• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vers le bolchevisme en mini-jupe

Vers le bolchevisme en mini-jupe

JPEG

 « Grâce à la femme, il y [aurait] un moyen d’échapper à l’implacable dialectique du maître et de l’esclave. » La femme n’est pas un rival dans la lutte pour la reconnaissance sociale, c’est autre chose, une cristallisation de l’amour, pas du combat, pas de la domination, elle rendrait autre monde possible.

 Mais peut-on définir une femme par son seul génome ? Quelle est la part due à l’influence sociale, à l’environnement, à l’éducation ? Les femmes ont de plus petits cerveaux que les hommes, mais ils ne semblent pas que les facultés cognitives soient significativement amoindries. Certaines zones du cerveau sont plus développées chez les femmes que chez les hommes, ce qui conduit (statistiquement) à des profils cognitifs légèrement différents. Le scanner peut montrer l’intensité de l’irrigation du cerveau par le sang, et donc l’activité cérébrale locale. Il semble acquis avec cet outil que les femmes ont une activité cérébrale plus importante dans le cortex préfrontal, responsable de la maîtrise des pulsions et de la prise de décision, ainsi que dans le système limbique, associé aux émotions, à l’humeur, à l’anxiété. La testostérone est produite principalement par les gonades (testicules et ovaires) en bien plus grande quantité chez les hommes que chez les femmes. Cette hormone ‘masculinise’ tous les tissus dès la vie fœtale et induit par la suite des préférences ciblées différenciant hommes et femmes (choix de la poupée sur une voiture comme jouet par exemple), choix différenciés selon le sexe qui se retrouve sous d’autres formes chez les macaques. Il est donc certain que les facteurs sociaux n’expliquent pas toutes les différences homme-femme et que la Biologie y joue un rôle important. Que ce soit par la taille, la constitution ou le volume de certaines régions cérébrales, le cerveau des hommes et des femmes n’est pas identique. Sauf manipulations génétiques de grande ampleur, hommes et femmes resteront significativement et statistiquement différents quelles que soient les correctifs apportés par l’éducation. 

 Puisque tous et chacun tendent à devenir ‘féministes’ afin d’atteindre, selon les dires, l'égalité politique, économique, culturelle, sociale et juridique, cette égalité concernera-t-elle tout le monde ?

 Le système antique fonctionnait sur une chaîne de prééminences Dieu-Le Seigneur-Le Père-La Famille, aujourd’hui délaissée mais il ne faut pas ignorer que cette structure donna naissance à une révolution industrielle à partir de 1750 grâce à l'invention de la machine à vapeur et à l'exploitation du charbon, révolution que ne connaitrons ni les autres parties du monde, ni l’Islam. Mais la graduelle émergence des droits des femmes se fit sensible seulement au XXe siècle même si la Révolution posait un principe d’égalité : 

 -1907 : Les femmes mariées ont libre disposition de leur salaire.

 -1938 : Le devoir d’obéissance de la femme envers le mari est aboli

 -1944 : Le droit de vote et d’éligibilité est donné aux femmes.

 -1946 : Le principe de l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines est inscrit dans la Constitution.

 -1965 : Les femmes peuvent exercer une profession sans autorisation maritale.

 -2000 : L’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux est proclamé.

 La réparation des inégalités légales était alors pour l’essentiel accomplie. Les lois suivantes concernaient le fonctionnement du système en accordant des facilités circonscrites aux femmes :

 -2006 : Loi sur l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

 -2011 : Représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration et de surveillance.

 -2014 : Les partis politiques doivent favoriser une meilleure représentation des femmes.

 -2018 : Obligation de suivi des indicateurs d’égalité salariale entre les femmes et les hommes pour les entreprises employant plus de 250 salariés puis, à compter du 1er janvier 2020, pour les entreprises employant entre 50 et 250 salariés.

 Les différences sexuées non plus lieu d’être et chaque rouage doit suivre le principe de parité où qu’il soit.

 Les femmes sont un peu plus nombreuses en France que les hommes (51,5%). D’autre part, un Français sur deux environ est employé ou ouvrier, 21 députés (sur 577) sont des employés, un seul est ouvrier (en 2017). Les différences entre employés et ouvriers ont eu tendance à s’estomper car les hommes-femmes s’occupant d’une caisse semi-automatique, un employé d’un centre d’appel, un transporteur à vélo ont des taches répétitives et peu valorisantes tout comme celles qui peuvent exister dans l’industrie. Les ouvriers sont cependant majoritairement des hommes (80%), tandis que les employés sont majoritairement des femmes (75%). Comme il y a trente ans, plus d’un ouvrier sur deux est un enfant d’ouvrier. La classe ouvrière n’existe pas dans les médias : les cadres sont vingt fois plus présents que les ouvriers dans la quasi-totalité d’entre eux.

 La mise en avant des femmes et des minorités permet de mettre sous le boisseau les inégalités sociales car la lutte des classes reste l’ennemi à abattre. Une société basée sur l’affrontement ne peut pas se passer d’une élite dirigeante, celle des plus riches a été choisie. La recherche de gains n’a pas de frontières, pas d’idéologie, pas de valeurs morales : elle est universelle et rassemble toute l’humanité. Des lois et des règlements pourraient réguler l’avidité de tous les instants ainsi créée mais ils sont écrits ou inspirés par ceux là même qu’ils sont censés contraindre : il n’existe pas de morale collective.

 Il est possible que le modelage ‘féminin’ de la vie sociale et économique soit suivie par l’introduction de minorités plus ou moins visibles grâce à la promulgation de lois ou de décrets, mais en aucun les ‘pauvres’ ne seront plus concernés car il ne faut pas mettre en cause le fait que l’échelle social se gravit par le seul mérite : en d’autres termes les ‘gens de rien’ ne font pas les efforts nécessaires, ils n’ont pas à se plaindre. Il est presque impossible d’amoindrir les inégalités sans catastrophe d’ampleur : seule la peste brune de 1300 puis les deux guerres mondiales du début du XXe siècle ont permis de réduire très significativement les inégalités en Europe. La doxa libérale ne peut pas être remise en cause car il n’y a plus de sacré crédible pour imposer des valeurs : personne ne pense que la Loi qui s’applique normalement à tous puisse remplacer la morale qui concerne chacun dans son intimité. La loi du plus cupide ne peut pas s’appliquer sans fard, elle s’appliquera avec les femmes comme paravent. Une infime minorité constitue d’ores et déjà un monde à part avec ses conseils, ses avocats, ses gestionnaires de fortune, une industrie fiscale pour les aider à optimiser les placements en se gardant de concourir à l’intérêt général autrement que par leur profit personnel.

 Dans un tel schéma il faut cependant éviter que la multitude qui n’a pas grand-chose se rebelle contre la nuée ténue des possédants. L’expression politique a été réduite à un choix entre semblables, sur leur personnalité, leur âge, leur signe cardinal… leur apparence. Car les vérités religieuses, philosophiques ou politiques ont été reléguées au monde ancien (sans les grecs). Même la vérité scientifique, qui bien sûr n’a jamais existé mais qu’on approchait année après année, siècle après siècle, de plus en plus près, même la vérité scientifique fut noyée sous des avalanches de rapports, d’avis d’experts auto-proclamés, d’opinions de charlatans en mal de célébrité car l’Autorité détenue par les savants (ceux qui savaient) fut elle aussi contestée puis anéantie.

Un monopole idéologique basé sur l’émotion, l’affectif, le spectaculaire, sans idée raisonnée s’est installé au nom de la liberté et d’une conception dite ‘moderne’ de l’égalité qui ne respecte que les plus présentables.

 La lutte contre les ennemis du régime se fait grâce à l'ensemble des moyens de communication de masse, surtout Internet, utilisés comme des instruments de propagande. Si la mise à mort est proscrite (hors exécutions ciblées à l’étranger), la mise à mort sociale est pratiquée sur une grande échelle avec comme fil directeur « tuez-les tous, la bien-pensance du jour reconnaîtra les siens ». La surveillance des individus, basée sur la suspicion, la dénonciation et la délation fait partie des armes douces les plus utilisées. Une dissolution des structures sociales est menée par les individus de la multitude eux-mêmes grâce à la concurrence qui s’instaure entre eux pour s’accaparer des restes de la high society sans plus se préoccuper de ceux qui se repaissent du festin.  

 « Voyez-les grimper, ces singes habiles ! Ils grimpent les uns par- dessus les autres et s’entraînent ainsi dans la vase et dans les profondeurs. »

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Raymond75 4 mars 10:39

    Je pense qu’il faut arrêter de théoriser sur ’LES femmes’ et sur ’LES hommes’ ...

    L’égalité est une notion de droit, héritée pour grande partie du passé ; en France en 2019 les droits des hommes et des femmes sont identiques (confirmé par une enquête internationale récente).

    Égalité ne signifie pas identité : il y a là aussi des comportements hérités d’un passé en rien comparable au présent, et aussi des différences de comportements.

    Je vais prendre un exemple : en 1973, une jeune femme a été major au concours d’entrée de Polytechnique. Cette personne était exceptionnelle, mais elle a démontré de façon évidente qu’à la fin des années soixante une jeune fille pouvait passer un Bac scientifique, faire une prépa Maths sups et Maths Spés, se présenter aux concours d’entrée dans les écoles d’ingénieurs, dans les Grandes Écoles d’ingénieurs, être reçue brillamment, y faire de très bonnes études et avoir une carrière réussie.

    Il se trouve que j’ai été surveillant et chef de groupe pour des examens et des concours du supérieur. En 2017, aux concours d’entrée dans les Grandes Écoles d’ingénieurs, il y avait environ 35 % de jeunes femmes. Il aura donc fallut deux générations pour passer de l’exception à la totale liberté de décision. Cela ne doit pas nous étonner : les modifications de fond des comportements sociaux ne se font pas en 5 mn ...

    Aujourd’hui, à qualifications égales, responsabilités égales et temps de travail égaux les jeunes femmes sont payées globalement comme les hommes. Mais elles restent des femmes : ce sont bien elles qui auront à gérer les maternités, et qui seront charnellement attachées à la chair de leur chair, donc qui sacrifieront des temps de travail pour s’occuper de leurs enfants.

    De plus, les femmes ne suivent toujours pas les mêmes études que les hommes, et s’orientent en général vers des métiers moins rémunérateurs. Elles épousent des hommes généralement plus âgés, donc à compétence égale mieux payés du fait de l’ancienneté.

    Je n’ai pas souvenir que ’LES’ hommes ou les syndicats se soient opposés à l’égalité des femmes dans les entreprises ; diviser pour régner était le travail des DRH, très souvent des femmes ...

    Deux points complémentaires :

    Depuis que les femmes ont le droit de vote, qu’est ce que cela a changé ? Rien, car la loi des grands nombres montrent bien que ’les femmes sont des hommes comme les autres’ (mais je ne remet pas en cause l’universalité du droit de vote).

    Les femmes sont ultra majoritaires en tant que ’nounous’, dans les crèches, les maternelles, les écoles primaires et encore dans les collèges. Elles sont majoritaires dans les métiers juridiques, dans les services sociaux, dans les professions médicales, dans les services de gestion du personnel. Elles se disent victimes de la société, que victimes ? pas co-actrices ?


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 4 mars 11:33

      @Raymond75
      Je comprends bien que les divers traits des hommes et des femmes suivent une distribution en courbes de Gauss et que celles-ci sont proches sans être superposables. Toutefois, les lois sont écrites pour LES hommes ou/et LES femmes et non pas pour des individus, les raisonnements sur des groupes reposent sur les caractéristiques propres aux collectivités.


    • Raymond75 4 mars 11:51

      @Jacques-Robert SIMON

      Sans lancer une polémique je ne suis pas d’accord avec vous : en France les lois sont faites pour tous les citoyens, sans distinction de genre ou de groupes : « Les Hommes (au sens êtres humains) sont libres et égaux en droits ». Une situation n’est jamais parfaite et doit constamment être améliorée, mais les principes subsistent.

      Distinguer les uns et les autres consisterait à faire des lois spécifiques pour les hommes / les femmes blanches, noires, hétéros, bi, cathos, juives, musulmanes, etc ... pour aboutir au communautarisme, revendiqué par certains.

      Seules des situations particulière à une partie de la population, qui nécessite une protection spécifique, dérogent à cette règle : par exemple la protection des femmes enceintes.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 4 mars 12:17

      @Raymond75
      "Obligation de suivi des indicateurs d’égalité salariale entre les femmes et les hommes pour les entreprises employant plus de 250 salariés..." : je ne fais que reprendre le texte de loi.


    • math 5 mars 10:01

      Dans les pays du golfe et le monde musulman , qu’en pensent les femmes ?


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 mars 11:54

        @math
        Je crains que dans le monde musulman, il n’y ait pas plus d’employés et d’ouvriers dans les instances dirigeantes.


      • Reiki Reiki 5 mars 10:33

        On peu expliquer de gros salaires quand on a des gens

        a charge.

         Se qui n est plus le cas aujourd’hui. 

        Quand il y a séparation de bien, l argent va toujours du même côté. 

        Sans parler des système sociaux. 

        Tous notre système découle d une idéologie qui n est plus.

        Plus aucune civilisation n a la volonté de changer les chose.

        Donc de toute évidence se qui viendra perturber cette belle mécanique sera un élément naturel.... 

         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès