• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Venezuela : incubateur de démocratie pour les peuples

Venezuela : incubateur de démocratie pour les peuples

 

Le Venezuela de la Révolution bolivarienne s’est transformé en un véritable incubateur qui donne naissance à une nouvelle démocratie, la démocratie, caractérisée par la participation directe du peuple au pouvoir. À ce jour, la démocratie à laquelle l’Occident s’est fait le grand promoteur, la démocratie représentative, s’est révélée être davantage la démocratie des élites que celle du peuple. 

Ainsi, l’air de rien, nos États démocratiques sont devenus des États dominés et dirigés par des élites dont les intérêts occupent la première place. Les processus électoraux sont tels qu’ils permettent facilement à ces élites d’agir tout autant au niveau des partis politiques qu’au niveau des processus électoraux. Nous avons tous et toutes à l’esprit de ces exemples de fraudes électorales soigneusement mise à exécution pour que les élus soient ceux et celles qui sauront le mieux répondre prioritairement aux intérêts de ces élites. Il suffit d’interpeller « Google » ou « Yahoo » sur « fraudes électorales  » pour se convaincre, si besoin était, de ce cancer qui a contaminé et continue de contaminer cette « démocratie » que les dictionnaires définissent comme étant « le pouvoir du peuple pour le peuple  ». Pas surprenant que ces spécialistes de la fraude électorale ne soient pas pressés pour faire appel, entre autres, aux plus hautes technologies pour assurer la fiabilité de l’identité des électeurs et électrices ainsi que de la crédibilité du dépouillement des bulletins de vote. À ceci, il faut évidemment ajouter le plein contrôle des investissements qui rendent possibles les élections.

Lorsque les chefs d’État se présentent à la Tribune des Nations Unies, le discours qu’ils tiennent ne fait écho, pour la plupart, qu’à la vision dominante de l’État le plus puissant auquel ils se soumettent. C’est le cas de plusieurs pays de l’Amérique latine et de l’Europe qui ne parlent que de ce dont les États-Unis leur autorisent de dire, ce qui, dans plusieurs cas, va à l’encontre de ce que leur propre peuple pense. Par exemple, lorsque le président de la Colombie, Juan Manuel Santos, à la tribune des Nations Unies, parle du Venezuela comme d’une dictature et d’un pays en ruine, il ne parle pas au nom de son peuple, mais il le fait au nom de l’État qui lui donne des millions de dollars pour ses bases militaires en Colombie. Que d’États et de gouvernements ont perdus leur indépendance et souveraineté avec des gouvernants vendus à l’avance à l’Empire qui s’incarne dans les États-Unis d’Amérique.

Aujourd’hui, nous réalisons plus clairement que nos démocraties ne sont qu’une façade à un État profond concentré dans ceux qui détiennent les grands pouvoirs économiques, politiques, militaires. Ils sont les véritables détenteurs du pouvoir et tous les acteurs qui les entourent n’en sont que des couvertures, au large sourire, qui sacrifient les intérêts prioritaires du peuple au profit des intérêts prioritaires de ces maîtres de l’État profond et de tous ses acolytes. C’est triste à dire, mais la démocratie représentative du peuple s’est vite transformée en une démocratie représentative, avant tout, de ces élites de l’État profond. Ces derniers sont présents dans tous les pays et dans tous les États.

HUGO CHAVEZ ET LA RÉVOLUTION BOLIVARIENNE

Pour comprendre Hugo Chavez et cette révolution bolivarienne dont il s’est fait porteur, il est important de comprendre ce qui est advenu véritablement de cette démocratie représentative à laquelle tous les peuples de l’Occident et d’Afrique sont invités à participer. Elle est l’outil par excellence des élites de l’État profond pour prendre le contrôle des États et de leurs richesses sans devoir le faire par la force de la guerre. Hugo Chavez a compris cela et il a également compris que ce scénario ne saurait être modifié sans une participation consciente et responsable d’un peuple sachant se tenir debout. Il a compris que tant que les Constitutions des pays seraient le produit des élites et non des peuples, tout changement ne saurait se réaliser. Ainsi, lors de l’élection présidentielle de 1998, il a promis qu’en étant élu président, il convoquerait une assemblée constituante du peuple pour l’élaboration d’une nouvelle constitution pensée et voulue par le peuple.

Assermenté comme président, en janvier 1999, il convoqua aussitôt à une Assemblée nationale constituante à laquelle s’est joint le peuple.

« Après l'élection d'Hugo Chávez à la présidence de la République en décembre 1998, une Assemblée constituante élue démocratiquement a été convoquée, à la suite d'un référendum, comme promis lors de la campagne présidentielle. Cette décision a été motivée parce que, selon Chávez, le système politique hérité de l'ancienne Constitution de 1961 isolait les institutions du peuple. Cette initiative a reçu un large soutien populaire, en particulier parmi les classes les plus pauvres du Venezuela, qui avaient connu une baisse significative de leur niveau de vie au cours de la dernière décennie et demie. L'Assemblée nationale constituante (ANC), composée de 131 élus au suffrage universel direct, a été convoquée en août 1999 pour commencer la rédaction d'un nouveau texte constitutionnel. Les chavistes dominant largement l'Assemblée, les travaux ont été brefs et le 15 décembre 1999, la nouvelle constitution est approuvée par référendum à une large majorité. Elle est entrée en vigueur le 20 décembre de la même année. »

C’est dans le cadre de cette constitution que la Révolution bolivarienne se définit comme socialisteanti-impérialiste et de « démocratie participative. » Cette nouvelle constitution, rédigée par 131 personnes, élues par vote direct et universel, et voulue par le peuple. Cette nouvelle constitution, comme il fallait s’y attendre, n’a pas trouvé grâce auprès des élites de l’État profond et de leurs acolytes. Ce fut le début d’une guerre qui dure jusqu’à aujourd’hui. Les décisions du peuple sur l’usage à faire des immenses revenus des plus importants gisements de pétrole au monde, des mines d’or et autres, contrevenaient à l’usage qu’en faisaient les multinationales étasuniennes et les oligarchies nationales. Il était devenu impensable, pour ces derniers, que les intérêts du peuple passent avant ceux des élites.

Je vous invite à lire ce que fut le coup d’État militaire de 2002. Je vous invite à lire également ce que furent les dernières élections de Chavez et l’arrivée de Maduro

Nous pouvons entrer maintenant dans ce qui fait l’actualité autour du Venezuela et le combat héroïque que mène le peuple contre cette offensive criminelle de toutes ces forces de l’État profond de Washington, du Venezuela, de leurs alliés, mettant à contribution tous leurs médias. Je me dois d’ajouter ici le fait que l’épiscopat vénézuélien fait également partie de cette offensive. 

Tous les moyens deviennent bons pour déloger ce gouvernement et avec lui ce peuple qui se tient debout. : Guerres économiques visant à créer la rareté des biens et à indisposer le peuple contre un gouvernement qui n’arrive pas à leur fournir les biens essentiels. Guerres de violence et de haine visant à créer la peur et l’insécurité. Pendant les mois de mars jusqu’au 30 juillet, des mercenaires et terroristes, à la solde de l’opposition, financée par Washington, ont créé le désordre, en tuant, en blessant, en détruisant des biens publics, tout cela mis au compte du gouvernement par les médias de l’empire. Guerre de désinformation et de diabolisation visant tout autant le gouvernement que son président, en la personne de Nicolas Maduro. On parle de ce dernier de dictateur, du gouvernement de dictature. On présente le peuple comme un peuple opprimé, affamé, sans médicament. En somme, l’idée d’un peuple victime d’un gouvernement en faillite et au secours duquel la communauté internationale doit se porter.

Ce que le président Trump a dit à la Tribune des Nations Unies ne fait que reprendre ce scénario de diabolisation du Venezuela, passant sous silence cette démocratie participative qui a fait l’émerveillement de plus de 160 représentants de 72 pays en visite au Venezuela ces jours derniers, pour constater en direct ce qui se vit dans ce pays. Pour plusieurs, ce fut une grande surprise de découvrir un peuple bien en vie, structurée, organisée et sachant chanter et se solidariser.

Le premier mai 2017, le président Maduro, face à la violence soutenue par l’opposition et Washington, s’est prévalu du pouvoir que lui accorde la constitution de convoquer à une Assemblée nationale constituante pour qu’elle apporte la paix et permette de constitutionnaliser les acquis de la révolution bolivarienne. Cette fois-ci, ce furent 545 personnes appelées par vote secret et universel à former cette Assemblée nationale constituante. Ce vote a eu lieu le 30 juillet et ce sont plus 8 089 239 électeurs et électrices qui se rendirent, contre vent et marée, à déposer leur bulletin de vote pour l’ANC. Une très grande victoire pour le gouvernement et pour le peuple, surtout si on prend en considération toutes les menaces dont furent victimes un grand nombre de ces gens. À titre de comparaison, l’opposition qui a pris le contrôle de l’Assemblée nationale législative lors des élections de 2015 avait totalisé 7 707 422 votes. 

Je conclus en insistant sur le fait que l’existence de cette ANC est une innovation unique au monde et qu’elle a pour effet de mettre « jaque mat » les maîtres de la démocratie représentative. C’est ce qui dérange le plus ces grands démocrates qui n’avaient qu’à venir chercher leurs votes en utilisant argent et divers autres subterfuges et repartir avec le pouvoir de l’État et de ses richesses pour en faire ce que bon leur semblait. Le Venezuela fait la démonstration que ce temps est terminé et qu’un peuple conscient, responsable et organisé est en mesure de faire face à ces élites aux ambitions insatiables. 

Le Venezuela a généralisé l’éducation gratuite à tous les échelons, du primaire à l’universitaire, il en a fait de même avec la santé accessible gratuitement dans tout le pays. Il a construit plus d’un million de résidences pour les familles en besoin. Avec toutes ces réalisations, il devient un mauvais exemple pour les autres pays qui n’arrivent pas à assurer ces biens essentiels. Le néo-libéralisme et la démocratie représentative, faite sur mesure pour ce dernier, feront tout pour que ce régime démocratique du peuple pour le peuple ne survive pas. Le Venezuela et son peuple sont prêts à livrer ce combat, si nécessaire, d’autant plus qu’ils ne sont pas seuls. Les pays non alignés au nombre de 120 se rangent du côté du Venezuela. La Russie, la Chine et l’Inde sont là pour contrer les sanctions imposées par Donald Trump et confirmer leur solidarité stratégique avec le Venezuela et la révolution bolivarienne..

Il reste encore beaucoup à dire et je compte sur vous pour en ajouter ou en préciser les termes.

Oscar Fortin

Le 21 septembre 2017 

http://humanisme.blogspot.com 


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • Cateaufoncel 22 septembre 11:49

    "Aujourd’hui, nous réalisons plus clairement que nos démocraties ne sont qu’une façade à un État profond concentré dans ceux qui détiennent les grands pouvoirs économiques, politiques, militaires. Ils sont les véritables détenteurs du pouvoir et tous les acteurs qui les entourent n’en sont que des couvertures, au large sourire, qui sacrifient les intérêts prioritaires du peuple au profit des intérêts prioritaires de ces maîtres de l’État profond et de tous ses acolytes."

    On croirait entendre Trump dans son dernier clip de campagne et, plus ou moins, à la tribune de l’ONU :

    ...la meilleure partie de la constitution américaine réside dans ces trois mots magnifiques : “nous le peuple.” Des générations d’Américains ont été sacrifiées pour maintenir la promesse de ces mots, la promesse de notre pays et de notre grande histoire.
    En Amérique, les gens gouvernent, les gens dominent, et les gens sont souverains. J’ai été élu non pas pour prendre le pouvoir, mais pour donner le pouvoir au peuple américain, à qui il appartient.


    • oscar fortin oscar fortin 22 septembre 12:38

      @Cateaufoncel : Au niveau des discours vous avez raison de relevé ce rapprochement. En janvier 2017, j’avais justement relevé ce rapprochement entre Trump et Maduro dans un article.



      La réalité des faits nous ont vite ramenés à un Trump pour qui la parole s’est vite détachée de la réalité de ses actions. Le véritable Trump est celui qui se révèle aujourd’hui avec toute l’arrogance et la désinvolture qui n’ont rien à voir avec le pouvoir du peuple étasunien mais avec celui des intérêts de l’État profond.


    • Garibaldi2 22 septembre 14:36

      @Cateaufoncel

      Le ’’nous le peuple’’ (we the people) ne fait pas référence au peuple tel que nous le définissons, mais à ceux qui ont rédigé la constitution US et qui était tous des notables, comme G.Washington (planteur), James Madison, Jr (famille de planteurs ... de tabac), John Randolph (avocat), Roger Sherman (avocat), ...


    • oscar fortin oscar fortin 22 septembre 14:44

      @Garibaldi2 : merci pour votre commentaire que je trouve très pertinent dans le cadre de ce débat.


      Bonne journée à vous

    • Cateaufoncel 22 septembre 17:16

      @oscar fortin

      "Le véritable Trump est celui qui se révèle aujourd’hui avec toute l’arrogance et la désinvolture qui n’ont rien à voir avec le pouvoir du peuple étasunien mais avec celui des intérêts de l’État profond."

      Et ça viendrait d’où, toutes ces manoeuvres pour tenter de le discréditer et de l’abattre ? Des rednecks et des suprémacistes blancs ?

      P.S. - Vous n’êtes pas obligés de répondre.


    • Cateaufoncel 22 septembre 17:17

      @Garibaldi2

      Ah bon...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 septembre 07:14

      @oscar fortin


      Bonjour Oscar

      Merci de souligner les éléments qui confortent la légitimité de la gouvernance de Maduro, Je trouve dommage, cependant, que vous perdiez du temps a répondre aux distractions que viennent introduire les trois (3) nouveaux flagorneurs de la position Yankee : CATEAUFONCEL, PETIT LAIT et MCGURK.

      Tout le monde peut constater qu’aucun de ces survenants n’a jamais publié un seul article sur ce site, n’a jamais rempli sa description.... et ne s’écarte jamais d’un iota des positions américaines dont il faut pourtant être d’une pitoyable indigence intellectuelle pour ne pas déjà avoir compris qu’elles ne sont que mensonges et propagande. Ces trois nouveaux intervenants qu’on jette a vos trousses n’ont évidemment aucune crédibilité... pas plus que les USA, d’ailleurs, qui ont commis des douzaines d’agressions et ont fait perpétré les assassinats de Allende, de Khaddafi et de tant d’autres.... La turpitude américaine n’a plus a être prouvée. Tenons la pour connue.... et courage pour poursuivre votre combat sans vous laisser distraire.

      Pierre JC Allard


    • oscar fortin oscar fortin 23 septembre 09:16

      @Pierre JC Allard : Merci pour votre commentaire et vos bons conseils. J’ai bien compris que ces trois mousquetaires sont des trolls qui n’ont d’autres intérêts que de faire dévier les débats. Disons que je m’amuse quelque peu avec ces derniers. sans pour autant oublier le sérieux du sujet.


      Bonne journée et au plaisir de vous relire.

    • Cateaufoncel 23 septembre 11:55

      @oscar fortin

      @Pierre JC Allard

       « …les trois (3) nouveaux flagorneurs de la position Yankee… »

       Je ne veux pas m’engager pour mes petits camarades, mais en ce qui me concerne, je suis résolument trumpien, considérant qu’il y a désormais trois grands partis aux Etats-Unis, les républicains, les démocrates et les électeurs « du » Donald.

       Je laisse ceux qui sont encore englués dans les schémas nés de la guerre froide, mariner dans leurs rogatons idéologiques. Le monde continue de tourner sans eux.

       

       @oscar fortin

      « Disons que je m’amuse quelque peu avec ces derniers. »

       Puisque c’est un jeu, amusez-vous donc à répondre à la question que je vous posais tantôt :

       « Et ça viendrait d’où, toutes ces manoeuvres pour tenter de discréditer Donald Trump et de l’abattre ? Des rednecks et des suprémacistes blancs ? »

       

      @Pierre JC Allard

      @oscar fortin

      Vous vous ridiculisez en dénonçant la presse mainstream au sujet de son traitement de la situation au Venezuela, puis en vous alignant grégairement sur cette même presse mainstream quand il est question de Donald Trump.

      Ce faisant, vous sacrifiez deux fois à ce que Bossuet qualifiait de pire dérèglement de l’esprit, qui « est de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non parce qu’on a vu qu’elles sont en effet.  »


    • McGurk McGurk 23 septembre 12:03

      @Pierre JC Allard

      Vous avez raison, c’est bien plus simple de dire comme vous le faites que les gens « ont tort » et d’inventer des pseudo-complots plutôt que de prouver ce que vous affirmez.

      D’autre part, je trouve inadmissible que vous mettiez dans le même panier ceux qui n’accréditent pas la thèse improuvable de l’auteur, comme si finalement tout le monde devait se conformer à vos idées.


    • Petit Lait 22 septembre 15:02

      L’opposition qui a pris la majorité au parlement, l’a-t-elle fait démocratiquement, oui ou non ? Oui à vous lire, puisque cela s’est fait selon les règles établies par l’assemblée constituante, elle même élue démocratiquement. Juste ? 

      Dès lors, quelle nécessité d’appeler à l’élection d’une nouvelle assemblée constituante ? Quelque chose m’échappe, à moins que le seul but de ceci ait été de passer outre l’assemblée aux mains de l’opposition, non ? Tant qu’à faire des suppositions et d’arranger les choses de votre seul point de vue, permettez moi de faire de même, n’est-ce pas ? 
      Maintenant, arrêtez moi si je me trompe, mais c’est également le propre de toutes les démocraties occidentale, d’élire des parlementaires qui représentent les citoyens, certes sous différentes formes, mais le concept reste toujours le même. Je ne vois pas trop où se trouve le côté « incubateur de démocratie » là dedans, en comparaison à d’autres pays... Notez que dans un pays comme la Suisse, où la participation des citoyens est une réalité, il n’y a aucun trouble ni aucun heurts provoqué par des puissances étrangères, des « oligarchies » ou je ne sais quel « establishment » qui serait insatisfaite de cette situation. Pourtant, à suivre votre raisonnement, cela devrait être le cas, non ? 
      La réalité, c’est qu’une fois l’argent du pétrole utilisé, certes à de bonnes choses mais aussi passablement à la corruption généralisée, Maduro n’a plus les moyens d’endormir ses citoyens et il est bien obligé d’utiliser d’autres stratagèmes pour se maintenir au pouvoir. 
      Et que la CIA, Superman ou Dark Vador cherchent à influencer le cours des choses ne rend absolument pas légitime l’usage de la force contre l’opposition !

      • oscar fortin oscar fortin 22 septembre 15:48

        @Petit Lait : L’ANL a été élue dans les règles de la constitution, à l’exception de trois députés qui l’ont été par fraude. Ces trois députés, dénoncés par le CNE ont fait l’objet d’une décision de la CSJ ordonnant aux nouveaux maitres de l’AN de les retirer de leur liste de députés et de procéder dans les meilleurs délais à l’élection de nouveaux députés dans les circonscriptions concernés. Cette ordonnance de la CSJ a été ignoré par la MUD (Coalition des partis d’opposition) et a procédé à l’encontre du droit constitutionnel à l’assermentation de ces trois députés. La présence de ces trois députés assuraient la pleine majorité à l’ANL. À non donner suite au jugement de la CSJ, la majorité de l’AN se mettait en marge de la loi et se privait de la légitimité de toute législation sanctionnée grâce à la présence de ces trois députés.


        Ma deuxième observation porte sur le rôle réel joué par le peuple dans la rédaction de la constitution. Ce fut le cas en 1999 comme c’est actuellement le cas présentement. Ce ne sont pas les partis politiques ou les oligarchies qui y en sont les artisans, mais le peuple qui vote en direct et de façon universelle les candidats en provenance de toutes les régions et représentants tous les secteurs. Nous ne sommes pas en face d’un club privé d’électeurs et d’électrices, mais de gens du peuple choisi par le peuple et non par un gouvernement ou des élites d’une société. 

        Merci pour votre commentaire et à la prochaine

      • Petit Lait 22 septembre 15:54

        @oscar fortin

        Que je sache, tant en France, qu’en Suisse ou aux USA et ailleurs, ce sont les citoyens directement, de toutes régions, conditions etc qui élisent les parlementaires... je me trompe ? J’ai manqué quelque chose ? Je ne suis pas sûr de très bien comprendre votre démonstration.... 


      • oscar fortin oscar fortin 22 septembre 17:21

        @Petit Lait : Vous ne vous trompez pas en ce qui a trait à l’élection des parlementaire. Ce dont je parle dans mon article c’est de la participation du peuple pour choisir par vote directe et universel ceux et celles qui représentent le pouvoir suprême du peuple en vue de rédiger une constitution ou d’en modifier certains aspects pour les remplacer par des dispositions répondant mieux à la démocratie du peuple. Les 545 élus par plus de 8 089 329 vénézuéliens et vénézuéliennes ne forment pas une Assemblée nationale législative, mais une Assemblée nationale constituante. Le pouvoir de cette Assemblée se situe au dessus de tous les autres pouvoirs qui doivent en reconnaitre l’autorité et les décisions, comme ce fut le cas au Venezuela de tous les pouvoirs, sauf celui de l’assemblée.nationale législative. Ce refus de reconnaissance ne la soustrait pas de la reconnaissance des décisions de l’ANC.Ce processus démocratique constitutionnel n’existe dans aucun autre pays. Venezuela innove en ce sens et donne à la démocratie le sens de la participation du peuple au plus haut niveau des pouvoirs.

        Merci pour votre commentaire e à la prochaine.

      • Petit Lait 22 septembre 17:42

        @oscar fortin
        B’in... en Suisse, à chaque votation, c’est une modification de la constitution.... Le canton de Genève a, il y a quelques années, pendu une nouvelle constitution cantonale, écrite par une assemblée constituante élue lors d’une élection dédiée, comme n’importe quelle autre élection.... Je vois vraiment pas où est la nouveauté dans ce qu’à fait le Venezuela... 


        Petites questions : 1. qui a demandé une nouvelle constitution, le peuple ? Maduro plutôt je crois, non ? 2. La nouvelle constitution, selon vous, elle va redonner le pouvoir à un parlement élu dans lequel l’opposition est largement représentée, même en oubliant les 3 cas dont vous parlez ? 

        Ce qui amène une remarque quant à ces 3 cas de fraude : dans un pays démocratique, il appartient à l’exécutif (Maduro et son gouvernement) de faire respecter la loi, non ? Il leur appartenait donc de faire invalider ces élections, pas de changer la constitution.... 

        A vous lire, on dirait que c’est le pays des bisounours, dans le quel tout le monde vit joyeux, sous le regard bien veillant de Maduro... ’faut un peu arrêter la fumette, non ? 

      • oscar fortin oscar fortin 22 septembre 17:48

        @Petit Lait : je vous souhaite un bonne journée entre rêveurs, je vous souhaite de beaux rêves..


      • Zolko Zolko 22 septembre 16:18

        ben .... et Lugsama ? iléou Lugsama quand on a besoin de lui ?


        • Lugsama Lugsama 23 septembre 09:12

          @Zolko

          Coucou, en vacance en France, je fait visiter Lyon et Paris a ma compagne réfugié de la dictature bolivarienne. C’est la seconde fois en deux ans, puisque pour le Vénézuela il faudra attendre la chute du régime militaire et certainement de nombreuses années pour réparer le chaos créé par la politique la plus absurde de l’histoire.. Pauvre pays où la police vous raquette à l’aéroport..


        • McGurk McGurk 22 septembre 16:51

          Oscar Fortin, pourfendeur des démocraties et défenseur des dictatures.

          Oscar Fortin, c’est le magicien d’Oz : il affirme tout mais ne prouve rien. Il martèle sa propagande haineuse avec une rigueur soviétique envers des ennemis supposés sans avoir la moindre preuve de quoi que ce soit.

          Malgré le parti pris de l’auteur, tentons d’analyser ce qu’il nous dit :

          @oscar fortin

          * « Ainsi, l’air de rien, nos États démocratiques sont devenus des États dominés et dirigés par des élites dont les intérêts occupent la première place. »

          Et donc ce pays que vous aimez tant est dirigé par la Confédération des Bisounours ? Laissez-moi rire, comme si les dirigeants actuels avaient vraiment à cœur les intérêts de ce peuple.Ce point de vue est bien naïf...

          * "C’est le cas de plusieurs pays de l’Amérique latine et de l’Europe qui ne parlent que de ce dont les États-Unis leur autorisent de dire, ce qui, dans plusieurs cas, va à l’encontre de ce que leur propre peuple pense.« 

          Désolé, cette phrase ne prouve absolument rien du tout.

          * »Par exemple, lorsque le président de la Colombie, Juan Manuel Santos, à la tribune des Nations Unies, parle du Venezuela comme d’une dictature et d’un pays en ruine, il ne parle pas au nom de son peuple, mais il le fait au nom de l’État qui lui donne des millions de dollars pour ses bases militaires en Colombie. « 

          Quel est le lien de cause à effet ici ? Quelle preuve avez-vous ?
          Cet exemple n’est qu’une spéculation grossière sans aucun fondement !!!

          * »C’est triste à dire, mais la démocratie représentative du peuple s’est vite transformée en une démocratie représentative, avant tout, de ces élites de l’État profond.« 
           »Ainsi, lors de l’élection présidentielle de 1998, il a promis qu’en étant élu président, il convoquerait une assemblée constituante du peuple pour l’élaboration d’une nouvelle constitution pensée et voulue par le peuple.« 

          Alors c’est vraiment merveilleux votre démonstration, mais vous mystifiez les lecteurs de ce site en disant clairement que chez nous »nous sommes sous l’emprise d’une dictature épouvantable« mais que Chavez, le »grand libérateurs du peuple« , a quant à lui trouvé la formule magique pour »rendre le pouvoir au peuple«  ?

          Vous osez nous affirmer que convoquer une assemblée de personnes élues est forcément le signe d’une quelconque »souveraineté du peuple«  ? Vous êtes loin mais alors très loin de la vérité.

          Pendant l’Ancien régime, un parlement a toujours existé mais n’était que l’émanation de la volonté du roi et de la noblesse. Tout comme durant l’Irak de Saddam Hussein où les parlementaires étaient là pour donner ne faire qu’illusion car les véritables décisions étaient prises par le dictateur au pouvoir.

          * » l’usage à faire des immenses revenus des plus importants gisements de pétrole au monde, des mines d’or et autres, contrevenaient à l’usage qu’en faisaient les multinationales étasuniennes et les oligarchies nationales. Il était devenu impensable, pour ces derniers, que les intérêts du peuple passent avant ceux des élites.« 

          Le pétrole n’a servi qu’à masquer la faille monumentale de la politique de Chavez : un économie dont le pilier majeur (le seul finalement) est...l’exploitation du pétrole. La conséquence en est qu’actuellement, avec l’effondrement des cours, ce pays court à sa perte.

          La redistribution des bénéfices à la population n’est qu’un leurre, Chavez n’ayant pas pris la peine de diversifier l’économie d’un pays ayant des ressources plus qu’évidentes. Cela a servi simplement à juguler les tensions sociales et non à créer une société stable.

          Comme dit grossièrement un auteur russe »En Russie, tant qu’il y a de la vodka et que les gens sont beurrés tout va bien. Le jour où la bibine vient à manquer, ils se réveillent pour demander des comptes« .

          * »contre cette offensive criminelle de toutes ces forces de l’État profond de Washington, du Venezuela, de leurs alliés, mettant à contribution tous leurs médias. Je me dois d’ajouter ici le fait que l’épiscopat vénézuélien fait également partie de cette offensive.« 

          Contrairement à vos idées reçues, la religion en Amérique du sud est un pilier important de la société à tout point de vue car elle aide de multiples manières la société. Vous devriez vous documenter sur le sujet car vous manquez visiblement de culture générale.

          L’institution religieuse n’a jamais eu pour but de »prendre le pouvoir« mais de servir de trait d’union entre les individus et tâche à sa manière d’améliorer sa condition. L’Eglise, par ses critiques, voit ce que vous ne voyez pas (ou plutôt ne voulez pas voir) : la prise du pouvoir par un apprenti-dictateur sous couvert d’une »démocratie participative« que vous aimez tant.

          * »Pendant les mois de mars jusqu’au 30 juillet, des mercenaires et terroristes, à la solde de l’opposition, financée par Washington, ont créé le désordre, en tuant, en blessant, en détruisant des biens publics, tout cela mis au compte du gouvernement par les médias de l’empire« 

          Avec vous, je me croirais dans Star Wars avec vos mots absurdes comme »l’ « empire ».
          Vous n’avez absolument aucune preuve de ce que vous avancez.

          Ah tiens au fait, les « méchants tuent » comme vous dites. Mais où sont donc passés, dans vos vaillants exemples, les crimes de l’Etat vénézuélien envers les civils ou ses propres représentants qui ont été tabassés ou enfermés ?

          Là curieusement, vous êtes beaucoup moins bavard voire totalement muet. Décidément, vous êtes dupe votre propre mascarade et en plus vous prenez les internautes pour des cons. Bravo.

          * "passant sous silence cette démocratie participative qui a fait l’émerveillement de plus de 160 représentants de 72 pays en visite au Venezuela ces jours derniers, pour constater en direct ce qui se vit dans ce pays.« 

          Oui vous avez raison, c’est tellement merveilleux de foutre le peuple dans la merde ! La situation n’est absolument catastrophique mais tout va bien ? Combien de temps allez-vous nier les évidences ?

          * » et permette de constitutionnaliser les acquis de la révolution bolivarienne.« 

          Cette expression de révolution associée à la personne de Bolivar sonne creux. On ne délivre pas un peuple en l’enfermant dans un Etat policier. Bolivar se retournerait dans sa tombe en entendant pareille idiotie !

          * »Je conclus en insistant sur le fait que l’existence de cette ANC est une innovation unique au monde« 

          Certes, une très belle arnaque montée par le maître incontesté du pays.

          * »Le Venezuela fait la démonstration que ce temps est terminé et qu’un peuple conscient, responsable et organisé est en mesure de faire face à ces élites aux ambitions insatiables.« 

          Encore une fois - et ça me désole d’ailleurs -, cette phrase est parfaitement creuse. Ca sonne bien mais ça ne veut rien dire. Plus précisément vous ne prouvez rien du tout. Mais ça ne change pas de d’habitude...

          * »Avec toutes ces réalisations, il devient un mauvais exemple pour les autres pays qui n’arrivent pas à assurer ces biens essentiels.« 

          Et oui, l’argent du pétrole peut parfois servir à quelque chose d’autre qu’à s’enrichir sur une masse pauvre de travailleurs.

          Vous confondez gravement plusieurs notions en les mélangeant : les ennuis budgétaires des différents Etats à assurer un équilibre financier, leur rôle dans l’évolution de la population via l’éducation et un pseudo-complot que vous avez l’habitude d’inventer.

          * »Il reste encore beaucoup à dire et je compte sur vous pour en ajouter ou en préciser les termes."

          Pourriez-vous...changer de sujet ? Ou êtes-vous payé à l’article mensonger ? A moins que ce ne soit tout simplement la vieillesse, allez savoir.


          • L'enfoiré L’enfoiré 22 septembre 17:09

            @McGurk
            La Colombie et le Brésil sont les pays pour réfugiés Vénézuéliens.
            Tout est dit...


          • McGurk McGurk 22 septembre 17:20

            @L’enfoiré

            Bien sûr. L’ancien procureur a parfaitement compris (un peu tard hélas) qu’elle serait la prochaine sur la liste car elle « exprimait une opinion différente et dénonçait les dérives d’un régime ».


          • Cateaufoncel 22 septembre 17:26

            @McGurk

            « Vous n’avez absolument aucune preuve de ce que vous avancez. »

            Non, mais il faut que ce soit comme ça, sinon, le monde selon Oscar Fortin s’effondre.

            Et lorsque Trump dit :

            "Le problème au Venezuela n’est pas que le socialisme ait été mal mis en œuvre, mais que le socialisme a été mis en œuvre avec fidélité."

            ...on cherche en vain la preuve qui contredirait ce qu’il avance, lui.


          • oscar fortin oscar fortin 22 septembre 17:28

            @McGurk : Merci pour votre commentaire qui reprend bien des données sans pour autant les analyser vraiment. Je vais laisser aux lecteurs et lectrices de ces pages d’en faire les commentaires. Mon article est par lui-même un large commentaire des démocraties qui nous dominent.


          • McGurk McGurk 22 septembre 17:32

            @Cateaufoncel

            Oui c’est certain, mais cet auteur entraîne dans son obstination une partie importante des lecteurs de ce site. Le pire, c’est que d’autres médias relaient ses articles qui ne sont qu’un tissus de conneries sans nom.

            Il parle de « désinformation de la part des autres pays » mais c’est le premier à inventer de toute pièce sa propre réalité d’un pays qu’il ne connaît manifestement pas. Et pas besoin d’être un vieux routier de la politique pour voir que ce n’est pas une démocratie...

            * « ...on cherche en vain la preuve qui contredirait ce qu’il avance, lui »

            Bah c’est le même problème avec Macron. Il balance des phrases bien rodées mais tellement creuses que ça frise l’absurde et en plus il n’y a aucune idée concrète derrière. D’ailleurs, il a avoué que, comme on lui écrit ses discours et qu’il les lit à la dernière minute, il n’en comprend pas certaines parties...


          • McGurk McGurk 22 septembre 17:36

            @oscar fortin

            * « Merci pour votre commentaire qui reprend bien des données sans pour autant les analyser vraiment. »

            ...mais quelles données ? Parlez-vous de vos spéculations, de vos idées idéalistes sans fondement ou de vos affirmations sans base concrète ?

            * « Mon article est par lui-même un large commentaire des démocraties qui nous dominent. »

            Hélas non. Vous ne voyez en elles qu’une vaste dictature alors que chaque pays est très différent. On ne peut pas parler d’un ensemble de peuples sans faire un bilan des pour et des contre dans chacun des pays. Cela vaut aussi pour les USA qui, même avec un gouvernement central, ne parle pas d’une seule voix.


          • oscar fortin oscar fortin 22 septembre 17:44

            @McGurk : Votre argumentaire s’en prend davantage à ma personne qu’à une analyse fondée sur des faits. Le 8 089 329 vénézuéliens et vénézuéliennes qui relevèrent le défi de surmonter les menaces d’une opposition déchainée pour les empêcher d’aller voter ne sont pas le produit d’une imagination en mal de faits, mais une réalité que vous pouvez voir en direct tous les jours à travers les travaux de l’Assemblée nationale constituante.Écoutez de temps en temps de vrais vénézuéliens et vénézuéliennes. Je vous donne deux références tout en souhaitant que vous ayez quelques notions d’espagnol. http://www.cronoco.com/2014/03/vtv-en-vivo-vea-venezolana-de.html et telesurtv.net 



          • McGurk McGurk 22 septembre 17:57

            @oscar fortin

            Monsieur,

            Je vois que vous avez éludé toute la partie (les 99%) de mon commentaire principal fondée sur l’analyse de votre article.

            Vous affirmez énormément de choses mais vous ne prouvez absolument rien.La plupart de vos dires sont guidés par votre aveuglement (« Le Venezuela est une démocratie d’avenir ») et vos pensées idéologiques anti-USA.

            Je ne commenterai pas les phrases creuses qui ponctuent un article qui, débarrassé des préjugés, aurait pu nous en apprendre plus sur le système actuellement en place.

            * « le défi de surmonter les menaces d’une opposition déchainée pour les empêcher d’aller voter »

            Il y avait déjà un parlement qui représentait tant bien que mal ledit peuple. L’opposition étant majoritaire, il est évident que la constitution d’un « parlement » sorti de nulle part est une vaste blague car c’est vouloir museler de manière délibérée les représentants majoritaires du peuple.

            Pensez-vous réellement que cette opposition est simplement « terroriste » et que, lorsqu’elle n’est pas contente, elle « fait sauter un immeuble » ? Non, la situation s’est envenimée à cause d’un pouvoir sourd à toute négociation qui est, je vous le rappelle, la base même de la démocratie.


          • Cateaufoncel 22 septembre 18:28

            @oscar fortin

            «  : Votre argumentaire s’en prend davantage à ma personne qu’à une analyse fondée sur des faits. »

            Vous aimez les faits ? En voici un :

            Le 6 décembre 2015, 14’385’349 électeurs et électrices vénézuéliens se sont rendus aux urnes pour élire les 167 députés de l’Assemblée nationale. La Table de l’Unité démocratique a obtenu 65.27 % des voix et 109 sièges, le Gand Pôle patriotique Simon Bolivar, 32.93 % des voix, et 55 sièges

            Il se trouve donc que Maduro gouverne contre la majorité parlementaire, ce qui nous renvoie à la position d’Allende en 1973, qui gouvernait avec une minorité de 63 députés et 19 sénateurs contre une opposition de 87 députés et 30 sénateurs.


          • oscar fortin oscar fortin 22 septembre 21:30

            @Cateaufoncel : Ce que vous oubliez de mentionner est le rapport des votes reçus en relation avec le nombre de vénézuélien et vénézuélienne ayant droit de voter. En 2015, l’électorat vénézuélien était de 19 504 106 ayant droit de vote. Sur l’ensemble de cet électorat, l’opposition a recueilli 39,61% des voix de cet électorat, et le parti gouvernemental en a recueilli 28,71%.


            Les élections à l’Assemblée nationale constituante a obtenu 8 089 329 votes en sa faveur sur un total d’électeurs et d’électrices potentiels de 19 805 002 , soit 41.53% de l’ensemble de l"électorat. L’opposition n’a reçu aucun vote, s’étant abstenu de participer au scrutin, sans doute pour éviter l’humiliation complète. 

            Voilà des faits.

          • Cateaufoncel 22 septembre 23:14

            @oscar fortin

            Il se trouve donc que Maduro gouverne contre la majorité parlementaire, ce qui nous renvoie à la position d’Allende en 1973..."

            Et gouverner contre la majorité parlementaire, ça s’appelle de la dictature. je ne vois pas d’autre terme


          • oscar fortin oscar fortin 23 septembre 01:28

            @Cateaufoncel : je ne sais pas comment vous calculez : pour moi 8 089 329 votantes qui soutiennent l’ANC, représente davantage de ce que l’opposition a obtenu lors des élections législatives soit 7 707 422 de votantes en leur faveur. Il me semble que 8 084 329 pour l’ANC, en juillet 2017, est supérieur aux 7 707 422 obtenus par la majorité de l’AN en décembre 2015L 

            Tournez ça du coté que vous voulez, les faits et les données sont là. 

            J’espère que vous suivrez de près les élections pour les gouverneurs qui vont se réaliser le 15 octobre prochain. À ce que je sache, là où il y a élection, il n’y a pas de dictature, à moins que l’on considère le peuple comme un dictateur.

          • Lugsama Lugsama 23 septembre 09:20

            @oscar fortin

            Les vrais chiffres de la constituante, et tout le monde le sait, sont probablement plus proche de 2 millions. Rappelons que les votes ont été obtenu en menaçant de licenciement les 3 millions de fonctionnaires, sucrer l’aide alimentaire d’Etat aux plus pauvres.. Le tout avec 50% des votant qui apparaissent la dernière heure, impossible, et au minimum 1 million et demi de vote imaginaire rapporté par les machines du « meilleur système de vote au monde » selon Carter comme vous aimez à le rappeler.

            Et tout ça pour remplacer une Assemblé élu par plus de 15 millions d’électeur ou Maduro s’est pris au branler, en sachant que les sondages donnent plus de 80% s’opposant à la constituante ou au dictateur depuis..

            Des élément négligeables bien sûr..


          • Cateaufoncel 23 septembre 10:42

            @oscar fortin

            Il est clair que si la Constitution vénézuélienne précise qu’un référendum peut annuler les résultats des élections législatives précédentes, je retire le mot de dictature.

            En revanche, si la constitution ne prévoit rien de tel, je maintiens le mot de dictature.

            « Tournez ça du coté que vous voulez, les faits et les données sont là. »

            Mais pas forcément la légalité et la légitimité. Toutefois, je reconnais que lorsqu’on est résolument partial, on puisse s’en taper, et de la légalité et de la légitimité.

            P.S. - Je n’entre pas en matière sur les révélations de Lugsama, mais je dois avouer que j’imagine mal des fonctionnaires - c’est quand même une planque, dans un pays comme ça - s’abstenant et se retrouvant fichés comme ennemis du régime.


          • Lugsama Lugsama 23 septembre 13:27

            @Cateaufoncel

            En vérité çà n’a rien de « revelation », les vidéo circulent sur les réseau sociaux et les menaces ont déjà été mis à exécution. Le pouvoir avait déjà sous Chavez puis sous Maduro licencié les fonctionnaires coupablent du crime de signer une pétition, une grande démocratie populaire qu’on vous dit smiley


          • Petit Lait 22 septembre 17:29

            Est-ce que Monsieur Fortin connait la Norvège ? Moi pas trop, mais ce que j’en sais, c’est que comme le Venezuela, ce pays est très dépendant du pétrole. Et ce que je sais aussi, c’est que bien qu’ayant tout comme le Venezuela, pris en pleine poire la chute du prix du baril, la Norvège n’est absolument pas au bord de la faillite, ce qu’est le Venezuela (avec son corollaire de misère populaire). Mais il est vrai que la Norvège n’a pas utilisé la manne pétrolière pour endormir son peuple, mais pour constituer un fond d’investissement souverain, disposant aujourd’hui de 1’000 milliards. Ce qui devrait permettre au pays de survivre à la fin du pétrole... 

            C’est tout de même marrant que tous ceux qui s’extasient devant le modèle de démocratie, d’égalité et de qualité de vie populaire que représente à leur yeux le Venezuela n’envisagent pas un seul instant d’y aller passer leur vie... Une explication, Mr Fortin ? 

            • oscar fortin oscar fortin 22 septembre 17:35

              @Petit Lait : À ce que je sache la Norvège n’a pas fait l’objet de guerres économiques de tout genre. Je vous laisse le soin de faire une petite recherche sur les guerres économiques dont le Venezuela est victime tout particulièrement depuis ces dernières années.


              Bonne recherche

            • McGurk McGurk 22 septembre 17:38

              @Petit Lait

              le Venezuela est plutôt sur un modèle pseudo-démocratique basé sur des idées recyclées du monde soviétique. D’où les « peuple », « souveraineté », « assemblée du peuple » qu’on nous balance en permanence pour justifier tout et surtout n’importe quoi.


            • Petit Lait 22 septembre 17:51

              @oscar fortin

              Cessez de parler de guerre économique, voulez-vous ? Si le Venezuela est en faillite, c’est uniquement parce que son gouvernement n’a pas su différencier son économie au delà du pétrole ni su capitaliser sur les revenus de ce pétrole. Il n’a même pas été capable de mettre à jour des installations qui aujourd’hui sont totalement obsolète. Alors forcement, quand le baril passe de USD 100 à USD 20 en quelques jours, ça limite la capacité de distribuer de l’argent à tout va ! 

              C’est là la seule vérité de la situation actuelle de ce pays !

              Pour info, le brut venezuelien est raffiné aux USA, faisant tourner à lui seul certaines installations. Ce pays dispose des plus grandes réserves mondiales ! Vous croyez pas que, en cas de « guerre économique », il dispose largement des armes lui permettant de se défendre un minimum ? 

              Il y a un moment où il faut arrêter de chercher ailleurs les responsabilités de ce qui se passe mal.

            • L'enfoiré L’enfoiré 22 septembre 18:02

              @oscar fortin

              Vous n’avez pas répondu à Petit Lait qui vous adressait une question pertinente :

              "C’est tout de même marrant que tous ceux qui s’extasient devant le modèle de démocratie, d’égalité et de qualité de vie populaire que représente à leur yeux le Venezuela n’envisagent pas un seul instant d’y aller passer leur vie"...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires