devenu complétement élastique .
              $
              Faut dire qu’il ne faut pas faire de peine aux gros pinardiers de notre si chère Europe ...
              $
              Or , ce produit , très répandu donc , si je puis dire , est très toxique : il s’accroche aux plaques musculaires où il déclenche des crises de « crampes » très douloureuses , et probablement dans les synapses de notre cerveau en involution certes , où il fait quelques dégâts ...
              $
              *Nan : je suis (h)omnivore : c’est à dire cannibale .


              • Jeekes Jeekes 29 juin 2016 18:18

                @chantecler
                 

                « Et tous les jours je mange des poignées d’insectes »

                J’ai essayé aussi.
                Mais j’ai craqué quand j’ai vu les larmes de désespoir dans les grands yeux bleus du criquet que j’allais jeter dans l’huile bouillante. Nan, ça m’a fendu le coeur.

                Pi l’huile bouillante c’est pô bon pour la santé non plus.
                Alors maintenant je suce des cailloux.
                Et du coup j’fais un max d’économie de PQ, et ça, c’est bon pour la planète ! 
                 

                 


              • chantecler chantecler 29 juin 2016 21:20

                @Jeekes
                Je te recommande un livre : « la soupe aux cailloux »...
                Mais fais gaffe : je te parle de cette écrivaine :
                http://www.priceminister.com/offer/buy/1166211752/la-soupe-aux-cailloux-de-martine-provis.html (que j’ai acheté autrefois chez Emmaüs ...Et pardon pour la pub involontaire ....)
                C’est un peu comme « le cheval d’orgueil » de Pierre-Jakez Hélias :
                https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Cheval_d%27orgueil_(livre)
                Livres de grandes beautés et de grande misère ...
                Par exemple , pour le second : désespoirs en Bretagne , début 1900, en un temps où certains se jetaient dans un puits ou allaient se noyer dans la mer faute de nourritures....
                (hein , non pas parce qu’ils ne pouvaient s’offrir le dernier téléphone portable... !)
                Et donc « le cheval d’orgueil » c’est le paysan qui tire , attelé à la charrue, car il n’a pas les moyens de s’acheter un boeuf ....


              • Dimistri (---.---.201.70) 29 juin 2016 14:47

                Bonjour,

                Être omnivore est extrêmement opportun, la pérennité d’une espèce dans la nature dépend notamment de la diversité de ses sources de nourriture

                Les créatures civilisés adaptent leur environnement, tendit les créatures sauvages s’adaptent a leur environnement. (L’évolution est forcément réciproque, oui. La tendance quoi :)

                Cela fait donc de pas mal d’entre vous des sauvages, et je ne m’agacerais pas sur le choix d’un terme pour désigner ceux qui aménagent n’importe comment.

                Et je vais aussi me permettre ceci : il y a moins d’un siècle, Si les polonais ne s’étaient pas mangés entre eux, il n’y en aurais plus.

                Bon appétit



                  • Fabienm 29 juin 2016 14:59

                    @foufouille
                    non mais foufouille, essaye au moins de lire les articles que tu envoies smiley


                    1er extrait (je retouche pas hein, c’est écrit comme ça) :
                    « Quant aux pays développés, leurs efforts en matière d’environnement doivent avant tout porter non pas sur l’élevage et la consommation de viande, mais bien sur la réduction de la consommation de pétrole et de charbon pour l’électricité, le chauffage et les transports ; »

                    2ème extrait (le meilleur) :
                    Le Pr Mitloehner, dont le travail a été en partie financé par les producteurs de viande,
                    c’est ce qui s’appelle se tirer une balle dans le pied !

                  • foufouille foufouille 29 juin 2016 17:18

                    @Fabienm
                    Or l’agence de protection de l’environnement américaine (United States Environmental Protection Agency) vient d’estimer que cette proportion est aux Etats-Unis six fois moins importante et ce tout en tenant compte des émissions directes et indirectes de l’élevage : 3% et non 18% !
                    faut lire le reste aussi.


                  • Fabienm 29 juin 2016 17:28

                    @foufouille
                    difficile de prendre le reste de l’article au sérieux quand on voit les énormités qui y sont écrites par ailleurs, mais j’ai cependant noté ce point, je vais aller faire quelques recherches smiley


                  • foufouille foufouille 29 juin 2016 20:41

                    @Fabienm
                    ta recherche va être longue vu que chaque camp exagère. pour la flotte, c’est vraiment de l’eau virtuelle.
                    rien ne se perd tout se transforme.


                  • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 29 juin 2016 17:10

                    L’avenir, c’est la viande humaine.

                    Goûter, c’est l’adopter.

                    Adoptez et goûtez !


                    • filo... 29 juin 2016 19:22

                      @ben_voyons_ !
                      Votre blague c’est du lard ou de cochon ?


                    • Fourmi Agile Fourmi Agile 29 juin 2016 17:28

                      Et les gens qui vivent dans les régions froides, pensez vous qu’ils peuvent se passer de viande ? Lorsque l’hiver est rude, je ne pense pas qu’on tient le coup avec des steak de soja.


                      Et les personnes qui ont un travail très physique, déménageurs, maçons, bucherons, pensez vous qu’ils peuvent se passer de viande ? 

                      Bref, il faut de tout pour faire un monde. Manger ou ne pas manger de viande est une affaire personnelle. Et aucun mode de vie n’est mieux qu’un autre.


                      • Fabienm 29 juin 2016 17:31

                        @Fourmi Agile
                        Tout le monde peut réduire sa consommation de viande (hiver rude ou pas). D’ailleurs de plus en plus de sportifs de haut niveau sont végétariens (Djokovic par exemple), ce qui prouve bien que l’on peut faire des choses très physique en bouffant du quinoa smiley

                        L’idée de l’article n’est pas de culpabiliser qui que ce soit sur sa façon de consommer mais juste de réfléchir à l’impact sur la planète de nos modes de vie.

                      • Jeekes Jeekes 29 juin 2016 18:03

                        @Fabienm

                        Djokovic ? Connait pas !

                        Mais c’est vrai que sur la banquise, c’est à la portée de n’importe quel Inuit de trouver du quinoa. 
                        Sissi, là, juste derrière, à gauche après l’iceberg... 



                      • Fabienm 29 juin 2016 18:25

                        @Jeekes
                        Je crois pas avoir conseillé à l’inuit d’arrêter de manger du poisson.

                        Attends, je me relis.

                        Ben non, je l’ai pas dit.
                        L’honneur est sauf.


                      • Jeekes Jeekes 29 juin 2016 18:56

                        @Fabienm
                         

                        Je suis heureux d’apprendre que la baleine et le phoque sont des poissons.
                        Merci pour cette information qui va illuminer ma soirée !

                         

                      • Fabienm 29 juin 2016 19:02

                        @Jeekes
                        pris au hasard sur le net :

                        L’hiver, les Inuit chassaient les mammifères marins (phoques, morse, cétacés). Pendant l’été, ils se déplaçaient vers l’intérieur des terres pour abattre le caribou, pêcher les poissons d’eau douce, attraper des oiseaux, ramasser des œufs, cueillir baies et herbes. 
                        source : http://www.jeanlouisetienne.com/poleairship/encyclo_histoire_05.htm


                      • marmor 29 juin 2016 17:39

                        15000 litres d’eau pour un kilo de viande !! Lol Allez voir les éleveurs de moutons Néo zélandais.
                        35 millions de têtes, jamais d’étable, jamais d’eau, jamais d’antibiotiques Ils ne leur filent RIEN ! Même pas à bouffer ! Les plus petits troupeaux ont 4000 bêtes,( moins de 200 en France ) le coût de revient d’un kilo d’agneau est 8 fois moins élevé qu’en france. Bon, ils n’ont pas les aides de la PAC !! lol, lol et re lol . Les éleveurs de cochons corses ou basques ne leur filent RIEN ! Les éleveurs de boeuf d’Aubrac, en estive 8 mois par an, ne leur filent Rien à bouffer à part quelques mois d’hiver ( du foin et de l’ensilage )


                        • Fabienm 29 juin 2016 18:22

                          @marmor
                          Oui, d’ailleurs c’est bien connu, les vaches ne boivent pas d’eau (au même titre que le diable de tasmanie ou le lecteur d’agoravox qui préfère le pastis).

                          Tiens, je te laisse faire le calcul tout seul pour les bovins de l’ontario :

                        • Dimistri (---.---.201.70) 30 juin 2016 02:33

                          L’auteur, ça suffit maintenant^^

                          Le monsieur te dit que dans les modes d’élevages en semi-liberté, tu n’a pas besoin de payer une infrastructure de distribution d’eau pour abreuver ton bétail. L’eau y est moins chère car elle n’est pas a traiter transporter contrôler. Pourquoi nier cela ?

                          Cela ne veux pas dire que cela n’a pas d’impact environnemental, mais ce n’est pas pareil qu’une facture d’eau. Cela ne veux pas non plus dire que le nombre d’esclaves nourris par m² exploité est aussi impressionnant qu’avec du sojat, du blé ou du riz.

                          En semi liberté on ne balaye pas la merde, on ne soigne pas les animaux, on ne concentre pas les ammoniaques dans certains sol qui deviennent infertiles, on n’assiste pas les naissances, on ne fait que prélever en fonction de la demande et de temps en temps réguler.

                          C’est mieux que la batterie en terme économiques, écologiques, éthique.

                          ++


                        • Jeekes Jeekes 29 juin 2016 17:59

                          Vachement intéressant.


                          Faudrait qu’on en parle à toutes ces peuplades qui n’ont vécu, voire qui ne vivent encore qu’en consommant essentiellement des produits laitiers. Et à ces autres qui se nourrissent quasi exclusivement de lait et de sang... 

                          Dire qu’ils savaient pas à quel point ils étaient malades.
                          Bon dieu mais c’est bien sûr, je ne doutes pas un seul instant que ça va leur ouvrir les chakras ! 

                          Promis, j’m’en occupe dès que j’aurais le temps de faire un tour au Tibet, au Népal, en Amazonie, en Afrique. Entre autre... 

                           


                          • Fabienm 29 juin 2016 18:23

                            @Jeekes
                            T’embête pas, d’ici là on aura fini de détruire la planète


                          • alinea alinea 29 juin 2016 19:10

                            @Jeekes
                            Êtes vous sûr que les vaches du Tibet bouffent du soja transgénique brésilien ? Les enzymes qui nous servent à digérer le lait s’estompent après le sevrage, sauf si on en garde l’habitude. Les berbères et autres retardés le font fermenter !!


                          • foufouille foufouille 29 juin 2016 20:45

                            @alinea
                            « Les enzymes qui nous servent à digérer le lait s’estompent après le sevrage, sauf si on en garde l’habitude. »
                            non désolé par pour les peuples d’éleveurs de vaches, etc qui ont acquis une modification génétique leur permettant de digérer le lait une fois adulte.
                            les autres ont besoin de beaucoup de temps pour s’adapter. sauf pour certains lait comme celui de chamelle, il me semble.


                          • alinea alinea 29 juin 2016 21:36

                            @foufouille
                            et de la jument.. ; on en trouve facilement partout, et pas cher !! smiley  la brebis et la chèvre sont à peu près digestes, mais le lait de vache !!!


                          • foufouille foufouille 29 juin 2016 22:01

                            @alinea
                             non sérieux. brebis et chèvre, c’est super rare et vachement et fort.
                            pour le lait de chêvre car la brebis, j’en ai jamais vu.


                          • alinea alinea 29 juin 2016 22:05

                            @foufouille
                            Je ne crois pas que ça se commercialise ! ( j’ai même trait une jument une fois !) j’en ai bu parce que j’avais des potes éleveurs ; en revanche, les yaourts ou fromages de ces deux bêtes sont bien meilleurs que les vaches, meuh, et dieu sait que j’aime les vaches même pas noires !!


                          • foufouille foufouille 29 juin 2016 22:54

                            @alinea
                            pour le savon, jument ou ânesse, c’est vraiment le top. donc j’imagine juste le lait.
                            la production est faible donc c’est confidentiel. le fromage doit être hors de prix.
                            c’est dommage que ça se trouve pas.


                          • Dimistri (---.---.201.70) 30 juin 2016 02:57

                            Il existe une feinte.

                            On peut acquérir une bactérie de flore intestinale qui « prédécoupe » les protéines du lait, rendant une personne normale (« intolérante au lactose ») capable de le digérer.

                            Il existe chez les peuples « éleveurs de vaches » a la fois des des mutants qui peuvent digérer le lait comme des bébés et des porteurs de flore intestinale qui peuvent simplifier le lait.

                            ++


                          • chantecler chantecler 3 juillet 2016 19:22

                            @foufouille
                            Le lait maternel, féminin , n’est pas mal non plus mais il faut avoir une nourrice sous la main ...
                            Directement de la productrice au consommateur ...
                            Evidemment ça peut retarder la liquidation , si je puis dire , du complexe d’Oedipe .
                            Donc pas bon pour la virilité .


                          • Owen The Saints (---.---.237.117) 29 juin 2016 18:40

                            tout le monde regardait un peu ses chaussettes

                            Le jour dans ma vie où je suis devenu un chiant !

                            Je plaisante. Il faut un peu de courage, mais c’est gratifiant aussi de donner du sens à ses actes.

                            Moi, c’était un jour en mangeant avec une famille indienne. Un soir, j’ai un peu imposé mon morceau de viande, parce que j’en avais marre et les crocs. Ils se faisaient des gestes discrets (pas suffisamment) de pincements de nez, signe du dégoût. Tout à coup, le sympathique Owen que j’aimais (un beau et fier gaillard) était devenu un sauvage hirsute et affreux à voir se montrant en spectacle d’être satisfait de tuer pour manger.

                            Depuis, je crois, il me reste la bonne question (déjà posée ici, mais ce n’est pas grave) : pourquoi tuer ?


                            • Fabienm 29 juin 2016 19:03

                              @Owen The Saints
                              la question que je me pose en ce moment, c’est plutôt « pourquoi tuer, si on peut l’éviter ? »

                              J’ai pas la réponse (personne ne l’a d’ailleurs je pense)


                            • Owen The Saints (---.---.237.117) 29 juin 2016 19:10

                              @Fabienm
                              .
                              C’est même la question qui tue...

                              Marrant hein ?


                            • pemile pemile 29 juin 2016 22:10

                              @Fabienm « ’J’ai pas la réponse »

                              La nécrophagie ?


                            • Owen The Saints (---.---.237.88) 30 juin 2016 04:40

                              Bonjour Arthes,

                              J’ignore si c’est une honte ou une évidence. Fabienn a reformulé lui même la question : essayez d’y répondre. Après vous faites ce que vous voulez.

                              Le porc, ce n’est pas pareil. Les musulmans en ont fait un tabou car un cochon peut manger des excréments et ingérer toutes de sortes de maladies : ce qui est sacralisé est un réflexe d’hygiène.

                              Dans la famille indienne c’était des regards de côtés que j’avais perçus pour lesquels j’avais cherché à observer pour comprendre. Et fini par percevoir un geste fugace de pincement de doigts vers le nez.
                              Il n’y a pas eu d’échanges là dessus (en tout cas avec cette famille). Il n’y avait aucune volonté de mépris : ils étaient trop pudiques pour cela. C’était très facile de comprendre qu’ils étaient à la fois accablés et résignés au fait que les européens « sont comme ça ». Cela a été beaucoup plus cuisant pour moi que s’il en avaient prosélytisme.

                              C’était un moment qui a rencontré une tournure d’esprit que j’avais. Ce n’est pas plus que cela. En même temps il m’a marqué car il m’a stabilisé un rapport au monde vivant qui est plus à ma convenance.


                            • Owen The Saints (---.---.237.88) 30 juin 2016 11:36


                              Bonsoir arthes,
                              .

                              A défaut de réponse exhaustive que je n’ai pas, des pièces de puzzle.
                              .

                              Au préalable, qu’on soit se comprenne : la question "pourquoi tuer, si on peut éviter ?" ne concerne pas tant la souffrance (mais pourquoi faire mal aussi, hein...), mais bien la raison à tuer alors que l’on peut vivre très bien avec un régime végétarien.
                              Après, la trappe qui existe avec la radicalité, c’est que l’on peut toujours faire mieux, ou plus pur et plus extrémiste. Ce n’est pas le terrain sur lequel je suis intéressé de me positionner.
                              C’est la question qui suffit, puisqu’il n’y a pas de réponse, je pense que j’ai été envahi par l’absurdité de la question, puis la stupidité à tuer. D’ailleurs les devenus veg que je connais n’ont pas été « convertis » par telle personne mais confronté à une situations anecdotique qui les ont mis devant leur hiatus. Et je n’en connais pas non plus qui soient devenus des « enragés », même si ça doit exister, évidemment.

                              .

                               Des prémisses...
                              .

                              Croissez, et multipliez, et remplissez la terre ; et l’assujettissez, et dominez sur les poissons de la mer, et sur les oiseaux des cieux, et sur toute bête qui se meut sur la terre.. Depuis toujours, j’ai détesté cette phrase.
                              .

                              Vous parlez de domination. J’ai bien connu dans la famille ce schéma dominateur / soumis, tout ce que j’en ai pu en tirer est que cela n’a aucun intérêt. La seul fois où j’ai connu ce type de relation amoureuse m’a confirmé mon incompréhension, alors qu’il faut déjà se battre dans la vie, à vouloir encore se battre dans sa maison. Et au boulot, à force de quitter des patrons, j’ai fini par me mettre à mon compte.
                              .
                              Et si vous aviez à choisir entre équilibre et prédation ? Dans l’équilibre, on trouve les appuis les uns avec les autres, c’est de l’organisation qui s’élabore, qu’on secrète, à laquelle on participe. La prédation a pour principe la voracité, son caractère d’être insatiable, le comportement d’être aveugle à soi- même.
                              C’est l’équilibre qui a permis l’expression et la multiplicité des des peuples, c’est la voracité qui transforme tout ça en 7milliards de zombis (ok, Owen colère). Ou l’extinction des espèces sauvages au profit de celles domestiques.
                              .
                              En fait, c’est la prédation que je trouve laid.
                              .
                              Bon, des pièces de puzzles bien épars, mais ce n’est pas facile d’exprimer cela ici pour moi.


                            • Owen The Saints (---.---.238.210) 1er juillet 2016 05:06

                              Bonjour arthes
                              .

                              Une hypothèse : Le besoin d’autorité encore trop fort chez l’humain a pour contre partie l’indifférence à ce qui ne nous ressemble pas.
                              .
                              Le besoin atavique d’autorité : parce qu’on nait impuissants, contrairement aux autres mammifères qui se mettent vite sur pattes. Il reste le besoin surdéterminant à être protégés. Vous connaissez comme moi l’expérience de Milgram, la capacité à détruire l’autre non parce qu’il me nuit, mais parce que l’autorité me dit de le faire. (Je ne suis pas pour autant amateur de la joue gauche, cela ne me gêne pas qu’on tue ceux qui massacrent). 
                              Gamin, on me disait que les animaux ne souffraient pas car ils n’avaient pas d’âme, ce n’est pas loin, ça. Et on n’anesthésiait pas les nourrissons pour opérer car ils n’avaient pas encore de conscience.
                              Et notre intelligence qui nous permet de fabriquer les outils à la place de nos corps impotents nous ouvre à gouverner le monde que l’on se fait. On a tous les choix, mais encore ce point aveugle en nous, et c’est le bordel.
                              L’idéal, ou l’équilibre à notre espèce serait la capacité à chacun de se gouverner.
                              .
                              Dit autrement.
                              Des pêcheurs kanaks m’ont décrit comment il fallait ponctionner dans un banc de poissons, sans tout prendre et la nature refait le banc. Quand j’ai décrit des pêcheries avec filets dérivants ou à palangre de 100 km, le chalutage fond ou les nasses tirées à plusieurs bateaux, ils m’ont regardé comme si j’étais un OVNI. Je ne vous décris pas le froid qu’il y a eu ensuite entre nous, pourtant c’est des potes.
                              Ils sont carnivores : ils savent que le frigo est dans l’eau, qui produit à volonté pourvu que l’on gère les ponctions. Ils ont pris leur place dans l’environnement. Un mot récurrent dans leurs conversations chez eux : « Tranquille ».
                              Moi je suis du monde qui est en en train de faire disparaître les poissons sauvages de tous les océans. J’ai plein accès à l’alimentation conditionnée, y compris les poissons carrés dans l’épicerie du village de mes pêcheurs. Ce refus plus ou moins conscient de ce monde me pousse à devenir végétarien : j’y cherche sans doute ma place.
                              J’ai vu qu’il y avait une vidéo de Rémy Gaillard. Même ce crétin auquel j’aurais bien pu ressembler (j’ai fait quelques conneries de son genre auparavant) se sent rongé par ce monde vorace.
                              .
                              Je vais être pris puis absent les semaines qui viennent.
                              Merci de l’échange.


                            • Thorgal 29 juin 2016 20:16

                              Être vegan à court terme n’est pas une mauvaise idée, c-à-d. pour bien clarifier les choses : manger vegan, pas adopter une religion hein ! concrètement, pas de viande / œufs / laitages /poisson pendant disons une ou deux semaines, parfait, à partir du moment où on mange de la vraie bouffe (fruits, légumes, légumineuses, noix, etc) et que l’apport en protéines est adéquat (si on fait bcp de sport du genre muscu, ça peut être un peu raide ...). A plus long terme par contre, c’est très risqué sur le plan santé et complémenter avec un peu d’apports animaux est fortement recommandé ! En fait, je dirais que l’approche de Michael Pollan est sans doute une des plus raisonnables :

                              https://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Pollan

                              Maintenant, just une remarque sur le CO2 : ce n’est pas un problème. Juger de sa consommation en fonction du CO2 généré est assez risible ... 


                              • Aristide Aristide 29 juin 2016 20:34

                                La question fondamentale sera donc la mangue ou le quinoa. Mais la banane et l’ananas, alors on s’en fout.


                                En kilomètre parcouru, le steack quinoa de l’auteur bat à plate couture mon entrecôte Salers mais bon quand on m’explique gentiment que la viande c’est pas bon pour la planète et que le quinoa, le soja et tout cela c’est super ... parce que la flotte de la vache dans le champ ... je doute ... mais bon le mot magique est prononcé « pour la planète », manque que « les générations futures » est l’argumentaire est parfait.

                                Béarnaise ou marchand de vin l’entrecôte ?





                                • Aristide Aristide 29 juin 2016 20:37

                                  @Aristide


                                  Vin bio bien sur ? Non, un petit Cote du Rhone bien charpenté, pour la marchand de vin faut du corps. C’est pas un vin de mauviette, un bon qui tache ...

                                • Thorgal 29 juin 2016 20:49

                                  @Aristide

                                  Même si c’est un peu « tongue in cheek » comme disent les roastbeefs, je suis d’accord. Le truc qu’on oublie aussi, c’est que traditionellement, on fait un tas de trucs utiles avec une vache entière (pas seulement sa viande). De nos jours, on a plus ou moins oublié donc on pense que c’est du gaspillage, et patati et patata.


                                • César Castique César Castique 30 juin 2016 00:44

                                  @Aristide

                                  « Béarnaise ou marchand de vin l’entrecôte ? »


                                  Si la viande est bien rassise, traitée en cuisson basse température et bleue, la sauce m’apparaît comme un sacrilège...

                                • Aristide Aristide 30 juin 2016 08:18

                                  @César Castique


                                  Ma sauce un sacrilège ! Allons, vous n’avez jamais goutté ma marchand de vin ... et ma béarnaise tiède servi à part, des frites maisons ... et un bon vin, un sacrilège ? 

                                  Pour la cuisson moi, c’est saisi et bien évidement bleue.

                                • César Castique César Castique 30 juin 2016 20:25

                                  @Aristide



                                   « Ma sauce un sacrilège ! »

                                  Toute sauce, sur un morceau de viande tendre bien rassis et cuit, après saisissement, pendant une vingtaine de minutes à 75-80°C (45°C à coeur) est, pour moi, un sacrilège. Désolé.

                                  Et je pense la même chose à propos d’un morceau d’aiguillette, emmailloté dans de la gaze médicale, et cuit au couscoussier (20’ de cuisson + 15’ de pochage), afin de n’avoir d’autre goût que celui de la viande salée et poivrée.

                                • Aristide Aristide 1er juillet 2016 08:32

                                  @César Castique


                                  C’est un peu comme pour vos voisins, vous n’aimez pas les mélanges ... 

                                  Et le vin ne trouble pas trop cet intégrisme boucher ;



                                • César Castique César Castique 1er juillet 2016 15:59

                                  @Aristide


                                  « C’est un peu comme pour vos voisins, vous n’aimez pas les mélanges ... »


                                  Ce n’est pas systématique. Je nappe volontiers le magret de canard d’une crème d’olives vertes, le ris de veau sauce aux morilles est un régal, je ne saurais trop vous recommander la glace à l’huile d’olive et aux pistils de safran* et je congèle une partie de mes cuissons de moules** pour en faire la base de sauces pour les poissons et fruits de mer.


                                  « Et le vin ne trouble pas trop cet intégrisme boucher »


                                  Quand la viande est bonne, il n’est point besoin d’une gorgée de vin pour la faire descendre sans la mâcher.


                                   * Je ne sais pas pourquoi les recettes contenant du safran n’indiquent pratiquement jamais qu’il faut faire tremper, assez longtemps, les pistils dans un petit peu d’eau chaude (récipient fermé, un accident est vite arrivé), par exemple le soir pour le lendemain, avant de verser la décoction dans la préparation au moment voulu.

                                   C’est un conseil que je tiens d’un importateur direct de safran de Taliouine (Maroc), qui passe pour l’un des meilleurs du monde


                                  ** Le site de l’AOP Mont-Saint-Michel annonce l’ouverture de la saison pour le courant du mois, « probablement ».

                                • sparker808 (---.---.48.194) 29 juin 2016 23:53

                                  Merci pour cet article. Je ne mange plus d’animaux depuis plus de trente ans et tout se passe bien...pas vu le toubib, seulement le dentiste...
                                  Les animaux ne sont pas une ressource naturelle, comme le charbon ou autre. Les végétaux si...


                                  • chantecler chantecler 30 juin 2016 16:43

                                    @sparker808
                                    Normal !
                                    Si tu manges que du mou tu perds tes dents !
                                    Et le dentiste , c’est presque pire que le toubib .
                                    Il t’en fait cracher du pognon avec ses appareils fabriqués et achetés 80€ en Inde et revendus 3000 si t’es veinard .
                                    A la marmite , cette engeance !


                                  • Berlingot Berlingot 30 juin 2016 00:28

                                    Bon, moi je suis archi convaincu : je fais mon potager, j’achète local avant même d’acheter bio, j’ai supprimé les sucres, la clope et, sensible à la souffrance animale et à l’impact sur l’environnement, j’ai aussi diminué ma consommation de viande...

                                    Bien, bien, bien. Mais nom de dieu quand l’odeur du barbecue de mon voisin vient chatouiller mes narines, mes papilles frétillent ! Fichtre, un steack ! Vite !

                                    • joletaxi 30 juin 2016 12:17

                                      entendu ce matin sur les ondes Mme Michu qui déclare que manger de la viande c’est caca, et en plus cela détruit l’environnement, que l’on va devoir nourrir x milliards d’humains etc, le fatras habituel d’imbécilités qui traverse l’opinion comme une mauvaise grippe,le tout orchestré par la mouvance des zozos verts, nos nouveaux « inspirés » qui savent eux.
                                      C’est tout de même inquiétant de constater comme toutes ces inepties sont répercutées par la presse, et que jamais personne ne s’interroge sur la réalité de ces affirmations,
                                      Et bien entendu, on a droit au couplet, regardez comme moi je suis « bien », je trie mes déchets, je fais caca dans la sciure, et maintenant je mange des carottes, et d’ailleurs j’exige que dans les cantines dorénavant.... heu avant le vendredi c’était poisson, marrant non ?

                                      http://www.contrepoints.org/2016/06/30/258662-roundup-victime-de-democratie-credules

                                      et pour ceux qui nous bassinent avec la protection de l’environnement, du climat, etc

                                      https://wattsupwiththat.com/2010/09/11/animal-vegetable-or-e-o-wilson/

                                      mais quelle bande


                                      • filo... 30 juin 2016 12:25

                                        Force est de constater que des bons articles sur AV, même des articles avant-garde comme celui ci attirent toujours une nuée des trolls.
                                        Bizarre, bizarre...

                                        Ici ce sont eux qui ont dominés le débat dans un espèce de dialogue de sourd inextricable.

                                        Dommage...


                                        • Fabienm 30 juin 2016 13:33

                                          @filo...
                                          la réponse est assez simple : ago est devenu un site de trolls smiley



                                        • chantecler chantecler 30 juin 2016 16:46

                                          @Fabienm
                                          et Filo !
                                          A la marmite itou !
                                          Allez vendre votre « véganisme » ailleurs !
                                          Trolls vous mêmes !
                                          Et pis il y a d’autres sites où vous pouvez écouler vos âneries et vos fantasmes à un euro ! ...

                                          Non, mais !


                                        • UnLorrain (---.---.215.95) 30 juin 2016 15:14

                                          Malin le vegetarien mangeant le sous produit animalier,il ne sera pas carencer comme je peux supposer le serait le vegetalien...rappelons nous la vieille reclame disant a propos des acides amines composant la proteine,que huit sont dits essentiels,aucunes proteines vegetales ne peut apporter ces essentielles,seul la proteine d origine animale le peut..je suppose qu’etre durablement vegetalien doit provoquer une carence,rabougrir la sante en gros.De tout un peu !voila un appetissant menu !


                                          • Fabienm 30 juin 2016 16:16

                                            @UnLorrain
                                            Il existe même des pédiatres vegans aujourd’hui, preuve que l’on peut se priver à tout âge de protéines animales.



                                          • Armelle Armelle 30 juin 2016 16:13

                                            Etre végétarien ne peut revêtir qu’une notion de respect à l’égard de la vie animale. Et tout cela est bien lié à notre environnement qui fait que nous disposons de pratiquement tout ce qu’on veut et donc pouvons choisir.
                                            Je mets au défi un végétarien d’aller vivre chez les inuits !!! je lui donne 4 jours pour se ruer sur la viande !!!
                                            Mascarade et mode de bobo
                                            La seule idée raisonnable c’est de manger DE TOUT raisonnablement...Le reste c’est du jus de cerveau et juste une mode possible à suivre dans nos pays où nous débordons de tout...


                                            • Fabienm 30 juin 2016 16:15

                                              @Armelle
                                              Bof, non, je connais des végétariens qui ne mangent plus de viande pour différentes raisons (autres que le respect de la vie animale). Pourquoi toujours vouloir mettre des gens dans des cases ?

                                              Quant à la question de la vie chez les inuits, je crois que ce n’est pas qu’un problème de nourriture. N’importe quelle personne occidentale (végétarienne ou pas) ne tiendrait pas 4 jours dans cet environnement hostile smiley


                                            • Armelle Armelle 30 juin 2016 16:46

                                              @Fabienm
                                              ’’Bof, non, je connais des végétariens qui ne mangent plus de viande pour différentes raisons (autres que le respect de la vie animale).’’

                                              Facile à écrire sans donner ces raisons en question !!! Quelles sont elles ?
                                              Pour ma part je ne mange de la viande que deux fois par semaine et de la très bonne ! Et je mets au défi qui que ce soit de me démontrer un quelconque risque en terme de santé !
                                              TOUT, ABSOLUMENT TOUT n’est qu’une question de dosage ! mais ça, ce n’est pas le fort de l’humain

                                              Et justement je préfère encore les végétariens qui le sont dans le respect de la vie animale, tout les reste est du bla bla qui ne veut rien dire et qui n’est présent QUE dans nos sociétés occidentales.
                                              Revoyons nos modes de consommation et nos modes d’élevage suivrons. Chez nous, c’est la demande qui induit la forme de l’offre, et comme dirait... pour que le monde change, changeons nous même


                                            • Fabienm 30 juin 2016 16:50

                                              @Armelle

                                              « Facile à écrire sans donner ces raisons en question !!! Quelles sont elles ? »

                                              => la plupart du temps c’est par goût (on aime pas trop la viande, puis de fil en aiguille...) et par souci écologique

                                              «  pour que le monde change, changeons nous même »
                                              => c’est tout l’idée de l’article smiley

                                            • Xenozoid 30 juin 2016 18:29

                                              le probleme n’est pas le fait qui tue, car ça on sait c’minimum 64 millards d’animaux et sans les poissons, mais le fait que des gens comme foufouille se mettre en mode défence attaque a chaque sujet sur les végétariens,je pige pas,moi je mange pas de viande ,j’evite le cuir les oeufs et lait,même fromage mais c’est dur(le fromage surtout) mais je ce n’est pas un trauma,c’est un choix,.....

                                              apres si c’est meilleur ou pas ,j’ai pas de télé non plus...
                                              et je n’ai pas été mordu par un lapin

                                              • foufouille foufouille 30 juin 2016 19:08

                                                @Xenozoid
                                                toi, tu es un mec bien. un bon végétarien. pas un emmerdeur immortel.


                                              • sls0 sls0 30 juin 2016 19:04

                                                123 réactions sur ce sujet, un article avec 2-3000 morts en Afrique suite à une guéguerre, une dizaine de réactions.

                                                J’en suis à moins de 2 tonnes d’équivalent CO² par an, voilà qui va plaire à l’auteur.
                                                Dans mon bilan carbone j’ai quand même une partie viande, je vis dans un pays pauvre, j’imite, c’est 20-30gr par jour du poulet ou du porc. L’alimentation des animaux c’est pas trop style batterie, les chèvres où il y en à le plus c’est dans le cimetière. 3 fois par semaine on passe pour récupérer les restes alimentaires pour les cochons qui eux se trouvent plus souvent dans la forêt.

                                                Manger de la viande n’est pas incompatible avec un bon bilan carbone si ce n’est pas style occidental. Pas obligé d’être végan.

                                                C’est l’excès qui est mauvais. Si je bouffe du qinoa, je mange local, en France, il en faut du pétrole pour en manger.

                                                L’homme est omnivore, ses intestins l’attestent, ça fait longtemps qu’on en parle si je me base sur une étude de 1904. Dans cette étude il vont même jusqu’à dire que la taille du caecum indiquerait le carnivore.
                                                Carnivore OK mais pas 100% carnivore.

                                                En écrivant ces mots je m’aperçois que ça fait 4 ans et demi que je n’ai plus manger une entrecôte saignante. Le mois prochain j’irai m’en taper une à la capitale. Deux fois 35km avec mon fidèle destrier à 1,4l/100 ça peut aller, c’est du boeuf argentin, 6000km, pas bon coté carbone. OK c’est une fois tout les 4 ans et 6000km c’est moins que les 10000km du qinoa en France, n’empêche qu’un fois tout les 4 ans je fait comme un occidental.

                                                Végétarien ou pas je m’en fous, ce que je regarde c’est le gaspillage, la vie que l’on prend aux autres y compris ceux du futur. Le bilan carbone est un bon indicateur.

                                                Je veut bien discuter mais qu’avec des personnes qui sont à moins de 3 tonnes de CO² par an, pas la peine d’être aussi rigoureux que moi ou une majorité de gens sur terre, 3 tonnes c’est suffisant.


                                                • Iren-Nao 1er juillet 2016 06:26

                                                  En Argentine on ne bouffe presque que de la barbaque, souvent trop fraiche a mon gout et l’apport vegetal c’est souvent le mate qui est une decoction de plantes locales, on est loin des 5 fruits et legumes par jour. !
                                                  Les Inuits n’ont aucune plante, c’est soit mamiferes, soit poisson, et le dimanche de l’ours. Çà ne les empeche pas d’etre bien dodu.
                                                  Vous souvenez vous des verres de lait de Mendes France a l’école. Le lait est maintenant devenu caca mais je n’ai rencontre presque personne qui s’en passe ou qui ne le digère pas, ça reste un aliment fort nutritif. La dernière saloperie a la mode c’est le gluten.
                                                  On veut vraiment nous faire avaler n’importe quelle connerie.
                                                  Quinoa, je ne crois pas en avoir jamais mange, mais je suis très lentilles et pois chiche.
                                                  Iren-Nao


                                                  • babadjinew babadjinew 1er juillet 2016 11:45

                                                    Merci pour cet article équilibré qui grosomodo nous dit que le microcosme génère le macrocosme. Mais une fois de plus l’esprit humain tranche entre pro vegan et anti, rien de neuf sous les tropiques de la connerie cosmopolite humaine.


                                                    Histoire de bien situer le point de départ je suis végétarien depuis plus de 30 balais mais encore aujourd’hui au besoin je sais encore saigner un mouton, un cochon ou autres poules, les vider, les découper les cuisiner pour mes amis qui d’autres CHOIX DE VIE ont fait ! J’ai toujours pas oublier que pour manger de la viande il faut d’abord donner la mort, et donner la mort est un acte par essence cruel, voir barbare. Et ce n’est certainement pas un shoot à je ne sais quelle saloperie chimique et soporifique qui cette donne changera ! Au passage ce shoot chimique dans nos assiettes vient s’ajouter aux pesticides, antibiotiques, et autres additifs de croissances. Ça, c’est pour les perchés qui sont choqués par la réalité des mises à mort, et pour EUX, mieux vaut vite devenir végan car de la naissance à la mort un animal d’élevage est torturé sans relâche ! (Espace pour vivre, nourritures, traitement chimique en tous genres, transport, etc......) 

                                                    Ensuite pour le manger bio voir de surcroît bio/vegan mieux vaut avoir une bourse bien remplit car la différence de prix est bien plus que marquée et ce type d’alimentation est trés loin d’être accessible à tous en occident et carrément impensable dans bon nombres de pays Inde comprise !

                                                    La mauvaise fois des deux partis est elle aussi triste. Oui manger carné est énergivore, polluants, et le ratio viande et végétal est certainement de 1 pour 10 pour 1kg. Cependant quand nous achetons des légumes d’Espagne ou d’Israël nous volons littéralement leur eaux qui n’a rien de virtuel. Le sud de l’Espagne ce désertifie, quand à Israël elle met en place des barrages qui génèrent des pénuries dans d’autres pays. N’oublions pas le pétrole nécessaire à l’irrigation, à la désalinisation, transport, aux traitements chimiques...... Bref l’ensemble de l’alimentation humaine est dépendante du pétrole. Cela nous aura donné la fausse idée d’abondance qui nous permet aujord’hui de jeter en occident 50% de l’alimentation que nous achetons ! (A vomir !!!!!)

                                                    De plus il est peut être temps de s’interroger aussi sur la fulgurance et l’essor de cette mode végane. Partout en occident cette mode explose, pour x bonnes raisons pourtant ils n’est pas commun que la triste babylone lance une mode sans y trouver à l’arrivé des « Putains » de gros milliards à répartir dans le cercle plus que restreint du 1%. A mon avis ces vautours ont simplement sorti la calculatrice à gros sous de leur poche et l’on adaptée à la nouvelle donne des nouvelles classes moyennes droits issus des BRICS. L’indien malgré sont végétarisme millénaires, le chinois malgré ses chien, ou encore tous les autres nouveaux « moyens » veulent tellement singer nos stupides modes de vie que l’alimentation carné est devenu un signe de réussite économique et sociales. La demande explose donc et de surcroît ses nouveaux consommateurs fraîchement lobotomisés sont bien moins regardant que les blasés que nous sommes en terme d’hormones de croissances, de nourritures OGM, de conditions d’élevages et d’abattage. Les terres arables étant limitées nos grands argentiers savent très bien qu’il est impossible de proposer notre alimentation carné aux 9 milliards d’humains que bientôt nous serrons !

                                                    En fin stratège ils poussent donc « L’Occidental » à basculer vers le Végé/Végane/Bio qui leur permet de produire dans tous les pays pauvres du « Bio » à moindre coûts omettant d’ailleurs toujours de nous informer sur le ratio de CO2 (Irrigation et transport), nous facturant plein pot des tarifs exorbitants. (Le dernier en date sur un marché local 7€/kg pour des haricots vert.....) De l’autre coté du monde ils refourguent l’alimentation carné gavé maltraité comme le must des standards occidentaux.

                                                    Aux vue des réactions pour cet article je crains fort que cette stratégie fonctionne plus que bien.

                                                    En attendant si le soucis réel est l’environnement retournons à nos propre cultures hydroponiques pour les citadins et en pleine terre pour les ruraux, mangeons moins de viande de batteries et privilégions la vrai viande de (plein air) tordons le coûts à cette infâme loi européenne qui nous oblige maintenant à passer par des abattoir alors que jadis il était possible d’acheter à plusieurs une carnes sur pieds qui en temps et en heures était saigner au sein même des exploitations.

                                                    Bref, cessons d’acheter pour jeter, produisons nous même ce que nous pouvons, reprenons le chemin de nos fours et gazinières pour élaborer nous même nos propre repas ! Et la, vegan ou pas nous agirons réellement pour nos enfants et pour la planète !

                                                    Wake Up !!!!!      



                                                        .    . 

                                                    • Fabienm 1er juillet 2016 11:50

                                                      @babadjinew
                                                      Ah oui, je suis bien d’accord avec ce que vous dites, merci pour le commentaire (ça relève un peu le niveau smiley )


                                                    • tf1Groupie 1er juillet 2016 17:38

                                                      A lire les commentaires il reste toujours la même confusion :

                                                      on mélange allègrement « manger mieux », « ne pas manger de viande » et « être Vegan », trois positions très différentes.

                                                      Tout ça superposé avec des considérations écologiques plus ou moins pertinentes.


                                                      • Pierre 3 juillet 2016 13:01

                                                        Ouais, sauf que :

                                                           - ce régime refile des carences,
                                                           - il faudra envoyer des filières à l’ANPE,
                                                           Mais on peut admettre l’idée que, pour ne pas martyriser jusqu’à l’absurde les bestioles, il serait souhaitable de limiter la consommation de produits animaux qui s’est trop généralisée puisque la démocratisation est un désastre final dans la majorité des cas comme le tourisme par exemple.

                                                        • JMichel (---.---.105.116) 3 juillet 2016 14:37

                                                          « j’ai mon steak de Quinoa qui est bien grillé »

                                                          En deux mots ( steak et grillé ) vous venez de demontrer que vous n’avez pas encore assimilé que ce que vous mangiez n’est pas un steak grillé. Vous avez encore un long chemin a parcourir, mais c’est deja un bon commencement.



                                                          • baron 3 juillet 2016 15:49

                                                            Franchement ces gens font peur. Et comme tout les fanatiques dangereux ils pensent sauver les autres.
                                                            Mais ce qui les rends dangereux de façon hors norme, c’est qu’ils pensent sauver la planète, rien de moins et ça c’est déjà nous faire rentrer par la petite porte dans une logique de conflit ou pire génocidaire ..... Bref, des incultes et des fous avec un fort potentiel de dangerosité.
                                                            Jusqu’à présent on apprend encore dans les écoles que l’homme est omnivore, on peut parier que cela va changer...
                                                            Passons sur la baisse du QI dont on peut se demander d’ou ll vient ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité