• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vers un Mécanisme mondial pour Traiter le Problème des Combattants (...)

Vers un Mécanisme mondial pour Traiter le Problème des Combattants terroristes étrangers

JPEG

Malgré les nombreux événements et développements sur la scène mondiale ces derniers mois, la question de la détermination du sort des terroristes étrangers ayant quitté Daech, Al-Qaïda et d'autres organisations terroristes en Syrie reste un problème complexe. De nombreux pays sont préoccupés par le retour de leurs nationaux qui combattaient dans la guerre civile syrienne.

Les États-Unis, par exemple, ont catégoriquement refusé de rapatrier les combattants. Dans les pays européens, les mécanismes varient, allant des recours légaux aux programmes de réhabilitation, en passant par les décisions « chirurgicales » de séparer les terroristes de leurs familles et de les traiter au cas par cas, jusqu’au retrait de leur nationalité.

Le cas est différent pour des pays comme la Russie. Selon les estimations officielles, le nombre de femmes russes qui se sont rendues en Syrie est d'environ 4 000 et environ 5 000 femmes appartenant aux républiques de l'ex-Union soviétique. Près de sept mille femmes sont venues de Russie, du Kazakhstan et d'Ouzbékistan. En outre, elles ont plus de mille enfants.

Le président tchétchène Ramzan Kadyrov a adopté une position distinguée. Il soutient la campagne visant à trouver des femmes russes en Syrie et en Irak. Je pense personnellement qu'il le fait en raison de sa vaste expérience personnelle du terrorisme en Tchétchénie. Il sait que fermer la porte à ces personnes ne garantit pas que le danger soit totalement éliminé. Cela peut retarder ou geler le danger.

La possibilité qu’elles deviennent une source de menace pour la Russie est peut-être encore plus grave. Elles peuvent même s’installer dans d’autres régions où il serait difficile de les localiser. Plus d’un millier d’enfants pourraient grandir dans un foyer de terrorisme et devenir peut-être une génération plus dangereuse et plus meurtrière que la génération actuelle de terroristes.

Kadyrov a tiré des leçons de l’expérience de la dynamique des organisations terroristes. Il comprend probablement que les femmes se sont rendues dans les fiefs d'organisations terroristes en Syrie avec leurs maris et pas souvent de leur propre initiative.

Les médias ont rapporté que le président russe Vladimir Poutine avait soutenu l'idée du retour des enfants, alors que l'idée du retour des femmes n'avait pas été soutenue. Mais la Russie est plus disposée à discuter de l’idée du retour de ses citoyens de Syrie que les pays occidentaux. Cela tient peut-être à la longue expérience de la Russie dans l’étude de la pensée et de la nature des organisations terroristes et des mécanismes de leur développement et de leur transformation au fil des générations. Ses services de sécurité ont une longue expérience de la guerre contre le terrorisme.

Deux cas ont attiré l'attention du monde ces dernières années. Le premier est le cas de Shamima Begum, une étudiante britannique d’origine bengali. Elle est devenue membre de Daech il y a quatre ans, alors qu'elle était adolescente. Le second est le cas de Hoda Muthana, citoyenne américaine d'origine yéménite. Elle a rejoint l'organisation il y a cinq ans.

Les deux femmes se sont vu refuser le retour dans leurs pays respectifs.

En tant que chercheur, je suis convaincu que l’idée de renvoyer des terroristes est toujours pleine de dangers et difficile à accepter, même si elle est plus réaliste à long terme que l’idée d’un rejet total de ce retour.

Cependant, il convient de noter que le rapatriement nécessite des efforts de sécurité considérables et continus pour surveiller, réhabiliter et intégrer les femmes impliquées dans des crimes terroristes. Ce n’est pas facile du tout.

Ce sont des centaines voire des milliers de cas. Plus d'un millier sont venus de Russie ou de pays occidentaux en Syrie. On estime qu'environ cinq mille ressortissants de pays européens ont été des membres actifs de Daech ces dernières années. Seulement environ 1800 d'entre eux sont revenus. Les autres ont été tués ou ont été transférés dans d'autres zones de conflit, comme la Libye, ou sont restés en Syrie. En tout cas, c'est un dilemme de sécurité.

Les enfants ont besoin de budgets substantiels pour les réhabiliter psychologiquement, les aider à effacer les scènes horribles qu'ils ont pu voir, les réintégrer dans la société et s'assurer qu'ils sont totalement à l'abri de l'idéologie radicale.

Je pense que ce dilemme complexe en matière de sécurité appelle une réponse internationale commune. La recherche par chaque pays d'une solution distincte pour ses ressortissants peut aggraver le problème. Certains terroristes réussiraient peut-être à échapper au réseau international de poursuites et à exploiter les lacunes des poursuites individuelles engagées par les États.

Le problème ne se limite pas à autoriser ou à refuser le rapatriement. Le retour nécessite également des budgets considérables pour la surveillance ainsi que la réhabilitation psychologique et sociale des enfants et des femmes.

En tant que tel, nous aurons peut-être besoin de créer un tribunal international spécialisé sous les auspices des Nations Unies pour juger les personnes arrêtées ou qui se sont rendues en Syrie et pour déterminer leur sort conformément au droit international.


Moyenne des avis sur cet article :  1.15/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • leypanou 23 mars 11:20

    La crédibilité de beaucoup de pays qui prétendent lutter contre le terrorisme prête à sourire.

    Voici un article d’un réfugié syrien, installé en Allemagne, qui a écrit à A Merkel et dont l’article a trouvé peu (aucun en fait) de journaux prêts à le publier : il a écrit qu’A Merkel se trouvait du mauvais côté et qu’il est grand temps d’en changer (il insiste en particulier sur le ridicule de l’expression « rebelle modéré » qu’on entend 24h/24 sur les médias en France).

    PS Merkel n’est pas la seule à être du mauvais côté : toute l’UE y est. N’oublions pas que des pays ont accueilli, sans trop s’en vanter, les « valeureux chevaliers » que sont les White Helmets.


    • Gloubi 23 mars 13:45

      Il faut d’abord arrêter de brader la nationalité à n’importe qui, et la retirer quand on le peut à ceux qui ont lutté contre notre pays.

      Ensuite il faut ce garder du piège des islamistes qui montrent du doigt l’Etat Islamique ou Al Qaeda pour faire oublier que le terrorisme islamiste se nourrit d’abord du fondamentalisme musulman.

      C’est aux pétromonarchies qui encouragent et financent ce fondamentalisme de recueillir ceux et celles qui l’ont adopté : Arabie Saoudite, Qatar, Emirats Arabes Unis doivent prendre en charge leurs créatures.


      • generation désenchantée 23 mars 14:32

        DAESH n’est pas impliquer dans des crimes contre l’humanité , esclavages , génocides , et autres crimes de cette catégorie ?

        ils pourraient être juger , comme lors du procès de nuremberg , avec prison a vie sans libération possible , comme le sont aussi les tueurs en série

        quoique pour les tueurs en série , ou terroristes du métro de tokyo c’est souvent a la peine de mort qu’ils sont condamnés , aux USA et au Japon

        A moins que la science réussisse a rendre un endoctriné , totalement amnésique pour effacer tous son endoctrinement , il y aura toujours un doute pour savoir si il est toujours endoctriné ou non


        • popov 23 mars 16:03

          @salem alketbi

          Et si on les envoyait chez vous. Ils pourraient être jugés pas des tribunaux de kangourous du même genre que ceux qu’ils ont établis dans les régions qu’ils contrôlaient.


          • phan 23 mars 16:17
            Après le syndrome de Stockholm, le syndrome de Frankenstein :


            « Il importe de dire la vérité. Le terrorisme sous toutes ses manifestations est généré et fomenté par les agressions de l’Occident à travers le monde. Agressions contre des nations toutes entières. Agressions du passé, mais surtout domination, pillage et destruction lente et inexorable des économies et du tissu social dans un très grand nombre de pays. Un total de 55 guerres livrées directement ou par procuration par les Occidentaux depuis le début du siècle ».


            « Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le colonialisme et le néocolonialisme occidentaux ont causé la mort de 50 à 55 millions de personnes, le plus souvent au nom de nobles idéaux comme la liberté et la démocratie. Pourtant, l’Occident parvient à s’en tirer en toute impunité et à entretenir, aux yeux du reste du monde, le mythe voulant qu’il soit investi de quelque mission morale. Comment y arrive-t-il ? Les deux auteurs critiquent de façon magistrale l’héritage funeste du colonialisme et l’exploitation éhontée des ressources naturelles de la planète exercée par l’Occident. Ce livre d’entretiens est augmenté de deux articles qu’ils ont publiés dans la foulée de l’attaque contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, à Paris, en janvier 2015, dénonçant l’hypocrisie occidentale vis à vis d’un terrorisme qu’il a largement contribué à développer ».

            • popov 23 mars 16:44

              @phan

              Le terrorisme islamique a été inauguré par Mahomet, à une époque où l’Occident n’était pas en mesure d’exploiter les ressources de la planète de façon éhontée.


            • Xenozoid 23 mars 17:13

              @phan

              la tyrannie du sêche cheveux


            • phan 23 mars 19:44

              @popov
              Un terroriste non musulman : Dr. Strangelove.


            • popov 24 mars 00:55

              @phan

              Voici la liste des attentats perpétrés pas des mahométans contre les « mécréants » ces 30 derniers jours. La liste n’est pas exhaustive, les derniers attentats aux Pays-Bas et à Montréal n’y figurent pas encore.

              117 attaques islamiques dans 21 pays, 720 personnes tuées, 809 blessées.

              Cela fait environ 1 Christchurch tous les 2 jours.


            • phan 24 mars 08:13

              @popov

              Des victimes sans valeur : les quatre millions de musulmans tués dans les guerres occidentales depuis 1990, et ce n’est pas fini !
              Œil pour œil et le monde finira aveugle - Gandhi

            • foufouille foufouille 24 mars 09:16

              @phan
              vu ton chiffre, c’est une race supérieure les occidentaux. on ne leur vend pas d’armes pour se défendre évidemment.
              ou ce sont les africains jamais responsable ?


            • phan 24 mars 10:25

              @foufouille

              Peu importe la religion, les victimes ne seront plus au Tribunal pour donner les circonstances atténuantes au bourreau. Avez vous vu un marchand de canons au banc des accusés ?
              Ben Laden est mort, « son corps est jeté à la mer selon les rites musulmans », pendant ce temps G W Bush passe du bon temps dans son ranch de Crawford.
              Comme la Terreur sous la Révolution Française, à Dresde, à Hiroshima et Nagasaki, au 11 Septembre... La Terreur fait partie de la guerre politique.

              Comment les États-Unis utilisent le terrorisme par Peter Franssen

              ....
              En 1966, l’état-major général publiait un manuel intitulé « US Army Handbook of Counterinsurgency Guidelines » (Armée des Etats-Unis : manuel de directives pour la contre- insurrection). On peut y lire : « Vous pouvez faire un usage sélectif de la terreur contre la population civile ». Mais, au même moment, l’armée américaine et les services de renseignements sont déjà en train de prouver en Indochine que la « terreur sélective » se mue très vite en génocide.
              Au Vietnam, la CIA organise à partir de la seconde moitié des années 60 l’Opération Phoenix. L’objectif est de liquider physiquement la résistance et de terroriser la population. Des agents de la CIA recrutent, organisent et paient des équipes de terroristes chargées de commettre meurtres, enlèvements et actes d’intimidation contre le Vietcong, la résistance communiste. Entre 1968 et 1972, 26.369 personnes sont tuées dans le cadre de l’Opération Phoenix et 33.350 autres sont emprisonnées dans des centres d’interrogatoire construits par les Américains et où la plupart sont torturées. Ces chiffres sont fournis par William Colby, le directeur de la CIA qui dirigeait l’opération.
              En 1976, le département de la Défense publie une brochure dans laquelle les officiers sont encouragés à recourir davantage à la terreur. En font partie, ajoute le département, des opérations telles que Eye of God (l’œil de Dieu) qui accompagnent les enlèvements et les assassinats de dirigeants d’une insurrection. Au Vietnam, ces opérations faisaient partie du programme Black Eye (l’oeil noir) et, plus tard, en Amérique centrale et du Sud, elles s’appelleront « Main Blanche ». C’est pourquoi les escadrons de la mort peignent un oeil ou une main sur la porte de l’habitation où ils viennent de liquider un membre du mouvement populaire, pour terroriser la population.
              Désormais, les américains se situent sur la même ligne que le fasciste israélien Yitzhak Shamir qui dirigeait en 1943 le groupe terroriste Lehi et essayait de chasser les Palestiniens de leurs terresDans le journal de Lehi, Shamir écrivait en 1943 : « Nous devons réfuter toutes les jérémiades contre le recours à la terreur par des arguments simples et évidents. La terreur est une arme de guerre. Nous menons un combat national et nous pouvons nous passer des doutes moraux comme d’une rage de dents. Une bonne fois pour toutes : la terreur fait partie de la guerre politique. »Dans des termes presque identiques, le ministre américain des Affaires étrangères, Shultz, dira en 1984 : « En matière de contre-insurrection, les considérations morales ne doivent pas nous paralyser. »
              ....

            • foufouille foufouille 24 mars 14:57

              @phan

              donc c’est de la faute à la machette vendue pour débroussailler et pas de l’africain qui a tué car c’est une race parfaite et supérieure.


            • phan 24 mars 19:05

              @foufouille

              Jules Ferry (28 juillet 1885) :
              « Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. Ces devoirs ont souvent été méconnus dans l’histoire des siècles précédents, et certainement quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l’esclavage dans l’Amérique centrale, ils n’accomplissaient pas leur devoir d’hommes de race supérieure. Mais de nos jours, je soutiens que les nations européennes s’acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation. »
              La réponse de Georges Clémenceau (30 juillet 1885) :
              « Races supérieures ! Races inférieures ! C’est bientôt dit. Pour ma part, j’en rabats singulièrement depuis que j’ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande, parce que le Français est d’une race inférieure à l’Allemand. Depuis ce temps, je l’avoue, j’y regarde à deux fois avant de me retourner vers un homme et vers une civilisation et de prononcer : homme ou civilisation inférieure !
              C’est le génie de la race française que d’avoir généralisé la théorie du droit et de la justice, d’avoir compris que le problème de la civilisation était d’éliminer la violence des rapports des hommes entre eux dans une même société et de tendre à éliminer la violence, pour un avenir que nous ne connaissons pas, des rapports des nations entre elles. Regardez l’histoire de la conquête de ces peuples que vous dites barbares et vous y verrez la violence, tous les crimes déchaînés, l’oppression, le sang coulant à flots, le faible opprimé, tyrannisé par le vainqueur ! Voilà l’histoire de votre civilisation ! Combien de crimes atroces, effroyables ont été commis au nom de la justice et de la civilisation. Je ne dis rien des vices que l’Européen apporte avec lui : de l’alcool, de l’opium qu’il répand, qu’il impose s’il lui plaît. Et c’est un pareil système que vous essayez de justifier en France dans la patrie des droits de l’Homme !
              Je ne comprends pas que nous n’ayons pas été unanimes ici à nous lever d’un seul bond pour protester violemment contre vos paroles. Non, il n’y a pas de droit des nations dites supérieures contre les nations inférieures. Il y a la lutte pour la vie qui est une nécessité fatale, qu’à mesure que nous nous élevons dans la civilisation nous devons contenir dans les limites de la justice et du droit. Mais n’essayons pas de revêtir la violence du nom hypocrite de civilisation. Ne parlons pas de droit, de devoir. La conquête que vous préconisez, c’est l’abus pur et simple de la force que donne la civilisation scientifique sur les civilisations rudimentaires pour s’approprier l’homme, le torturer, en extraire toute la force qui est en lui au profit du prétendu civilisateur. Ce n’est pas le droit, s’en est la négation ! »

            • phan 24 mars 19:06

              @foufouille

              Léopold II de Belgique (1835-1909) se vit octroyer une partie du Congo à titre personnel en 1885 à l’issue de la conférence de Berlin.
              Avant même de monter sur le trône de Belgique, Léopold II était un partisan de la colonisation de l’Afrique dont il souhaitait profiter personnellement des richesses. Une fois couronné, il eut l’idée de créer, en 1876, l’association internationale africaine, une organisme à façade philanthropique qui était censé lutter contre l’esclavage et « civiliser » les indigènes, mais dont le but était d’exploiter les richesses du bassin du Congo.
              Puisque les mains sont coupées, ils vont tenir comment la machette pour s’entre-tuer ?

            • phan 24 mars 19:06

              @foufouille

              Le génocide rwandais est un plus bas de l’histoire africaine. Cette catastrophe qui a fait entre 600 000 et 1 million morts ne s’explique pourtant pas de la manière superficielle avec laquelle elle a été présentée, c’est-à-dire une guerre entre 2 tribus comme on adore péjorativement désigner les peuples africains. Si ce sont bien les Noirs qui avaient les machettes en main pour exterminer les « Tutsis » et les « Hutus modérés », c’est là le résultat d’un conditionnement colonial et néocolonial, d’un ahurissant lavage de cerveau orchestré par l’occident. Et comme on le verra, la falsification de l’histoire d’un peuple a été à l’origine de cette horreur qui n’aurait jamais dû arriver.

              1 MILLION DE MORTS POUR RIEN ! POUR UNE HISTOIRE DE VACHES !!!

              ll n’existe au Rwanda qu’une seule ethnie, l’ethnie rwandaise. L’opposition dite « ethnique » entre Hutu et Tutsi a été créée par la colonisation, puis renforcée et exploitée à des fins criminelles par des politiciens désireux d’asseoir leur pouvoir. (« Diviser pour régner »). La présence au Rwanda d’une seule ethnie - dans le vrai sens du terme - augmente le danger de cette stratégie criminelle : la haine de l’autre y est une haine de soi.

            • foufouille foufouille 25 mars 08:37

              @phan

              encore plus mort de rire tellement c’est délirant. aucun cannibale n’existait avant les blancs, etc. ta terre est certainement plate aussi.


            • phan 25 mars 09:24

              @foufouille

              La Terre est plate, c’est une affirmation de la Bible, avez vous une affirmation analogue chez les Africains ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès