• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > VELIB et SMOVENGO : le fiasco

VELIB et SMOVENGO : le fiasco

En quoi le nouveau vélib relève d'un fiasco ?

Fervent partisan du vélib et aussi du nouveau vélib promettant de nouvelles fonctionnalités très utiles, force est de constater l'ampleur du fiasco du nouveau VELIB et de SMOVENGO, nouvel opérateur.

Comme la majorité d'utilisateurs, je m’étais fait une raison depuis octobre 2017 : la disparition progressive des stations relevait du prix à payer pour obtenir un service de meilleure qualité.

C'est donc avec patience et confiance que j'ai attendu le nouveau vélib en payant de très nombreux carnets de tickets de métro.

Même l'énorme retard pris pour le déploiement des nouvelles stations par rapport au calendrier annoncé pouvait être pardonné dès lors que les chantiers avançaient et que la fin du tunnel était promise. D’autant que le nouveau vélib, une fois libéré de sa borne d’attache, est effectivement bien plus agréable que l’ancien.

Mais ce qui est totalement inacceptable, c’est le fiasco du nouveau système : lorsqu’enfin quelques nouvelles stations sont entrées en service, on découvre alors l’ENORME MENSONGE : les dysfonctionnements du nouveau système sont gigantesques au point de rendre impossible l’utilisation effective et quotidienne du service.

L'application annonce en direct la disponibilité des vélos. Mais les informations sont systématiquement mensongères. On annonce des vélos qui n’y sont pas ou bien qui sont tous en panne. Très souvent, c’est la station dans sa totalité qui est en panne !

Alors qu’elles sont neuves, les bornes sont en perpétuel dérangement, et l’application trompe en permanence les utilisateurs.

Un vélo attaché sur 20 est utilisable, et aucun vélo électrique, le système refusant de les libérer de leur borne d'attache.

La conception du nouveau système est totalement inadaptée. Avec l'ancien système, on passait la carte d'abonnement sur la borne et le voyant passait au vert : on pouvait partir. Trop simple, trop efficace, trop agréable...

Aujourd'hui, il faut des manipulations sur le guidon et attendre, attendre, attendre avec des logos difficilement compréhensibles, pour constater in fine que le système, laborieux et très lent, ne fonctionne pas. C'est juste insupportable.

C'est la conception même du nouveau système, de la nouvelle application, du nouveau logiciel qui est en cause. Et cela nous promet des années de galère avant que tout ne soit enfin à nouveau modifié.

Quel dommage ! Quel gâchis ! SMOVENGO finira par déposer son bilan, avec ou sans pénalités qui ne seront jamais réglées...

Le vélopartage était écologique, économique, pratique, souple, convivial. Chaque jour je remerciais haut et fort les derniers Maires en excercice d'avoir fait bouger les lignes du déplacement à Paris. J'avais moi même abandonné mon scooter polluant au profit de ce service sportif, écolo et pratique.

Mais ce service relève aujourd'hui de l'enfer, et cela pour longtemps.

Il va falloir abandonner ce mode de déplacement.

J'en veux terriblement aux incapables de SMOVENGO.

Et aussi aux responsables de la Ville d'avoir confié à une start up sans suffisamment d'assise les destinées d'un service d'intérêt général aussi utile et novateur que celui-ci.


Moyenne des avis sur cet article :  2.97/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Diogène Diogène 17 février 21:58

    quand la sncf sera privatisée, ça fera pareil avec les trains !


    • Le421 Le421 18 février 17:48

      @Diogène
      Affaires parisiano-parisiennes dont on se branle joyeusement le soir au coin du feu.
      Et ce ne sont pas les campagnards qui ont commencé.


    • Ruut Ruut 18 février 07:02

      Bienvenu dans le privé......

      Le service publique assure un service de qualité a tous.
      Le privé ne s’intéresse qu’aux gains a cour terme. Le service ce n’est pas son job.


      • Diogène Diogène 18 février 08:06

        @Ruut

        je connais un organisme privé qui offre un service de qualité : le George V
        ila faudrait leur confier la gestion de la SNCF et des vélos, mais à condition que les tarifs restent corrects et qu’ils ne touchent pas de subventions, sinon, c’est de la triche, comme pour les autoroutes

      • jacques 18 février 16:58

        @Ruut
        oui, enfin, velib était également privé hein.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 février 09:43

        Rhaaa les questionnements existentialistes du citoyen parisien éco-responsable...demerdez vous dans votre« cité-monde » comme dit l’âne. Le monde rural,lui,creve réellement et sent bien qu’on veut lui imposer le vélo sans selle .


        • jymb 18 février 12:15

          Arrêtez de gémir

          Les parisiens ont élu Anne Hidalgo en toute connaissance de cause, ils ont choisi et comme prévu ils ont le naufrage, la veille invivable, sale et paralysée

          Idem, les français ont donné les pleins pouvoirs à Macron et sa clique, ils n’ont plus qu’à courber l’échine, ahuris d’impôts, de taxes, de contrôle de l’information, d’autophobie haîneuse, d’oukazes européens


          • JP94 19 février 00:35

            @jymb

            Vous parlez comme Macron à qui vous feignez de vous opposer, mais ce sont bien les citoyens lambda après qui vous en avez et que vous sommez de la boucler.
            Vous avez fait partie d’un comité de campagne de ce rothschildien ?

            On a bien le droit de dénoncer la politique menée, n’étant en principe pas en dictature comme vous vous y voyez déjà.
            Du reste, pour Paris c’est Hidajgo au nom de la transparence et de la concurrence libre et non faussée - concept issu du fameux TCE qu’elle applique donc,- qui l’a décidé. 
            Des salariés de Vélib’ m’avaient prévenu du plan social Vélib qui en découlerait ( et là Hidalgo , le MEDEF et Macron se partagent le boulot de casse) mais aussi des dysfonctionnements prévisibles , vu que tout y est fait à l’économie, mais le système antivol..mais Hidalgo s’en fout, elle ne dot pas rouler en Vélib et les emplacements Vélib sont sans doute voués à être rentabilisés plus tard de façon plus lucrative que les les Vélib...


          • jymb 19 février 13:27

            @JP94

            Je me suis opposé autant que possible dans mon cercle de connaissance à l’élection de cet arriviste forcené, en pure perte, et ne peux que constater tristement le résultat ( sus cité) 

            Quand à Hidalgo...


            Si pas encore vu...

          • jymb 18 février 12:16

            bug

            ...la ville invivable....


            • rugueux 19 février 11:35

              Moi avec mon vieux diesel je n’ai aucun souci..Il fonctionne...OK il y a les embouteillages, mais c’est voulu par la reine des vélocipédistes...


              • Buzzcocks 19 février 14:38

                Je ne vois pas comment un système pareil est viable. Sur le papier, l’idée est géniale mais avec 5% de glandus, vous allez avoir des dégradations, des vols et rapidement le système n’est pas rentable. Alors effectivement, soit vous le subventionnez pour compenser les pertes, soit ça part en couilles.
                Gobee Bike avait lancé des vélos en accès libre, déblocable avec son smartphone pour 50 cents la course. A Lille et Reims, après quelques mois, 80% de la flotte de vélos était HS.
                A paris, à chaque fois que je vois un Gobee Bike, il jonche par terre avec parfois une selle en moins, une chaine cassée etc...


                • zygzornifle zygzornifle 19 février 16:05

                  Avec la montée de la seine il y a peu il aurait fallu des pédalos bleus ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès